Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 05/24/2022 in all areas

  1. 1/ TVD ukrainien, jours 80-88. Les 9 derniers jours ont vu l'une des périodes les plus fluides à ce jour dans la guerre russo-ukrainienne. Les développements les plus significatifs ont été la reddition des forces ukrainiennes à Mariupol et la percée russe autour de Popasna. 2/ Perspectives météorologiques. Les prévisions pour les 10 prochains jours verront une couverture nuageuse réduite avec peu d'intempéries ; conditions favorables aux frappes aériennes et d'artillerie ainsi qu'aux assauts terrestres. La vitesse et la direction du vent réduiront l'efficacité des frappes d'artillerie en général. 3/ DO de Kharkiv. La contre-offensive ukrainienne s'est probablement arrêtée en raison des récentes attaques russes de destruction dans la région de Ternova et Rubizhne. Les forces russes conservent une bande peu profonde de 10 km de territoire occupé à la frontière, à portée d'artillerie de Kharkiv. 4/ La Russie a probablement l'intention de maintenir une présence sur la rive ouest du Donets Siverskyi plutôt que d'utiliser la longueur de la rivière comme obstacle naturel que les forces ukrainiennes doivent franchir. Avec une tête de pont déjà sur le fleuve à Staryi Saltiv, les forces ukrainiennes peuvent encore menacer Vovchansk. 5/ DO de Severodonetsk-Donetsk. Malgré la poursuite de pertes importantes dans la DO de Severodonetsk-Donetsk, les forces russes ont réussi une percée localisée dans la zone de Popasna ainsi que de nombreux gains progressifs le long des axes Izium et Lyman et entre Horlivka et Donetsk. 6/ Le ministère russe de la Défense a affecté un petit groupe de manœuvre opérationnel (OMG) composé de ses forces les plus performantes pour percer la ligne défensive secondaire de Popasna et exploiter cette brèche vers Soladar à l'ouest et Lysychansik au nord, probablement dans l'intention de former un chaudron. 7/ Les forces russes semblent tirer parti de la densité du réseau ferroviaire de Luhansk pour assurer un ravitaillement adéquat des forces avancées. L'OMG à Popasna a fait un meilleur usage des armes combinées, d'une approche doctrinale pour percer les défenses préparées, et de l'intégration de nouvelles ressources de combat. 8/ DO de Zaporizhzhia. L'activité russe et ukrainienne dans la DO de Zaporizhzhia a augmenté au cours de la semaine dernière. Entre Marinka et Vuhledar, les unités russes ont lancé une série d'assauts qui ont permis de capturer quelques petites villes et villages dans la région de Novomykhaillvka. 9/ Le ministère russe de la Défense rapporte qu'il a vaincu une contre-attaque de 2 bataillons ukrainiens entre Hulyaipole et Malynivka le 16 mai. Des sources ukrainiennes font état d'une présence accrue de troupes et d'équipements russes à Polohy, probablement en vue d'une nouvelle poussée vers Orikhiv. 10/ L'activité des partisans reste active et perturbatrice dans les zones occupées par les Russes, en particulier Melitopol et Enerhodar. Les autorités d'occupation russes à Melitopol affirment que les guérilleros ont attaqué l'artillerie et les systèmes de défense aérienne dans toute la région. 11/ Azovstal. Après 86 jours de résistance, les forces ukrainiennes se rendent aux forces russes dans l'aciérie d'Azovstal sur ordre du gouvernement ukrainien. Bien que ces troupes soient censées faire partie d'un échange de prisonniers, il n'est pas certain que la Russie honore cet engagement. 12/ OD d'Odesa-Kherson. Il y a eu peu d'activité de combat dans la DO de Kherson-Odesa au cours de la semaine dernière. Les efforts ukrainiens et russes se sont principalement concentrés sur l'amélioration de leur positionnement tactique. Les autorités russes continuent de renforcer leur contrôle sur la population de l'Oblast de Kherson. 13/ OTMO de la mer Noire. Le blocus russe d'Odessa se poursuit. La flotte de la mer Noire reste active dans l'ouest de la mer Noire pour interdire la navigation à l'entrée et à la sortie d'Odessa, ainsi que pour mener des frappes de missiles de croisière contre les infrastructures ukrainiennes essentielles dans toute l'Ukraine. 14/ Évaluation aérospatiale. Les sorties du VKS sont en moyenne de 250 pour une période de 24 heures. Le soutien aérien rapproché des unités opérant dans le Donbas a considérablement augmenté, en particulier dans la région de Lyman. Les pertes récentes du VKS comprennent 2 avions de chasse (type inconnu), 2 hélicoptères et 12 drones. 15/ Évaluation des dommages de la bataille. Des rapports anecdotiques et des déclarations générales de responsables ukrainiens/russes sur les pertes au combat le long de la ligne d'opération Izium-Lyman-Severdonetsk-Popasna font état d'un taux élevé de pertes en troupes et en matériel parmi les forces russes et ukrainiennes. 20/ Évaluation globale. La poussée de la Russie contre Severodonetsk déterminera probablement le succès ou l'échec de cette phase actuelle de la guerre. Si la Russie ne parvient pas à sécuriser les frontières de Louhansk et à réaliser au moins une avancée significative vers Donetsk, elle risque de ne pas atteindre les objectifs du Kremlin. 21/ Comme indiqué précédemment, la percée à Popasna a été le résultat d'une meilleure application des méthodologies doctrinales et de l'intégration de nouveaux moyens de combat (comme les VAB BMPT) qui ont permis aux forces russes de manœuvrer plus efficacement et de déborder les défenses ukrainiennes. 22/ De même, un élément manquant de la capacité offensive russe, à savoir la fourniture efficace d'opérations de combat soutenues, est venu appuyer ces efforts. L'OMG de Popasna est restée efficace en grande partie parce qu'elle a été mieux approvisionnée que les offensives russes précédentes. 23/ Cependant, la stabilité de la percée russe à partir de Popasna dépend de la cohérence à long terme du soutien logistique de ces BMC. Dans le cas contraire, il sera incapable de réaliser des gains pendant longtemps, et encore moins de créer un chaudron à Severodonetsk qui obligerait les forces ukrainiennes à se retirer. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
    12 points
  2. Pas forcément. En 1940/1941 les anglais réparaient leurs navires aux USA… cela faisait partie du programme lend-lease (fourniture de matériels + réparation + entraînement). Cela n’a pas pour autant déclenché l’entrée en guerre des USA… Au Vietnam, les Russes sont allés encore plus loin. Il y en avait derrière les consoles de SAM et aux commandes de Mig…comme quoi on peut aller assez loin dans le « soutien ».
    9 points
  3. 5 points
  4. Je suis d'accord avec tes explications. Mais il y a quelques "corrections" à apporter ... La chute la plus "verticale" possible de l'obus est directement liée à la hausse maximale de la pièce, généralement comprise entre +45° et +70°, ce qui correspond, à la louche, à un tir dans le "second registre" - tir indirect avec trajectoire très fortement parabolique, où on ne cherche pas la portée maximale, mais la frappe la plus verticale possible avec l'apogée la plus élevée - par exemple, tir au-delà d'un obstacle, comme une montagne, ou, alors, pilonner le toit d'un ouvrage fortifié ou une position retranchée. C'est le principe de fonctionnement du mortier d'infanterie (81 mm) ou d'artillerie (120 mm) - là, je raisonne "à l'ancienne", sauf que le mortier à tube lisse avec ses torpilles à ailettes n'a, longtemps, pas eu la précision d'un pièce à tube rayée à chargement par la culasse; c'est pour cette raison, par exemple, que la "règle", à l'époque, était de tirer par rafale de 3 torpilles, en tablant sur l'effet du volume de feu, afin de compenser la dispersion des pélots. Hormis les fusées à impact avec délai plus ou moins long, qui sont efficaces dans un "tir à ricochet" - sauf que cette méthode implique un trajectoire relativement tendu, le pélot étant sensé ricocher sur le sol (de préférence, dur et sec), puis exploser en l'air, au-dessus du secteur visé, les éclats arrosant, par exemple, des "pinpins" abrités dans des tranchées -, il existe, également, des munitions à fusée chronométriques, dont le fonctionnement de la "fusée", calculée sur le temps de vol estimé - il y a des abaques qui ont été établis pour ce faire -, est réglé pour que le pélot détone au-dessus de la "cible", afin d'arroser d'éclats tout ce qui trouve en dessous; la dernière génération de "schrapnels", en 14-18, était, déjà, conçue pour un tel fonctionnement!, mais l'emploi des schrapnels était tombé en désuétude, quand la technologie de fabrication des chemises d'obus en acier avait permis de confectionner des projectiles explosifs avec une quantité d'éclats suffisamment nombreux et meurtriers pour pouvoir, désormais, se dispenser des "obus à balles". Le schrapnel avait donné, bien plus tard, naissance à l'obus à sous-munitions, mais, çà, c'est une autre histoire.
    5 points
  5. Oui on devrait compter entre 3 et 4 bataillons dans une brigade ukrainienne. Si le rapport de force en infanterie est en théorie équilibré, le rapport de force localement est largement (surprenamment) favorable aux Russes car les Ukrainiens doivent maintenir un filet de défense sur tout le périmètre de leur pays, Biélorussie comprise. Les Russes choisissent leurs points de pression (quand même prévisible) mais leur territoire reste un sanctuaire. Dans le Donbass, on parle d'un rapport de 1 à 3 pour les Russes, ce qui est juste suffisant en théorie pour une offensive réussie, si on accepte un niveau de perte sensible, ce qui ne fait plus de doute coté Russe; la résistance du moral (et pas de LA morale) des Russes est à ajouter aux "surprises" tactiques de ce conflit. Les Russes ont largement simplifié leur logistique en réduisant la taille du front et sont revenus dans du faisable pour eux MAIS sur un front de plusieurs centaines de kilomètres quand même; après voir perdu entre un quart et un tiers de leur camions de l'avant (qui dans l'OTAN pourrait en faire autant?). Il ne fallait pas non plus s’enflammer sur l'importance de Koupiansk-Izium du point de vue logistique, les Russes ont au moins 5 axes de ravitaillement plus à l'Est et 2 gros centres de déploiement en plus de Belgorod, à savoir Bogoutchar venant de Voronej et Rovenki vers Starobilsk (y a Valouiki aussi mais sur l'axe de Koupiansk qui aurait pu être menacé.) Sans compter que le Sud de l'Ukraine est totalement sécurisée pour leurs convois logistiques avec des arrivées par le détroit de Kertch , les canaux de navigation intérieures russes vers la Mer noire (par Rostov sur le Don) et par des navires civils chargés de ravitaillement qui passent le Bosphore. A l’écroulement de l'URSS, j'avais vu passer des estimations d'un stock de 20 millions d'obus d’artillerie (hors munitions chars et roquettes) sur le territoire de la Russie seulement..
    5 points
  6. Non. Le radar permet surtout de recaler le calculateur balistique au sujet de la balistique interne. On sait ce qu'on à calculé, on sait à quel vitesse est sorti réellement l'obus, on sait alors que nos hypothèse ne sont pas bonne, ou pas dans l'écart type. Ça permet de corriger nos hypothèse, et d'essayer de rapprocher le plus possible le calcul du résultat. Selon les lot d'obus par exemple ... les ajustements ne sont pas toujours idéaux, l'obus peut alors être plus ou moins freiné dans le fut, ce qui modifie un chouilla la vitesse de sortie. Même chose sur les lots de poudres ... la chimie n'est pas forcément hyper exacte ... ça peut venir de la fabrication ... du vieillissement ... du stockage. Certains lots peuvent être plus énergétique que prévu ou plus vif etc. Même chose pour l'usure et la dilation du fut - à cause de la montée en température -, ce qui affecte l'étanchéité et les frottement interne, donc la vitesse aussi. Si tu attends que l'obus retombe tu ne sais pas si l'erreur vient de la balistique interne ou de la balistique externe. Avec le radar tu lève le doute immédiatement ... en sachant au pouilleme près la vitesse de sortie de l'obus. La centrale inertielle sachant elle au pouilleme près la direction et la position du canon. Normalement tu disposes à chaque départ de coup de toutes les infos possible pour corriger ce qu'il faut pour le coup suivant. Pour SPACIDO en plus du radar de tachymétrie, il faut une antenne qui transmet le freinage à appliquer à la fusée quelques dizaine de mètre après la mesure de la vitesse - En gros on mesure la vitesse réelle, on s’arrange pour qu'elle soit toujours un peu supérieur à la vitesse idéale, on calcule la différence avec la vitesse idéale, on calcul alors le freinage à appliquer, le moment ou applique le freinage à la fin de la trajectoire trajectoire, on transmet l'info à la fusée SPACIDO, la fusée déploie le frein au moment calculé, l'obus ralenti pile poil ce qu'il faut pour tombé à la bonne distance - .
    5 points
  7. J'entends bien, mais tu mets le doigt sur un point qui n'est pas vraiment élucidé à mon avis : à quel point les Russes (enfin, les décideurs Russes) croient ils à leur propre propagande ? Je ne serais pas aussi catégorique que toi, même si je suis entièrement d'accord sur le fond que jamais l'OTAN ne déclenchera une attaque en premier. Dailleurs en aparté, regarde il y a de plus en plus de discussions poussées dans les médias occidentaux pour une intervention maritime dans le but de dégager Odessa et permettre les exportations de grains. Ensuite mets toi deux min à la place de VVP et de sa mentalité d'assiegé, ayant vécu comme un affront la guerre sous mandat ONU en Libye, sous couvert de protéger Misrata au départ. Bref, je le comprendrais presque le pauvre et je ne serais pas pressé de dégarnir Kaliningrad a sa place.
    4 points
  8. Ahhh, le mec que certains mettaient en avant et d'autres pas du tout... https://www.liberation.fr/checknews/les-affabulations-dadrien-bocquet-ex-militaire-francais-revenu-dukraine-20220524_M2ORL5NGZBELBKHZ6QJ2LV66P4/
    4 points
  9. Et on va atteindre les 700 chars russes, soit à peu près les effectifs cumulés FR-GB-RFA ... en trois mois ... Sympa la haute intensité .... Mouais, avec la quantité de mitraille qui doit tomber, le bruit des VCI et autres chars dans le coin, les dizaines de grenadiers qui s'accrochent à l'engin pour des déplacements, je voudrais encore voir la gueule du Metravib russe sur un T80 après 2 semaines de campagne .... Tout cela m'a l'air d'être de magnifiques solutions pour les Stands de Satory et autre "présentation AdT à l'IHEDN" ... Je constate simplement encore la pléthore de vidéos de STugma-P qui vous envoie ad patres des tonnes de métal armé russe, on se demande d'ailleurs si c'était intelligent de donner tant de Javelin, qu'on ne voit jamais à l'oeuvre d'ailleurs Clairon
    4 points
  10. Il y a plusieurs chose ... La dispersion des obus. On contrôle beaucoup moins la dispersion en longueur, qui dépend de la vitesse initiale de l'obus, de l'erreur de pointage, et de la projection du vecteur vitesse de l'obus sur la surface d'impact. Que la dispersion en largeur, qui dépend essentiellement de l'erreur de pointage. Pour faire simple le motif que forme les impacts pour un même réglage du canon, est une sorte d'ellipse dont l'allongement est le double de la "largeur". Plus le tir est tendu pire c'est coté allongement de l'ellipse, parce qu'une toute petit incertitude, sur la "hauteur" de vol de l'obus se traduira par une grande longueur projeté sur la surface d'impact. C'est ici que SPACIDO est intéressant, en corrigeant les erreurs sur l'allongement justement, il ramène le motif des impacts à un cercle grosso modo. Pour te donner une idée du crible d'un canon de 155mm ... à la grosse louche c'est un terrain de foot - 100m de long 50m de large - dans le sens de la longueur. Correctement utilisé à portée raisonnable tous les obus rentre dans le terrain. La dispersion des éclats. Un obus qui explose envoie les éclat le long d'un cône dont l'axe est celui de l'obus. Selon la vitesse de l'obus au moment de l'explosion ce cone est plus ou moins plat. Si l'obus explose dans un contenant, par exemple la terre, le cone est encore déformé par la résistance du contenant au blast, et le cone est alors carrément vers l'arriere. En résumé un obus airburst donc avec de la vitesse projete selon un cone dont la pointe et l'obus et qui va vers l'avant. un obus qui explose pile sur une surface tres dure va exploser en anneau ... vitesse "nulle" cone ouvert à 180° un obus qui explose apres etre rentré dans la terre, va exploser selon un cone dont la pointe est l'obus, et orienté vers l'arriere. Maintenant selon l'inclinaison de la trajectoire de l'obus juste avant l'impact par rapport au sol ... le cône va être incliné. Dans le troisième cas, l'obus dans la terre, un obus qui arrive à 45°, va éclater selon un cône lui aussi incliné à 45°. Résultat la partie avant du cône va pointer quasiment vers le ciel ... alors que la partie arrière du cône va pointer presque horizontalement vers l’arrière. Comme l'adversaire n'est pas dans le ciel, mais au ras du sol ... ce sont les shrapnel envoyé horizontalement vers l’arrière qui vont faire du dégât .... Le cône en question sur les coté va forcément envoyer les shrapnel pile à l'horizontal, du moins au moins dans une direction - l'intersection cône -> plan - c'est dans cette directement que les dégât seront les plus fort parce que les shrapnel seront idéalement orienté pour faucher tout ce qui est au raz du sol. On comprend vite qu'entre la nature du sol, la géométrie du sol, l'angle des obus, le type de fusée ... on peut obtenir tout un tas d'effet voir pas d'effet du tout. On comprend vite aussi pourquoi les artilleur aime que les obus tombe pile verticalement - moins de dispersion en longueur -... idéalement sur un sol dur - plus de dispersion horizontal des éclats -, pour cribler le plus possible ... en airburst pour cribler par le dessus - cône assez fermé par la composition de vitesse -... ou avec retard - cône très ouvert à cause de la contenance du sol - ... pour réduire au maximum les collatéraux. --- Si tu ajoutes la dispersion des obus plus la dispersion des éclats ... tu comprends vite que tu ne peux avoir de certitude sur les effets. C'est pour ça que l'artillerie est longtemps resté statistique ... tu peux juste prévoir que x% des cible auront pris un éclat si tu mets x% des obus dans un telle boite garni de tant de cible dispersé au hasard. Avec l'artillerie guidé ça change un peu.
    4 points
  11. Monsieur Modo stp fais kekchose les esprits s'echauffent un peu trop là non ?
    4 points
  12. On en avait parlé au tout début de cette guerre. ON n'avait pas évalué cette capacité de résistance des Ukrainiens. Mais passé cette résistance moral le problème c'est la mise en oeuvre des matériels qu"ils recoivent et la formation. Les soldats aguerris doivent être franchement moins nombreux maintenant. ET ceux qui sont en formation ne sont pas encore prêt. On est dans un creux de vague côté Ukrainien. Côté russe, passé la mauvaise surprise du début de cette guerre, ils ont une crise économique sur le dos et une guerre. Ils doivent faires contre mauvaise fortune bon coeur et partir se battre en se disant que de toute façon ils ne seropnt jamais copain avec les mec de l'autre côté. Bref le morale a déjà atteint son point le plus bas quand ils sont parti de Kiev. Les russes commencent même à enregistrer quelques petites victoires acquise de haute lutte face à un adversaire équipé par l'OTAN ce qui doit forcément representer un peu de fierté.
    4 points
  13. Désolé, je suis jeune mais pas à ce point. J'ai déjà du mal avec Instagram, alors TikTok...
    4 points
  14. Dans un article tout à la gloire de l'artillerie made in USA, voila que le NYT y va de sa perfidie: le matos FR est pas simple, trop compliqué. Allez, c'est vrai, encore une raison de dénigrer les autres. Les USA me fatiguent....
    4 points
  15. J’ai montré les photos à mon cousin Momo. Son diagnostique est le suivant: Celui avec du rouge dessus : passage au marbre, changer la caméra de recul qui a fini par terre, refaire le haut du spoiler arrière arraché au mastic, carrosserie et peinture des ailes. Y en a pour 10 000 de matos, pour la main d’œuvre faut voir. Mais il refait les niveaux et change les filtres pour rien. Pour l’autre tout gris : check au marbre itou, changement du frein qui a mangé dans le choc, passage à la mallette pour vérif ABS, carrosserie peinture. 5000 € de pièces, main d’œuvre faut voir. Niveaux et filtres dans le forfait. Si l’AAE est intéressée il peut même venir chercher les brêles avec son cametar, c’est pas plus cher et il est pas loin (A la sortie de Beurlay sur la D75 face au brico dépôt)
    4 points
  16. Si tu tire des fusée a fléchettes comme c'est couramment le cas. Le tir en cloche est un grand classique aussi utilisé dans l'OTAN pour l'attaque de convoi par exemple. La fusée dépote ses fléchettes avec comme résultat une pluie de fléchettes avec un angle assez droit. Parfait pour attaquer de l'infanterie dans des tranchée ouverte aussi, des véhicules par le haut. La rocket héliportée est avant tout une arme statistiques de saturation d'un usage semblable à la rocket d'artillerie. Sur Tigre il était prévu de les tirer par lot de 44, à 3000m de la cible ... Pour cribler une zone 1000m de long et de 150m de large. J'avais posté les brochure publicitaire de l'époque. Si tu fais la passe à basse altitude pour taper une cible à 3000m tu tires forcément lobé. Normal dans les hélico moderne il y a un indicateur CCRP dans le HUD qui t'indique comment pointer et quand tirer. Parfois ça tire même tout seul lorsque le pointage est optimum.
    3 points
  17. Bon alors 1 Les 10000 (plutot 8000) ca vient d'un chiffrage de l'ISS qui a jamais été foutu de faire les comptes pour les materiels en parc/reserve (suffit de voir les reserves supposés des ukrainiens qui aurait, d'après la même source 1000 T72 en reserve) Donc les chiffres publiés, bof 2- Ensuite combien ont été vendus à l'export (que ce soit par le Russie ou l'Ukraine .... grande habituée jusqu'en 2014 au point qu'elle en a fournie a des pays comme le Soudan ou l'Erythrée je crois, pas les banquiers du monde pourtant) 3 - combien sont restés stockés à la Russe (quel que soit le camp) cad en champ ouvert sous le climat soviét... ahem russo-ukrainien (tiens les biélorusses ont fait pareil avec leurs T64, ca fait des beaux cimetierres de chars) 4- combien ont été cannibalisés 5- combien ont été pillés (quand on sait que même le TU214R stratégique aurait été pillé, des T72 qui trainent n'importe ou) 6- combien sont remettables en état rapidement (plus rapidement que des T62 plus simples mécaniquement) Pour pasticher : les T55 a l'époque étaient connus pour avoir des finesses de finition de merde mais démarrer même avec de la limaille d'usinage dans le moteur. Pas sur que des T72, plus complexes soient aussi simple Enfin, il y'a plusieurs dépots de remise en forme opérationnelle pour le matériel qui doivent tourner à plein pour remettre en route les T72, T80 et T90 endommagés, le nombre de techs n'etant pas infini, remettre en route du matériel plus simple est aussi un moyen d'aller plus Note que toutes ces explications combinées sont à moitié satisfaisante et comme on a peu d'infos coté russe, peut être qu'ils sont aussi en train de remettre en route des T72 et T80 Accessoirement (toujours dans le thème maintenance de chars) il semble que les slovaques et la république tchèque autorisent l'entrée sur leur territoire de blindés ukrainiens endommagés, les réparent et les renvoient au combat La par contre, on se rapproche dangereusement de la ligne de co-belligérance
    3 points
  18. Euh par contre excuse-moi mais la Pologne faisait clairement partie des cibles du Kremlin, tout comme la Moldavie, les Roumains, Bulgares et les pays baltes, en tant que zone d'influence considérée comme légitime par la Russie. En janvier il ne faisait aucun doute que si l'Ukraine tombait, cela pourrait tourner au château de cartes avec la Moldavie ensuite, puis les Polono-Baltes pour profiter de la stupeur et de l'indécision des Occidentaux et forcer le discrédit sur l'OTAN, le reste de l'Alliance n'osant pas intervenir. C'est en tout cas ce qui apparaît en filigrane des exigences extravagantes du Kremlin en décembre (le fameux retour aux positions d'avant 90).
    3 points
  19. Un chaine Youtube d'un américain en Russie. L'impact du retrait des marques occidental sur un grand centre commercial "typique" russe. Évidemment , beaucoup moins de monde... qui a intérêt à venir dans un centre de shopping sans magasin ouvert... Mais on constate la pénétration des marque de l'ouest dans la vie "standard" des Russes. Mais ils ajoutent, que les prix sont en hausse forte sur la nourriture produite localement (c'est un Auchan..) et que les caddies sont moins remplis qu'avant déjà.
    3 points
  20. Il peut y avoir une multitude de causes donc certaines totalement débiles. Exemple: imagine que les T72 aient besoin d'un joint à 2 roubles qui n'est plus produit. Depuis 20 ans on pique les joints des modèles en réserve pasquepascher en sachant que le machin ne coûte rien et est facilement dispo sur le marché. Sauf qu'avec les sanctions, le machin n'est plus dispo à court terme et Vladimir-qui-a-tapé-dans-la-caisse remarque le problème et qu'il n'y a plus de stocks. Alors on ressort les tanks pour lesquels on a les pièce de suite. Militairement ça ne rime à rien de mettre sur le front un nouveau (vieux) matériel, effectivement.
    3 points
  21. Les T-62 ont été en service à un bon millier d'exemplaires dans l'armée russe jusqu'en 2012 pour appuyer toutes les opérations de "police" environnants la Tchétchénie et l'Opération Bistok 2018 avait pour théme parmi d'autres "remise en service du T-62 dans le cadre d'une grande maneouvre stratégique", ce qui a parfaitement fonctionné, puisqu'une partie des T-62 remis en condition (T-62M) est partie en Syrie. Les équipages qui pourraient être mobilisés ont donc 28 ans minimum (service obligatoire à 18 ans en 2012) et ce serait cohérent avec l'annonce de personnels mobilisables jusqu'à 40 ans (qui pour certains on pu conduire des T-62). #PutinAtWar: Soviet Tanks Reactivated in Russia’s East https://medium.com/dfrlab/putinatwar-soviet-tanks-reactivated-in-russias-east-a81a111051a1
    3 points
  22. https://www.7sur7.be/monde/la-guerre-en-ukraine-a-travers-les-yeux-d-un-chef-de-char-russe-nous-sommes-attaques-depuis-trois-heures-ils-nous-b~a2de88f3/ La guerre en Ukraine à travers les yeux d'un chef de char russe: “Nous sommes attaqués depuis trois heures, ils nous b***” Comment un chef de char russe de 24 ans vit-il la guerre en Ukraine? Un journal ukrainien a réalisé un reportage sur la base d’images que le jeune lieutenant russe Yuri Shalaev a lui-même réalisées avec son smartphone. Le documentaire donne un aperçu rare de l’armée russe.
    3 points
  23. Heu non Toujours pas Les ATGMs c'est 4 à 5000 m en extreme de portée selon les systèmes avec un temps de vol long C'est la distance max aussi pour un engagement obus de char (mais qui lui va plus vite avec un effet tiré-touché quand l'equipage de l'ATGM a 4 km va s'exposer pendant un temps de vol de plusieurs secondes) Tout les autres sont dans un segment de 300 à 600 m (donc rien de différent du RPG standard) Ce qui s'est amélioré c'est la précision grâce aux calculateurs (un RPG 7 c'est ""précis"" jusqu'à 100m, un NLAW c'est plus) Mais de toute façon ce qui va conditionner l'efficacité d'un AC portable c'est le cloisement du champ de bataille qui va permettre de s'approcher sans être vu par le char et le taper sur les zones vulnérables de préférence 3/4 arrière Rien de différent du bocage Normand et de ses Panzerfausts et Panzerscherck si ce n'est qu'on est passé de 50 m d'engagement optimal à peut être 100 m (soit toujours dans le rayon d'engagement des armes AP embarquéed d'un char)
    3 points
  24. Un peu annexe aux opérations en Ukraine : On passerait en fin d'année à du Leclerc pour le GTIA Fr déployé en Roumanie Clairon
    3 points
  25. Je suis sûr qu'il existe des outils pour contrôler le positionnement des fixations et aller beaucoup plus vite que ça
    3 points
  26. Bon hier, j'étais sur le registre de la tarte à la crème, on va être plus sérieux aujourd'hui. Je présente toutes mes confuses à la modération pour la référence politique, et le but n'est bien entendu pas ici de faire un débat de cet ordre, mais uniquement de débattre de l'idée elle même. J'ai déniché un article qui précise le concept: https://linsoumission.fr/2022/01/11/dissuasion-nucleaire-ou-spatiale-melenchon/ En gros, l'idée est de disposer d'une capacité offensive basée sur des armes hypervéloces de deux types. Primo des armes Sol-Espace visant à frapper les satellites ennemis ( ce qui n'a rien de nouveau même si nous manquons de cette capacité en France ), secundo, de disposer de systèmes d'armes en orbite capable de frappes massives sur les infrastructures stratégiques d'un pays adverse. Elément intéressant, l'article insiste sur la discrétion de telles frappes et le relatif anonymat des auteurs... Surtout, ce qui est nouveau, c'est d'en faire toute une doctrine opérative stratégique visant si ce n'est à remplacer, du moins à présenter une alternative au gros marteau nucléaire et à pouvoir paralyser totalement un pays adverse en quelques minutes, sans taper trop fort sur son écosystème et sa population ( même si on peut supposer que cette dernière sera lourdement impactée par la destruction des infrastructures stratégiques ).
    3 points
  27. Je ne sais pas comment fonctionne tiktok mais qu'est ce qui empêche de mettre une image À (l'entraînement) puis une image B (le panneau) dans la même vidéo ? C'est la qu'on voit qu'on est des vieux grigou (mon correcteur a écrit "grivois"), la génération Tiktok c'est pas nous. Parmi les plus jeunes @Heorlou @Louise75 vous pouvez confirmer ou infirmer ? Merci par avance
    3 points
  28. deux petits points, qui peuvent compter, à mes yeux : - d'une part, les placebos : parfois, le fait de dire, de faire prendre une pilule (qu'elle ne sait pas ) neutre à une personne la soulage... elle a pris LE medoc ; De ce fait, je ne peux pas dire que tout est blanc ou tout est noir. - second point, un sondage dans le parisien, en avril 2020. fait apparaitre, 3 mois apres le début de la crise covid, que 59% des français sondés pensent que l'hydroxy est efficace tandis que 20% pensent que non. Les Bidochons moyen, qui ne sont ni spécialistes, ni medecins, sont 79% (presque 8 sur 10) à avoir un avis tranché sur la question. tout ceci pour dire que nous avons des concitoyens (dont nous faisons partie) qui ne sont pas éclairés et qui peuvent "raisonner" (noter les guillemets) d'une maniere ................... étrange https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/covid-19-ladhesion-des-francais-a-la-chloroquine-en-2020-montre-t-il-leur-manque-de-culture-scientifique-4087015 N'oublions pas que la vitesse de la Science n'est pas celle du clic de la souris d'un consommateur.
    3 points
  29. Interview passionnante de Thomas Gomart, directeur de l'IFRI. Et les questions posées sont aussi bonnes que les réponses. CA c'est une position neutre et érudite, pas AL Bonnel ou A. Juillet. Dommage que sur la dernière question, anecdotique, il esquive un peu trop. https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/05/23/thomas-gomart-la-russie-livre-en-ukraine-une-guerre-coloniale-sous-protection-nucleaire_6127361_3232.html
    3 points
  30. Je croirais entendre mon père quand à 5 ans je lui demandais comment on fait les bébés… Je croirais entendre ma mère quand je lui demandais de confirmer les assertions de mon père…
    3 points
  31. On a quand même retiré les plaques d'immatriculation
    2 points
  32. Une roquette d'hélico, c'est pas une roquette d'artillerie, je me vois pas tirer avec mon HK416 un chargeur avec une inclinaison de 65° en me disant "ça va arroser" à 956m d'ici ... Clairon
    2 points
  33. Nous n'avons pas de chiffre précis sur l'effectif du parc d'artillerie russe engagé en Ukraine, mais, en gros, en 2020, l'armée russe alignait +/- 3500 pièces de 122 et 152 mm tractées ou automotrices, sans compter les pièces d'un calibre supérieur. Cà fait beaucoup, sachant que, historiquement, elle est très loin d'être manchote pour l'utiliser et que les performances pratiques générales desdites pièces n'ont rien à envier à celles de l'artillerie "européenne". Notre "glorieux" Caesar sort, effectivement, du lot par ses performances, mais ce n'est pas avec 6 ou 8 pièces livrées et le stock de munitions fourni, qu'il risque, pour autant, de "bouleversifier" la situation sur le front, car, un, ce n'est en rien, une "arme miracle", deux, je peux me tromper, mais il y a neuf chances sur dix que la dotation fournie se soit résumée à des munitions "classiques" d'une portée max de 30 bornes, soit, en gros, une portée pratique de 25 bornes ou moins, sur le terrain! De toute manière, même, dans l'armée française, l'emploi des munitions à très hautes performances doit être strictement limité à des usages ponctuels, avec le "feu vert" circonstancié et préalable de la hiérarchie. La pièce coûte, déjà, la peau des murges et plus, tandis que l'emploi des munitions à "hautes performances" implique, lui, une usure accélérée du tube! NOTA : Si l'armée française se contente, à terme, d'un parc de +/- 100 pièces, ce n'est pas l'effet du hasard! Tout ce qu'on arrive à lire est que son développement aurait coûté 10 fois moins cher que celui de l'obusier automoteur américain 155-mm XM2001 Crusader; sauf qu'il n'y a pas grand-chose de comparable entre les deux matériels, l'un étant sur roues ( le Caesar), quasiment dépourvu de munitions de rechange, l'autre, (le Crusader) un automoteur, de 48 tonnes, sous caisse blindée pouvant embarquer 48 coups, dont 10 tirés en une minute! Cela dit, il faut 60 minutes à l'échelon de ravitaillement pour regarnir ses casiers! Bref, personne n'a inventé "l'eau chaude"; certes, on sait, depuis la WW2 - les allemands étaient, déjà, passés par là, avec des systèmes de barillets, mais qu'ils n'étaient pas parvenus à mettre en production - l'armée française avait repris le principe à bord de l'AMX 13 -, mais, si, désormais, on peut, ainsi, accélérer la cadence de tir "ponctuelle", le temps de rechargement, lui, grosso modo et à peu de choses près, reste "constant", vu que, dans la procédure de rechargement, sur le terrain, il faut, à un moment - c'est ballot! - devoir recourir à la manutention, à l'ancienne, par "pinpin"! Un "artilleur" pétant de santé et abonné régulier au levage de la fonte en salle de musculation, peut, certes, sans problème, manutentionner deux pélots complets en même temps, sauf que cette "performance" n'apporte rien dans la rapidité générale de l'exécution du "rechargement". Du coup, avec 48 pélots, six rafales de 8 coups, l'équivalent de "six minutes" de tir, ce qui constitue, en soit, une très jolie performance, se résume, de fait, plus prosaïquement, à une heure de rechargement. Dès lors, si "oublie" les risques de contre-batteries, qui existaient, déjà, on n'a guère évolué, le temps passant, avec les cadences de tir des batteries automotrices allemandes de six pièces de 15 cm, les Hummel embarquant, chacun, 18 coups, en munitions séparées (!), soit 3-4 coups/minute chacun, mais avec une ardoise financière de production qui, elle, n'avait, strictement, rien à voir avec les coûts actuels - le Hummel ayant été produit à +/- 5000 exemplaires -, car on est très loin de 80 Caesar livrés à l'armée française, qui, eux coûtent une véritable fortune! En parallèle, il y a juste un problème qu'il conviendrait, aussi, de m'expliquer, l'artillerie n'a, historiquement, d'effets sérieux conséquents, que par son nombre et sa concentration. Notre Caesar a des qualités exceptionnelles pour "fumer de la babouche" localisée dans le fin fond du Sahel ou dézinguer du malfaisant en Syrie, mais, là, il s'agissait (juste) de théâtres opérationnels "exotiques", qui n'ont plus rien à voir à ce qui déroule, actuellement, en Ukraine, où, visiblement, ces "dernières semaines", la puissance de l'artillerie terrestre est devenue essentielle, domaine où l'armée ukrainienne affiche, désormais, sa faiblesse et nos 6/8 Caesar, quelques soient leurs performances, ne pourront pas faire grand-chose! Je peux, certes, me planter, mais quand je "constate" qu'une batterie ukrainienne de 12 M777, généreusement fournie par l'US Army, positionnée à l'est - donc dans la partie la plus chaude des combats - s'est contentée de tirer 10 coups/jour, en deux semaines, à mon humble avis, il y a un "blème"!
    2 points
  34. Les drones Fr Parrot sont de la partie ... https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/technologie-guerre-ukraine-drones-francais-parrot-champ-bataille-98484/
    2 points
  35. Ce sont les portées max théoriques sur cible statique En pratique, ca chutait vite (pas d'optique et vent latéral) J'ai lu pas mal de retour d'utilisateurs de RPG7 qui disent pareil (précision pourrie au dela d'une courte portée) Les LRACs et OSA avaient une meilleure précision mais ca se dégrade vite Sinon les russes occuperaient les villages de Mironovsky et Svitlodansk soit toute la rive Ouest du reservoir de Myronivske
    2 points
  36. La nuance, c'est que l'Ukraine est désormais une nation en armes, elle joue sa survie et donc est prête à mener une guerre coûteuse. La Russie, en comparaison, bien qu'incomparablement plus grande, riche et puissante, n'a pas ce genre de pression envers sa population, celle-ci ne se sent pas menacée par une invasion ukrainienne (lol) ni de l'OTAN qui est resté sagement en arrière du conflit sans envoyer de troupes, même si le matériel coule à flot. Si on ajoute à cela la récession économique, le chômage de masse, l'inflation qui s'est stabilisée au-dessus de 15%*, les réserves monétaires qui diminuent et la majorité du matériel de pointe de la société civile qui peut tomber en panne par manque de pièces détachées**, la situation économique russe rend difficile à moyen terme la poursuite de la guerre, et impossible à long terme. Dans les faits, les Ukrainiens sont prêts à tous les sacrifices pour maintenir leur indépendance, la Russie est loin de disposer de la même capacité de mobilisation. *En économie monétaire les taux directeurs sont les taux d'intérêt pratiqués par la Banque Centrale pour prêter aux banques privées. Ce taux est systématiquement inférieur à l'inflation de 3-4% en temps normal. Ces dernières années en Europe on était à taux zéro pour une inflation de moins de 2%, ce qui était exceptionnel et même inquiétant à certains aspects. Ici, l'inflation en Russie est une tendance longue, qui n'a pas commencé avec la guerre et qui remonte au milieu des années 2010. Aujourd'hui, les taux directeurs russes se sont stabilisés à 14%, donc l'inflation est mécaniquement au-dessus de 15%, et tourne probablement autour de 18-20%. Avec la baisse avérée de la production, la Russie plonge donc dans la slumpflation qui est la pire situation économique dans laquelle un pays puisse être (la production baisse, sa valeur aussi, mais les prix montent et le chômage aussi). **les avions civils devraient commencer à être cannibalisés d'ici quelques semaines ou mois, le reste devrait commencer à merder dans la même période. La Chine ne peut pas remplacer ces pièces même si elle le voulait, elle n'a déjà pas assez de capacités de production pour satisfaire son propre marché intérieur. C'est contrebalancé par le fait qu'ils utilisent la voiture bien plus que nous, pauvres cyclistes et utilisateurs de transports en communs. Le pétrole a donc un poids beaucoup plus important dans l'économie américaine, et une bonne partie de la population du pays vit à une mauvaise facture de la faillite.
    2 points
  37. Un feu de navigation (rouge à gauche, vert à droite).
    2 points
  38. Durant la WW2, l'artillerie allemande, considérant qu'un obus atteignait sa cible sous une certaine incidence, ne définissait pas le rayon de dispersion des éclats mais distinguait leurs effets sur l'avant, sur les côtés de la gerbe d'éclatement et ne prenait en compte que la zone où la densité des éclats était la plus importante. Dans ce contexte, les effets létaux des éclats d'un obus explosif de 15 cm, tiré par l'obusier lourd 15 cm s.FH 18 (hausse maximale: +45°), étaient de 25 m sur l'avant et 55 m sur les côtés. 80 ans plus tard, les valeurs sont assez proches.
    2 points
  39. Il me semble que les unités UKR sont représentées en brigades (plusieurs bataillons) alors que les unités russes le sont en GT (bataillon)
    2 points
  40. Ça me fait penser à EndWar de Tom Clancy : -Un système de satellites laser haute puissance qui a rendu l'arme nucléaire relativement obsolète (détection et neutralisation des ICBM dès le lancement) pour l'Europe -Un système d'armes à énergie cinétique lâchées depuis l'orbite pour les Etats-Unjs -Et un bon gros missile à l'ancienne pour les Russes ... (bon niveau cohérence avec les prémisses du truc ce n'est pas terrible). Le problème des armes espace-sol c'est qu'il faut les mettre en orbite et elles auront probablement une masse conséquente (nécessitant donc beaucoup de lancements). Ça serait en pratique impossible de cacher/camoufler autant de lancements. Autant dire que tout le monde traquerais la position de ces armes H24. C'est comme si tu avais un SNLE que tu pouvais suivre en permanence, tu sais qu'il pointe ses armes sur toi mais que tu peux le détruire facilement si jamais les tensions atteignent un niveau critique. Tout ce que ça ferait c'est de recréer une course à l'armement entre nombre de vecteurs dans l'espaces et nombre d'armes anti-satellites. Vu que le coût des secondes sera prévisiblement bien inférieur, autant dire que la course serait terminée avant même qu'elle puisse commencer... Disposer d'armes antisatellites devient effectivement nécessaire (ne serait-ce que pour être capable de gêner les capacités de renseignement et de communication de l'adversaire). Pour les armes orbitales par contre ça restera je pense une chimère. A moins d'être capable de les construire directement en orbite à partir de matériaux minés la haut, ce qui rendrait leur coût nettement plus raisonnable et permettrais de les cacher (mais c'est pas pour tout de suite).
    2 points
  41. A 40 bornes ca tombera dans un cercle de plusieurs centaines de mètres de diamètre. Avec du bol tu es proche de ton centre mais tu peux être a 200-300 mètres. Dossier très complet sur le sujet https://www.emerald.com/insight/content/doi/10.1108/JDAL-05-2019-0011/full/pdf?title=a-comparative-analysis-of-contemporary-155-mm-artillery-projectiles A titre d'exemple le m795 de 155 standard US est donné pour une CEP de 200m de diamètre a 30km. Un 155 Excalibur, guidé donc, 8 mètres...
    2 points
  42. Comme dit plus haut, tu as aussi un panneau en cyrillic et un obus où il y a écrit "pour Marioupol" (et l'intérieur de la cabine avec ce rétro proéminent, c'est bien un Caesar) Le lieu où tire le Caesar est vraiment typique de l'Ukraine avec ces grandes plaines herbeuses. La tenue CE peut avoir été donnée, le carnet rouge ça peut juste être l'artilleur ukrainien qui a noté les procédures d'emplois. Il y a 1000 possibilités.
    2 points
  43. De base cette info était venue de Meta-Defense. Mais il semblerait qu'elle ne soit pas forcément vraie
    2 points
  44. Les européens ont proposé des conférences : il aurait fallu être deux, Moscou a dit niet. Les USA n'ont pas d'empreinte territoriale en Europe. Que veux-tu qu'ils viennent négocier sur les frontières européennes avec Moscou ? Des (non-)positionnements de forces, des causes de réassurance ou de transparence, des mécanismes de contrôle des armements ou de dé-confliction ou même - soyons fous ! de coopération : tout cela était envisageable, il paraît même que c'était évoqué jusqu'au 23 février 2022 au soir. Et on redécouvre que la Russie en tant qu'état est finalement toujours méchante, et qu'elle est revenue aux guerres de conquête appuyée sur une propagande délirante, au sens strict, avec de forts relents de racisme. Il va bien falloir finir par l'admettre : ce criminel de Poutine a déclenché une grande guerre et son peuple le suit, fut-ce par veulerie. Un monde s'écroule, comme disait l'autre.
    2 points
  45. Vraies capacités AA, on les présume déjà : elles tireront juste, loin, mais pas longtemps ! En ASM , Armen nous a déjà dit de prendre garde, qu’une prop full diesel pouvait être archi silencieuse aussi : ce qui manque, c’est le NH90. On sait ce que c’est : les FDI ne gagneront leur badge 1er rang qu’avec une tourelle bitude de plus de 100mm, voire en perdant leur pourtant seillante étrave inversée. BPCs, tu seras donc notre «Guido », somptueux et ténébreux majordome portugais recueillant sur l’oreiller pour les fellows d’AD les dernières rumeurs sur ce qui flotte et est tout gris. Tu restes naturellement libre de choisir l’oreiller pourvu qu’il soit aussi bavard et bien informé que celui de Guida. Merki.
    2 points
×
×
  • Create New...