Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 08/08/2021 in all areas

  1. The Art of Dissuasion Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) L'art de la dissuasion LE 7 AOÛT 2021 PAR CAPORAL FRISKIN AIR, FINLANDE, FRANCE Lorsque l'ambassadrice de France en Finlande, Mme Cukierman, commence à parler d'armes nucléaires dans ce qui est ostensiblement un argumentaire de vente pour le Rafale de Dassault comme prochain avion de combat de la Finlande, et qu'elle est suivie par un représentant de la société qui s'attarde également sur le fait que le Rafale est doté d'une capacité nucléaire, on pourrait penser que quelqu'un d'un fabricant d'eurocanards concurrent a saboté leurs arguments. La Finlande et la France étant toutes deux membres de longue date du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP). Cependant, nous assistons en fait à nouveau à un phénomène que j'ai évoqué à de nombreuses reprises sur ce blog : Le Rafale est en quelque sorte une aberration dans la compétition HX, tant au niveau de l'offre elle-même que du marketing. Et une fois que l'on a accepté cela et que l'on a surmonté le premier choc de la rencontre (au sens figuré) avec l'Air-Sol Moyenne Portée-Amélioré à Kaivopuisto, il s'avère que cette fois encore, il y a de bons arguments dans le message français. Des livres ont été écrits sur la France et ses armes nucléaires, mais en résumé, la France a une stratégie de contre-valeur, c'est-à-dire qu'elle vous fera tellement mal que cela n'en vaut pas la peine. Cela inclut la curiosité française d'une frappe "pré-stratégique" avec une arme aérienne lorsque les intérêts vitaux de la France sont menacés, comme un dernier avertissement à l'ennemi de se retirer ou d'affronter toute la colère de l'arsenal nucléaire français, mais la question de savoir si ce plan est toujours en vigueur fait l'objet d'un débat. Aujourd'hui encore, les Français accordent une grande importance à la composante aéroportée de leurs armes nucléaires et ont refusé toute tentative politique de se doter uniquement de SNLE comme leurs homologues britanniques (notez également que si les Français voient une utilité aux armes à faible rendement, il ne s'agit pas d'armes tactiques dans la doctrine française mais simplement d'armes stratégiques plus petites). Le fait est que la France accorde une très grande importance à sa dissuasion nucléaire indépendante, la Force de dissuasion, et pour qu'elle fonctionne comme une force de dissuasion, tout le monde - amis et ennemis confondus - doit être absolument sûr que si le Président donne l'ordre, le résultat sera vraiment le feu et le soufre sur la cible visée. Et le Rafale est choisi pour être l'auteur de cette destruction. En d'autres termes, il est de l'intérêt stratégique vital de la France que le Rafale soit suffisamment fiable pour être prêt pour une mission 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an. Annuler un brouillage QRA en raison de problèmes de maintenance est embarrassant, annuler une frappe nucléaire peut signifier la destruction de votre pays. Paris fait confiance au Rafale pour être prêt si l'appel devait se produire, et s'entraîne à la mission complète plusieurs fois par an sous le nom de code "Poker". C'est autre chose par rapport aux promesses de certains niveaux de disponibilité d'ici 2025. Le deuxième point est tout aussi important, à savoir que les Français font confiance au chasseur pour atteindre sa cible, quels que soient le moment et l'endroit où il se trouve. Il est vrai que l'ASMP-A offre une certaine distance de sécurité (probablement de l'ordre de 300 à 500 km), mais comme vous ne pouvez pas choisir vos cibles de contre-valeur (on peut s'attendre à ce qu'elles se trouvent profondément derrière les lignes ennemies et qu'elles soient plutôt bien défendues), peu importe qu'il y ait une "bulle A2/AD" sur votre chemin - vous devez être capable de la traverser. Et là encore, Paris est convaincu que le Rafale peut se frayer un chemin à travers tout ce qui se présente sur son chemin. Le SCAF et l'ANS4G sont peut-être à l'horizon, mais le Rafale passera très probablement encore des décennies avec la mission de frappe nucléaire (notez que le Mirage 2000N antérieur n'a été complètement retiré qu'en 2018). Tous les systèmes SCAF devraient être en place vers 2040, bien que ce soit un calendrier ambitieux et qu'il s'agisse probablement plus d'un IOC que d'un FOC. Les forces de défense finlandaises sont résolument conventionnelles, mais elles ont besoin d'être sûres des deux mêmes choses que leurs homologues françaises : que leurs chasseurs sont disponibles et utilisables lorsqu'on les appelle, et qu'ils seront capables de survivre dans des conditions hostiles aujourd'hui et demain, jusqu'en 2060. Et il existe peu de meilleures garanties qu'une chose restera à jour qu'une grande puissance qui la considère comme un intérêt national vital. Comme nous l'avons déjà évoqué sur ce blog, le Rafale en lui-même est plutôt une bonne chose pour la Finlande. Bien que la nature orientée vers le territoire national du FDF signifie qu'il ne va pas s'envoler pour Tahiti de sitôt, la possibilité de charger du carburant supplémentaire pour une endurance prolongée lors des missions de police aérienne est appréciable. L'utilisation d'opérations à très basse altitude et d'une guerre électronique avancée pour opérer à portée des capteurs et des armes russes est également une caractéristique intéressante qui correspond bien au type de transformation Boucles d'or que les FDF aiment : se baser sur les CONOPS finlandais actuels avec des mises à niveau évolutives plutôt que révolutionnaires. La politique française de sécurité nationale est également assez bien alignée sur la politique finlandaise en ce qui concerne le point principal selon lequel la sécurité doit reposer sur des capacités souveraines, qui sont ensuite soutenues par des niveaux multiples de partenariats et de capacités permettant des opérations communes. Le fait qu'il s'agisse de la seule offre exempte d'ITAR mérite également d'être souligné, car même les entreprises américaines sont suffisamment confrontées à la bureaucratie américaine en matière de contrôle des exportations pour y voir un argument de vente (voir l'ATS de Boeing). De la même manière que pour BAES, le message de la liberté totale d'exploiter l'avion et tous les systèmes de soutien est un élément clé de l'offre, et même si la Finlande dispose actuellement d'un modèle basé aux États-Unis qui fonctionne apparemment bien, il est difficile de surestimer la tranquillité d'esprit que la "pleine autonomie immédiate" promise apporterait dans l'ère post-Trump. Mais que contient exactement le BAFO ? Dassault, qui n'est pas du genre à être trop bavard, a choisi de ne pas commenter les chiffres. Cela me semble moins inquiétant que le fait que BAES ne fasse pas de même, précisément parce que Dassault (contrairement à BAES) a adopté une politique plus fermée en matière de communication. Néanmoins, il serait agréable d'entendre un chiffre "6x" comme confirmation. Au lieu de cela, la ligne officielle est que l'offre couvre : En ce qui concerne l'armement, il n'y a pas de déclaration, mais il est clairement indiqué que les graphiques montrés aux médias réunis ne sont pas le fruit du hasard, mais qu'ils ont été conçus pour accompagner les événements médiatiques HX. En tant que tel, on peut en conclure pas mal de choses. Partie de la diapositive montrée aux médias finlandais et montrant les charges opérationnelles prévues sur la base des armes proposées dans le BAFO. Source de l'image : Dassault Aviation La première chose qui ressort est que les Français s'attendent à ce que leur amour des réservoirs de largage externes soit transféré en Finlande en cas de victoire. Alors que les Hornets finlandais sont régulièrement vus avec des configurations de réservoirs externes typiques de l'USN, je pense toujours que la configuration complète à trois réservoirs est un peu excessive pour les vols quotidiens finlandais. Quoi qu'il en soit, ce n'est pas le détail le plus intéressant ici. Au centre se trouve la charge air-air complète. Il est à noter que Dassault a débloqué deux emplacements supplémentaires pour le Meteor par rapport à la configuration AAE actuelle, ce qui porte le total à quatre Meteor à très longue portée, deux MICA IR à moyenne portée avec des viseurs infrarouges à imagerie, et deux MICA EM à moyenne portée avec des viseurs radar actifs. Cette charge est moins importante que celles de certains concurrents (comme l'Eurofighter avec six Meteor et deux ASRAAM ou le Gripen avec sept Meteor et deux IRIS-T), mais elle reste dans la fourchette haute de ce que l'on peut attendre d'une charge opérationnelle en temps de guerre et elle brûlera les stocks de missiles à un rythme impressionnant dès que vous commencerez à voler à un rythme élevé. Les stations Meteor supplémentaires ont été identifiées depuis longtemps et des essais préliminaires ont été effectués, mais jusqu'à présent, la France a décidé de ne pas investir dans le travail de certification final. L'option la plus intéressante est celle du haut à gauche, qui consiste en un chargement antinavire comprenant un seul missile antinavire AM39 Exocet à visée radar, ainsi que les deux Meteor et deux plus deux MICA pour l'autodéfense. Par rapport aux formulations initiales plus prudentes données lors des premières étapes du HX, il semble maintenant évident que l'armée de l'air finlandaise envisage sérieusement d'équiper la plate-forme HX d'armes cinétiques antinavires. L'Exocet actuel est bien loin de l'arme originale qui a fait des ravages aux Malouines et dans le Golfe dans les années 80, mais sa conception de base est toujours celle que les FDF préfèrent lorsqu'il s'agit de tuer des navires : gros, lent, avec un viseur radar actif et une ogive sérieuse. Il est peu probable que l'arme antinavire proposée soit un facteur décisif, mais la marine finlandaise approuvera très probablement d'un signe de tête s'il s'avère qu'elle reçoit un appui pour les Exocet lancés par voie aérienne. En bas à gauche et au centre, on trouve des modes air-sol plus traditionnels avec la série française de missiles guidés AASM "Hammer" (la bombe de base est équipée d'une unité de propulsion par fusée ainsi que d'un kit de guidage). Les versions particulières de cette famille d'armes modulaires montrées dans la présentation sont évidemment quelque peu difficiles à déduire, mais on peut dire sans risque de se tromper que la version de gauche montre trois armes de 1 000 kg (qui seront introduites sur le F4-standard) tandis que celle du milieu montre la version opérationnelle avec six armes de 250 kg. Les deux chargements comportent également deux MICA IR et deux Meteor pour l'autodéfense. L'armement de frappe lourde est présenté dans le coin inférieur droit et, sans surprise, il comprend deux missiles de croisière lourds SCALP (Storm Shadow) ainsi que des missiles MICA IR et Meteor. Rien d'étrange ici, et ce chargement est également utilisé par l'armée de l'air française. L'image en haut à droite est la plus intéressante, car elle présente une alternative typiquement finlandaise qui, je crois, n'a jamais été abordée dans aucun autre accord. Nous avons rien de moins que quatre missiles JSM (ainsi que deux MICA et deux Meteor). Avec l'Exocet qui fournit le missile antinavire lourd et sur la base du matériel fourni par Dassault l'année dernière à Kauhava, il semble évident que c'est l'arme SEAD/DEAD de choix pour les cibles qui sont juste un peu trop dangereuses pour que l'on veuille amener l'AASM au combat (bien qu'il puisse aussi tuer des navires). La façon dont cela correspond à l'exigence d'un standard aligné sur l'utilisateur principal n'est pas claire, et le trou dans l'armement du Rafale entre l'AASM et le SCALP est, pour autant que je sache, le seul exemple dans HX où un concurrent a dû intégrer une nouvelle capacité pour couvrir les exigences finlandaises (la décision politique suédoise d'acheter ce que la Finlande fait en cas de victoire du Gripen étant évidemment une exception). Bien qu'il y ait des avantages et des inconvénients à utiliser un détecteur de signaux par rapport à une arme plus traditionnelle dans le rôle SEAD, le JSM n'est pas nécessairement une arme plus mauvaise dans ce rôle par rapport à quelque chose comme l'AARGM-ER, car si le ciblage devient plus compliqué, il offrira au contraire une plus grande flexibilité pour toucher d'autres types de cibles comme les grandes TEL et les nœuds C2/C3. Certains prétendent que la liaison de données utilisée par le Rafale pour le Meteor n'est pas optimale pour cet usage, car elle a été conçue à l'origine pour être utilisée avec le MICA. Bien que Dassault n'ait pas fait de commentaire sur ce point précis, la société a fait remarquer que le Rafale dispose d'une liaison de données avancée utilisée à la fois entre les avions et entre les armes. Cela permet, entre autres, l'identification passive collaborative où les chasseurs partagent les données des capteurs passifs, et fusionnent les données des capteurs pour fournir des solutions d'identification et de tir. Une autre possibilité consiste à transférer le guidage à mi-course du Meteor à un autre Rafale, ce qui permet par exemple à un Rafale de s'approcher passivement et de tirer l'arme, après quoi il se détourne et un deuxième Rafale dont le radar est actif à distance de sécurité prend en charge le guidage du missile. Comme l'a souligné le major-général (retraité) Joel Rode, l'important n'est pas tant de transporter le Meteor que de savoir comment l'intégrer dans les sous-systèmes de l'avion et comment l'utiliser. Et là, Dassault est très satisfait du travail accompli. Le prochain MICA NG, qui sera en ligne au moment où le HX atteindra sa pleine capacité opérationnelle, est également destiné à améliorer considérablement le punch à courte et moyenne portée de l'avion, avec de nouveaux autodirecteurs pour les deux versions et un nouveau moteur de fusée à double impulsion qui non seulement donnera une plus grande portée, mais améliorera considérablement la manœuvre vers la fin de l'engagement. À l'appui de ses capacités passives, le SPECTRA et ses systèmes associés ont généralement reçu des notes élevées et, selon Dassault, le système a été décrit par des officiers finlandais participant à un exercice de la série MACE d'exercices de recherche et d'essais de l'OTAN pour les systèmes et tactiques d'autoprotection des avions en Slovaquie comme "la référence" en termes de capacité de détection et de brouillage. En ce qui concerne le monde très complexe de la guerre électronique, Dassault est le seul concurrent à proposer une combinaison de chasseurs monoplaces et biplaces pour un usage opérationnel général. Ironiquement, la meilleure description de la valeur des biplaces opérationnels en HX a peut-être été fournie par Saab avant que l'exigence d'"alignement sur l'utilisateur principal" n'empêche l'inclusion du 39F dans son BAFO : Saab aurait pu être incapable de poursuivre, mais comme la France utilise une flotte mixte de Rafale B/C pour des missions opérationnelles, elle est heureuse de l'utiliser. Comme mentionné, les chiffres exacts ne sont pas fournis, mais Benjamin Gardette, directeur de la campagne HX, note que la combinaison de 57 monoplaces et de 7 biplaces de l'armée de l'air finlandaise est bonne si vous souhaitez uniquement utiliser ces derniers comme plate-forme de conversion/formation, mais que si vous souhaitez une utilisation opérationnelle, vous devez probablement augmenter le nombre de biplaces. Pour donner une idée des chiffres qui pourraient être impliqués, je crois savoir qu'actuellement deux des cinq escadrons opérationnels de Rafale (sans compter les unités de test et d'évaluation ou d'UCO, ni les unités déployées à l'avant) utilisent le biplace pour des missions de frappe complexes, tant conventionnelles que nucléaires. Pour une flotte hypothétique de 64 avions, cela signifie 26 biplaces. Saab prévoyait d'offrir 12 biplaces (18 % du nombre total d'avions de combat), ce qui est un nombre plus proche de ce que j'attendrais de la Finlande, compte tenu du manque actuel de spécialistes WSO/EW dans la force de combat et du fait que la mission nucléaire n'est pas nécessaire. Il s'agit toutefois d'une pure spéculation de ma part, et il serait intéressant de voir où se situe le chiffre final. Il est également fort possible que le BAFO comprenne des options permettant d'ajuster le ratio à la hausse ou à la baisse par rapport au chiffre suggéré par Dassault. En ce qui concerne la participation industrielle, Dassault estime que le résultat pourrait atteindre 5 000 emplois, après avoir calculé les emplois directs et indirects. Ce chiffre est élevé, mais correspond à peu près aux chiffres publiés par Saab et BAES. Ce n'est pas vraiment surprenant, étant donné que les cinq paquets de participation industrielle visent à couvrir des sommes à peu près similaires. Un détail plus intéressant et potentiellement plus important est que Dassault mentionne qu'il offre des "droits de propriété intellectuelle libres d'utilisation". La réglementation en matière de DPI est un domaine juridique hautement spécialisé, aussi j'éviterai de m'y aventurer trop loin, car je risque de me tromper. Cependant, à un niveau élevé, on peut conclure sans risque que la libre utilisation des DPI est une affaire importante, et probablement une affaire plus facile à offrir pour les concurrents européens que pour les concurrents américains. Il est indéniable que le choix du Rafale constituerait un changement majeur dans les modèles de coopération bilatérale pour les FDF en général et l'armée de l'air finlandaise en particulier, et qu'il s'agirait d'un résultat surprenant de l'HX. Des questions persistantes se posent également quant au coût et à la disponibilité d'un réapprovisionnement rapide des stocks d'armes plutôt uniques proposées avec l'avion, et la volonté de la France de vendre des systèmes et des plates-formes de haute technologie à quiconque a de l'argent (y compris la Russie) soulève des préoccupations politiques. Pourtant, il y a beaucoup à dire sur les raisons pour lesquelles le Rafale est intéressant pour la Finlande, y compris non seulement les performances de la plate-forme elle-même, mais aussi la façon dont elle s'intègre dans le concept d'opérations finlandais et la souveraineté qu'elle offre. L'argument de vente unique d'un chasseur biplace apte au combat peut également s'avérer être un atout dans leur manche si cela se passe bien dans les wargames de la FDF. L'annonce du HX pourrait bien devenir un moment décisif pour la sécurité nationale finlandaise, mais accroître l'attention que les forces armées françaises accordent aux développements autour de la mer Baltique ne serait pas un mauvais résultat en soi. Même en tant que plate-forme conventionnelle, le canard né à côté de la Côte d'Argent apporterait certainement une certaine dissuasion dans le ciel finlandais.
    9 points
  2. Petite question : peux-tu nous rappeler combien il y a de travailleurs transfrontaliers en Australie et en Nouvelle Zélande s'il te plait ?
    5 points
  3. m'enfin, ta reaction de newbie, ta jeunesse ici, ton pseudo humoristique nous font aussi penser que tu es un petit peu troll..
    3 points
  4. David Brooks est l'homme qui a inventé le terme de "bobo". Guy de Maupassant avait bien parlé des bourgeois-bohème, mais la contraction "bobo" comme alternative au terme de "yuppy", déprécié, c'est Brooks avec son livre "Bobos in Paradise" publié en juin 2000. Dans l'article suivant de The Atlantic, il remet l'ouvrage sur le métier : https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2021/09/blame-the-bobos-creative-class/619492/ (septembre 2021) Comment les bobos ont brisé l'Amérique La classe créative était censée favoriser les valeurs progressistes et la croissance économique. Au lieu de cela, nous avons obtenu du ressentiment, de l'aliénation et un dysfonctionnement politique sans fin. Au plus tard en l'an 2000, l'économie de l'information et le boom technologique ont inondé d'argent les personnes les plus instruites. Elles ont dû trouver des moyens de dépenser leurs grosses sommes d'argent tout en montrant qu'ils ne se souciaient pas des choses matérielles. Elles ont donc mis au point un code élaboré de "financièrement correct" pour afficher leur sensibilité supérieure. Dépenser beaucoup d'argent dans une pièce autrefois utilisée par les domestiques était socialement défendable : un lustre en cristal à 7 000 dollars dans le salon était vulgaire, mais une cuisinière AGA de 59 pouces à 10 000 dollars dans la cuisine était acceptable, signe de votre expertise gastronomique. En ce qui concerne l'esthétique, la douceur était artificielle, mais la texture était authentique. La nouvelle élite abîmait ses meubles, utilisait des planches d'usine remises à neuf dans ses grandes salles et portait des chandails rugueux fabriqués par d'anciens opprimés du Pérou. Deux ans plus tard, Richard Florida publiait The Rise of the Creative Class, qui vantait les avantages économiques et sociaux que produisait la classe créative, c'est-à-dire, plus ou moins, les mêmes scientifiques, ingénieurs, architectes, financiers, avocats, professeurs, médecins, cadres et autres professionnels qui composent les bobos. Une richesse énorme était générée par ces personnes très instruites, qui pouvaient transformer de nouvelles idées en logiciels, en divertissements, en concepts de vente au détail, etc. Si vous voulez que votre ville soit florissante, il faut attirer ces personnes en garnissant les rues de galeries d'art, de rangées de restaurants et d'équipements culturels. La Floride a utilisé un "indice gay", fondé sur l'hypothèse selon laquelle les quartiers comptant un grand nombre d'homosexuels sont le genre d'endroits tolérants et diversifiés où affluent les membres de la classe créative. "La classe éduquée ne risque pas de devenir une caste repliée sur elle-même", écrivais-je en 2000. "Toute personne ayant le bon diplôme, le bon emploi et les bonnes compétences culturelles peut en faire partie". Cela s'est avéré être l'une des phrases les plus naïves que j'ai jamais écrites. Les bobos - ou les X, ou la classe créative, ou quel que soit le nom que vous voulez leur donner - se sont regroupés en une élite brahmanique insulaire et endogame qui domine la culture, les médias, l'éducation et la technologie. Pire encore, ceux d'entre nous qui font partie de cette classe ont eu du mal à admettre leur pouvoir, et encore moins à l'utiliser de manière responsable. Comme le rapporte Elizabeth Currid-Halkett dans son livre The Sum of Small Things publié en 2017, les parents aisés ont augmenté leur part des dépenses éducatives de près de 300 % depuis 1996. En partie à cause de cela, l'écart des résultats aux tests entre les élèves à haut et bas revenus s'est accru de 40 à 50 %. Les enfants de méritocrates aisés et bien éduqués sont donc parfaitement placés pour prédominer dans les universités d'élite qui sont à l'origine du statut social de leurs parents. Environ 72 % des étudiants de ces collèges sont issus du quart le plus riche des familles, tandis que seulement 3 % sont issus du quart le plus pauvre. Une étude de 2017 a révélé que 38 écoles - dont Princeton, Yale, Penn, Dartmouth, Colgate et Middlebury - attirent plus d'étudiants issus des 1 % les plus riches que des 60 % les plus pauvres. De 2007 à 2017, "la population des jeunes âgés de vingt-cinq à trente-quatre ans ayant fait des études supérieures a augmenté trois fois plus vite dans les centres-villes que dans les banlieues des cinquante plus grandes zones métropolitaines américaines". Les 50 plus grandes zones métropolitaines du monde abritent 7 % de la population mondiale mais génèrent 40 % de la richesse mondiale. Six zones métropolitaines seulement - la baie de San Francisco, New York, Boston, Washington, San Diego et Londres - attirent près de la moitié du capital-risque de haute technologie dans le monde. "Au cours des quinze dernières années, écrit Florida [en 2017], neuf zones métropolitaines américaines sur dix ont vu leur classe moyenne se réduire. À mesure que la classe moyenne s'est vidée de sa substance, les quartiers de l'Amérique se divisent en grandes zones de concentration de désavantages et en zones beaucoup plus petites de concentration de richesse". Selon lui, les grandes zones métropolitaines américaines les plus ségréguées par profession sont San José, San Francisco, Washington, Austin, Los Angeles et New York. Troisièmement, nous en sommes venus à dominer les partis de gauche dans le monde entier, qui étaient auparavant des véhicules pour la classe ouvrière. Nous avons poussé ces partis plus à gauche sur les questions culturelles (en privilégiant le cosmopolitisme et les questions d'identité) tout en atténuant ou en inversant les positions démocrates traditionnelles sur le commerce et les syndicats. Lorsque les membres de la classe créative entrent dans les partis de gauche, les membres de la classe ouvrière ont tendance à les quitter. Vers 1990, près d'un tiers des membres travaillistes du Parlement britannique étaient issus de la classe ouvrière ; de 2010 à 2015, cette proportion n'était même pas d'un sur dix. En 2016, Hillary Clinton a remporté les 50 comtés les plus éduqués d'Amérique avec une moyenne de 26 points - tout en perdant les 50 comtés les moins éduqués avec une moyenne de 31 points. En 2020, Joe Biden n'a remporté que 500 comtés environ, mais ils représentent ensemble 71 % de l'activité économique américaine, selon la Brookings Institution. Donald Trump a remporté plus de 2 500 comtés qui, ensemble, ne génèrent que 29 % de cette activité. Si les républicains et les démocrates parlent comme s'ils vivaient dans des réalités différentes, c'est parce qu'ils le sont. La classe créative a converti le niveau culturel en privilège économique et vice versa. Elle contrôle ce que Jonathan Rauch décrit dans son nouveau livre, The Constitution of Knowledge, comme le régime épistémique - le réseau massif d'universitaires et d'analystes qui déterminent ce qui est vrai. Par-dessus tout, elle possède le pouvoir de consécration ; elle détermine ce qui est reconnu et estimé, et ce qui est dédaigné et rejeté. Le web, bien sûr, a démocratisé la création du goût, en donnant à un plus grand nombre de personnes l'accès à des mégaphones. Mais les créateurs de l'élite du goût ont toujours tendance à être des diplômés d'universités sélectives vivant dans des enclaves de classe créative. Si vous vous sentez vu dans la société, c'est parce que la classe créative vous voit ; si vous vous sentez invisible, c'est parce que cette classe vous voit pas. Comme toute classe, les bobos sont un ensemble d'individus variés qui ont tendance à partager certaines idées reçues, certains schémas et certaines règles culturelles. Les membres de notre classe trouvent naturel de quitter leur ville natale pour aller à l'université et trouver un emploi, alors que ce n'est pas le cas des membres des autres classes. Étude après étude, les membres de notre classe affichent des valeurs plus individualistes et un sens du soi plus autonome que les autres classes. Les membres de la classe créative considèrent leur carrière comme la caractéristique déterminante de leur identité et accordent une grande valeur à l'intelligence. Selon le récent ouvrage de Michael Sandel, The Tyranny of Merit, l'usage du mot "smart" a été multiplié par quatre dans le New York Times entre 1980 et 2000, et en 2018, il a encore presque doublé. Sans même y penser, les membres de la classe créative consolident leur position grâce à un code ingénieux d'"ouverture". Nous avons tendance à aimer les openspaces, les tenues décontractées et les goûts éclectiques "localistes" qui sont volontairement sans prétention. Cela semble radicalement égalitaire, car il n'y a pas de hiérarchies formelles de goût ou de position sociale. Mais seule la personne la plus privilégiée culturellement sait comment naviguer dans un espace où les règles sociales sont mystérieuses et cachées. Ce que l'école enseigne en premier lieu n'est plus la politesse de la haute société ou l'étiquette sociale, mais l'« aise ». Un étudiant en possession de l'« aise » peut confortablement engager la conversation avec les employés de la cafétéria avec une amabilité distante qui respecte à la fois la hiérarchie sociale et prétend qu'elle n'existe pas. Un étudiant qui a de l'aisance sait quand l'ironie est appropriée, quelles citations historiques sont galvaudées, comment ne pas être gêné dans une foule. Ces pratiques, comme l'écrit Khan dans Privilege, son livre sur Saint-Paul, ne peuvent être assimilées que par une longue expérience au sein des cercles sociaux et des institutions de l'élite. "La culture est une ressource utilisée par les élites pour se reconnaître les unes les autres et distribuer les opportunités sur la base de l'affichage des attributs appropriés", affirme Kahn. La culture des élites d'aujourd'hui, conclut-il, "est encore plus insidieuse qu'elle ne l'était dans le passé parce qu'aujourd'hui, contrairement à ce qui se passait il y a des années, on prétend que les normes ne profitent à personne". Je me suis beaucoup trompé sur les bobos. Je n'ai pas anticipé l'agressivité dont nous ferions preuve pour affirmer notre domination culturelle, la façon dont nous chercherions à imposer les valeurs de l'élite par le biais de codes de parole et de pensée. J'ai sous-estimé la façon dont la classe créative réussirait à ériger des barrières autour d'elle pour protéger son privilège économique - pas seulement par le biais de la scolarité, mais aussi par des règlements de zonage qui maintiennent la valeur des maisons à un niveau élevé, des structures de certification professionnelle qui maintiennent les revenus des médecins et des avocats à un niveau élevé tout en bloquant la concurrence des infirmières et des auxiliaires juridiques, etc. Et j'ai sous-estimé notre intolérance à l'égard de la diversité idéologique. Au cours des cinq dernières décennies, le nombre de voix ouvrières et conservatrices dans les universités, les grands médias et les autres institutions de la culture d'élite s'est réduit comme une peau de chagrin. "L'alliance de plus de 150 ans entre la classe ouvrière industrielle et ce que l'on pourrait appeler la gauche intellectuelle et culturelle est terminée", observe le politologue suédois Bo Rothstein. La classe ouvrière d'aujourd'hui rejette avec véhémence non seulement la classe créative mais aussi le régime épistémique qu'elle contrôle. Dans Social Class in the 21st Century, le sociologue Mike Savage a constaté que l'élite éduquée avait tendance à être le groupe le plus fermé socialement, comme le montre le contact avec des personnes appartenant à des catégories professionnelles différentes de la leur. Dans une étude pour The Atlantic, Amanda Ripley a constaté que les Américains les plus intolérants sur le plan politique "ont tendance à être plus blancs, plus instruits, plus âgés, plus urbains et plus partisans eux-mêmes". Le comté le plus intolérant politiquement du pays, selon Ripley, est le comté libéral de Suffolk, dans le Massachusetts, qui comprend Boston. Si les membres de la classe créative se contentaient de travailler dur et de gagner plus d'argent que les autres, cela ne provoquerait pas un conflit politique aussi aigu. Ce qui provoque une crise psychique, ce sont les relents de "plus intelligent que", "plus éclairé que" et "plus tolérant que" que dégage la classe créative. Au sommet de l'échelle des classes à tendance démocrate se trouve l'oligarchie bleue : cadres de la technologie et des médias, présidents d'université, directeurs de fondation, PDG de banques, médecins et avocats très performants. L'oligarchie bleue dirige les institutions clés de l'ère de l'information, et ses membres vivent dans les plus grandes villes. Ils travaillent dur ; comme l'a indiqué Daniel Markovits dans The Meritocracy Trap, la part des travailleurs à hauts revenus qui travaillent en moyenne plus de 50 heures par semaine a presque doublé entre 1979 et 2006, tandis que la part des travailleurs les moins bien rémunérés effectuant de longues heures de travail a diminué de près d'un tiers. Ils sont, à bien des égards, de solides progressistes ; par exemple, une enquête de Stanford de 2017 a révélé que les cadres de Big Tech sont en faveur d'une augmentation des impôts, de politiques sociales redistributives, de soins de santé universels, de programmes environnementaux verts. Pourtant, ils ont tendance à s'opposer à tout ce qui pourrait rendre leur perchoir moins sûr : la syndicalisation, la réglementation gouvernementale qui pourrait affecter leurs propres entreprises, les politiques antitrust ou anti-diplômes. Grâce à leur incroyable pouvoir financier et de rassemblement, les oligarques bleus absorbent tout groupe qui menace leurs intérêts, en cooptant leurs symboles, en recrutant des dirigeants clés, en vidant leurs messages. Le "capitalisme éveillé" peut sembler être une gravitation des entreprises vers la gauche, mais c'est aussi une dilution de la gauche par les entreprises. Les membres de l'oligarchie bleue sont assis au sommet de systèmes qui produisent des inégalités - et, tout bien considéré, leurs actions suggèrent un engagement à les maintenir. Un échelon plus bas que l'oligarchie bleue se trouve la classe créative elle-même, une classe dirigeante plus large composée de professeurs titulaires, de membres établis des grands médias, d'avocats urbains et suburbains, de cadres supérieurs d'organisations à but non lucratif et d'institutions culturelles, ainsi que de directeurs d'entreprise, dont les attitudes reflètent largement celles des oligarques bleus au-dessus d'eux, malgré les petits ressentiments des premiers envers les seconds. Sous notre surveillance, le gouvernement et les autres institutions publiques se sont détériorés. Une partie du problème est que, imprégnés d'une éthique d'outsider, de pseudo-rebelle, nous n'avons jamais accepté le fait que nous étions une classe dirigeante, nous n'avons jamais assumé les responsabilités institutionnelles qui vont de pair avec cette acceptation, nous n'avons jamais appris à connaître ou à travailler avec des gens qui n'étaient pas dans notre classe, et nous n'avons donc jamais gagné la légitimité et la confiance qui sont nécessaires pour qu'un groupe puisse diriger efficacement. La wokeness n'est pas seulement une philosophie sociale, mais un marqueur de statut d'élite, une stratégie d'avancement personnel. Il faut posséder un capital culturel considérable pour se sentir à l'aise avec des mots tels que intersectionnalité, hétéronormativité, cisgenre, problématisation, déclenchement et Latinx. En naviguant sur une frontière culturelle progressive fluide plus habilement que leurs infortunés patrons baby-boomers et en dénonçant les privilèges et les manquements moraux de leurs supérieurs, les élites jeunes et éduquées cherchent à obtenir du pouvoir au sein des institutions d'élite. La wokeness devient un moyen d'intimider les administrateurs baby-boomers et de leur arracher du pouvoir. Au bas de l'échelle bleue se trouve la classe des soins, la plus importante en Amérique (près de la moitié de tous les travailleurs, selon certaines mesures), et qui, à bien des égards, est assez éloignée des trois classes supérieures. Elle se compose de membres faiblement rémunérés du secteur des services : manucures, personnel soignant à domicile, serveurs de restaurant, vendeurs, employés d'hôtel. Les membres de cette classe sont défavorisés à tous égards. L'écart d'espérance de vie entre les 40 % les plus riches et les 40 % les plus pauvres s'est creusé entre 1980 et 2010, passant de 5 à 12 ans pour les hommes et de 4 à 13 ans pour les femmes. Seul un enfant sur 100 élevé dans le cinquième le plus pauvre des ménages deviendra suffisamment riche pour faire partie des 5 % les plus riches. Les chercheurs rapportent que les personnes qui ont un sentiment plus faible de contrôle personnel sont promptes à former des réseaux de soutien mutuel ; leur sens de la communauté s'oppose à la valorisation de l'individualisme de la classe créative. D'autres recherches ont montré que les membres de cette classe sont moins susceptibles de se comporter de manière contraire à l'éthique que la classe créative lorsqu'ils sont mis dans des situations tentantes. Les enquêtes suggèrent que les membres de cette classe restent à l'écart des guerres culturelles - ils sont beaucoup moins susceptibles de partager du contenu politique sur les médias sociaux que les autres groupes, et plus enclins à dire qu'ils "évitent les disputes". Beaucoup sont centristes ou se détachent complètement de la politique, mais dans l'ensemble, ils se situent à la droite des bobos sur l'avortement et les questions LGBTQ et à la gauche des bobos sur des questions comme le pouvoir syndical et les droits des travailleurs. Au sommet de la hiérarchie rouge se trouve la tranche des 1% du parti républicain. La plupart des endroits riches sont bleus, mais beaucoup des personnes les plus riches sont rouges. Une étude réalisée en 2012 sur les 4 % des revenus les plus riches a révélé que 44 % d'entre eux ont voté démocrate cette année-là, contre 41 % qui ont voté républicain. Certains sont des dirigeants d'entreprise ou des entrepreneurs, mais beaucoup sont des médecins, des avocats et d'autres professionnels de haut niveau qui aspirent à des impôts faibles et à d'autres idéaux libertaires. C'est le cœur de la classe des donateurs du parti républicain, des hommes et des femmes qui pensent qu'ils ont travaillé dur pour gagner leur argent, que le rêve américain est réel et que ceux qui ont bâti la richesse dans ce pays ne devraient pas avoir à s'en excuser. À l'échelon inférieur, on trouve les grandes familles propriétaires de biens immobiliers, dispersées dans les petites villes comme Wichita, au Kansas, et Grand Rapids, au Michigan - ce que nous pourrions appeler la gentry du GOP. (J'ai adapté cette expression à partir de ce que l'historien Patrick Wyman a écrit sur l'élite locale dans sa ville natale de Yakima, dans l'État de Washington). Cette classe de gentry tire sa richesse non pas d'un salaire, mais de la propriété d'actifs - des entreprises de meubles, des ranchs, un tas de franchises McDonald's. Cette richesse est détenue par des familles et transmise de génération en génération. Les membres de cette élite restent enracinés là où se trouvent leurs biens et forment la classe dirigeante de leur région, présidant une fondation communautaire ou la chambre de commerce locale. Au-dessous d'eux se trouve l'aristocratie prolétarienne, les gens de la régate populiste : entrepreneurs, plombiers, électriciens, cadres moyens et propriétaires de petites entreprises. Les gens de cette classe ont réussi en Amérique, mais pas par les voies de la méritocratie universitaire, dont ils se sentent étrangers. En d'autres circonstances, la gentry du GOP serait l'ennemi naturel de l'aristocratie prolétarienne, mais aujourd'hui ils sont alignés. Tous deux embrassent les marqueurs de classe symboliques de la classe sociologiquement basse - camions pick-up, armes à feu, musique country, nationalisme chrétien. Tous deux craignent que leurs enfants ne soient pas capables de rivaliser dans la méritocratie contrôlée par la classe créative. Ils n'aiment pas envoyer leurs enfants dans des écoles qui dédaignent leurs valeurs, mais ils comprennent que leurs enfants devront adopter les valeurs de la classe créative s'ils veulent être acceptés dans la nouvelle élite. Comme l'écrit Thibault Muzergues, "Les boubours [bourgeois rustres] et les bourgeois de province ont donc un agenda commun : défaire la transformation sociétale de la classe créative de la fin des années 2000 et du début des années 2010." Un niveau en dessous des membres de la régate populiste, on trouve la classe ouvrière rurale. Les membres de cette classe ont des emplois très encadrés dans la fabrication, le transport, la construction. Leurs emplois ont tendance à être répétitifs et peuvent comporter certains dangers physiques. Comme le note le sociologue de Princeton Robert Wuthnow, de nombreuses personnes de cette classe ont une identité ancrée dans la loyauté envers leur petite ville. Ils sont soutenus par des réseaux de famille élargie et d'amis, qui ont grandi les uns avec les autres. Comme les membres les plus pauvres de la hiérarchie bleue, ils valorisent l'interdépendance et sont moins individualistes. De nombreux membres de la classe ouvrière de la pyramide sociale rouge se sentent totalement oubliés. Dans son livre White Working Class, Joan C. Williams partage le récit d'une femme qui dit avoir élevé trois enfants avec 40 000 dollars par an mais "n'avoir reçu aucune aide parce que nous n'y avions pas droit". Leurs villes ne sont pas diverses. Comme le fait remarquer Wuthnow, deux des déclarations les plus courantes que l'on entend dans ces villes sont "Tout le monde se connaît" et "Nous sommes tous à peu près les mêmes". Si les citadins éduqués font tout leur possible pour apprécier la diversité et afficher leur goût culturel supérieur, la surenchère est méprisée dans cette classe. La sincérité de la boutique d'arbres de Noël est préférée à la prétention académique et artistique. Dans l'ensemble, les membres de la classe ouvrière rurale admirent les riches qui ont gagné leur fortune. Leur véritable haine est pour "Washington" - un concept qui englobe l'ensemble de la classe dirigeante. "Ces gens là-haut à Washington, ils pensent en savoir plus que nous", a déclaré l'un d'eux à Wuthnow. "Ils nous traitent comme des citoyens de seconde zone, comme si nous étions des abrutis." Notre politique, quant à elle, est devenue plus tranchante, plus identitaire et plus réactionnaire, en partie parce que la politique est la seule arène où les bobos ne peuvent pas dominer - nous ne sommes pas assez nombreux. Joe Biden s'est immiscé dans ce conflit de classe tendu et multiforme. Bizarrement, il se tient à l'écart de ce conflit. Joe Biden est le premier président depuis Ronald Reagan à ne pas être diplômé d'une université de l'Ivy League. Sa sensibilité s'est formée non pas dans la méritocratie mais dans les quartiers populaires de sa jeunesse. La condescendance est étrangère à sa nature. Il s'intéresse peu aux questions de guerre culturelle qui animent ceux qui sont au sommet des hiérarchies, et a passé sa campagne 2020 à les éviter soigneusement. Biden se hérisse lorsqu'il est entouré de prétentieux intellectuels ; il est plus à l'aise lorsqu'il fréquente des syndicalistes qui ne débitent pas ces sornettes. La version ouvrière du progressisme de Biden est une relique de l'ère pré-bobo. Ses programmes - sa loi COVID, son projet de loi sur l'infrastructure, sa proposition de soutien aux familles - représentent des efforts pour canaliser les ressources vers ceux qui n'ont pas obtenu de diplôme universitaire et qui ont été laissés pour compte par l'économie de la classe créative. Comme s'en est vanté M. Biden dans un discours prononcé en avril devant une session conjointe du Congrès, "près de 90 % des emplois d'infrastructure créés dans le cadre du plan pour l'emploi américain n'exigent pas de diplôme universitaire ; 75 % n'exigent pas de diplôme d'associé". Ce sont les siens. S'il existe une solution économique aux gouffres de classe qui se sont creusés en Amérique, le paquet législatif Biden en est certainement une. Il réduirait les écarts de revenus qui sont à l'origine d'une grande partie de l'animosité actuelle entre les classes. Mais la redistribution économique a ses limites. Le vrai problème est le mécanisme de triage lui-même. Il détermine qui est inclus dans les échelons supérieurs de la société et qui en est exclu, qui bénéficie d'un ascenceur vers le statut de premier plan et la réussite mondaine et qui se heurte à un mur. La méritocratie moderne est une machine à générer du ressentiment. Mais même en laissant cela de côté, en tant que dispositif de tri, elle est complètement folle. La capacité à effectuer des tâches académiques pendant l'adolescence est agréable à avoir, mais organiser votre société autour de cela est absurde. Cette capacité n'est pas aussi importante que la capacité à travailler en équipe, à se sacrifier pour le bien commun, à être honnête, gentil et digne de confiance, à être créatif et motivé. Une société sensée récompenserait ces traits de caractère en leur conférant un statut. Une société sensée ne célébrerait pas les compétences d'un consultant d'entreprise tout en méprisant celles d'une infirmière à domicile. Quelque 60 ans après sa naissance, la méritocratie semble de plus en plus moralement vide. La capacité de passer des examens quand on est jeune fait-elle de vous une meilleure personne que les autres ? Une société fondée sur cette capacité devient-elle plus juste et plus solidaire ? Cette situation produit un monde dans lequel la droite populiste peut se permettre d'être en faillite intellectuelle. Les partis de droite n'ont pas besoin d'avoir un programme politique. Ils ont juste besoin d'attiser et de récolter le ressentiment envers la classe créative. La seule façon de remédier à ce système est de procéder à une réforme institutionnelle qui élargisse les critères selon lesquels les gens sont triés. Par exemple, nous avons besoin de plus de voies de réussite, afin que ceux qui ne sont pas doués pour les études puissent accéder au leadership social ; de programmes tels que le service national, afin que les personnes ayant un diplôme universitaire et celles qui n'en ont pas aient un contact plus direct les unes avec les autres ; et de mettre fin aux politiques telles que les règles de zonage résidentiel qui maintiennent la ségrégation des riches au sommet. Plus largement, changer ce mécanisme de tri exige de transformer toute notre écologie morale, de sorte que la possession d'un diplôme de Stanford ne soit plus considérée comme signifiant un niveau d'être supérieur. Les bobos n'ont pas cherché à être une élite, une classe dominante. Nous nous sommes simplement adaptés à un système qui récompensait un certain type de réussite, puis nous avons donné à nos enfants les ressources qui leur permettraient de prospérer dans ce système également. Mais, aveugles à notre propre pouvoir, nous avons créé d'énormes inégalités - des inégalités financières et, plus douloureusement, des inégalités de respect. La tâche qui nous attend est de démanteler le système qui nous a élevés.
    3 points
  5. Les mêmes comprendraient qu'ils pourraient passer de 150 aujourd'hui à 170 avec cette nouvelle limitation. Ce n'est pas en changeant des panneaux qu'on rectifie une éducation de plus en plus centrée sur l'individualisme.
    3 points
  6. Le convoyage sur deux moteurs est une procédure "de secours" très règlementairement encadrée. Cette possibilité suppose qu'un moteur n'est pas en mesure de fonctionner et qu'il n'y a localement aucune possibilité de le dépanner ou de le remplacer. Il se peut aussi que l'endroit d'occurence du problème soit en zone d'insécurité. Dans ces conditions, la possibilité d'un trimoteur de décoller sur deux moteurs et de voler vers une destination adéquat est une solution très appréciée. En exploitation civile, seul l'équipage de conduite peut être à bord pour un décollage avec un moteur en moins.
    3 points
  7. Ça serait beau un pays qui soit indépendant au point de ne pas devoir dépendre de ce que l'étranger lui achète pour lui assurer sa liberté de pensée et d'action. Je sais bien que les produits de luxe ce n'est qu'un exemple carricatural, mais c'est démonstratif. En fait, notre diplomatie n'est rien d'autre qu'un outil au service de la prospérité de nos grandes entreprises. Y'a aucune autre valeur derrière que celle du pognon. Ça me désole. S'ils allaient pas se manger en pleine gueule les affres du changement climatique, je demanderai bien l'asile à Cuba moi...
    2 points
  8. À propos, et cela concerne aussi la Chine, je déplore la matière à réflexion, information ou polémique qui a disparu avec @koojisensei2 avec qui j'étais loin d'être toujours d'accord. En perdant des membres, le forum perd de sa vitalité, de son originalité, de sa "matière", c'est à dire de sa substance.
    2 points
  9. Henri est ce qu'il est, mais chacun est libre de trouver dans ses propos matière à réflexion, à information ou polémique ... Nul ici n'a besoin d'un Jiminy Crickett qui pond 7 messages en 3 ans pour s'entendre dire ce qu'il doit penser ... Je viens de relire ta prose désormais tu passeras par la case Anastasie ...
    2 points
  10. le gros avantage architectural est l'encombrement ridiculement petit du train de roulement chenillé en largeur ce qui permet d'avoir une caisse intérieurement confortable. Les roues qui braquent ça prend une putain de place. L'autre avantage est la masse réduite de toute la chaîne cinématique. Pour un engin hélitransportable, ça compte
    2 points
  11. la différence fondamentale est que l'embt n'est pas un programme français alors que les sous-marins sont un programme financé par le gouvernement suédois. L'armée de Terre et la DGA se foutent complètement de l'embt.
    2 points
  12. Ne sachant pas vraiment si la Fallschirmjägertruppe est rattachée à l'armée de l'air ou de terre, je le mets ici https://soldat-und-technik.de/2021/08/mobilitaet/27935/franzoesische-fallschirmsysteme-fuer-die-bundeswehr/ Systèmes de parachutes français pour la Bundeswehr (et au passage on apprend que les Belges et Hollandais le prennent légalement) La Bundeswehr se procure des systèmes de parachute "Ensemble de Parachutage du Combattant" (EPC) pour remplacer les systèmes T-10/T-10R introduits à partir de 1957. Après que les commissions du Bundestag ont donné leur feu vert au financement à la fin du mois de juin 2021, la passation de marché peut maintenant avoir lieu. En amont, l'Office fédéral des équipements, des technologies de l'information et du soutien en service de la Bundeswehr (BAAINBw) a demandé à l'Agence d'acquisition et de soutien de l'OTAN (NSPA) de conclure un contrat-cadre avec Safran Electronics & Defense pour l'acquisition des EPC en coopération avec la Belgique et les Pays-Bas. Dans un premier temps, 1.662 parachutes principaux et 1.162 parachutes de secours ainsi que les accessoires nécessaires seront appelés. Les systèmes de présérie doivent être livrés cette année. Ils seront utilisés pour la vérification intégrée et la certification aéronautique des parachutes. Les dispositifs de série doivent être livrés aux troupes entre 2022 et 2026. Les dépenses financières sont estimées à environ 24 millions d'euros. À cela s'ajoutent les frais de transaction de la NSPA et un contrat supplémentaire pour la production de la préparation au déploiement et à l'approvisionnement d'une valeur de 2,7 millions d'euros. La commande d'un second lot de 2 674 parachutes principaux et de 1 928 de secours au titre du même contrat-cadre est prévue à partir de 2023. Environ 30 millions d'euros seront nécessaires à cet effet. L'achat approuvé d'un total de 4 336 parachutes principaux et de 3 090 parachutes de réserve couvrira les besoins de la Bundeswehr tels qu'ils ont été définis par le ministère fédéral de la Défense. Grâce à la coopération avec les partenaires de l'alliance, les systèmes de parachutes automatiques seront standardisés. Cela permet d'améliorer l'interopérabilité et d'ouvrir la coopération dans le cadre de la logistique ainsi que de la formation et des exercices. Le nouveau système de parachute est basé sur l'Ensemble de Parachutage du Combattant des forces armées françaises, qui a été introduit dans ce pays en 2010. Le système EPC est contrôlable, a une vitesse de descente de six m/s et permet de larguer des soldats d'un poids total de 165 kilogrammes. On ne sait pas encore dans quelle mesure la variante B de l'EPC sera différente du parachute français. Selon les informations de l'Office of Army Development, le successeur du T-10 aura un "poids de chute de 180 kilogrammes pour le largage à partir de basses altitudes tout en augmentant la sécurité". Ceux utilisés à des fins militaires doivent être certifiés par l'Office de l'aviation des forces armées allemandes. Étant donné que l'EPC a déjà été introduit dans les pays partenaires et qu'il est également qualifié en France pour le largage de sauteurs à partir de l'A400M, une approbation plus rapide pourrait être possible dans certaines circonstances. "Actuellement, les documents de certification des nations partenaires sont examinés en vue d'un essai de type simplifié", a répondu le gouvernement allemand à une question du groupe parlementaire FDP dès le début de 2021. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
    2 points
  13. avec un peu de logique les Allemands se projettent sur le futur hélicoptère lourd donc CH53K ou CH47. Faire un blindé qui ne rentrera en service que quelques années sur la base d'un hélico qui sera retiré du service ne paraît pas rationnel. Cela étant dit je ne connais pas exactement les vraies capacités de ces appareils pour dire si le Luwa rentre ou pas. Je doute que le BWB fasse n'importe quoi dans les spécifications de base.
    2 points
  14. C'est quand même fou de voir ce que des implants capillaires peuvent faire pour un homme...
    2 points
  15. Ils seraient nuisibles sans accès aux véritables armes nucléaires stratégiques qui ne se trouvent que sur les sous-marins. Ce n'est pas si facile. Vous n'avez pas beaucoup de ressources excédentaires ou de volonté à cet égard. Il y a aussi toute l'idée des Nordiques sans armes nucléaires, ce qui signifie qu'elle n'est activement souhaitée par personne. Mais fondamentalement, l'OTAN voudrait dire cela. Il est très difficile d'imaginer comment ce sujet pourrait devenir vraiment significatif au sein de HX, car il s'agit clairement d'un sujet plus vaste. Mais la dissuasion est clairement fortement souhaitée, comme en témoignent les missiles de croisière et l'exigence SEAD/DEAD.
    2 points
  16. J’ai volontairement exclu les A330 car il n’appartient pas à la Belgique mais a une branche de l otan, la Belgique a juste acheté des heures de vols…
    2 points
  17. Je voudrais juste changer un peu la perspective. si au lieu de prendre un avion civil pour en faire un patmar, on faisait un patmar pour en faire un civil. je m’explique, on lance de le patmar avec les crédits publics qui vont bien, on développe un nouveau model avec autant de composent fr que possible, le tout en ayant en tete que le vecteur devra aussi fonctionner dans le civil. ca permettrait d’avoir un avion tres econome avec un open rotor ou un moteur distribué eco friendly dans le civil. un vecteur patmar et awacs « léger ». Ca donnerait aussi un coup de pouce a dassault et surtout safran pour faire la transition carbone. que ce soit dassault ou airbus mais j’ai une sérieuse préférence pour dassault. ca permettrait enfin d’avoir deux programmes civile et militaire sur le meme calendrier et d’optimiser la mco.
    2 points
  18. Les israéliens ont fait un raid en vautour sur un seul réacteur pendant la guerre des 6 jours pour augmenter la portée du Vautour. Bon, autre époque, temps de guerre, réacteurs assez différents de ceux des Falcon...
    2 points
  19. Il me semble que tu oublies la participation belge à la flotte européenne de A330 MRTT. Il semblerait qu'aux 34 F-35 il convienne, depuis l'éclairage suisse, d'ajouter les simulateurs qui ont sans aucun doute un effet dissuasif très impressionnant !!!!!
    2 points
  20. « Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse » :
    2 points
  21. Article très intéressant et inhabituel de corporal frisk Par contre pour le couplet : Quelqu'un pour lui rappeler ce qui s'est passé quand les polonais nous ont demandé de ne pas livrer les BPC Vladivostok et Sebastopol ? La partie française a tenu ses engagements. Les promesses d'achat polonaises de 50 Caracal en contrepartie par contre...
    2 points
  22. Oui mais ton raisonnement sur les non vaccinés propagateurs du virus tombent un peu à l'eau parce que les vaccinés le disséminent aussi, non? ps: je remercie ceux qui répondent à la question d'un point de vue juridique.
    2 points
  23. Ça dépend des conditions. Si le bureau de vote et bien ventilé, pas bondé, et que les gens sont masqué, a priori le risque est très raisonnable ... ... si en plus les assesseurs sont vacciné, il est encore plus faible. --- A mon sens il est trop tôt pour se faire une idée de l'état de l'épidémie dans 9 mois ... mais se poser la question pourquoi pas.
    2 points
  24. Sur d'autres problématiques sociétales, on a aussi de beaux exemples de nombrilisme des générations les plus âgées. Il est d'ailleurs étonnant que le nombril ne soit pas un sujet plus ouvertement débattu lors des campagnes électorales. Puisque l'on semble tous à notre manière largement concernés.
    2 points
  25. https://www.rfi.fr/fr/afrique/20210808-les-forces-rwandaises-reprennent-aux-jihadistes-mocimboa-da-praia-au-mozambique Au Mozambique, l'armée rwandaise a annoncé, dans l’après-midi de ce dimanche 8 août, sur Twitter, avoir repris, aux côtés des forces mozambicaines, la ville stratégique de Mocimboa da Praia aux mains des jihadistes. Depuis plusieurs semaines, un millier de Rwandais sont en effet déployés dans la région du Cabo Delgado pour aider Maputo à stopper la montée en puissance de ces insurgés affiliés à l'État islamique. Les forces rwandaises ne sont pas les seules sur le sol mozambicain. Le Botswana a déjà envoyé des troupes et l'Afrique du Sud a annoncé l’envoi de 1 500 militaires.
    1 point
  26. Hôpital de campagne avec une capacité de 100 lits avec l'équipement nécessaire pour la création d'oxygène
    1 point
  27. ne sais pas , les photos sont commentées sur ce lien https://archives.lorient.bzh/4DCGI/Web_changePageListe/000103425768/h11759/ILUMP12579
    1 point
  28. Le premier marché de LVMH c'est les US à 40%, la Chine moins de 20%, le Japon 6%. Il faudra, un jour ou l'autre apprendre à vivre sans la Chine ou accepter une société illiberale. A nous de choisir.
    1 point
  29. En parlant de masse réduite, la pression au sol induite devrait permettre de passer facilement en terrain gras là ou d’autres s’enliseraient, voir des fantassins … Dans un autre ordre d'idée et vu la taille des composants d’un train de roulement conjugué à une certaine accessibilité, la maintenance (même curative) doit en être aisé pour l’équipage et le NT1.
    1 point
  30. Alors la, tu as plus de chance de gagner à l'eurmillions que de voir la Belgique passer un deuxième contrat pour l'achat de F-35. Déjà que le premier continue à faire un scandale dans la population, avec la situation économique actuelle, jamais cela ne se produira... En effet, contrairement aux A330, les A400m appartiennent à la Belgique...
    1 point
  31. La Suisse a consacré 20'795 francs par habitant aux dépenses sociales en 2018. Seuls la Norvège et le Danemark dépensent davantage. En Suisse, les prestations sociales représentent un quart du Produit intérieur brut (PIB). Proportionnellement, c'est moins que dans les autres pays européens. Avec un PIB de 85'000 francs par habitant, la Suisse est le 3e pays le plus riche d'Europe. Ses dépenses en matière de prestations sociales (24,6%) se situent toutefois plutôt dans la moyenne de l'Union européenne (26,5%). La France, l'Allemagne, l'Italie, la Suède et le Royaume-Uni y consacrent davantage, entre 31,4 et 25,5%. https://www.rts.ch/info/suisse/12320283-les-depenses-sociales-representent-pres-de-25-du-pib-en-suisse.html Comptes globaux de la protection sociale 2019: résultats pour la Suisse et comparaisons internationales. En 2019, la Suisse a consacré 183 milliards de francs pour les prestations sociales ce qui représente 25,1% du PIB. Par rapport à 2018, l’augmentation est de 3,1%. https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/securite-sociale/comptes-globaux-protection-sociale.gnpdetail.2021-0443.html
    1 point
  32. Recherche .. pour
    1 point
  33. Bisbille en vue ? Le Panama et la Colombie multiplient les efforts pour résoudre la crise liée à l’afflux de clandestins prêts à traverser l’inhospitalière jungle panaméenne. Les deux pays ont annoncé, vendredi 6 août, qu’ils faciliteraient le transit à travers leurs territoires des migrants qui tentent de rejoindre les Etats-Unis. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/07/le-panama-et-la-colombie-vont-faciliter-le-passage-des-migrants-vers-les-etats-unis_6090811_3210.html Aux Etats-Unis, le gigantesque plan de modernisation des infrastructures voulu par Joe Biden franchit une étape clé Ce plan de 1 200 milliards de dollars prévoit notamment des investissements dans les routes, les ponts, les transports mais aussi dans l’Internet à haut débit et pour lutter contre le changement climatique. https://www.lemonde.fr/international/article/2021/08/07/aux-etats-unis-le-gigantesque-plan-de-modernisation-des-infrastructures-voulu-par-joe-biden-franchit-une-etape-cle_6090870_3210.html Je me demande quelles excuses aurait à donner un représentant à ses électeurs pour justifier son refus. Ce plan améliorerait non seulement les infrastructures mais également donnera du travail pour de nombreuses années aux entreprises US du secteur et créerait des dizaines de milliers d'emploi à destination des américains
    1 point
  34. 1 point
  35. 100% d accord avec Shorr kan, le seul véritable espoir des allemands résidait dans l effondrement rapide de l URSS, donc du pouvoir soviétique. Pour cela, il fallait lui couper la tête, pas lui broyer les bras. Gardez en tête que l URSS était un régime ultra centralisé, politiquement mais aussi géographiquement. Un petit coup d oeil à une carte ferroviaire devrait vous en convaincre ( la perte de Moscou aurait d ailleurs été dramatique pour les russes en terme de maîtrise des voies de communication ). Bien entendu, l objectif final était le pétrole du Caucase, les blés d Ukraine, les métaux rares et globalement se tailler un empire susceptible de rivaliser sur la durée avec l empire britannique et les USA. Géostratégiquement, c est assez cohérent en fait. Mais pour cela, il fallait terrasser le colosse soviétique et ce n est pas en perdant du temps en Ukraine où à Leningrad que la Wehrmacht risquait d y parvenir en dépit de succès impressionnants, en Ukraine notamment.
    1 point
  36. faux ! Avec Air2030 on sait que tous les concurrents pouvaient faire le job, la sélection s'est donc fait sur d'autres critères. Notamment économique (hahahah) et diplomatique. Si le F35 avait véritablement un avantage sur le F18SH, la navy se jettrait dessus hors c'est l'inverse qui se produit, le F18SH est mise à jour aussi rapidement que possible, le FAXX développé aussi vite et le F35C est commencé au minimum du minimum pour pas mettre en danger le programme, ce que les marins et l'USAF se privent pas de faire (ou d'essayer). Bref, au lieu de se demander ce que le rafale ferait mieux que le F35, il faut se demandé que l'armée française est capable de plus que les USA. Pour remporter un contrat dans l'OTAN, c'est la seule question qui compte. et la réponse est assez claire.
    1 point
  37. L'AdT cherche a acheter des nouvelles motoneiges https://www.forcesoperations.com/larmee-de-terre-en-recherche-de-nouvelles-motoneiges/
    1 point
  38. De plus avec les moteurs moderne disposant de systèmes fadec numérique à pleine autorité, ils sont beaucoup plus simple à mettre en route et sont très sécurisé au niveau fonctionnement. C'est vrai qu'un tel programme national dual structurant et novateur dans des domaines technologiques comme mentionné serait une belle initiative. Avec un plan de relance il y aurait des possibilités importantes pour financer ce projet
    1 point
  39. Pas vraiment. Officiellement, les A330 appartiennent à une agence de l'OTAN. Cependant, ça ne nous interdit pas de les utiliser en coalition UE. Additionnellement, les A400M sont en pooling avec une agence de l'UE (EATC) et font partie d'une unité binationale, la 20e escadrille, 15e Wing Transport Aérien, même si ceux-là appartiennent effectivement à la Belgique.
    1 point
  40. Le FLF ont bénéficié à la construction de soins particuliers en discrétion acoustique d’un niveau spécifié, NOBR (Niveau Objectif de Bruit Rayonné), excellent en bruits stationnaires -sources en fonctionnement continues. Je rappelle que chaque ensemble moto-réducteur repose sur un ber suspendu ….c’est un énorme investissement technique coté découplage chemins solidiens pour ne pas être entendu. Seul le CIRA saurait dire si malgré tout ces efforts , il existe des empreintes acoustiques identifiantes raie BR entre autres, ( blade rate) liée aux harmoniques pales d’hélices .
    1 point
  41. Test du Polaris MRZR qui va équiper les Royal Marines
    1 point
  42. Hitler pouvait-il gagner la guerre ? Directeur du nouveau mook De la Guerre, Jean Lopez présente le dossier consacré aux chances qu'a eu Hitler de remporter la Guerre. Invité de Christophe Dickès, il répond aux questions suivantes : - Pourquoi tout d’abord ce titre De la guerre ? - En quoi l'histoire de la guerre est-elle riche? Peut-on la réduire à l'histoire bataille? - Le numéro 1 est placé sous le signe de l’uchronie : Hitler a-t-il eu une chance de l’emporter ? - Le principal conseiller d'Hitler, Alfred Jodl, disait que dès 1941, Hitler savait qu’il ne pouvait gagner la guerre : quel crédit peut-on apporter à cette phrase ? - Est-ce que l’armée allemande de 1939 est surévaluée ? Quelles sont ses avantages mais aussi ses lacunes et difficultés ? - Munich et le pacte germano-soviétique cachent-ils une succession de succès diplomatiques sans lendemain ? - Sans Churchill, le sort eut été différent ? - Peut-on dire que Hitler a perdu la guerre en Russie comme Napoléon ? - Sans les États-Unis, la victoire était-elle possible ?
    1 point
  43. CM – Airbus A350 : Qatar Airways en cloue treize au sol
    1 point
  44. La bataille à la fin est plutot sympa...
    1 point
  45. Aide humanitaire américaine, la situation semble catastrophique .. Pour un pays pétroliers c'est vraiment grave! https://www.algerie-eco.com/2021/08/06/algerie-us-un-hopital-de-campagne-pret-la-semaine-prochaine/
    1 point
  46. pas mal de d avions japonais sont meconnus , mais y en a pas mal qui mérite le détour , ils n étaient pas mauvais ! en même temps ils ont commencés sur de très bonne base ....
    1 point
  47. Oui, tout le monde à un nombril. Mais si ça doit devenir un enjeu de campagne électorale, je dois avouer que je préfère que l'on considère uniquement le mien : celui des autres ne m'intéresse pas. Normal, quoi.
    1 point
  48. la coopération d'Indra et de thales dans le même projet est l'exemple à suivre par d'autres. cerveau numérique pour contrôler le champ de bataille le plus soutenu d'europe. Cordialement https://www.infodefensa.com/es/2021/07/30/noticia-indra-thales-ultiman-ejercito-espanol-cerebro-digital-asegure-control-campo.html
    1 point
×
×
  • Create New...