Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 07/12/2016 in all areas

  1. 4 points
    Puis les années passèrent, les soldats devenaient sourds et mourraient bêtement, écrasés par des autobus aux klaxons hurlants. D'autres encore, tombaient sous les balles des voisins excédés par leurs téléviseurs. Le taux de suicides grimpa en flèche, les vaillants guerriers n'entendant plus les belles crier leur plaisir. L'Etat Major, soucieux de la ténue et de la santé de ses troupes décida de revenir aux vrais fusils. On redécouvrit alors, toutes les vertus du combat à la baïonnette, la flamboyance des défilés, l’allégresse de la jeunesse admirée par les jeunes femmes à la vertu légère. Un jour, d'autres ingénieurs copièrent l'ingénieur du passé
  2. 3 points
    Faut voir le contexte. C'était les premier à toucher au "moteur" (le système de gaz) du fusil, c'est donc plutôt logique qu'ils aient voulu limiter la quantité de changements qu'ils apportaient. En outre, quand ils ont commencé le développement, ils avaient identifier une performance de l'AR15 qu'ils souhaitaient améliorer, c'était sa résistance à la chaleur lors des phases de tir soutenue (d'où le piston court qui isole l'ensemble de la culasse des gaz chauds). Ils avaient entendu suffisamment de critiques des M16/M4 à ce sujet pour ce dire qu'il y avait peut être un marché pour cela. Mais c'était pas vraiment un projet prioritaire, le G36 marchait bien, le G3 se vendait toujours, l'USP se révélait être un bon hit. Et puis le hasard a fait qu'au début des années 2000, Larry Vickers (Sous-off en charge du programme ALI(1) de la Delta Force) était de passage dans leurs bureaux pour discuter (de mémoire) du développement d'un pistolet pour peut-être remplacer les 1911 de l'unité. Il a aperçu les plans du "HK M4" sur un mur et a immédiatement percuté qu'un AR15 à piston pouvait intéresser l'unité. Non pas à cause des problèmes d'échauffement qu'une unité CT/LO(2) militaire a peu de chance de rencontrer, mais parce qu'ajouter un piston permet un réglage plus fin du système de gaz et devait pouvoir rendre l'arme plus fiable avec des canons courts, des suppresseurs, des munitions exotiques, etc. C'est ce besoin des unités du JSOC (2) qui va guider le développement du fusil. Or dans leur "ISTC"(3), il n'est à aucun moment question de se trimbaler avec une crosse repliée, ça n'aurait pas de sens pour une unité CTLO. Si on ajoute à ça, la préférence pour un canon court (plus 30cm que 50cm), modifier un mécanisme qui fonctionne de manière satisfaisante pour gagner quelques centimètre lors du "stockage" aurait été juste superflue, voir même risqué. Mon avis perso, est que même pour la biffe, une crosse pliable est superflue. Surtout que quoi qu'il arrive, elle doit être réglable pour accommoder les différentes morphologies et équipements de protection. Il y a un moment, ça fait beaucoup de trucs à faire rentrer dans une pièce qui pourrait être très simple tout en étant satisfaisante. Si en plus, il faut modifier un mécanisme directement lié au tir comme le ressort de recul... Pour ce que ça vaut SIG a l'air d'avoir réussi quelque chose de correcte mais en procédant de manière incrémentale. D'abord un AR15 basique, puis le 516 et enfin le MCX. Au passage, ça relativise la capacité d'un armurier français (lequel d'ailleurs ?) à proposer à froid dans un délai de quelques années un design d'AR15+ qui aurait valu ceux de la concurrence. Mais bon, il parait que je n'ai pas de crédibilité sur le sujet. (1) Armes Légères d'Infanterie (2) contre terrorisme et libération d'otages (3) Joint Special Operations Command (4) Instruction sur le Tir de Combat Note: AR15 est le nom du design de la compagnie Armalite commercialisé en premier par Colt. M16/M16Ax/M4/etc sont les désignations des AR15 en service dans l'armée.
  3. 2 points
    Et flûte... ça fait donc 2X que les filets français ont été visité par les portugais !
  4. 2 points
    de toute façon, à partir de la vidéo, on ne peut pas conclure, je vois uniquement les choses suivantes : - il y a 3 tirs de roquettes, dont le dernier semble faire une flamme moins grande que les 2 précédents. - ce troisième tir est suivi moins d'une demi-seconde plus tard d'une explosion au niveau du RAC, un morceau se détache, et le contrôle de l'hélicoptère est ensuite perdu - on ne voit aucune trainée derrière l'hélico autre que celles générées par les roquettes je penche pour une défaillance de roquette vue la simultanéité des évènements et l'absence de signe d'intervention extérieure (fumée de Manpads - même s'il pourrait être en limite de portée et donc en vol balllistique, mais pourquoi frapperait-il le RAC avec un guidage IR ? - , traçantes de DCA)
  5. 2 points
    D’abord une petite digression sur l’automobile : Exact que Tesla et Solar machin ne sont surement pas aussi solides que Toyota et consorts. Mais je ne crois pas qu’Elon Musk pense réellement que Tesla va remplacer General Motors d’ici dix ans. Mais si Tesla peut provoquer un déplacement du marché automobile autour des innovations que Tesla propose, cela suffira à faire de Tesla un des nouveaux « grands » de l’industrie automobile, pas le dominant de cette industrie, mais Tesla peut se faire une place en modifiant le marché et les attentes des clients et obligeant ainsi les autres (Ford, VW, Toyota, Renault, Mercedes,…) à le copier et à le suivre. Ce qui est nécessaire pour cela c’est 1) de produire un produit qui offre quelque chose de plus et qui fonctionne, 2) de le faire savoir haut et fort [et Elon fait cela somme toute assez bien…], 3) d’en produire une quantité suffisante (pour commencer à manger sur la rentabilité des concurrents), et 4) de durer financièrement suffisamment longtemps pour voir les concurrents commencer à bouger. Les points 1) et 2) sont acquis. Le point 3) est en cours. Le 4) c’est l’inconnu. Apple a-t-il réussi différemment ? Bien sûr que si cela marche même seulement partiellement, Musk passera de l’état de millionnaire à celui (plus enviable ?) de billionaire, voire de trillionaire. Mais je ne suis pas certain que le premier objectif soit là… Si j’ai fait cette digression sur l’automobile, c’est parce que je pense que la partie que veut jouer Elon Musk dans le spatial est de la même nature. D’abord, SpaceX ne peut pas financièrement porter jusqu’à son terme (pendant quarante ans ou plus…) la colonisation de la planète Mars avec des centaines puis des milliers de colons. Of course not ! Considérer seulement le développement des technologies nécessaires à la colonisation (le support vie sur le sol de Mars, la mise au point d’une navette [le MCT] capable de réaliser une rentrée atmosphérique pilotée dans le contexte martien, la création et maintien de flottes de satellites telecom et GPS en orbite martienne, etc…) suffit pour voir que cela est totalement impossible. Sans parler que SpaceX, colonisateur de Mars, deviendrait ainsi un quasi-concurrent des états (de d’abord du premier d’entre eux, c’est-à-dire les USA) et qu’une telle évolution ne peut que mal finir pour le challenger… Par contre ce que SpaceX peut faire, c’est : S’établir comme un acteur majeur du monde spatial (Flacon puis Falcon Heavy, Dragon 1 puis Dragon 2 puis Dragon 2 avec retour de précision sur la terre ferme) et se maintenir en vie financièrement. Pas trop facile parce que personne n’est heureux d’un concurrent qui vend moins cher que vous et vous force à rogner vos marges, d’où des critiques à la pelle et des hurlements a chaque echec… ; Imposer la technique du retour et réemploi des premiers étages et roder le processus jusqu’à ce que cela deviennent littéralement « un coup de chiffon sur le pare-brise et le plein » avant de repartir. Pour cela, SpaceX a l’avantage de pouvoir à volonté analyser, déconstruire, décortiquer les étages qu’elle a commencé à récupérer pour en étudier le moindre début du commencement d’une micro-défaillance. SpaceX peut ainsi progresser vers une fiabilité parfaite ; Mettre au point le moteur Raptor (c’est 10 fois le Merlin de la Falcon 9). Pour cela SpaceX a un financement de l’US Air Force jusqu’en 2018. L’argent est donc là, la technique suivra-t-elle ? Avec les trois points précédents, SpaceX fera voler le BFR (Big Falcon Rocket – le super-lanceur capable de 200 ? 300 ? voir même 500 ? LEO – LEO pour Low Earth Orbite] en lui appliquant les acquis des Falcon 9 et Falcon Heavy et surtout le réemploi pour réduire le cout marginal des lancements a –presque – le simple cout du carburant. Ici, pas de révolution technique, seulement l’extrapolation de ce que SpaceX fait (ou fera dans une paire d’années) tous les jours avec ses lanceurs de la gamme Falcon. L’objectif pour le BFR en vol c’est 2022 environ. Et un corps de BFR avec 9 Raptor, c’est (très très grossièrement) dix fois la capacité de la Falcon 9 soit environ 150t en LEO. Et un concept BFR Heavy, c’est alors 300 ou 400t en LEO… Et puis établir les plans du MCT (Mars Colonial Transporter), des plans crédibles parce que c’est SpaceX qui les trace (c’est-à-dire le constructeur des Falcon, du BFR et du Dragon 2), un MCT capable de faire la navette entre la Terre et Mars et retour en y déposant à chaque fois 80 à 100t de charge utile (ou une centaine de colons). Et SpaceX n’a pas besoin d’aller au-delà de ça : montrer que l’on peut satelliser des masses dans la gamme des trois cent tonnes pour – quasiment – le prix du carburant, de la même manière qu’une fois que vous vous êtes payé le Boeing 777, aller à Shanghai que coute plus que – quasiment – le prix du carburant, et montrer les plans (crédibles) du MCT. Ensuite, c’est de la politique entre SpaceX, l’état US (ou plus exactement la classe politique) et l’opinion publique. SpaceX peut mettre sur la table [campagne de presse et relais politique, voire même susciter et porter vers la Maison Blanche un(e) politicien(ne) avec ce truc-là dans son programme] un projet pour la nation US toute entiere : coloniser Mars. Faire sortir les USA hors de la Terre et les projeter vers une « nouvelle frontière » à la fois incroyablement ambitieuse mais désormais à portée de main. Pas y envoyer un homme planter un drapeau et en rapporter deux cent kilos de caillasses, mais coloniser, établir des colons par milliers, autonomes le plus possible, en adaptant ou développant les outils pour tirer de Mars tout ce qu’ils ont besoin (du carburant pour fusées à partir du CO2 et de l’eau, des minerais comme du cuivre ou de l’aluminium, de l’énergie solaire ou éolienne ; de la nourriture,…). Ce projet, c’est faire échapper les USA au déclin de leur puissance face aux géants qui montent autour du Pacifique (Chine et Inde, ensembles en milliards d’individus alors que les USA c’est trois cent soixante millions), c’est trouver une ouverture, redonner un but national, canaliser les espérances et le dynamisme de tout un peuple (et redevenir ou rester rien de moins que le Phare de l’Humanité (LOL !)…), s’échapper vers le haut là où personne ne pourra les rejoindre, et prendre une irrésistible avance : coloniser Mars pour les USA ! C’est les USA qui payeront et pas SpaceX, mais SpaceX sera alors inévitablement au centre de tout ! Notre ami Elon devra certes accepter d’évoluer encore et de passer l’état de vulgaire trillionaire à celui de… De… Plus grand américain depuis George Washington... ? Ou même de plus grand américain ever. C’est les USA qui payeront et ils peuvent le faire. Le budget actuel des USA est de l’ordre de 3.700 milliards d’USD annuels. Un prélèvement de 3% pendant 30 années (2025-2055) représente 3,000 milliards. C’est possible et bien moins cher qu’une guerre… (Rappel : la Guerre d’Irak ce furent 1,700 milliards d’USD pour les USA sur une douzaine d’années). A 50 millions d’USD le tir du BFR (et même à 100 millions mais ce sera peut-être seulement à 25 millions, car au rythme de 2 par jour, les prix vont s’effondrer) et 5 milliards l’unité le MCT (encore que pour une flotte de 200 machines, Boeing vous fera un meilleur prix que cela !) et un voyage aller en 6 mois (et même en 4 mois seulement au prix de 500m/s de DeltaV supplémentaire, chose possible si on a des tonnes en LEO pour pas trop cher - cf étude Heidmann), on peut mettre en place trois arrivées hebdomadaires de MCT sur Mars pour 1,000 milliards d’investissement et 70 milliards annuels (au niveau de 100 millions le tir du BFR et si on escompte 4 lancement BFR par mission MCT pour ravitaillement en carburant des MCT en orbite terrestre ou/et martienne). Ça a l’air assez facile, non ? Calmons-nous un peu. C’est en fait seulement mon rêve bien perso et je ne prétends pas qu’Elon Musk m’ait fait des confidences… Mais il ne me semble pas si cinglé que cela. Il y a certes trois conditions techniques « dures » à remplir (Etablir et maintenir SpaceX en vie une dizaine d’années comme acteur majeur du spatial / Etablir le réemploi à bas coût des premiers étages des lanceurs / mettre au point le Raptor). Si elles le sont, et aucune ne me semblent impossible ou même seulement très improbable (encore que la deuxième ne soit pas véritablement triviale…), alors SpaceX pourra mettre sur la table devant l’opinion publique US un truc « énorme ». Et crédible. Et qui sait alors si… ? [Note 1 : décidément l’espoir de voir peut-être de mon vivant un homme (ou une femme) fouler le sol de Mars me fait imaginer des trucs incroyables !] [Note 2 : Les commentaires d’Elon Musk – je ne les ai pas lu de première main, j’en ai seulement entendu parlé –sur la possibilité de pertes humaines qu’il faudrait savoir accepter peuvent avoir un sens plus acceptable pour une partie du public s’il s’agit d’un but global et d’intérêt national vital pour la nation US, alors que bien sûr perdre du monde, si il ne s’agit que de faire avancer modestement la géologie, tout le monde est contre…] [Note 3 : sachez d’avance que je ne lirai pas vos éventuels suggestions ou commentaires sur mon délire, trop sûr que je suis de me faire, proprement et à juste titre, « déchirer » comme je le mérite…]
  6. 1 point
    J'ouvre ce sujet pour présenter ces américains d'origine japonaise qui ont combattu pour leur pays les USA . Au vu de la situation de guerre ,il fut très difficile d'avoir une vie tranquille pour les citoyens US d'origine japonaise qui connaîtront les camps d'internement . https://en.wikipedia.org/wiki/Japanese_American_service_in_World_War_II Et voici un film traitant du sujet ,Go for Broke :
  7. 1 point
    Donnant à penser que le Telegraph puise l'information d'une source proche de Theresa May, c'est une déformation de l'article du Telegraph, qui n'est que l'opinion d'un commentateur indépendant recommandant à Theresa May de considérer cette hypothèse, ainsi que de bien évaluer quelles sont les positions de négociations "de nos alliés et ennemis" : http://www.telegraph.co.uk/news/2016/07/11/how-theresa-may-will-face-down-the-european-union/ (11 juillet 2016) http://www.telegraph.co.uk/news/2016/07/12/theresa-may-builds-cabinet-prime-minister-david-cameron-live/ (12 septembre 2016) 9h08 A contrario, Ken Clarke, ancien ministre, recommande à Theresa May de déclencher l'article 50 "d'ici quelques semaines" pour réduire l'incertitude économique.
  8. 1 point
    Theresa May, qui deviendra Premier ministre britannique demain 13 juillet, a donné des gages assez clairs sur le respect du vote Brexit. Elle se présente comme une négociatrice dure en vue des pourparlers pour l'exécution du Brexit. Son objectif sera d'obtenir le beurre et l'argent du beurre les meilleures conditions pour le Royaume-Uni, en pratique l'accès sans réserve au Marché unique, tout en établissant la souveraineté de Londres en matière d'immigration. Objectif qui peut paraître ambitieux, puisqu'il reviendrait à obtenir des conditions beaucoup plus favorables que celles dont bénéficient des pays comme la Norvège ou la Suisse. Elle semble décidée à conserver la mainmise sur le calendrier Il est vrai que si le prochain président français était... une présidente, les négociations de sortie britanniques pourraient en être facilitées ! Mais enfin ça reste peu probable. Je peux imaginer que May essaie surtout de profiter au maximum du choix dans la date laissé à Londres. Il s'agit après tout de son levier d'action principal. D'aucuns iraient jusqu'à dire le seul, puisqu'une fois l'Article 50 invoqué, le mécanisme de sortie automatique au bout de deux ans ne jouerait pas à l'avantage des Britanniques dans la négociation. Quant à l'attitude des institutions européennes, et du gouvernement allemand des différents gouvernements, l'allemand n'étant pas le moindre... Rien n'est vraiment clair pour l'instant.
  9. 1 point
    De rien, désolé pour les sigles, je n'avais prévu de répondre à G4lly qu'en 3 lignes et puis j'ai fait 3 §. Pour tes MP, j'étais certain d'y avoir répondu, je regarde.
  10. 1 point
    Je trouve que vous êtes vachement sûr de vous même alors que ont voit pas grand chose sur la vidéo. Cobra Turc abattu par le PKK Il y a certaine similitude avec un tir de manpads, même si la vidéo semble montrer un objet venant de face. On peut noter que la boule de feu est assez persistante ce qui peu laisse faire penser à la combustion du moteur d'une roquette S-8. Mais la flame reste "coller' au RAC donc sa peut aussi être du a la combustion des fluides hydraulique/lubrifiant présent dans la queue. Il est assez présomptueux je trouve d'avoir un avis aussi trancher sur la question
  11. 1 point
    Le souffle et debrit on détruit ou endommagé l avion. Un grand classique du bombardement trop bas :( Il me semble que même sur les passes canon il faut faire la ressource du côté inverse du pas de rayure du canon !! Pour éviter les ricochets ! bad Experience du Tchad ou Libye avec Jaguar :(
  12. 1 point
    Il y a aussi le "FOMO", Fear of Missing Out, très présent dans le PE, le VC et autres qui fait que les investisseurs vont voir tout le monde et n’hésitent pas a remettre la main a la poche.
  13. 1 point
    Normal, Taiwan est prisonnier de son principe de revendiquer au moins autant que la Chine continentale. Taiwan a même des revendications sur du territoire afghan.
  14. 1 point
  15. 1 point
    Sujet très intéressant. On en parle dans un film romancé avec Tamlyn Tomita : L'honneur des guerriers. Mais l'unité dont parle le film a vraiment existé. Ces soldats américano-japonais ont été notamment utiles pour traduire les communications radios japonaises, les documents... mais ont aussi été très courageux. L'unité dont parle le film L'honneur des guerriers a été l'une des plus décorées de la guerre.
  16. 1 point
    Effectivement c'est un drole de bricolage avec le ressort de rappel de la culasse qui s'escamote sur le coté ... moi je prendrais pas ca pour faire la guerre. http://www.lawtactical.com/ar_folding_stock_adapter_gen_3_m_p/99312.htm Note que le tube a la con qu'il y a a l'arriere des AR15 classique n'ai pas indispensable a tout les FA ... on peut foutre le ressort ailleurs, tout un ta d'AR15 like ke font justement pour pouvoir installer n'importe qu'elle crosse, ou des variante pistolet mitrailleur etc. J'ai d'ailleur du mal a comprendre pourquoi HK a choisi de ne pas déplacer le ressort dans le receveur ...
  17. 1 point
    Perso, techniquement je pense que c'est faisable et qu'ils peuvent y arriver. Financièrement parlant c'est plus complexe. Surtout si Elon a le plan de s'appuyer sur les finances de ses entreprises pour financer cette aventure. Car SpaceX n'arrive toujours pas a lancer dans les temps, Tesla Idem en plus d'essuyer de grosses pertes. Et Solar City ça risque d’être un gouffre a pognon pour quelques temps. Ce qui veut dire qu'il faudra trouver du fric pour garder a flot ces compagnies et donc de l'argent en moins pour Mars. Et ma peur c'est qu'ils fassent de grosse économies sur la sécurité de la mission et qu'on finisse avec l'agonie et la mort des passagers en direct a la TV retransmis depuis mars. Avec pour résultat perdre quelques décennies de plus avant de voir ce genre de mission devenir viable et régulières. J'aurais préféré par exemple voir la NASA lancer le programme et faire marcher le secteur prive comme pour le programme CRS. Ça aurait donne un cadre a tout ça.
  18. 1 point
    Le F-16 IN, un dérivé du block 60, je crois même que c'était des appareils des EAU qui avaient été présentés.
  19. 1 point
    A la vitesse de la Lumière ? La fumée apparaît instantanément sur l'image. L’hélico étant visiblement au fond d'une vallée tu dois pouvoir avoir des points hauts. Et tu ne vois pas d’objet comme tu ne vois pas de roquettes... Car la vidéo ne permet de distinguer ce genre de détails. Et si tu te refuses a accepter qu'un hélico russe puisse être abattus... Ce genre de remarque marche dans les deux sens.
  20. 1 point
    Je ne vois pas trop le rapport avec les 30m du sol ? La seul fumée que tu vois et celle que tu vois des roquette qui sont plutôt noire mais le fond de la vidéo est gris et limite forcement la visibilité d'autres fumées. Par contre des le début de l'explosion tu vois bien la traînée de l'objet comme venant de l’arrière. Et un manpad peut très bien bien avoir frappe les pales du rotor ou la queue de l'appareil. ou simplement l'explosion a pu endommagée suffisamment la queue pour qu'elle se brise. Et comment un objet venant de l'avant laisse une traînée a l’arrière ?
  21. 1 point
    Quelques nouvelles: L'ESA signe un contrat de 10 millions d'euros, qui s'ajoutent aux 50 millions de £ de l'agence spatiale UK. Le plan et d'avoir un moteur opérationnel au sol pour 2020. http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Engineering_Technology/ESA_commits_to_next_stage_of_UK_revolutionary_rocket_engine
  22. 1 point
    Déjà traité sur un fil ou deux mais l'article fait un bon résumé.
  23. 1 point
    Je ne veux pas faire parano, mais je crois que les deux plus gros actionnaires de City Bank sont Abu Dhabi Investment Authority et le saoudien Al-Waleed bin Talal (prince et homme d'affaires). Maduro pourrait dénoncer un complot pétrolier de la part de la péninsule arabique, non ? En même temps, politiquement, ce doit s'avérer plus difficile à vendre qu'une persécution des USA... EDIT: ça ne s'arrange pas D'abord la misère. Ensuite la guerre civile?
  24. 1 point
    Des Shrapnels qui font le tour de l’hélico qui reviennent par derrière et qui explosent en laissant une traînée de fumée ? La il faut me faire un dessin car je vois pas comment.
  25. 1 point
    oui mais si le jugement avait été inverse c'était l'annexion pure et simple - désormais les USA et tous les autres auront beau jeu d'y naviguer si tel est leur bon plaisir...
  26. 1 point
    tu as de la pendulation passive ou active : passive : la force centrifuge fait basculer la caisse en virage active : tu as des vérins pilotés au niveau de la liaison caisse/bogie. Ensuite, soit sur as un système réactif (tu détectes le dévers ou l'accélération centrifuge), soit tu as un système prédictif (le calculateur connait la position du train sur le parcours). et effectivement ça a un coût : le prix du bogie est plus cher qu'un bogie de TGV, et tu as davantage de pièces mobiles et de maintenance à réaliser.
  27. 1 point
    Interessant au regard de la topographie de la Suisse. Après pas mal de gens sont mallades, une sorte de mal de mer, ou mal de train a cause du balancement de la rame. Je me suis toujours demandé en terme de maintenance/fiabilité il doit y avoir un bon surcoût qd meme. Mais j avoue je ne sais pas comment le "machin" fonctionne.
  28. 1 point
    ST Micro. Avec une partie de la conception ARM sous licence d'ailleurs... Enfin je crois... Mais je dis ca je dis rien. Vu au Salon du Bourget 2015 (stand DGA)
  29. 1 point
    Une mise a jour des vues de Richard Heidmann sur les projets martiens de SpaceX : http://planete-mars.com/mars-colonization-transport-rumeurs-avant-revelation-du-projet/
  30. 1 point
    Au niveau individuel il est certain que la stabilité ou instablité psychologique des individus va jouer. Encore que plus de la moitié des poseurs de bombe/terroristes sont d'anciens petits/moyens délinquants de cités. Je parlais au niveau global du phénomène. Son extension et élargissement à une portion non négligeable d'une population (par rejet de l'autorité de l'Etat, que ce soit les maghrébins ici, les noirs américains aux USA, les white trash en GB, les negritos/mulatos des Favelas au Brésil etc etc ) ont tous une base à peu près identique... Il y' aurait beaucoup a discuter sur ce sujet mais on pourrait le faire dans un autre fil histoire d'arrêter le HS sur celui là
  31. 1 point
    Oui. D'une manière générale, la démocratie ça marche bon an mal an, quand il s'agit d'une nation. Que la nation en question ait 300 mille habitants (Islande) ou 300 millions (Etats-Unis) Quand il ne s'agit pas d'une nation... eh bien, ça donne le "parlement" de l'Union européenne Je rappelle par ailleurs que le dénommé Joachim Murat est prié de se rendre dans les meilleurs délais à Strasbourg, bâtiment du parlement européen. Il est grand temps qu'il donne sa célèbre réplique « Foutez-moi tout ce monde dehors ! »
  32. 1 point
    Quelques prétendants aux primaires et aux futures élections présidentielles se prononcent, voici les premières intentions de certains candidats
  33. 1 point
    J'ai pris le temps de me pencher un peu sur le sujet. A mon avis, les propos qui me semblent le plus restreindre notre autonomie de financement me semblent ceux-cis: Et d'où ça vient? Du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ( http://www.cvce.eu/obj/traite_sur_l_union_europeenne_maastricht_7_fevrier_1992-fr-2c2f2b85-14bb-4488-9ded-13f3cd04de05.html , article 104 ) . On le connait aussi comme le "traité de Maastricht". Il date des années 90, pas de 1973 et un référendum l'a ratifié en 1992. Maintenant, on peut relancer la discussion : faut-il revenir sur cette expression de la volonté populaire? (Bizarrement, je ne sais pas si dans ce cas on trouvera les mêmes partisans que pour le référendum de 2005 )
  34. 1 point
    http://www.ft.com/cms/s/0/5c8d0758-37c4-11e6-9a05-82a9b15a8ee7.html (21 juin 2016) Le taux de non-emploi des adultes dans la force de l'âge de sexe masculin est plus important aux Etats-Unis qu'en France [1] et celui des femmes est fort également. Pour y remédier, la Maison Blanche envisage les pistes suivantes : - renforcer la formation professionnelle et l'aide à la recherche d'emploi - les crèches pour maintenir les mères au travail - la hausse du salaire minimum - l'effacement du casier judiciaire des anciens délinquants non violents [1] Voir la figure 5 page 10 (11/48) dans https://www.whitehouse.gov/sites/default/files/page/files/20160620_cea_primeage_male_lfp.pdf (juin 2016), rapport de la maison blanche sur le déclin de la participation au travail des adultes masculins. http://www.cbsnews.com/news/behind-the-rise-in-americas-workforce-dropouts/ (5 janvier 2016) En 10 ans, le taux de non-participation au travail de la population (tous âges et sexes confondus) est passé de 31.3 à 35%. En 2014, 87.4 millions d'Américains de plus de 16 ans n'étaient pas dans le marché du travail, comparé à 70.5 millions en 2004, selon le Bureau of Labor Statistics.
  35. 1 point
    La Suisse a eu... un programme nucléaire !
  36. 1 point
    On évoque un nouveau possible running mate pour Trump, moins ennuyeux que les autres, un choix qui serait plus dans le style Trump : Michael T. Flynn, un lieutenant général démocrate ! Finalement je n'étais pas si loin que ça quand j'ai évoqué Jim Webb Flynn a notamment été le directeur de la Defense Intelligence Agency, il y avait été nommé par Obama. Depuis le début il avait été annoncé que Trump choisirait un républicain et quelqu'un ayant plus d'expérience que lui en politique, là c'est tout le contraire. Déjà que l'establishment du parti républicain ne considère pas Trump comme l'un des leurs, alors si en plus il choisit un VP démocrate ils vont devenir fous. Une façon de Trump de leur dire "soutenez-moi vraiment ou je choisis un démocrate" ? Flynn s'est publiquement déclaré pro-abortion, comme Trump avant qu'il ne "change d'avis" pour se conformer à la ligne du parti. Cela pourrait donner un accent plus martial à la campagne de Trump tout en la recentrant politiquement sur certains thème sociétaux. http://www.reuters.com/article/us-usa-election-trump-flynn-idUSKCN0ZQ0RB
  37. 1 point
  38. 1 point
    Personne n’a de projet martien à l’heure actuelle. Personne n’a de rêve. L’européenne Ariane 6 existe(ra) non pas à cause d’un rêve ou d’une ambition (au-delà de l’ambition de ne pas perdre ses parts de marché…), mais parce que les européens se sont aperçu qu’il fallait “faire quelque chose” sinon les chinois ou SpaceX allaient les éliminer du marché commercial. L’Europe a réagi non pas parce qu’une vision l’anime, mais parce qu’on lui a botté le c-- ! Et Ariane 6 n'est conçue que pour continuer à pouvoir faire du commerce, pas pour changer le futur de l’humanité (Ariane 5 portait, elle au moins, le rêve de la mini-navette « Hermes »…) La Russie fait avec les mêmes lanceurs depuis cinquante années. Angara existe mais a été tire une fois (2014). Une seule petite fois... Des versions élargies futures pourraient effectivement permettre un vol lunaire habité (en 2030 ?), répétition de celui de Neil Armstrong soixante années plus tard. Mais, si l’argent est la… C’est un bien gros « Si » dans la Russie d’aujourd’hui. On est de toutes facons loin des 500t LEO qui sont le strict minimum pour commencer à parler d’un homme vers Mars. La Chine, avec cinq missions habitées depuis 2005, une tous les trois ans environ, et une durée maximale en orbite de quinze jours, ne peut pas prétendre à terme de vingt ans nous faire rêver de Mars. Pas encore et pas avec un vol tous les trois ans... Le SLS de la NASA ce n’est pas beaucoup plus brillant. Ayant arrêté le Shuttle, la NASA était devant des choix qui – à mon avis – étaient tous mauvais à partir du moment où le préalable était quand même de dépenser le moins possible d’argent : Ne rien faire (et perdre d’une part la compétence technique et d’autre part le support des élus des états à forte industrie spatiale) ; Développer un lanceur classique/raisonnable dans les 40t LEO (pour lancer Orion), mais le privé US le fait déjà un peu (SpaceX, Boeing,…) et c’était alors concurrencer avec de l’argent public les efforts du privé… Faire un truc avec les éléments dont on dispose (moteurs SSM et booster a poudre) et le résultat c’est le SLS à un milliard de USD le coup (et 10 milliards d’USD de développement) avec une cadence d’une fois par an au mieux, pour lancer 70t LEO (plus tard 130t LEO), avec aucune mission sérieuse au-delà du test de « Orion » et d’une ou deux missions lourdes vers Jupiter pour lesquelles la large masse en LEO permettra d’y aller vite en 3 ans en s’affranchissant des 5/6 ans de voyage et des multiples assistances gravitationnelles qu’on doit supporter jusqu’à présent (type « Juno »). Le SLS – c’est un avis strictement personnel – je ne le vois pas comme un lanceur mais comme une forme de subvention étatique à l’industrie spatiale US. Et même avec 130t LEO, on ne va pas sur Mars. Avec on pourra à la rigueur placer un vaisseau habité en orbite martienne en accolant à « Orion » un module habitat [le DSP « Deep Space Habitat »]), on fait des photos et on rentre vers la Terre après deux semaines. Ce sera « Apollo 8 autour de Mars »… Et à part ça, pour la NASA ? Rien de nouveau, c’est-à-dire l’ISS ou un truc identique avec l’Europe, le Canada et le Japon mais sans les russes, et « Orion ». « Orion » permet d’aller au-delà de la Terre, mais pas longtemps (peut-être 4 semaines) du fait de son faible volume interne (avec 4 membres d’équipage). Et qu’est-ce qu’on peut faire à deux semaines de la Terre ? Rien d’autre que d’aller à nouveau sur la Lune. Et à part de la géologie, certainement intéressante mais infiniment moins que celle de Mars (ne serait-ce que parce qu’Apollo a quand même permis de dégrossir un peu la question de la géologie lunaire), la Lune n’a rien pour le moment de bien positif à apporter. Sauf peut-être comme source de combustible chimique par exploitation des réserves d’eau que l’on pense exister dans les zones polaires jamais éclairées par le soleil. Mais pourquoi extraire et satelliser autour de la Lune ou de la Terre des centaines de tonnes de combustible chimique ? Le seul but qui le justifierait, c’est Mars. Et SpaceX alors ? Reconnaissons-leur au moins la mise au point du moteur Merlin et la capacité technique à tirer mensuellement 5t vers GTO, un rythme que personne d’autre ne tient aujourd’hui. Parce qu’ils cassent les prix ? Surement, et toute la question (BIG question number ONE) est de savoir s’ils s’y retrouvent financièrement… Techniquement ils ont eu un échec l’an dernier, sur une faute de calcul des structures et du processus de fabrication. Un peu ennuyeux quand même quand on vise Mars. Mais l’avantage – extraordinaire – qu’ils ont d’être seuls à pourvoir analyser à volonté les étages revenus sur terre, devrait leur permettre de fiabiliser absolument leur lanceur. La BIG question number TWO c’est de savoir justement si les premiers étages revenus sur terre pourront être réemployés et à quel cout et à quel rythme. Techniquement, ils ont aussi à leur actif le Dragon 1 et son retour sur terre de matériel. Et même leurs plus acharnés détracteurs doivent probablement penser que SpaceX arrivera à mettre au point et le Dragon 2 (jusqu’à 7 astronautes en LEO) et la Falcon Heavy (avec retour au sol systématique au moins des deux étages latéraux). Si la mise au point du moteur Raptor (la BIG question number THREE) est réalisée sans trop de délai (2018 ?) ni de surcout, alors un super-lanceur capable de 100t ? 200 ? 500 ? 700 ? en LEO par extrapolation du concept Falcon et Facon Heavy est techniquement du domaine du tout à fait possible et cei assez rapidement (2022 ?). Et des réponses positives aux BIG questions ONE, TWO et THREE donneraient un accès à la LEO par centaines de tonnes à un prix d’un (ou deux !!) ordres de grandeur inferieur par rapport au SLS. Outre que cela poserait la question de la cohérence de la politique spatiale des USA (pourquoi continuer le SLS ??), la combinaison des deux - masse unitaire importante et bas cout - fait que le rêve martien devient possible… Rêvons de 500-600t en LEO pour 50 millions d’USD (avec des mega-premiers étages qu’il suffirait littéralement de remplir en combustible avant de les relancer !). Financièrement, cela ne tient pas bien sûr. SpaceX ne peut pas le financer. D’abord parce que on parlera toujours quand même de milliards d’USD pour la moindre mission martienne. Ensuite (surtout) parce le développement des technologies nécessaires à la colonisation (le support vie sur le sol de Mars, la mise au point d’une navette (le MCT) capable de réaliser une rentrée atmosphérique pilotée dans le contexte martien, la création et maintien de flottes de satellites telecom et GPS en orbite martienne, etc...) est hors de portée de SpaceX. Mais pas de la NASA… Et pas des USA surtout... Mon rêve a moi, c’est que le pari secret d’Elon Musk est le suivant : imposer Mars – la colonisation massive de Mars – comme un objectif national des USA à partir de la deuxième moitié des années 2020 en développant des outils (le super-lanceur capable de 500-700t LEO à « bas cout ») qui ouvrent la porte à une vision. Pas seulement d’un « petit pas pour un homme » mais d’un changement d’échelle pour la nation américaine. Montrer que c’est possible et que, si on y consacre disons 50 ou 100 milliards d’USA par an (j’écris n’importe quoi, mais le budget 2016 de l’état US c’est de l’ordre de 3,700 milliards d’USD donc je ne parle ici que de 2 à 4%) pendant vingt années, les USA peuvent faire un bond en avant incomparable, changer littéralement de nature et de dimension (bye-bye la Chine, l’Inde et tous les autres !!). Des USA qui auraient en 2050 (ou 2060) une empreinte martienne largement (totalement ?) autonome et abritant 10.000 habitants, avec enfants, école et navettes hebdomadaires vers la Terre… Et visant le million pour 2100 ? [Bon je fatigue un peu là… Je vais boire frais et, en attendant l’entrée un jour de Mars dans la zone Schengen (vers 2150 ?), je vais me préparer pour le match de ce soir]
  39. 1 point
    A ceux qui suivent de près, est-ce sérieux ? Il me semble que le Cyber Caliphate n'avait jamais été reconnu par Daech et sentait le "faux nez".
  40. 1 point
    De gauche à droite, AMX 30 B2, AMX32/105, AMX32/120, AMX 40, Leclerc.
  41. 1 point
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/jul/07/blair-chilcot-war-in-iraq-not-blunder-crime (7 juillet 2016) L'une des contributions durables du rapport Chilcot devrait être de nous encourager à être plus audacieux à défier l'autorité, à être sceptique des allégations officielles, à se tenir fermement contre un agenda agressif monté en épingle par les médias. Nelson Mandela, qui avait dit lors de la montée en guerre que les USA et le Royaume-Uni sapaient les Nations Unies, est conforté par le rapport Chilcot. Chilcot: "Blair avait été averti qu'une invasion augmenterait la menace terroriste d'Al-Qaïda et d'autres groupes". Relire des articles d'avant-guerre comme "Les mensonges qu'on nous conte sur l'Irak" dans le Los Angeles Times ( http://articles.latimes.com/2003/jan/05/opinion/op-marshall5 ), est instructif. Ce que dit le rapport Chilcot était déjà connu avant l'entrée en guerre. http://www.dailymail.co.uk/debate/article-3678087/STEPHEN-GLOVER-Forgive-poor-taste-really-question-Tony-Blair-s-sanity.html (7 juillet 2016) Plus d'un an avant l'invasion de l'Irak, [j'avais dit que Tony Blair avait] une fâcheuse tendance à mélodramatiser les événements et à exagérer le danger. Arrivé en automne 2001, Blair avait déjà goûté au sang, si l'on peut dire, dans le conflit maintenant presque oublié du Kosovo, où les forces américaines et britanniques avaient chassé les troupes de Slobodan Milosevic de l'enclave gouvernée par les Serbes, sans se soucier que beaucoup des ennemis de Milosevic étaient tout aussi méchants que lui.
  42. 1 point
    Il ne faut pas exagérer non plus, où vois-tu une guerre civile, 1 millions de manifestants, et quelques extrémistes, dont on ne sais d'où ils viennent, qui cassent des vitrines, et les forces de l'ordre qui sont à quelques mètres qui laissent faire. Il y a pire comme guerre civile. Une économie qui n'est pas bloquée, voir les derniers résultats du chômage, des grosses sociétés qui font de plus en plus de profits depuis 20 à 30 ans.
  43. 1 point
    Ce que j'ai dit concerne les systèmes ITAR free donc en général des processeurs embarqués dans des plateformes. Pour ce qui est du Big data, bien sûr qu'on fait n'importe quoi, mais il y a des règles bien plus stricte en France pour ce qui concerne la protection des données classifiées. ALIS ne serait pas possible en France tout simplement parce que à partir du niveau "confidentiel défense" il est interdit de brancher sur Internet un système qui gère de telle données. Je te raconte pas pour le niveau "secret": là tu dois être dans une cage de Faraday et toutes les autres règles à l'avenant. En Allemagne (J'étais habilité secret Krypto là bas) j'ai visité une salle qu'ils voulaient upgrader pour la rendre capable de traiter du niveau "Secret" ils m'ont présenté le projet pour que je donne mon avis, pensant que je ne trouverait rien, et j'ai décelé une vingtaine de faiblesse en appliquant les règles Françaises, dont ils n'ont pas tenue compte car cela aurait coûté trop cher. Mais en France ça passait pas.
  44. 1 point
    Merci pour tes efforts d'objectivité, au moins tu as pris en compte certaines remarques mentionnées plus haut. toutefois, je t'aide pour le dernier paragraphe car il semble que le naturel est revenu dans tes dernières phrases. je te propose remplacer "...les premiers missiles seront testés pour 2025. A cette même date les drones seront dans leur phase suivante d'usage, avec je l'espère la version opérationnelle du Neuron disponible chez nous. ..." Par : "Le neurone sera operationnel en 2025, j'espère que les premiers missiles seront testés pour 2025". Tu vois c'est la meme info mais présenté autrement. Elle est tout aussi vrai. je propose également les corrections suivantes: "... Pour répondre à cela il va falloir réduire drastiquement les temps de réponse face aux menaces, retarder la capacité ennemi à cibler l'avion tout en prenant en compte l'évolution des radars rendant peu a peu la furtivité passive obsolete, je suis d'ailleurs inquiet du retard pris par le programme F35 sur ce point ou la furtivité active semble ignorée, permettre une activité multi-tache efficace et centralisée telle que permise by design par le system Rafale ... A ce jour la seule réponse satisfaisante est une fusion de données associée à un partage des tâches idéalement entre deux naviguants, cela n'étant pas possible sur le F35 je suis également très inquiet sur ce point, automatisation beaucoup plus poussée des systèmes des avions de combat, avec des prises de décision de l'avion sans passer par le pilote ... Une automatisation devant faire echo avec l'intelligence autonome des drones ailiers dans un réseau de donnée qui ne pourra jamais être fiable et sécurisé devra être fiable et sécuriser car il sera une cible majeure des guerres qui arrivent .... et là, pendant que certains en France en Amérique rient ... d'autres avancent..."
  45. 1 point
    Comme l'avait bien expliqué PD7 dans un autre fil, le système français de la recherche est un système à pyramide inversée. Comme dans tous système de recherche il y a du déchet mais dans le meilleur des cas les grands centres dédiés (ONERA, CNRS, etc...) partagent leurs découvertes avec les labo des universités qui s'occupent de les transformer en produit avec l'appui d'entreprises locales ou nationales, le tout à l'aide de financements nationaux ou régionaux. L'ensemble de ce système coûte des milliards chaque année à la collectivité, milliards auxquels s'ajoutent d'autres milliards, ceux des investissements en R&D des grandes entreprises privées ou semi privées dans une proportion souvent supérieure à 10% de leur CA, ce qui est une très bonne performance au niveau mondial. Bon, tout n'est pas rose, car si le système éducatif permet de fournir la masse d'ingénieurs dont l'industrie a besoin, il peine à fournir par contre les techniciens et ouvriers spécialisés nécessaires à la concrétisation de ces recherches pour des raisons culturelles qui échappent à l'entendement. Ensuite, si nous ne voyons que très rarement les résultats de ces investissements, c'est à la fois pour des raisons de discrétion naturelle dans les domaines sensibles et parce que les médias généralistes ne s'y intéressent pas du tout ou pire dévalorisent la recherche française par manque d'information ce qui est un comble pour des journalistes qui ne font que relayer les annonces promotionnelles venues souvent de l'extérieur du pays. Ce n'est pas entièrement de leur faute, il existe une capacité aussi forte qu'étrange d'auto-dénigrement en France qui leur donne raison, ou plutôt qui leur donne du grain à moudre facilement. Ceci dit, à mon sens, il y a bien plus de recherche, d'investigation et de rigueur dans la plus petite PME aéronautique française que dans l'ensemble des médias généralistes nationaux et régionaux confondus. Il existe par contre une littérature spécialisée riche et parfois rigoureuse. Qui dans les médias principaux relève que la France est un des rares pays à réunir et maitriser les aptitudes et technologies nécessaires à la conception et la réalisation de A à Z d'un avion de chasse à la pointe de la technologie? Et pour la production de base, nous possédons ce qui se fait de mieux en outil de production: fonderies dernier cri pour les éléments GaN ou IR, tour d'atomisation des poudres d'alliage, etc... Qui en parle? Cela ne veut pas dire que la France peut sortir un nouveau modèle à chaque piste prometteuse comme c'était le cas après la deuxième guerre mondiale, d'ailleurs plus personne n'en a les moyens, y compris les USA, mais elle a la capacité et surtout l'autonomie qui correspondent à ses besoins politiques, stratégiques et militaires. D'autres pays ont eu besoin de s'associer et ils n'ont pas fait mieux ni moins coûteux que le Rafale, ce serait même plutôt l'inverse parce que, si concentrer les moyens financiers peut être une bonne idée, concentrer les compétences est en revanche souvent voué à l'échec pour la simple raison que coopération et concurrence ne font jamais bon ménage. Il faut parfois apprendre à se débrouiller seul, sans crainte, et cesser de loucher sur les jouets du voisin. Maintenant, pour le comparatif entre France et USA, nous ne jouons clairement pas dans la même cour en ce qui concerne les moyens financiers mais nous arrivons à des résultats similaires, cohérents et adaptés à nos besoins, et même dans 8 ans, ce qui est demain à l'échelle militaire, il est très probable que ce sera encore le cas. Une fois pour toutes, le Rafale est de la même génération que le F-35 puisque les deux remplacent des appareils d'une génération identique. Toute autre nomenclature, n'étant pas adaptée à tous les systèmes, ne peut être universelle. Il ne suffit pas de dire "ça c'est dépassé" pour que ça le devienne comme il ne suffit pas de dire "ça c'est l'arme de demain" pour que tout le monde mette son matos à la benne. Bien sûr qu'il faut réfléchir aux besoins futurs mais il ne faut pas non plus tomber dans le piège du discours marketing qui n'a pour but que de créer un besoin dans un marché le plus étroit possible tout en donnant le sentiment que la concurrence est dépassée. Il ne faut pas se tromper de combat. Nous n'avons pas toutes les cartes en main pour nous imposer sur le plan commercial, ce n'est pas une raison pour nous décrédibiliser sur le plan technique. Dans le domaine de la simulation ou de la prospective, l'homme est ainsi fait qu'il retiendra le scénario qui l'arrange ou le met en valeur sans prendre beaucoup de risques puisque il ne s'agit que de prospective. Pour résumer, en l'absence d'élément probant démontrant le contraire, nous ne sommes pas largués et nous n'avons pas besoin de les imiter et si le Rafale, même associé au FCAS ne sera peut-être pas capable de faire exactement la même chose que le F-35, l'inverse est vrai également et ce n'est ni un problème pour la France ni pour les US qui ont chacun adapté et adapteront leurs tactiques en conséquence.
  46. 1 point
    Je me permet d’émettre un Bémol: Les Power PC du Rafale sont fabriqué en France et d'une manière générale c'est le cas pour tous les processeurs militaires qui participent à un système d'arme ITAR Free, comme l'est le Rafale (ainsi que l'ATL2). Les systèmes d'exploitations militaires ne sont pas issu du civil, ils sont en général spécifiques et développés par Thales. On a nos propre algorithme de chiffrement qui n'ont rien à envier par rapport à ceux des US puisqu'on arrive à les faire certifier par la NSA au grand étonnement des Américains (je le sais j'ai été secret défense chiffre). On est parmi les meilleurs dans le traitement en masse des données, avec une philosophie différente de celle des Américains, mais sans doute plus efficace puisqu'ils n'arrivent pas à traiter toutes les données qu'ils collectent alors qu'avec beaucoup moins de moyens on fait un travail à peu près équivalent. Encore une fois ils ont beaucoup plus de faire savoir que de savoir faire.
  47. 1 point
    Tu as une guerre de retard Dark Sidius. Une attaque des Russes ou Chinois, bha voyons ...
  48. 1 point
    Un nouveau modèle de torpille lourde pour la marine russe, désignée Futlyar, est en cours d'essai La mise en service est prévue vers 2017. Etrangement, le communiqué de presse (repris partout) parle de guidage IR (!!!). C'est une coquille à la sputnik, ou y a eu une révolution dans la détection non accoustique ? http://www.defense-aerospace.com/articles-view/release/3/174899/russian-navy-to-receive-new-advanced-torpedo-designated.html
  49. 1 point
    ... Juré !! ... Vraiment tout seul ... c'est l'automatisation, quoi ! Bien aligner l'axe de la lance, longitudinal et vertical ... Et ça part tout seul !! (pour ne pas rater Web123 s'il a un peu chaud)
  50. 1 point
    Fuite en avant, soviétisme. L'histoire de l'URSS est parsemée de catastrophe de ce genre (pour ne pas affronter la réalité factuelle, fuite en avant dans des mauvaises décisions entrainant davantage de problèmes), et, plus particulièrement, sa dernière décennie.