Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 04/11/2018 in all areas

  1. 23 points
    BEHOLD, MISCREANTS! FOR THE ONCE FEARSOME PROPHET KNOWN AS JON LAKE HAS RETURNED, IN THE NAME OF JUSTIN BRONK! Et en plus maintenant il a une moumoute! Allez je m'y colle. Ça commence bien! Alors que les premiers Typhoons T1 sont RETIRÉS DE LA RAF APRÈS À PEINE 12 ANS DE SERVICE, que le potentiel des Rafale est préservé et entretenu, le bonhomme nous explique que la France veut retirer le Rafale AVANT le Typhoon! PARDON? Heu, allo, à quel moment quelqu'un a expliqué que le Rafale post F4 avait quelque chose à voir avec le SCAF/FCAS? Non. Les deux pays d'après les accords de Lancaster House bossent sur des briques technologiques communes pouvant aboutir à un appareil furtif de type UCAV optionnellement piloté. C'est donc exactement la même chose. Le concept "FCAS" FRANCO-ALLEMAND, qui a repris le terme "FCAS" (et quand quelqu'un en est réduit à voler des acronymes pour définir un programme ça sent déjà le pâté-croûte) s'appelait à l'origine NGWS. Rien à voir. ...Ce qui est donc en contradiction totale avec ce qu'il dit 20 lignes plus haut quand il nous explique que la France va retirer le Rafale dans les années 2030. A moins que la France produise des avions pour les envoyer à la casse, c'est pas mal comme concept! Sauf à imaginer que certains Rafale soient déjà trop vieux et doivent être envoyés au cimetière, bien entendu. Oui mais voilà, si l'armée de l'air et la marine ont 40% de leur flotte qui se retrouve par roulement en hygrométrie contrôlée pour équilibrer le potentiel des avions, c'est justement pour éviter un truc pareil avant un certain temps. Combien de temps? ...un certain temps. Et dans tous les cas ça concernerait des avions arrivés autour de 2006/2007. Donc avec moins de 25 ans de service. Parfaitement ridicule de l'envisager quand on a des Mirage 2000D encore opérationnel et que les derniers 2000N sont retirés cette année 2018 après une carrière bien remplie (AU MOINS 22 ANS pour les 30 portés au standard K3) et des G plein la gueule en fond de vallée à mach 0.9 pour une mission dure et exigeante. Les premiers étant arrivés en 1988 et les derniers livrés en 1996 si je ne dis pas de bêtise. Soit il y a 30 ans pour les plus anciens depuis retirés, et 22 ans pour le tout dernier (si toutefois les avions choisis pour passer en standard N K3 ont été pris uniquement parmi les derniers livrés, ce que j'ignore). Et le 2000D/N à la base était prévu pour 5000 heures! Les 2000D arrivés en unités en 1993 pour les premiers, et 2001 pour les derniers, on ne prévoit pas de les retirer avant 2035! D'où leur modernisation. Donc même les Rafale M ex-F1 de 2001 dureraient plus longtemps que ça puisqu'ils ont passé de longues années en usine afin d'être portés au standard F3. Il ne s'agirait donc pas d'un remplacement par un autre type d'avion, mais ÉVENTUELLEMENT par le même type d'avion à un standard plus moderne... Notez le conditionnel. Et la cellule du Rafale était donnée à l'origine pour 7500 heures! A comparer avec celle du Mirage 2000N/D à 5000! Et comme tous les F3 seront portés au standard logiciel F4.1, sans distinction, imaginer qu'on va mettre à la benne les premiers Rafale parce qu'on ne peut pas se payer autant de RBE2 AESA que d'avions, alors que le système est plug&play, envisager qu'on va se séparer des Rafale en 2030... Comment dire? NON. "most in the know". Vous êtes "in the know" vous? Ouais moi je crois bien que je suis "in the know". Surtout quand je dis que le Taranis n'a jamais tiré d'armements, ce qu'à fait le nEUROn. Ça la fout mal. "more advanced". EN QUOI? Mystère. A part peut-être les rumeurs d'armes à énergie dirigée qui n'ont jusqu'ici rien donné de concret. ...Mais pas d'inquiétude: un ingénieur en chef de BAE est "optimiste" à propos de ces armes à énergie dirigée!!! https://www.flightglobal.com/news/articles/bae-optimistic-about-fighter-borne-directed-energy-441554/ Ouf! Nous voilà rassurés! Être optimiste c'est exactement ce qu'il faut pour être des winners! Demandez à Lockheed Martin! Et n'oublions pas que l'ACE qui devait aboutir à l'Eurofighter à l'origine au début des années 80 a commencé comme un projet franco-allemand, que les anglais ne sont arrivés qu'après, et que vu la gueule du programme Eurofighter, les allemands doivent s'en souvenir... Ce qui explique peut-être une certaine posture allemande relative au sujet d'une participation britannique au projet, le Brexit étant un prétexte parfait pour les en tenir à distance... ...Mais je complotise, pardon. Si il suffisait de mettre des sous-sous pour devenir super fort les chinois auraient les meilleurs moteurs militaires et le F-135 n'aurait jamais pris feu sur un tarmac ni disqué la structure interne d'un F-35 qui avait pris trop de G. Une fois de plus, supérieur en quoi? Snecma est en pointe sur le cycle variable, les FADEC, et la conception modulaire. Rolls Royce s'est fait envoyer chier comme des malpropres sur le F-136 par les américains pour faire de la place à P&W. Il leur reste quoi sur quoi bosser concrètement? Ce qu'ils avaient jusqu'à présent avec le SCAF/FCAS c'était des études communes Snecma/Rolls Royce justement! Parce que le CFM56 n'existe pas et que Snecma n'a d'ailleurs pas mis ses meilleurs ingénieurs sur le LEAP, c'est bien connu. ...Ils auraient du essayer d'être plus optimistes et de mettre plus de sous-sous sur le Silvercrest, ils seraient sûrement devenus des winners comme Rolls Royce. Ce serait vraiment surprenant qu'on choisisse un industriel national pour un projet national, oui. Ces français sont vraiment arrogants. Pardon? Pour Airbus peut-être, ils étaient même prêts à jeter l'éponge. Mais pour Dassault? L'une des rares boites à rapporter du pognon en France? Dont les productions militaires se vendent à nouveau? Qui a une visibilité à l'export pour les 15 prochaines années? ...Et bah Justin leur explique que "t'façon vous êtes over, finished, terminated! it's your last chance!" Réveille-toi Justin, Attali, c'est fini. Avec la plus faible dérive des coûts pour un programme d'avion de combat des 50 dernières années, je pense qu'on devrait s'en sortir sans trop de casse, merci. Ce qui fait "too much sense", cher Justin, c'est que la seule manière de faire voler un powerpoint, c'est de l'imprimer et se servir de la feuille A4 pour faire un avion en papier. *** Voilà.
  2. 22 points
    Je n’ai pas posté depuis 2013, mais là je ne peux pas faire autrement. DEFA t’es mon idole. C’est grâce à toi que je suis devenu la terreur des réunions hebdomadaires dans ma boîte et le badass de la taule. Dés qu’un gars ouvre la boîte à bullshits, dés que je sens venir l’absence de fond du PowerPoint léché et design qu’ un gusse a passé plus d’heures à rendre sexy qu’à réfléchir à son contenu, je me dis en moi-même : « Qu’en aurait pensé DEFA, qu’en aurait dit DEFA ? » Résultat, au boulot, je pense DEFA et je parle DEFA. Depuis que je fais ça : -Les réunions durent moins longtemps. -On est plus efficace. -Ceux qui n’ont rien à dire ferment leur gueule. -On sait oû on va et comment y aller. -Je mange seul à la cantine. -Mon boss a peur de moi, mon N+1 a peur de moi, mes collègues ont peur de moi, mon stagiaire a peur de moi, le gars du courrier a peur de moi, le support informatique a peur de moi. -Toutes les femmes du service de 22 à 63 ans défaillent quand elles me croisent. Depuis ma vie professionnelle a changé, et j’en suis heureux. J’exagère mais je ne déconne pas, je le fais vraiment et putain que c’est bon ! (J’ai pas encore essayé la méthode DEFA avec ma femme, mais je compte m’y mettre bientôt)
  3. 22 points
    Tant pis, mais ça ne change rien ; vous pouvez aussi renvoyer l'ambassadrice et même rompre les relations diplomatiques avec la France si vous voulez, c'est pas pour autant que la France vous donnera une pizza gratuite. Le SCAF est réservé aux membres de la Société Contre l'Adoption du F-35. Ça ne fait peut-être pas plaisir, mais voilà, il y a un choix à faire, faites-le. Dans le sens que vous voulez, mais sans nous prendre pour des cons. L'un, ou l'autre, pas les deux. Pour être clair, le SCAF est issu de la vision française d'une souveraineté européenne passant par l'indépendence technologique. L'Allemagne s'est ralliée à cette philosophie, assez tardivement d'accord, quand Merkel a admis que l'Europe devait prendre son destin en main et que l'Amérique n'était plus un allié fiable. Et oui, ce projet franco-allemand, c'est en fait la victoire honnie de "la France en plus grand". Si vous n'adoptez pas ces mêmes idées, il n'y a aucune chance, ni pour que la France vous fasse confiance, ni pour que le programme vous intéresse. Le RFGP ne demande pas seulement un avion, mais va beaucoup plus loin, et demande en réalité une intégration poussée avec l'armée de l'air du pays d'origine de l'avion choisi. Même modèle, même doctrine, c'est ce qui est explicitement demandé noir sur blanc par la Belgique elle-même. Si vous prenez le F-35, vous adoptez l'avion USAF, la doctrine USAF, et l'intégration dans l'USAF. Question : quel rôle jouera le SCAF dans la doctrine USAF ? Réponse : aucun, les USA n'en acheteront aucun, la loi Américaine l'interdira tout simplement (je rappelle qu'il faut dérogation spéciale du Président pour qu'une administration américaine ait le droit d'acheter quoi que ce soit à une compagnie étrangère). Quel rôle jouera donc le SCAF au sein d'une Composante Air ayant adopté le matériel et la doctrine USAF ? Aucun non plus. La Belgique, si elle choisit le F-35, n'aura tout simplement aucune utilité pour le SCAF. Questions : Quelle motivation peut-il y avoir pour la Belgique a travailler à l'élaboration d'un machin qu'elle n'achètera pas et n'utilisera pas ? Pourquoi la Belgique devrait avoir des retours industriels pour un programme qu'elle n'achetera pas, alors que de réels partenaire en aurait mieux l'usage ? Il faut faire un choix entre le continent et le grand large, entre l'Europe et l'Amérique, entre Macron et Trump. Et surtout, n'allez pas croire qu'il n'y a que les Français à être intransigeants là-dessus, les Américains le sont encore plus. Eux aussi ils veulent que vous fassiez un choix clair et net montrant que vous préférez l'Amérique à la France, l'OTAN à l'UE, Lockheed Martin à Dassault. C'est un choix d'autant plus important pour eux que Trump cherche à détruire l'Union Européenne, attisant les divisions, jouant à l'épreuve de force pour faire céder les couards et offrant des promesses bidons pour faire céder les naïfs. Vous avez donc là l'occasion en or de lui rendre un fier service, si c'est ce que vous voulez. Mais de grâce, arrêter de chercher à vous cacher derrière des prétextes creux et des compromis foireux. Ayez l'honnêteté d'affirmer avec franchises vos convictions au lieu de vous tortiller dans tous les sens pour prétendre ne pas en avoir.
  4. 19 points
    Lanceur Sylver Alors, A50 c'est pour Aster 15 et 30, sans modification d'aucune sorte. Les deux enquillent dedans sans problème, au choix du client. A noter que les VL-MICA n'entrent pas dans les lanceurs A43 ou A50. Il leur faut leur propre VLS, le A35, où on peut mettre indifféremment du MICA-IR ou MICA-EM (MBDA préconise 25% IR - 75% EM, mais la plupart des clients optent pour du 50/50). Les MICA-NG devraient rentrer dans les lanceurs actuels. Par contre, information TRÉÉÉÉÉS intéressante ! Le MICA-VL actuel est donné pour une portée de 25km réelle (contre un ESSM de 40km de portée très théorique et exagérée, apparemment). Mais le MICA-NG est donné pour une portée en VL de... 40km réel ! Alors bon, mettons qu'il y ait exagération et que ce ne soit que 35km de portée en VL, ça nous donne quand même une impressionnante marge de performance pour la version aéroportée ! Il faudra en reparler dans le topic idoine. A noter également que les A70 actuels ne sont compatibles que MDCN (il s'agirait, notamment, d'un manque de concertation entre DCNS, la MN et MBDA. La demande portait sur du MDCN, ils ont fait du MDCN. Mais MBDA aurait très bien pu développer un MDCN avec un empennage cruciforme (plutôt que triple) si on lui avait mis comme contrainte de rentrer dans un A70 conçu au standard A43/50). Un nouveau A70 "universel" (toujours pas pour MICA-VL ceci dit) a été défriché par Naval Group, et pourrait être intégré à la fois aux FREMM et aux FTI (qui, d'ailleurs, peuvent embarquer 16 A70 classiques si un client le demande), mais il faudrait pour cela une commande et Paris ne semble pas pressé sur cette question. Quant aux Aster 15 et 30 eux-même, les opérateurs semblent très confiants dans leur système, misant sur un missile par cible à détruire (et j'imagine que c'est aussi là tout l'intérêt du Aster 15 : dégommer les rares qui auront résisté au Aster 30). On m'a dit, texto, que 32 Aster offraient la même puissance défensive que 60 à 80 SM-2/3/6, voire même meilleure face à certaines cibles très rapides et très manoeuvrables. FREMM et FREDA Actuellement, les FREMM disposent de 16 A70 pour MDCN et 16 A43 pour Aster 15 uniquement. Les deux dernières FREMM-ASM (Bretagne et Normandie) seront dotées de 16 A70 et 16 A50, afin de pouvoir embarquer 16 MDCN et 16 Aster 15 ou Aster 30 indifféremment. A noter qu'il s'agit surtout d'une mesure conservatoire. Ça ne veut pas dire que les navires embarqueront forcément des Aster 30, mais simplement qu'ils pourront le faire à l'avenir. Leur système d'arme actuel ne leur permettra pas, cependant, d'en exploiter les pleines capacités. L'idée est surtout de disposer de capacités AA accrues minimales avec le retrait des dernières FAA d'ancienne génération, en attendant que les FREDA soient pleinement opérationnelles. Contrairement aux FREDA, la Normandie et la Bretagne ne disposeront pas de la console supplémentaire au CO dédiée à la détection lointaine. Elles ne sont pas non plus livrées avec la mise à jour du système de combat permettant la pleine exploitation des Aster 30 (nonobstant la puissance moindre de l'Herakles), même si rien n'empêche techniquement d'y songer pour plus tard. A terme, un nouveau système CEC d'engagement collaboratif a été commandé par la MN. Les FTI seront les premiers navires livrés nativement avec, mais il est possible que d'autres le reçoive en rétrofit d'ici là. On pense notamment aux FREDA et aux FREMM les plus récentes. Contrairement au partage de pistes L16 qui se fait déjà (et permettrait de tirer des Aster 30 de la Normandie depuis une cible détectée par le Forbin, par exemple), le nouveau CEC permettra le partage de données brutes et complètes, en temps réel, plutôt que des pistes déjà traitées. L'idée est d'offrir une plus grande réactivité et une redondance accrue face aux cibles hypersoniques (un radar tournant comme l'Herakles n'ayant pas un taux de rafraîchissement suffisant), et de fournir une situation tactique complète de très grande dimension à tous les navires interconnectés. Les deux dernières FREMM et les FREDA recevront aussi des améliorations de leurs consoles ASM, le traitement des obsolescences des calculateurs offrant une réserve de puissance pour de nouvelles fonctionnalités faisant l'objet de PEA (dont je n'ai pas réussi à avoir le détail). Les FREDA conserveront finalement TOUTES les capacités ASM des FREMM-ASM, ce qui en fera les deux premiers vrais destroyers multirôle de la Marine Nationale! D'ailleurs, les capacités ASM sont en soit assez exceptionnelles. Il semblerait que la portée du sonar actif, la qualité des leurres et la discrétion acoustique de la plate-forme permette réellement d'exploiter des pistes sonar actives hors de portée de riposte du sous-marin chassé. Ça permet des traques rapides, à longue distance, sur lesquelles diriger rapidement l'hélicoptère (de quoi regretter encore plus l'absence de missiles porte-torpilles ou d'un second hélicoptère). En gros, ce serait l'avenir de la lutte ASM, l'amélioration des torpilles anti-navire rendant tout exercice de traque en close combat relativement suicidaire. (en matière de lutte ASM, Thales dévoile aussi une nouvelle bouée acoustique active/passive, le SonoFlash, que Xav présente bien sur Navy Recognition). MLU FREMM et Horizon et radar SeaFire J'ai essayé d'obtenir des infos sur le MLU des FREMM et Horizon, mais ça a l'air encore très obscure, notamment pour les FREMM. Les Horizon pourraient bien recevoir un Sea Fire 500 en version boostée avec plus de modules (pour une portée de 500km vs environ 350km pour les FTI, sur cible type chasseur). Le SeaFire des FTI aura 8x12 modules AESA par face. La version boostée pour Horizon pourrait avoir 40% de modules en plus. L'avantage des 4 faces fixes c'est qu'il n'y a pas de vitesse de rafraichissement. Les pistes sont suivies en permanence, et les tests montreraient d'exceptionnelles performances en lutte anti-missile seaskimming. Pour un vrai usage ABM, il faudra cependant plutôt compter sur la version boostée pour le MLU des Horizon. Le radar est sensé fonctionner sans maintenance lourde à la mer, conservant ses capacités nominales même avec 15/20% de modules en panne. Cependant la conception modulaire permet une maintenance aisée, y compris en mer, si un client le souhaite. A noter que Thales bosse également sur des fonctionnalités conduite de tir radar pour le SeaFire, sans doute en n'y dédiant qu'une partie des modules de chaque phase. Cela permettrait d'assurer la CDT missile et canon à 360° sans réelle limitation du nombre de cibles "peintes". Si le SeaFire a été conçu avec les Aster en tête, il reste théoriquement compatible ESSM, MICA-VL, etc. Mais je pense que ce serait surtout très intéressant pour la CDT des 76mm des Horizon. J'ai demandé ce qui pouvait être envisagé pour le MLU des FREMM, mais on a botté en touche. Apparemment la question ne se pose pas actuellement. Sur le plan technique, et selon le calendrier envisagé pour les premières MLU, je verrais plusieurs options: -Tout passer au standard FREDA ou presque: nouvelles consoles, nouvelle suite de traitement pour Herakles, lanceurs A50 pour tout le monde (et A70 polyvalents) -Si on fait un vrai MLU, l'intégration d'un SeaFire format FTI pourrait être envisagé, mais demanderait un gros travail sur toutes les infrastructures. -L'intégration d'un SeaFire tournant (envisagée pour les navires type corvette, frégates légères ou disposant de peu de puissance) pourrait être possible. On gagnerait en portée, en précision de tir, en conservant une grande partie des systèmes de l'Herakles (intégration, énergie, etc.), mais sans gagner réellement en fonctionnalités. FTI, mon nouvel ami ? Si j'étais initialement très circonspect vis-à-vis de la FTI, je commence à en voir l'intérêt. Le radar SeaFire est un vrai game changer pour les forces françaises, avec un degré de précision et de permanence opérationnelle jamais atteint. Face aux menaces modernes type missiles supersonique, c'est effectivement une belle bête. Et si on l'envisage au sein d'une force interconnectée par des systèmes de combat coopératif, ça devient un excellent piquet radar capable de fournir des solutions de tir pour tous les ASTER d'une flotte, tout en remplissant très bien la mission ASM. En gros, comme navire expéditionnaire, comme escorte pour un groupe amphibie ou pour protéger les abords métropolitains, c'est sans doute plus que suffisant. Comparativement à la FREMM, le concept Belharra n'a pas grand chose à envier: capacité missile équivalente, meilleur suite radar, capacités ASM à peine inférieures pour bon nombre d'usage, capacité native à exploiter un système de drone en plus d'un hélicoptère, meilleure gestion des commandos, excellentes capacités ESM, très bonne discrétion et une excellente évolutivité de la plateforme. Naval Group a déjà montré la capacité de rajouter une tranche centrale sur le navire pour augmenter le stockage cargo, l'autonomie du navire, et surtout les volumes dédiés aux FS et aux drones (aériens mais surtout UUV et USV, le module supplémentaire étant relié à la drome). Mais j'ai eu la confirmation que cette tranche supplémentaire pouvait servir à accueillir sur le pont supérieur de nouveaux emplacements pour doubler l'emport en missiles mer-mer ou pour y ajouter des lanceurs MICA-VL, en complément alors d'un chargement d'Aster sur la plage avant. Après, il y a encore des trucs qui me gonflent très sérieusement. Je passe sur le choix de n'opter que pour 16 missiles et pour la variante la plus compacte du navire. Ça se justifie opérationnellement par le besoin de plus de confort pour l'équipage et par la nécessité de rester sous une certaine taille afin de pouvoir être accueilli par le plus grand nombre de quais civils et militaires (l'espace modulaire du navire doit notamment pouvoir servir pour la gestion de crise humanitaire). Même si, personnellement, je reste persuadé qu'une tranche supplémentaire, même vide pour le moment, offrirait pour un prix modique une capacité d'évolution qui va s'avérer vitale dans moins de 20 ans pour gérer les crises qui nous pendent sur le coin de la gueule, mais bon). Non, ce qui me gave, c'est qu'on a eu confirmation que, pour l'instant, la configuration ne prévoit NI brouilleurs (toujours FFBNW) NI lance-leurres anti-missiles... Seuls les leurres acoustiques sont, pour le moment, actés. Donc moi je veux bien qu'on se passe de CIWS-like en nous bourrant le mou depuis 20ans comme quoi le brouillage et le leurrage c'est bien plus pertinent face à une menace crédible, notamment supersonique (ce qui est vrai, je le pense). Mais alors comment justifier ça, si ce n'est parce que la Marine préfère se payer les nouveaux gadgets high-tech qu'elle ne connait pas plutôt que d'assurer le vital existant? Il faudrait vraiment que les mentalités évoluent et qu'on arrête de fonctionner comme à l'époque où on alignait 20 navires de premier rang et 30 de second rang. A l'époque, on pouvait justifier de "tester" de nouvelles technologies sur une petite série de 5 navires, quitte à ce que ce soit au détriment de système déjà connus, mâtures, et largement déployés par ailleurs. Aujourd'hui, c'est juste franchement débile !! Et il suffit de voir les frictions entre industriels et marins à ce sujet pour comprendre que c'est véritablement un problème culturel, autant que financier. Sur le papier, le SeaFire pourra faire du brouillage, mais en bande S uniquement, ce qui réduit l'intérêt face à du sea skimming. Ah oui, dans le même ordre! Comme sur la FREMM, la FTI n'aura qu'une soute MU90 pour desservir le hangar avia et, théoriquement, les tubes lance-torpille de flanc. Par contre, ça demande de s'équiper de chariots dédiés pour le transport et le rechargement des torpilles. Et vu la tronche qu'on m'a fait chez Naval Group, il semble que la MN n'ai pas jugé bon de s'en équiper pour la FTI, qui se contentera des 4 torpilles chargées dans ses tubes + de son hélico. De manière générale, je ne compte plus les "il y a plus de torpilles dans une FTI que tout ce qui a été tiré en opération depuis les Malouines", ou "il y a plus de missiles Aster dans une FREMM que tout ce qui a été tiré depuis leur invention". C'est systématiquement bourré de bon sens, factuellement vrai, et prononcé par des gens (adorables et très compétents, par ailleurs) qui ne seront plus de ce monde quand les FTI atteindront la fin de leur carrière, voire leur MLU. Croire, en 2018, que le monde continuera sur la pente de l'après-Guerre Froide avec tout ce que Poutine, Xi et Trump se calent sous la dent, avec les premiers effets de l'effondrement climatique qui se font sentir (bientôt suivi par des réactions en chaîne sur les marchés financiers et les tissus sociaux), avec toutes les tensions qui montent de manière fulgurantes partout sur le globe.... C'est faire preuve d'un aveuglement d'autant plus dommageable que les systèmes d'arme qu'on achète aujourd'hui vont devoir nous tenir 50 ans au minium, et seront sans doute les derniers à être aussi performants et qualitatifs. EDIT: Ah oui, chose curieuse ! J'ai entendu parler à la fois de 3 LaFayette modernisées sur les 5, mais aussi de l'installation de sonar pour les 5 navires de la classe, ou au moins 4. En gros, le Surcouf garderait le BlueWatcher, et le reste ce serait du KingKlip Mk2. C'est ce qui m'a été dit, mais il semblait y avoir un peu de confusion. D'autant plus que la Surcouf, comme la Lafayette, ne devait pas être concernée, initiallement, par le rétrofit. Au final je ne serais pas surpris que les deux premières FLF soient équipées de BlueWatcher, si le système fait ses preuves, et que les trois autres disposent d'une suite plus complète, avec le KingKlip notamment. D'ailleurs, j'ai aussi posé la question des hélicoptères. Les Panther et Dauphin actuellement embarqués par les FLF devraient être remplacés par des HIL capables de recevoir le missile ANL. Mais une version ASM est étudiée par Airbus. A mon avis le timing sera trop serré pour les FLF rénovées, mais la possibilité existe.
  5. 18 points
    Je ne résiste pas: http://www.lalibre.be/galerie/le-dubus-53182ad335704b2d2766d026
  6. 18 points
    http://www.leu-effe-trant-sink-sai-leu-mayeur-shasseur-furre-tiffe-du-mond-kar-il-ai-amairikain-ai-ossi-tou-karai-ai-tou-gri-se-ki-prouv-kil-ai-furre-tiffe.gov.us
  7. 18 points
    Retour d'Eurosatory. Discuté un peu sur le stand de Safran. Il y avait comme toujours plein de têtes d'AASM exposées, sans trop de précisions. Outre les classiques INS/GPS, INS/GPS/IIR et INS/GPS/Laser, il y avait deux têtes apparemment dotées d'un dual mode (en réalité un tri-mode, l'INS/GPS étant intégré dans toutes les AASM). La première, avec deux optiques séparées, ferait référence à la prochaine évolution de l'AASM sur laquelle SAFRAN a déjà bien avancé, et qui est issue d'une demande des forces. Il s'agirait d'un autodirecteur INS/GPS/Laser/IIR. Concrètement, le GPS/INS amène la bombe dans le "box décamétrique". Si on s'en contente, on frappe comme une AASM de première génération, un "bon" décamétrique donc, mais sur cible fixe uniquement. Avec le laser-IIR, on ouvre des perspectives intéressantes par rapport aux munitions actuelles, IIR ou laser. En gros, sur une cible navale par exemple, le GPS va amener la bombe au dessus de la flotte adverse, ou de la zone générale. Le laser permettra de cible LA target bien précise qu'il faut mettre hors de combat (par exemple l'escorte plutôt que le convoi). Et l'imagerie IR, grâce à la base de donnée embarquée, saura qu'il faut frapper à tel endroit de ce type de bâtiment, même si le laser "peint" très large, ou qu'il est "bloqué" par des leurres. Autre avantage très significatif: la portée. Un laser peut facilement taper à côté, ou tout simplement "peindre" trop large à grande distance, ce qui le rend alors inutilisable pour la désignation au sens classique du terme. Mais couplé à l'IIR, il est alors possible de l'utiliser pour désigner approximativement une cible en mouvement, que la bombe saura ou frapper d'elle même. Sur une cible terrestre, on peut imaginer plusieurs avantages. Depuis un désignateur laser au sol, on peut imaginer la possibilité d'amener la bombe dans un box très précis, même si la menace n'est pas en vue direct du JTAC. La bombe, selon sa programmation, saura d'elle même ou frapper (PC commandement, véhicule en mouvement, etc.) Depuis un PDL, ça permet à un pilote de désigner à très longue distance au laser une zone de menace même approximative. L'IIR saura ou frapper, même si le laser est légèrement à côté. Et, mieux encore, cela permet de désigner au laser "plusieurs" cibles pour du tir en salve. En gros, plusieurs bombes peuvent être larguées sur une tâche laser, par exemple pointée sur un parking avia, et chacune frapper un avion ou un camion ou un hangar à proximité. Cette dernière fonctionnalité est simplement envisagée pour le moment, comme beaucoup d'autres. En gros, il s'agit déjà de construire l'autodirecteur, et ensuite de voir de manière incrémentale ce qu'il est possible de faire. Et, bien évidemment, ce sont des redondances supplémentaires et, bien entendu, une manière de compléter encore plus l'aspect "omnirôle" du Rafale. Avec 4 MICA, 2 METEOR et 6 AASM-Laser-IR, un Rafale pourra décoller et s'adapter à TOUS types de menaces, air-air, air-sol, radar et air-mer, avec encore plus de souplesse et de capacité multicible qu'avec la version AASM-laser.
  8. 17 points
    C'est trop court. Donald Stubborn of the House Trump, First of His Name, King of the American White Men, Khal of the Golf Courses, Builder of Towers (and Walls), the Unindicted, Slayer of (Chinese) Dragons, currently sitting on the Golden Throne.
  9. 16 points
    En fait c'est un peu des deux (oui, je suis un de ceux qui persiste et signe en disant que le Super Hornet est mal conçu). Le but du Super Hornet était de développer un Hornet qui corrige les défauts du Legacy Hornet: il fallait qu'il emporte plus de carburant et emporte plus de charges plus loin. Concrètement, un Hornet c'est HARM ou charge offensive + 3 bidons. Pour le Super Hornet, on voulait HARM et charge offensive + 3 bidons, le tout capable d'aller plus loin ou de rester plus longtemps en loitering (ie. retrouver l'autonomie perdue après le retrait des A-6 et A-7). MAIS il fallait aussi que l'avion ne coûte pas cher à développer. Donc ils ne se sont pas contenté d'agrandir le Hornet de partout: ils ont sélectionné les zones à redessiner (principalement les entrées d'air, les ailes et le fuselage arrière). L'avant de l'avion, les dérives verticales et les APEX ne devaient au départ par trop bouger. Par la suite, comme ils ont voulu non seulement ne pas perdre en maniabilité basse vitesse mais aussi en gagner, ils ont fini par agrandir les dérives verticales et les APEX, à juste titre. DU COUP, ils ont cherché à simplifier le développement en se basant sur l'expérience du Legacy Hornet. Et, en toute logique, d'après leurs calculs etc, ça devait passer. Et donc ils ont validé la configuration de l'appareil et lancé la pré-série avant d'avoir terminé tous les essais spécifiques à cette variante (la séparation des charges ne devait, d'après leurs calculs, pas poser de problèmes particuliers à part pour les AMRAAM latéraux de fuselage, puisque l'avant de l'appareil n'a quasiment pas évolué depuis le Legacy. MALHEUREUSEMENT, après avoir figé la configuration, ils se sont rendu compte que les AMRAAM en bout de voilure, bah ils faisaient vibrer tout le bouzin. Et que, globalement, la voilure était trop fine pour supporter certains efforts à pleine charge (forcement, avec 8 points contre 6, et un avion plus lourd, c'est pas la même tambouille). Certains correctifs ont été apportés (notamment au niveau de la texture du mécanisme de repli de l'aile), et des études plus poussées ont été faites. ET LÀ... horreur. Effectivement, les simulations poussées et les essais en vol ont montré qu'avec CERTAINES charges dans CERTAINES configurations, il y avait un risque non négligeable lors de la séparation des charges. Le souci avec TOUT le programme Super Hornet, c'est que le maître mot était le contrôle du budget. Autrement dit, si on a le choix entre un correctif coûteux mais 90% efficace et un correctif dans les clous du budget mais 30% efficace, on prend le second choix, point final. TOUT le programme a subit les effets négatifs de cette règle, les exemples sont nombreux (radars non-upgradables, PDL qui a le mauvais angle de visée, etc.) Et donc, la solution la plus logique était de décaler vers l'extérieur l'orientation des pylones internes de voilure. Et donc les suivants. Et les suivants, encore. Cela permettait de garantir la sécurité de tous les tirs, sans compromettre apparemment la maniabilité de l'appareil en combat tournoyant (la Navy y tenait BEAUCOUP BEAUCOUP). Par contre, les effets sur la trainée et l'autonomie ont été plus que perceptibles, l'autonomie de l'appareil dépassant rarement celle du Legacy Hornet (en réalité, comme il fallait retirer un bidon latéral pour dégager l'angle de visé du PDL, elle est même souvent inférieure). Le choix a été et continu d'être amèrement contesté dans la communauté des pilotes, qui auraient préféré se passer de certaines configurations d'emport plutôt que de se priver d'autonomie. La double ironie de l'histoire ? 1- Les autres défauts de l'appareil (visée du PDL et fatigue structurelle de la voilure fine lors des campagnes intensives) fait qu'il est très TRES rarement employé avec des emports de bombes multiples sous voilure. Or, il semblerait que cela fasse partie des configurations visées par ce correctif. 2- Après coup, dans une tentative de correction du problème moins pénalisante, Boeing aurait réalisé les mêmes simulations de séparations de charge sur le Legacy Hornet et aurait trouvé... des niveaux de risques très similaires avec ceux débusqués sur les protos du SH et ayant justifié sa modification. Sans qu'un seul accident réel n'ait jamais été détecté en opération sur un Hornet. Ils auraient donc proposé à la Navy une nouvelle modification de la voilure et de la chaîne d'assemblage pour remettre les pylônes droits, mais le coût aurait été jugé trop élevé (encore et toujours la même phobie de la Navy sur la dérive des coûts). Je n'ai pas pu confirmer ce dernier fait, mais je l'ai lu plusieurs fois. Tout ça pour dire quoi, dans ce sujet sur le Rafale ?? Plusieurs choses: 1- Déjà, on peut dire ce qu'on veut, le Rafale est fichtrement bien né !! Il a eu des gros défauts de jeunesse, notamment sur son canon, mais rien qui n'ait demandé des correctifs aussi lourds que sur le Typhoon ou le Super Hornet (dans le même genre, le Gripen est aussi très bien conçu) 2- Ensuite, l'aile delta qui était décriée par beaucoup lors de la conception du Rafale M présente finalement de sacrés avantages en matière à la fois d'interaction aérodynamique et de robustesse. C'est la finesse et la fragilité de la voilure du SH qui est responsable d'une grande partie des problèmes qu'il rencontre. 3- Et, enfin, on n'agrandit pas aussi facilement que ça un avion d'arme sans le payer à un moment ou à un autre. SAAB a essayé de nous faire croire le contraire, avant qu'on se rende compte que son Super Gripen est bel et bien un nouvel appareil, et qu'on ne "convertit" pas un Gripen C en Gripen E quand 90% des pièces doivent être changées !! Du coup, l'idée un temps évoquée d'un Rafale XL notamment pour la dissuasion nucléaire, pourquoi pas. En soi, il n'y a rien d'impossible à l'idée de rallonger le Rafale. Mais soit on redessine intégralement l'appareil, voilure incluse, et on en fait donc un nouveau programme. Soit on se contente de rallonger certains tronçons de fuselage, mais dans ce cas là on perdra nécessairement des capacités dans le process destiné à en améliorer d'autres (un peu comme le F-16XL, qui troquait sa maniabilité contre une plus grande capacité d'emport)
  10. 15 points
    Loin de moi l'idée de penser cela mais on ne gagne rien à entretenir le désespoir ... Rabin et même Sharon ! à la fin de son mandat avant son AVC l'avaient compris, des anciens militaires qui savaient ce que signifie le sang versé. Netanyaou n'est pas de cette veine Je ne parle pas de développement, il faudrait lire un peu ce que j'écris ... Mais ce qui est choquant c'est la disproportion des moyens, la politique de confinement et surtout le refus de dialoguer et de donner une véritable audience aux dirigeants modérés de la Palestine. Pourquoi les groupes tels le Hamas se sont implantés avec autant d'influence dans les territoires ? parce qu'une forte majorité de la population s'est tournée vers eux (y compris en matière d'assistance économique et sociale) , pourquoi se tournent-ils vers eux et pas vers des gens prônant la modération ? là est la question. Pour des raisons qui me sont propres (culture historique, parcours personnel) j'ai toujours regardé Israël avec sympathie, l'Israël des débuts celle des pionniers arrivant du monde entier et des survivants de l'Holocauste, un pays dans lequel les Arabes eurent le choix de rester. Israël aujourd'hui ne ressemble plus à çà même les Arabes israéliens sont sur la sellette. Le choix d'un état juif n'avait rien d'évident même en 1948, ce fut une chance historique, aujourd'hui elle est gâchée et se fragilise. Tout ne se règlera pas avec la puissance militaire et un pays cadenassé derrière murs et barbelés. Le temps joue contre Israël.
  11. 14 points
    Arrêtons d'imaginer sans arrêt l'EBRC face à des chars telle une bataille d'un world of tank. La réalité qu'on doit voir, c'est celle du besoin réel et non celle ou on va volontairement chercher le scénario le plus complexe. L'EBRC n'est pas un tueur de chars et notre ennemi n'est plus des colonnes de chars pour lesquels on avait conçus notamment le 10 RC. Dans toutes les missions qu'on a mené avec le 10 RC ou la Sagaie, dans tous les engagements au combat, combien de fois le 40mm aurait été plus efficace? Ce n'est pas par ce que qu'on a tiré avec les canons de 105mm que ça voulait dire qu'il le fallait, on tire avec ce qu'on a sous la main. Combien de fois un 10 RC s'est retrouvé face à un char? Qu'il en a percé un ou qu'il s'est fait percé? La réalité pour ce véhicule de reconnaissance et de combat, c'est que son canon de 40mm traite largement les besoins, ce n'est pas celui de transpercer le plus de cm ou de faire face ua chars, mais de réagir avec rapidité, précision et une forte cadence un ennemi qui est généralement de l'infanterie ne disposant au mieux que de blindés relativement léger (type BMP, BTR) et de plus en plus de véhicules civils plus ou moins militarisé, l'ennemi qu'on rencontre réellement, c'est ça. Si on sait qu'il y a une forte menace en chars, le Leclerc sera là, à défaut d'une aviation, on sait dans quoi on s'engage. Mais si par aventure, un Jaguar devrait se retrouver face à un char, dans 90% des cas, le char sera un vieux modèle de la guerre froide et non un MBT de dernière génération. Sur les 10% restants de chars lourds modernes, si on enlève ceux de nos alliés, on a plus grand chose. Ces chars de la guerre froide qui ont inondés le monde, même s'ils sont toujours nombreux, le sont de moins en moins, car le char qu'on achetait d'occasion ou à faible prix hier, ben pour le remplacer, ce n'est plus le même budget et rare sont les pays qui peuvent acheter du moderne en grosse quantité. Ce ne sont pas de T-14 que même les russes semblent avoir du mal à acheter (alors l'export...) qu'on aura en face, avec des protections actives qui sont une menace pour les missiles, mais bien des T-55/64/72/90 sans protections additionnelles (y compris réactives) que le MMP peut traiter facilement. Vouloir opposer un char au Jaguar, c'est déjà vouloir chercher la petite bête de l'imprévu opérationnelle car si en face il y a beaucoup de chars, celui qui sera devant sera le Leclerc, mais vouloir en plus prendre le char le plus moderne des russes (et qu'on ne va certainement pas voir aux 4 coins du monde), avec une protection réactive et active afin de faire dire que le MMP ne servira à rien, c'est vraiment chercher une autre bébette dans le cul de la petite bête.Il y a une réalité opérationnelle, cette réalité c'est que l'immense majorité des chars dans le monde n'ont aucunes protections actives, au mieux certains ont des projecteurs IR (T-90) pour perturber un missile (mais ça ne marche pas sur le MMP), de rares très rares pays disposent d'une protection active, mais en faible quantité (quelques kits). Il y a bien évidemment des protections réactives un peu plus répandues, mais là aussi la charge tandem a depuis bien longtemps permis de s'en affranchir. Le Jaguar répondra parfaitement à 99,9% de nos besoins opérationnels, mais certains tourneront le 0,1% restant comme une catastrophe et comme étant la chose la plus essentielle sur laquelle il faut penser, c'est le royaume des "et si..."
  12. 14 points
    Je pense que nous sommes partis pour lire UNE MASSE CONSIDÉRABLE DE GROSSES CONNERIES sur ce sujet, si j'en crois les commentaires qui fleurissent ici ou là; sujet qui de toute manière restera confidentiel quant au données classifiées. Dans l'idée de conserver à ce forum une certaine tenue et une rigueur qui a souvent fait sa renommée j'invite tout le monde 1-à tourner son clavier 7 fois sur la table avant de répertorier telle ou telle info issue de la webosphère 2-à bien s’imprégner de la signature qui est visible au bas de mes posts et que nous devons au sergent instructeur Hartmann trop tôt disparu "est-ce que c'est clair tas de punaises" Je vous remercie par avance
  13. 14 points
    N'empêche, quoiqu'on en dise, avec tous leurs défauts, nos médias à nous ne peuvent quand même pas se comparer à ceux de la Syrie ou de la Russie. Prenons l'histoire un brin embarassante des MDCN qui restent en rade. L'histoire sort, elle est commentée... On chercherait bien dans l'autre camp une info ayant l'air un peu critique, mais l'on n'y trouvera que des récits héroïques des succès de la DCA syrienne. Alors, ne soyons pas naïfs, cela ne signifie bien sûr pas ( on le sait, c'est pas les précédents qui manquent) que coté occidentaux, on ne s'amuse jamais à tordre, à déformer l'information, voir à mentir purement et simplement. Mais tout de même, parce qu'il dispose de quelques anticorps, un des deux systèmes m'inspire d'avantage confiance que l'autre. Je le dis, parce que je trouve que trop souvent à mon goût ( ici et ailleurs), on renvoie les protagonistes dos à dos sans faire de distinction. A ce sujet, j'ai été un peu interloqué par quelques commentaires sur ce fil expliquant que puisqu'on les accusait en permanence de mentir, les Russes allaient désormais ne pas se priver et se permettre de raconter n'importe quoi sans plus aucune retenue. Sous entendu, les pays de l'Ouest sont fautifs et les poussent à une telle dérive. Curieux raisonement, les mensonges d'état sont l'affaire interne de la population dudit état et de sa relation avec ses gouvernants, si notre gouvernement se mettait à mentir en permanence, c'est à nous français que cela poserait un problème, lier la question aux relations internationales est une drôle de manière d'aborder le sujet. P.S: et je ne veux bien entendu pas dire qu'il n'existe pas d'opposition en Russie, mais ces derniers temps, elle n'est pas en super forme. Quant à la Syrie... et bien ceux qui disent le contraire de ce que dit le régime, quoiqu'on pense d'eux, ils se font tirer dessus.
  14. 14 points
    C'est marrant parcequ'on pourrait retourner pas mal des arguments Un pays de rouille et de déchets nucléaires à ciel ouvert ne vendant que des putes et du pétrole et que l'OTAN écraserait avec un petit doigt s'il n'avait pas son arsenal nucléaire (parceque on sait ce que vaut le matériel russe, cf Irak 1 ,2 etc) mais qui est aussi un descendant de l'ogre rouge mangeur d'enfants et prêt a envahir les gentils baltes-polonais-finlandais-norvégiens avec du super matos de la mort qui tue mon bon monsieur Il y'a juste deux logiques qui s'affrontent La Russie voulait faire partie de l'Europe à jeu égal avec les autres puissances européennes (France, Allemagne, GB) voire même, nostalgie de l'Empire, avec les US Elle a subit trois traumatismes majeurs au 20e sicèle : l'intervention alliée pendant la guerre civile (et son cortège de joyeuseté), Barbarossa et l'effondrement économique en 1990. Dans les 3 cas les promesse occidentales se sont révélées du vent avec l'impression de laisser une envie de depeçage du pays Ajoute à cela la perte d'équilibre avec l'OTAN/les US et le fait que dans l'administration US tu as toujours des faucons qui continuent a gérer le monde version guerre froide nous bons, eux méchants La Russia a alors voulu faire partie de l'Europe mais avec des garanties (les mêmes depuis Pierre le Grand et la Grande Catherine à savoir un glacis protecteur autour de Moscou et St Petersbourg cad la Russie utile/Russie de l'Ouest) et un accès aux mers chaudes pour se désenclaver Ce qu'elle a vu ce sont des anciens états satellites qui se tournaient vers les US (pour des causes politiques, historiques ou poussés par des promesses) et un encerclement progressif de son territoire d'ou un sentiment de forteresse assiégée Le tournant a été a mon avis les années 2000 riches en interventions unilatérales occidentales sans aval de l'ONU donc le fait du plus fort. A ce moment la Russie était faible, toujours dans le collimateur des faucons US (alors qu'il y'avait des occasions de rapprochement notamment contre les Talibans) Elle s'est sentie vulnérable et c'est encore probablement le cas, se sachant la cible de certains milieux décisionnaires à Washington (l'Ukraine, ce n'est pas un evenement aléatoire, il a été écris par Brezinski que pour affaiblir durabement la Russie il fallait la séparer de ses deux coeurs historiques, l'Ukraine et le Belarus) depuis comme un boxeur dans les cordes elle rue et y dépense de l'energie à mon sens sans grand espoir à moyen terme de rééquilibrer la balance mais en espérant sauvegarder ce qui peut encore l'être Les recettes sont éculées (intervention militaire, appel au nationalisme etc) mais on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a En Europe on devrait en prendre des leçons parceque l'une des deux cibles suivantes possibles pour l'hégémon US c'est l'UE et la Chine Et ils ne nous ferons pas plus de cadeaux La Russie en Europe aurait été un atout pour nous, pas pour les américains
  15. 14 points
    Vivement que Kim jong Un et Rodrigo Duterte amènent leurs compétences de négociation sur ce conflit ....
  16. 13 points
    Ce fil révèle au moins trois choses: -nous pouvons être aussi chauvins et outranciers que les contributeurs de certains forums anglo-saxons tant décriés ici quand ils tapent sur le Rafale. -notre opinion de nos voisins Belges est assez peu reluisante. En revanche, ils sembleraient vouloir choisir le Rafale qu'ils deviendraient aussitôt des héros. -une vision de notre part réduite au minimum et trop souvent confinée dans le chiffre d'avions vendus en oubliant que derrière un tel marché on trouve bien souvent une posture stratégique qui dépasse le simple fait de voler français ou américain. Plusieurs contributeurs estampillés outre-quiévrain ont demandé à la modération de suspendre ou clôturer ce fil et je les comprends; quand je lis qu'on en arrive à discuter du QI du Président US ... Désormais tout message jugé outrancier et hors sujet sera supprimé Plusieurs viennent de l'être.
  17. 13 points
    Chopé sur Check Six : De Zota-dma : "Pour ceux qui ne me connaissent pas encore je suis armurier à Florennes et vous vous doutez qu'il me semble être au courant de l'information. Je vais faire court directement aux rumeurs et autres théorie du complot: Il y a bien eu un tir du vulcan suite à une manipulation du gun (Cette manip est une procédure normal d'un test effectué sur avion) D'autres circonstances se sont alignées pour en arriver ou nous en sommes aujourd'hui. Je n'irais pas plus loin dans l'information car ce n'est pas mon rôle mais de grâce évités comme j'ai déjà lu sur certains réseaux sociaux de nous traiter de guignoles ou que sais-je encore, ces gens là ne savent même pas ce qu'est un F-16 et connaissent encore moins le domaine technique et tout ce qui tourne autour. Le collègue est très compétent et a fait largement ses preuves sur F-16 et sur ce point c'est indiscutable. "
  18. 13 points
    Il y en a tous les jours ouvrables, et souvent à plusieurs endroits. Et même qu'en levant la tête au bon moment, et en ayant un bon APN, on pet voir ça :)
  19. 13 points
    Là, clairement, nous sommes sur un désaccord. C'est justement parce que nous ne sommes pas si nombreux qu'il faut faire l'effort d'être compris par tous, d'écrire convenablement et de permettre aux autres de mieux comprendre ce que l'on veut dire. Et cela aidera aussi les quelques non-francophones qui s'intéressent au sujet à comprendre. On n'écrit pas, ici, que pour les quelques (dizaines) de passionnés qui s'expriment, mais davantage pour un nombre plus important d'anonymes, non inscrits, simples lecteurs. C'est ce public qu'il faut respecter en faisant l'effort d'une expression qui ne leur demande pas de passer du temps supplémentaire à essayer de comprendre un truc vite jeté sur un clavier. Il vaut mieux un seul gars qui fait l'effort d'être compris par tous, plutôt que 100 quidams qui essayent de comprendre ce qu'il veut dire. L'effort est toujours récompensé.
  20. 13 points
  21. 13 points
    J'étais chez Dassault au moment de la négociation finale sur l'Eurofigter et le départ de la France du programme, et à un poste suffisemment élevé pour savoir la vérité. Les Anglais avaient acceptés la maîtrise d'oeuvre Dassault et pratiquement toutes nos exigences sauf pour le moteur. Il y a eu une réunion DGA/Dassault où Dassault a demandé "Que fait on?" et c'est l'état qui a décidé de quitter le programme.
  22. 13 points
    Pas tout à fait vrai. Le langage est le même, Xilinx, Altera, Actel ou Lattice, c'est du Verilog ou du VHDL (les 2 pouvant même se cotoyer sur une même puce, si ce sont des anglais qui ont fait le FPGA en question, je pari sur du Verilog). Par contre si certaines IP (partie de code livrées par le constructeur ou un sous-traitant, lire Intellectual Property) sont intégrées, alors il peut être nécessaire soit de les ré-écrire soit d'intégrer des IP équivalentes vendues par le nouveau fournisseur. Après ça peut effectivement être vrai si on utilise l'IDE (solution logiciel de programmation) livré par le fournisseur de la puce, alors il faut ré-écrire les fichiers de contraintes, et forcément tout requalifier (mais bon de toute manière il va falloir tout requalifier...). Mais un dev FPGA en charge du routage préférera toujours une solution tierce qui permette de s'affranchir de la marque à un certain niveau (Synopsys fait un synthétiseur très bon pour ça). Et pour faire court et synthétique, sur du FPGA on décrit un circuit électronique, comme on pouvait le faire en techno au collège quand on gravait un circuit électronique à part que quand notre circuit était gravé c'était "pour toujours" avec le FPGA on peut le redessiner à volonté. (Pour une fois que je peux parler de quelque chose que je suis sûr de connaitre sur ce forum... :D)
  23. 13 points
    Parce que Dassault ne sait pas vendre, des avions militaires et dans le monde moderne en tous cas. Alors oui, c'est de la provoc', mais c'est vraiment basé sur du vrai. Et de nombreuses personnes chez Dassault Aviation s'en plaignent. Mais aujourd'hui, on continue chez Dassault de vouloir vendre des avions de combat comme en pleine Guerre froide, en négligeant complètement ou presque les effets de com' et de marketing (ce qu'on appelle pourtant aujourd'hui des leviers d'opinion et des leviers politiques). Aujourd'hui, quand en interne ou en externe quelqu'un essaie de monter une structure destinée à promouvoir le Rafale sur un marché bien précis, il y a des gens très hauts placés chez Dassault qui répondent que non, c'est le boulot du Quai d'Orsay. Ou que, oui, pourquoi pas, on va demander au Quai d'Orsay de s'en charger. Et, de manière générale, il n'y a pas (plus) chez Dassault, en interne, de véritables spécialistes des relations internationales capables de les aiguiller vers tel ou tel marché. Pour tout ça, ils se réfèrent uniquement à quelques briscards qui ont de bonnes bases mais pas à jour, et sur... le Quai d'Orsay, encore une fois ! (emoticone Facepalm). Chez Dassault, c'est grosso modo depuis 2008 (puis 2012) qu'on se bouge le fion côté militaire parce que le marché des bizjet se casse relativement la gueule. Mais en vrai, "l'industriel qui veut vendre son produit" veut surtout éviter toutes pertes potentielles, et ne fait quasiment aucun investissement à risque. Typiquement, c'est la présidence Sarkozy qui a insisté pour que Dassault présente le Rafale en Inde. A St Cloud, à ce moment-là, on estimait qu'après 10 ans à refuser le Mirage 2000, c'est qu'ils ne voulaient pas acheter français pour "des raisons politiques". L'Elysée et le Quai d'Orsay leur ont assuré qu'il y avait un partenariat stratégique à tenter, et ils avaient raison (même si le même gouvernement avait planté le Brésil) Bref, non, Dassault et la France de manière générale ne sont pas de "bons" vendeurs. Ce ne sont pas de mauvais vendeurs non plus hein !! Mais quand il s'agit d'aller démarcher de nouveaux prospects, de prendre des risques pour tenter l'impossible, de faire rêver avec leur produit, bah ils ne font pas ça bien. Et, pour le coup, c'est compréhensible. SAAB ou Eurofighter qui ne produisent que du militaire vont pouvoir prendre bien plus de risques que Dassault, qui s'appuie sur des reins solides dans le secteur des jets d'affaire. Et Dassault Aviation a une culture du secret des affaires et de la discrétion sur les produits qui correspond bien à sa clientèle professionnelles, ou à ses clients du Moyen-Orient notamment, mais qui fonctionne TRES MAL en Europe où les relais d'opinion sont tout simplement ESSENTIELS !! Oui, au Moyen-Orient, quelqu'un qui prépare un appel d'offre sur-mesure pour un type d'appareil avec un budget insuffisant pour le-dit appareil finira quand même par prendre ce dernier. L'argument financier n'aura servi que de levier dans la négociation. En Europe, en Suisse, en Belgique, ou même en Finlande, quand l'appel d'offre est taillé sur mesure pour ce que veulent les forces aériennes (le "5th Gen") mais que les politiques imposent un budget bien inférieur, et bien il faut être sacrément présomptueux et susceptible pour refuser de tenter sa chance !!! Bref, ni Dassault ni Balard ni le Quai d'Orsay n'ont su anticiper les facteurs politiques internes en Belgique et leur impact sur un tel marché. Si ça se trouve, ils vendront quand même le Rafale. Mais ça ne rendra pas service à leurs conceptions commerciales. Parce que ce que beaucoup mettent sur le compte de l'arrogance française, c'est tout simplement un manque de compétence (pour être poli) politique (et industriels, quand on parle d'industriels qui délaissent leurs services avant-vente aux administrations) qui nous a déjà coûté des marchés au Marco, en Arabie Saoudite, au Brésil et, de mon point de vue, en Suisse et bientôt en Belgique. En l'occurence, l'erreur française aura été de ne pas postuler à l'appel d'offre dans les règles, quitte à proposer un accord stratégique complémentaire. C'était ça le bon moove à faire. Ce post est volontairement provoquant, mais c'est aussi histoire de montrer qu'une entreprise ce n'est pas QUE de la pure rationnalité économique. Pour Dassault, laisser les clés des compétences internationales au ministère compétent c'est aussi une forme de confort, cela permet d'éviter des investissements coûteux pour une entreprise de (relative) petite taille. De plus, sur l'appel d'offre belge en particulier, même si celui-ci est clairement moins orienté pro-F-35 que certains ne le disent, il reste quand même bien dans la lignée du F-16 et de la philosophie d'emploi de l'USAF, y compris par rapport à la furtivité. Certes, les dimensions économiques ne doivent pas être négligées, tout comme la volonté d'adhérer aux doctrines d'emploi du fournisseur (mais, dans ce cas là, pourquoi définir un RFGP aussi précis du point de vue de la doctrine?). Mais Dassault rêve d'un face à face non biaisé avec le F-35, et ce n'est pas le marché belge qui le lui offrira, quelle que soit la résolution. Donc, c'est quand même une décision réfléchie de leur part. Mais certainement pas parce qu'ils n'ont aucune chance de gagner ! Mais parce qu'ils estiment ne pas en avoir assez, ou en tous cas pas dans leurs termes.
  24. 13 points
    Reardless of what happens between the two dictators : magnifique bourde d'une journaliste de Fox News
  25. 13 points
    Fais chier.... bon ba je vais sur impôt.gouv alors ....