Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 04/05/16 in all areas

  1. 3 points
    [HS] Ah que oui l'ami .... !!! Et plutôt 2 fois qu'une !!! Il avait (avec le 33-TA) bien F1 ce jour là .... A mettre au palmarès du jeune Cpt (André) Lanata, Red Flag 1990, F1CR de la 33 (BR11 "Cocotte") .... Forza Recce, Forza Savoie !! (Précurseurs de l'ère (air?) actuel ... Savaient déjà (presque) tout faire ces gens-là à cette époque, à la 33 ...) Fils de son père .... cad ... CEMAA en devenir .... Note : .... autre époque, autres mœurs (là haut, dans l’éther) ! Et p'tit clin d’œil à la belle île, en passant... [HS/OFF]
  2. 3 points
    Un état ne cède pas ... c'est pas un marchandage d'épicier, c'est la ligne rouge du grignotage de l'espace vital russe ... refuser de comprendre cela c'est hypothéquer fortement un règlement des conflit en Europe de l'est. C'est d'autant plus vrai depuis que l'Europe dans le viseur de Daesh n'a jamais été aussi faible... alors que la Russe vient de faire une démonstration in vivo de sa capacité a monter des opération efficace et d'ampleur en solo. L'air de rien les "sanctions" envers la Russie tout le monde les payent ... avant tout l'Europe a travers ses agent économiques qui commerçaient largement avec la Russie. C'est d'autant plus intéressant depuis que la Turquie a montré un visage douteux en Syrie et en Irak ... L'Europe pourrait avoir bien d'autre problème bien plus grave et urgent que d'aider Porochenko, l'escroc panaméen, a envahir le Dombas.
  3. 2 points
    La seule utilisation du terme "envahir le Dombass" signe le biais de raisonnement. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir lu ici que Poutine ne voulait pas du Dombass, que les habitants du Dombass, bien que très majoritairement russophiles, ne souhaitaient pas de conflit Ukraine-Russie, etc, etc... "Un état ne cède pas..." : la Russie, peut être, mais ce serait bien l'exception, voire l'hyper-exception... Comment dire ? Quant à l'argument de l'utilité de l'Est de l'Ukraine pour la défense de Moscou, les grandes plaînes, la déferlante de chars : c'est Kiev qu'il faut tenir dans ce cas, pas Donetsk. Et puis : quels chars ? Peut être suis-je naïf, à ressasser mes phantasmes et à plaider ici (c'est dire l'impact !) pour que la paix soit l'objectif, mais bon : entre escrocs panaméens, ils vont peut être finir par s'entendre
  4. 2 points
    Les disponibilités en combustibles nucléaires, non ce n'est pas un facteur bloquant. Les chiffres rapportés par Henri sont suffisamment clairs. La vraie limite c'est la charge utile de chaque missile balistique. Ce facteur est d'autant plus limitant pour les MSBS tirés de sous-marins limités en volume : les Trident II D5 et autres M-51 ont une masse au lancement de 58,5 et 54 t respectivement, alors que les SSBS dépassent souvent la centaine de tonnes. Le Trident II D5 a une charge utile de 2800 kg, incluant la masse du bus chargé de manœuvrer pour placer les têtes nucléaires ainsi que les leurres sur leurs trajectoires respectives. Il est probable que le M-51, missile de même génération et de masse similaire, a une charge utile pas trop différente, du moins sur une trajectoire semblable - en cas de trajectoire tendue, utile pour gêner d'éventuelles défenses antimissile, la charge utile sera réduite pour une portée donnée. Il faut noter que l'altitude maximale de 1000 km citée pour le M-51 correspondrait déjà à une trajectoire plutôt tendue si la portée est de 8 ou 10 000 km. (la seule source ouverte pour la charge utile du M-51 la donne à 1400 kg, ce qui est étrangement faible, mais pourrait s'expliquer soit par une erreur de la part de l'auteur qui après tout est un spécialiste indien et non français, soit par une trajectoire tendue qui pourrait faire partie de la stratégie par défaut pour les missiles français, soit tout simplement parce que seules les TN seraient incluses à l'exception de leur bus porteur) Les Trident II D5 peuvent emporter des W-76 de 100 kt tout comme des W-88 de 475 kt. Quel supplément de poids pour cette augmentation de puissance ? Pour le combustible thermonucléaire supplémentaire, c'est facile à calculer : 375 kt = 375 * 4,184 E12 joule = 1,569 E15 joule, soit 1,569 E15 / (2,998E8)² = 17,46 gramme d'équivalent-matière. Or la réaction de fusion deutérium-tritium donne lieu à transformation de 0,375% de la masse initiale en énergie, ce qui donne une masse de combustible thermonucléaire supplémentaire de 0,01746 / 0,00375 = 4,66 kg. Sachant que le deutérium est a priori stocké sous forme de deutérure de lithium (LiD), il faut y rajouter le lithium de masse atomique 7 pour chaque deutérium de masse 2, soit un total de 4,66 * (7 + 2 + 3) / (2 + 3) = 11,2 kg (le tritium a pour masse atomique 3) Certes, onze kilos, cela peut sembler acceptable. Mais il ne s'agit là que du deutérium-tritium. Quid de l'étage primaire de l'arme, quid des dispositif pyrotechniques, et de tout le reste de la tête : doivent-ils être agrandis et si oui dans quelle proportion ? La réponse est à coup sûr classifiée, mais il paraît vraisemblable qu'on parle de plusieurs dizaines de kilos pour chaque TN. Donc quelque chose d'absolument pas négligeable. La raison principale pour laquelle la France a des TN de 100 ou 110 kt plutôt que de 475 kt, c'est parce que des TN plus puissantes obligeraient à des compromis sur le nombre des TN et / ou le nombre de leurres et / ou le type de trajectoire. Et le nombre des leurres comme le type de trajectoire sont plus importants pour la crédibilité de la dissuasion que la puissance de chaque TN, parce qu'ils participent à la lutte contre les défenses antimissile. Quant au nombre de TN... est-ce que 3 TN de 475 kt par exemple seraient plus destructrices que 6 TN de 110 kt ? Un peu oui, mais pas tant que ça : la surface détruite par une arme nucléaire explosant en altitude est en gros proportionnelle à la puissance (2/3) de son énergie, parce que le volume de la boule de feu initiale sera en gros proportionnelle à l'énergie, tandis que la surface touchée sera proportionnelle au carré du diamètre de la boule de feu. Donc 3 armes de 475 kt détruiront une surface de même taille qu'une seule de 2,48 MT, et que 6 armes de 110 kt qu'une seule de 1,62 Mt. Une surface supérieure de 33% dans le cas des 3 TN de 475 kt. La différence existe, mais elle n'est pas déterminante. A noter enfin que contrairement à la TN75 qui équipait les M-45 et les M-51-1 première version, dont la puissance de 110-120 kt était publique vu ses essais à Mururoa, la puissance de la TNO qui équipe depuis 2015 les M-51-2 et a été conçue et validée sans essais... n'est pas une donnée publique. Elle est généralement estimée à 100 kt, mais en réalité... cette information n'est pas dans le domaine public. Et l'estimation pourrait aussi bien être complètement fausse. Ajoutons que le stock de plutonium civil de la France est énorme et en augmentation constante, à raison de 10 tonnes par an. Le stock serait déjà plus proche de 300 que de 200 tonnes. Certes une partie est utilisée dans des centrales sous forme de combustible MOX, certes le plutonium civil a une concentration fissile de 60% non de 90% comme le plutonium militaire... mais il suffirait de laisser le plutonium moins longtemps dans les centrales pour que son isotope 239 fissile soit suffisamment dominant pour être de qualité militaire. Voir ce lien : "En fonctionnement, le seul moment où le plutonium possède la qualité militaire est quand le combustible est encore neuf et que l'isotope 239 fissile s'est accumulé avant que la plutonium-240 stérile se soit formé" Les opérations sur les réacteurs civils sont contrôlées par l'AIEA, donc une telle opération ne pourrait être discrète, mais enfin elle reste possible, et nous parlons d'un moyen de produire plusieurs tonnes de plutonium par an ! Si on se limite au seul uranium et plutonium militaire dans le lien rapporté par Henri, si on tient compte de l'évaluation 20 kg U ou 5 kg Pu pour une bombe, le nombre maximal serait de (26 000 / 20 + 6000 / 5) = 2500 armes ! Plus exactement 2500 +/- 500. Le tritium - indispensable aux armes à fusion - est quant à lui produit en réacteur d'irradiation. Ça dépend de ce qu'on appelle "faire plier". Il suffit que la menace brandie pour stopper un agresseur soit sans doute possible hors de proportion avec les bénéfices qu'il escompterait de son agression - la dissuasion française a un objectif de défense, non de conquête. Il est possible que 6 explosions nucléaires y suffisent - si l'Irak avait eu ce genre de capacité, aurait-il été envahi en 2003 ? Cela dit, un calcul rapide "sur un coin de table" de la capacité destructrice de 16 M-51-1, chacun à 6 TN-75 de 110 kt - je mets de côté les TNO dont la puissance n'est pas connue - et en utilisant la taille de la tempête de feu donnée par l'article que tu pointes donne : - Arme de 800 kt => tempête de feu certaine sur 230 km², probable sur 389 km² - Mise à l'échelle pour 110 kt => certaine sur 61 km², probable sur 104 km² - Chaque missile à 6 TN => tempête certaine sur 366 km², probable sur 624 km² Si on prend l'exemple de Paris + la petite couronne, soit 762 km² et 6,7 millions d'habitants pour fixer les idées de ce que nécessite la destruction du cœur d'une métropole - avec l'essentiel de ce qui a de la valeur et la majorité de la population - on s'aperçoit qu'un seul M-51-1 y suffirait presque, et que 2 M-51-1 ce serait trop. D'autant que la méthode de calcul ignore les effets de synergie entre plusieurs explosions nucléaires pour ce qui est d'allumer des incendies : certaines régions ne seront ni dans la zone "tempête" de l'arme 1 ni dans celle de l'arme 2, et pourtant elles seront dans la zone tempête de la combinaison 1+2 parce qu'elles seront chauffées par les deux explosions à la fois. Tenant compte du fait que certaines métropoles sont moins densément peuplées que Paris, parfois nettement, on peut prendre 2 M-51-1 par métropole comme moyenne vraisemblable, pour fixer les idées. On arrive ainsi à ce résultat qu'un SNLE avec 16 M-51-1 à 6 TN-75 peut détruire le cœur de 8 métropoles semblables à Paris, chacune perdant la majorité de sa population et l'essentiel de ce qui fait sa valeur. Cette quantité de destruction me paraît suffisante pour dissuader d'être agresseur n'importe quel pays, même le plus grand. Les intérêts vitaux ne sont pas définis, mais pour menacer d'une frappe atomique il faut quand même être un minimum crédible politiquement. Si le président français ordonne à une mouche de l'autre côté de la planète d'arrêter ses flatulences sous peine de frappe nucléaire, la mouche pourra continuer bien tranquillement, tout le monde comprendra bien que le président français ne fera rien. La limite précise de ce qui est vital et ce qui ne l'est pas n'est pas définie, mais enfin il y a certaines choses qui sont évidentes... Pendant la guerre froide, oui. Aujourd'hui, la situation est différente. Le seul pays au monde qui pourrait monter une invasion de la France et avoir une chance pour de vrai, c'est l'Amérique. Les autres n'en auraient aucune, ni en une semaine ni en un mois ou un an. La géographie est un facteur, ne pas l'oublier... Quant aux Chinois, ils envahissent les boutiques de luxe des beaux quartiers de Paris... et on est très contents de les accueillir ! La dissuasion française aujourd'hui sert : - à dissuader du nucléaire ou du biologique à court terme - à dissuader les Etats-Unis de nous envahir à court terme (bon... oui, ok, c'est pas le scénario le plus vraisemblable ) - à dissuader une invasion par une future puissance majeure qui en aurait construit la capacité, le raisonnement n'étant pas que ça pourrait arriver l'année prochaine - c'est impossible - mais que ça pourrait arriver en beaucoup moins de temps que le temps nécessaire pour reconstruire une dissuasion de niveau correct si nous avions l'imprudence de l'abandonner... dix ou vingt ans facile
  5. 2 points
    Mais, mais, mais ... C'est le Tejas, ça ! - petit chasseur - 3000 km de rayon d'action, franchissables en 4 étapes successives - en fait, 3000, c'est le nombre de litres de la capacité de carburant, pas le kilométrage ... - 5e generation (d'accord, 4++, mais en plus il est furtif, on ne le voit jamais) - cout de développement inférieur à 500 M$, si, si, je vous assure, il ne reste plus que ça à payer - mono-réacteur (F-404) aux performances d'un bi-réacteur (le Jaguar et ses deux Adour Mk.811) - ambitieux (certes !) mais rapide à développer (vu là où il est rendu maintenant ça devrait être plus rapide) - partenariat avec Israël, s'il s'agit d'obtenir une éléctronique de bord rapidement fonctionnelle - c'était ça ou bien produire des Lavi (celui des années 80) sous licence en Inde - en cours de navalisation - conçu pour "faire le nombre" - allez, fixation définitive des specs dans 18 à 24 mois et IOC dans 48 mois ... Tout colle, sauf l'éviction de HAL et du DRDO ... C'est absurde ? A peu près autant que de vouloir faire rimer "petit chasseur" avec "grand rayon d'action" ; que d'associer 5th Gen et faibles couts de développement sur une technique dont on n'a pas encore montré un début de preuve de maitrise ; que de penser "disponible à court terme" dans un pays où les mois durent des années ; que de vouloir marier la carpe et le lapin ...
  6. 2 points
  7. 1 point
    Jolie phrase a l'emporte-piece, j'adore le concept... des solutions il y en a toujours, le problème c'est d’éliminer les gens de mauvaise volonté... (éliminer, pas forcement au sens définitif de la chose). Si les deux parties veulent discuter, trouver une solution qui ne soit pas "je te marche sur la gueule", il y a toutes les chances qu'elles y arrivent. Les relations entres humains ne sont pas gouvernées par des lois immuables. J'aime bien ce concept aussi, l'espace vital... celui qui est en dehors de tes frontières n'est pas ton espace vital!
  8. 1 point
    Deux populations - meme si la par d'activiste est minoritaire - qui vivent au même endroit et qui ne veulent pas vivre dans le même système ... et qui en arrive a se mettre sur la gueule ... c'est une guerre civile. La guerre civile algérienne - la seconde mais aussi la premiere - est une guerre civile ... pourtant les activistes effectifs sont peu nombreux, et la problématique étaient semblable, coup d'état, deux modes deux vie qui s'oppose ... 10 ans de carnage. Il suffit de voir ce qu'il se passe en Pologne pour comprendre le probleme. Les "vainqueurs" de la guerre froide veulent réaliser concrétisé le score ... et forcément c'est aux dépends des "perdants". Et comme les vainqueurs en question ne veulent pas rejouer le match ils concrétisent version radicale. Tu semble feindre d'ignorer la haine qu'il y a entre les "libéraux" et les "soviétique" dans l’Europe de l'est ... haine qui prend racine dès 17, qui a été étouffé en de 45 à 89 ... et qui ne se déverse que récemment. Mais vu la quantité de rancœur accumulé ça risque de prendre quelques générations a calmer.
  9. 1 point
    On nous aurait menti au tout début, les populations rêvaient d'en découdre ? Des groupes paramilitaires des deux côtés, certainement, des milices d'oligarques, pourquoi pas, mais ensuite ? Le problème de la langue semble soluble ; les affaires commerciales relèvent normalement de la négociation. Il ne peut certainement pas y avoir de conflit "racial", et j'ai beaucoup de mal à percevoir un éventuel conflit confessionnel. Alors quoi ? Restent les milices en LPR/DNR (et les cosaques ? et des fachos dans l'Ouest Ukrainien) et la corruption ancrée en Ukraine et au-delà, dans une grosse partie de l'ex-URSS : peut-on du coup véritablement parler d'authentique guerre civile ?
  10. 1 point
    Surtout, je ne vois pas bien ce que l'Europe pourrait offrir aux Russes. Car l'Europe seule n'a pas grand chose à proposer sans l'aval des Américains, surtout si la justice américaine devait commencer à taper sur les intérêts russes. On touche du doigt la grande faiblesse de notre UE.
  11. 1 point
  12. 1 point
    Les combats ont continué lundi 4 avril. Maintenant trois jours d'affrontements. C'est quelque chose d'assez majeur ça me semble confirmé. La fin de l'article le confirme : il y a bien eu conquête de nouvelles positions par les Azéris. Il s'agit d'une offensive, probablement organisée d'avance et en tout cas soutenue politiquement. Est-ce que les paroles très nettes notamment des Américains pourront avoir quelque poids, notamment du côté de Bakou ? J'imagine que sur le plan intérieur Aliyev pourrait défendre comme positif même une opération qui se solderait par la conquête de seulement deux ou trois villages, avec un raisonnement "on leur a montré qu'ils ont intérêt à être plus souples, sinon on recommencera". Mais est-il prêt à se satisfaire de cela ? L'armée de l'Azerbaïdjan compte 57 000 hommes, celle de l'Arménie 46 000. Les dépenses militaires de Bakou sont nettement supérieures à 1,46 milliard $ contre 0,447 milliard pour Erevan, mais se sont-elles traduites en véritable modernisation ? Le rapport de force n'a pas l'air en tout cas si favorable qu'il doive tenter un leader azéri rationnel de trop forcer sa chance...
  13. 1 point
    Oui et non, cela reste difficile à dire. À mon avis, il ne sera pas possible pour Boeing de récupérer les coûts déférés de production sur seulement 1300 unités. Cela reviendrait à une marge de profit d'environ 35 millions par unités, ce qui est beaucoup trop optimiste, en partie à cause des pressions causées par le A330NEO. Avec une marge de profit moyenne d'environ 25 millions par unité, un bloc comptable de 1600-1700 unités serait nécessaire pour récupérer les 32.5 milliards. En étant plus pessimiste, la taille nécessaire pourrait attendre 1900 unités. Cela reste difficile à dire. Aussi, je ne sais pas comment le coût du financement est prise en compte, car bien évidemment plus Boeing prend du temps pour récupérer les coûts de production déférée, plus le coût du financement reviendra cher. Dépendamment de comment les coûts de production vont réduire avec le temps et dépendamment du prix que Boeing peut obtenir pour ses 787, la taille du bloc comptable peut varier énormément. Il se peut même que 1900 unités soit insuffisant. Ce qui est sûr pour moi est que Boeing ne va jamais récupérer l'investissement total du programme. Avec un coût de R&D de 15-20 milliards + 32.5 de coûts déférés de production, on atteint un investissement total d'environ 50 milliards. En comprends ainsi les critiques envers le programme... Et aussi une leçon pour Airbus, c'est une bonne chose de ne pas répéter les erreurs des autres. Un autre point, le programme A380 est aussi déficitaire, dans le genre 20-25 milliards. La bonne nouvelle est que l'avion n'est plus déficitaire. La mauvaise est que le A380 va probablement redevenir déficitaire dans quelques années...
  14. 1 point
    pour le largage que je trouvais bizarre, c'est pour une jsow tester en début de mois d'Avril, j'ai trouvé la vidéo
  15. 1 point
    Des bidons conformes pour le F-35 ... c'est pas un peu un comble!!!
  16. 1 point
    J'avais vu les specs de l'avion (LSA) au début de sa genèse et j'avais presqu ' aussitôt cessé de m'y intéresser car le secret des performances extraordinaires de l'avion c'est que la masse de la cellule est sous évaluée. Si tu fais un avion en carton et que tu calcule ses performances tu vas trouver des ratio intéressants mais si tu essayes de le faire voler il va se casser avant même d'avoir décollé. C'est un peu le cas du LSA.
  17. 1 point
    J'appuie ce point, ce d'autant que les appareils sont rarement voir jamais seul. donc plutot que du 1 contre 1 on se retrouvera a deux contre deux voir plus. Je pense que la tactique, le jeu en equipe sont ici au moins aussi importants que les qualites intrinseques des appareils. ou comment manoeuvrer de concert pour donner une fenetre de tir a son aillier etc...
  18. 1 point
    Si ma mémoire est exacte, même un Mirage F1 a accroché un F-15 à son tableau de chasse, l'oiseau ayant déboulé juste sous son nez, le Mirage se trouvant au bon endroit au bon moment. Les force aériennes modernes et structurées évitent autant que possible le combat à vue, c'est connu et c'est ce que tu expliques. En revanche, je tiens à mentionner que parmi les exemples que tu cites, il n'est pas du tout surprenant qu'un 2000, peu importe la version, puisse verrouiller un F-15. Les commandes de vol du 2000 (avion instable) sont ce qu'elles sont (très bonnes) ainsi que les avantages que procurent sa petite taille et surtout sa formule en delta. Je précise cela juste afin de préciser que le 2000N n'est pas du tout dépassé dans cet exercice (mise à part l'absence de canon). Je préfère l'exemple du F-5, qui montre que même une plateforme obsolète à la fois en BVR et BFM, à condition d'offrir un bon minimum général et bien exploitée sur ses points forts, peut représenter une menace même pour des appareils plus performants. Le Mig-21 appartient aussi à cette catégorie, à certaines basses vitesses, il demeure une menace sérieuse. Enfin on se réprésente souvent le dogfight à l'ancienne, 1 Vs 1, mais si celui-ci est craint, c'est aussi parce que même si le pilote parvient à prendre l'avantage sur son opposant, il n'est jamais à l'abri de voir surgir dans ses 6H un second adversaire, qui mettra fin à la partie.
  19. 1 point
    Tout s'explique. Le grand angle d'attaque, la furtivité (la possibilité de voler au-dessus de l'ennemi en toute impunité), ainsi que la vision 360° prend tout son sens. Il tire après son premier passage de reconnaissance qui est aussi son dernier car la cible est traitée. Vous direz ce que vous voulez, mais faut bien reconnaitre que c'est révolutionnaire.
  20. 1 point
    Sans vouloir défendre quoi que ce soit, on ne peut pas dire qu'un avion est une merde s'il répond à son cahier des charges, tout comme on ne peut pas dire qu'un tournevis est une merde parce qu'on galère pour planter des clous avec... Ils ont choisi de minimiser l'importance du WVR, le F-35 reflète ce choix. Que ce ne soit pas judicieux est un autre problème. Ils ont fabriqués moins de F-35 que de F-22 à l'heure qu'il est, et pourtant il est déjà significativement moins cher. Les économies d'échelle marchent dans les deux sens et le F-22 part avec un sérieux handicap. Si en plus il faut le "moderniser"...
  21. 1 point
    Non c'est un pays chiite: https://fr.wikipedia.org/wiki/Religion_en_Azerba%C3%AFdjan Mais elle est plus proche de la Turquie que de l'Iran. C'est compliqué les relation diplomatiques ^^
  22. 1 point
    J'ai aussi acheté ceci :
  23. 1 point
    Le prochain lancement de SpaceX [CRS-8 Resupply Mission to International Space Station avec une capsule Dragon] est programme pour vendredi 8 avril a 4:43 Eastern. Cela cela doit nous faire un 22h43 en Europe continentale, une heure encore decente (si le train part a l'heure...) pour suivre le lancement en direct. http://www.nasa.gov/launchschedule/
  24. 1 point
    mais non ce n'est pas le poisson d'avril de cette année ; Gargouille a mis par anticipation le poisson d'avril de l'année prochaine !!!
  25. 1 point