Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 10/25/2018 in all areas

  1. 17 points
    Je ne résiste pas: http://www.lalibre.be/galerie/le-dubus-53182ad335704b2d2766d026
  2. 10 points
    Non mon ami, tu caricatures pour mieux discréditer. L'histoire est pourtant toute simple. Le tropisme américain, cultivé depuis plusieurs décennies, a inopinément teinté l'appel d'offre. Non par malice, mais en raison d'une culture particulière et peut-être aussi par facilité. Et ce n'est pas une exclusivité belge. Techniquement, la méthode consiste à voir ce qu'on peut faire avec un F-35 dans un environnement américano-OTANien et on écrit un RfGP sur cette base. Le problème initial n'est pas là, il est dans l'affirmation que l'appel d'offre est neutre alors qu'il ne l'est pas. Soit un concurrent est au niveau espéré dans un domaine, soit il ne l'est pas. Faire mieux n'a pas de valeur ajoutée, et à la fin c'est le maître-étalon qui gagne, ou son clone. C'est un biais de conception, à minima, mais c'est là. L'offre dissidente française visait à contrebalancer ce biais initial en sortant du carcan imposé. L'alternative était de ne rien faire, pas de se conformer à un RfGP jugé inapproprié. Le gouvernement belge avait alors la possibilité de l'examiner consciencieusement au moment de son choix, ou de la refuser. Il a choisi une troisième voie : le pourrissement de la situation en laissant traîner les choses et en multipliant les explications fumeuses (courrier de trois pages, difficultés légales, examen après délibération sur le RfGP, prix inconnu, lettre non datée ni signée, et j'ai dû en oublier...). Bref, du pilotage à vue pour ne froisser personne jusqu'au dernier moment et ne pas enflammer la politique intérieure. Le constat final est simple. La désinvolture et la mesquinerie affichées par le gouvernement belge sur ce dossier n'a d'égal que l'arrogance prêtée aux français. Sur le fond, je m'en tape royalement parce qu'in fine le choix du futur avion ne regarde que les belges, mais sur la forme c'est d'une indignité absolue qui force l'irrespect.
  3. 7 points
    Et c'est alors que la mécanique institutionnelle belge entre en jeux parce qu'il y a: - Les mangeurs de chips (sel ou paprika) - Les mangeurs de popcorn (salé ou sucré) - Les mangeurs de gaufres (de Liège ou les ersatz infâmes de Bruxelles) Tout ceci devant respecter un EGERALB (Equilibre Gustatif En Rapport Avec La Bière) ainsi qu'un ELTV (Equilibre Linguistique Trimestriellement Variable), bref la réponse à cette question nécessite analyse plus approfondie et mise en place d'un comité ministériel restreint ayant ces compétences dans leur ressort. Simple comme tout en somme. Comme l'acquisition des avions par la Composante Air (et une pirouette pour recoller au sujet, une!)
  4. 7 points
    Pour connaître un peu le cas, le prof en question ayant été l'entraineur d'un de mes amis - qui s'est alors intéressée à l'affaire - on est bien loin de ce que vous évoquez. Un premier coup a désarmé l'assaillant (couteau, retrouvé ultérieurement par les policiers). Le juge a estimé que la légitime défense était établie (tentative de viol sous la menace d'une arme) malgré le caractère temporairement invalidant de l'intervention avec un poignet cassé. Le juge a aussi retenu positivement l'interposition du prof, entre l'assaillant et sa victime, pour faire écran une fois l'attaquant désarmé. C'est ensuite que ça s'est gâté ... l'action s'étant refroidie, le prof a voulu empêcher la fuite de l'assaillant en le projetant au sol, et pour faire bonne mesure, lui a savaté la tronche, provoquant un hématome oculaire ayant entrainé une perte définitive de 40% de la vision d'un oeil. C'est là qu'il faut en revenir aux principes de droit. L'immobilisation au sol a été retenue comme excessive car l'assaillant ne présentait plus de danger immédiat et aurait pu être appréhendé, sur son signalement, par un équipage proche - la police avait été prévenue par des témoins. Néanmoins, le prof n'a pas été inquiété sur ce point. Il lui a juste été rappelé que son intervention initiale, indispensable, était terminée dès que le danger immédiat était levé. Les autorités de police et de justice devaient alors prendre le relai. Par contre, les coups de pieds dans la tête de l'assaillant ont, eux, été considérés comme un acte échappant totalement à la légitime défense. Aucune condition n'était plus en place pour permettre leur classement dans cette exception : quelle est l'atteinte à une personne ? L'agresseur est immobilisé au sol où est le caractère immédiat de la défense ? Ces coups ne sont plus concomitants à l'agression est-ce proportionné à la menace ? La menace est levée à ce moment le recours à la violence est-il le seul moyen de défense ? La menace étant levée, ne rien faire de plus était une défense suffisante Les juges s'y connaissaient suffisamment pour que les actes soient qualifiés de coups et blessures volontaires (ayant entrainé une infirmité permanente), passibles d'un maximum de 10 ans de prison, et de 150 000 € d'amende. Mais la peine requise a été de 6 mois avec sursis et 1500 € d'amende, au vu des circonstances, et parce que l'action faisait suite à un cas de légitime défense avéré. Mais au civil, l'infirmité permanente de l'agresseur a dû être indemnisée ... C'est moche de se dire que le "sauveur" paye l'agresseur, mais encore une fois, les juges ont fait preuve de mesure (je n'ai plus accès au montant, mais il était supportable pour un éducateur associatif payé pas beaucoup plus que le SMIC). Il y a eu préjudice, il y a responsabilité, la justice ne peut pas passer dessus - la légitime défense est une exception de responsabilité, mais elle exige que les 4 conditions ci dessus soient remplies. Et s'il y a bien un "service public" qui est confronté quotidiennement à tout ce que notre société peut générer de misère humaine, de désarroi, et sur lequel porte une grande pression liée à des attentes élevées, c'est bien la justice (dont fait partie la magistrature). La réalité, ils sont en plein dedans, tous les jours, tout le temps, et ils ne sont pas déconnectés de ce quotidien. Ce n'est pas parce que certaines décision nous échappent qu'elles sont injustes. Elles suivent des règles, et c'est à celles-ci qu'il faut s'intéresser, bien plus qu'aux conclusions qui en sont tirées. Essayez de vous mettre au droit, juste un peu, pour la culture ... les débuts sont imbitables, mais quand on commence à poser et à admettre deux ou trois principes simples, tout s'éclaire et c'est un champ d'études passionnant qui s'ouvre à vous. Et les issues des affaires qui font parler (à peine 1% des procédures) paraissent, d'un coup, bien plus claires.
  5. 7 points
    Toujours est-il que la Belgique se retrouve avec : - l'avion le plus cher à l'achat ; - l'avion le plus cher à l'entretien ; - l'avion dont on ne sait rien réellement des coûts futurs à l'usage ; - le seul avion du groupe dont les performances futures sont une inconnue totale ; - un avion dont les qualités théoriques seront de toute façon obsolète rapidement. S'il est vraiment "furtif" maintenant, qu'en sera-t-il d'ici 20 ans alors que l'avion doit rester en service une quarantaine d'années ? - le seul avion dont les performances sont inférieures à ceux qu'il est censé remplacer (le Rafale est plus performant que les Mirage 2000, tout comme le Gripen qui remplace le Viggen) ; - un avion évalué uniquement sur papier. Il n'y a pas eu d'évaluation réelle comme en Suisse où les avions sont passés dans les mains des pilotes suisses. Toutes les qualités du F-35 sont basées sur des déclarations constructeurs et généralement contredites par l'expérience des pays qui en possèdent déjà. Même en laissant de coté le fait d'acheter européen, il y a de quoi tiquer. Sans compter que le terrain avait été bien préparé à l'avance par M. DeCrem.
  6. 5 points
    Mouais... j'en doute fort, tant il est clair que les dés étaient pipés d'avance (engagement pris avant l'émission du RFP). L'argument de l'offre sans prix car on refuse de signer l'accord de confidentialité qui va avec est révélatrice de la volonté de ne pas acheter autre chose que le F-35.
  7. 5 points
    Je ne résiste pas: comme l'exprime un contributeur du forum Checksix de manière (un peu) provocatrice (quoique) - je paraphrase: Je vous l'accorde l'analogie est (un peu) osée mais quand on y réfléchit bien je trouve que l'Europe a bon dos, la ramener un peu trop sur le sujet nous exposerait à de belles répliques.
  8. 5 points
    Si parce que dans ce cas nous serions totalement hors charte en ce sens que nous ne discuterions plus de questions relatives au choix technique de la CAB ou à l'actualité de la CAB (l'avons nous fait est une autre question) mais d'aspects purement politiques ou économiques qui n'ont rien à faire ici. Ce d'autant que çà nous évitera quelques propos de comptoir dont notre cher BMI (bordel militaire internet) forum a le secret ... Je trouve que nos camarades contributeurs belges ont fait preuve de beaucoup de patience jusqu'à présent il s'agirait de ne pas l'oublier ...
  9. 5 points
  10. 5 points
    Lockeed-Martin fait l'avion à 77 millions d'euros, soit 50% du prix habituellement entendu pour le F-35, et ça n'a pas paru suspect ?!
  11. 4 points
    Qu'il soit fini ou pas, qu'il soit inadapter aux missions ou pas, qu'ils ne controlent rien sur l'avion, qu'il coute son poids en or ou qu'il soit stocker comme une rolls dans un hangar , c'est pas la question, c'est d'abord un choix politique et d'engagement envers oncle sam. le F-35 est un avion politique, alors que le rafale est un avion de guerre.
  12. 4 points
    Hum, je rappelle qu'on est supposés parler ici de la Composante Air. (Je sais bien que ça fait quasiment 20 pages qu'apparemment tout le monde s'en f..., mais le suspense étant désormais terminé, on pourrait peut-être revenir à l'objet. Pour parler de l'UE, de l'OTAN, du SCAF, de kikahétélepluméchant dans le programme ATC des années 70 et j'en passe, il y a des fils dédiés.)
  13. 4 points
    Le SCAF Franco-Allemand dont Dirk nous prévient que Berlin n'acceptera pas de financer un projet ficeler de Aà Z à Paris, sauf que dans cette alliance Berlin n'a rien à poser sur la table à part du pognon. Si Berlin prend la mouche, probabilité proche de 100% avec la présentation de la maquette du NGF par DA, bye-bye la super entente... Quel pays rentrera alors dans le projet? et à quelle hauteur? Perso un SCAF Franco-Français dans la veine du Rafale ne me déplairait pas et cette fois celui qui nous jetera la pierre de l'unilatéralisme sera bien mal venu...
  14. 4 points
    Moi, je pensais plutôt à une grenade nucléaire pour le fantassin. Plus besoin d'un lance grenade avec un viseur puisque de toute façon, le char visé est dans le périmètre d'action de la grenade explosant dans la main du tireur. Au passage, cela allège le fantassin, qui n'a plus besoin d'un autre matériel ou armement (ni de rations d'ailleurs ...) à part sa grenade unique.
  15. 4 points
    QUOI!? Où est le bouton "downvote"? RENDEZ-MOI MON BOUTON DOWNVOTE!
  16. 4 points
    On ne peut pas appréhender ce type de dossier (surtout vu les spécificités belgo-belges du processus décisionnel) sans avoir un lourd relent de politique avec tout ce que ça implique; la chose qui est quand même le plus à pleurer (je fais abstraction des offres/appareils en écrivant ceci) c'est que la technique semble avoir été quasi systématiquement absente des débats. Je sais qu'un politique ne peut pas décemment déclarer "je sais tout sur tout" mais là, aussi bien dans le cas de la majorité que de l'opposition, on sort des poncifs, des demi-vérités, de pieux mensonges (on reparle du SP.A?), on donne la parole à des sous-fifres, on fait des procès d'intention, on met en avant les pressions exercées par un peu tout le monde (US et Français), etc... mais presque jamais on ne parle chiffres précis, capacités techniques claires, intégration doctrinale au sein de l'OTAN et des alliés, etc... Alors oui, certaines données sont frappées du sceau du secret; mais là où la majorité pêche sérieusement par manque de clarté et de précision, l'opposition fait un étalage flagrant de son amateurisme (et encore je reste poli en écrivant ceci) qui donne une impression fort peu glorieuse de tout ceci. Cependant, on ne peut pas non plus tout peindre en noir: l'actuel gouvernement a su exploiter de manière fort opportune le "momentum" à disposition pour acter le renouvellement de la Composante Air... Vu les positions défendues par les partis de l'opposition, il est clair qu'avec des Rouge, Ultra-Rouge et des Pastèques (vert dehors, rouge dedans) au pouvoir: on pouvait signer illico l'arrêt de mort de la Composante Air en 2023. Et bien franchement, je regrette (et encore, partiellement) le choix du F-35A mais je préfère une Composante Air sur F-35A et/ou intégrée (tout ou en partie) avec les Bataves que rien du tout. L'option n'est pas optimale, mais c'est "mieux que rien"'. Oui et non; l'opinion belge est majoritairement contre l'acquisition d'avions militaires (dans le contexte actuel, précisons-le). Que ce soit le Rafale/Typhoon/F-35A/J-20/Su-57 n'y changerait rien, le citoyen belge pense que les priorités sont ailleurs; après que le F-35A cristallise encore plus les crispations est symptomatique et en rajoute "une couche" sans pour autant peser "fondamentalement" dans la balance de l'opinion.
  17. 4 points
    'est même illégal aux puisque moins cher que ce que paye les etats unis. Tu peux ranger ce chiffre au fond d'une poubelle.
  18. 3 points
    Un article Flamand écrit juste avant l'annonce : https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2018/10/25/opinie-pierre-therie-waarom-de-f35-een-fout-keuze-is/ " 4 raisons pour lesquelles le F-35 est un mauvais choix et 5 raisons pour lesquelles le gouvernement veut cet avion de toute façon Le gouvernement a pris la décision : le F-35, un chasseur américain, sera le successeur de nos F-16. Ce matin, à la veille de la conférence de presse, l'ex-colonel Pierre Therie a résumé pourquoi il s'agit d'un mauvais choix et a découvert pourquoi le gouvernement choisit toujours cet avion. Pierre Therie Pierre Therie est colonel au repos et ancien attaché de défense. Maintenant que le gouvernement veut décider d'acheter des F-35A pour remplacer la flotte de F-16, il convient d'énumérer les principales causes qui ont mené à ce choix et pourquoi nous ne devrions pas le faire. La cause réside à la fois dans les lacunes politiques et dans l'attitude corporatiste du sommet des forces aériennes. Les lacunes politiques Successeur F-16 Le gouvernement coupe le noeud : Le F-35 américain devient un nouvel avion de chasse 12:48 Depuis que Donald Trump est devenu président des États-Unis, nous espérons que le système de freins et contrepoids pourrait empêcher le président de prendre des décisions irresponsables. Toutefois, ce dossier montre qu'il vaudrait mieux balayer devant notre porte, car ce dossier sur le remplacement du F-16 montre une fois de plus que la démocratie parlementaire belge échoue dans cette tâche cruciale. Après tout, la question politique la plus importante de ce dossier, qui n'a jamais été débattu, est la suivante : quelle défense voulons-nous, offensive ou défensive ? En marchant dans les polders, j'ai rencontré un politicien de droite bien connu. Il n'a pas tardé à suggérer que la défense avait besoin d'un budget plus élevé de 2 % du PIB. J'étais d'accord, mais j'ai ajouté que ces 2% devraient être lus comme un signal politique et non comme une norme à respecter par chaque pays de la même manière. A mon tour, je lui ai posé une question : " Pense-t-il que nous avons besoin d'une force offensive ou défensive ? Après une brève hésitation, il semblait clair : une armée défensive. Le fait qu'en tant qu'homme politique de droite, il opte pour la défense défensive signifie de facto (pour ceux qui connaissent les éléments militaro-techniques) qu'il est contre le choix du F-35A. Il indique également qu'au parlement, non seulement l'opposition ferait le même choix, mais aussi de nombreux " représentants du peuple " de la majorité feraient le même choix que lui. Seul, et c'est la cause principale de l'échec, le Parlement n'a plus de "représentants du peuple" mais seulement des "représentants des partis", qui sont censés confirmer le choix du parti. Terrifiante ignorance Intérieur Furtivité, SCAF, progressivité et attrition : premiers secours pour l'achat d'avions de chasse Mercredi 24 Oct 16:47 Une deuxième cause de l'échec est l'effrayante ignorance des partis et de leurs mandataires. Pouvez-vous imaginer que le parti le plus riche - la N-VA - qui occupe toutes les positions clés de ce dossier n'ait pas un spécialiste de la défense dans ses services d'études ? Pas étonnant que les principaux acteurs politiques aient été incapables de comprendre un dossier aussi complexe. Ils naviguent sur la boussole de l'armée qui, dans ce cas, pour plusieurs raisons, a choisi de coopérer avec les Etats-Unis et donc le F-35A. Images de fils PA/PA Opinion Pierre Therie "Le remplacement du F-16 est conforme aux normes américaines". di 05 jun 09:07 Cette ignorance a empêché les membres du gouvernement et les représentants des partis de la majorité et de l'opposition de jouer leur rôle de chiens de garde. Comme ils n'ont jamais posé la question sur la défensive ou l'offensive, ils ne pouvaient pas (ou ne voulaient pas) découvrir que, dans ce cas, l'armée de l'air avait délibérément favorisé le F-35A, comme l'enquête menée par le journaliste Stavros Kelepouris de Knack le montre très clairement. En fait, nous sommes arrivés à cette conclusion plus tôt sur la base de la lecture du cahier des charges. Le fait que le chef de la défense, en tant que plus haut gradé de l'armée, ait diffusé des informations erronées au cours du processus, comme l'ont montré ses recherches, est une très mauvaise chose pour la crédibilité de la défense. Il est tout aussi troublant que le ministre de la Défense Vandeput (N-VA) n'ait pas fait approuver à l'avance par le Parlement ses promesses (concernant les missions) à l'OTAN. Aucun intérêt Une troisième raison pour laquelle ce dossier pourrait déboucher sur un véritable vaudeville est le manque d'intérêt de la population et des médias pour la défense. Ce fichier présente de nombreuses similitudes avec le fichier Oosterweel. Là aussi, il a été décidé de manière paternaliste de construire un pont monumental, un " repère ". Le fait que plusieurs autres solutions aient été exclues n'a pas pu dissuader ces messieurs de prendre une décision. Heureusement, il y a eu de la résistance, soutenue par les médias, qui ont pris à cœur leur rôle de chien de garde. Si cela avait été le cas pour le dossier des avions de chasse, ce vaudeville aurait pu être évité et la N-VA- Le président Bart De Wever peut également prendre du recul dans ce dossier, au lieu d'insister avec insistance sur un choix qu'il ne peut même pas savoir ce que c'est et combien cela va coûter. Intérieur "15 milliards pour 34 avions de chasse ? Pas avec mes impôts ! so 22 apr 16:06 Les médias n'étaient pas intéressés par des contributions critiques techniquement fondées parce que la complexité était trop difficile pour leurs lecteurs. Il est trop facile de se limiter à l'information du secteur public sans savoir si elle était correcte. Il est significatif que le pouvoir en place ait essayé de rendre les voix critiques suspectes (et même menacées de poursuites judiciaires). Cette ignorance de la population et des médias a joué un rôle préjudiciable. Les contributions publiées sur ce dossier étaient parfois d'un niveau incroyablement bas. Seul le titre académique de l'auteur répondait à la norme. La simplification a permis de s'assurer que tout le monde pensait savoir ce qu'il fallait faire et, pour chaque opinion, il y avait des personnes partageant les mêmes idées qui étaient d'accord. Personne ne se demandait si l'information était exacte. Intérêt électoral Une quatrième cause est le fait que chaque décision est mise à l'épreuve par rapport à son intérêt électoral. Cela peut paraître bizarre, mais pour les partis politiques, le choix d'un poste ministériel est une question électorale. Et comme la plupart des soldats vivent dans le Limbourg, le choix d'un Limburger comme ministre de la Défense était un bon choix électoral. Son élection au poste de maire de Hasselt peut donc être considérée comme le bon choix du stratège Bart De Wever, qui sait que la population et les médias ne trébuchent pas sur des dossiers aussi difficiles. Mais quand un ministre abandonne prématurément son poste pour devenir maire, c'est comme un vol de bannière pour les militaires. Corporatisme et favoritisme Toute la discussion sur la nécessité de disposer d'avions de combat et sur le rôle qu'ils devraient pouvoir jouer doit être vue dans l'évolution dans laquelle les Etats-Unis ont voulu conserver leur stratégie offensive, mais ont vécu la confrontation avec de nombreux sacs de caisse comme trop sensible sur le plan politique. Les opérations devaient être effectuées à une distance de sécurité. L'armée de l'air avec ses armes à distance et " invincibles " parce que les avions " invisibles " sont devenus la pièce maîtresse de leur stratégie. Le fait qu'aucune de ces opérations n'ait été couronnée de succès - lisez la paix - mais, surtout, qu'elles aient causé des frustrations et d'énormes ravages, n'a pas été un point d'attention. Ce qui est ignoré dans cette vision stratégique, c'est que les gens vivent sur terre, et non dans les airs ou en mer, et que c'est dans ce biotope humain qu'une guerre est finalement réglée. Ce qui se passe en Libye, en Afghanistan, en Irak et, à ce jour, en Syrie, prouve que mettre une ville en pièces est un jeu d'enfant, mais que seule une force terrestre peut assurer la sécurité des gens. Ce qui m'a marqué dans les nombreux commentaires que j'ai lus sur le F-35, c'est le commentaire d'un général américain qui a déclaré en extase qu'il trouvait le F-35 fantastique parce que c'était comme se battre contre quelqu'un qui s'était attaché les mains au dos. Je peux imaginer combien il est facile de gagner une guerre, mais en même temps combien il est frustrant que cette victoire ne puisse être qu'une victoire à la Pyrrhus sans paix. Si ce n'est pas la tâche des militaires, alors c'est la tâche des politiciens, qui doivent y penser lorsqu'ils mettent de tels " jouets " à la disposition des militaires, qui semblent avoir perdu toute conscience éthique ! Pourquoi un mauvais choix ? 1. Le pouvoir de Lockheed Martin Une première raison politico-militaire est que l'achat du F-35A restreint notre souveraineté. L'implémentation informatique de l'appareil détermine que nous avons besoin du soutien ou au moins de l'approbation de Lockheed Martin (LM) et/ou de l'USAF pour chaque opération. Nous ne pouvons utiliser les systèmes d'armes qui doivent encore être développés avec cet avion que si LM veut coopérer. Sans le code source, nous ne pouvons tout simplement pas savoir quelles informations l'appareil envoie, et dans quelles circonstances, vers où. Nous ne pouvons même pas exclure la possibilité que quelqu'un puisse prendre le contrôle de l'appareil à distance. Pas même si nos F-35 étaient chargés d'une mission nucléaire ! 2. Ne convient pas aux tâches de notre armée Une deuxième raison militaire pour laquelle nous ne devrions pas acheter le F-35A est que le F-35 est très mal adapté aux tâches qui sont importantes pour nos forces armées : la garde de notre espace aérien et le soutien aérien aux troupes terrestres en mission à l'étranger. Dans ce domaine, le F-35 reste de loin inférieur à tous les concurrents auxquels il a été comparé (Gripen, Rafale, Eurofighter). 3. Prix encore inconnu Une troisième raison est que le F-35 n'est pas encore terminé. Il y a encore des douzaines de graves lacunes, qui ont été mises en évidence par le Accountability Office du Congrès américain. Le logiciel crucial est toujours en cours d'élaboration. LM s'attend à ce que la phase d'essai finale ne soit achevée qu'en 2021. Cela signifie que personne ne peut vraiment savoir combien coûtera la version opérationnelle à l'achat et à l'utilisation. Successeur F-16 Les parlementaires n'ont pas encore reçu le rapport d'audit F-16 : "Le Parlement est complètement mis à l'écart". Ven 13 Avr 08:22 Un spécialiste qui connaît à fond le dossier d'achat des F-16 s'est souvenu que nous avions acheté les F-16 originaux pour 6,09 millions de dollars (en plus d'un montant maximum - à ne pas dépasser), mais qu'en fin de compte ils coûtaient encore plus cher parce que les Américains ont très vite imposé des modifications qui n'étaient pas dans ce prix et qui nous étaient enfoncées dans la gorge, et d'autres "foefelding", donc le prix final devait être autour des 11 millions $, chacune. Le prix des derniers modèles F-16 était de 53 millions de dollars. 4. Une autre défense Une quatrième raison militaro-technique de ne pas acheter le F-35 est le changement d'environnement. La principale capacité, " furtive par sa forme ", pour laquelle le sommet des forces aériennes veut acheter le F-35A, doit être évaluée sur la base de l'évolution rapide des possibilités technologiques des capacités anti-aériennes des adversaires potentiels. Cela nous mènerait trop loin et deviendrait trop technique, mais d'après nos propres connaissances (et je ne l'ai pas entendu dire), il est déjà clair que le F-35 ne peut concurrencer la technologie antiaérienne et de missiles de pointe (en particulier les roquettes contrôlées par infrarouge). Le secret Une considération simple au sujet de la transparence : il n'est pas utile que le public n'ait pas le temps de consulter des personnes qui ont les connaissances nécessaires pour évaluer cette information. Le fait que le cahier des charges ait été rédigé sur mesure pour le F-35 reste un grand secret, même après la réunion du comité qui vient de se tenir. Notre conclusion est donc qu'il serait très erroné et imprudent de conclure le traitement extrêmement douteux de ce dossier par nos politiciens et le sommet de l'armée avec une décision hâtive.
  19. 3 points
    Et dans le vrai social européen par exemple, quand on sort du nombilisme franco-français (que je ne commenterai pas, chacun ses opinions), il y a par exemple le traitement très spécial qu’on a réservé aux grecs. Pas à dire, il y a vraiment trop de social, c’est clairement ça qui tue l’Europe à petit feu. Évidemment, quand on décide que l’Europe est une entreprise et que les citoyens sont des ressources, tout de suite, c’est plus simple, n’est-ce pas. Je me demande juste à quel moment dans l’histoire de l’évolution de l’homme, celui-ci a décidé de devenir une matière première de son clan / sa tribu / sa patrie plutôt que d’avoir un clan / une tribu / une patrie au service des humains le constituant. Mais ça n’est pas le débat ici : Quand le seul angle d’analyse est la performance, les marchés, la mondialisation et la géopolitique, il est certain que les réponses sont faciles et que l’être humain est toujours le maillon faible, la matière première à contraindre, la variable d’ajustement, la cause des problèmes ainsi que le facteur essentiel d’immobilisme. Le social, c’est juste une couverture pour l’oisivité. Quant au bonheur des peuples, il ne peut passer que par la compétition, l’épreuve de force et la domination, c’est certain. Par contre, pour ton « respect des autres », j’ai du mal à le percevoir dans ton laïus. (oui oui, moi aussi j’ai le droit d’étaler les poncifs)
  20. 3 points
    La NVA annonce sur son site le choix du F-35 avec une photo du F-22
  21. 3 points
    La France devrait répliquer en faisant la même chose sur les véhicules automobiles et proposer à nos partenaires de ne plus en exporter en Arabie Saoudite.. j'imagine que les petites bourgeois saoudiens roulent en Mercedes et BMW..... les autres n'étant pas assez chères.
  22. 3 points
    J'attends avec délectation dix ans, et on reparle du prix réel.
  23. 3 points
    Quelle bande d'hypocrites. Ca fait longtemps que les saoudiens se comportent comme de vrais pourritures, et ça ne leur posait pas tant de problèmes moraux que ça aux allemands. C'est pas un journaliste massacré en plus qui change fondamentalement les choses, et c'est pas comme si les armements allemands ou européens ne pouvaient pas être très facilement remplacés par des équivalents américains, russes ou chinois. La seule raison, c'est la politique intérieure allemande, avec la Mère Merkel qui est en difficulté et doit faire des concessions pour conserver sa coalition et son poste. Ca leur fend toujours le coeur de renoncer a des exportations et des parts de marché à cette bande de mercantilistes, mais le montant n'etait pas trop élevé, c'est pas un trop gros sacrifice. Et évidemment, perdu pour perdu, autant maximiser l'effet en politique intérieure même si ça embête les voisins, et tant qu'à faire tenter d'en tirer quelques bénéfices. Les voilà donc qui lancent un appel aux autres pays européens, ce qui vise principalement l'Uk et la France. Si la France suit => perte de marché très préjudiciable aux industriels français et aux finances française avec les garanties, ce qui profitera aux allemands, bénéfice d'image à l'Allemagne plutôt qu'à la France, renforce diplomatiquement le leadership européen de l'Allemagne Si la France ne suit pas => nuit à l'image de la France, donc renforce le leadership européen de l'Allemagne que seule la France peut lui contester (et même pas sur que ça soit tenable à terme donc bénéfice du 1er cas en plus) Bien joué, un joli coup de p***, c'est à ça qu'on reconnait ses vrais ennemis. Tant mieux que ça agace Macron, ça lui rappellera la vraie nature du couple franco-allemand
  24. 3 points
    Si l'Allemagne consent à nous acheter pour 15 Milliards d'euros de matériel militaire chaque année pour compenser, ça peut se négocier.
  25. 3 points
  26. 3 points
    Oui mais l'offre existe....
  27. 3 points
    Le vrai problème c'est que c'est l'avion le moins adapté aux missions type QRA (coût à l'heure de vol, VMax, dispo, empreinte log) qui constituent la majeure partie des missions de la composante Air. Pour la petite anecdote, les Belges ont été les premiers l'année dernière à vouloir établir une doctrine d'UTO (Untethered Operations, avant que le terme n'existe) avec des CCA largués sur terrains non-préparés, or même les US admettent que le F-35 & le F-22 sont les moins adaptés à ce concept.
  28. 3 points
    Oui mais sans la fusion... Après il faudra upgrader les processeurs et le logiciel pour que ça ait une chance de marcher dans 7 ans.
  29. 3 points
    Au final c'est certainement la base du problème: le gouvernement est aussi "peu" crédible que l'opposition dans les arguments soulevés...
  30. 3 points
    Cet article vaut son pesant de cacahuètes, à plus d’un titre « L'US Air Force sous pression pour ses tasses à café à 1.200 dollars » https://www.lepoint.fr/insolite/l-us-air-force-sous-pression-pour-ses-tasses-a-cafe-a-1-200-dollars-25-10-2018-2265775_48.php#xtor=RSS-221 Pour faire simple, ce sont des « récipients fabriqués dans un alliage spécial de cuivre et de chrome, équipés d'une prise qui permet de les brancher directement sur le système électrique de l'avion pour garder le café à bonne température. ». Jusque là, pourquoi pas. M’enfin le prix... justement, parlons-en du prix ! « Selon un porte-parole de la base aérienne de Travis, en Californie, le coût de chacune de ces tasses à café a grimpé de 693 dollars en 2016 à 1 220 en 2018, pour une seule raison: l'anse en plastique du récipient n'est pas remplaçable. » Attendez, ce n’est pas fini Donc un sénateur a fini par tiquer et demander des explications à la cheffe de l’armée de l’air. Il s’avère que l’augmentation du prix vient du « fait que les fabricants ont arrêtés de produire les pièces détachées nécessaires ». Les joies du capitalisme. Et là, le passage magique qui change tout : « Elle a ajouté que l'US Air Force pensait avoir trouvé la solution: réparer les tasses elle-même. "Nous avons démontré récemment que nous pouvions fabriquer des anses avec une imprimante en 3D pour 50 cents pièce", a-t-elle expliqué. Ils sont trop forts, vraiment.
  31. 3 points
    A signaler qu'au même moment, plusieurs candidats républicains ont été agressés par des progressistes (dont un gravement), qu'un bureau de campagne républicain a été incendié et d'autres attaqués, et le QG du parti républicain a NY a été vandalisé il y a une semaine, et plusieurs personnes qui en sortaient agressées (ce qui a lancé une altercation entre groupes militants, qui s'est mal terminée pour les agresseurs -de type Antifa/Black Block), ce qui s'ajoute à la râclée qu'a du encaisser Rand Paul l'an dernier (politiquement motivée), et surtout l'attentat à l'arme à feu contre des parlementaires républicains pendant un entraînement de base ball, et aux multiples instances de harcèlement et agressions physique contre des personnalités et élus de droite dans des lieux publics (avec l'approbation et les encouragements de certains élus démocrates), sans même compter l'état des lieux des agressions physiques de la part de groupes militants et d'individus pour des raisons politiques (dont les médias essaient d'éviter de parler parce qu'à ce jour, la compta est nettement en défaveur de la gauche, pour l'instant nettement plus violente que la droite). Bref, c'est pas bon: plusieurs indicateurs révèlent que le niveau de haine (littéralement) et les désirs de violence dans les bases des deux partis, à l'encontre du "camp d'en face", ont grimpé en flèche, même si évidemment, cela ne concerne que des proportions assez réduites (mais des effectifs significatifs quand même). Et il y a, pour multiplier le facteur de risque, des groupes organisés qui peuvent canaliser une partie de cette énergie dans des formes particulièrement néfastes, mieux préparées et désinhibantes. Ces groupes commencent-ils à approcher un début de taille critique? Dur à dire. Dans certains endroits (notamment Portland ou Berkeley), c'est très possible. Mais plus inquiétant est le climat général ainsi créé d'hostilité réciproque, d'ostracisme de fait, de méfiance et d'interprétation politisée de tout et son contraire chez l'autre, pour atteindre au plus vite des conclusions menant à un comportement adversarial, sinon violent. Et ça, c'est dans une proportion plus conséquente de la population, en tout cas des bases des partis et des gens politiquement actifs, et c'est la règle générale à un niveau complètement orwellien dans les médias (parce que c'est ainsi que leur business fonctionne dorénavant). Et ça, c'est un écosystème malsain, qui se nourrit de l'escalade symétrique et de la politique du pire pour se développer, avec bien peu d'incitations et de dispositifs pour faire baisser la tension, une absence croissante de plates-formes d'échanges et de débat authentique qui est accrue par le comportement partisan et assez malsain des grands médias sociaux qui se comportent plus comme des censeurs qu'autre chose, et pas de façon équilibrée (ce qui renforce nécessairement la colère d'une ou de plusieurs factions, et ne semble leur laisser que bien peu d'exutoires à part la rue). Tous ces gens qui invoquent sans arrêt les risques nazis ou communistes devraient se rappeler comment un écosystème similaire s'est développé dans la rue allemande dès après la 1ère GM; dans des circonstances plus dramatiques, et plus immédiatement violentes et massives on sera tous d'accord, mais quel que soit le point de départ et la durée du processus, si aucun ingrédient dans le débat et le background ne change significativement, la probabilité d'arriver à des issues comparables devient grande. Les extrêmes se nourrissent d'un adversaire de même nature, ils ne sauraient réellement se développer sans.
  32. 3 points
    Je vais donc être plus clair. Je ne m'intéresse pas aux causes, mais à la conséquence. Je ne reproche pas aux autorités belges de ne pas avoir signé cette clause, je reproche le mépris affiché autour de ce dossier en le laissant traîner sans réelle intention de l'examiner. Ils n'ont pas eu le prix (dernière excuse en date pour laisser la poussière s'accumuler) parce qu'ils n'ont pas fait ce qu'il fallait pour le connaître. Ce n'est pas tout à fait la même chose que de laisser entendre que cette offre est mal ficelée ou incomplète. On ne juge pas un film en n'ayant vu que la bande annonce.
  33. 2 points
    Pour ce point aussi ça a été expliqué depuis 100 pages du point de vu français l'appel d'offre était biaisé et taillé sur mesure pour le F-35 et comme Boeing et Saab, Dassault (ou la France je ne sais plus) voulais jeté l'éponge. Ensuite pour quand même proposé quelques choses et pourquoi pas rêver d'un contrat qui semblait hors de portée la France a proposé une offre qui se son point de vue était formidable pour la Belgique : un Rafale a un prix abordable, avoir voix au chapitre pour l'évolution de l'appareil, accès aux infrastructures française et une place en haut du projet Scaf (membre fondateur du projet). Donc le but n'était pas de foutre la merde mais de proposer une offre favorable à la France (vente d'appareils) et a la Belgique (une offre intéressante de membres fondateurs d'un embryon de défense européenne souveraine). Maintenant la Belgique n'a pas daigné étudié l'offre pour des raisons de politique interne pas de soucis c'est son choix, mais la France dans cette histoire, elle elle a mis ses couilles sur la table pour proposer un package long terme et décent a la Belgique.
  34. 2 points
  35. 2 points
    C'est quoi le but de prendre du SCAF quand on prend du F35. Perso je vois trois échelles de temps en Europe : - ceux qui n'ont que du Typhoon, comme l'Allemagne, qui risque de finir sa vie prématurément (moyennement évolutif, brexit, certains utilisateurs sur F35. .. ), qui aurait donc besoin d'un SCAF à horizon plus rapide (Disons 2030, même si c'est irréaliste, le besoin risque même d'être avant) -la France avec le Rafale, qui pourrait avoir un bon coup de boost avec une MLU ambitieuse, si les crédits ne sont pas bouffés par le SCAF (Je vois mal le pays se payer les deux), et donc attendre plus que l'Allemagne (2040+) -ceux qui ont du F35 dont le système sera pleinement efficace pas très longtemps avant le besoin du SCAF chez les allemands, et donc pour lesquels avec les durées de vie des matériels actuels il y a un gros risque de doublon. Donc dans une économie limitée, je ne vois pas ce qu'ils vont faire dans du SCAF, autant se caler sur des planning américains. Quand la durée de vie d'un produit est de 20ans, le saut d'un fournisseur à l'autre est plus facile que quand c'est 50.
  36. 2 points
    Et ? Malin nan ? Si j'ai 2 potes très puissant avec une tête de plus que moi je préfère vexer aucun des 2 ...
  37. 2 points
    http://www.air-cosmos.com/la-belgique-choisit-le-f-35-116493 C'est du foutage de g..... on joue sur les deux tableaux !!!
  38. 2 points
    Surtout que les Anglais avaient concédé la maîtrise d'oeuvre à Dassault à condition d'être les fournisseurs du moteur.
  39. 2 points
    Sauf que bon dire que la Rafale existe car la France n'aurai pas eu le leadership sur l'eurofighter est malhonnête car même si il y aurait eu des grosses tensions sur la répartition, la 1er cause du départ de la France est que l'eurofighter tel qu'il était imaginé par les partenaires ne correspondait absolument pas aux besoins français. D'ailleurs quand on compare les deux a part le delta et les canards il n'y a pas vraiment de point commun. Donc si le Rafale ne convient pas aux besoins de la Belgique au niveau de la doctrine pas de soucis, mais comparer l'histoire du Rafale au choix du F-35 par la Belgique est de la malhonnêteté intellectuelle...
  40. 2 points
    Mais quid du monde réel ? Nan, parce que les hypothèses qui sont aussi réalistes que Mon Petit Poney, on a déjà dark sidius pour elles. Faut être original, gamin.
  41. 2 points
    La France. Il suffit de lire l'article La différence avec les autres groupes d'âge, c'est que la réponse la plus fréquente chez les jeunes est «je ne sais pas». A interpréter au choix comme l'effet d'être un peu perdu, ou comme l'expression d'une modestie qui sied bien aux plus jeunes L'autre différence, c'est que les États-Unis ne sont pas loin derrière la France, du point de vue des jeunes. Il y a peut-être là un effet linguistique : quand on n'apprend qu'une seule langue étrangère, qui se trouve avoir le statut impérial de l'anglais aujourd'hui, il y a forcément des conséquences sur l'imaginaire...
  42. 2 points
    Je suis un peu perdu avec tout ça donc à voir avec le temps comment tout cela va évoluer, stagner ( ou pas se concrétiser ). Scarabé à apporté une réponse sur le travail d'une Cie d'infanterie détachée auprès de l'ALAT, tout est plus clair à se niveau.
  43. 2 points
    Du neuf sur Triton/Trisis, un malware de haut vol qui avait tenté de détruire physiquement une raffinerie en Arabie Saoudite (via sabotage des systèmes de sécurité anti-explosion). (oui, un malware de même niveau que Stuxnet contre le programme nuke iranien). Rappel sur l'analyse de l'attaque https://www.fireeye.com/blog/threat-research/2017/12/attackers-deploy-new-ics-attack-framework-triton.html Selon une note confidentielle de Fireeye, ils auraient réussi à remonter la piste carrément jusqu'à un des créateurs du malware (pas seulement le pays). Surprise, l'un des créateurs travaillerait... Avant de crier à l'argument habituel de "russophobie", j'invite à consulter les éléments techniques dans l'article de fireeye (pour ceux qui ont un minimum de connaissance IT): (vulgarisation) https://translate.google.com/translate?sl=auto&tl=en&js=y&prev=_t&hl=fr&ie=UTF-8&u=https%3A%2F%2Fwww.sueddeutsche.de%2Fdigital%2Fhacker-russland-cyberangriff-1.4179866&edit-text= (article technique) https://www.fireeye.com/blog/threat-research/2018/10/triton-attribution-russian-government-owned-lab-most-likely-built-tools.html En résumé ? Ils auraient trouvé un environnement de test du malware (où l'auteur avait "oublié" son fichier PDB de compilation, avec son nickname habituel ) , et croisé de multiples infos sur les réseaux sociaux, les magazines et forums de hacker russe (bref l'approche OSINT type bellingcat). Par ailleurs, les mêmes adresses IP de l'institut utilisées pour tester et déployer le malware ont aussi été utilisées pour surveiller les recherches internationales sur ce malware. Et cet institut a un département expert dans les systèmes industriels qui ont été sabotés... et un département cyberguerre (attaque et défense). https://web.archive.org/web/20180216050244/http:/cniihm.ru:80/about/napravlenie/tspr/ Avis perso: J'avoue que je pariais sur les iraniens (grands ennemis des saoudiens et pas mauvais en cyberguerre). C'étaient les suspects naturels dans l'affaire. Dans l'hypothèse d'une piste russe (je parlerais presque de false flag même s'il n'y a pas eu de revendication style TV5 Monde), la motivation est un peu floue pour moi. Je suppose l'idée de base était au minimum de pouvoir provoquer une crise pour augmenter artificiellement le cours du pétrole. Après, y avait il d'autres motivations ? Comme augmenter les sanctions pour pousser l'Iran dans les bras russes et chinois? Ou faire pression sur les saoudiens ?
  44. 2 points
    Merci. Exactement ce que je pense depuis un certain temps, sans oser le dire sans trop paraître arrogant ou présomptueux. Ils sont tous trop noyés dans le simple jeux et calcul politique (vue le contexte) de postures "locales ou partisannes" pour bien appréhender "sereinement" (autant que possible) un tel dossier complexe, tant d'un point de vue purement "technique", que des enjeux véritables à tous niveaux, ou encore des effets collatéraux d'un choix aussi stratégique comme celui-ci peut l'être, au delà du simple fait de la sélection d'un vecteur par rapport à un autre. Le débat politique ne semble pas à la hauteur des enjeux. C'est un peu le logiciel "à papa" qui tourne là, non ? On sent bien l'héritage des années 80 là, où les postures / attitudes étaient plus ou moins figées dans la continuité, et que celà alors convenait bien, pour des raisons et à des degrés divers, à tous ou presque. Ce monde-là, cet équilibre-là, n'existe plus. Ce qui n'était (le vecteur aérien en l'occurence) qu'un élément indépendant dans une architecture horizontale de défense cloisonnée n'est plus. Nous changeons de matrice, le vecteur aérien aujourd'hui est au centre du système de défense par interconnexion tous azimuts. Tu es parmis les premier à nous avoir (très) bien expliqué ce phénomène révolutionnaire s'il en est, et de tout ce que celà induit. Y compris la refonte des doctrines dites "classiques" en concéquence de quoi ... Bref, on ne peut mettre sur le même plan le choix d'acquisition de F104, F4 ou bien même de F16 dans un proche passé, et le choix du F35 aujourd'hui pour les pays de l'UE. Si l'enjeu serait le même qu'alors, juste sur le plan purement industriel lié à un équipement de pointe parmis d'autres, penses-tu sérieusement que l'État US auraient dépensé une avalanche de milliards de dollars du contribuable comme jamais dans ce qui fût et reste à ce jour un projet dont l'issue n'est pas encore réellement garantie ? Pour ma part je ne le pense pas. L'autre enjeu d'un outil comme peut l'être le F35, autre que ses seules capacités (?) intrinsèques de combattant d'avangarde, enjeux qui vaut et justifie tout autant les milliards investis, est de garder la main sur les manettes du volatile et de tous le système des systèmes s'y référent. Ayant vocation à devenir le centre nerveux des forces et unique (pour beaucoup) vecteur aérien des clients export, ceux-ci s'allignent de facto aux USA à un niveau jamais atteint dans l'histoire (pour en revenir à "papa" et à son histoire ! ). Je passe sur le volet de l'indépendance industrielle, de l'éconnomie tech de pointe, la perte des capacités et savoir-faires professionnels, du tissus et maillage industriel ... La destruction de toute concurence indigène UE, mais aussi alors la capacité à pouvoir remettre raisonnablement sur pied un tel environnement propice à la création aéronautique militaire comme elle peut encore l'être aujourd'hui, mais pour combien de temps encore ... L'avènement de la dépendance "impériale" de l'UE vs les USA, s'il elle subsiste (l'UE), n'est peut-être plus très éloignée de nous ... Je grossis les traits, c'est volontaire. édit : ok navré, un peu HS ... Ou pas ...
  45. 2 points
    Tout ce qu'on sait, c'est que le marketing LM & USA fonctionne très bien. Y aura, peut être, des scandales dans 5 ans au sein de certaines forces aériennes, mais les bouzins auront été vendus. A certains de nos plus proches alliés et amis. Quelle tristesse.
  46. 2 points
    Pour revenir brièvement sur le sondage d'hier: l'article était protégé et je ne savais pas copier-coller d'infos significatives (à cause du type d'accès que j'ai). Je vous relaie donc le résumé assez précis qu'en fait le journaliste-chroniqueur Michel Henrion sur sa page Fcebook:
  47. 2 points
    De fait, Lockheed-Martin a déjà annoncé des prix très bas par le passé, mais les avions n'avaient pas de moteur ou d'autres composants. Oui, mais reste à savoir ce qu'il y a derrière : avions non complets, frais "annexes" en tous genres, ristourne à l'achat qui sera rattrapée sur des frais d'entretien…
  48. 2 points
    Désolé mais même avec un gros efforts d'imagination, je ne vois pas ce qu'il y a d'humoristique dans les dénominations et méthodes de classification soviéto-russes. Mais soit, je vais faire semblant de rire un peu: loin de moi l'envie de faire preuve d'arrogance tout en froissant éventuellement les susceptibilités locales.
  49. 2 points
  50. 2 points
    Non, non. Le machin va utiliser un port propriétaire qui va devoir être produit sur mesure pour toutes les bases aériennes et qui fera passer Apple pour des conservateurs rangés et alignés avec l'industrie.