Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 03/26/2019 in all areas

  1. 19 points
    Ma réaction est motivée par plusieurs évidences qui vont bien au-delà de l'article pointé par Rochambeau _ Rochambeau d'ailleurs que je regrette d'avoir froissé 1-des erreurs ont été commises pour des raisons multiples et étalées dans le temps, sous-estimation des risques, gestion purement comptable de questions qui dépassent largement les simples critères d'ordre financiers, conflits d'intérêts, inculture crasse ... - ces erreurs ont vu leurs effets se cumuler dont acte 2-la formidable focalisation sur des sujets somme toute secondaires exemple les masques les masques ... pardonnez l'analogie mais cette focalisation me fait penser aux débats sur nos frégates. La première chose qu'on regarde sur ces bâtiments et le premier sujet de débat c'est l'absence de 127 mm ... la belle blague, en débattant là dessus on passe à côté de 90 % des capacités de ces engins ... Là ce sont les masques ... Au risque de me répéter on se focalise sur le facile et le médiatiquement "buzzable" ou "bankable" le reste semble bien trop difficile à comprendre, comment prépare-t-on les campagnes de tests, l'organisation des soins, les stratégies d'approvisionnement ... "on a pas assez de masques, le gouvernement a menti en disant qu'il n'y en avait pas besoin" ... Oui le gvt a menti en disant que ce n'était pas nécessaire. Mais si la vérité avait été exposée crûment c'était la guerre déjà que des centaines de milliers de masques ont été volés dans les premiers jours ... je vous laisse imaginer le scenario. Dès la première semaine de confinement nos services saisissaient des FFP 2 dans des épiceries ou des pharmacies qui les possédaient sans aucun justificatif de détention (factures ou bons de livraison), des gens se promenaient avec des masque sous le menton en les tripotant toutes les 5 min. alors que des personnels soignants n'en avaient pas ... Dire que c'était utile, vous vouliez quoi Mad Max ? Alors qu'on sait très bien que les FFP 1 ne sont vraiment utiles que si tout le monde en porte puisque tout le monde est sensé être à risque. Qu'on commence déjà par bien les porter ces put... de masque on discutera après 3-Les tests "mais pourquoi on teste pas tout le monde", penchez vous un peu sur les procédures à respecter et les moyens à mettre en oeuvre et vous verrez que ce n'est pas si évident que çà de "tester tout le monde" 4-le bashing systématique des capacités développées par les acteurs publics et privés ... et le silence sur ce qui se fait effectivement. Alors oui je le dis j'en ai plein le cul de lire ou d'entendre que la France est un pays du tiers monde gouverné par des incapables et des menteurs qui n'ont rien vu venir et qui gèrent le problème n'importe comment. J'en ai plus que marre de cette dictature de l'instant et du tweet du sondage ou du scoop où une majorité pense avec son cul à défaut d'utiliser sa cervelle ... où on se regarde le nombril en se disant qu'on est gouvernés par des incapables. On est obligés de faire avec ce qu'on a, pleurnicher se lamenter ou critiquer les actions passées ne sert absolument à rien. J'ai écouté le document de Plenel sur les masques, il ne dit absolument rien qu'on ne connaisse déjà. Il y a un temps pour tout; aujourd'hui le but est de trouver les axes de progression (je ne parle même pas de solutions) les moins mauvais possible; critiquer l'action des pouvoirs publics ne peut se faire que si on a des contre propositions valables à offrir sinon on ferme sa gueule ... Les dettes si dettes il y a se paieront parce que dans ce pays "merdique" qu'est la France il y a encore des élections et c'est jusqu'à preuve du contraire le meilleur moyen qu'on ai trouvé de remercier ceux qui ont éventuellement fauté. Allez dire çà aux Chinois. J'aimerais je paierais cher pour voir à l’œuvre aujourd'hui les donneurs de leçons qui se répandent ici ou là. Ceux-là même qui sont parfois les premiers à critiquer les dépenses publiques. J'aimerais les voir à devoir gérer de front l'économie, un chômage en hausse de 7%, des perspectives de faillites en cascade, les peurs des gens, les merdes qui tombent sur la tête de millions de personnes dont les ressources chutent sans perspective de reprise à court terme, l'incertitude de l'après 11 mai, l'incertitude de la 2e vague etc etc etc ... Taire maintenant oui parce que ce n'est par le moment de braire, mais celui de réfléchir et de serrer les dents, celui d'avancer chacun à son niveau en essayant de penser à autre chose que son cul. Oublier non mais là encore peut-être que ceux qui gueulent aujourd'hui le font parce qu'ils seront incapables de se souvenir dans quelques temps. Se souvenir çà demande aussi un certain mode de réflexion et d'agencement de la pensée. Moi j'appréhende l'après 11 mai, comment allons nous gérer la reprise de l'activité comment allons nous nous comporter individus et institutions face à un déconfinement qui ne pourra pas être uniforme
  2. 18 points
    Yep, trop bref résumé "du dernier tir Sol Air de l'armée française". Ne sont pas mentionnés les déboires de la chasse (bordel), donc de la PO (patrouille opérationnelle), la carence avérée du Crotale … C’est un jeune aspirant en poste au radar Centaure qui, en fin de chaine décisionnel, a donné l’ordre de tir au dispositif Hawk. Très tard. Tellement tard que le missile (en fait le deuxième, le premier n’est pas parti de l’affut), n’a pas eu le temps d’armer ses sécurités. Lors de l’impact, le missile rentre littéralement dans les ¾ arrières de l’empennage du TU 22, sans explosion. Il le coupe en deux tronçons. Ensuite seulement les explosions arrivent. Deux bombes au phosphore (sur les quatre en soute) de 1500 kg sont expulsées des flancs, dont l’une vient se planter dans la terre, toujours sans explosion. Résumons-donc la DA du moment ; - Une maitrise du ciel avec dispositif dédié, dont PO. - Une batterie hawk sur site - Une batterie Crotale sur site - Une ribambelle de flak en 20 mm un peu partout Trois intrusions presque à la queue leu-leu plein nord qui passent par le Niger, et détectés depuis très très très fort longtemps Encéphalogramme plat au registre de l’IFF Ordre de feu dans une bande d’environ 10 000 m, chaine de commandement EMA/Bercy/rue St do’ à l’arrache et ordre de feu ^par un aspi’ de permanence… On shoot tellement (trop) près que le missile ne s’arme pas A la disparition du plot radar du 1° Tupolev, les deux autres déguerpissent plein nord Moi je suis en train de faire le tour des génératrices du site Hawk, comme tous les matins vers 6h30. Normale, je suis le sous-Off responsable des groupes électrogènes. Mais ce matin-là je suis aux premières loges. J’ai l’immense avantage d’avoir un visuel plein pot sur la batterie Hawk. Lors de ma ronde, un peu avant 7h00, je me dis « tiens, un affut fait des essais en dynamique, bizarre, les collègues procèdent à de la maintenance si tôt ? »… Après dans l’ordre, Boum le départ du deuxième affut. Paf le Tupolev coupé en deux et re-paff les gerbes d’explosions et de feu. Re-paff aussi la sentinelle du 2°REP qui par peur saute de son mirador en bout du site radar. Re-re-paff fait la baffe que je donne à la sentinelle de l’entrée de notre site qui court partout en hurlant « on a tiré, on a tiré » et qui abandonne son poste. Pouet pouet fait le cœur d’un collègue qui est en train de faire son footing un peu plus loin et aperçoit au-dessus de son nez un pélot qui descend gentiment qq centaines de mètres devant lui, sans faire boum. Pouet pouet aussi le petit cœur des collègues du NEDEX qui vont fourailler la terre à 6m de profondeur qq heures après, histoire de neutraliser l’objet. Bien sûr je vulgarise, mais il n’empêche que ce fait d’arme n’a pas été communiqué, ou si peu. L’ADA, en charge du dispositif Epervier, n’a aucun intérêt à ébruiter que sa chasse et sa DA ont répondus aux abonnés absents. Pas de gloriole ni de médailles pour nous autres les biffins. Mais alors je vous laisse deviner le dimensionnement du dégagement de cohésion circonstanciel que nous avons effectué après la relève, le soir dans les bas-fonds de N’Djamena. Pour le reste, une batterie Sol air déployé en veille H24, c’est trois équipes de tirs au lieu d’une prévue et doté dans une batterie en métropole. C’est aussi une seconde batterie en spare et piraté dans le régiment d’origine de la batterie déployé. Et c’est 90% du personnel de la batterie qui possède la double spécialisation sur le système d’arme (exemple conduite de tir et montage, lancement et haute altitude etc…). Même l’armurier était opérateur radar basse altitude.
  3. 17 points
    Visiblement tu ne comprends pas la balance bénéfice risque sur une administration de médicament massive à l'echelle populationnelle (là tu sembles réflechir à un niveau individuel ) Si on part du principe (pas prouvé, l'étude de Raoult est pleiiiiine de biais, la première étant qu'elle est publiée dans un journal dont il est editorial board chief member .... conflit d'intérêt majeur) que l'HCQ marche aux stades précoces de la maladie (est ce que la négativation virale au niveau nasal est vraiment un signe d'efficacité clinique ou juste un signe d'efficacité bioogique ... déja ça, hein on en discute ? parceque les deux ne sont pas nécessairement corrélés) ca veut dire qu'il faut l'administrer à toute la population qu'on aura testé positive (avec le biais d'erreur du test) soit des milliers et à terme des dizaines voir des milliers de personnes - voire à toute la population tout court- Donc tu multiplie d'autant les effets indésirables sur une masse où 80% des patients vont s'en sortir sans prise en charge autre que du doliprane Avec parfois des effets irréversibles (neuropathies motrices, cardiomyopathie) Pour les patients qui en auraient vraiment besoin (effet sur la physiopathologie de l'infection CoV2 en stade avancé) ca ne marche pas Donc en gros tu va traiter une majorité de gens avec un médicament à risque, des centaines de milliers, en déclenchant chez une fraction d'entre eux des pathologies lourdes a prendre en charge à vie Ca a été fais dans d'autres maladies, ca c'est jamais bien fini Tu veux qu'on reparle du médiator, de la ciclosporine, du Lariam, des anticholesterolémiants, des premières générations d'AVK ? A chaque fois un scandale sanitaire Mais bon là parceque Dieu le Père la dit et qu'on tremble de peur, on foncerait tête baissée -sans controle ? Effectivement, la trouille inhibe le cerveau avancé et ne fait parler que le cerveau reptilien
  4. 17 points
    Pour détendre un peu l'atmosphère ^^
  5. 17 points
    Il y a deux techniques de base pour faire du LPI. Leur but à toute les deux c'est de faire ressembler l’émission du Radar à du bruit. Les deux techniques consistent à élargir le domaine utilisé pour émettre. On peut soit s'étaler dans le temps, soit s'étaler dans les fréquences. Dans le premier cas on va avoir un signal très faible qui dure très longtemps, le radar qui l'émet le sait et va comprimer le retour pour que ce soit exploitable mais l'ennemi va avoir du mal à le détecter car le signal va être à peu près au niveau du bruit, surtout à longue distance. Pour s'étaler dans les fréquences le radar du F-22 change de fréquence à peu près 1000 fois par seconde, encore une fois lui il le sait et pas les ennemis. Le signal est puissant et facilement détectable mais il est bref et donc apparait comme une anomalie qu'on ne comprend pas bien. Pour contrer ces deux techniques et leur combinaison, il y a sur le Rafale deux type de RWR intégrés à SPECTRA, un RWR large bande mais qui n'est pas très sensible, et un RWR super hétérodyne qui sert aussi à l'interférométrie qui est très sensible et très précis mais qui ne peut détecter qu'une bande étroite à la fois et qui doit donc scruter tout le spectre, fréquence après fréquence pour être exhaustif. Le premier système détecte sur l'ensemble du spectre simultanément et peut donc détecter la stratégie du F-22 facilement car le signal de celui ci est puissant ce qui compense la faible sensibilité du système. le deuxième système détecte facilement ceux qui s'étalent dans le temps car ceux ci émettent longtemps ce qui permet à la scrutation de ne jamais les rater et comme le système est très sensible la détection a lieu même si le signal est faible. Bon ce ne sont que des principes, c'est bien plus compliqué que cela. De plus dans les évolutions prévues de SPECTRA, Thales a proposé de rendre le système large bande aussi sensible que le système super hétérodyne....
  6. 16 points
    Le Covid-19 offre aussi ses moments de..., comment dire ? GIRONDE : LES VOLEURS IDENTIFIÉS GRÂCE À L’OUBLI SUR PLACE DE LEUR ATTESTATION DE DÉPLACEMENT Trois hommes ont été interpellés vendredi soir après un vol commis dans un château situé en Gironde. Ils avaient oublié une attestation de déplacement sur place. https://www.cnews.fr/france/2020-04-28/gironde-les-voleurs-identifies-grace-loubli-sur-place-de-leur-attestation-de
  7. 15 points
    Un dessin finlandais :
  8. 15 points
    "La situation est très tendue dans le Pacifique. Si la Russie ou la Chine parvenaient à s'emparer de l'épave du F-35 abîmé il y aurait un risque très élevé qu'ils construisent ensuite leur propre avion inopérant à mille cinq cent milliard de dollars."
  9. 14 points
    Re: VayuSena Rafale: News and Discussions - 17 Oct 2016 Postby Rakesh » 09 Aug 2019 10:34 Traduit avec www.DeepL.com/Translator Re : VayuSena Rafale : Nouvelles et discussions - 17 oct 2016 Postby Rakesh " 09 août 2019 10:34 J'ai donc réussi à mettre la main sur la dernière édition d'Air International. L'édition de juin 2019. Je n'achète jamais le magazine pour deux raisons principales - coût élevé et peu d'informations que l'on ne peut obtenir sur le web. Cette édition m'a tellement époustouflé que je l'ai achetée. Ils ont un spécial de 24 pages sur le Rafale + Partie 2 (d'une série en trois parties) sur le BAe Hawk + le Gripen E. Comme c'est le fil du Rafale, je vais parler du Rafale. Je vais parler du Gripen E dans le fil MMRCA. Je ne vais pas tout copier mot pour mot, à cause des lois sur le copyright. Je vais donc paraphraser. Et j'en lis encore beaucoup moi-même. Quelques faits saillants que j'ai lus à ce jour (moins de 2 heures depuis que j'ai le magazine entre les mains !) méritent d'être mentionnés. 1) Meteor peut passer d'une cible à une autre (en vol), si la deuxième cible devient plus menaçante que la première. Le radar RBE2 AESA a une excellente portée et peut surveiller la trajectoire du météore à longue distance et peut effectuer une réallocation de cible pendant que le missile est en vol. Et ceci a été testé en vol et n'est pas qu'une simple simulation informatique. 2) La prochaine variante F4 (qualifiée en 2022) du Rafale aura une interopérabilité complète avec le F-35. L'article fait référence à des réseaux de liaison de données plus importants et aux radios logicielles CONTACT, mais n'approfondit pas la question. Évidemment. Tout comme dans la variante F3, la variante F4 aura des sous-variantes comme F4.1 (qui comprendra un affichage de nouvelle génération, monté sur casque). Les Rafales de l'IAF (variante F3R) sont livrés avec un casque israélien monté sur écran, je crois. F4.1 sera doté d'écrans latéraux numériques tactiles plus grands pour afficher des images couleur TALIOS (Targeting Long-range Identification Optronic System). 3) D'énormes améliorations à Spectra dans la variante F4.1. L'article parle de l'identification rapide des menaces en 3D, des nouvelles formes d'ondes de brouillage et de la nouvelle suite Spectra qui permettra de mieux détecter les émetteurs hostiles opérant dans des bandes d'ondes très élevées. 4) La variante F4.1 sera équipée d'un système IRST actualisé dans le système FSO (Front Sector Optronics) du Rafale. Ce nouvel IRST sera également capable de détecter les cibles furtives. Mon commentaire - à quel point cette détection sera efficace et à quel niveau de furtivité reste à voir. 5) Des mises à jour du radar RBE2 sont également prévues dans le cadre de la variante F4.1. Il comprendra un mode indicateur de déplacement de cible au sol (GMTI). Un mode radar à synthèse d'ouverture (SAR) plus précis sera également disponible pour la cartographie radar à distance de sécurité, par tous les temps. Des améliorations seront également apportées au système IFF (If Friend or Foe). 6) La version M de la variante F4.1 comprendra également une nouvelle aide à l'atterrissage et sera similaire au système MAGIC CARPET du chasseur F-18E/F de l'US Navy. Le principal objectif de cette mise à niveau est d'accroître l'interopérabilité avec les porte-avions de la marine américaine. C'est compréhensible, si l'on considère que la Marine nationale française n'a qu'un seul porte-avions. 7) La variante F4.1 aura une arme air-sol plus lourde et plus puissante, le HAMMER 1000. Il remplacera le GBU-24 Paveway III, sera d'une excellente précision par tous les temps et sera équipé d'un moteur fusée. Bien que la puissance et la capacité de pénétration soient les mêmes, la portée sera plus longue. La variante C du Rafale pourra transporter le HAMMER 1000 dans l'axe du pylône et dans les ailes. La variante M ne transportera le système que dans l'axe du pylône, en raison des restrictions de poids à l'atterrissage sur le porte-bagages. 8] La variante F4.1 comprendra un missile de croisière SCALP actualisé et un missile ASMP-A (tête nucléaire) amélioré. Les détails de cette dernière mise à niveau sont classifiés en raison de sa mission nucléaire. 9) La variante F4.2 devrait arriver en 2024. L'objectif principal de cette mise à niveau est d'accroître encore davantage la guerre et l'interconnectivité en réseau. Une version militaire sécurisée d'un routeur civil sera installée sur chaque avion et sera à l'épreuve des cyberattaques. L'article en parle davantage et il vaut mieux que vous mettiez la main sur le magazine et que vous le lisiez vous-même. En raison du coût impliqué, tous les Rafales ne subiront pas la mise à niveau F4.2. Chaque avion - basé sur l'âge de la cellule - devra être analysé pour voir s'il vaut la peine d'être amélioré ou non. Cependant, tous les avions de la cinquième tranche de production disposeront de la suite complète F4.2 et peut-être même de systèmes encore plus avancés. 10) Celui-ci vous impressionnera. Les futures variantes du Rafale seront dotées d'un système défensif composé d'une charge utile motorisée (c'est-à-dire un mini-drone) qui sera lancé depuis l'un des distributeurs de paillettes et se trouvera entre la menace et le Rafale qu'il protège. En même temps, le drone suivra et transmettra le radar SAM qui suit le Rafale, saturera le système et le forcera à mal fonctionner. Je n'ai aucune idée de la façon dont il prévoit le faire, mais c'est ce que dit l'article. La première mise en service est prévue pour 2025. 11) MICA-NG (New Generation) arrive en 2026 et viendra compléter (et éventuellement remplacer) le MICA actuellement en service. Le point clé à noter, c'est que le missile a un chercheur de type AESA. Moteur à deux étages, le deuxième étage étant allumé en phase terminale. Les chances d'évasion seront très minimes. 12) Ce que j'ai tiré de l'article. Les Français sont TRES, TRES, TRES, TRES heureux avec le Rafale. Ils ont une solution gagnante en termes de capacité. Mais le coût est épouvantable. L'une des leçons à en tirer est que le Rafale a été conçu dans une perspective de croissance future, c'est-à-dire que les Français sont convaincus que le Rafale sera totalement interopérable avec le futur Future Air Combat System (leur avion de combat de sixième génération) dans les années 2040. Pour un avion conçu dans les années 1980, mis en service dans les années 1990 et toujours efficace dans les années 2040, ce n'est pas rien. Bravo aux Français pour un excellent design. 13) La prochaine partie du blitz Rafale est la variante F3R. Je ne veux pas m'asseoir ici pour vous donner une séance point par point, mais si ce qui précède vous a impressionné... soyez assuré que le F3R est tout aussi impressionnant. Je vous suggère fortement d'acheter le magazine, si vous le pouvez. Il est de 11,99 $ US, tel qu'indiqué sur la couverture inférieure droite du magazine. Certaines choses - que j'ai trouvées impressionnantes dans la section F3R - que je vais mentionner sont... le Meteor est un missile plus lourd que le MICA. Il en résulte une légère augmentation de la consommation de carburant. Des mises à jour logicielles ont été effectuées pour surmonter ce problème et de nouveaux indices de traînée ont été fournis par Dassault. Les pilotes, par contre, trouvent que le lancement de Meteor n'est pas un événement. L'armée de l'air française a trouvé le Meteor si bon, qu'elle est maintenant forcée de réévaluer sa tactique. Beaucoup de temps est passé dans les simulateurs pour créer un nouveau programme tactique. Il ne faut pas être un génie pour comprendre pourquoi l'armée de l'air indienne a choisi cet oiseau plutôt que tous les autres dans le concours MMRCA. Les oiseaux américains ont les mêmes systèmes (sinon meilleurs), mais il y a le problème (de l'éléphant dans la salle) de gérer leurs manigances politiques. Les Russes ont encore un long chemin à parcourir pour se rapprocher de leurs homologues occidentaux en matière d'électronique et de capteurs. Le Gripen NG n'était pas assez mature lors du premier concours MMRCA. Et l'Eurofighter est un gâchis de consortium de quatre nations. L'IAF a pris une sage décision en choisissant le Rafale. La troisième et dernière partie du blitz Rafale concerne la variante M. C'est ce que je ferai demain. https://forums.bharat-rakshak.com/viewtopic.php?f=3&t=7266&p=2371048&sid=d3e0eb3322690aa953f84883ec8b4a31#p2370767
  10. 13 points
    Etude d'impact du confinement et des stratégies de sorties (en IDF ici) https://www.epicx-lab.com/uploads/9/6/9/4/9694133/inserm-covid-19_report_lockdown_idf-20200412.pdf?fbclid=IwAR3qIh-iinByBiZpimUUuxLBgceuL7SFWDgG7UAStJrQztxc2UYMKJBJ8sI Je vous mets le résumé/commentaire du copain qui l'a passé au peigne fin et que j'ai trouvé intéressant. On y trouve quelques bonnes nouvelles, et d'autres plus inquiétantes. "Il s'agit d'un modèle à compartiments de la même famille que celui utilisé par l'équipe de Neil Ferguson de l'Imperial College London. Celui-ci est centré sur l'Île-de-France, et il est calibré sur les données d'hospitalisation. Ce sont les données les plus fiables : encore une fois, le nombre officiel de cas confirmés ne vaut absolument rien, et le taux de décès ne traduit qu'imparfaitement l'ampleur de l'épidémie, car il va dépendre justement de la surcharge ou non du système de santé – ce qu'on cherche précisément à évaluer, si ce n'est à éviter. De plus, le critère principal choisi pour évaluer les projections du modèle est le nombre de patients hospitalisés en soins intensifs ("ICU", pour intensive unit care), ce qui constitue un sous-ensemble des patients hospitalisés. Ce critère (qui était aussi le critère d'évaluation du modèle de l'équipe de Ferguson de l'ICL) se justifie car 1. c'est là que se comptent les cas graves, et que se joue en principe la survie ou non (et donc l'essentiel de la variabilité du taux de mortalité), 2. c'est le principal facteur limitant dans notre capacité à affronter l'épidémie (c'est la première chose qui est débordée). Tant que tous les cas graves peuvent être bien accueillis en soins intensifs, le taux de mortalité reste dans les mêmes eaux qu'une grippe particulièrement agressive (moins de 1%) ; si la capacité en soins intensifs est dépassée, le taux de mortalité peut monter en flèche (3% en Lombardie de tête). De ce point de vue, la France est un pays sous-développé niveau capacité hospitalière, dans les mêmes eaux que l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni. Pour rappel, l'Allemagne ou la Corée du Sud ont plusieurs fois notre capacité en soins intensifs (lits/population). Les "compartiments" du modèle répartissent la population entre : les personnes non touchées ("susceptible"), infectées mais encore non contagieuses ("exposed"), contagieuses en fin d'incubation donc sans symptômes ("prodromic phase"), contagieuses ("infectious") asymptomatiques, paucisymptomatiques (très peu symptomatiques), moyennement symptomatiques (mild symptoms – du rhume au syndrome grippal en gros), ou sévèrement malades (severe symptoms – troubles respiratoires ou cardiaques justifiant une hospitalisation en gros), ces dernières évoluant en hospitalisations normales ou en hospitalisation en soins intensifs ("ICU"), puis en personnes guéries ("recovered") ou décédées ("deceased"). Ce qui fait 11 états possibles couvrant l'ensemble de la population d'IDF (cf. figure 2 p. 4). La population est de plus répartie en trois classes d'âge : 0-18 ans, 19-64 ans, +65 ans. Chacune de ces catégories se voit affecter une probabilité différente de développer des symptômes (aux différents degrés ci-dessus), d'être hospitalisée, éventuellement en soins intensifs, puis de guérir ou de décéder. Cf. annexe tableau S1 p. 20. Ces chiffres sont évidemment attribués à partir des données de terrain dont on dispose. En particulier, les enfants se voient attribués une probabilité zéro de développer des symptômes moyens ou sévères (et donc d'être hospitalisé). Les probabilités de contagion sont également différenciées en fonction de la classe d'âge. Voir les "contact matrices" en annexe p. 21. Pour la situation normale ("baseline matrix"), elles sont établies à partir de données de fréquence des contacts sociaux en fonction de l'âge (les enfants ont, en temps normal, plus de contacts entre eux qu'avec des adultes, etc.) déjà obtenus sur l'IDF par des enquêtes dans le passé. Pour les périodes sous mesures de distanciation sociale, elles font l'objet d'estimations à priori par les chercheurs. Le modèle est calibré sur les données d'hospitalisation allant jusqu'au 3 avril, et tente de faire des projections pour les mois à venir, avec deux données en sortie : le nombre d'admissions quotidiennes en soins intensifs, et le nombre de lits en soins intensifs occupés au jour j (c'est ça la valeur critique à suivre). Ces projections dépendent des mesures mises en place, et le modèle teste une fin de confinement "sèche" au 30 avril, 30 mai ou 30 juin, et différents niveaux de "ralentissement social" combinés à une identification-isolation intensive des nouveaux cas ("case isolation", CI) plus ou moins efficace (25% des cas isolés, 50%, ou 75%). Le détail des scénarios testés est figure 3 p. 7. Que penser des résultats ? D'abord ce qui est clair. 1. Bonne nouvelle : le confinement marche ! Ce n'était pas évident dans le dernier modèle de l'ICL que j'avais commenté, qui donnait 1 chance sur 4 de passer le taux de reproduction R de l'épidémie en-dessous du seuil fatidique de 1. Là le modèle nous assure que le R serait passé d'environ 3 le 16 mars, à 0,6-0,7. Il prédit donc la poursuite régulière de la baisse du nombre d'admissions quotidiennes en soins intensifs (déjà observé ces derniers jours), qui se traduira avec un certain délai dans le nombre de lits occupés (et oui, parce que les gens restent longtemps en réanimation…). Le modèle prévoit de repasser en-dessous du seuil de saturation des soins intensifs (2500 lits), autour du 26 avril (voir figure 5 p. 9). Ça veut dire aussi que les hôpitaux seront donc encore largement sous tension le 11 mai. 2. Mauvaise nouvelle, mais on le savait déjà avec les modèles de l'ICL : la levée "sèche" du confinement nous laisse un mois de délai avant de revenir à la situation actuelle. Le rebond épidémique est brutal et très rapide. La durée de répit et l'ampleur du nouveau pic dépend de plus très peu de la durée du confinement, à partir du moment où la baisse du nombre de lits de soins intensifs occupés est bien amorcée. Voir figure 6 p. 10. Deux lectures possibles. Le verre à moitié vide : quoi qu'il arrive, on ne peut pas simplement lever le confinement et revenir à la normale, au moins pour les 8 mois à venir. Une stratégie offensive d'identification-isolation systématique des nouveaux cas est indispensable, probablement non suffisante. Le verre à moitié plein : quelle que soit la stratégie de sortie/levée partielle/passage à un nouveau régime, à partir du moment où elle est prête à être enclenchée à une date D, elle ne dépend que peu de la date de fin du confinement strict. De ce point de vue, si les mesures qui doivent prendre la suite sont prêtes le 11 mai, alors autant y aller le 11 mai, on ne gagnerait pas grand chose à poursuivre un confinement strict et socialement pathogène jusqu'à fin mai, fin juin ou plus. Maintenant ce qui n'est pas clair. Que penser des mesures post-confinement strict envisagées ? (figure 7 p. 11) 1. D'abord, *elles incluent toutes un maintien de la fermeture des écoles*, contrairement à ce qui a été annoncé (de manière assez floue) par Macron. Qu'est-ce que ça changerait si on ajoutait une ouverture partielle des écoles aux scénarios testés ? Impossible à dire comme ça, mais la dynamique de l'épidémie serait forcément plus importante. Ça me fait penser que c'est sûrement une grosse bêtise d'imaginer reprendre l'année scolaire avant septembre. Et même septembre est peu probable. Mais reprendre une situation d'apprentissage et d'occupation pour les enfants éloignés de l'école est en même temps un objectif important qui doit être mis en balance avec les objectifs sanitaires. Peut-être qu'on se tournera vers un accueil de type "soutien scolaire" avec un peu plus d'enfants accueillis dans les établissements qu'aujourd'hui, sans une reprise des "cours" proprement dits et sans accueillir la majorité des enfants. Ça me semblerait sage. 2. Une stratégie très agressive d'identification-isolement des nouveaux cas, *dès la sortie* de confinement, *pourrait* permettre de rouvrir l'essentiel des commerces et lieux de rencontre, et laisser 75% des gens reprendre le travail physiquement (scénario "exit 3"). Une vie "presque normale", modulo la fermeture des écoles. Le régime qui avait été imaginé lors de la première intervention de Macron, quelques jours avant le confinement total, à peu de choses près. Qu'est-ce que cette stratégie implique ? Des tests massifs, on l'a dit, en commençant par les gens symptomatiques et tous ceux qui ont pu être en contact avec eux jusqu'à J-2 (J début des symptômes). Mais il faut que ce soir des tests fait très rapidement : on doit être capable de confirmer le coronavirus *le jour même* du début des symptômes, et identifier 75% des cas (en comptant 20% de cas asymptomatiques qui seront difficiles à identifier…). C'est un défi. Ensuite, il faut être capable d'isoler efficacement les gens contagieux, en mobilisant massivement des hôtels pour des semi-hospitalisations de fortune. Il n'est pas possible de continuer à renvoyer chez eux des gens qui vont contaminer ensuite leurs enfants ou conjoint.e. Si cette stratégie se révèle un peu moins efficace (50% de succès), une fermeture intermittente (un mois sur 2, scénario "exit 4"), ou partielle mais continue (scénario "exit 1") des commerces non-essentiels, pendant de longs mois, donnerait sensiblement les mêmes résultats, des oscillations en plus dans la charge sur le système de santé dans le scénario intermittent. Si cette stratégie se révèle peu efficace (25%), impossible de rouvrir les commerces non-essentiels et de laisser plus de 50% des gens reprendre le travail physiquement… 3. Avec ce programme, on peut tenir jusqu'à la fin de l'année civile. Les scénarios "exit 3" et "exit 4", les moins lourds à supporter socialement mais les plus risqués, nous feraient atteindre à nouveau les capacités limites du système hospitalier vers le mois de décembre. D'ici là, de l'eau aura coulé sous les ponts, on peut espérer avoir identifié des traitements fiables, et un vaccin ne serait plus très loin. "Enfin, je termine avec les limites du modèle. 1. La question du nombre de porteurs asymptomatiques est l'une des grandes inconnues. L'article est basé sur la fourchette basse de 20% d'asymptomatiques. Des simulations ont aussi été faites pour la fourchette haute de 50% (voir en annexe, p. 22-23). Les auteurs concluent que plus il y a d'asymptomatiques, plus c'est cool pour nous. Certes, c'est plus difficile à tracer pour la stratégie d'identification-isolement des cas. Mais ça veut dire aussi une immunité acquise plus vite et à moindres frais pour le système de santé. Les hôpitaux peuvent souffler, et à condition de mesures barrière et d'une identification-isolement moyennement efficace on peut rouvrir tous les commerces et reprendre le travail à peu près normalement (modulo les écoles qui, dans le modèles, sont toujours fermées…). 2. Ce modèle est valable moyennant l'hypothèse d'une immunité conservée longtemps (> 8 mois) après guérison. C'est probable, mais ça fait encore débat. Il est possible que cette immunité se perde au bout de quelques mois. Ce serait la merde, je vous fais pas un dessin. 3. A l'inverse, le modèle est construit sur la base d'une hypothèse d'absence d'effet saisonnier sur l'épidémie. Certaines épidémies, comme la grippe, s'arrêtent spontanément l'été et passent alternativement de l'hémisphère nord à l'hémisphère sud avec les saisons, sans qu'on sache très précisément comment ça se passe (combinaison de facteurs : le froid peut favoriser un peu l'infection, les habitudes sociales changent, le virus survit moins longtemps sur les surfaces, etc.). Pour l'instant, l'évolution de la pandémie Covid-19 apparait corrélée à la température moyenne. C'est peut-être une coïncidence. Ou pas. Si elle régresse l'été, c'est une super nouvelle pour nous, qui nous permettra de reprendre une vie normale fin mai si on constate un net ralentissement. Mais il faudra être prêt pour la seconde vague qui nous frappera alors inéluctablement – et d'autant plus fort – à l'automne. A l'inverse ce serait une très mauvaise nouvelle pour l'Afrique et l'Amérique du Sud… 4. Le modèle n'intègre pas non plus un effet potentiel de la généralisation des masques dans la population, faute de données suffisantes. Les masques chirurgicaux semblent diminuer la propagation des virus respiratoires, en particulier les coronavirus (la famille de virus, pas celui de Covid-19) – cf. https://www.nature.com/articles/s41591-020-0843-2. Équiper toute la population en masques chirurgicaux jetables est impossible, ils doivent être réservés aux soignants. Et il n'y a pas de données sur l'efficacité des masques lavables en tissu. Mais en équiper toute la population pourrait peut-être être un gain surprise bienvenu, qui assouplirait les prédictions de ce modèle, pour un coût très modéré. Donc à mon avis il faut s'y préparer sans plus attendre. 5. L'identification d'un traitement efficace fiable changerait singulièrement la donne. Mais on y est pas encore. Je ne développe pas plus ici. 6. Enfin, dernière limitation qui est une vraie faille de l'étude à mon goût : elle ne tient absolument pas compte de la situation dans les EPHAD. C'est, à mon avis, une faute. Le modèle ne se concentre que sur les gens hospitalisés en soins intensifs. Et en première approximation c'est censé (cf. début de mon post). Sauf que les personnes âgées en EPHAD décèdent en masse *sans passer par la case hôpital*. Aux chiffres du 16/04, ça représente 38% des décès décomptés. C'est énorme. Et le modèle passe *totalement* à côté de ces 40% de morts. Alors certes, il n'a pas été conçu pour ça. Il a été conçu pour estimer l'engorgement des lits de soins intensifs. Et comme les vieux meurent en ayant le bon goût de ne pas passer par les soins intensifs… ils sortent de l'équation. Ce n'est pas la faute du modèle ou des chercheurs qui l'ont conçu en particulier, c'est révélateur de la façon dont on considère ces personnes aujourd'hui en France. Ils ne "pèsent pas" sur les indicateurs choisis. Et lorsqu'on regarde la réalité à travers des indicateurs on ne voit que ce qu'ils veulent bien montrer. Dans le cas du modèle, ça révèle ce qu'on peut appeler la dimension performative des modèles scientifiques : ils ne font que grossir ce qu'on leur demande de montrer. Si vous créez une catégorie vous la faites exister, inversement si elle n'existe pas le discours elle n'apparaitra pas dans le modèle, et le modèle comme aide à la décision ne vous recommandera rien à son sujet, la maintenant hors des radars… Le raisonnement est ici circulaire. Ceci dit, les personnes en EHPAD sont une population bien spécifique, déjà "assignée à domicile", il serait donc *normalement* bien plus facile d'élaborer des stratégies dédiées et efficaces pour les protéger. Encore faudra-t-il que quelqu'un (politique ou scientifique) trouve ça important…" "
  11. 13 points
    Eu ma toubib, très rassurante. Un Rdv mercredi (eu son assistante à l'instant). Tout va mieux depuis hier, moins de toux, toujours pas de fièvre et plus de maux de tête. Sa dernière phrase: "... Et de grâce, n'affolez pas tout votre entourage !" Un forum ça compte ? @Yankev, comment va ?
  12. 13 points
    tu sais tu parles de gens qui bazardent leurs AWACS à mi-vie, disposent de porte-avions sans avions, ont commis le Nimrod MR4 ... des anglais quoi ...
  13. 13 points
    http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Histoire/His0015-EniemePays.html
  14. 13 points
    Ça y est! J'ai la traduction en anglais de "Bien faire et laisser braire" : "We do not talk. We solve problems."
  15. 12 points
    La MN a mis à disposition des images... donc on a monté une vidéo (de qualité j’espère) fissa. Enjoy:
  16. 12 points
  17. 12 points
    J'ai eu un appel pour me présenter au plus tôt à la banque pour un léger découvert, j'ai dis que je venais de rentrer de Chine. On m'a dit que ça pouvait attendre ! Bon blague à part , j'habite dans l'Oise et ça va ! On ne se mange pas encore entre nous, j'ai pas vu passait de véhicules type mad max, ni d'unités militaire équipée en tenue de protection en train de parquer la population, ni cramer les maisons au lance-flamme. Pour l'instant on ne regarde pas encore notre bouledogue américain comme potentiel repas au cas ou. Par contre je confirme pour la mise en mode isolement chez elles de 200 personnes travaillant à l'hôpital de Compiègne, via une connaissance qui fait du ménage à l'hôpital de Compiègne et qui a été concerné par cette consigne. Sinon on a eu ça : https://www.francebleu.fr/infos/societe/lassigny-un-pompier-volontaire-de-l-oise-mis-en-quarantaine-et-sa-caserne-desinfectee-1582965495 Pour l'instant on voit surtout qu'il y a des ruptures pour la vente de masques , mais on voit que de très rare personne porter le masque... Pour les magasins, pour l'instant on a pas de pb spéciale via le carrefour market de notre village , mais apparemment ça serait plus vide dans les rayons de grandes surfaces des petites villes autour du village . Mais bon on en sait pas plus. On ne dramatise pas non plus, on prend comme ça vient , mais je pense que l'on ne doit pas minimiser non plus le pb de se virus, car quand on compare avec les grippes classiques, OK, mais l'OMS nous fait pas tout un plat pour ces grippes classique qui tuent aussi , donc je pense que ça reste un truc assez sérieux se virus pour que l'OMS soit sous tension... Maintenant quand je pense à la Chine, je pense que l'on aura jamais de vrais infos vu le mode de gestion du pays très centralisé... Et pour la propagation ben la mondialisation facilite pas les choses ... Se n'est pas parce que l'on a de meilleurs connaissances et des capacités moderne qu'on aura pas un jour ( je parle du futur, hein, pas de la crise actuelle qui reste encore un "échantillon" ) une pandémie via un truc costaud. Avant ça arrivait par bateau des USA comme la grippe espagnole ou avec le transport maritime massif de soldats dans le contexte de la 1ère guerre mondiale ça a diffusé, on a donc tiré des leçons vu qu'avec la 2ème guerre mondiale on a pas connu de pb via un virus, mais avec l'avion qui s'est très bien développé via les charters et disons d'une forme d'individualisation des voyageurs, car avant pour le tourisme ça concerné peu de monde vu le coût, mon arrière grand père espagnol qui est parti chercher du travail en Argentine avait trouvait un job de cuistot sur le bateau qui l'emmené , et il y avait des quarantaine pour les passagers ( c'était pendant l'entre 2 guerre). Aujourd'hui ben on dépasse largement le nombres de personnes qui se déplacent à travers le monde que se que l'on a put connaître avec la 1ère guerre Mondiale, entre le tourisme, le travail etc... Donc ça complique bien plus la donne pour contrôler. Donc pas de panique mais faut quand même se poser des questions sur la gestion de cette crise et des problématiques rencontrée, pour réfléchir à l'avenir sur comment gérer. Bon pour moi pas je regarde ça comme ça vient , faut juste bien analyser le sujet sans être dans une vision de fin du monde, mais pas non plus minimiser un virus qui alerte l'OMS et qui est bien plus costaud qu'une simple grippe qui tue aussi mais qui elle ne met pas en tension l'OMS. Sinon pour l'économie, j'ai vu une analyse dans C dans l'air de "spécialistes" de l'économie qui découvrait que l'on pouvait être emmerdé vu que pas mal de choses étaient plus fabriqué en France vu que pas mal de choses sont fabrique en Chine.. Ben si ils s'en rendent compte seulement... C'est du factuel depuis longtemps pour nombres de français qui ont perdu leur emploi quand ça a délocalisé en Chine, mais aussi ailleurs comme dans l'UE... Enfin bref je ne me ferais jamais à ces analyses qui ont toujours un temps de retard sur le réel... Voilà pour les news de Picardie !
  18. 12 points
    Ça, pour éclater, on leur fait confiance ! *sort*
  19. 12 points
    Nouvel article (de qualité comme d'hab!) de l'ami @PolluxDeltaSeven Naval Group Starts Construction of Amiral Ronarc’h – French Navy’s 1st FDI Frigate https://www.navalnews.com/naval-news/2019/10/naval-group-starts-construction-of-amiral-ronarch-french-navys-1st-fdi-frigate/
  20. 12 points
  21. 12 points
    ça viendra sans doute, je pense même personnellement que c'est inévitable (en réalité je ne crois ni au SCAF ni au Tempest, pas dans leurs formes actuelles en tous cas). Mais on en tirera quelque chose, au moins des briques technologiques: -L'infrastructure réseau/com et les capteurs développés par Airbus et Thales peuvent servir même sans avion NGF (c'est d'ailleurs tout l'intérêt d'un système ouvert!), donc avec un Rafale NG ou un Super Typhoon. -Le nouveau moteur sera développé (c'est le souhait de SAFRAN) à partir d'un démonstrateur du format M88, et donc "Rafale compatible". -Les nouvelles techno avioniques (radar, IHM, optronique, fusion de donnée, etc.) et armement (missiles et remote carriers) peuvent aussi être parfaitement réutilisées sur un "Rafale NG", donc sans NGF. Dans l'absolu, même si le SCAF franco-allemand capote, on garde les briques technologiques obtenues par Safran et Thales, et on n'aura toujours accès à celles d'Airbus. Le seul industriel qui a quelque chose à perde à l'abandon de SCAF dans sa version actuelle c'est Dassault, si (quand?) le NGF saute. Et encore, ils seront toujours en mesure de fournir un Rafale MLU, à moins que la France ne souhaite arrêter toute production de chasseurs (je n'exclue rien, le monde à 20 ou 30 ans semble quand même assez incertain, et si on supprime la composante aéroportée de la dissuasion ça pourrait bien arriver). En tous cas, je peux vous dire que PAS UN des industriels impliqué dans le SCAF ne met tous ces oeufs dans le même panier! C'est même assez hallucinant de voir à quel point tout le monde s'arrange pour que la R&D du SCAF puisse s'appliquer même en cas d'arrêt du programme. La résilience est totale. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que certains en Allemagne poussent pour un démonstrateur de moteur basé sur le EJ200 (ce qui n'arrivera pas, il n'y a même pas débat, le moteur étant principalement anglais et pas uniquement allemand). (Je mets volontairement l'Espagne de côté puisqu'a priori leurs industriels ne devraient pas avoir de maîtrise d'oeuvre. Ils sont plus dans une optique de maintien de compétences et de stratégie industrielle que de stratégie opérationnelle) Concernant le Tempest (le sujet ici présent), c'est NETTEMENT moins évident ! Et, pour le coup, l'ensemble du projet ressemble plus à une manœuvre de stratégie déclaratoire que de stratégie des moyens. Le premier souci du Tempest, c'est le besoin opérationnel et le format des forces. Le SCAF va être vital en France (où il devra remplacer à terme l'unique appareil de combat Rafale), et quand même relativement important, voire essentiel, Allemagne (qui pourrait bien n'avoir que des Typhoon à remplacer, selon le choix fait après le retrait des Tornado). En Angleterre et en Italie, l'appareil est quand même plus difficile à justifier, le F-35 entrant à peine en service. Il va devenir un nouveau "super intercepteur" pour remplacer le Typhoon, réitérant les erreurs des années 1980. En effet, l'Italie et UK peinent déjà à se payer une centaine de F-35 chacun !! Au-delà de la question du financement du programme (on y reviendra), c'est quoi leur besoin pour le Tempest? Sans doute autour de 200 appareils chacun, chiffre qui sera au minimum réduit par 2 si on croit TOUS les exemples récents en Europe (Typhoon, Rafale, Gripen, F-35, etc.). Pas de quoi s'emballer, et surtout pas de quoi rentabiliser un tel programme! Et on en vient naturellement à la question du financement. Le Tempest a des débouchés internes au moins deux fois plus faible que le NGF, mais ses coûts de développement seront au moins équivalent (sans doute supérieurs en réalité, Dassault fait de la bien meilleure gestion que BAE). Vu l'escalade des coûts de R&D dans le secteur, ça va nous donner un appareil considérablement plus cher. Or, dans le même temps, le Brexit va sans doute secouer très fort l'économie anglaise. Les Italiens ne seront pas jouasse non plus: leur économie dépend énormément du pétrole, et le pic de production actuel couplé à une hausse des prix inévitable va leur faire très TRES mal dans les prochaines années. Concrètement, les caisses anglaises et italiennes seront vides. Vous me direz que les caisses françaises et allemandes vont pas forcément déborder de pognon non plus. C'est vrai. MAIS !! Comme je l'ai dis, si le SCAF se casse la gueule dans sa forme actuelle, on pourra toujours se diriger vers une solution low-cost, en gros garder le concept de combat en réseau mais remplacer un coûteux NGF par des Rafale NG*. Mais l'Angleterre et l'Italie n'auront pas ce choix. Ils ne vont pas pouvoir foutre un nouveau moteur Rolls Royce et un nouveau radar Leonardo dans leurs F-35 tous neufs. Chez eux, comme chez nous, l'avion du futur est un enjeu de politique industrielle. Sauf que leur Plan A est foireux jusqu'à l'os, et qu'ils n'ont tout simplement pas de Plan B. Quand, de notre côté, nous avons un Plan A relativement solide en raison de nos larges besoins internes (aviation tactique, aviation stratégique + aviation navale) et un Plan B qui maintiendrait le niveau de compétences et d'activité de nos industriels. Seul salut pour les industriels UK et Italiens? Se vendre loin. Faire monter la sauce du Tempest assez loin pour que l'ensemble ait l'air cohérent et performant, et vendre le programme clé en main le moment venu, soit dans un partenariat avec les USA (j'y crois pas vraiment), soit avec un pays émergent qui a soif de maîtrise technlogique (Turquie, pays du Golfe ou d'Asie, etc.) Sans ça, c'est tout simplement la disparition des compétences de Rolls Royce (et de Leonardo dans une moindre mesure) dans le domaine des avions de combat qui est assurée. Et d'ailleurs on m'enlèvera pas de l'idée que si le F136 avait été financé pour le F-35, le besoin pour un programme Tempest n'existerait même pas. *La situation est moins évidente pour l'Allemagne. En fait, tout va dépendre du choix pour le remplacement du Tornado, et encore. Disons que, dans tous les cas, ils pourront toujours se diriger vers une solution américaine: leurs industriels aéro et motoristes sont avant tout des sous-traitants, donc l'enjeu n'est pas aussi important pour eux que pour les Fr et UK.
  22. 12 points
    À propos de la perche fixe, un gros argument que j'ai entendu d'un pilote de retour du Mali, mais à propos d'exercices internationaux : la perche fixe n'étant pas contrainte par l'espace où se rétracter dans le nez, elle peut être sensiblement plus éloignée de l'avion, de ses turbulences. Résultat : beaucoup moins de raté pour choper le panier. Réduction du risque d'accidents, réduction du nombre d'heures d'entraînement pour le ravitaillement en vol
  23. 11 points
    j'ai eu l'occasion de le faire trois fois, une fois à satory en entraînement et deux fois dans "les sables" au milieu des dunes. Quand un char déchenille, la chenille est coincée sous le char donc il faut d'abord déplacer le char. Même avec un équipage de cuirassé de 1500 hommes vous ne pouvez pas le déplacer sans un autre engin de même gabarit. Moi je l'ai fait une fois avec un autre Leclerc et une fois avec un brave AMX30D. Dire qu'il faut un équipage de 4 hommes au moins pour recheniller, c'est hors sol. une fois que vous avez dégagé la chenille, il faut remplacer les tracks de patins abîmés, ceux qui ont été "mordus" comme on dit par le barbotin car la chenille se retrouve coincée entre le haut des dents et le dessous de caisse. Il faut des bras costauds pour soulever un track de cinq patins. L'autre solution c'est de remplacer toute la chenille (ce que j'ai fait une fois) mais une chenille pèse 2,5 tonnes, elle est amenée par un camion et il faut une grue pour la débarquer (elle est enroulée) et surtout la poser au sol bien à plat. Ensuite il faut remorquer le char à recheniller et l'aligner avec la chenille posée au sol. Ensuite il suffit de deux hommes, un pilote dans le char et un guide extérieur qui oriente le pilote. Etape suivante, attacher la chenille avec une corde pour accrocher la première dent de barbotin et faire avancer le char pour amener la chenille vers le haut. En s'aidant de la corde et avec une masse, taper sur la chenille pour ne pas qu'elle se barre sur le côté en ratant les galets de soutien. Ensuite pendant que plusieurs mecs soutiennent le brin qui pendouille, deux autres essaient d'accrocher les connecteurs. voili voilou sur la taille de l'équipage, je reviendrai plus tard sur ce fil
  24. 11 points
    Au sujet des masques, j'en suis même à me demander si le discours du "les masques ça ne sert à rien", ce n'est pas un retour à la (légendaire ?) méthode Parmentier. Je m'explique. Les masques "grand publique" ont le mérite de limiter plus ou moins fortement le risque de propagation si le porteur est contaminant, et, marginalement, de limiter le risque de contagion du porteur si il est exposé à un contaminé. Le tout en générant un peu de boulot supplémentaire (lavage, séchage, pose-dépose etc...), au final, beaucoup d'emmerdes et de contraintes (je bosse masqué, c'est clairement emmerdant) pour un bénéfice individuel faible (mais collectivement intéressant). Concretement, à l'heure de l'individualisme-roi, dire au gens "faites-vous chier mais c'est pour le bien de votre prochain", je ne sais pas si les gens auraient adhéré, notamment - à long terme. Par contre, si ils sont persuadé que le gouvernement MENT et que les masques sont nécessaires ... on arrive à leur faire prendre des mesures qu'ils n'auraient jamais eu l'intention de prendre dans un autre contexte ! Bon, ma théorie est légère (honnêtement, je ne pense pas que c'était le but visé au niveau de la com'), mais la réaction du publique va bien dans ce sens !
  25. 11 points
    Bon quelque infos sur la modernisation Finalement les 5 FLF vont déposer leur Crotales avant 2024 pour être remplacer par 2 x Sadral de recuperation ( FASM et AA) avec une revalorisation Sadral Mistral 3 Concernant les 3 premieres qui vont subir une grosse refonte avec un nouveau syteme de combat. Le Courbet le premier doit normalement renter au bassin fin septmbre pour 14 mois de refonte. Livraison prevue en janvier 2021 aprés essais en mer. Les 2 suivantes arriveront en Janvier 2022 et 2023. Revision de l'ensemble de la propulsion avec systeme de conduite automatique. Integration d'un Sonar d'un Syteme alerte torpilles de 2 x brouilleurs de 2 x Sardal et de 3 x Narwhal 20 mm ( comme sur Horizon) Nouveau systeme de veille optique nouveau radar de Navigation. Integration d'un canon à eau pour proteger la plateforme hélico . Reduction de l'equipage de 152 à 140 hommes revalorisation des logements et de la zone vie. Possibilitée embarquement 20 hommes suplementaires ( commando ou autre avec materiel ) Les 2 Autres FLF veront leur Crotale remplacer et une modernisation à minimuma En 2025 apres ASA des 2 FREMM AA et des 2 premieres FTI les 5 Fregates de type Lafayette seront réclassées en Patrouilleur de Haute Mer. Une anticipation des RSA des Avisos ( PHM) se profile à l'horizon . Même chose pour les 2 dernieres F 70 le Jean Bart à Toulon et le Latouche Treville à Brest qui seront RSA 2021 . Avec l'arrivé de la FREMM AA Alsace à Toulon en 2021 pour ses essais en mer et l'inauguration du second ponton FREMM à Brest la même année la FREMM Auvergne va remonter à Brest pour remplacer le L T A Euronaval en Octobre on en saura plus sur la serie de 10 Patrouilleurs de haute Mer NG à construire en esperant qu'ils ne passeront pas à la trappe du coronavirus.
  26. 11 points
    3 pages de HS sur ace combat, les ouvrages souterrains, l’exploration urbaine, un sinophile misanthrope qui a de la tendresse pour un ressortissant belge docteur ès union soviétique, le cv de Pic...les gars vous venez de tuer @Bechar06
  27. 11 points
    On peut sortir de ce débât ? Il est devenu stérile. Les positions de chacun ne bouge plus. Dont acte. Moi ce qui m'intéresse maintenant c'est cette apparente régionalisation de la crise à l'intérieur de chaque pays. ie : la capacité à contrarier la propagation du virus grâce au confinement. Mais est-ce que cette stratégie résistera à une seconde vague venant de pays moins structuré que la Chine ? Je parle de personnes capables pour des raisons humanitaires, sanitaires, politiques, militaires ou simplement de richesse de profiter d'une mobilité internationale et donc d'exporter le virus. Est-ce qu'il va falloir fermer un pays à toute arrivée quelque soit la provenance ?
  28. 11 points
    Je m'auto-cite, car je veux me corriger. J'ai restreint mon regard critique à l'UE, mais j'aurais dû voir plus large. Par exemple le Japon, souvent cité en exemple mystérieux de lutte réussie contre la pandémie. Très peu de cas de coronavirus, mais on ne réussit pas trop à savoir pourquoi. Au final, on invoque une forme de supériorité socio-culturelle intrinsèque (C'est marrant, les anglais disaient la même chose après la prise de Singapour, en 39-45 ...) Mais finalement, c'est peut-être parce que ... Il y a beaucoup plus de cas de coronavirus qu'annoncé. Parce que bizarrement, depuis l'annonce du report des JO de Tokyo, les alertes se multiplient au pays du soleil-levant : Des esprits mal tournés se demanderaient si le gouvernement de Shinzo Abbe a minimisé les faits, parce que ça l'arrangeait, mais c'est impossible. Ce genre d'attitude est réservée au gouvernement français, les pires dirigeants que la planète ait jamais porté (jusqu'aux prochaines élections, en tout cas Je fais confiance aux râleurs professionnels pour recycler les mêmes critiques quel que soit les hommes politiques ... :-P ) Je cite l'article : Cela tombe bien, la France a déjà commencé à mettre en pratique ce genre de pratiques : Je crois que c'est @g4lly ou @cracou (?) qui estimait que les données agrégées à une échelle suffisamment grandes apportaient des garanties correctes de préservation des libertés individuelles. Pour ce que j'en sais, la CNIL n'a pas tiqué, en tout cas pour le moment. Accessoirement, il semblerait que le RGPD de l'UE serve à quelque chose. Comme quoi, la Commission de Bruxelles est capable de faire autre chose qu'em...quiquiner le monde.
  29. 11 points
    Ou pas. Vu qu'on a pas de statistiques suffisamment fiables pour le moment qu'il y a un sandwich de responsable Chinois qui ont tout intérêt a donner des chiffres "attendu" par le gouvernement central pour être bien vu et que tout est fait pour lisser l'image renvoyé a l'international. Je rappel également que le virus vient a la base de chez eux. C'est pas qu'on a de leçon a donner mais il ne faut pas acheter la propagande du régime chinois les yeux fermé.
  30. 11 points
    Jour 2 : mon colocataire a cessé de se raser depuis onze semaines, nous avons lancé une frappe préventive contre les voisins du quatrième pour renouveler nos réserves stratégiques de papier cul et de déodorant. L'assaut s'est bien déroulé jusqu'à l'arrivée dans leur cuisine, où nous avons perdu deux de nos cochons d'Inde de combat dans un piège inhumain fabriqué avec des graines de sésame et de la Javel. Les temps sont durs, et de plus en plus de nos collègues envisagent de faire défection pour rejoindre l'Église Suprême Universelle de Saint-Macron, au deuxième. Ces fous sont prêts à se raccrocher à n'importe quel faux espoir. Moi, je ne fais confiance qu'à mon agrafeuse automatique et au bras qui la tient. La guerre... La guerre ne change jamais.
  31. 11 points
    Elle existe déjà. Voir Moscou pour sa gestion.
  32. 11 points
    Et les chrétiens, chittes, et kurdes du canton d'Afrin qui ont été chassés de chez eux par les gentils rebelles islamistes coupeurs de têtes modérés depuis 2011, eux ils peuvent crever par contre j'ai bon? Ils pourront jamais revenir CHEZ EUX, mais c'est ok, c'est ça? Le marché au esclaves d'Idlib c'est ok aussi j'ai bon? Le génocide des yazidis c'est ok aussi? https://jrs.net/fr/nouvelles/yezidis-reclament-justice-cinq-ans-apres-genocide/ Et maintenant tu veux nous faire chialer avec le devenir des familles de djihadistes? Dont beaucoup d'étrangers qui n'ont rien à foutre en Syrie et qui, si dieu existe ce qui est très fortement improbable à ce stade, ont gagné depuis belle lurette un aller simple pour l'enfer au vu des horreurs qu'ils ont commises? Ce forum n'est pas un lieu de propagande erdoganienne. Le jour où la rue turque reconnaîtra les massacres et les horreurs absolues commise par son pays au cours de son histoire sanglante, on acceptera les leçons de morale à deux balles à base d'enfants morts ouin ouin ils ont froid ouin ouin. Tes copains djihadistes ont aussi tué des enfants en France. C'était à Nice le 14 juillet 2016. Tu as oublié? NOUS PAS.
  33. 11 points
    Comme j'ai déjà dit dans un autre fil, l'Espagne est le premier client et le premier fournisseur du Maroc. Ceci dit, il est incontestable que le Maroc exerce une pression économique sur les enclaves, surtout avec des fermetures (prolongées) de frontière à l'occasion /prétexte des fêtes, musulmanes ou chrétiennes.. Au même temps, le commerce avec les enclaves est un facteur important de l'économie du Rif, en particulier des villes de Nador et Tetuan et le calme dans le Rif n'est pas un sujet anodin. En absence de réelle alternative économique au Rif, c'est un peu je tiens tu me tiens par la barbichette... L'Espagne avait proposé un plan de développement commun à la zone , refusé par le Maroc au nom du principe de la non reconnaissance de la souveraineté espagnole sur les enclaves. Sur la question des droits historiques, c'est un sujet délicat si l'on l'aborde du point de vue des susceptibilités nationales... Historiquement, ces enclaves dépendaient du Califat de Cordoue depuis le Xé siècle. Je ne rentre pas dans périodes précédentes, mal documentées; hypothèse de Tarik comte wisigoth, donc lié au Royaume Wisigoth de Tolède. Notez qu'une grande partie des musulmans espagnols étaient des paysans hispano- romains convertis, tout comme une partie des Goths, le cas le plus connu étant les Banu Qasi de la vallée de l'Ebre (Quasi arabisation de Cassius) Bref, les enclaves dépendaient d'un royaume hispanique déjà au Xé siècle. Quand le califat éclate en taifas autonomes (petits royaumes) suite à la défaite musulmane de las Navas de Tolosa (1212) les enclaves suivent le même mouvement. Pour faire bonne figure, il faudrait inclure, superposer, les deux vagues d'invasion, Almoravides du XI &XII secte Malekite née aux confins de la Mauritanie, puis Almohades jusqu'au XIIIe, mouvement puritain intégriste d'origine berbère en révolte contre les Almoravides. En résumé les enclaves ont relation de longue date avec la péninsule, La conquête (ou la reconquête selon le point de vue... ) par les portugais en 1415 (80 ans avant la reconquête de Grenade) s'inscrit dans une certaine continuité historique. Ce n'est pas un fait colonial comparable aux conquêtes européennes du 19e. Nb Les F18 de Gando (Canaries) sont les A les moins avancés. Si je ne fais pas erreur ce sont achetés d'occase à l'US Navy) Ce seront les premiers à être remplacés, par quoi je ne sais pas. Faut tenir compte du fait que les appareils de Gando sont soumis à des contraintes proches de celles d'un PA à cause des vents alises (humidité, salinité)
  34. 11 points
    Impossible: "Dans cinq jours", ça tombe un vendredi, et par convention les fins du monde ne peuvent avoir lieu le vendredi! D'ailleurs, une directive de Bruxelles a formellement codifié les fins du monde: Article 666: Les fins du monde peuvent avoir lieu à n'importe quelle date, à condition de répondre aux critères suivants: qu'elle n'ai pas lieu le jour précédant un week-end (à l'exception de la Pologne et du Danemark, où ce n'est pas le jour précédant, mais le jour suivant le week-end, et l'Italie qui n'a pas encore ratifié ce point) le mardi étant le jour de congé des salariés du secteur de la fin du monde, ce jour est également proscrit (sauf en France où ce n'est pas le mardi, mais le deuxième jour après le dimanche) que ce soit une année bissextile impaire Que la fin du monde ait été déclarée via le formulaire v47bis/rose quarante jours avant l'échéance, et ait été validée dans l'ordre chronologique par: Dieu Chuck Norris Le conseil Megrathmoileux Ben "Bouddha" London Toute fin du monde contrevenant à n'importe laquelle de ces conditions sera immédiatement déclarée illégale, et par conséquent caduque! Tu comprend donc pourquoi la fin du monde ne devrait pas avoir lieu dans cinq jours (quatre maintenant).
  35. 11 points
    Hmm, dark sidius qui s'excite pour un avion de chez Dassault et est le prolongement naturel du Rafale ? Les admins devraient vérifier qu'il n'y a pas eu de piratage. Je parie que c'est Patrick qui nous joue un tour ! EDIT : ah ben non, c'est juste qu'il croit qu'on veut faire une daube à la Lockheed, en fait. Faut te calmer, sidius, c'est pas du Lockheed : l'avion est supposé voler.
  36. 11 points
    Bon ne trainez pas trop sur mon trolling accidentel. Celà dit d'après le pilote du B301 et Pascal Kummerling, les tests du Rafale ont été super bien réussis.
  37. 11 points
    En préalable à ce que je vais dire: Une seule cause à la mort de nos deux soldats, les seuls coupables: les terroristes! Personne d'autre. Je suis fier de nos deux soldats qui sont morts pour que d'autres vivent, qui sont morts pour la liberté, entre autre, pour être à même d'aller ou l'on veut. J'espère que ce sacrifice, amènera d'autres touristes à ne plus donner de l'or en barre aux terroristes. J'espère ... Certes je considère qu'en aucun cas le terrorisme ne doit gouverner, ni dicter notre liberté d'action, mais dans le cas qui vient de se dérouler, on parle de distraction et de voyage, on parle surtout de favoriser par nos actes, le travail des terroristes, on parle de menacer indirectement la vie d'autres personnes. En tout cas, merci, à ceux qui sont morts, pour nous, pour que l'on puisse continuer de vivre. je suis très triste, mais fier d'eux.
  38. 10 points
    Et la réponse de la France à la Chine : https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-france-repond-a-la-chine-de-se-concentrer-sur-la-lutte-contre-le-covid-19_fr_5ebb90afc5b6b58e4cc9dc6f C'est une réponse que je qualifierai volontiers de "chinoiserie".
  39. 10 points
    (source : Complots faciles pour briller en société) Je la dédierais bien à certains sur ce forum, mais ils s’en froisseraient peut-être...
  40. 10 points
    Selon une modélisation de l'École des hautes études en santé publique, le confinement a permis de sauver un minimum de 61 700 vies en France entre le 19 mars et le 19 avril. Ceci sans tenir compte « de tous les patients qui seraient morts faute de soins si les hôpitaux avaient été débordés ». Ni des décès en maisons de retraite qui auraient été plus nombreux. Ça représente nettement plus de 1 vie sauvée par minute de confinement national dans cette période.
  41. 10 points
    Comme tout syndrome viral intense elle peut se presenter avec des douleurs musculaires et articulaires marquées. Sinon la prose d'Onfray, c'est de la merde tellement c'est outrancier (ou comment reprocher aux autres ce que je viens de faire sur une page complete cad etre grossier, caricatural et approximatif) Si c'est ca le niveau des philosophes aujourd'hui, entre lui et BHL, y'a Descartes qui demande a ce qu' on lui rende sa France
  42. 10 points
    Ah Biomerieux,tout un poeme Les seuls a developper des reactifs et des techniques pour lesquelles il faut aussi imperativement leurs appareils pas compatibles avec ceux de la concurrence et vendus a un prix prohibitif. A ce demander si les managers ont pas été formés chez Apple ou LM (Pouf pirouette F35 du jour)
  43. 10 points
    Déjà d'où tu écris que je critique facile depuis la terrasse de ma maison ? Tu le veux mon recul, ben le Vla ! Pour moi le confinement ça fait quasiment depuis 2017 que j'y suis malgré moi, accident du travail grave avec neurochirurgie derrière, et toujours sous traitement de morphine . Et comme la loi de Murphy est toujours pas loin je suis devenu diabétique en 2018... Donc les sorties c'est pas tout les jours et avec les consignes au tout début de la crise, personne n'est sorti, sauf mon épouse pour les courses . Mon lit est au rez de chaussée depuis 2017, fini de monter à l'étage, sauf pour me laver... Vu que la salle de douche est la haut... Et malgré tout on vit entre le salon devenu ma chambre , la cuisine, les chiottes et la douche et 1 chambre pour ma cadette ... Donc je vais pas plaindre cette famille... Quand on a commençait à avoir les cas dans l'Oise, on a suivi exactement se qui était dit par le gvt mais on a vu aussi la dégradation de la situation, et pas de sortie pour moi, ma femme et ma fille cadette hors cadre achat de nourriture. Donc on habite la campagne, mais on ne sort pas, on reste enfermé comme les consignes sont donné. Et hormis prendre l'air à la porte, pourtant on du terrain derrière, ben on ouvre juste la porte où juste la fenêtre. Donc oui sans le contexte où bien avant on a compris que le virus se répendait on a pas attendu de s'auto discipliné. Et je peux dire que pour moi avec l'automne, l'hiver, mon environnement c'est déjà le confinement à la pièce du bas qui nous sert de salon. Donc plusieurs mois comme ça... Et vu la crise, tout le monde sans paniquer à anticipé en restant prudent, pour le peu que j'en vois vu que je sors pas, personne n'est dans les jardins au soleil, les gosses sortent pas , vu que l'idée de confinement on a pas attendu. Et pour mon épouse qui est suivi pour une pneumonie chopper il y a 4 ans, c'est plus compliqué car elle fait aussi parti des personnes à risque ( moi aussi) , mais elle va faire les courses avec notre fille cadette vu que je ne peux plus conduire ni porter quoi que ce soit (et ça, c'est très frustrant depuis 2017) ... Et on s'aide entre vosins , pour avoir un transport pour les courses vu que le magasin et à l'autre bout du village. Moi quand un texte commence en mode on part juste avant alors qu'on savait déjà que le virus peut-être aussi répandu et on le savait déjà avant les annonces de confinement , on participe au risque de le diffusée, et quand on descend en bagnole, on s'arrête pour faire le plein... Donc pas à l'abri... Idem pour ceux qui prennent le train, eux c'est pire. Pour le reste comparé ça a juin 1940, désolé mais non, surtout pas ! Jouer la trame émotionnelle dramatique du départ du voyage via l'image de juin 40, non rien à voir avec cette crise et le départ de la ville pour ces gens là. D'autres parisien subissent sans avoir le choix, et nous ici on a beau être dans un autres cadre, personne ne sort et reste confiné. On a aussi 2 quartier dans le village où les gens vivent dans des petits bâtiments à étage, et pas la place pour circuler vu les clapiers à lapin que c'est ... Et personne ne sort vu qu'on reste en contact téléphonique ... Quand on lis se texte, tout le long de l'année les gens ne descendent pas et donc comment font les vieux d'habitude ? Ben sur place ils peuvent compter sur le voisinage ou de la famille . Donc désolé mais la priorité pour eux a surtout était de partir... Et pour le confinement j'ai sûrement pas de leçon à avoir de ces gens là... Alors non, je ne regarde pas tout ça depuis ma terrasse... Mais bien enfermé chez moi. Edit : ma 2ème fille vit seule ( avec son chat) en ville, et elle a pas un appartement grand standing, où une maison, et elle se plaint pas malgré l'isolement et l'étroitesse de se tout petit logement... Enfin bref...
  44. 10 points
    Je vous retransmets le petit coup de gueule d'un médecin de ma connaissance, avec qui j'ai fait un skypero hier soir, au sujet de la pénurie de masque ... "Jusqu'en 2013, la gestion des stocks de masques était centralisée par l'Etat. En 2013, il a été décidé que cela devait être les employeurs qui géreraient leurs propres stocks, pour faire face directement à la crise qui pourrait les toucher (cabinets de médecins, hôpitaux, commerces de première nécessité, industries vitales, etc.). Moi (lui), la SCM qui gère mon cabinet a acheté des masques FFP2 pour tenir 2 mois pour tout le personnel, fait tourner le stock avec les péremptions, ainsi que des masques chirurgicaux pour en distribuer à TOUS les patients sur la même période. Ca nous (lui) a coûté cher, mais c'était conforme aux directives. Les autres, ceux qui se plaignent maintenant de manquer de moyen, ils ont fait quoi pendant ce temps ? Et qu'est-ce qu'ils ont fait de l'argent économisé ?" Lui est médecin de ville et régulateur au 15 à mi-temps. Il est très, mais alors très, très, très réservé vis à vis des autres médecins libéraux qui crient au scandale de la non-dotation par l'état en moyens de protection. Lui est favorable au maintien ouvert des cabinets qui ont respecté leurs obligation d'équipement, et à la fermeture (administrative) de tous les autres, avec réquisition de leurs personnels pour les grands centres de soin (hôpitaux, etc.). C'est plutôt punitif comme vision, mais ça s'explique par son vécu.
  45. 10 points
    Tout fout l'camp ! Le salon du survivalisme n'aura pas résisté au coronavirus
  46. 10 points
    THE FRENCH BREXIT SONG Amanda Palmer, Sarah-Louise Young & Maxim Melton
  47. 10 points
    Bientôt on dira, de façon plus classe, "ça part en brexit".
  48. 10 points
    C'est quand même extraordinaire. Un type se comporte comme un dictateur en fermant le Parlement et on arrive à accuser Merkel et l'UE...
  49. 10 points
    L'Air Fan spécial Rafale donne plein d'infos sur les différents standards: F3R: - IFF mode 5 & mode S - système anticollisition avec le sol AGCAS - Meteor - GBU-16 - AASM block 3 (avec choix de la fusée airburst/contact/retard pendant le vol) - Talios - amélioration RBE2, Spectra et L16 (avec introduction d'un chat) - Nacelle ravitaillent NG Narang (2x plus de débit) F4.1 (au CEAM en 2023): - viseur de casque - nouvelles visu latérales couleur (pour les images Talios) - améliorations spectra (localisation rapide 3D, nouveaux modes de brouillage, extension dans les bandes hautes) - nouvel IRST - amélioration des modes SAR et GMTI du RBE2 (je crois qu'à chaque standard ils annoncent ça, je me demande si c'est de l'amélioration continue ou si c'est décalé à chaque fois) - amélioration IFF - aide à l'appontage "magic carpet" (comme l'US Navy) - AASM 1000 - Scalp RNV (durci contre le brouillage GPS) - ASMP-A RNV F4.2 (au CEAM en 2025): - récepteur Galileo - satcom - radio omnidirectionnelle VHF haut débit Contact - routeur interne durci contre les menaces cyber - voie infrarouge identification sur l'OSF (la voie TV ne fonctionnant que de jour) - améliorations de la rapidité de Spectra - amélioration des capacité RBE2 pour détecter les drones civils - brouilleur stand-in propulsé, embarqué dans l'emplacement d'un lance-paillettes (!) (j'imagine que c'est parce qu'on n'a pas envie de requalifier des configurations avec un brouilleur en point avant gauche) - Mica NG Futurs standards: - leurres électromagnétiques actifs - liaison haut débit directionnelle en bande Ku (on attend la définition d'un standard OTAN) - antennes tuile en GaN - FMAN/FMC Y'a aussi la liste de PEA: CAPOEIRA (connectivité), CARAA (radar), MELBAA (radar), INCAS (spectra) et DEDIRA (furtivité + spectra) En parallèle il y a une roadmap Talios indépendante avec: - détection automatique de cibles par réseau de neurones - fusion de l'imagerie sur un fond de carte
  50. 10 points
    C'est bien un problème qu'on retrouve souvent chez nous, celui du "mépris" et de la sous-estimation de l'adversaire qui fait souvent dire à certains que ceux d'en face ne valent pas le prix de nos opérations, de l'heure de vol d'un avion de chasse, d'une bombe, qu'il faudrait presque y aller en P4 avec des pistolets et des couteaux, pour achever ces "misérables" et pauvres ennemis capable de rien, incapable de tout. Non on doit arrêter de mépriser à ce point l'adversaire car on finit trop souvent par regarder nos interventions sous le spectre financier et non humain. Si on a pris l'habitude de ne pas avoir beaucoup de morts, c'est justement par ce qu'on y met des moyens et ceux qui passent leur temps à chercher des économies, ils doivent comprendre que si on doit se mettre au "niveau" de l'ennemi, il faudra payer avec du sang et des larmes. Mais là, étrangement, les mêmes diront vouloir "plus de moyens" pour réduire les pertes humaines, incohérence totale dans l'analyse, je remarque souvent ce genre de comportements. Une opération comme celle-ci demande de se rapprocher le plus possible des otages, dans le silence, pour ne pas laisser le temps à l'ennemi de réfléchir à la situation et de tuer les otages.On se retrouve donc proche de lui à une distance ou un piètre combattant peut tirer à la hanche avec sa kalash sans visée, en touchant facilement nos gars qui sont à quelques mètres. Et non, un gilet pare-balles et un casque ça ne protège pas totalement un soldat, une balle dans la jambe, en quelques secondes vous pouvez vous vider de votre sang (artères).