Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 12/30/2018 in all areas

  1. 5 points
    La différence, c'est qu'il y a encore des commandes de F-16. Le jour où il n'y en aura plus, la chaine fermera. Et le catalogue clients des US n'est pas le même que le catalogue clients FR... Faut pas oublier que pas mal de clients de Mirage en ont achetés pour ne pas être à 100% dépendants des US sur les avions qu'ils leur ont achetés....... De plus, si Dassault veut rester compétitif, il faut qu'il sorte de nouveaux avions. Ça évite que les autres pays rigolent en disant "Qu'est-ce qu'il nous propose Dassault ? Son vieux Mirage 2000 ? LOL" Moi je trouve dommage que Peugeot ait arrêté sa chaine de 205 ! Il ne savent pas ce qu'ils perdent ! Je suis sûr qu'ils auraient plein de clients.......... Faut pas oublier aussi que pas mal de pays achètent du F-16 non pas pour sa belle verrière, mais pour pouvoir bénéficier d'accords de Défense et commerciaux bien plus intéressants que ceux que le France peut offrir. Dans un achat d'avion de combat, il n'y a pas que ses performances qui comptent..... Il y a plein d'autres choses en dessous. Et vraiment... Contacte Dassault pour leur expliquer comment se frotter à la concurrence mondiale en leur disant qu'ils n'ont pas cette ambition, lol....
  2. 4 points
    Franchement tu as raison si la France proposait un équivalent du F-16 tout le monde se precipiterai pour pouvoir être sous le parapluie français ben oui franchement pourquoi acheter américain si on peut avoir la protection de la France.
  3. 3 points
    Je n'ai pas souvenir d'avoir fait campagne pour que l'on fasse table rase du passé en ce qui me concerne. Je doute également faire partie de la classe dominante en Occident (c'est un euphémisme). Je suis tout à fait conscient de l'importance des symboles et le défilé du 14 juillet (celui du 21 aussi au demeurant) sont tout à fait légitimes et nécessaires. Il en va de même pour la parade du 9 mai. Le problème est dans l'excès et c'est toute la nuance du propos. À cet égard, la focalisation du pouvoir russe sur la Grande Guerre Patriotique à des pures fins de stabilité interne et de détournement de l'attention me paraît difficilement contestable. Il suffit de lire l'actualité... S'agissant du projet proprement dit, je constate qu'il implique la fonte et la disparition pure et simple de collections muséales existantes. Ceci implique dont que la matière à penser à laquelle tu fais allusion aurait, en exécution de ce projet, vocation à disparaître. On aboutirait donc à l'effet que tu souhaites éviter. Ici on ne se contente pas de fermer un musée et de vendre sa collection. On détruit purement et simplement des sources ! AMHA il faudrait se poser la question autrement (et aussi en Occident) : Pourquoi les musées demeurent-ils obstinément vides et infréquentés et qu'est-ce qu'une direction muséale peut faire pour que cela change ? Question subsidiaire : Pourquoi les rares historiens de l'art ayant également la présence d'esprit de faire des études de marketing et/ou de management en plus de leur formation de base (et ils sont pas très fréquents, pour connaître le milieu... ) finissent tous dans les secteurs événementiels, de la musique et du cinéma ? D'autres milieux n'auraient-ils pas intérêt à favoriser l'émergence de ce genre de profils ? Je reconnaitrai sans peine que cela impliquerait également qu'ils acceptent un certain niveau de politisation de caniveau apparemment inhérent à toute nomination au sein d'organismes culturels subventionnés, ce qui n'est pas évident... C'est généralement une situation qui fait fuir les gens compétents et volontaires et broie/fonctionnarise les rares qui s'y risquent. Certains conservateurs de musées feraient bien d'y songer car le premier argument pour des projets de ce genre (ou le remisage pur et simple de leurs collections) trouve sa source dans l'absence de fréquentation de leurs établissements. Relis et tu verras que je ne plaide pas autre chose. Simplement qu'à mon estime, la Russie, sous couvert d'exaltation patriotique, se situe à un stade encore plus avancé que le nôtre.
  4. 3 points
    Voici en tout cas là où ils veulent aller, tel que c'est présenté sur le site promotionnel du projet de "sanctuaire principal des forces armées russes". Faut reconnaître que ça aurait de la gueule. Grand, très grand même, entièrement en verre et métal, entouré de statues de héros notamment saint Alexandre Nevski. Voir la belle animation en images de synthèse. (tousse... tousse... ) A noter les célébrités qui en bas de la page engagent tout un chacun à contribuer à cette Oeuvre - les coordonnées bancaires sont disponibles en bas à droite pour ceux que ça intéresse. Tel le cinéaste Nikita Mikhalkov : Bien sûr, un mauvais sujet et un mauvais esprit comme moi pourra remarquer qu'aucune information de coût, de délai n'est donnée, et pas davantage sur les organisateurs. Le cynique pourra aller jusqu'à s'en étonner, voire oser persifler sur l'incurie répétée des récents projets de grands travaux en Russie, ou même pousser l'infamie jusqu'à rappeler l'extrême de la corruption et des détournements de fonds auxquels une bonne partie des gouvernants russes se livrent plus qu'occasionnellement. C'est que je suis un mauvais esprit, bien sûr. Bien différent sans doute de la pure élévation du père du dit cinéaste, le poète Sergueï Mikhalkov lequel poussa l'inspiration jusqu'à rédiger l'hymne national non pas une seule fois, mais bien trois fois : une pour Staline, une pour Brejnev et une pour Poutine. Comme disait l'autre, ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent ! Enfin, le fils a bien mérité du père, lui aussi est tout à fait à la mode, qui se porte très national-orthodoxe actuellement. Tout ça pour dire que je ne pense pas que c'est demain que l'armée russe aura sa cathédrale... Il n'y a pas de débat en effet, les faits historiques sont suffisamment clairs. La base est bien le nombre de morts en effet, non pas cependant parmi les soldats et civils alliés, mais bien parmi les soldats du Troisième Reich et de ses alliés. Le fait est que les forces soviétiques ont tué plus de 80% des soldats allemands morts durant la seconde guerre mondiale. J'ai une meilleure idée : que les Américains et Russes donnent chacun les 7/8èmes de leurs arsenaux nucléaires respectifs, ne gardant que 1 000 têtes chacun, ce qui est beaucoup plus que suffisant pour une dissuasion efficace, ce que des pays comme France et Chine montrent bien par leur exemple. Avec les 14 000 têtes nucléaires démantelées, c'est-à-dire bien 60 à 70 tonnes de plutonium, il y aura de quoi décorer une bien belle cathédrale pour la Paix, que l'on édifiera sur quelque île à mi-chemin entre l'Alaska américain et l'Extrême-Orient russe. Bon bien sûr, mieux vaudra n'y prier que de loin. Pour raison de santé, notamment
  5. 2 points
    Le Liban est entré en guerre en 1948 suite à l'entrée massive de réfugiés palestiniens poussés sur son territoire libanais par les opérations de purifications ethniques des milices juives et en particulier par l'entrée de ces mêmes milices sur le territoire dévolu à l'état arabe si on veut être très précis Je trouve ta présentation des discussions de Lausanne très partiale : il y avait un accord de principe ( par exemple le protocole du 12 mai 1949 : https://unispal.un.org/UNISPAL.NSF/0/AD7D4FE6D9F547CB8525750C00766FAB mais surtout l'entrée d'Israél à l'ONU le 11 mai 1949 où celle-ci reconnaît officiellement la validité des résolutions de l'ONU dont celle du 11 décembre 1948 ) sur le retour des réfugiés chez eux avant même ces discussions, l'échec des négociations est totalement imputable à la partie israélienne qui savait bien qu'il était impossible d'obtenir à la fois un état juif ethniquement et de respecter les droits des réfugiés, Israél n'a accepté l'ouverture de ces négociations que pour obtenir son admission à l'ONU mais en sachant très bien dès l'origine qu'elle torpillerait les négociations ( sur ce point voir Benny Morris page 290 de "Victimes histoire revisitée du conflit arabo-sioniste" ). La position israélienne était dès l'origine basée sur un mensonge ce qui n'était pas le cas des états arabes prêts eux à négocier réellement si il y avait eu la possibilité d'obtenir des compromis ( idem Morris pour la source ) Par ailleurs Israél a aussi, en marge de ces négociations, refusé un accord de paix bilatéral avec la Syrie dans lequel celle-ci se proposait de loger définitivement les réfugiés présents sur son territoire ( proposition de paix du colonel Zaim au printemps 1949 ) Enfin je ne parle pas d'accords de cessez le feu ( qui ont une simple portée militaire et provisoire ) mais d'accords d'armistices qui ont eux une portée politique : la situation de guerre ouverte ( sur le plan juridique ) est la conséquence de la violation de ces accords et ça n'est pas la partie arabe ( en tout cas pour la Liban et la Syrie ) qui les a violé. Il n'est juste pas possible de renvoyer dos à dos les deux parties comme si les violences inter-étatiques ( entre la Syrie et Israél actuellement ) au Moyen Orient n'avaient pas pour origine la volonté israélienne d'intervenir dans les affaires intérieures syriennes et de profiter de la guerre civile syrienne pour établir/renforcer son hégémonie
  6. 2 points
    Le sujet est totalement différent. Si en effet il n'y a pas de document portant le nom de traité de paix, la capitulation sans condition du régime allemand de 1945 joue, de facto, ce rôle, où l'Allemagne s'avoue totalement vaincue. Par ailleurs, il me semble que le régime allemand de la RFA n'est pas un état successeur du troisième Reich au sens international du terme, donc les actions de ce précédent régime sont caducs. Contrairement au Liban.
  7. 2 points
    Ha, s'il suffisait de faire un bon avion pour le vendre... Dassault proclemerait en 2019 la vente de son millième Rafale.
  8. 2 points
    Le combat urbain, c'est aussi de l'adaptation, je pense que le côté défensif et aménagement du terrain devrait être largement plus étudié, avec la possibilité d'avoir un terrain ou on se démerde avec les moyens du bord trouvés sur le terrain. En fait il faudrait un quartier important, optique complètement ruiné, qui laisserait l'imagination être de mise pour chaque unité de génie qui y passerait, avec une phase de présentation pour les unités d'infanterie. Un laboratoire du niveau cie ça le ferait bien. Je sais que le CENZUB est vachement au point, mais je ne sais pas si un truc de se genre existe.
  9. 2 points
    Et ? Le but dans un conflit, c'est pas d'avoir tout, en max et au top. C'est de gagner. Le meiileur moyen de ne pas être sous les bombes, n'est peut-être pas d'avoir une DAA ultime. Détruire les avions avant qu'ils n'attaquent est encore mieux. La France peut le faire, pas la Syrie. Donc je ne vois toujours pas bien le propos. Si il s'agit juste de dire que la DAA syrienne par missile SA est plus étoffée que la française, c'est une évidence que personne ne conteste. Le ton de ton message n'était pas neutre.
  10. 2 points
    Sortie de la suite d'Iron Sky le 26 janvier:
  11. 2 points
    Coup de gueule de Jean-Claude Juncker sur la politique migratoire des Etats membres et plus particulièrement s'agissant de l'organisation de Frontex, agence permettant de mutualiser le contrôle aux frontières. Si la sortie est en soi inintéressante, elle révèle toutefois la relative schizophrénie de certains Etats membres exigeant toujours plus de contrôles mais refusant que le contrôle aux frontières soit effectivement renforcé. À croire qu'ils souhaitent sur les choses se passent mal. https://www.lalibre.be/actu/international/frontieres-exterieures-de-l-ue-juncker-accuse-les-etats-membres-d-hypocrisie-abyssale-5c286e43d8ad586739b47afb
  12. 2 points
    brevet déposé par Giat industries dans les années 90 !
  13. 2 points
    Cette trilogie est encore parfois évoquée, mais à ce jour, il semble qu'elle ait été clairement annulée depuis l'été dernier. Peut-être pas définitivement, mais le fait que Bob Iger en personne ait fait un exposé sur la situation de SW (plutôt que Kathleen Kennedy, très discrète depuis décembre 2017 malgré sa prorogation) est à cet égard assez parlant. Au mieux, cette "trilogie" dont Johnson est encore le seul à parler sur twitter, est dans le "development hell" de Hollywood. Pour l'épisode IX, ce qui sera révélateur, c'est le pouvoir d'attraction du seul nom "Star Wars", parce que c'est pas l'image de la présente trilogie qui va rameuter du monde, post épisode VIII et post Solo. Le retour de JJ Abrams peut aider, mais il est à cet égard amusant de constater les révélations qui ont été faites: Apparemment, la trame de la trilogie avait été écrite par une équipe menée par Ryan Johnson (avec la bénédiction de la très politique K Kennedy) bien avant qu'Abrams soit amené pour l'épisode VII, et Johnson n'a en fait, pour l'épisode VIII, fait qu'adapter sa trame et son idée (aussi nulle qu'elle soit, et aussi brutalement qu'il ait fait l'adaptation) à l'improvisation d'une suite de l'épisode VII made in Abrams. D'où le mécontentement d'Abrams, mais aussi le conflit au sommet de Lucasfilm (qui apparemment, est fuie par ses personnels "historiques" et prend, depuis 4-5 ans, de très mauvaises critiques sur les sites de notation de boîtes par les employés et ex-employés: de plus en plus de recrues "politiques" et ethniques/de genre, de moins en moins de nerds et téchos -trop blancs ou asiatiques, trop mâles); c'est quand même la preuve d'un très mauvais leadership, étonnant à ce niveau et pour de tels investissements.... Aucune continuité, aucune cohérence n'a été établie à l'avance pour faire une "architecture" de la trilogie voulue. Aucune planification stratégique, aucune vision. C'est comme si ces gens comptaient sur le succès parce que la marque est établie, et estimaient que l'argent et l'adulation du public leurs sont dus, comme un pré-requis, quoiqu'ils fassent. Je pense qu'ils vont, surtout sur internet, beaucoup insister sur le retour d'Abrams et un supposé virage à 180 pour calmer/amadouer la fanbase, créer une nostalgie (peu existante) pour l'épisode VII (afin de dire: "on a compris, faites nous confiance") et demander le bénéfice du doute, faire une campagne marketing sans précédent pour l'audience "normie" (les "normaux", quoi) et préparer l'événement, afin d'obtenir un impact maximum en espérant que ça couvrira les raccomodages narratifs qu'Abrams va devoir faire et qui risquent de pas être subtils (en supposant qu'à la base, il a une bonne idée pour son 3ème épisode et la conclusion de la saga). Le budget sera lourd, on n'aura qu'une idée limitée de son ampleur (parce que le vrai montant sera à rougir de honte), et c'est à peu près la seule voie pour Disney: essayer d'en foutre plein la vue et de surfer sur le grand spectacle pour compenser la perte de magie et de confiance dans la marque. Parce que s'il y a le moindre pet de travers, les fans n'iront pas voir le film 2, 3, 4 ou 5 fois ou plus (ce qui est vital pour qui vise les 1,5 à 2 milliards en salle), n'achèteront pas le merchandising (encore plus vital: ce sont les parents transmettant à leurs enfants, ou les acheteurs primaires qui ont du pouvoir d'achat, et le désir de SW chez les enfants est, depuis 3 ans, pas très haut), n'iront pas dans les attractions (comme parents ou consommateurs primaires), aux conventions.... D'autant plus que 2019 est l'année, bien avant la sortie de l'épisode IX, du grand événement inaugural SW: la "Star Wars Celebration" (la 13ème depuis 1999, à Chicago ce coup là), une commémoration/célébration rassemblant la fanbase, où Disney entend lancer en grande pompes les attractions et annoncer le programme à venir de SW (la "vision du futur").... Et pour l'instant, le niveau de passion pour la chose est moins que convaincant.
  14. 2 points
    Ouaif; il pourrait proposer, et Mme Gabbard s'empresserait de refuser et de fuir dans la direction opposée. Aussi bipartisane qu'elle essaie d'être (surtout en politique étrangère), aussi modérée/raisonnable (et pas dans le sens mou/tergiversateur/sans idées nettes) qu'elle soit, elle sait que ce serait la fin de toute carrière politique: elle est élue dans un district très "bleu" d'un Etat très "bleu", qui ne changera pas de couleur si elle le fait.... Et si elle acceptait une telle offre, elle serait définitivement tricarde au parti démocrate. Déjà que les élites démocrates la voient d'un sale oeil depuis qu'elle a quitté son mandat au DNC pour soutenir la campagne Sanders, et qu'elle garde ses distances vis-à-vis des hystériques ultra progressistes qui font en ce moment la pluie et le beau temps dans l'arène publique du parti et auprès des médias (malgré des résultats électoraux pas géniaux dans les primaires, toutes les têtes d'affiches du parti rejoignent les positions gauchistes/très gauchistes/idéologiques en pensant être ainsi "à la page"). Nope, y'a pas de chemin pour elle avec un tel poste.... A moins de changer de parti et d'Etat, et de se faire garantir une circonscription et/ou des jobs "d'appareil". Et ça a pas l'air d'être son genre. Sinon, un court article pas mal du tout de The Hill, sur l'évolution récente du parti démocrate qui semble s'être entièrement redéfini en réponse à Trump (et à mon avis moins à sa réalité qu'à l'épouvantail que les médias et la propagande partisane en ont fait): https://thehill.com/opinion/white-house/423178-donald-trump-is-completely-transforming-the-democrats Où l'on voit un parti qui a en grande partie renoncé à ses principes historiques pour entrer dans l'ère de l'hystérie totale, ce qui est dans une certaine mesure en écho à la posture républicaine post Tea Party, mais à plus grande échelle (le Tea Party n'a jamais dépassé une soixantaine d'élus à la Chambre) étant donné que c'est l'ensemble de l'appareil du Parti démocrate qui semble être entré dans ce nouveau moule. Positions Néocons en politique étrangère, rejet systématique de tout ce que fait Trump même quand il s'agissait de positions auparavant tenues par les démocrates (réponse du berger à la bergère: Obamacare était initialement un plan conservateur, implémenté à échelle d'Etat avec le "Romneycare" dans le Massachussets, auquel le GOP est devenu allergique à la minute où Obama l'a promu), notamment sur l'immigration (on a entendu TOUS les élus démocrates énoncer, au fil des années, des positions analogues à celles de Trump, y compris Obama, Schumer, Sanders.... Et maintenant tous hurlent contre), McCarthyisme culturel à l'intérieur ("identity politics" et idéologie "intersectionnelle"/"social justice" à la sauce des campus actuels), McCarthyisme traditionnel dans le sens d'une nouvelle guerre froide contre la Russie, instrumentalisée comme nouveau croquemitaine malgré l'absence criante d'éléments le justifiant (oui, la Russie a fait des trucs, mais rien de nature et d'ampleur pouvant peser sur le débat ou les élections US) et l'hypocrisie dans ce domaine (tout ce que la Russie a fait, les USA l'ont fait en plus et mieux dans un grand nombre de pays.... Et les démocrates, Joe Biden en tête, ont été les premiers à s'en vanter), et enfin un autoritarisme accru, notamment en ce qui concerne l'instrumentalisation des définitions juridiques pour servir un programme (exemple particulier avec ce qui entoure l'enquête Mueller et le rôle du FBI dans l'élection, dont il est maintenant établi qu'il a classifié beaucoup de trucs non pour la "sécurité nationale" mais pour couvrir le cul de nombreuses personnes ayant usé du Bureau pour agir dans les élections). Cette condamnation des démocrates, il faut le noter, n'est pas à prendre comme une manière d'épargner/innocenter le parti républicain de ses propres travers. Juste un certain rééquilibrage des narrations en vogue qui, par le biais dominant des médias, nous ont implanté dans le crâne cette idée que le GOP, c'est les méchants, et les démocrates sont les gentils/moins méchants. Personnellement, j'ai aujourd'hui plus peur du parti démocrate tel qu'il a évolué, que des républicains. Dans l'ère des médias sociaux, d'une presse à l'agonie (et d'autant plus hystérique, idéologie et cynique à cause de cette agonie), de l'hyper-tribalisme et de l'hystérie permanente, je constate que les forces qui rendaient il y a une dizaine d'années encore le GOP effrayant parce qu'idéologique sont largement amoindries (notamment les évangéliques blancs, et le Tea Party.... Plus vraiment de débats sur l'enseignement de Darwin de nos jours, ou même de contestation du mariage gay) ou ont moins de ressorts d'action (néocons, post épuisement guerrier irako-Afghan: ils ont moins d'écho populaire), même si évidemment d'autres (pas/peu idéologiques) demeurent. Alors que côté gauche, les forces idéologiques se sont organisées et sont désormais très financées, avec beaucoup d'échos dans une presse toujours plus concentrée, avec de moins en moins de diversité (et de maturité) d'opinions, de plus en plus contrôlée par les algorythmes définis par un petit nombre de grands de l'internet, eux-mêmes très idéologisés (et pas du tout à droite ou au centre) et qui me foutent une trouille de plus en plus bleue. Si l'on ajoute le fait que cette gauche idéologique contrôle complètement les usines de production de diplômés des Humanités/Sciences sociales (cad ceux qui vont dans l'arène publique), je laisse imaginer le portrait de l'avenir du débat public dans la première puissance mondiale. Les militants "social justice" actuels, ce sont les évangélistes millénaristes agressifs de 2003, en pire parce que plus nombreux, plus connectés et représentés, plus riches et plus idéologiques encore. Bref, le bord le plus idéologique est toujours celui qui me semble le plus dangereux: il nie plus le réel, cherche à le forcer encore plus fort dans un cadre étroit, et se soucie peu de la casse (y compris humaine) réalisée sur le chemin de sa petite expérimentation faite "pour le bien de tous et les besoins de la cause". Berk. Y'a t-il un vaccin contre l'idéologie?
  15. 2 points
    Pour le F-35, c'est surtout les Américains qui incantent "t'auras, t'auras, t'auras"...
  16. 2 points
    Je sais bien que dans l'esprit de la classe dominante d'Europe occidentale aujourd'hui, du passé il faut faire table rase, et Eva Joly avait dans son programme électoral un projet de suppression du défilé militaire du 14 juillet. Les symboles sont de la bouillie onirique. Les supprimer est encore plus anti-intellectuel que les garder. Quand ils sont là, on peut toujours les critiquer, mais quand ils sont partis il n'y a plus rien à critiquer. La matière à penser a disparu. Et c'est le but : il s'agit de supprimer la conscience nationale pour la remplacer par un électroencéphalogramme plat.
  17. 2 points
    On peut dire qu'elle en fait trop lorsque le travail collectif sur le passé résulte en une messe répétée visant à ce que l'on cesse de s'interroger sur le présent et la façon dont le pays aborde l'avenir. Et en Russie, il me semble qu'il y a de très sérieuses questions à poser (plus encore qu'à l'Ouest) sur la façon dont le monde politique (i.e., Poutine compte tenu de la scène locale) assure la gestion du présent et prépare l'avenir et que quiconque le fait, que cela soit en des termes pertinents ou non, risque très gros (voir Navalny, seul opposant idéologiquement sérieux, et ce qu'il s'est pris dans la figure...). En définitive, le pouvoir russe fait juste de manière grandiloquente ce que les identitaires de droite tentent d'orchestrer chez nous : de constantes messes sur une période glorieuse, totalement déformée au nom d'un "roman national" servant à forger une identité au point où le travail de mémoire n'existe plus. Finalement ce n'est plus de la conscience historique (et en créer une plutôt qu'une autre n'est pas l'objectif poursuivi), juste une bouillie onirique profondément anti-intellectuelle sans plus de saveur que celle qu'ils prétendent combattre, à ceci près qu'elle n'a de plus-value que de former à la haine des autres. Bref, pas de quoi former un citoyen, encore moins que chez nous. Par contre c'est un indicateur intéressant sur la façon dont le gouvernement russe a décidé de faire voir l'Europe à sa population et le degré de confiance qui peut lui être accordé dans le cadre d'une négociation plus vaste visant à normaliser les relations internationales et, qui sait, construire une relation pérenne contrebalançant celle avec notre plus gros partenaire. Force est de constater que le gouvernement russe n'a aucune intention de fournir le début des garanties politiques (surtout dans le cas abordé), économiques et juridiques pour rendre cela possible.
  18. 2 points
    Pour aller dans le sens de Boule75, j'ajouterais que c'est moins une question de principe que de degré: commémorer une victoire, et les sacrifices et efforts réalisés pour l'obtenir, est une nécessité pour une communauté nationale qui entend en rester une. La mémoire est importante, vitale même, et c'est un travail qu'on ne fait plus, ou à peine superficiellement en France, accroissant ainsi l'atomisation de la société par ailleurs boostée par quantité d'autres causes et facteurs multiplicateurs. Mais tout comme il est néfaste d'en faire trop peu, il est dangereux d'en faire trop, et ce qui inquiète certaines personnes ici (et ailleurs), dans cette occurrence, c'est l'aspect obsessionnel que la chose semble avoir développé en Russie, sans doute en partie comme instrument du pouvoir. Comme mentionné plus haut, on parle du degré auquel le phénomène tend à être poussé, le même genre de gradation qui fait qu'une substance, selon le dosage, devient un poison. L'hyper-nationalisme des nations européennes pré-1914, qui plus est orienté vers une auto-glorification quasi religieuse et/ou une hostilité ciblée sur d'autres nations (typiquement le revanchisme français, poussé à l'extrême), est un exemple typique du franchissement de la ligne (difficilement déterminable précisément, évidemment) qui fait passer du culte nécessaire à un certain degré de fanatisme collectif dangereux. Maintenant, est-ce que la chose "prend" réellement en Russie, au-delà d'un sentiment collectif accru qui est bien nécessaire pour tenir cette nation ensemble et réparer des blessures passées? C'est un autre débat. Parce qu'à côté de telles pressions et gesticulations de la part de divers pôles de pouvoir (dont apparemment la religion), on peut voir une jeunesse russe qui n'est pas plus historiquement consciente que son homologue occidentale, très axée sur son avenir, s'essayant à l'hédonisme dans la mesure de ses moyens, très connectée à internet et, dans l'absolu, pas franchement terrifiante malgré le type d'images que les médias occidentaux aiment à publier (genre les rassemblements des "jeunesses poutiennes" qui sont pour l'immense majorité des "moments" sans lendemains, comme un ashtag en 3D, un petit moment d'enthousiasme plus qu'une profession de foi), voire même volontiers frondeuse comme les manifs pré-électorales des 2 dernières années l'ont montré. En bref, c 'est pas parce que certaines politiques du "haut" poussent à l'hyper nationalisme que le produit final (le niveau de sentiment national dans la population, sur une échelle graduée allant de 0 -"rien à battre du pays"- à 10 -"je donnerai avec le sourire mon premier né à la Rodina") est à l'avenant: je soupçonne que l'on ne verra comme résultat qu'un certain niveau de patriotisme, avec une minorité réellement nationaliste (dont une partie agressive), mais qui ne sera choquant à nos yeux d'occidentaux que parce que nous avont complètement perdu toute trace de sentiment d'appartenance collective et de motivation nationale qui atteigne un niveau significatif (et utile). La même chose peut-être pointée dans la réaction de nos médias à certains comportements en Europe de l'est, dernièrement en Pologne, où les commémorations de l'indépendance ont donné lieu à un déballage franchement méprisable des dits médias, assimilant les Polonais défilant dans les rues avec leurs drapeaux à des nazis (alors que, dans ces marées de couleurs rouges et blanches, la manière de repérer les vrais extrêmistes était de spotter les quelques drapeaux verts dans la masse: ce sont leurs couleurs).
  19. 1 point
    Par contre, pour le traité de Moscou, il n'est fait aucune mention que l'Allemagne est un état successeur de qui que ce soit Ah. Mais c'est pas pareil. Comme la différence entre le bon et le mauvais chasseur. Ils se ressemblent, ils font la même chose, mais ce n'est pas pareil. Je n'avais pas compris. J'avais oublié que la moralité comme l'interprétation du droit international étaient à géométrie variable.
  20. 1 point
    Il n'y a pas la génération électrique qu'il faut. Sur un 2000 d'essai on peut limiter la consommation des équipements qu'on ne teste pas.
  21. 1 point
    Les sept armes imparables qui permettent aux Etats-Unis de dominer le monde https://www.latribune.fr/economie/international/les-sept-armes-imparables-qui-permettent-aux-etats-unis-de-dominer-le-monde-789141.html Le protectionnisme et une politique extraterritoriale agressive permettent aux Etats-Unis de Trump de dominer le reste du monde. Et le président américain vient de renforcer les mesures pour mieux contrôler les investissements étrangers aux Etats-Unis. En France, le Sénat plaide pour la mise en place de plateformes financières spécifiques et pour un rôle accru de l'euro afin de contrer les sanctions extraterritoriales américaines.
  22. 1 point
    Je parle de territoire métropolitain. Et nous avons une chasse performante. Et nous ne sommes pas en "guerre" contre un Etat. En fait je réagissais au fait que tu sous-entendais que nous n'étions pas mieux lotis que la Syrie. Les situations n'étant pas comparables, je m'en étonnais juste.
  23. 1 point
    Je pense que tu devrais écrire un mail à Dassault pour leur expliquer comment trouver de nouveaux clients pour des avions neufs. Il y a une différence entre moderniser un avion (AESA, etc) et acheter un avion neuf. Et je pense que tu ne te rends pas compte du coût de maintenir une chaine sans commandes, avec des ouvriers spécialisé payés à rien foutre, des machines à entretenir pour rien, des sous-traitants à qui il faut expliquer qu'on les garde, mais qu'on ne leur commande plus rien, etc... D'autant plus qu'il n'y a pas que le Mirage 2000 sur la scène internationale. La concurrence est très forte et agressive. Dassault est donc arrivé au moment où tous ses Mirage 2000 étaient livrés, et où il n'y avait plus de commandes. Donc, la chaine a fermé. Normal. Tu es en train de parler d'un avion qui a maintenant... 40 ans !!! A un moment, il faut savoir évoluer, parce qu'en suivant ton raisonnement, on volerait encore sur Mirage III...
  24. 1 point
    Tout simplement parce qu'il n'y avait plus de commandes. Et garder une chaine sans commandes clients, ça coute très très cher. Cela se passe comme ça pour tous les avions.
  25. 1 point
    Du point de vue de l'état libanais, le Hezbollah n'est pas une organisation illégale qui agit en dépit des efforts de l'état, c'est un parti-milice légal qui fait même parti de la coalition gouvernementale. Donc l'état libanais doit assumer les actes du Hezbollah. D'ailleurs, les renseignements militaires libanais et le Hezbollah collaborent étroitement. Ce que j'ai dit, c'est que le Liban et Israël sont en guerre et historiquement, c'est le Liban qui a entamé cette guerre et deux états en guerre n'ont pas à respecter l'integrité territoriale de l'autre, en quoi ce que je dis est faux?
  26. 1 point
    De mémoire, seul le -5F est châtré de ses capacités Air-Sol - hors une capacité embryonnaire à base de RPL, non intégrée à la conduite de tir . Tout les autres disposent de capacités dont je ne me souviens pas du détail, si ce n'est qu'elles sont présentes et avec quelques limitations : Elles ne sont pas affichées, pour Taïwan, afin de ne froisser personne Elles ne sont pas nécessairement entre les mains de personnels qualifiés/entrainés pour le Qatar (ce qui expliquerait la désignation par un appareil tiers, français) Elles peuvent être davantage orientées vers le Air-Surface (AM-39) dans le cas de la Grèce Pour les désignateurs/illuminateurs, la mémoire me manque, et la famille ne me laissera pas chercher en cette période de fêtes ... je passe la main.
  27. 1 point
    quelques images de la maquette d'expo du Slow fast trouvée sur un site en polonais (?). ce site est plein d'images sur les autres UAV et UCAV avec des images "3D" assez complexes que je n'avais jamais vu ailleurs : http://www.hitechweb.genezis.eu/UCAV05.htm
  28. 1 point
    C'est pas comme ça que ça marche, l'économie du cinéma: - la recette est partagée avec l'exploitant/"exhibiteur" (les salles de cinéma et les boîtes qui en possèdent un grand nombre surtout, qui prennent parfois même la part du lion, et toujours la part du lion après 2 semaines d'exploitation): les grandes salles, les multiplexes, les emplacements dans les grandes villes, les salles 3D/IMAX.... C'est pas payé avec les marges sur le popcorn et les boissons (très importantes, on sera d'accord). Et comme pour les producteurs, la grande majorité des films perd beaucoup d'argent, y compris à l'exhibiteur (salles vides ou pas assez pleines, obligation de changer l'affiche parfois très rapidement....). Compter environs 50% de la recette sur la durée d'exploitation du film qui va au couple producteur/distributeur pour les grosses productions (en Chine, désormais le 2ème marché pour le cinéma au monde, c'est moins de 40% vu que la quasi totalité des salles du pays est possédée par 3 réseaux), et peut-être 60% pour les projets super têtes d'affiche des plus gros distributeurs (sans doute le cas pour les SW de Disney), et moins de 50% pour tout le reste (soit la majorité des films sortant en salle). - le budget affiché n'est que celui de la production et il est déjà souvent débattable et sous-estimé (les grands studios n'aiment pas montrer leurs merdages et dépassements): il faut y ajouter le budget marketing (pub/com, négociation des droits, suivi des dossiers dans chaque pays visé....), qui, pour les grandes productions, représente au moins 50% du budget prod, et jusqu'à l'équivalent du dit budget prod. - Accessoirement, et en fait surtout en cas de succès d'un film, il y a encore un certain pourcentage de la recette à payer à diverses parties prenantes intéressées à la production et son résultat (acteurs, producteurs, réalisateur/cinéaste/auteurs, syndicat des équipes de tournage négociant collectivement....). Ca peut représenter jusqu'à 10% de la recette en moyenne, parfois plus (notamment quand les coûts sont importants: on implique plus de monde dans le risque). Pour l'épisode VII, c'était autour de 300 millions pour la prod, et 150 pour le marketing (en fait sans doute plus vu l'importance de l'événement); 2 milliards et quelques de recette, ça veut dire environs 1,2 milliards dans la poche de Disney, moins les reversements ultérieurs susmentionnés, soient autour d'1 à 1,1 milliards. Enlève les impôts (et oui), et tu arrives sans doute autour de 800 millions de CA effectif, dont tu déduis le coût prod+marketing, soit au final autour de 350 millions de bénefs. Un beau résultat, mais un énorme risque, et beaucoup d'argent immobilisé pendant environs 3 ans (et là Disney fait aussi une analyse comparative pour évaluer si ça vaut le coup, ou si investir ailleurs aurait pu être mieux). Evidemment, il faut aussi compter les revenus ancillaires d'un film, soient les droits de rediff télé/streaming, la vidéo à domicile (DVD/Blu Ray, pay per view...), les produits dérivés et, dans le cas de nombreuses autres productions Disney, un autre débouché majeur comme les parcs d'attraction (la plus grosse source de bénéfices de Disney encore l'an dernier.... Avec la baisse d'impôts made in Trump, toutes deux très loin devant la division cinéma). Pour l'épisode VII, la vidéo à domicile a eu de bons résultats: autour de 190 millions, et sans doute 100 millions de plus pour les droits de rediff. Le merchandising n'a, en revanche, pas été fabuleux, voire franchement mauvais, et ce fut encore pire pour les films suivants, dont les ventes DVD/Blu Ray n'ont fait que baisser (encore correcte pour Rogue One, même si très nettement plus basses, pas bonnes du tout pour l'épisode VIII qui a à peine réalisé la moitié de l'épisode VII dans ce domaine et n'est pas un score d'audience sur Netflix). Disney devra attendre 2025 pour récupérer les droits de rediff des films Star Wars, vendus à Netflix qui refuse de revendre au moment où Disney lance son propre service de streaming (apparemment pas fusionné avec Hulu, le poids lourd "second couteau" après Netflix et Amazon, de ce marché). Ils vont donc devoir produire pour compenser, et à part la série animée Clone Wars, ils ont un peu foiré tout ce qu'ils ont tenté. Du coup, ils comptent beaucoup sur la série live action The Mandalorian, pour faire du buzz. Mais faut pas s'extasier naïvement sur les grands services de streaming: d'abord parce que Disney va devoir partir de zéro avant d'y gagner quelque chose (et à part Netflix, Amazon et Hulu, ceux des grandes chaînes télés et autres sont de très petits joueurs, autour de 2-3 millions d'abonnés grand max: c'est dur et long de se faire une audience), même si leur catalogue (encore plus avec le rachat de Fox) est évidemment un énorme atout. Mais surtout parce que ces boîtes dépensent encore plus qu'elles ne gagnent et sont aujourd'hui très lourdement endettées, tout en étant condamnées à continuer à dépenser beaucoup pour créer du produit qui attire des grands nombres (ils ne sont pas payés à la diffusion, mais à l'abonnement mensuel forfaitaire), alors même que la concurrence se multiplie. Le business model n'est pas encore réellement prouvé (il va en fait falloir une guerre commerciale pour qu'il devienne viable pour les quelques survivants). Côté résultats, l'épisode VIII a été une déception (notamment en Chine: disparu de l'affiche après 1 semaine), même s'il est au-dessus du milliard. produits dérivés et vidéo ont été décevants, et l'exploitation elle-même fut mitigée. Il a réalisé un bénéfice conséquent, mais faible au regard de la franchise qu'il porte et qui a fait l'essentiel de son résultat dans la première semaine d'exploitation (où c'est le nom "Star Wars" qui fait venir; après, le bouche à oreille est plus puissant): la chute d'audience après ça fut importante et rapide, car le produit n'a pas vraiment satisfait, voire a "brisé" la fanbase.... Ce qui a lourdement impacté Solo qui, pour le coup, fut un échec commercial retentissant, et ce d'autant plus que son budget estimé de production doit être fortement revu à la hausse vu son tournage particulièrement mouvementé (renvoi des réalisateurs initiaux alors que le film était à 90% terminé, arrivée de Ron Howard qui re-filme quasiment tout... Bref, un film tourné presque deux fois). Ses moins de 400 millions de recette, ça veut dire au mieux 250 millions de CA pour Disney, moins une prod à 300 (officiels: on évoque jusqu'à 500 millions, voire même plus) et un marketing à 150 (à la louche). Le tout doit en plus être vu en se rappelant qu'il y a à la base un investissement de plus de 4 milliards à rentabiliser (le rachat de Lucasfilm), et auquel il faut ajouter la valeur temporelle de l'argent et le coût d'opportunité (ça, c'est plus pour la sauce interne de Disney), mais aussi un énorme investissement dans les parcs d'attractions, décidé dès le lancement de la nouvelle trilogie: je crois qu'il y a plus de 2,5 milliards dans ce domaine (attractions supplémentaires dans les parcs, construction d'au moins un parc SW dédié....). Si on ajoute les budgets de tous les films et séries (et autres investissement mineurs pour lancer des produits de toutes sortes), les bénefs réalisés sont, à ce jour, encore réduits. A la louche, on a donc plus de 4 milliards d'investissement initial, au bas mot 1,6 milliards pour les 4 films sortis (en comptant une moyenne de 400 millions pièce, ce qui est sous-estimé), 2,5 milliards pour les parcs et sans doute encore au moins 1 milliard en multiples investissements et dépenses parallèles (gestion et suivi des projets de produits dérivés de toutes sortes, des séries animées....), sans même compter le coût intrinsèque de Lucasfilm, qui compte 2000 employés permanents et 5 implantations très chères -dans la zone de San Francisco). Avec diverses sous-estimations, on doit tourner au final à près de 10 milliards d'investissement. La franchise est très loin d'avoir produit un bénef équivalent depuis le rachat. Et encore moins si on considère une analyse dynamique et Disney-centrée de l'investissement, cad en tenant compte de la valeur temporelle de l'argent et des évaluations internes du coût d'opportunité. Et tout cela alors même que la marque, son image et son attractivité ont été endommagées suite à tout ce que l'épisode VIII et la direction de Kathleen Kennedy ont induit auprès des fans (le coeur de cible qui a été sciemment nié et attaqué, au profit d'une audience imaginaire), et que les ventes de produits dérivés (jouets, mais aussi, dans une certaine mesure, jeux vidéos) ont révélé (pas vraiment de fort impact sur les toutes jeunes générations, malgré l'innondation des magasins depuis 2015). Le but des produits cinéma, plus encore que de faire de l'argent, est d'être iconiques et des initiateurs de l'attrait général pour la franchise, l'élément moteur qui fait vendre tout le reste (l'univers SW et toutes les déclinaisons produits qu'on peut en faire). Là, y'a eu un os.
  29. 1 point
    Tu crois encore au chevalier blanc sur son cheval blanc galopant vers une armée ?
  30. 1 point
  31. 1 point
    Yep c'est aussi intéressant de voir que les booster on l'air d’assigné de manière assez statique.
  32. 1 point
    Quelle réduction de normes de pollution? On parle bien de la mise en place progressive des normes Euro 1 à 6? C'est plutôt un durcissement des normes pourtant. Rien à voir. les chauffeurs routiers ont toujours respecté le droit du pays d'origine grâce au principe du cabotage international. Pas eu besoin de la directive sur les travailleurs détachés pour faire cela. Par ailleurs, vous oubliez le côté positif de cette directive européenne : elle permet à des français d'être des travailleurs frontaliers et de continuer à cotiser leur régime social et leur retraire en France, permettant une grande simplification de leurs affaires et de leur retraite au moment de sa liquidation.
  33. 1 point
    Si tout d'un coup on se mettait à en faire la célébration alors qu'on n'en avait rien eu à battre entre 1945 et le présent, alors ce serait comparable avec le projet de piller les musées nationaux pour créer un nouveau monument.
  34. 1 point
    Chaque fois qu'on passe le cap, parfois difficilement perceptible, de l'ingénierie historique, il est légitime d'avoir quelques réserves, sinon inquiétudes. Encore plus quand c'est dans un cadre religieux ou idéologique, qui a donc un objectif précis et se trouve toujours prêt à forcer la conception qu'on a du réel à l'extrême pour la faire rentrer dans une trame narrative. Je m'inquiète cependant moins de ce genre d'anecdotes et de politiques ponctuelles sur un truc précis que sur ce qui fait le travail de fond, ce qui se résume souvent, symboliquement, à ce qui transpire dans la culture populaire (télé, ciné.... Ce qu'on a le droit de dire et de pas dire, ce qui a des budgets et n'en a pas....), les universités (où l'enseignement soi-disant "scientifique" se retrouve souvent embrigadé, voire degré par degré transformé en endoctrinement) et les manuels scolaires (l'éternelle guerre des manuels d'histoire notamment, mais aussi le contenu de l'instruction civique et ce qui, au-delà de l'instruction, est transmis en matière d'éducation/savoir-vivre) à l'école. Là est le plat principal. L'Eglise orthodoxe russe a viré un peu tarée dans son contenu politique ces dernières années (mais au-delà d'un métropolite ou patriarche haut en couleur, à quoi ressemble la majorité des popes en exercice? A des prêtres faisant leur boulot, auprès de gens qui ont d'autres préoccupations que l'exaltation nationale), mais franchement, tant que le culte n'est pas obligatoire, c'est pas préoccupant outre mesure. J'ai rien vu de spectaculairement extrêmiste (du moins à une échelle notable), d'audience réellement massive pour de telles choses, ou de prosélytisme agressif hyper-financé. Il y a toujours eu une alliance particulière du trône et de l'autel dans une Russie dont on a longtemps dit qu'elle ne pouvait tenir que par l'autocratie et l'église orthodoxe (un temps remplacés par une autre autocratie et le credo soviético-nationaliste), ce qui essaie de se reformer maintenant, mais sans vraiment atteindre une échelle encore préoccupante (pour l'instant, c'est surtout l'autocratie).
  35. 1 point
    Détruire des pièces de musée pour ça... 70 ans après...
  36. 1 point
    Ce que je trouve aussi particulièrement saumâtre, c'est la promotion incessante de l'affrontement. Au moins l'URSS faisait-elle semblant de célébrer la paix de temps en temps !
  37. 1 point
    Et en matière de moteurs ou de protection des espèces protégées, es-tu sûr de ton coup ? Les normes sanitaires, hummm ?? Et qui est-ce "l'UE", en la matière ? Les gouvernements qui ont la haute main sur les normes ? Alors, sans l'UE, ça donnerait quoi de différent ? Je disais au-dessus que certains lobbies étaient bien trop représentés à Bruxelles, mais crois-tu qu'ils soient absents des couloirs de l'Assemblée Nationale ? Allons donc... Du vent, comme d'hab. Envoies les exemples ! Bosse un peu !
  38. 1 point
    Non, non, pour faire des économies ils ont décidé d'appliquer le nouveau camo des véhicules de l'AdT, soit le Tan/Sable basique, la dernière FREMM sera aux mêmes couleurs ....` Clairon, artistre peintre
  39. 1 point
  40. 1 point
    Pour l'instant, c'est plutôt les Israéliens qui nous font un "Torah, Torah, Torah!"...
  41. 1 point
    C'est QUORA en même temps... La première réponse est faiblarde, par contre la seconde est géniale, à propos de Robert Vadra et Sanjay Bhandari. C'est un peu brut de décoffrage mais ça expose exactement ce qui devrait être l'angle d'attaque principal des français dans cette affaire pour définitivement clouer le bec aux anti-Rafale et mettre quelques autres margoulins dans la mouise. Et la quatrième réponse est tellement énormissime que je me demande si le type qui l'a écrit n'est pas Parikrama! Je l'aime tellement que j'en ai fait un (très long) .jpeg. (cliquer sur l'image trois fois de suite pour arriver à une taille lisible). edit: un morceau avait sauté au montage, c'est corrigé.
  42. 1 point
    Aux vues des taux de disponibilités des matos des forces allemande, 24 A400M reçus, font qu'il doit bien y en avoir 3 d'opérationnels (y compris le dernier reçu ) ! oui je sais c'est con, c'est gratuit, mais moi j'aime bien ===> et on est vendredi youpi !
  43. 1 point
    Mouai, tout dépend de ce qu'on définit par "réussir"... si la définition ce n'est que le fric (amasser dépenser ou briller avec du luxe), moi j'ai pas réussi : Mes réussites se sont l'éducation de mon gamin, ma famille, les voyages, les expériences de la vie,... Mon ambition se résume à faire bien mon job, et à gagner assez pour financer mes projets tout en me laissant assez temps pour la famille et lesdits projets.
  44. 1 point
    Les déménagements à répétition pour les gamins je peux te garantir que cela a un impact important sur eux qui se retrouvera dans leur vie d'adulte et leur relations sociales, en bien ou en mal après c'est une question de point vue.
  45. 1 point
    Le probleme c'est quand tu déménages tous les deux ou trois ans ...
  46. 1 point
    Vite fait en passant : D'aucuns trouveront que je commence à me répéter ou que je deviens lourd, mais il existe en fait un ensemble de moyens d'observer et comprendre comment se comportent les gens dans des circonstances données, plutôt que d'invoquer mon voisin en short du PSG qui roule en mercos et possède 3 iphones et se prépare une retraite en or alors qu'il est au RSA : la sociologie, la psychologie et les sciences humaines en général. Alors oui, on peut y trouver des travaux bidons, mais une large base fiable existe et ne fait pas de mal à connaître un peu. Parce que si on ne fait aucun effort pour observer un peu méthodiquement la société, on se condamne à n'en voir que ce qui nous entoure directement - et encore, le voir mal car déformé par nos biais et présupposés - soit une part minuscule et extrêmement non-représentative de l'ensemble qu'on souhaitait regarder. Et pour cela, il faut commencer par accepter de remettre en doute les certitudes qu'on a tous à ce sujet, parce qu'on se dit, même pas consciemment, que puisqu'on est dans la société on doit savoir ce qu'elle est et comment elle fonctionne... Ce qui est largement faux et démontré faux. Et ainsi, on éviterait de partir en HS sur trois pages en s'échangeant avec verve et enthousiasme les derniers potins sur nos voisins en espérant vainement en tirer la connaissance ultime des comportements individuels et de groupe en France et dans l'UE. (et ça permettrait aussi de mieux comprendre les différences de point de vue et de manières de faire au sein de l'Union, compréhension lacunaire si on en croit le fil de l'armée de l'air Belge)
  47. 1 point
    Je pense qu’on peut arrêter là sur les exemples, parce qu’il sont à la fois signifiants et totalement hors de propos sortis de leur contexte. Que l’on soit pauvre ou riche, l’être humain a des centres d’intérêts et a besoin en plus du tryptique des besoins fondamentaux de vrais « loisirs » et d’une dimension sociale. (Le fameux « le pain et les jeux » vulgarisé au possible pour faire passer l’être humain pour un beauf, alors que son cerveau lui commande justement de trouver des moyens de décompression pour se régénérer et continuer d’avancer.) Pour ceux qui n’ont pas les moyens, leur enlever leur abonnement canal+ pour le foot au motif qu’il faut savoir avoir des priorités dans la vie, l’autre à qui on va reprocher de s’être payé un kayak de mer parce que c’est sa seule bouffée d’oxygène, le troisième qui va vouloir socialement garder une certaine « reconnaissance » (auprès des autres mais aussi de lui-même) en continuant d’avoir une voiture qui brille => enlevez-leur ces possibilités et vous les poussez simplement au suicide, au sens strict du terme. L’être humain n’est pas un robot et c’est son vrai tort parce qu’il a besoin de rêver, d’avoir des passions, d’avoir des relations, d’avoir un horizon, et surtout de continuer à se voir comme un être humain digne, sinon il se flingue. Chacun ensuite a sa propre échelle des valeurs, sa propre notion de la dignité, sa propre façon d’aborder ces sujets et de les gérer, ça n’en rend pas les autres plus ou moins responsables, plus ou moins respectables. On trouvera toujours un cas pour illustrer un point et un autre pour son exact contraire, et ça démontrera quoi exactement ? Que chaque être humain est par essence unique, et que ce qui marche pour l’un ne fonctionne pas forcément pour l’autre. Et puis c’est toujours plus facile de considérer que les autres ne font pas ce qu’il faut, quand on est pas soi-même dans la merde. (Et là, je parle au sens général, sans viser personne). La vision technocrate de l’Europe - et du système dans sa globalité - , c’est « marche, consomme et tais-toi ou crêve ». Vous pensez que ça a un avenir ? Ou plus précisément : Vous pensez que c’est un avenir souhaitable ?
  48. 1 point
  49. 1 point
    Tant que nous voyons pas le bousin tirer, j'y crois moyen.....
  50. 1 point
    Les mecs de Lockheed Martin te diraient qu’ils sont dans les temps...