Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

The search index is currently processing. Leaderboard results may not be complete.

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 04/02/2018 in all areas

  1. Le F-35 aura son film "F-35" réalisé par M. Night Shyamalan auteur du "sixième sens" et de "Signs". Son but explorer les profondeurs du complexe militaro-industriel. “Remarkable. A tour de force,” hailed Richard Roeper of the Chicago Sun-Times. “The plot was crafted so meticulously that he fooled an entire defense industry into thinking that the plane would actually work.” Ca semble pas mal.
    8 points
  2. Même en admettant qu'on a affaire ici à un cas de légitime défense ou l'armée israélienne aurait fait son boulot correctement et sans bavure excessive (ce que je ne fais absolument pas!) il faudrait se demander un peu si la politique israélienne actuelle peut mener à autre chose qu'a une répétition ad nauseum des mêmes situations, des mêmes bavures, des mêmes agressions et contre agressions. Au delà du coté possiblement criminel de la bavure actuelle c'est l'ensemble d'une politique qui n'est conçu que comme une "guerre éternelle" à cause d'une idéologie qu'on est incapable de remettre en cause sur laquelle il faut se poser des questions. Les israéliens choisissent de continuer une politique qui inévitablement conduira encore et encore à des massacres de ce genre. C'est quelque part bien plus criminel qu'un simple massacre. Et ils n'ont rien d'autre à proposer! Ils ne peuvent/veulent ni créer un état, ni intégrer, ni expulser, ni massacrer les palestiniens. Toutes les issues du conflit sont bouché par leur propre choix! C'est pourquoi seule une pression internationale peut faire bouger les lignes ces "bavures" continuelles semblant convenir parfaitement au gouvernement israélien. Ce en quoi ils ont courte vue, car rien jamais ne dure éternellement.
    7 points
  3. on devrait faire un exercice aérien conjoint avec la Grèce au dessus des îles grecques ..... et baser quelques rafales en Grèce... Pour moi aussi l'Erdogan il merite quelques menues bricoles.
    4 points
  4. J'adore la base "Lafarge" .... dans la série je surfe sur l'actualité....
    4 points
  5. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/04/01/97001-20180401FILWWW00070-erdogan-accuse-netanyahou-d-etre-un-terroriste.php C"était le moment "1er avril" de Erdogan.
    4 points
  6. http://foreignpolicy.com/2018/03/21/nobody-knows-anything-about-china/ Tradoche rapide En tant qu'étranger en Chine, vous vous habituez à entendre les autochtones vous rétorquez que "vous ne connaissez rien à la Chine". C'est souvent une réaction réflexe à un problème moderne, ou en défense de l'un des nombreux mythes que les enfants de la Chne continentale apprennent comme étant des faits indisputable sur le monde. Mais c'est vrai. Nous ne connaissons rien à la Chine. Et les Chinois non plus ; pas même leur gouvernement. Nous ne connaissons pas la Chine parce que, de manières qui ne sont souvent pas reconnues, presque toutes les informations publiées par ou à propos du pays est non-fiable, partielle, ou déformée. La taille immense du pays, combinée avec un régime de censure toujours croissante et une paranoïa omniprésente concernant le partage d'information, handicape lourdement notre capacité à connaître la Chine. Les chiffres officiels sont lissés à maintes reprises à la fois pour des raisons de propagande et pour des ambitions carriéristes. Cela concerne autant les Chinois que les étrangers ; il peut être plus facile pour des citoyens chinois d'accéder à une information, mais chercher cette information peut avoir un coût plus élevé. Par exemple, nous ne connaissons pas les véritables nombres pour la croissance du PIB. La croissance du PIB sert depuis longtemps à juger les carrières des hauts-fonctionnaires. Le résultat est que les valeurs concernées sont déformées à chaque niveau, car les personnes qui les rapportent sont les même que celles qui ont à profiter d'une valeur forte. Si vous additionnez les PIB fournis par les provinces, la somme est 10% supérieure à la valeur fournie en dernier lieu par le gouvernement national , valeur elle-même ajustée pour atteindre des objectifs politiques. Les gouvernements de provinces ont de plus en plus avoué avoir recourt à ça ces dernières années, mais la pratique dure depuis des décennies. Nous ne connaissons pas l'étendu des prêts risqués, dissimulés de manière routinière par les banques. Nous ne connaissons pas la composition des avoirs financiers chinois. Parfois nous n'apprenons pas qu'il y a une reprise parce que la dissimulation préalable des mauvaises nouvelles la rend invisible. Nous ne connaissons pas le coefficient Gini de la Chine. Mais les données économiques sont peut-être, ironiquement, plus fiables que les autres parce qu'on se méfie beaucoup plus de leur manque de fiabilité. Le Bureau National de Statistiques chinois s'est lui-même souvent plaint de rapports truqués et essaie désormais d'obtenir les données des provinces sans passer par des intermédiaires. Il y a eu des opérations de nettoyage et des tentative de correction des erreurs, toutefois la dérive idéologique et paranoïaque du Parti peut fait faire obstacle à ces efforts. Mais ce que nous ne connaissons pas s'étend bien au delà de l'économie. Prenez n'importe quel secteur en Chine et vous trouverez des informations publiques déformées ou passées sous silence ; allez voir les autorités compétentes et elles admettrons souvent les pratiques les plus choquantes en privé. Nous ne connaissons pas la véritable taille de la population Chinoise à cause de la reluctance à inscrire à l'état civil des seconds enfants non-approuvés, ou pour le bureau de planification familiale à annoncer qu'ils ont échoué à contrôler les naissances. Nous ne savons pas où ces gens se trouvent, les cantons ruraux ayant intérêt à déclarer une population supérieure pour recevoir plus de subventions des échelons supérieurs du gouvernement, tandis que les districts urbains déclarent des chiffres plus bas pour rester sous les objectifs de contrôle de la population. La population officielle de Pékin est 21,7 millions, elle pourrait être en fait de 30 à 35 millions. Des dizaines, voire des centaines, de millions de migrants sont officiellement à la campagne mais réellement dans les villes. (Peut-être. Nous ne connaissons pas l'étendue des récentes expulsions hivernales des pauvres des métropoles.) Nous ne savons pas si ces gens respirent de l'air pur et boivent de l'eau potable parce que les données environnementales sont pleines de trous. Nous ne connaissons rien à la politique de haut niveau en Chine. Au mieux, nous pouvons faires, comme moi, des hypothèses éclairées. Nous ne connaissons pas comment fonctionnent les politiques internes du Zhongnanhai, l'équivalent chinois du Kremlin. Les politiciens chinois n'écrivent pas leurs mémoires pleines de révélations ; les journalistes chinois ne peuvent pas écrire des ouvrages comme Le Feu et la Fureur, What it Takes, ou même Game Change. Nous ne savons pas si Xi Jinping cherche véritablement la prospérité et la puissance de la Chine, ou bien seulement la sienne. Nous ne savons pas si les hauts fonctionnaires ciblés dans les campagnes "anti-corruption" étaient réellement plus corrompus, lascifs, ou déloyaux que la moyenne ; ou s'ils étaient tout simplement des adversaires politique de Xi. Nous ne connaissons pas l'étendue du factionnalisme au sein du Parti Communiste Chinois, quoique nous savons combien de fois son existence est condamnée... par Xi et sa faction. Nous ne savons même pas si les hauts-fonctionnaires qui chantent les louanges de Xi croient réellement ce qu'ils disent, ou si plus simplement ils sont motivées par la peur ou l'arrivisme. Nous ne savons pas ce que les gens pensent. Nous ne savons pas si les personnes interviewées soutiennent vraiment leur gouvernement ou bien fournissent des réponses prudentes aux questions posées par un étranger dans un pays répressif. Nous ne savons pas pourquoi les Chinois disent aux instituts de sondages qu'ils font plus confiance aux autres que dans n'importe quel autre pays du monde, alors qu'en pratique la paranoïa au sujet des intentions des autres est si répandue que les personnes âgées ne reçoivent pas d'assistance dans les rues de peur que ce soit des escrocs, et que des enfants comme la petite Wang Yue sont abandonnés à leur sort quand une voiture les renverse. Nous ne connaissons pas le véritable budget de la défense. Nous ne connaissons les conditions de vie quotidienne dans l'armée chinoise car les restrictions placés sur la couverture des actualités militaires et sur la parole des soldats sont encore plus strictes que pour les civils. Nous ne connaissons pas la qualité réelle des écoles chinoises parce que les statistiques qui circulent, fournies par le PISA, et qui placent la Chine au premier rang mondial, furent prisent à une étude portant sur un petit groupe de grandes écoles à Shanghai. Dès que l'étude fut étendue à Pékin et des provinces riches, les résultats chutèrent brusquement. (La complaisance de PISA à accepter un échantillon aussi peu représentatif est typique de la naïveté et de la docilité de nombreuses ONGs étrangères, tout particulièrement dans l'éducation, dès qu'il s'agit de la Chine; j'ai vu de nombreux éducateurs se laisser berner par un Potemkinisme évident, allant jusqu'à croire que le Beijing No. 4 High School (un établissement prestigieux, comparable à Eton College) était un "lycée publique typique de la Chine".) Nous ne connaissons pas l'étendue de l'effondrement de l'éducation rurale. Nous ne connaissons pas les véritables statistiques d'alphabétisation, entre autre parce que la façon de la mesurer diffère entre les villes et les campagnes (une astuce fréquente pour de nombreux indicateurs). Nous ne connaissons pas les véritables statistiques criminelles, tout particulièrement dans les villes, qui pourraient ne représentait de 2,5% du total réel. Nous ne connaissons pas le bilan des victimes de l'insurrection Ouïghour dans le Xinjiang, où les hauts-fonctionnaires locaux, d'après les dires d'un expert gouvernemental sur le terrorisme, "tordent les chiffres autant que durant le Grand Bon en Avant"; et nous ne savons pas non plus combien de gens sont actuellement détenus dans des "camps de rééducation". (Au passage, nous ne savons pas combien de personnes périrent dans le Grand Bon en Avant, entassés dans des tranchées dans les villages ou abandonnés dans les prairies désertées : les 16,5 millions jadis officiellement reconnus, ou les 45 millions estimés par certains historiens.) Et nous ne savons pas ce que nous ne savons pas. Ce sont les inconnues connues, mais les inconnues inconnues sont tout aussi angoissantes. Les plus grands scoops, ceux qui vont secouer ou transformer la Chine et le monde, échappent peut-être en ce moment même à notre sagacité. Les reporters étrangers sont restreint à quelques cités, surtout Pékin, Shanghai, et Shenzhen ; ils sont suivis et harcelés quand ils voyagent ailleurs dans le pays et trouvent tout particulièrement difficile d'atteindre la campagne. (D'après les chiffres officiels de la population, Pékin et Shanghai, souvent décris comme la normale de la nouvelle Chine, abritent moins de 4 pourcent des habitants du pays.) La situation pour les journalistes chinois est encore pire ; une capacité très limitée à mener du journalisme d'investigation dans les années 2000 a été presque anéantie par des autorités déterminées à ce qu'il n'y ait aucune forme de supervision en dehors du Parti. La peur prend les gens à la gorge ; ceux qui donnaient des noms s'expriment maintenant de manière anonymes, là où beaucoup d'autres ne parlent pas du tout. Nos sources d'informations, qui n'ont jamais été plus qu'un ruisselet ténu, se sont asséchées presque totalement sous un régime de censure de plus en plus serrée. La plateforme de média social Weibo fut jadis une fenêtre sur les doléances et les scandales des provinces, elle est maintenant massivement censurée. Des groupes de discussions privés sur WeChat, un service de messagerie à la croissance fulgurante, l'a remplacée ; mais l'année dernière ils furent à leur tour soumis à la censure de masse. Tout cela rend d'autant plus impressionnant le travail de ceux qui arrivent à extraire des données économiques ou politiques crédibles, comme le maître chercheur Adrian Zenz. Et tandis que le gouvernement ferme toute source d'information échappant à son contrôle, nous ne pouvons que nous demander ce qu'il connait lui-même. Les hauts-fonctionnaires locaux ont toujours demandé d'énormes quantités de données ; il n'est pas inhabituel de recevoir des demandes telles que "faites la liste de quiconque assiste à des cérémonies religieuses dans votre district, et où". Mais le système a toujours déformé l'information qu'il envoie, même en interne, et peut-être plus encore maintenant que Xi a établi une dictature absolue. Li Keqiang, le Premier Ministre chinois (de plus en plus insignifiant, d'après nous) s'était plaint à des diplomates américains en 2017 de son incapacité à obtenir des informations économiques de base sur la province dont il était alors le dirigeant, et de son besoin d'envoyer des amis et des collègues dans des voyages de renseignement discrets. La solution du gouvernement est de mettre de plus en plus sa foi dans le "big data", croyant qu'en passant outre les fonctionnaires de plus bas niveau il est possible d'obtenir les informations directement à leur source. D'immenses quantités d'argent sont investies dans le "big data", y compris des efforts de police prédictive et la surveillance à grande échelle des dissidents. Le gouvernement exige des firmes chinoises, et des firmes étrangères présentes en Chine, qu'elles conservent et fournissent des données à grande échelle. Mais "big data" est aussi enclin aux distortions systématiques, à la confiance déplacée, et à la plus ancienne règle informatique : si on rentre n'importe quoi, on obtient n'importe quoi. Comme l'économiste Josia Stamp le rappelait d'une autre puissance essayant de contrôler un immense territoire pas des moyens oppressifs, "le Gouvernement des Indes Britanniques est très friand de statistiques. Il les collecte, les additionne, les élève à la nième puissance, en prend la racine cubique, et prépare de merveilleux diagrammes. Mais il ne faut jamais oublier que chacun de ces chiffre vient en premier lieu du chowty dar, le veilleur du village, qui écrit ce qu'il veut." Est-ce que la technologie va permettre, aujourd'hui, au gouvernement chinois de faire mieux ? Nous ne le savons pas.
    4 points
  7. Avec un peu de chance il fera un AVC en se mettant en colère contre nous
    3 points
  8. Le mettre en colère ? Tu le trouves trop calme peut-être ? Sur le simple volume de ses 3 dernières interventions, son apaisement et sa sagesse ne m'apparaissent pas manifestes ! Toutes ses décisions en elles même, concaténées l'une à l'autre dans une stratégie précise de prédation territoriale forment ultimement une monumentale erreur... En fait, avec clairvoyance, Erdogan est lui mème une erreur, pour la Turquie, les turcs, leurs voisins, la région, l'Europe, la France, nous... le monde. Objectif : 0 problèmes avec ses voisins Résultat : 0 voisins n'ayant de problème. Attendu sa dernière stratégie de communication dirigée contre le France, notre simple présence (limitée) au coté des kurdes suffit à polariser toute son agressivité sur nous.
    3 points
  9. Essayons de mettre erdogan en colère (a priori c'est assez facile) sur des déclarations comme notre soutient a la Grèce et il fera certainement une grosse erreur qui lui coutera cher .
    3 points
  10. Erdogan est certes un dangereux tyran qui se fiche pas mal de l'avis de la communauté internationale, mais il y a des limites a ne pas dépasser au risque de se voire ostraciser par le reste du monde (ou se faire raser une partie du pays)... et ça il le sait. Qu'un F16 bombarde "par erreur" une base ou un convoi de FS c'est les choses qui peuvent arriver à la guerre (tout comme le fait que la France égare quelques palettes de missile milan en territoire kurde, quelques jours plus tard, on mettra ça sur le compte de la désorganisation après l'attaque). De même c'est toujours possible qu'un pilote lâche un harpoon en direction d'une FREMM ou un AIM-120 contre un Rafale c'est déjà plus tendu à expliquer mais pourquoi pas (le stress tout ça, tout ça...). Par contre préparer un raid massif pour couler les navires de la MN qui sont dans le coin c'est un Casus Belli assuré. Or la France est un membre permanent du conseil de sécurité de l'ONU, un membre fondateur de l'OTAN et de l'Union Européenne (cette dernière étant le 1er partenaire économique de la Turquie). Bref plein d'organisations au sein desquelles la France représente un poids économique, diplomatique et militaire non négligeable (avec en bonus une force de dissuasion nucléaire autonome), en tout cas infiniment plus que la Turquie. Et quand bien même ces organisations refuseraient de bouger d'une manière ou d'une autre en faveur de la France (ce qui est très peu probable, mais admettons...), je n'aimerais pas être dans les bases Turcs lorsque les AASM et les scalps vont commencer à pleuvoir par paquet de 12 (depuis la métropole, la méditerrané ce n'est pas bien grand, sans oublié tout le matériel et les milliers d'hommes de Chammal voir de Barkhane qui sont déjà dans le coin).
    3 points
  11. On va faire profil bas comme d'hab, ce qui est certainement le plus sage a faire. Ceci dit je serais pas contre d'envoyer un message fort pour lui faire comprendre qu'il va un peu trop loin et qu'on ne menace pas la France sans en subir des conséquences.
    3 points
  12. Bonjour tout le monde, Et si : carte de presse (France) n°106840, délivrée pour la première fois en 2006. Et son attribution est effectivement liée à des conditions spécifiques (et ça se joue personne par personne, ainsi vous saurez tout). Au-delà, je me défini avant tout comme chercheur : mon chef voulait un doctorant pour diriger le DSI, précisément pour pouvoir allier recherche et diffusion au plus grand nombre possible.
    3 points
  13. Ce serait toujours préférable que votre idée du "il est le plus fort, il décide pour les autres" non ? Mais ce n'est pas mon idée. Mon idée, c'est qu'à un moment donné, il faut savoir se comporter comme des adultes responsables. Quand on se prétend du bon côté de la morale, voler des territoires, s'assoir sur les résolutions de l'ONU, tirer sur des civils et le faire avec aplomb, ce doit être sanctionné, d'une manière ou d'une autre. Rabin et Peres l'avaient compris et ils avaient pourtant du sang sur les mains. Sharon a eu plus de mal et il avait encore plus de sang sur les mains. Netanyahou lui ne comprend que la manière forte et il ne parle de droit international que quand ça l'arrange. De toute façon, que l'on me ressorte le cas de Taïwan ou du Sud-Soudan, mon jugement est fait : tirer sur une foule de civils désarmés, c'est du niveau des policiers sud-africains qui ont ouvert le feu sur des populations noires durant l'Apartheid. Ce n'est pas digne d'une démocratie. Et qu'on ne vienne pas me dire que ces gens constituaient une menace.
    3 points
  14. Concretement en quoi les palestiniens n'ont pas respectés leurs engagements ? La colonisation elle ne s'est pas arretée. En gros tu ne proposes que de continuer à les enfermer et à leur tirer dessus.
    3 points
  15. Ils ont fait concession après concession sans retour de la part d'Israel: The Palestinian authority and PLO: 1) Have announced their full submission to international law. 2) Quit the armed revolution. 3) engaged in countless rounds of negotiations about their basic lawful rights. How did Israel respond? No, expanding the illegal settlements and continuing all the illegal acts of occupation in more brutal way (I don't want to go in details of determinations without trials, toll of deaths... etc) 4) Suggested to accept the right of return for only 100,000 instead of the whole millions that they have this right. 5) Offered Israel the key *illegal* settlements. 6) Offered Israel huge compromises in the holy sites in Jerusalem: annexation for some neighbourhoods in the east city, and suggested a joint committee for the Mosque (the compound) which could make it the 'biggest Jerusalem in history'. 7) Co-operated on an intimate level with Israeli security forces to guarantee the Israeli security. 8) Accepted the principle of "exchanging lands" and later with a percentage favoured for Israel (1-50%). https://www.theguardian.com/world/2011/jan/23/palestine-papers-expose-peace-concession
    3 points
  16. ça c'est faux et archi-faux. Ils ont faits concessions sur concessions sans rien en retour. Il faut leur faire justice au moins en reconnaissant ça. Le problème de ce raisonnement c'est qu'il établit une fausse symétrie. Le fond de l'affaire est que la rapport de force est déséquilibré au point d’être unilatéral. Une partie n'a donc rien à offrir et l'autre ne veut rien concéder parcqu'elle n'en a pas besoin. D’où blocage. Quant aux dirigeants palestiniens, ils ont beau ne pas être des enfants de cœur, ils ont fait preuves de beaucoup plus de bonne volonté que leurs homologues israéliens - suivez mon regard...
    3 points
  17. Faisons la même chose qu'eux, on verra si ils apprécient
    3 points
  18. Ce n'est pas tant la vitesse de point d'un navire de la flotte qui compte mais bien la vitesse moyenne qui peut être tenue par l'ensemble des bâtiments, permettant de manœuvrer un dispositif homogène et de couvrir mutuellement toutes ses composantes. Un GA homogène doit couvrir une bulle d' environ 1000 Km2 autour du PA . La Marine estime un besoin de 5 Frégates ( 2 FAA et 3 FASM) + 1 SNA et 2 PR pour couvrir le CDG et le ravitailler en mission de guerre haute intensité . Mais la plupart du temps le GAN se déplace à une vitesse économique de 20 N. Après le CDG peut faire des pointes de vitesses à 25 N pour lancer ses avions puis redescendre à 16 et 18 N. En mission une frégates AA navigue toujours à 150 NM en avant du porte avion ( dans l'axe d'approche de la menace) la seconde reste à 20 NM. Les F ASM navigue sur les cotées à environ 60 NM du PA et une autre reste derrière à 30 NM derrière le PA. selon ou l'on se trouve une FA passe derrière le PA (Ormuz Bab-el-Mandeb) . Avec les NH90 qui sont maintenant de véritable avion de patrouille maritime la situation tactique est en permanence réactualiser. Par exemple avant de s'engager dans le détroit d'Ormuz un NH90 va faire un tour en avant du groupe puis est relevé par un second pour garder une permanence au dessus du GAN. Pour les avions le premier à décoller c'est toujours l'E2 qui va se positionner dans le couloir aérien attribuer par la coalition pour servir de relais radio au CDG. Il va d'abord établir une situation tactique de la zone puis gérer les ravitaillements en vols. Une fois les Strikes sur la bonne route de leur mission il revient sur le PA pendant que le second décolle pour gérer le retour des avions sur le PA .
    3 points
  19. "Tant que des gens se considéreront "anti conspi" en mettant tous les "conspi" dans le même sac en les décrédibilisant, par exemple, en parlant de la Terre plate, les criminels qui nous gouvernent auront de beaux jours devant eux. Il y a une réalité que je défendrai toujours face à des vues ou interprétations aussi polarisées que les tiennes : il ne faut jamais stigmatiser, exagérer, tourner de dérision ou en ironie des propos aussi polarisés que les tiens, car, à mon sens, il témoignent d'une vision si partisane et paresseuse intellectuellement de la réalité qu'il est trop aisé de leur apporter contradiction pour se contenter de te jeter l'anathème en: "te traitant de conspirationniste, dissident, etc..)" Mettre en équivalence : l'action unilatérale, illégale et belliciste américano-britannique de 2003 et, en bout de comparaison, des insurrections populaires infectées d'islamisme politique (qui n'a pas été théorisé dans les amphi de la Sorbonne) au sein même d’États dont l'instabilité congénitale, elle non plus ne relève pas du modelè explicatif usé jusqu’à la moelle de : "la main étrangère", c'est au mieux la preuve d'une inculture ou d'une superficialité d'analyse, ou au pire le signe d'un parti pris archétypique des discours tiers-mondistes gauchistes de pleurnicherie institutionnelle qui fantasment une chimère politico-militaire qu'ils désignent sous le nom : d'Occident ou Occidentaux. La vision monolithique : monde arabe / Occident est réputée inopérante en tant que curseur d'analyse pertinent des événements politique internes à ces sociétés, depuis en tout cas la fin de la guerre froide.
    3 points
  20. De mon point de vue, le marché noir Européen s'approvisionne déjà massivement dans les pays de l'est où il y a déjà tout ce qu'il faut en kornet et autres joyeusetés du même genre (à condition d'y mettre le prix bien sur). Si on en voit quasiment jamais par chez nous (à part quelques RPG à l'occasion pour taper du fourgon blindé), je doute que ce soit du a un problème d'offre mais plutôt le signe d'une demande quasi inexistante. Ce n'est pas quelques ATGM dispo au moyen orient (en admettant que les "locaux" n'ont plus besoin de ces armes et que des filières existent entre l’Europe et le moyen-orient) qui va changer grand chose.
    2 points
  21. L'années dernière, à peu près à la même époque de l'années et aiguillonné par le Qatar, le Hamas avait donné une conférence où il faisait savoir qu'ils étaient disposés à engager des négociations avec Israël. C'est assez explicite. Dans le tumulte de la région ça a fait un énorme flops. Mais maintenant, on peut dire que c'est le cas. Détrompe toi, les belges derrière leur apparence placide de doux buveurs de bières couvent un feu dont on peine à imaginer l'ampleur. Ils faut s'en méfier. Je propose d'ailleurs d'envahir la Belgique préventivement. S'il y a une chose que les négociations entre l'OLP et les négociateurs israéliens a montré, c'est qu'il ne faut rien lâcher à ces derniers qui ne soient payé chèrement. Le tort de l'Autorité palestinienne est d'avoir cédé trop trucs, trop facilement. Le Hamas a compris la leçon.
    2 points
  22. "Chef! Chef! Quelques mistrals sont tombés du camion ... oh et puis j'ai égaré le mode d'emploi aussi !"
    2 points
  23. Pas de "bol" pour les mexicains. Une île qui leur appartenait disparaît mystérieusement des cartes, et le contrôle des zones maritimes alentours passent sous la possession des États-Unis. http://www.rtl.fr/actu/insolite/le-mystere-de-l-ile-de-bermeja-disparue-des-cartes-et-de-l-ocean-7792857382
    2 points
  24. Cela fait déjà longtemps qu'on ne dit rien et ne faisons rien en se qui concerne le jeu des turcs , et malgré un agenda qui nous est propre et qui est de combattre Daesh... Et cela n'a rien empêcher... Se responsabiliser c'est aussi dire stop à un moment. Désolé mais avec un pays comme la Turquie qui est un membre de l'OTAN, et qui est prêt à donner la localisation de nos bases ( et qui l'ont fait aussi pour les bases US) ... Cela laisse entendre que l'OTAN peut aussi craindre que des fuites d'info puissent venir de la Turquie un de ces 4 matins... Et la l'OTAN fait une grosse erreur en pensant que le Turquie va revenir dans un chemin raisonnable... Si cela ne suffit pas à mettre en avant qu'il faut se séparer de la Turquie , au vu de la direction prise par se pays, on va avoir une sacrée surprise géostratégique d'ici quelque temps. Mais bon...
    2 points
  25. 1-à mon humble avis si on a deux FREMM dans le quartier ... Il n'y aura pas que deux FREMM " y aura aut'chose" 2-on envoie des moyens en fonction de la menace, au delà d'un bâtiment c'est une escadre et généralement quand on envoie une escadre en zone délicate avec des riverains potentiellement équipés on envoie le p-a, la FDA et un SNA ou on collabore avec les Américains 3-pour attaquer un bâtiment doté de moyens de détection moderne il faut le repérer le pister se positionner et délivrer de l'armement sans être repéré leurré ou abattu, la mer n'offre aucun masque. Il faudra autre chose que des GBU des JDAM ou des Maverick aux F-16 turcs (à supposé qu'ils soient déployables au bon endroit avec le soutien nécessaire) pour venir se placer en sécurité à portée de tir; la FREMM n'est pas un type 42 ... 4-attaquer un bâtiment de l'OTAN croisant en dehors des eaux territoriales c'est s'exposer à des rétorsions qui vont bien au delà de ce que peut rapporter un "coup de folie" *cela reste une supposition ...
    2 points
  26. Un aperçu du tout dernier patrouilleur de l'US Navy, le Mark VI
    2 points
  27. Dans le fond, les véritables ennemis du F-35 sont les contribuables américains et autres .
    2 points
  28. Tu décris l'existant, mais il faudrait je pense vérifier si la marge est si ridicule que ça par rapport aux pertes hypothétiques : toutes les dernières fois où j'ai regardé, la distribution de dividendes était en hausse chez LM et il y a même eu des rachats d'actions. L'ensemble présente de forts symptômes de décadence du système, d'une part par pillage des ressources publiques (par plusieurs bouts : impôts, service de la dette qui retourne dans les poches des prêteurs, actionnaires donc) et aussi parce que ça fait disparaître le système d'incitations à l'efficacité tant vanté par les partisans du "tout privé". L'alternative est pourtant relativement simple : LM devrait payer des pénalités en actions, ça calmerait les actionnaires et les cadres sup'...
    2 points
  29. Faudrait-il donc, a contrario, entériner une entreprise coloniale et la relégation d'un peuple entier dans un ghetto dont le périmètre est vraisemblablement amené à se réduire inexorablement ?
    2 points
  30. Je pense qu'ils espèrent leur donner une capacité ICBM (et que ce sera probablement repris par certains médias), à l'instar des US qui veulent faire croire à la possibilité de tels tirs avec des SM-3 ou THAAD. Cependant, l'existence de systèmes capables d'éliminer des cibles balistiques intercontinentale de manière fiable reste encore à démontrer. Le S-500, ou une de ses itérations, sera probablement capable de cibler des ICBM mais le Pk sera désastreux. Un tel engagement, si il devait arriver, serait plutôt une solution de dernier recours ("tirez tout ce que vous avez, on pourrait être chanceux") qu'une mission centrale du système.
    2 points
  31. Tu as oublié l'influence des reptiliens anti-sionistes contrôlés depuis la Lune par un clone de Heydrich. C'est dommage, on laisse toujours de côté de ce genre de détails. Sans doute à cause de ces méchants de l'ONU qui ne font rien qu'à embêter les gentils Israéliens. Sinon, on parle bien de tirs à balles réelles contre une foule de civils désarmés ? On a des images côté israélien des tirs contre les terroristes identifiés comme tels ? La frontière courait-elle une réelle menace ?
    2 points
  32. Auxylium a été développé pour le TN et utilise le réseau 4G civil (faut se rappeler que lors des attentats de novembre 2015, ces réseaux sont vite tombés car saturés). Le Sitcomde utilise les gammes de fréquences du PR4G et donc ne peut pas être employé en région parisienne Enfin l'auxylium permet un plus gros débit que le Sitcomde, est plus "friendly user", plus réactif, permet de prendre et d'envoyer de faire remonter des photos jusqu'au PC EM...
    2 points
  33. Je ne suis pas un fan de monsieur Attali, néanmoins pour une fois je suis d'accord avec lui sur les nuances à avoir.
    2 points
  34. Moi je vous le dis, ils commencent à me gonfler ces foutus ottomans...
    2 points
  35. L’Adroit est BV class ; “UNRESTRICTED NAVIGATION”. Il a un seakeeping en relation avec sa taille < 90 m et certainement des restrictions de vitesse et de cap en fonction du sea state comme beaucoup de navires voire probablement des limitations d’emploi hélico et RHIB par très gros temps. Il doit être dans les clous des STANAG liés au sea keeping dont les occurrence de mouilles plage avant et émergence hélices De plus , c’est parfaitement clair que le cyclage en fatigue de la poutre navire est lié aux états de mer rencontrés , bref les quarantièmes et les cinquantièmes ont leur réputation statistique et dans ces parages aucun navire n’est à l’abri de grosse casse . Ceci dit l’Argentine a du retour d’expérience avec leurs A69 voisin en taille et échantillonnage coupe au mètre de l’Adroit .
    2 points
  36. La nouvelle guerre des armes en Suisse. Les socialistes, les policiers, les psychiatres et les femmes protestantes dégainent en premier dans le débat sur les armes en Suisse. A lire ici.
    2 points
  37. Ou alors, les jeunes hommes de moins de 30 ans, membres d'organisations armées est le profil type du manifestant un peu plus téméraires que la masse. Sur le fond de l'affaire, je ne justifie pas le comportement de n'importe quel soldat n'importe quand durant ces événements. Certains ont très bien pu avoir la gachette trop facile. Mais à cause de la situation ou les politiques ont mis l'armée, l'armée doit faire face à une situation impossible à gérer convenablement. Les conditions de vie à Gaza sont terribles et se dégradent de plus en plus. Quand plus de la moitié des jeunes sont oisifs faute de travail, ça ne peut que générer une explosion sociale dirigée contre Israël. Ce ne sont ni des snipers à la frontière ni le renforcement de la barrière entre Israël et Gaza ni les obstacles sous terrains anti tunnel qui vont regler ce problème. Il faut une solution économique donc politique au problème. Ca passe entre autres par la fin des restrictions israéliennes en échange de très serieuses garanties sécuritaires et d'un arrangement politique. Mais bon, le Hamas ne veut compromettre sa pureté idéologique pour aller dans le sens d'un compromis avec Israël et le gouvernement israélien n'a pas grand chose à foutre des gazaouis.
    2 points
  38. Non le F-35 ne fait ca que par peur du ridicule quand il voit un Rafale.
    2 points
  39. J'ai l'impression que personne ne l'avait déjà mentionné sur le forum :
    2 points
  40. Il y a une étude de Yezid Sayigh un chercheur à la fondation Carnegie Middle East Center qui résume bien le rôle de l'armée de l'armée égyptienne dans le pays ... Version site-web http://carnegie-mec.org/2012/08/01/above-state-officers-republic-in-egypt-pub-48972 Version PDF http://carnegieendowment.org/files/officers_republic1.pdf
    1 point
  41. Le Japon voudrait bien récupérer une bonne partie des Kouriles occuper par les russes depuis la deuxiéme guerre. A ma connaissance ça a pas encore déclencher de guerre entre la Russie et le Japon. Tu vois toujours pas la différence? Je dis pas qu'un voisinage avec une Palestine gouverner par le Hamas serait cordial et ressemblerait au voisinage franco-belge, par contre ce dont je suis certain c'est que le refus de négocier sous divers prétexte dont celui là est criminel et coutera un jour très cher à Israël et hélas sans doute aussi aux juifs en général!
    1 point
  42. Les américains ont raté le coche en ne développant pas une version exportable du F-22. Face à la généralisation des SU-30/35 et les nouveaux avions russes et chinois qui arrivent, les alliés les plus fortunés des EU auraient adoré disposer d'un successeur au F-15 plus pêchu que ce dernier et que le F-35. Cet avion aurait été best-seller à l'export. Dommage.
    1 point
  43. Ils étaient sensés en recevoir, pb d'ITAR en ce moment.
    1 point
  44. LM n'est pas une boîte normale, elle est en situation de quasi-monopole (sur les produits et les services), comme la plupart des industriels de défense d'ailleurs. De plus les sommes en jeu en cas de problème sont systématiquement colossales et font plus qu'évaporer une partie de la marge... Le cas A400M est assez édifiant à ce sujet. Bref, tu peux toujours faire payer quelques milliards de dollars à LM au titre d'une garantie quelconque. Il y aura probablement des arbitrages ponctuels pour absorber le choc. Mais sur le temps long les clients devront mettre la main à la poche pour éponger ces pertes.
    1 point
  45. çà n'a rien à voir, Naval Group travaille selon les desiderata de ses clients la marine en voulait 32 on lui a fait un bâtiment pour 32*; mettre 48 silos sur l'avant d'une Fremm c'est tout à fait possible mais il faut introduire certaines modifications qui nécessitent des travaux de structure qui ne révolutionnent pas l'architecture du bâtiment mais qui ne se font pas à iso budget ... C'est tout le 127 mm peut être ajouté en revanche sans modifs majeures de structure chaque variante a un coût ... comme les voitures et la Marine Nationale n'a peut-être pas les moyens (ni peut-être même le souhait) de faire de telles modifications sur ses bâtiments partir aussi du principe que sur ce forum nous ne sommes pas des spécialistes (à part quelques individualités) le contraire serait surprenant et que dès lors nous ne maîtrisons pas toutes les données des problèmes dont nous discutons ... dès lors nos souhaits ne sont pas fatalement pertinents râler parce que tel bâtiment n'a pas ceci ou cela sans avoir les tenants et les aboutissants ne sert à rien *tu ne sais même pas quel est l'agencement exact de l'avant du bâtiment les seuls plans qui ont circulé ici sont, de mémoire, des photos prises au smartphone des panneaux de circulation affichés sur le bâtiment; tout n'y est pas indiqué crois moi.
    1 point
  46. Ce colonel n'a pas vraiment tort non plus. L'usure actuelle de la flotte montrée sur le document de LM (le graphique page B-3, appelé "cravate" par sa forme) conduit à une projection selon laquelle le potentiel moyen de la flotte serait d'environ 9600 heures de vol, soit 6 à 7 ans d'utilisation à 220 heures/an. Ca veut dire qu'une bonne partie des avions n'arrivera pas jusque là (il y en a même 2 qui n'atteindront pas les 8000 heures), tandis que d'autres pourraient aller au delà. En d'autres termes il faut quand même envisager un retrait de service progressif, sur la base d'un suivi en EFH (indice de fatigue) pour éliminer au fur et à mesure les appareils plus "usés" que la moyenne. Le graphique suivant (page B-4) montre que l'écart entre un suivi à l'heure de vol (AFH) et un suivi à l'indice de fatigue (heures équivalentes, EFH) passe progressivement de 4 ans à plus de 8 ans pour les avions les moins "usés". Ainsi, le début de la déflation forcée prévue en 2024 (2023 étant la date arbitrairement choisie) serait porté à 2028. Au mieux, ça fait donc 5 ans de gagnés. Mais d'ici là, il se passe quoi ? Et c'est la seconde partie de l'argumentaire. Exploiter des avions pendant 6 à 7 ans supplémentaires impose de devoir poursuivre un effort de maintenance grandissant, de traiter les obsolescences, et de faire évoluer l'avionique, étant entendu que ce qui était acceptable jusqu'à une certaine date ne l'est plus forcément sur une durée plus longue. La question finale est : est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Repousser la limite de vie de cellules moins "usées" que prévu est quasiment gratuit (au coût près du suivi en "usure vraie"). Mais les exploiter a un coût certain (remises à niveau, modifications, coût à l'heure de vol en hausse constante), a ventiler sur 220 h/an/avion (en gros, 80000 heures de vol). Combien coûteraient ces 80000 heures de vol avec un nouvel avion, qu'il faudra de toute façon acquérir un jour ? C'est là qu'est toute la pertinence technico-budgétaire de prolonger, ou non, cette flotte de F-16.
    1 point
  47. Je constate qu'il existe aussi des écorchés pour les vaisseaux du huitième film :
    1 point
×
×
  • Create New...