Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 10/11/2021 in all areas

  1. Bonjour à tous, Cela fait plusieurs mois que je suis un adepte de ce forum, où j'ai trouvé d'excellents posts sur mon sujet de prédilection qui est le "commerce international des systèmes d'armes français" et plus particulièrement ce qui concerne Dassault Aviation et Thales. Pour expliquer mon intérêt, il suffit de dire que j'ai une formation d'ingénieur aéronautique et que j'ai passé presque toute ma carrière professionnelle chez Thomson/CSF (Thales) dans le domaine de la gestion de programmes export.
    7 points
  2. Par Winslow T. Wheeler 09 octobre 2021 Le sous-marin nucléaire d'attaque AUKUS : Bonne chance avec ça, l'Australie Le 15 septembre, l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ont fait une nouvelle déclaration de politique générale (" AUKUS ") visant à renforcer la coopération en matière de sécurité en Asie, notamment contre la Chine. L'élément le plus tangible de ce pacte est l'achat par l'Australie de sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire auprès des États-Unis et/ou du Royaume-Uni. Cela signifie également l'annulation par l'Australie d'un contrat existant avec un chantier naval français pour l'achat de sous-marins d'attaque à propulsion conventionnelle. Les Français sont outrés, mais ils se prennent au piège. Ils ont notifié aux Australiens un prix beaucoup plus élevé avant que la fabrication des sous-marins, notamment en Australie, n'ait commencé. Comme le savent les entreprises de défense américaines et les défenseurs des acquisitions du Pentagone, on ne fait pas connaître au client le prix réel avant que d'énormes sommes d'argent dépensées ne s'accumulent, et il y a beaucoup d'emplois actifs dans les sites de fabrication -- répartis politiquement - ce qui en fait un engagement irréversible. En 2016, l'accord de l'Australie avec les Français devait coûter 50 milliards de dollars australiens pour 12 sous-marins diesel-électriques de classe Attack. En 2019, il était passé à 90 milliards de dollars australiens - en raison des dépassements de coûts et de l'inflation future nouvellement estimée. Ces irritations, et d'autres, ont rendu les Australiens mûrs pour une offre des États-Unis et du Royaume-Uni pour des sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire. Ni le coût ni le nombre de sous-marins ne sont spécifiés dans la déclaration commune, mais le fait que les Australiens obtiendront moins de sous-marins pour plus d'argent est clair d'après les rapports disponibles - la question de la capacité accrue des sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire étant mise de côté pour le moment. Il semble y avoir un accord général sur le fait que le nombre de nouveaux sous-marins d'attaque AUKUS sera "d'au moins huit" et non de 12. Les Australiens ont déjà admis que leur coût sera d'au moins 100 milliards de dollars australiens, et non de 90 milliards. Les Australiens devraient considérer huit comme le plafond pour les sous-marins et 100 milliards de dollars australiens comme le plancher pour les coûts. Le facteur le plus important sera la nature des nouveaux sous-marins. La déclaration du 15 septembre ne dit rien d'autre que "Aujourd'hui, nous nous engageons dans un effort trilatéral de 18 mois pour rechercher une voie optimale pour fournir cette capacité" et qu'ils s'appuieront sur les "programmes de sous-marins britanniques et américains pour mettre en service une capacité australienne à la date la plus proche possible". Il faudra donc 18 mois pour déterminer la formulation de base du nouveau sous-marin, comment et où il sera construit, et quand les livraisons pourront commencer. La vice-ministre américaine de la Défense, Kathleen Hicks, a insisté pour que la conception soit la plus avancée possible, en déclarant : "Les Chinois font progresser leurs capacités à un rythme remarquable. Ces capacités incluent, bien sûr, les capacités sous-marines." Le sous-marin d'attaque nucléaire américain actuel, bien que périodiquement mis à niveau, a été conçu dans les années 1990. Vraisemblablement, M. Hicks parle d'un sous-marin américain de classe Virginia considérablement amélioré (dont le coût unitaire s'élève actuellement à 3,5 milliards de dollars), mais plus probablement du futur sous-marin d'attaque américain, désormais appelé SSNX, dont le coût unitaire est actuellement estimé entre 5,8 et 6,2 milliards de dollars. Le chef des opérations navales des États-Unis, Michael Gilday, a renforcé la probabilité de la version la plus coûteuse en déclarant : "Il s'agit d'un effort à très long terme qui prendra des décennies avant que le sous-marin ne soit mis à l'eau." Il envisageait 2040 au plus tôt, et non les années 2030 prévues dans l'accord français. Certains ont émis l'hypothèse que, pour obtenir quelque chose rapidement, les Australiens pourraient louer immédiatement un ou plusieurs sous-marins américains de la classe Virginia, afin d'apprendre la technologie de propulsion des sous-marins nucléaires et de former le personnel. Si cela se produit, cela pourrait s'ajouter aux coûts finaux des Australiens, surtout si la classe Virginia est jugée inappropriée pour l'après 2040. Il existe d'autres bombes de coûts dans le programme du sous-marin AUKUS. Le Premier ministre australien Morrison a annoncé que les sous-marins seraient construits en Australie. De tels accords de coproduction sont notoirement coûteux, impliquant des courbes d'apprentissage abruptes, des inefficacités et des coûts de transfert de données et de technologies. Mais ce n'est pas si simple dans ce cas. En raison de l'infrastructure nucléaire quasi inexistante de l'Australie et des considérations liées au traité de non-prolifération nucléaire, on a spéculé sur le fait que seules les coques seraient fabriquées en Australie, puis transportées vers des chantiers navals américains pour l'installation de la propulsion nucléaire et d'autres composants. Des coûts supplémentaires. Ajoutez à cela les 2,4 milliards de dollars australiens de coûts irrécupérables déjà payés aux Français pour l'absence de livraison de sous-marins, plus plusieurs centaines de dollars australiens de frais de résiliation de contrat. Ajoutez également le coût actuellement inconnu de l'extension de la durée de vie des sous-marins australiens à propulsion conventionnelle de la classe Collins, afin de combler l'écart entre la date de leur mise à la retraite dans une dizaine d'années et 2040, voire au-delà. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a encore compliqué le tableau en déclarant que le programme apporterait également des emplois au Royaume-Uni. Il a peut-être à l'esprit des éléments non seulement des sous-marins d'attaque nucléaires britanniques de la classe Astute, mais aussi de leur nouveau modèle, actuellement appelé SSN(R). Cependant, plus de coproduction et de conception séparée signifient encore plus de coûts et de temps. Les trois parties nationales peuvent également décider que le sous-marin AUKUS sera de conception entièrement nouvelle et ne bénéficiera pas directement des avantages spécifiques en matière de conception, d'ingénierie et de base de production des constructions américaines ou britanniques existantes ou futures. Ce coût est totalement inconnu, mais il est certainement beaucoup plus élevé que celui de la conception française qui a été évitée. Récemment, le ministre australien des finances a déclaré aux auditeurs de la radio australienne : "Le premier ministre a reconnu que le coût sera probablement plus élevé que ce que nous avons évalué pour les sous-marins à propulsion conventionnelle." La seule chose dont on doute, c'est de combien les coûts réels vont augmenter par rapport à cette base préliminaire de 100 milliards de dollars australiens. L'Australie ne connaîtra probablement pas le montant réel des coûts avant que tous les travaux de conception détaillée ne soient achevés et que la construction et les premiers essais ne soient suffisamment avancés pour démontrer leur efficacité. Les États-Unis et le Royaume-Uni ne reproduiront pas l'erreur commise par la France en matière de divulgation prématurée. Mais tout ira bien, selon la sagesse conventionnelle. Les sous-marins d'attaque à propulsion nucléaire sont beaucoup plus performants que les sous-marins diesel-électriques. Les sous-marins d'attaque nucléaires peuvent rester littéralement immergés pendant des mois, parcourir d'énormes distances en immersion (comme de l'Australie à la mer de Chine méridionale, où les Chinois ont construit des bases de manière agressive) et ils peuvent maintenir des vitesses élevées presque indéfiniment, échappant ainsi aux menaces et trouvant davantage de cibles. Tout cela est vrai, mais une fois encore, ce n'est pas si simple. Les sous-marins d'attaque nucléaires ne se déploient pas très souvent, et les sous-marins américains de classe Virginia ne sont en mer qu'une quinzaine de fois au cours de leurs 33 ans de vie pour leurs déploiements de six mois. Vous n'êtes pas "plus capable" si vous n'êtes pas dans le voisinage. En outre, les sous-marins d'attaque modernes à propulsion conventionnelle, moins chers, sont nettement plus silencieux et plus difficiles à détecter que les Nucs - et ils les ont attaqués avec succès à plusieurs reprises, ainsi que les porte-avions qu'ils protègent, lors d'exercices navals. La question de la détection est particulièrement importante dans la mer de Chine méridionale, qui est peu profonde, où le bruit dû à la taille et à la vitesse ainsi que l'échappement d'eau chaude des nucs (pour le refroidissement des réacteurs) peuvent produire une signature détectable. Il existe des raisons opérationnelles de préférer parfois les sous-marins d'attaque à propulsion conventionnelle (moins chers). Enfin, le bilan des acquisitions modernes des marines américaine et britannique n'est pas de nature à inspirer confiance. Les nouveaux porte-avions américains et britanniques ne sont pas les seuls exemples ; il faut ajouter les horribles "destroyers" de la classe Zumwalt et les navires de "combat" littoraux qui ont coûté deux fois, voire plus, le prix unitaire d'origine avec des capacités bien inférieures à celles promises. De plus, les Australiens apprennent aujourd'hui qu'ils paieront plus et obtiendront moins pour les F-35 américains qu'ils achètent actuellement - tout comme ils l'ont appris il y a plusieurs décennies avec l'acquisition tout aussi problématique de bombardiers américains F-111. Dans une décennie ou plus, l'Australie connaîtra le coût, le calendrier et les capacités réels de ses nouveaux sous-marins. Mais il sera alors trop tard pour le programme "trop gros pour échouer". Bonne chance avec ça, l'Australie. Winslow T. Wheeler a travaillé pendant trois décennies pour des sénateurs républicains et démocrates et pour le GAO sur des questions de sécurité nationale. Il a ensuite dirigé le Center for Defense Information, maintenant au Project On Government Oversight. Il est maintenant semi-retraité. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) https://www.realcleardefense.com/articles/2021/10/09/the_aukus_nuclear_attack_submarine_good_luck_with_that_australia_798171.html
    6 points
  3. bah tu sais, à part Le Drian, l'intégralité de nos ministres pourraient âtre assis à coté de moi dans un train que je ne les reconnaitrai pas...
    6 points
  4. Si des ministres sont assis dans le train, c'est ce train que je ne connais pas.
    5 points
  5. AUKUS qui vise aussi à la construction d'une Base Industrielle et Technologique de Défense qui pourrait bien concurrencer celle que l'Europe essaie de construire, si d'aventure d'autres pays européens y étaient liés par le biais de partenariats avec la Grande Bretagne par exemple... Il serait donc prudent de nous méfier Navalgroupré.
    5 points
  6. J'ai déjà navigué FREMM avec le plein complet de missiles, en opérations. Tous les tubes. Nécessité fait loi.
    4 points
  7. A35 => Mica VL A43 => Aster 15 A50 => Aster 15 et Aster 30 A70 => MdCN Sauf A35 ... c'est 8 cellules par Sylver ... donc 8 missiles par Sylver. Pour A35 ... il est proposé aussi pour 4 missile seulement il me semble. FDA ... actuellement 16x Aster 15 - dans les 16 cellule de A43 - et 32x Aster 30 - ou un panachage avec des Aster 15 ... dans les 32 cellules Sylver A50 - ... Il y a de la place pour ajouter 16 cellules Sylver A50 ... donc 16 missile de plus pour 64 à ma place de 48. FREMM ASM ... 16 Aster 15 ... et 16 MdCN FREMM ASM+DA ... 32 Aster 15 et 30 mélangés. FDI ... 16 Aster 15 et 30 mélangés. A priori il y a la place réservé pour ajouter 16 missiles ...
    4 points
  8. Cela concerne nos "garde côtes" et la réglementation / usagers de la plaisance. Je suis évidemment favorable à la préservation du "libéralisme" français dans la pratique de plaisance, il vaut mieux miser sur des bonnes écoles, surtout de voile, que sur des pseudos permis.. Mais, faut avouer que les pratiques des loueurs posent question. Le résultat est que l'on retrouve en mer des gens incompétents incapables de manoeuvrer leur bateau, des inconscients aux manettes d'engins trop puissants pour leur niveau etc. Et je ne parle même pas du "bordel" dans les mouillages, avec des usagers incapables de mouiller correctement. Sans tomber dans les excès de réglementation à l'espagnole, qui ne préservent pas des usages des autres pavillons (les Baléares en été c'est le cirque) faut quand même se poser des question sur les modalités de location et du contrôle des compétences. Pour illustrer je publie un extrait de l'entretien avec le nouvel Amiral Med. (..) nous avons beaucoup de personnes qui ne sont pas habituées ou n’ont pas pratiqué depuis longtemps. Et, parallèlement, nous voyons une démultiplication des applications sur Internet pour la location de vecteurs nautiques qui permettent de partir en mer sur des engins fortement motorisés sans avoir forcément les qualifications requises. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il s’est amplifié. Au final, nous avons assisté cet été à une hyper-fréquentation de la mer avec des gens moins habitués, ce qui s’est traduit par une hausse de l’accidentologie. Il y a une vraie réflexion à avoir sur le sujet. Nous devons nous mettre autour de la table avec tous les acteurs concernés pour essayer de mieux organiser les activités en mer, qui doit rester un espace de loisir et de plaisir, mais aussi de sécurité et de savoir-vivre. Il est par exemple choquant de voir des sauveteurs bénévoles de la SNSM se faire insulter par des gens parce qu’ils ont mis un peu de temps à arriver, alors que le problème vient des usagers qui ont oublié de regarder s’il y avait suffisamment d’essence dans le moteur ou ne savent pas utiliser les voiles ! Beaucoup n’ont aucune connaissance, ils ne savent pas ce qu’est un sémaphore, comment contacter les secours… ils n’ont même pas les notions de ce qu’est un capitaine et des responsabilités qui lui incombent : du coup, quand il y a un problème, certains disent le plus naïvement du monde qu’ils ne sont pas au courant et qu’il faut voir avec le loueur de bateaux ! Ce n’est pas tolérable, il faut que les gens comprennent que lorsqu’on est en mer, on est responsable." https://www.meretmarine.com/fr/content/amiral-boidevezi-comme-en-mer-de-chine-assiste-une-territorialisation-de-la-mediterrane
    4 points
  9. Tu ne sepuku'a faire ?
    3 points
  10. Voici donc le bruit d’un SNLE. C’est beau.
    3 points
  11. sujet évoqué par ailleurs sur le fil marine australie "Le nouveau sous-marin furtif de la France : Plus silencieux qu'un banc de crevettes ? Bien qu'il soit pratiquement impossible de voir un sous-marin immergé depuis la surface, il existe encore de nombreux moyens de repérer et de surveiller les navires, et le "bruit" en est un. Un sous-marin en mouvement produit un bruit qui permet, dans de nombreux cas, de repérer facilement sa position, sa vitesse et, dans de nombreux cas, d'identifier le type de navire. Le bruit d'un sous-marin, qui se distingue des bruits naturels de l'océan, peut provenir des vibrations de la coque, des équipements de la centrale électrique, des hélices et des bruits d'écoulement. Le nouveau plan de sous-marin furtif de la France Des efforts ont été faits pour réduire le bruit émis par les sous-marins. La France a annoncé qu'elle avait lancé un nouveau programme pour les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins de troisième génération de sa marine. La France a annoncé qu'elle avait lancé un nouveau programme pour les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de troisième génération de sa marine. Quatre bateaux au total seront produits dans le cadre du programme SNLE (sous-marin nucléaire lanceur d'engin), et le premier devrait être livré à partir de 2035, les trois suivants devant arriver selon un calendrier de un tous les cinq ans. Les sous-marins, qui n'ont pas encore reçu de nom, seront construits par Naval Group et devraient également rester en service jusque dans les années 2090. Les autorités contractantes seraient l'agence d'approvisionnement de la DGA et le Commissariat aux énergies alternatives et à l'énergie atomique. Selon les rapports, les sous-marins seront légèrement plus longs et plus lourds que l'actuelle classe Le Triomphant, entrée en service en 1995. Notamment, la nouvelle classe de bateaux sera également beaucoup plus silencieuse. "Ils ne feront pas plus de bruit qu'un banc de crevettes", a déclaré la ministre des Armées Florence Parly, citée par DefenseNews. Le SNLE, expliqué Un responsable du programme SNLE-3G (troisième génération) de la Marine nationale a également déclaré à Naval News : "Le sous-marin sera si silencieux que son bruit rayonné pourra être inférieur au bruit ambiant de l'océan." On pense que la nouvelle classe de sous-marins français utilisera une partie de la technologie développée pour le sous-marin d'attaque de classe Suffren, ce qui pourrait inclure les gouvernails en forme de X et le propulseur à jet de pompe. En outre, pour être discrets, les sous-marins SNLE seront équipés de ce que H I Sutton de Naval News a rapporté être l'ALICIA (Analyse, Localisation, Identification, Classification Intégrées et Alertes) de Thales, une suite de capteurs holistiques, qui pourrait combiner une large gamme de capteurs et un système de traitement des données SYBOBS 3.0. Ce système pourrait être capable de détecter les fréquences ultra-basses (ULF), ce qui permettrait aux sous-marins de suivre et d'identifier les adversaires les plus discrets. L'intelligence artificielle (IA) pourrait également être utilisée pour aider l'équipage à identifier les contacts, réduisant ainsi la pression sur l'équipage. Il n'est toutefois pas certain que ce système puisse distinguer un banc de crevettes d'un autre bateau SNLE-3G. Jusqu'à présent, beaucoup d'efforts ont déjà été déployés pour le développement de cette nouvelle classe de sous-marins. Selon le ministre des Armées Parly, qui a annoncé le lancement du programme au centre des technologies hydrodynamiques de la DGA à Val-de-Reuil, les travaux sur le SNLE sont en cours depuis plus de dix ans. "Quinze millions d'heures ont déjà été consacrées aux études de développement, et vingt millions supplémentaires seront nécessaires pour chaque sous-marin. La fabrication d'un sous-marin véritablement aussi silencieux que l'océan ne se fait pas du jour au lendemain. Peter Suciu est un écrivain basé dans le Michigan qui a contribué à plus de quatre douzaines de magazines, journaux et sites web. Il écrit régulièrement sur les armes légères militaires et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur les coiffures militaires, dont A Gallery of Military Headdress, disponible sur Amazon.com. https://www.19fortyfive.com/2021/03/frances-new-stealth-submarine-quieter-than-a-school-of-shrimp/ Sais pas si c’est un bon raisonnement mais en positionnant la signature d’un soum russe « very quiet (*)» ( trait mixte vert) sur l’abaque de Wenz , on s’aperçoit qu’on est en limite de bruit ambiant ( prevailing noise) . Certainement des améliorations en discrétion depuis 1994 , nos soums nuk évolueraient donc carrément dans le bruit de fond https://dosits.org/science/sounds-in-the-sea/what-are-common-underwater-sounds/ (*) source article de Miasnikov paru dans Science & Global Security de 1994 https://scienceandglobalsecurity.org/archive/1994/02/can_russian_strategic_submarin.html « La détection sous-marine consiste à extraire du bruit de fond créé par les vagues, la faune marine (en particulier les crevettes !) et le trafic maritime des bruits cohérents inférieurs au niveau du bruit de fond. Les bruits cohérents sont en effet créés par l'homme. C'est un peu comme d'essayer dans une Techno Parade d'écouter le Miserere d'Allegri, qu'écouterait un participant sur son iPod. Pour ce faire, il faut de l'électronique, du traitement du signal, des mathématiques, des algorithmes, des banques de données et des logiciels extrêmement puissants » https://www.institut-jacquescartier.fr/tags/sous-marin/
    3 points
  12. Information à transmettre aux Australiens https://www.corlobe.tk/article48851.html
    3 points
  13. Je ne sais pas si c'est bien pertinent pour une utilisation dans l'environnement de la Grèce. Le nuk pour de l'océanique ok, pour une utilisation côtière et à courte distance... Faut des sous-marin adaptés plutôt pas trop gros, diesel avec un bon AIP, sur ce segment les allemands sont plutôt bons.
    3 points
  14. Je ne sais pas où est Esmeralda, donc c'est que ça doit être le premier couple LGBT(...) de l'histoire de la littérature, le fameux Quasimodo et Quasimodo
    3 points
  15. Des poètes, ça ne peut être que des poètes.
    3 points
  16. C'est peut-être aussi pour cette raison que les Chinois, voire les Russes, n'achètent pas de F-35
    3 points
  17. La notion d'indépendance est effectivement de nos jours très idéologique tant l'interdépendance domine le monde. On peut très bien dire que nous sommes indépendants pour produire nos armements, mais quand on y regarde bien, est-ce que tout ce qui constitue un équipement est produit de A à Z chez nous? Entendez par là, les matières premières? Même si on peut fabriquer un avion, en réalité nous achetons de l'étranger l'essentiel des matières nécessaires à sa conception et si demain on a un embargo du monde entier contre nous, nous ne pourrons pas continuer cette fabrication. Idem pour le pétrole, on ne pourra pas faire voler cet avion sans fournisseur. Mais c'est pareil pour des pays qui produisent beaucoup et dépendent des ventes à l'étranger pour son enrichissement. Ce monde là est différent du monde d'avant ou l'indépendance recherchée se voulait être totale et ou le commerce était un "bénéfice". On cherchait à produire tout du début à la fin et ce que nous n'avions pas, on cherchait à le conquérir. L'achat sur le "marché" à d'autres pays était une solution temporaire et palliative à une solution indépendante qui pouvait passer parfois par des guerres. Même si le monde actuel est bien différent, que la multitude des ressources et des besoins complexifie une réelle indépendance, le principe reste de mise et une réelle politique d'indépendance demanderait de profonds changements qui ne se feraient pas en 2-3 ans. Donc pour ne pas voir et faire ces profonds changements, comme je l'ai dit, l'indépendance est idéologique, on la cherche dans le symbole, dans l'opposition politique ou diplomatique, en Afrique s'opposer à la France ou de s'opposer aux USA chez nous. Dans ce combat on peut parfois tomber dans des délires qui sont acceptées, car il faut "abreuver" ce sentiment pour garder l'idéologie indépendantiste intact. ------------------------------ Mais dans la réalité, l'indépendance revêt 3 grands domaines (économie, politique, militaire) qui sont eux mêmes divisés en plusieurs fragments. Le domaine central reste à mes yeux, celui de l'économie et sans lui l'indépendance politique et militaire ne peut pas se faire. S'il faut arriver à une indépendance économique, il faut posséder, produire et transformer les ressources naturelles, donc refaire des mines. Avoir une indépendance énergétique peu importe que ce soit au nucléaire, au gaz, au pétrole, au charbon ou au renouvelable tant que nous avons et faisons tout. Si nous n'avons pas ce qu'il faut, accepter la confrontation militaire pour s'accaparer des ce qu'il faut et ne pas hésiter à exploiter à notre profit au détriment des autres (car si en Afrique on aime parler de colonialisme et d'exploitation par la France, en réalité on en est loin, ils ne savent pas de quoi ils parlent et le système qu'ils critiquent c'est celui d'un système mondialisé qui se fait partout dans le monde). Une politique agressive et conquérante qui ne se fera pas sans contraintes, sans crises, sans risques. Mais avant d'en arriver là, il faudra se "sortir" au maximum du besoin d'importation et ne pas non plus trop dépendre des exportations. La réindustrialisation est obligatoire pour y parvenir, satisfaire notre propre besoin quitte à ce que ce soit plus cher, l'important c'est que notre argent reste chez nous. On doit également financièrement être viable, pour cela il faut déjà parvenir à effacer le déficit public, mais aussi éliminer le recours à des créanciers extérieurs. Une telle politique fera mal aux chiffres de l'économie, va créer un ralentissement, une baisse de pouvoir d'achat, une agitation sociale. La liste est encore longue, mais on peut comprendre le pourquoi du comment la réelle indépendance ne se fera pas, même si sur le papier, pour un pays, pour le nationalisme ça serait formidable. Le système actuel permet une création de richesses conséquente et on cherchera plutôt à exploiter ses possibilités que d'en sortir, car derrière le monde entier va continuer ainsi. C'est justement parce que le monde entier agit ainsi (sauf peut-être la Corée du Nord) que ce n'est pas problématique, l'interdépendance évite la recherche d'une indépendance qui serait une nouvelle course à la captation des richesses et qui se feraient très vite sur le dos de pays pauvres et faibles comme on en a en Afrique. Le combat pour l'indépendance, qui se fait goutte par goutte est en réalité sans fin car il est tellement complexe, énorme et difficile qu'aucun homme politique n'irait s'y aventurer à fond, que ce soit en France, en Russie, en Chine, aux USA ou ailleurs. Qu'on se contente déjà de supprimer le déficit public et commercial (rien que pour ça on en a pour des années), après on verra...
    3 points
  18. Chiffre 181,45 m3 qui aurait dû être divisé par 4 en vertu du (pi D²/4) quand on prend D pour le calcul de la surface de base du cylindre donc 45.36 , ceci dit l’article parle de 254 m3 et non 181.. ( j’ai du mal à suivre ) Si D c’est le diamètre de la coque extérieure et non celui de la coque épaisse , donc gain de volume utile aménageable est moindre Ce qui est appelé finesse c’est le rapport L/D qui doit resté < à 10 pour un SNA , si on augmente L alors à D constant le ratio augmente forcément Pour ce qui est des déplacements surface ou plongée l’écart , avec celui de la coque épaisse, c’est en plus le volume des ballasts et on a aussi l’eau emprisonnée et le volume des appendices Les cycles de fatigue plastique ( olégocyclique) prennent en compte les plongées entre la surface et l’immersion de sécurité qui peut être dépassée si incident ( le soum rentre dans la tranche de sur -immersion) .Ces coques avaient déjà cyclé on ne démarre donc pas de zéro, sachant que tout ceci est hyper suivi par les experts NG/DGA . Toute valeur de profondeur pour un SNA ou SNLE est confidentielle défense , ce soum subira des plongées statique pour valider la tenue de la coque épaisse à une profondeur déterminée par les experts . bref en terme de chiffres c'est pas très clair ou alors c'est moi ( je n'exclue rien )
    3 points
  19. J'essaierai d'y penser la prochaine fois que j'irai au supermarché
    2 points
  20. En fait le concept du Frappeur prend forme dans le tir de l'USV Ranger de l'US Navy. René Loire pensait à une soute à munition navigante low cost. Le Ranger est juste plus petit et avec encore moins d'équipage que ce qu'il avait imaginé. https://www.youtube.com/watch?v=0uSqDM0cW4M
    2 points
  21. De moins en moins de monde regarde, justement, et chaque série/film est désormais perdu au milieu d'un raz de marée permanent de nouvelles productions, sorties en quantités jamais vues à l'ère des grands services de streaming. Le fait est qu'il y a une large part d'irrationalité dans la production américaine (et du coup dans d'autres, par influence du "modèle" US... Qui est encore très réelle) eu égard à certaines caractéristiques du milieu de la production audiovisuelle de ce pays, qui, au final, tourne autour d'un très petit nombre de pôles de décision et de gens, tous très connectés et interdépendants, qui forment une sorte de "club" très endogame et imposent leurs codes à tout le secteur, tout en dictant leurs conditions aux financiers, lesquels sont en partie acquis à ces idées ou prêts à y céder avec le bon baratin et les bons goodies (les soirées, la pub, le glamour, leur nom au générique...), en partie mis en minorité et en partie sous le syndrôme du proprio absent ("on confie le divertissement aux divertisseurs et on voit ce que ça donne"....). Mais dans l'ensemble, la fiction audiovisuelle est en baisse dure: comme la musique, elle a été rétrogradée par les jeux vidéos, de loin le premier secteur du divertissement, d'une part... Et de l'autre, par cet océan de contenus de tous types fournis par des amateurs, des passionnés, des arnaqueurs, des organisations de tous types essayant quelque chose... Et vous-même dans bien des cas: internet sous toutes ses formes absorbe ainsi une énorme portion du temps, de l'attention, de l'investissement émotionnel (= dépendance), de l'imaginaire et des budgets (donations, abonnements...) qui étaient jadis consacrés au cinoche, à la télé, à la musique: youtube, insta, tiktok, twitter.... N'ont pas forcément de gigantesques de centres de production de contenus par des entités majeures, mais des millions de "créateurs" qui font des trucs de toutes sortes, le plus souvent simplement communiquer des visuels de votre cul, de vos journées, de vos repas, de vos fringues, de vos vacances, de vos délires, de vos réflexions, de vos hobbies.... Et à l'arrivée, la bande passante et les portefeuilles du publics restent, malgré leur immensité cumulée, des ressources plafonnées. Wokifier la prod hollywoodienne, surtout de façon si omniprésente, absolue, unilatérale... C'est peut-être juste un facteur d'accélération du déclin par un secteur incapable de s'auto-réformer à force d'entrisme.... Un peu comme les instances militaires françaises dans les années 30. Et la Wehrmacht dans cette analogie, c'est un peu la production d'autres pays, d'un secteur indépendant en cours de développement aux USA.... Et des gens comme PewdiePie, Mr Beast, Logan Paul, Joe Rogan et quelques millions d'autres.
    2 points
  22. Comme troll au sujet du F35, c'est pas mal et cela mérite une palme en or. As a troll about the F35, it's not bad and it deserves a gold palm.
    2 points
  23. Pour rester en plein dans le sujet SNA et SNLE français, voici l'exploit que réalisa le jeune Mozart avec le Miserere d'Allegri Dans le domaine musical, l’anecdote très connue du Miserere d’Allegri illustre la singulière capacité de mémorisation du jeune Mozart (1756-1791). (...) Le Miserere de Gregorio Allegri (1582-1652) est une œuvre baroque très courte de 11 minutes. Elle est chantée en présence du Pape, uniquement deux fois par an, le Mercredi Saint et le Vendredi Saint, a cappella sans orgue ni orchestre, lors des matines de la semaine Sainte. Les chanteurs de la Chapelle Sixtine chantent le Miserere à la fin de l’Office des Ténèbres, alors que les cierges sont éteints l’un après l’autre. L'expression a cappella signifie justement « à la manière de la Chapelle [Pontificale] », en référence aux chœurs de la Chapelle Sixtine qui chantent sans accompagnement musical. Le Miserere est la propriété exclusive du Vatican, les partitions sont enfermées à clef, et il est interdit de les recopier ou de les sortir du Vatican sous peine d’excommunication. La menace d'excommunication, c'est l'équivalent de la dissuasion nucléaire pour le Pape. Nan, juste pour rappeler qu'on est en plein dans le sujet. Faut suivre, quoi Il est également fait interdiction aux chanteurs de donner la moindre indication susceptible de reconstituer la partition. Enfin, on expulsait les auditeurs surpris à prendre des notes. Même si l’œuvre est courte, elle est assez complexe car deux formations de quatre et cinq voix chantent plusieurs parties en alternance ; en outre les castrats se livrent à différentes roulades et ornementations improvisées qui participent autant à la beauté de l’œuvre et à sa popularité que l’exclusivité temporelle (deux fois par an) et spatiale (la Chapelle Sixtine). (la suite sur le lien...) Oui, torpilles et missiles de croisière. En plein dans le sujet comme je le disais
    2 points
  24. Ne rêvez pas, cela me rappelle furieusement les (bons) contacts entre Me Parly et Viola Amherd en Suisse, utiles mais trop tôt dans le processus de sélection car chaque nouveau contact efface le précédent, et on connait la suite
    2 points
  25. Toi, t'es encore de garde (ou t'es en corps de garde, ça marche aussi).
    2 points
  26. Parly échange avec son homologue finlandais.7
    2 points
  27. AKK et Peter Altmaier jettent l'éponge : https://www.sueddeutsche.de/politik/bundestagswahl-annegret-kramp-karrenbauer-peter-altmaier-mandate-rueckzug-1.5435646?reduced=true (10 octobre 2021) Et voilà que la ministre de la défense et le ministre de l'économie Peter Altmaier, toujours en poste, ont renoncé en faveur de jeunes élus de la CDU, à leur mandat au Bundestag qu'ils venaient de remporter via la liste de la CDU du Land de Sarre.
    2 points
  28. Vu le démonstrateur que Naval Group vient de montrer je pense que l'achat de SSK en France est définitivement réglé. SI il y a vraiment un besoin, par exemple en protection de Brest ou de zone, il y aura développement d'une version plus grosse et armée.
    2 points
  29. Les Australiens le savent-ils ? https://www.corlobe.tk/article48851.html
    2 points
  30. Ce qui serait vraiment, mais alors vraiment sympa, ce serait que les Indiens / Coréens / Japonais mettent en service des SNA avec soutien de la France - notamment pour la propulsion - AVANT les Australiens Ca n'a rien d'impossible, voire c'est très vraisemblable s'agissant des Indiens. Quant aux Coréens et Japonais, tout dépendra de leurs décisions, mais chacun de ces pays a des capacités techniques en propre assez largement au-dessus de celles de l'Australie. Je ne connais pas la politique sud-coréenne - j'ai cependant remarqué comme tout le monde qu'ils ont testé des balistiques lancés de sous-marins, et ce n'est sans doute pas juste pour la beauté du geste. Reste clairement la question de la relation avec Washington - qui conserve un droit de veto, ça parait clair. Mais un "droit de veto" même non officiel de Pékin ou de Pyongyang, je n'y crois pas. Ce n'est pas une superpuissance qui multiplie son stock d'armes nucléaires, ni un pays pauvre qui teste balistiques intercontinentaux et armes nucléaires qui vont être en position de "faire honte" ni de faire pression sur Séoul. Washington le peut, oui. Un rapprochement sino-nord-coréen ? Mais Pyongyang est déjà très dépendant de Pékin économiquement parlant, son commerce extérieur passe par le "grand frère" voisin. Et la Chine n'est sans doute pas trop mécontente de constater que la Corée du Nord est une grosse épine dans le pied des Etats-Unis.
    2 points
  31. Article interactive sur la bataille de Khalkhin Gol en 1939. L'article n'est disponible en anglais.
    2 points
  32. Le livre que @Rochambeau a proposé est celui ci : https://www.babelio.com/livres/Roussillon-Les-brigades-internationales-de-Franco/960381
    2 points
  33. Pour m'intéresser quelque peu à la question je peux t'assurer que cela n'a jamais été évoqué (sérieusement).
    2 points
  34. https://www.youtube.com/watch?v=9qb1xJZ0U7U
    2 points
  35. Il faudrait un 140mm basse pression pour tirer du MMP Un peu dans l'idée du 152mm du Sheridan. La question n'est pas de percer ou non un MBT mais un VBCI ou surtout un Jaguar ... sauf à demander à ce dernier de traiter tous les VCI au MMP En passant et pour mémoire, le prix d'un JAGUAR est 3,5 m€ en valeur résiduelle d'après ce tableau .
    2 points
  36. Pas entièrement d'accord : la pire, c'est la dépendance alimentaire forte.
    2 points
  37. Il me semble qu'outre-manche, l'aérodynamique est calculée totalement différemment de chez nous. Ce doit être à cause des unités impériales ...
    2 points
  38. DeepL dit : (and not pleasant verbal jibes where the gouaille disputes with the spirit) Ça n'a aucun sens. T'es chié quand même !
    2 points
  39. ahhhhhhhhhhhhhhhh LES SOCIALO-COMMUNISTES çà faisait longtemps qu'on en avait pas entendu parler de ceux-là tient ! Ressortir le cadavre du placard afin d'expliquer pourquoi le gouvernement espagnol a eu jusqu'à présent le bon sens de ne pas s'inféoder adhérer au F-35 est un met succulent qu'il convient de savourer sans modération. Je ne te cacherais pas que la modération a également une confiance très limitée dans la valeur de tes propos; mais comme nous sommes en France, pays des Lumières et des Droits de l'Homme tu es certes chahuté mais en aucun cas bâillonné ... Sur AD Net tu trouveras des gens pour argumenter dans ton sens et d'autres qui ne sont pas d'accord, il serait de bon ton que tu l'acceptes au lieu de te plaindre sans arrêt - a priori l'introspection et la remise en cause ne semblent pas être tes points forts. Pour conclure, sur certains forums anglo-saxons de telles divergences de vues t'auraient valu de vraies insultes (et non d'aimables saillies verbales ou la gouaille le dispute à l'esprit) et surtout une exclusion rapide. Ici ce n'est pas le cas ... comme tu peux le constater.
    2 points
  40. Les Australiens viennent de nous adresser une demande pour 12 exemplaires propulsés par des moteurs a pistons.
    2 points
  41. Il va vous falloir faire un sérieux tour sur soumarsov.eu Pour les Lada, le premier est curieusement admis au service actif sans réserve... alors qu'il est en attente de son premier arrêt technique majeur depuis août 2020. De nombreuses interrogations subsistent quant à son devenir: refonte ou casse, car il est très différents des suivants. Le n° 2, le Kronstadt est toujours en achèvement à flot au chantier depuis le 20 septembre 2018 ! Un sous-traitant a semble-t-il fait faillite faute de paiement. Quatre autres sont prévus, mais jusqu'au n° 5, pas d'AIP prévu et livraison pour ... 2027. https://soumarsov.eu/Sous-marins/Post92/677/677.htm Un successeur sous le nom de projet 777A Kalina a récemment été présenté au ministère de la Défense qui visiblement ne s'y intéresse pas puisque le financement est fait par le ministère ... de l'Industrie et du Commerce. https://soumarsov.eu/Sous-marins/Futur/Kalina/Kalina.htm Pour les Yasen-M, ils sont clairement un remplaçant des classes 949A Antey Oscar II dont le missile Granit a dépassé les 35 ans. Mais aussi de toute une ribambelle de sous-marins nucléaires d'attaque (classes 945A Sierra II, Classe 671RTMK Victor III, classe 971 Akula...). Au rythme des fins de vie probable, les Yasen-M vont avoir fort à faire. Le 8ème de la série a été mis sur cale en 2020 et son arrivée est annoncée pour 2028. Soit à la fin du plan de développement en cours (2017-2028). De plus, en août 2021, la prolongation de la série des Yasen-M a été annoncée, ce qui ne présage rien de bon pour le projet 545 Laïka dont les études sont entièrement prises en charge par le consortium OSK, faute d'un financement du ministère de la Défense. En admettant au mieux que le premier Laîka soit mis sur cale en 2022, il ne serait pas en ligne avant 2030, si entre temps de nouveaux clases 885M Yasen-M n'ont pas occupé la place dans l'unique chantier constructeur de sous-marins nucléaires, SEVMASH. https://soumarsov.eu/Sous-marins/Post92/885M/885M.htm https://soumarsov.eu/Sous-marins/Futur/Laika/Laika.htm
    2 points
  42. https://laviedesidees.fr/Reinventer-la-reanimation.html (5 octobre 2021) Le co-auteur de l’étude, Takanori Takebe, un jeune professeur brillant issu de l’Université de Yokohama, m’a indiqué dans un entretien que c’est à ce moment-là qu’ils ont songé à utiliser à la place de gaz un liquide riche en oxygène (perfluorocarbone). L’intestin (non écorché) peut absorber l’oxygène du liquide, et le transmettre alors au sang, à la place des poumons. L’expérimentation sur des cochons démontra alors la possibilité d’une « respiration » intestinale, sans conséquence néfaste. Autrement dit : la possibilité à terme d’oxygéner un patient dont les poumons seraient dysfonctionnels, et de réduire l’usage de l’intubation et du respirateur – et donc de réduire les coûts, les problèmes de capacité hospitalière, mais aussi les risques et les difficultés médicaux liés à l’intubation. La réception de l’étude a été très bonne, au moins d’après ses auteurs. Elle est en tout cas de fait abondamment citée, et bien accueillie. Il s’agit maintenant de voir dans quelles conditions et avec quel succès la technique peut être employée sur des êtres humains – et espérer que l’impact qu’elle aura, dans le monde médical et dans les médias, dépassera effectivement l’anecdote d’actualité et le sourire.
    2 points
  43. Je rappelle qu'il en va de même chez nous les traités internationaux devant se conformer au "Bloc de Constitutionnalité" reprenant la constitution de 58 et le préambule de celle de 46, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen la Charte de l'environnement; ainsi que depuis une décision du Conseil Constitutionnel de 1971 les "principes particulièrement nécessaires à notre temps" (PPNNT) entre autres du droit de grève, du droit d’asile ou du droit à la protection de la santé des enfants ; les "principes fondamentaux reconnus par les lois de la République" (PFRLR) reconnus par le Conseil constitutionnel (liberté d'association, liberté de l'enseignement, indépendance de la juridiction administrative, indépendance des professeurs d'université...) ; les principes à valeur constitutionnelle dont font partie la continuité de l'État et des services publics ou la sauvegarde de la dignité de la personne humaine.
    2 points
  44. D'après l'article, c'est la proposition pour la demande Polonaise. Je cite "Dans le cadre de l'initiative Miecznik (Espadon), la Pologne a formé un consortium comprenant le Groupement d'armement polonais et le chantier naval PGZ pour l'achat de trois navires de défense côtière de la taille d'une frégate pour la marine. Sacrée bestiole ! Je crois que la Pologne va devoir attendre le règlement de son différent avec l'UE pour savoir si elle peut se l'offrir ou pas.
    1 point
×
×
  • Create New...