Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Leaderboard

Popular Content

Showing content with the highest reputation on 06/20/2022 in all areas

  1. "Petite" vidéo sur le statut des économies russes et ukrainiennes après 100 jours de guerre et/ou de sanction C'est par Perun, donc c'est 1h de lecture de powerpoint d'économie/défense (préparez le popcorn). Pas de grand scoop , mais une synthèse assez factuelle qui permet de prendre du recul par rapport aux effets d'annonce des 2 camps. Note: l'auteur n'est pas un grand fan de Vlady à titre personnel, mais ça ne l'empêche pas de faire une analyse équilibrée. (dommage qu'il n'y ait pas plus de sources, ou une transcription écrite du powerpoint...) Quelques notes rapides : Embargos contre les hydrocarbures russes: Pour l'instant, il n'a pas beaucoup d'effet sur l'économie russe (car les prix et les profits ont explosé), mais ça devrait commencer à se faire sentir l'année prochaine (et pire encore les années suivantes avec le début réel des embargos, et la volonté de se sevrer de l'approvisionnement russe). Donc, pour l'instant, faible impact sur les revenus de l'état russe (et de gazprom et cie). Mais les sanctions touchant les importations touchent déjà fortement le secteur privé, le chômage et les consommateurs russes (récession plus forte que le pic du covid). Gestion du rouble : la banque centrale russe a géré la crise de façon compétente, mais le cours élevé du rouble (soutenu par des mesures techniques, puis par l'effondrement des importations sous sanctions) est maintenant un handicap. Achat de pétrole russe par l'Inde, la Chine et d'autres pays. non interdit par les sanctions occidentales, mais évalué comme des achats opportunistes (car remises sur le prix), et pas comme un soutien total à l'économie russe (à noter les sociétés chinoises type DJI qui refusent de vendre ouvertement à la Russie, pour éviter de perdre le marché occidental) Economie ukrainienne : dévastée par la guerre, en mode économie de guerre, mais sous perfusion occidentale (5G$ par mois suffisent à tenir pour l'instant). Ce n'est pas l'économie qui va dicter la durée de la guerre, mais la volonté et le soutien des belligérents. (parallèle avec la France de 1914)
    9 points
  2. Ne pas non plus nier l'impact psychologique des destructions "symboliques". Tout le monde a entendu parlé des familles de conscrits à bord du Moskva qui n'avaient pas de nouvelles. Accessoirement, la destruction du Moskva semble avoir donné du répit à l'Ukraine et a définitivement interdit l'accès des russes aux plages d'Odessa et de Bessarabie.
    8 points
  3. La politique européenne de l'électricité a créé plus de problèmes qu'elle n'en a résolu: - En France les fournisseurs "alternatifs" se sont contentés d'acheter de l'électricité intermittente et n'ont pas investi dans la base, et retrouvent donc incapables d'assurer l'équilibre production consommotion et font faillite quand il y a une tension sur les marchés. Donc en gros tout ce qui a changé c'est qu'une partie du bénéfice est allé dans la poche de parasites privés - En Allemagne on a remplacé le nucléaire par de l'éolien et le charbon par du gaz russe, en augmentant donc à la fois l'intermittence et surtout la dépendance à un opposant stratégique - En Pologne on tourne toujours à fond au charbon Un système avec des monopoles nationaux aurait probablement fait mieux
    7 points
  4. Que de choses à dire ici... "l'empire".... existe t il? Affirmation bien rapide. "refuse".. aux dernières nouvelles ce sont les Ukrainiens qui ne veulent pas "Ukraine russe". C'est comme algérie française. les deux mots vont pas ensemble.
    7 points
  5. Mouais... Enfin, marqueur fort, marqueur fort. On a gagné en vendant une douzaine d'avions d'occasion face à des avions US et Suédois neufs, après que les US leur aient refusé l'achat d'avions d'occasion en Israël. Je suis content que les Croates prennent du Rafale, et effectivement ça a contribué à faire une très belle année Rafale. Mais ça reste le client le plus mineur du catalogue. D'ailleurs, on en fait des caisses uniquement parce que c'est la France qui a vendu. Si les Croates avaient pris du F-16V et que les Serbes voulaient la même chose, bizarrement je pense que personne n'aurait gueulé trop fort. Idem en Grèce d'ailleurs. Si la France s'avise à vendre du Rafale en Turquie, nul doute que ça va hurler dans tous les sens ! Par contre si Washington revenait sur son interdiction de vente du F-35 à la Turquie, au pire ça donnerait lieu à trois réunions avec l'ambassadeur à Athènes et 2 semaines de grogne sur les réseaux sociaux, et c'est tout. D'ailleurs, en soit, c'est plutôt flatteur pour le Rafale, puisque ça veut dire qu'il est assez novateur et "disruptif" pour qu'on le considère comme un trésor national. Mais au bout d'un moment, plus on va en vendre, plus on va se retrouver avec des acteurs régionaux pas ultra-jouasses de nos futurs prospects. Bah c'est comme ça, c'est le jeu (et à ce petit jeu là, la Croatie n'a clairement pas les mêmes leviers de pression que l'Egypte ou les EAU par exemple). Par contre oui, on peut quand même imaginer des solutions de réassurance, notamment pour éviter que les Croates ne nous claquent la porte au nez et finissent par se retourner vers quelqu'un d'autre. Les options sont diverses: radar AESA en exclusivité, missile METEOR, bibliothèque de menaces... Le vendeur étant l'Etat français, et non Dassault, il y a peut-être effectivement moyen d'offrir des exclus à la Croatie, on va dire.
    7 points
  6. A contrario en 94, la Russie garantissait la souveraineté et les frontières notamment de l'Ukraine et la Biélorussie.
    7 points
  7. Pour être clair, il me semble que le traitement que nous sommes en train de mettre progressivement en place pour Kaliningrad sera nécessairement une source de conflit dans le futur. Dans les faits, le libre passage du fret ferroviaire entre territoire russe (c'est ce que recouvrait le traité de 1993) qui désenclavait ce territoire, est terminé puisque l'Europe considère maintenant que les trains passent dans son territoire et son donc soumis à l'embargo. Oui, la liaison avec la Russie est possible par bateau mais le passage au fond de la Baltique est étroit et coupable facilement au moindre incident. Pour les avions, c'est pareil, le détour est très long en passant au centre de la Baltique et cela passe probablement par des zones sous contrôle aérien européen donc sou mis à ses demandes de sécurité qui ont déjà commencé à interdire tout avion russe. Un blocus de Kaliningrad type berlin se met donc en place sans que cette politique ne soit le moins du monde évoqué dans les médias européens ni débattu publiquement. Le jour où il y aura des incidents à ce sujet, on jouera encore aux vierges effarouchés en faisant semblant de croire que tous els soucis viennent des russes.
    7 points
  8. Pour apporter ma petite pièce, la peinture qu'a le B01 ce n'est pas la DGA qui lui à donné mais Dassault. DA cherchait un Rafale pour fêter ses 100 ans au Grand Palais en 2016. Le seul sous la main de dispo était le B01, il à donc été repeint dans les ateliers de Mérignac, par DA, comme un avion de série Français classique et exposé comme ça au Grand Palais à côté d'un Mirage IIIE et d'un Falcon 20, le tout avec de jolis projecteurs qui les ont mis les trois avions parfaitement en valeurs. C'est tjr cette peinture qu'il à depuis.
    6 points
  9. Désolé Deres, la vision de Cracou est réaliste. Les Russes ne comprennent que le rapport de force. Ceux qui ont travaillé avec les Russes ou passer un minimum de temps en Russie le savent parfaitement. Les Russes peuvent être raffinés sur certains sujets, mais dès qu'il s'agit de diplomatie/ négociation, tout est question de rapport de forces et uniquement de rapports de forces. Rassure toi, toutefois, les Russes ne sont pas fous, lorsqu'ils ont compris que la partie est perdue, ils cherchent à sauver les meubles.
    6 points
  10. Franchement question victimisation permanente, les russes sont plutôt très très bons. Ils répondent toujours à une agression ou provocation et sont contraints et désolés de devoir le faire.
    6 points
  11. articles "originaux", je trouve le mot bien choisi. mais défini "intéressant" stp. Pour moi un article d'avion légendaires est aussi intéressant qu'écouter Didier Raoult nous expliquer sa stratégie de la gestion Covid...
    6 points
  12. J'avoue que je ne comprends pas trop ces nombreux échanges au sujet de la désirabilité - ou non - que la Russie s'effondre dans le chaos et/ou soit disloquée entre plusieurs voisins, mouvements indépendantistes, terroristes et autres Il y a des raisons pour imaginer que ce serait un objectif réaliste de politique étrangère, et personne ne m'en a parlé ? Sinon, j'en ai d'autres : ==> En cas de nouvelle guerre de Sécession aux Etats-Unis à coups d'armes nucléaires, quid des retombées au Canada et au Mexique ? ==> Si la France partage ses armes nucléaires avec l'Allemagne, qui élit un nouvel Hitler, lequel lance un M-51 sur Israël, qu'est-ce qu'on fait ? ==> Si la dénatalité en Chine décide Pékin à mettre en service des I.A. de remplacement qui se révoltent contre les hommes et commencent à tirer au nucléaire sur tout le monde, quelles conséquences sur le réchauffement climatique ? Je veux dire, si l'objectif est de discuter des scénarios de politique fiction à dormir debout ...
    5 points
  13. Tu fais un sophisme du faux dilemne. En quoi refuser la destruction de l'Ukraine a comme opposé la destruction de la Russie? Les Russes ne comprennent que les rapports de force. Si on leur montre qu'ils peuvent toujours essayer, ce sera niet, ils n'insistent pas et retenteront autre chose par la suite. Si l'occident dès 2015, par exemple, avait dit que l'UKR serait défendue quoi qu'il arrive, Poutine aurait même pas imaginé tenter le truc. Là il l'a tenté en mode "bon, l'occident est faible, les gens occupés par le covid, mes SR me disent que les UKR sont mous et surtout on va ouvrir le gazoduc du nord pour contourner l'UKR et avoir les Allemands à nos pieds". Ce qui sur un structe mode de rapport de force n'est pas délirant. Sauf que... Les UKR se sont TRES bien battus les trois premiers jours en faisant comme ils peuvent et en ne perdant pas la tête (au propre comme au figuré) ce qui n'est pas prévu car les SR disaient ce qu'on veut entendre (postulat) Sauf que l'occident a décidé de réagir. Le truc pas prévu du tout car l'occident est mou (postulat) Poutine a pris une baffe monumentale à cause de l'erreur d'anticipation des décisions occidentales. Sans la perfusion massive d'armes et la mobilisation réussie des UKR, ce serait plié depuis longtemps à l'est du Dniepr.
    5 points
  14. Oui mais : ils comptent mettre à l'arrêt leurs 3 derniers réacteurs le 31 décembre de cette année. Soit 4 GW en moins en plein hivers : 6% de leur production d'électricité.
    5 points
  15. Je ne sais pas jusqu'à quel point Poutine est enclin à suivre la ligne tracée par Soljenitsyne, mais pour Soljenitsyne, la Russie sort d'une ère où elle était un empire, c'est à dire agglomérant au peuple russes des peuples différents, à une ère où l'État russe se focalise sur un objectif unique qui est de prendre soin des Russes et des seuls Russes. Donc ce qui doit tenir ensemble la Russie, dirait Soljenitsyne, c'est la capacité de l'État Russe à faire le bonheur des Russes (et des seuls Russes : pas celui des Tchèques, pas celui des Lituaniens, pas celui des Kazakhs, voire pas celui des Tchétchènes ou des Ingouches). Cela dit, il y a des Russes en dehors des frontières de l'État russe, et donc l'État russe doit être présent diplomatiquement pour les protéger. Et les États non-russes qui abritent des Russes doivent être gentils avec eux. L'esprit de ces propositions est que ce qui tient ensemble la Russie, c'est sa capacité de bienfaisance pour elle-même, proportionnelle à sa capacité de ne pas se disperser et dilapider son trésor dans des conquêtes coûteuses. https://www.rferl.org/a/russia-putin-solzhenitsyn-1990-essay/26561244.html (1er septembre 2014) Miriam Elder, spécialiste de la Russie, a noté dans un article publié sur BuzzFeed que la réponse de Poutine et d'autres déclarations qu'il a faites sur l'Ukraine par le passé reflètent certains des arguments avancés par le lauréat du prix Nobel Alexandre Soljenitsyne dans un essai de 1990 intitulé "Reconstruire la Russie". Dans "Reconstruire la Russie", publié aux derniers jours de l'U.R.S.S., Soljenitsyne critique les politiques frontalières désordonnées du gouvernement soviétique qui, selon lui, ont découpé la "Rus" traditionnelle. Il préconise une "Union russe" englobant l'Ukraine, la Biélorussie, la Russie et les parties ethniquement russes du Kazakhstan. Soljenitsyne est confiant dans l'unité fondamentale des peuples biélorusse, ukrainien et russe, trois branches qui ont été historiquement séparées par "l'invasion mongole et la colonisation polonaise". "Nous avons tous ensemble émergé de la précieuse Kiev, "d'où est partie la terre russe", selon la chronique de Nestor", écrit Soljenitsyne. Il soutient qu'en Lituanie et en Pologne, "les Russes blancs [Biélorusses] et les Petits Russes [Ukrainiens] ont reconnu qu'ils étaient Russes et ont lutté contre la polonisation et le catholicisme." "Le retour de ces terres à la Russie était à l'époque considéré par tous comme une "réunification"", dit-il. Soljenitsyne reconnaît les souffrances des Ukrainiens sous les Soviétiques, mais dit que ce n'est pas une raison pour "s'amputer de l'Ukraine" et, en particulier, "les parties qui ne faisaient pas partie de l'ancienne Ukraine... la Novorossia ou la Crimée ou le Donbas et les régions pratiquement jusqu'à la mer Caspienne." Préfigurant la rhétorique russe d'aujourd'hui, Soljenitsyne dit que, si l'Ukraine doit être indépendante, alors ces régions devraient être autorisées à "s'autodéterminer." Mais il prône clairement l'union entre la Russie et l'Ukraine. "Séparer l'Ukraine aujourd'hui signifierait couper à travers des millions de familles et de personnes", écrit Soljenitsyne. "Un tel mélange de populations ; des régions entières à majorité russe ; combien de personnes incapables de choisir entre les deux nationalités ; combien de personnes d'ethnie mixte ; combien de mariages mixtes qui jusqu'à présent n'ont jamais été considérés comme mixtes. Dans la majeure partie de la population, il n'y a même pas un soupçon d'intolérance entre Ukrainiens et Russes." Et tout cela, écrit-il, "s'applique complètement à la Russie blanche [Biélorussie] également." Dans le même temps, Soljenitsyne critique l'ambition soviétique d'imposer la domination russe sur les nations non-russes, affirmant que cela "détruirait l'essence nationale russe." Il préconise de rompre immédiatement les liens avec les trois pays baltes, la Moldavie, les trois pays du Caucase du Sud et tous les pays d'Asie centrale, à l'exception du Kazakhstan. La Russie n'a pas assez de force pour contrôler un empire, écrit-il, et essayer de le faire ne fera que "précipiter notre destruction". De même, il souhaite bonne chance aux anciens pays du bloc soviétique d'Europe centrale, même s'il affirme que la Russie ne peut se permettre de les subventionner avec des ressources naturelles. "Nous nous réjouissons pour les pays d'Europe de l'Est -- qu'ils vivent et prospèrent en toute liberté", écrit-il. "Et laissez-les payer pour tout selon les prix mondiaux". À contextualiser avec le fait que la mère de Soljenitsyne était d'origine ukrainienne.
    4 points
  16. Etude de cas pour la souveraineté numérique/technologique (et les méthodes, l'organisation recherche/industrie, et le coût de garder son avance). ASML Comment cette firme néerlandaise est devenu en 15 ans le n°1 mondial en équipement de photolithographie (le standard actuel pour graver les puces électroniques) ? Alors que les japonais détenaient 3/4 de part de marché vers 1995. Plusieurs éléments de réponse : parce que ASML a su saisir 2 révolutions technologiques dans le secteur, et pris une avance insurmontable sur les japonais. les firmes japonaises s'étaient reposés sur leurs lauriers Coordination étroite entre la recherche et l'industrie (université et industrie colocalisés dans des campus, avec échanges fréquents) meilleure organisation des équipes (recherche optique sous traitée à Zeiss, et bonne maitrise de la complexité des programmes informatiques pour la fabrication et la conception des circuits) Je ne suis pas expert du domaine (je laisse aux sachants le soin de tester @RugbyGoth), mais ça colle avec mes lectures passées. (et l'auteur taiwanais n'a pas de raison patriotique de chanter les louanges de ASML). ~1975 comment le Japon était devenu n°1 en fonte de semi conducteur(projet VLSI) https://dspace.mit.edu/bitstream/handle/1721.1/47985/fromimitationtoi00saka.pdf Tout ceci est assez ironique car le Japon avait lui même dominé les semi conducteurs 20 ans avant, en écrasant la concurrence US. Apparemment, le gouvernement japonais (MITI) avait obligé 5 firmes japonaises à coopérer dans une joint venture (association japonaise de recherche sur la nouvelle techno VLSI ), avec la recherche financée par les fonds publics... Et ils ont eu la chance d'avoir un bon chef de projet qui a réussi à faire travailler ensemble des scientifiques doués et des industriels (management par le whiskey hic!) La VLSI était un tournant technologique majeur, et cela leur a donné un gros avantage compétitif, ce qui a donné 20 ans de domination de l'industrie.
    4 points
  17. Il est difficile de dire le contraire. C'est comme si on disait que le blocus continental de Napoléon n'était pas "ouvertement hostile" à l'Angleterre, mais un gros bisou amical.
    4 points
  18. Pourquoi les Russes ne veulent-ils pas changer de régime ? Parce que le régime actuel est la meilleure chose qui ne leur soit jamais arrivée depuis des siècles : - - - Egon Bahr : "je considère comme une erreur, dans la situation actuelle, le fait de s'indigner que Poutine ne soit toujours pas démocrate" : - - Egon Bahr : "il y aura une démocratie à la russe" (sous-entendu pas une "démocratie occidentale") : http://www.air-defense.net/forum/topic/18353-ukraine-ii/page/367/#comment-792720 http://www.deutschlandfunk.de/eu-sanktionen-davon-wird-putin-nicht-zittern.694.de.html?dram:article_id=292770 (26 juillet 2014) Interview d'Egon Bahr (ancien ministre, tête pensante de l'Ostpolitik de Willy Brandt) : Et j'ai maintenant le sentiment ou l'impression qu'à chaque fois c'est comme si fondamentalement on reprochait à Poutine de ne pas être un démocrate suivant notre conception et notre manière de démocratie. Et je ne peux alors que me remémorer ce que le sage président Bush l'ancien avait dit à la fin de la guerre froide : la Russie doit se développer suivant ses traditions. Et la démocratie n'appartient pas, comme chacun sait, à ces traditions. Cela signifie que ni Poutine ne ses enfants ni ses neveux ne seront des démocrates suivant notre manière et notre conception de la démocratie. De même que - doivent-ils suivre les Américains sur la peine de mort ou les Anglais avec une monarchie ou suivre le modèle de Singapour, ou faire encore autrement ? Non il y aura une démocratie à la russe [en français dans le texte] et cela doit évidemment nous suffire.
    4 points
  19. Il suffit que la marine ou l'aviation entretienne une brume fumigéné large spectre pour que le "pékin" et son AT ... soit incapable de tirer. Simplement ce sont des choses qu'on ne sait plus faire ... par facilité des engagements précédent. Quand les US débarquait en Italie ils fumigénaient toute l'Italie ... les observateurs allemands étaient bien incapable de guider l'artillerie, qu'ils soient sur les colline ou dans des avions ... il ne voyait rien sur des kilomètres et des kilomètres. Ces savoir faire se sont plus ou moins maintenu pendant la guerre froide ... au moins chez les US ... mais pas au delà. C’était un truc de vieux con les fumigène ou l’éclairage du champ de bataille ... à l'air du zobi-centrique.
    4 points
  20. C'est curieux cette petite musique que l'on entend un peu trop souvent à mon goût. Mais quand on s'intéresse au réel, on constate que : -En Asie, la Chine a ainsi des différends territoriaux maritimes avec quatre États membres de l’ASEAN : le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et Brunei. Elle est sur un rapport de force avec la Corée du Sud, le Japon, Taïwan et l'Australie. Et je ne suis pas sûr que la population birmane soit super contente du soutien chinois à la dictature birmane. Ah oui, il y a aussi un peu de friture dans les échanges indo-chinois. -En Afrique, le ressentiment anti-chinois est assez présent malgré le peu de temps de présence chinois sur ce continent. Une histoire de sur-endettement, de spoliation de terres agricoles, d'infrastructures réalisé par des sociétés chinoises mais payé par l'endettement des pays africains qui doivent en plus céder l'infrastructure.......aux chinois. -En Amérique du sud : la oui, pour l'instant, la Chine semble avoir une action bénéfique. Reste à voir combien de temps. Au final, je ne suis pas sûr que la Chine soit mieux perçu que les États-Unis passé l'effet "nouveauté".
    4 points
  21. Si on souhaite des relations de bon voisinage avec une Russie démocratique, ça ne pourra avoir lieu qu'après dislocation de la Russie sous sa forme actuelle. La forme actuelle de la Russie comprend de nombreux sujets turbulents, non-russes, dont le maintient dans la fédération ne s'obtient que par la coercition (guerres de Tchétchénie...). Donc il ne faut pas révêr à une démocratie russe dans les frontières actuelles : cela n'arrivera pas, ou conduira inéluctablement à des guerres civiles périphériques, re-propulsant potentiellement un homme providentiel sur le devant de la scène ...
    4 points
  22. En fait ton postulat de départ (qui est le même que celui de Wallaby et de quelques autres) c'est que "les USA sont responsables de tout et en dernier lieu tout est toujours de leur faute". C'est une vision assez paranoïaque de la réalité, ne serait-ce que parce que les gouvernants US sont d'un bordéliste total. Après, que TOUS les pays tentent de tirer la couverture à eux... c'est pas un scoop. Ce qui est une expression directe de cette vision biaisée. Non non, ils savent très bien faire la révolution comme des grands, et même au grand désaroi des occidentaux qui n'ont pas vu venir le bordel monstre que ça met. C'est pas comme si justement venait de paraitre un numéro spécial de science et vie (que je n'aime pas pour de nombreuses raisons mais qui a le grand intérêt de faciliter les recherches biblio suivantes et de bien poser le sujet en 110 pages) qui étudie justement le sujet et fait parler des gens biens plus compétents que toi et moi. Ah ben va falloir lire le numéro.
    4 points
  23. Dans le fil du Monde ce 20 janvier 12:01 La Biélorussie va de nouveau autoriser l’inspection de son armement par l’OSCE Le ministère de la défense biélorusse a déclaré lundi que le pays allait de nouveau autoriser l’inspection de ses stocks d’armes dans le cadre des traités internationaux de maîtrise des armements, après une interruption de deux ans provoquée par la pandémie due au coronavirus. Dans un contexte de tensions accrues entre Bruxelles et Minsk, notamment en raison du rôle de la Biélorussie dans l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont appelé la Biélorussie à relancer l’inspection de ses stocks d’armes.
    4 points
  24. D'un autre côté ça nous donne un levier pour interférer dans une éventuelle agression de l'un sur l'autre.
    4 points
  25. Cette action de la Lituanie s'inscrit dans une histoire, tout comme la réponse russe future et la réponse à la réponse... La question est plutôt quand est ce qu'on arrête l'escalade? J'ai une nette préférence pour un monde ou les ICBM n'ont pas décollé, le contraire risquerait de me faire mal aux bronches.
    4 points
  26. Je me permets de recoller ici un message de @Paschi posté le 10 juin, sujet: Chine. https://www.rts.ch/info/monde/13160580-une-base-navale-militaire-chinoise-serait-en-construction-au-cambodge.html J’y réagis parce que d’une part j’ai aussi mordu à l’hameçon (pour avoir diffusé “l’info” sur un autre forum), et parce qu’à l’examen (à mon niveau), c’est assez intéressant. Résumons: Le papier de RTS/AFP évoque la “rénovation de la base navale” de Ream (entrée sud-est du golfe de Srae Ambel). Il reprend le WaPo(note1) du 06juin: «une nouvelle installation en cours de construction sur cette base serait "exclusivement" utilisée par la marine militaire chinoise». Autant aller lire l’original (si l’on peut dire), le WaPo: «La Chine construit secrètement une installation navale au Cambodge à l'usage exclusif de ses forces armées(…) La présence militaire se fera dans la partie nord de la base navale de Ream(…). [Et de comparer (l’incomparable):] «(…) La seule autre base militaire étrangère de la Chine en ce moment est une installation navale dans le pays d'Afrique de l'Est, Djibouti.(…)» “Incomparable” parce que la photo sat. que reproduit le WaPo montre que cette “extension Chinoise” de la base navale ne mesurerait que 0,3km2. Ailleurs j’ai lu: 3km2; j’ai pas mesuré, peut-être une co*uille quelque part… mais peu importe puisque de toutes façons: la base navale en question ne dispose que d’un port en eau peu profonde dont la jetée actuelle ne peut accueillir que des navires “format patrouilleur”. Certes, AMTI//CSIS a publié en janvier(note2) à propos de travaux de dragage, …mais bof. Je maintiens donc: la comparaison Ream//Djib. est putrancière. D’ailleurs, répond un ambassadeur du Cambodge: «La rénovation de la base sert uniquement à renforcer les capacités navales cambodgiennes à protéger son intégrité maritime et à lutter contre les crimes maritimes, y compris la pêche illégale » (WaPo). Ou bien (RTSch), un responsable Cambodgien: "Ne vous inquiétez pas trop, la base de Ream est très petite (...). Elle ne constituera une menace pour personne, nulle part". Qu’on veuille le croire ou non. Tout n’est pas à jeter cependant dans le papier du WaPo. Ainsi: «(…) un responsable chinois à Pékin a confirmé au Washington Post qu'"une partie de la base" sera utilisée par "l'armée chinoise". Le responsable a nié que ce soit pour une utilisation « exclusive » par les militaires, affirmant que les scientifiques utiliseraient également l'installation. Le responsable a ajouté que les Chinois ne sont impliqués dans aucune activité sur la partie cambodgienne de la base. (…) Le fonctionnaire chinois a déclaré au Post que la technologie de la station terrestre pour un système de navigation par satellite BeiDou se trouvait dans la partie chinoise de la base navale de Ream. BeiDou est l'alternative chinoise au système de positionnement mondial (GPS) géré par les forces spatiales américaines, et est utilisé à des fins militaires, notamment pour le guidage des missiles. Le fonctionnaire n'avait pas de connaissance directe de la manière dont ce système était utilisé. Selon un rapport publié en mars par la Defense Intelligence Agency du Pentagone, l'armée chinoise utilise les services de positionnement et de navigation de haute précision de BeiDou pour faciliter les mouvements des forces et la livraison de munitions guidées avec précision. L'effort de la Chine en matière de bases mondiales "ne concerne pas seulement la projection de puissance, mais aussi le repérage mondial et les ressources spatiales", a déclaré un troisième responsable occidental. Le projet Ream du Cambodge est "l'un de leurs efforts les plus ambitieux à ce jour" (…)». Ça, ça me semble intéressant… Sinon, RTS évoque aussi – mais sans s’attarder – le WSJ du 190722 (note3) qui: «a fait état d'un projet d'accord secret permettant à Pékin d'y [à Ream] amarrer des navires de guerre». Et puis pointbarre, dommage. Dommage parce que le WSJ mentionne aussi Dara-Sakor. Daraquoi? Sakor. Pas loin, juste de “l’autre côté”, c’est-à-dire entrée nord-ouest de la baie, province de Koh Kong. Depuis 2008 un projet Chinois [UnionGroup; un bail de 99 ans (illégal selon la loi Cambodgienne, à ce que j’ai lu)] de station balnéaire (note4, website promotionnel du projet), d’une puperficie de 36.000ha (!), s’étalant sur près de 20% (!!) du littoral Cambogien. C’est là: (visuel extrait de la “brochure publicitaire” du projet; pour info, Ream – qui ne figure pas sur la carte – est juste au sud de Sihanoukville) … Et pour accueillir les heu ferries tout pleins de touristres Chinois: Il faut tout naturellement créer un pardon: deux ports en eau profonde: «Le showroom de l'entreprise à Phnom Penh présente des plans de construction de stations touristiques cinq étoiles, de terrains de golf, de ports de plaisance, de deux ports à conteneurs, de zones industrielles de haute technologie et d'une « nouvelle ville » de résidences de luxe». (WSJ) Un/des port(s) capable(s) d’accueillir des navires de 10.000t, selon le NYT (dec2019, note5). (même brochure) … Et c’est encore mieux avec la construction d’un aéroport dont la piste (la plus longue piste du Cambodge: 10.500 pieds (WSJ)) est capable d’acceuillir A380 ou B747. (2020) Le NYT précise que des analystes ont repéré le long de la piste des “baies de virage serré” [tight turning bay], du genre qu’utilisent les avions de chasse dotés de trains holonomes, oui Môssieur . Bref, des infrastructures à usage potentiellement dual. C’est là que ça se passe: (toujours la même “brochure”) Après les sites généralistes, je suis allé consulter quelques sites “diplo” anglosaxons, tels ForeignPolicy, TheDiplomat, ou ResponsibleStatecraft (Quincy Institute). Qui, dans l’ordre, titrent et chapôtent: «Washington devrait se détendre à propos de la base chinoise au Cambodge Les Américains doivent reconnaître leur propre histoire peu glorieuse en Asie du Sud-Est.» (note6); «Ce que le brouhaha de la base navale cambodgienne néglige L'établissement d'une présence militaire chinoise dans le sud du Cambodge marquerait le point culminant de trois décennies de politique américaine déplacée à l'égard du pays». (note7); et enfin: «Washington pète les plombs, une fois de plus, à propos d'une éventuelle base chinoise au Cambodge. Il n'y a aucune preuve d'une avancée militaire de Pékin, mais cela n'a pas empêché les marchands de peur d'en jouer à fond». (note8) Gros focus (œillères?) sur Ream, mais pas un mot sur Dara-Sakor. Tous – en chœur – s’accordent sur: l’innocuité de la base navale de Ream; qu’elle ne modifiera en rien le rapport de force USA-Chine dans la région; et sur le lourd passif US en Asie du sud-est (et au Cambodge en particulier). En un sens, on ne peut pas leur donner tort sur ce dernier point. Mais si l’on retient l’hypothèse que l’APL “pourrait” à terme disposer des infrastructures de Dara-Sakor, cela rapprocherait sensiblement la PLAAF et la PLAN du détroit de Malacca, accentuerait “l’encerclement” de la Thaïlande (cf. le thread Thaïlande), prendrait à revers le Vietnam, compliquerait la défense des North-Natuna (Indonésie; j’avais relaté un incident dans le fil idoine). Quant à l’Inde, les îles et bases d’Andaman et Nicobar deviendraient beaucoup plus vulnérables. Sans parler de toute l’Inde du Golfe du Bengale… Aller, je laisse le dernier mot à nos voisins Australiens, fev.2020, avec des infographies qui “claquent” (et outrancières aussi, oui): https://www.news.com.au/technology/innovation/military/scary-reality-chinas-secret-cambodian-military-base/news-story/59908e35b8865375e6ca7a55c20fea0c Notes:
    4 points
  27. 4 points
  28. Ils prétendent avoir beaucoup avancé sur le pilier "Combat Cloud", je me demande ce que cela va donner quand ils vont se confronter avec Thales
    4 points
  29. https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jun/20/boris-johnson-volodymyr-zelenskiy-phone-call-kyiv-aid Dès que Johnson a un problème, il appelle Zelenskiy - et la facture s'alourdit rapidement. Chaque catastrophe nationale est suivie d'un appel promettant une aide supplémentaire à Kiev - c'est la séance de thérapie la plus coûteuse de l'histoire. Mercredi dernier, le Premier ministre a subi le départ humiliant de son conseiller en "éthique", Lord Geidt. Johnson devait faire face à une réunion critique avec les députés du Nord avant la prochaine élection partielle de Wakefield. Nulle part ailleurs sa présence n'était plus vitale pour remonter le moral et trouver des voix. Pourtant, peu de temps après la déclaration de Geidt, Johnson a annulé son billet pour le Yorkshire en faveur d'un billet à travers l'Europe, jusqu'en territoire ukrainien. Il avait clairement et désespérément besoin de l'étreinte et de la conversation réconfortante de son ami Zelenskiy. S'esquiver et se faufiler devant les batteries de missiles de Poutine n'est rien comparé aux armes à fragmentation d'une bande de députés conservateurs frondeurs. On se demande bien de quoi ils discutent. Johnson plaide-t-il que Vladimir Poutine est du gâteau comparé à son Keir Starmer ? Discutent-ils de la paix à notre époque ou de ce qu'ils ont mangé pour le thé ? Tout ce que nous savons, c'est qu'à chaque fois ou presque, Johnson fait apparaître une nouvelle tranche d'argent des contribuables britanniques pour aider l'Ukraine. Ce doit être la séance de psychothérapie la plus coûteuse de l'histoire. Tous les dirigeants ont besoin de conseils et de réconfort, et les trouvent souvent dans des endroits particuliers. Churchill avait son Normanbrook, Thatcher son Whitelaw, Blair son Mandelson. Alors qu'il se préparait à entrer en fonction, Johnson a congédié toutes les sources plausibles de conseils impartiaux, s'en remettant au peu fiable Dominic Cummings. Aujourd'hui, il semble s'en remettre à une épouse inexpérimentée et à un comédien ukrainien devenu chef de file, dont on suppose qu'ils ont du temps à tuer pour soulager les problèmes domestiques de Johnson plutôt que de s'occuper des préoccupations plus pressantes que représente la confrontation avec un envahisseur assoiffé de sang. Johnson s'est clairement rabattu sur le dernier recours de tout dirigeant en difficulté, qu'il soit autocrate ou démocrate, qui consiste à trouver une bonne guerre. Commencer une guerre a sauvé son prédécesseur Thatcher, et en combattre une a fait la réputation de son idole Churchill. Nous devrions peut-être être reconnaissants que Johnson n'ait pas commencé sa propre guerre. Au lieu de cela, il a détourné celle de quelqu'un d'autre. Est-ce vraiment le mieux qu'il puisse faire ?
    3 points
  30. C'est plutot 90km ici ... il s'agit du "Odeske gas field" à 50km à l'est de l'ile aux serpents. Ici on vois la position du champ Odeske. https://static.euromaidanpress.com/wp-content/uploads/2015/12/island.jpg
    3 points
  31. C'est pourquoi, on infiltre, on contourne... Va toucher un zodiac en pleine nuit avec ton AT4...
    3 points
  32. Ouai bin même Pékin va y réfléchir à deux fois avant de débarquer à Taiwan !!
    3 points
  33. Même si une normalisation des liens énergétique est souhaitable après la defaite/victoire/statut quo russe. La normalisation ne pourra pas aboutir à la situation antérieure à l'opération spéciale russe : nos sources d'approvisionnement vont devoir se diversifier. Avec quelques petits désagréments : un prix de l'énergie durablement plus élevé, le besoin de constituer des stocks plus conséquent (et donc renchérir encore le prix de l'énergie) et construire une marine capable de sécuriser nos approvisionnement.
    3 points
  34. Poser le problème en ces termes, c'est leur donner une exclusivité, voire un droit de regard sur nos exportations. Est-ce raisonnable ? De plus, techniquement, ils bénéficient d'un partenariat stratégique avec nous (est-ce le cas des serbes ?) en plus de faire partie de l'UE et de bénéficier par ce biais d'une promesse d'assistance (ce n'est pas le cas de la Serbie). Donc je pose la question : Est-ce qu'il y a de la matière pour concrétiser un réel problème à ce niveau ? En revanche, j'observe de manière triviale que fournir des Rafale aux serbes nous donne des leviers qu'on n'aura ni avec des Typhoon, ni avec des Su-30. Faut-il s'en priver, et du coup en priver les croates ?
    3 points
  35. 1) Ce serait le comble de crier au scandale en disant que l'Europe ne respecte pas les traités. Et les contrats de livraison de gaz? Et la garantie de la souveraineté de l'Ukraine? Faut drait pas déconner non plus. 2) C'est débattu publiquement et le pays a clairement posé la question à l'Europe. Et oui les soucis viennent des russes. Quand on jour avec les alumettes on vient pas pleurer après que ça brule. Il y a une différence entre être gentil et totalement con. Les Russes ne comprennent que la manière forte, sinon pour eux c'est de la faiblesse. Dont acte. A chaque fois que l'on adonné des armes aux UKR, ils ont menacé. Menacé de quoi d'ailleurs? On s'en est contrefoutu et il s'est passé quoi exactement?
    3 points
  36. "ce qui mettrait en place un blocus terrestre de fait vers l'enclave." Non, tu le dis toi même: "Tous les produits ne semblent pas interdits". Non plus. Ils peuvent passer par la Baltique. C'est vrai qu'il est urgent de ne pas mettre en application les sanctions décidées par l'UE. Le message est "vous coupez le gaz. mais on peut être deux à jouer au con, et nous en plus on est dans l'OTAN".
    3 points
  37. Hello, A leur décharge, (re)mettre en place une filière charbon reste plus rapide, plus simple et -à court terme du moins- bien moins cher... De plus, ils gardent, peut-être, le secret espoir de pouvoir s'approvisionner avec du gaz russe d'ici quelques années; après tout NorthStream2 à beau avoir été annulé, les infrastructures sont toujours là. A+/Yankev
    3 points
  38. Opex360 avait publié un article quelques heures avant. Donc sur ce coup, avionslégendaires n'a même pas été le premier à en parler. Il est parfois "intéressant" dans le sens ou il fait des articles originaux qu'on ne trouve pas ailleurs. Là, ce n'est pas vraiment le cas. Il "s'engage" sur le mois de janvier (contrairement aux autres sites) mais son indice de fiabilité est extrêmement faible.
    3 points
  39. Je me suis permis de corriger, pour la bonne cause...
    3 points
  40. - Les allemands Tout comme les anglais ont choisis le "grand large", c'est à dire "l'allié" Américain... C'est pour moi tout aussi respectable, mais dans le cas allemand, il faut l'assumer, et ne pas déclaré haut et fort être pour la coopération européenne. -Airbus est venu frappé à la porte de la maison France pour cette coopération, c'est louable mais la suite est amère. Pourquoi avoir choisi la France? Je pense que c'était le seul partenaire ayant à sa tête un européen convaincu, l'Angleterre depuis l'aventure du typhoon, ne veut plus entendre parler d'une coopération européenne avec l'Allemagne comme partenaire, c'est un fait, et je le comprends. - l'Allemagne a réussi à amener l'Espagne. Cela veut dire quoi? Pour moi rien de plus, que de vouloir mettre la France en situation minoritaire, dans un programme ou elle a naturellement par son savoir faire le droit d'avoir la part du lion et de décider qui " du vautour ou du Chacal " aura droit à un morceau, ne nous voilons pas la face, c'est pour moi ni plus ni moins que du racket technologique de la part de Airbus DS. Le Neuron est la preuve qu'un leader français ( Dassault) avec des partenaires sélectionnés peut mener à un succé, mais il faut le vouloir, et les dirigeants ( pas tous, mais la majorité ) Allemands comme les industriels d'outre-Rhin ont un mépris admiratif des Français, je le regrette ou pas, mais c'est un constat. - Un autre point que @Manuel77a souligné, c'est que Manching a 30 ans d'expérience sur les CDVE... Je veux bien le croire, mais faire voler un F-104 avec des CDVE c'est du bricolage et se vautrer avec le barracuda comme des grands, comment dire ... Construire un avion et les CDVE qui vont avec comme un gant, c'est pas 30 ans d'expérience, c'est le sommet de l'ingénierie, c'est de l'art et ça la France la patiemment développer depuis la fin de seconde guerre mondiale. Alors vouloir pillé la propriété intellectuelle de son voisin et crié en même temps qu'il n'est pas le seul à pouvoir faire, je trouve cela bien triste. Et montre par ce biais que l'Allemagne dans plusieurs domaines, malgré ces dires à un retard sur certains domaines technologiques qui peut être abyssale, et ce n'est pas en vendant des berlines ou des machines outils ( qui ne sont pas meilleurs que les produits des concurrents européens), que l'ont crois qu'on est au sommet de la technologie... Hensold n'a qu'à d'abord nous sortir un radar AESA viable pour le typhoon avec des décennies de retard... -un contributeur et d'autres certainement, je pense à @Picdelamirand-oil, avait décrit dans un de ses post un rafale élargi avec soute ventrale, c'est une des solutions possibles , d'autres forumeurs peuvent me corriger si je dis des con..., la suite spectra, le radar les moteurs peuvent être peut être après modification adapté à un SCAF français, je veux souligné une fois de plus que la France, par le rafale avait déjà de l'avance sur ses concurrents et j'en profite pour souligner encore une fois que la France à les moyens de construire un SCAF toute seule pour un prix contenu ( Dassault et ses partenaires l'ont prouvés non seulement pour le Rafale, mais pour d'autre programme) et je regrette qu'une coopération avec l'Angleterre n'est pas aboutie, c'est dommage... - Un autre point à souligner acheter des F-35 et faire trainer les négociations sur le SCAF, c'est pour moi de la duplicité , "les français ne veulent pas nous donner certaines données clef, alors on fait trainer les choses, il sera trop tard, elle aura perdue son temps" de la à dire que les Allemands n'exécute pas les ordres des américains, il n'y a qu'un pas.... Non j'espère qu'un jour nos dirigeants aurons la force morale d'un "Frexit" en ce qui concerne le couple franco-allemand et aussi en ce qui concerne d'autre pays européens qui préfèrent se faire plumer par les Américains...
    3 points
  41. Comme l'a dit Patrick plus haut, je ne crois pas que ce genre de comportement "passerait" en France. Si l'ambassadeur ukrainien en France se comportait de la sorte, la partie raisonnable et modérée de moi-même voudrait que l'ambassadeur soit renvoyé à Kiev avec la trace de la semelle de Macron sur le fond de son pantalon. Quant à ma partie émotionnelle (qui n'aurait pas le dessus, bien sûr)... elle se demanderait quelles armes la France pourrait donner à la Russie ! C'est absolument essentiel pour arrêter la guerre. Il faut comprendre que dès qu'il apprendra que l'Ukraine est rentrée dans l'UE, Poutine se roulera par terre de désespoir et ordonnera le retrait précipité des troupes russes de tout le territoire ukrainien y compris la Crimée, avant d'aller faire amende honorable à Rome auprès du Pape. C'est dire si c'est urgent. C'est pour ça que Olaf Scholz prend garde à bien fermer les portes à la Chancellerie, et surtout pas de courants d'air ! Mais les néofascistes (bandéristes) font 2% aux élections. Si nous étions en 2021, je serais d'accord pour dire que le gouvernement ukrainien n'avait pas les fesses propres. Même s'il fallait déjà remarquer à l'époque que le nouveau président élu en 2019 l'avait été avec comme programme d'arriver à la paix dans le Donbass et de lutter contre la corruption - tout sauf les objectifs d'un peuple qui serait possédé par le nationalisme. Et le fait que Zelensky ait déçu ensuite, sur l'un comme sur l'autre objectif - juste avant l'invasion, il n'était guère populaire - n'empêche pas que ce que voulaient la majorité des Ukrainiens avant l'invasion, c'était précisément ça. Cependant nous sommes en 2022. La violence principale, en dimension actuelle, sans parler de la possibilité que ça s'aggrave encore, c'est celle de l'invasion et du projet de russification forcée par la violence mené par Moscou.
    2 points
  42. Il me semble que Robespierre (si je me souviens bien) l'avait bien énoncé : "les peuples n'aiment pas les libérateurs en armes". Le risque est limité. Rappelons-nous que la durée de vie d'une ogive nucléaire n'est pas infinie, et que sur les 6000 ogives russes, on peut déjà compter sur une bonne part de faux positifs avec des ogives pourries. Sans parler du fait qu'il est infiniment plus facile pour un groupe terroriste de se fournir en matériaux pour une bombe sale en supermarché. Le nucléaire, pour eux, c'est trop d'emmerdes pour peu de résultat, et on l'a bien vu : en dix ans après 91 et malgré l'état de délabrement de la Russie à l'époque, pas un seul missile n'est tombé entre de mauvaises mains. Non, le risque n'est pas les terroristes mais les puissances moyennes type Iran qui pourraient considérer ça comme l'occasion rêvée de sanctuariser leur territoire contre Israël et les Etats-Unis. @Heorl Recherche Google : Extrait de son discours sur la guerre prononcé à la Société des Amis de la Constitution, le 2 janvier 1792 : "La plus extravagante idée qui puisse naître dans la tête d’un politique, est de croire qu’il suffise à un peuple d’entrer à main armée chez un peuple étranger, pour lui faire adopter ses loix et sa constitution. Personne n’aime les missionnaires armés ; et le premier conseil que donnent la nature et la prudence, c’est de les repousser comme des ennemis." Collectionneur
    2 points
  43. En 2022, débarquer une force qui peut s'en sortir devant un côte défendue par du missile naval (même moisi) sans avoir pu nettoyer toute la côté, c'est vraiment chercher les emmerdements. Un simple pékin avec un AT porée 4km peut te faire des cartons monstrueux sur ce qui s'approche.
    2 points
  44. Bof. J'ai l'impression que c'est une synthèse d'informations diverses vérifiées ou non. Franchement pour ma part, il n'analyse rien. Il me semble qu'il parle même de 150 T-62 Ukrainiens.. remplacés par de modernes T-72 Polonais.
    2 points
  45. Si le marché indiens c'est : Hélicos d'attaque et hélicos lourds + avions de patrouille maritime aux USA et les avions de chasse et hélico moyen à l'Europe (et plus spécialement la France), moi je dis banco.
    2 points
  46. Et parfaitement légitime en plus. Hypothèse: on livre des AESA aux croates mais pas aux serbes? Je ne suis pas d'avis de rabrouer un client qui nous a fait gagner face aux USA en Europe. C'est un marqueur fort, il faut l'honorer.
    2 points
  47. Fallait pas non plus s'attendre à ce qu'ils se montrent intelligents et choisissent de revenir au nucléaire. C'eût été donner raison à ces salauds de Français qui ont osé avoir mieux prévu que la Heimat. Inenvisageable !
    2 points
  48. avant de tenter de nous piller technologiquement, il faudrait déjà qu'ils réussissent à se mettre d'accord entre eux sur ce qu'ils veulent. Cette étape politique sera sans doute tellement longue qu'on sera peut être en train de préparer le remplaçant du SCAF.
    2 points
×
×
  • Create New...