Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 09/30/2020 in Posts

  1. 28 points
    Bonjour, Voici un extrait d'un magazine finlandais appelé Siivet sur Rafale. J'ai pensé que vous aimeriez en lire une traduction : "Qu'en est-il de SPECTRA ? Pouvez-vous voler en toute sécurité dans l'espace aérien défendu ? L'ancien pilote de Rafale Joseph Barraco répond : Nous en avons la preuve. Nous avons fait face aux défenses les plus difficiles, comme le S-300 russe. Le dernier exercice MACE (Multidomain Airborne Cyber and Electronic warfare) comprenait le Rafale, le Typhoon, le Hornet, le Growler et le Gripen. Le responsable finlandais de l'exercice a déclaré lors du point de presse que le Rafale était le meilleur de l'exercice. Il ne s'agit pas seulement de SPECTRA, mais de nombreuses capacités. Le SPECTRA fait partie de la capacité de survie, comme les deux moteurs et l'AGCAS. Le problème, c'est que nous ne pouvons pas parler du SPECTRA. Il est difficile d'expliquer la puissance du système. Mais il a un statut que tout le monde connaît. J'ai travaillé avec des Growlers, qui sont à peu près les mêmes mais différents. Nous avons accompli la même mission, mais d'une manière différente. Nous nous occupons de tout le spectre du ciblage. SPECTRA fait partie de la fusion des capteurs et est conçu pour le ciblage passif. Il fait partie du système de détection des avions furtifs. Il effectue le ciblage, le brouillage, la protection et le partage des informations. L'une des caractéristiques du système est son adaptabilité. Si vous êtes furtif, vous utilisez toujours les mêmes tactiques, car il ne vous protège que d'une seule façon. La furtivité est une caractéristique géométrique. Elle n'est pas à 360 degrés, c'est pourquoi elle est prévisible. Si les radars fonctionnent sur une autre fréquence ou dans une direction différente, ils vous détecteront. Le Rafale peut fonctionner avec une grande flexibilité et utiliser différents systèmes et tactiques, explique M. Barraco."
  2. 20 points
    https://www.liberation.fr/france/2020/10/21/la-reanimation-pour-les-nuls_1802936?fbclid=IwAR0sZfDhYHuS-CVW_7n13TQCdGuw8yLg7QUuRwyaGyprgtz2KvIYAcQvRDk J’ai travaillé en réanimation entre 1982 et 1986, dans une autre vie, et certaines nuits dans mes cauchemars je m’y retrouve posté en garde, parfaitement conscient que je n’ai rien à y faire et que dans le rêve, j’y suis un danger ambulant, tant les techniques et les protocoles ont changé et se sont affinés. La réanimation, c’est ceux qui n’y foutent jamais les pieds qui en parlent le mieux. C’est Martine Wonner, députée anti-masques devenue célèbre grâce à sa mangeoire en plastique, qui révèle à l’Assemblée nationale qu’on remplit aujourd’hui les réanimations de force en y accueillant des patients qui n’ont besoin que de 2 ou 3 litres d’oxygène. «Pour quelqu’un comme moi qui ai fait bon nombre d’années en réanimation, je peux vous dire qu’on n’a jamais mis ce type de patients en réanimation». Interrogée plus avant, cette psychiatre expliquera qu’elle a travaillé en 1989 et 1990 en réa (soit probablement deux stages d’internat, il y a trente ans). Comme le dit un de mes amis sur Twitter : «Moi j’étais en classe de mer en 1992, je dis pas à Loïck Peyron comment faire la route du Rhum.» C’est Didier Raoult, l’autre jour sur CNews, qui après avoir longtemps affirmé que l’épidémie était terminée, explique à Laurence Ferrari sans lever le nez de ses notes qu’il n’y a pas réellement de problème de lits de réanimation : il suffit de faire sauter certaines dispositions légales comme le repos compensatoire des personnels d’anesthésie et de réanimation. Car après tout, qui a besoin de dormir après une garde Covid de vingt-quatre heures ? J’ai pensé à Jean-Martin Charcot, glacial père de la neurologie, qui disait à ses internes: «Si vous avez besoin de plus de cinq heures de sommeil, choisissez un autre métier.» Mais on était en 1885, et si Charcot était narcissique, c’était un génie narcissique, pas un microbiologiste affabulateur éventé. C’est Christian Perronne, interviewé par André Bercoff sur Sud Radio au sujet du best-seller qu’il a signé, qui affirme qu’il n’y a pas de deuxième vague : «Même dans les services de réanimation, je vois bien des malades moins sévères qu’avant, ils les prennent beaucoup plus tôt et les gardent longtemps, parce que pour un service de réanimation, avoir un malade au Covid, c’est le jackpot, il a plus d’infirmières et plus de moyens. Cette saturation des services de réanimation, c’est un petit peu une invention.» Je me demande d’ailleurs ce qu’en pense le professeur Djillali Annane, réanimateur à l’hôpital Raymond-Poincaré, doyen de la faculté, dont le service surplombe celui de Christian Perronne. Les conversations autour d’un café ou d’une eau ferrugineuse doivent y être passionnantes. Retrouvez aussitous les épisodes du «Journal d’épidémie» La réanimation, c’est ceux qui n’y foutent jamais les pieds qui en parlent le plus. Tous les paucineuronaux ayant passablement vomi sur les réanimateurs, accusés tour à tour de ne pas suivre le protocole du gourou phocéen, de refuser des malades ou de les euthanasier, j’ai choisi d’ouvrir ces colonnes à l’un d’entre eux pour qu’il confesse ses péchés. Damien Barraud a 45 ans, il est réanimateur à l’hôpital de Metz-Thionville, où il a survécu aux deux premières vagues : le Covid, et les Covidiots. «J’ai absolument détesté le Covid. Et je la déteste encore. Pas tant pour ce qu’elle a fait aux malades. C’est une maladie parfois grave, pas la pire. C’est un virus, ça ne réfléchit pas un virus, c’est con comme la Lune. Mais je la déteste pour ce qu’elle a fait aux humains, aux soignants. A la médecine, à la science qui me sont chères. Ce qui devait être une formidable opportunité pour nous tous a tourné en bérézina, ici et aux quatre coins du monde. Rien que d’y repenser me donne la nausée. Mais il faut raconter. C’est important. Parce que le virus rôde toujours et attaque de nouveau, et qu’à l’évidence, beaucoup n’ont pas mesuré ce qui s’était joué dans les réanimations de Paris et du Grand-Est. Cela leur permettra peut-être de ne pas sous-estimer, voire de nier sans la moindre décence les risques actuels. «Rembobiner la cassette d’une période extraordinaire. Que dois-je raconter ? La réanimation en période Covid ? Mais le public connaît déjà si mal la réanimation en général. MA réanimation en période Covid ? Comment elle s’est déroulée, comment je la conçois, celle que l’on m’a apprise et que j’essaie de transmettre à mon tour. Après tout c’est moi le héros en blouse blanche d’un jour de Libé, je fais ce que je veux, non ? Non. Comme pour John Carter face à M. et Mme Rubadoux dans Urgences, "It is not about me". Il s’agit des patients, des soignants, d’une médecine et d’une recherche nobles et éthiques. «Nous autres soignants des réanimations avons vécu l’histoire. J’imagine que lorsque l’on vit l’histoire en direct, on ne doit pas forcément s’en rendre compte, dans la chaleur du moment et concentré à sa tâche. Cela vient après, à l’heure de se poser et de se retourner. On a vécu un pan d’histoire. Je crois pouvoir dire sans me tromper qu’aucun soignant de réanimation ne veut revivre ce à quoi il a été confronté en mars-avril. Je suis un réanimateur "entre deux âges". En une vingtaine d’années de métier et 2 000 gardes au compteur, j’ai vu à peu près tout ce qui peut se voir dans une réanimation lourde dans un hôpital français. Je n’ai pas peur. Sûr de mes forces, lucide sur mes limites, je sais faire les gestes, j’ai vécu au moins une fois toutes les situations possibles. Eh bien je n’avais jamais vu cela. Jamais. Ce que nous avons vécu au printemps dans le Grand-Est et en Ile-de-France n’était pas une vague. C’était un tsunami de 30 mètres de haut qui emporte tout. On était prêts pourtant. On le croyait. On en avait, des plans. Pleins, à activer au fur et à mesure. Et puis on nous avait déjà fait le coup avec le Sras, le Mers, la grippe aviaire… Les images d’Italie ? C’est là qu’on s’est dit que ça commençait à sentir très mauvais. Les supporteurs de foot se moquent des Italiens. Les réanimateurs, eux, savent que la Lombardie est riche. Qu’elle est surtout riche des plus grands spécialistes du monde dans cette maladie qui n’en est pas une, le Syndrôme de détresse respiratoire aiguë (SDRA). A Milan, on sait oxygéner et ventiler. Alors si c’est la catastrophe là-bas, il devient assez clair qu’on va prendre la foudre. On se prépare. Sérieusement. Mais sans y croire réellement. Sans imaginer que chacun des plans mis au point sera dépassé en trois jours. A lire aussi«Nous ne sommes pas dans un monde idéal» «Début mars, on attend. Une attente mêlant du stress positif, de la concentration, l’envie d’en découdre, comme avant un match. Les Thermopyles. Et puis un matin, ça a commencé. Un malade contact du rassemblement de Mulhouse. Et puis un deuxième. Puis un troisième. Et là nous sommes tous pris dans la lessiveuse. On ne pense plus. On fait. Mécaniquement. Non-stop pendant deux mois. Je suis de l’ancienne école. Le matin en arrivant, je ne consulte jamais le dossier informatisé des malades dans mon bureau, comme le font les jeunes. J’ai besoin de voir les malades en vrai, de "sentir", de penser aux objectifs de soin de la journée, de donner les premières consignes. Une sorte de rituel, souvent joyeux, où l’on dit bonjour aux équipes, où l’on plaisante un peu, avant le deuxième rituel du staff : le café. Et bien pendant deux mois, cette ambiance matinale était remplacée par un silence pesant, une ambiance de tranchées, un bunker. C’est la guerre. Les couloirs des secteurs sont vides. Les soignants sont dans les chambres, pour les toilettes, dans un habit de cosmonaute, véritable étuve fastidieuse à enfiler, désagréable à porter, et, on le sait maintenant, un peu excessive. Il ne fallait pas tomber malade. Pour les patients. Pour soi. Pour ne pas contaminer sa famille, que certains, comme moi, ont tenue à distance. Pour pouvoir continuer à travailler. Pas un bruit. Les portes et les sas des chambres sont fermés. Les malades sont en majorité intubés, et souvent sur le ventre. Seuls les plus graves des plus graves sont là. Les moins graves, on ne les voit pas. Ils sont en secteur, sous des débits déraisonnables d’oxygène. En réa, ceux qui vont un peu mieux après quelques jours, qui redonnent le moral aux troupes, sont… transférés. Dans ces évacuations sanitaires que des malotrus galonnés ont qualifiées de spectacle. Pour faire de la place à de nouveaux arrivants. Ne restent que les plus graves des plus graves. Ceux qui vont avoir des séjours longs, et pour beaucoup, mourir. A lire aussiLe portrait : Damien Barraud, principe de réa «Cette spécialité est trop riche pour être racontée en peu de mots. Que dire ? Peut-être parler de certains aspects que nombreux ont découverts à cette occasion ? Logiquement, on commence par admettre le patient en réanimation. On nous a accusés de "trier". C’est le mot en vigueur, de "triage" in English. On vient en réanimation quand on a un ou plusieurs organes qui défaillent, et qu’il faut suppléer, le temps que le traitement fasse son œuvre. Et on vient en réanimation pour survivre. Pas pour mourir. La finalité de la réanimation est de rendre au patient, sur le long terme, une vie que lui juge digne d’être vécue. Et la réanimation est un marathon olympique. C’est une rude épreuve, dont on sort déplumé, rincé, essoré, et il ne faut pas l’infliger de manière indue à quelqu’un qui n’a à l’évidence pas les réserves pour l’affronter. Il ne faut pas réanimer à tout prix et coûte que coûte. Il faut trier. Trier n’est pas décider qui va vivre ou mourir. C’est un acte d’humanité, et certainement une des choses les plus difficiles à maîtriser du métier. C’est vrai en temps de paix, tous les jours, avec pour seul horizon le malade. Ça l’est d’autant plus en temps de guerre, avec le spectre du manque de moyens. En médecine de catastrophe, on alloue les moyens aux patients qui ont le plus de chance de survivre. Cette justice distributive ne me perturbe pas non plus. Je ne suis pas responsable des moyens qui sont mis à ma disposition. Je suis juste responsable de leur utilisation optimale. Manquons-nous de lits de réanimation en France ? Je ne pense pas. Cela n’a pas de sens de juger de l’adéquation entre offre et besoin à l’occasion d’une catastrophe centenaire. Cela n’a pas de sens de se comparer au voisin allemand, dont la pléthore de lits ne sert à rien. Cela n’a pas de sens de dire que cet hypothétique manque de lits de réanimation est la cause de tous les maux, dont de prétendues privations de liberté. Il faut des lits activables en cas de besoin. Et surtout du personnel formé. Cela ne se fait pas en six mois, quoi qu’en pensent les populistes, les physiologistes du sport, ou les ânes, entités parfois difficiles à distinguer. «Il y a eu plusieurs pandémies en une. Le virus, bien sûr, mais également une épidémie bien française d’ultracrépidarianisme – l’art de parler de ce qu’on ne connaît pas. Après avoir subi des millions d’épidémiologistes et de virologues, nous avons vu apparaître des millions de réanimateurs. On nous a accusés d’avoir fait des conneries, d’avoir intubé très tôt, trop tôt. Que la mortalité observée était liée à nos traitements. Oui, c’est vrai en partie. Cent pour cent de ce que l’on fait dans une réanimation a des effets indésirables. Nous ne sommes pas homéopathes. L’intubation, la ventilation mécanique, la sédation, l’adrénaline, la dialyse rénale, tout cela a des effets indésirables. Ce n’est pas grave. Ce n’est pas grave si le rapport bénéfice-risque a été bien pesé. On accepte ces effets adverses. Et on les minimise, en appliquant cette technique dans les règles de l’art. Pour cela il faut du bon matériel, un peu, et de bons professionnels, beaucoup. Si vous appliquez ces techniques dans des endroits non prévus pour cela, avec du matériel non prévu pour cela, et des personnels non formés… malgré leur admirable dévouement, que croyez-vous qu’il va advenir ? «Oui ; il y a eu beaucoup de morts. Selon les endroits et la gravité des patients, 30 voire 40% de décès. 25 à 30%, c’est la mortalité du SDRA sévère. 40% ça doit être ce qu’il arrive quand on réanime des malades graves dans des conditions suboptimales. La mort ne me perturbe pas. Quand on est malade, c’est parfois grave, et quand c’est grave, parfois on meurt. C’est un processus naturel que l’on essaie de freiner, perturber, retarder. On ne peut guérir tout le monde. Nous sommes des soignants, pas le Petit Jésus ou tout autre druide barbichu. S’en rendre compte est vital. Pour ne pas disjoncter. On tente de guérir le malade. Et quand on ne peut pas, il faut savoir s’arrêter, jeter l’éponge de soins devenus futiles, ne pas sombrer dans l’acharnement, et accompagner la fin de vie. A good life, and a good death. Bien accompagner un patient et ses proches, assurer une bonne fin de vie est aussi important qu’aboutir à la guérison. La mort ne me perturbe pas, sauf si un des maillons de la chaîne de la guérison ou de la fin de vie a dysfonctionné. Là, la mort devient inacceptable et une souffrance. La mort par Covid n’est pas une belle mort. Pour plein de raisons. Certes, les malades n’ont pas souffert. On a accompagné la fin de vie comme il se doit, dignement, comme à l’accoutumée, dans le respect de la loi Leonetti-Claeys. Nous n’avons pas eu besoin de recourir au Rivotril pour cela, n’en déplaise à ceux qui nous ont accusé d’euthanasie. On n’y a pas eu recours car on n’a jamais manqué de rien, même si ce fut juste. Je ne sais toujours pas comment nos pharmaciens ont réussi cet exploit. Mais il y a ces corps, enfermés immédiatement dans des sacs étanches, sans toilette mortuaire, et envoyés sans délai au funérarium. Et le plus pesant probablement, il y a cette absence des familles, interdites de visite, au moins au début, et dont le deuil a dû être catastrophique. Les familles sont souvent le seul élément raccrochant à la vie. On les voit, on leur parle tous les jours. Là elles étaient absentes. Et cette rencontre singulière ne peut pas être remplacée par un coup de téléphone, auquel nous n’avions de toute façon pas le temps de répondre. Il n’y a plus beaucoup de vie dans une réanimation Covid. Cela a laissé des traces, des blessures psychologiques. Et aucun soignant de réanimation ne veut revivre cela. «Bien sûr, à côté de cela, les accusations de "faire du chiffre", par un vieux professeur n’ayant plus toutes ses facultés, sont dérisoires. Il paraîtrait que l’on code "Covid-19" de manière excessive et que l’on garde trop les patients. Pour gagner de l’argent, un magot caché probablement. Et pour participer à un mensonge d’état. Pour priver les gens de liberté. Non bien sûr. Sauf dans les cerveaux tordus, on code ce que l’on fait, quand on le fait. Ni plus ni moins. Parce que le patient est une fin en soi. Point. «Les crises passent les humains au révélateur. Et il y a eu du beau et du bon dans tout ce marasme. L’hôpital public (et le système de santé en général), dont la souffrance n’aura échappé à personne, a su rassembler ses forces, se lever, faire front. Nous avons vu des soignants de tous horizons épuisés, marqués physiquement par ces masques qui serrent trop, et la fatigue. Sans jamais reculer, soupirer, souffler, renoncer. Les biologistes. Les radiologues. Les ouvriers qui ont monté des cloisons à la vitesse de l’éclair. Les informaticiens, qui ont permis aux malades éveillés de communiquer par tablette avec leurs proches. Les administratifs. Tout le monde a apporté sa pierre et magnifiquement œuvré. Il y a eu de vrais héros. Mais pour moi tout cela n’atténuera pas le désastre ambiant. La médecine et la recherche éthiques et propres sont mortes et enterrées à l’occasion de cette crise sans précédent. Sur l’autel de la mégalomanie de quelques gourous à la tête de sectes mafieuses, dont la médiocrité scientifique n’a d’égal que la malhonnêteté intellectuelle. Les fleurs ont été déposées par les légions d’imbéciles des réseaux sociaux, parfois en service commandé. Les couronnes ont été déposées par des pantins de plateaux télé de chaînes d’info en continu irresponsables. Vol au-dessus d’un nid d’irresponsables. La malscience, comme toutes les fake news, tue. La malscience et les fake news précipitent les plus fragiles vers un abîme de détresse psychologique et la vague psychiatrique. La malscience et les fake news sont les mères de tous les relativismes, de tous les complotismes, de la perte de confiance dans les médecins et les chercheurs, au pire moment possible. Et cela, il faudra des années pour s’en remettre. Cette pandémie s’arrêtera un jour. Ça n’est ni la première ni la dernière. Elle s’éteindra dans un déluge de morts, médicaux et économiques, et comme d’habitude, les plus fragiles auront payé le plus lourd tribut. Il faudra alors sévèrement débriefer. Punir ceux qui doivent l’être, les escrocs, les renégats, quels que soient leur grade et leur fonction. Reconstruire pour que ces décès de patients, et ces sacrifices de soignants n’aient pas été inutiles. Je déteste le Covid.»
  3. 20 points
    Il y a eu un audit chez Dassault de la DGA pour déterminer quelle était la production minimum pour qu'elle soit "industrielle" par opposition à artisanale, et le résultat a été 11 par an. Pour illustrer ce que ça veut dire je peux raconter une petite anecdote: il s'agit de l'ATL2 qui avait forcément un rythme de production plutôt "artisanal" et cela a posé un problème pour le radome du radar. En effet il est en fibre de carbone et le procédé artisanal consistait à napper les différentes couche à la main. Les radomes produit étaient conformes aux spécifications mais tous différents. Or un radome ça dévie un peu les rayons radar et cette déviation était inférieure à l'écart autorisé mais différent d'un radome à l'autre. Or on compense par logiciel ces déviations après avoir caractérisé le radome, mais comme chaque radome était différent des autres il aurait fallu avoir un logiciel différent chaque fois qu'on changeait de radome. Trop compliqué en maintenance, on a automatisé le procédé, les radomes produits n'étaient pas meilleurs que ceux produit à la main mais ils avaient tous les mêmes défauts et donc le même logiciel de correction.
  4. 20 points
    Une petite anecdote personnelle qui a bien fait rigoler mon épouse ce midi ... Un agent de la métropole faisait du porte à porte dans mon quartier pour expliquer les nouvelles consignes de tri des déchets recyclables. Il sonne chez moi, j'ouvre, et là il remet son masque en place en s'exclamant "Je n'ai jamais été autant bâillonné de ma vie ! On nous impose cette saleté de masque, on nous prive de liberté ! Liberté, Egalité, Fraternité, c'est fini, ils nous ont pris la liberté !" Comme j'aime toujours porter la contradiction, je me suis fait l'avocat du diable : "Si le port du masque paraît être une privation de liberté, est-ce que ce ne serait pas en fait un geste de fraternité vis-à-vis des populations fragiles ? Parce que devant le virus, s'il se présente, on n'est pas tous égaux." Grand silence ... Il s'est repris, a débité son laïus sur les consignes de tri, m'a remis les papiers qu'il devait me remettre. Puis, avant de partir, il m'a dit : "Putain, je n'ai jamais été remis à ma place comme vous l'avez fait tout à l'heure. Et ce qui me fait le plus mal, c'est que maintenant je comprends ce que vous voulez dire, et que vous avez raison." J'ai biché !
  5. 16 points
    @Patrick Trouvé sur C6. Spéciale dédicace...
  6. 16 points
    Bonjour à tous, Comme expliqué dans ma présentation, je travaille dans l'automobile, il y a quelques années j'ai eu l'occasion de rencontrer une personne assez calée sur les sportives anciennes et lorsqu'il a su mon intérêt pour le Rafale, il m'a partagé 2 photos d'une anecdote qui ont enrichies un peu plus ce que je connaissais du jour de son premier vol. Je suis retombé dessus en triant et je me suis dis que c'était l'occasion d'en partager une avec vous. Je tiens à préciser que ce sont des infos que cette personne m'a rapportée, elle était partie prenante de ce sujet, j'ai bien quelques amis qui travaillent dans l'aéronautique mais aucun en lien direct avec le développement du Rafale ou qui pourrait me confirmer cette anecdote. De même, la personne qui m'a communiqué ces photos m'a dit que c'était un fait public, je ne pense pas que la publication de cette photo pose un problème, toutefois si parmi vous certains qui ont plus de "contacts"/d'infos venaient à souligner que c'est un problème je retirerais la photo, pour l'instant je limite les détails au minimum. Le 4 Juillet 1986, des bonnes fées, 15 pour être précis, se sont penchées sur le berceau du Rafale à Istres. Une des personnes du projet, passionnée de sportives anciennes a vu les membres de son club se rassembler pour fêter le premier vol, 15 Bugatti Type 55 sur les 38 en circulation dans le monde sont venu souhaiter un bon vol à cet oiseau et l'accompagner pour un début sous les meilleures auspices A chaque fois que je vois cette photo je pense à un rassemblement de deux versions du "travail bien fait" et de l'art de l'excellence, bref, à l'époque, 50 ans séparaient ces deux machines et je me dit que les deux resteront assez éternelles en matière de design... Il y a d’ailleurs peut être la valeur du proto en voiture là (entre 5 et 10M€ actuellement par voiture) ... Sur ce, je pense que ça sera ma contribution la plus riche à ce sujet, je n'ai aucun pied dans l'aéronautique pour amener plus .
  7. 16 points
    20 après l’original. Le F15 qui a grosso modo 30 piges de plus que le Typhoon a un aesa, va plus loin et emporte plus. Mis à part les performances pures et l’efficacité dynamique de la cellule l’Eagle est plus moderne et meilleur de partout que le Typhoon. Quand Jacko se gargarisait des performances BVR de l’EF il nous vendait une grille de lecture dépassée qui datait des années 70/80. Comme le disent si bien les témoignages du bouquin, les années 90 amorçaient un changement radical des doctrines d’engagement BVR basée sur la discrétion. L’éval suisse a prouvé que le Rafale avec son PESA « myope » était globalement supérieur au Typhoon et son CAPTOR mscan en BVR. Le Rafale eut-il été équipé d’AMRAAM qu’il est probable qu’il eut emporté l’item engagement également. La différence fondamentale entre les deux appareils est que le Rafale a été conçu pour le futur avec les enseignements du passé et que le Typhoon a été conçu pour le passé sans vision du futur. Et aujourd’hui l’écart entre les deux est abyssal.
  8. 14 points
    Une question, si en Turquie la communauté française ferait de l'ingérence et du prosélytisme, ça se passerait comment ? À mon avis pas très bien... Nous ça fait plus de 20 ans que le prosélytisme et l'ingérence étrangère de pays musulmans comme la Turquie, le Qatar & Cie est de mise ... Le jeu des frères musulmans qui est lié à ces pays a fait beaucoup de dégâts sans avoir eu à opter pour le mode terrorisme qui n'est que la partie emergée de l'islamisme... La plus dangereuse est celle immergée... J'ai subi les effets du discours des frères musulmans, pas de mort ni de blessé, mais bien plus courant que les attaques terroriste et qui divise des familles, et sans que cela soit le fait d'une pièce rapporté avec une barbe ou un voile... Car cela montre que le discours des frères musulmans a aussi imprégné les esprits de personnes en apparence très intégré... Mais qui ont des discours très tranché... Ça m'a coûté un proche qui a épousé une musulmane née en France... La tolérance n'allant que dans un sens au bout de quelques années... Alors quand ma femme est devenue une apostate de l'islam, ça n'a pas du tout plus, qui plus est en devenant catholique par choix personnel, se proche et sa femme ont pas du tout apprécié... Et je ne parle pas de leurs propos antisémite... Tout en parlant de religion alors que c'était pas un sujet abordé avant à la maison, enfin hormis la volonté de ma femme de baptiser les enfants alors qu'elle n'osait pas avant abandonné la religion musulmane qu'elle n'a jamais aimé enfant ( à Djibouti c'est pas la même vie pour une fille de vivre l'islam des pisseuse qui le vivent en France...), elle attendra 20 ans avant de le faire... Moi à l'époque je mettais éloigné de ma Foi catholique, mais au bout de 20 ans, ben j'ai retrouvait le chemin de la Foi, comme quoi dès fois il faut savoir se perdre pour mieux se retrouver, et cela n'a jamais eu d'influence sur ma femme que je sois chrétien, ses choix ont été les siens . Notre proche lui était athée, alors quand il a basculé musulman et qu'il n'a pas apprécié le choix de ma femme... Ben voilà on a vu que ça ne passait pas chez lui et sa femme, une pisseuse née en France et qui voulait nous vendre son islam... Tout en rabaissant les athées, chrétiens... Pas de bol ça n'a pas marché... Mais cela a fait du mal à la famille... Et pourtant pas de barbes ou de voiles.... Se qui démontrent que même les plus modernes ont un discours extrême... Sans pour autant devenir des terroristes... Les discours de Tarik ramadan et d'autres sur le net ou à la télé ont bien fonctionné... Et des familles dans se cas comme nous sont nombreuse, mais on en parle pas, il n'y a pas de mort ni de blessé... Mais ça crée déjà de la division au cœur de familles, et cette division elle est aussi de mise dans la société... Voilà quelques réalités... Moi je connais mes ennemis, depuis très longtemps... Pour les caricatures, je n'ai jamais aimé celle de Charlie, et question être attaqué, nous les catholiques ont connait, néanmoins on a aussi le droit de critiquer des caricatures qui nous insulte et nous offense , tout en restant civilisé... Mais je vois que d'autres provocateurs qui comme celui qui avait fait une chanson sur Jésus quand bien même il a était odieux, les catholiques ne l'ont pas menacé de mort, ni empêcher de vivre.... Tout simplement parce que notre Foi est bien plus forte, et que se type ne pèse rien... On l'aura oublier d'ci quelques années, alors que notre Foi elle est toujours vivante et continuera à exister, et cela malgré nombres de pb, avec le changement dans nos sociétés européenne. Lui c'est nada... Nos textes du nouveau Testament sont intemporel car s'adaptant et pouvant être transposé au passé, présent ou dans le futur. Mon meilleur ami est athée, ça ne pose aucun pb... Charlie n'est qu'un prétexte, depuis les années 70 une association des pays musulmans ( j'ai oublié le nom) on travaillait sur comment empêcher les musulmans issu de l'immigration de s'intégrer aux sociétés occidentales... Donc le projet ne date pas d'hier... La Turquie, le Qatar sont lié aux frères musulmans, ils ont gagné la partie car il y a une division dans l'islam... Les frères musulmans ont gagné en ayant compris que la communication via la télé par satellite et al Jazeera a pris de l'avance dans nos banlieues, suffisait de regardé les antennes paraboliques pour comprendre que les banlieues se refermées sur elle même, et permettant aux frères musulmans & Cie de pouvoir travaillait au corps la population de ces banlieues, les saoudiens wahhabites sont entrait dans la course avec Al arabya, mais ils ont pas réussi à peser face aux frères musulmans dans l'influence dans les banlieues ... Sans oublier les chaînes des pays d'origines... Puis est arrivait internet, aisément employable par la jeunesse née en France... Au final o' observe que les frères musulmans ont même réussi à devenir les interlocuteurs auprès des gvt... Déjà que des maires par électoralisme on jouait la carte clientélisme... Par lâcheté ou besoin de garder le pouvoir... Des maires toutes étiquettes... Comment les fameux "grands frères" ont fini par être remplacé par les imams des frères musulmans ? Les seuls musulmans qui ont resistaient à l'influence des islamistes, comme l'imam d'une ville de l'Est, menacé de mort, où tout ceux qui ont su concilié religion et la France sont comme le dernier réduit, mais eux l'état et les politiciens les ont abandonnées. Quand je vois se qu'a dit l'Imam de cette mosquée dans l'Est de la France lors de son déplacement sur le lieu où a était décapité un professeur, disant tout haut depuis si longtemps qu'il vit sous protection policière et qui a dû mettre à l'abri sa famille à l'étranger ! Idem pour cette gamine qui doit vivre cachée dans son propre pays... Les musulmans qui sont dans le " oui mais"... Désolé mais moi ça ne marche plus la victimisation des adeptes des frères musulmans... Moi je vois qu'un Imam à su faire la part des choses en ne mélengeant pas le spirituel et le temporel... Et pour rappel sur le "tendre la joue" chez les chrétiens ... Voici une explication claire et nette : https://fr.aleteia.org/2017/03/13/faut-il-reellement-tendre-lautre-joue/ Enfin voilà, pour moi la guerre contre les frères musulmans est déjà une chose concrète même si elle ne fait pas de morts ou de blessés, elle divise les familles... ( pour rappel le Christ expliquait déjà que toute maison divisée en son sein finirait par s'auto détruire...) , puisque avec l'évolution et les moyens de communication, cette islamisme à quitter les banlieues et réussi à avoir de l'impact sur ma famille qui vit loin des villes... Désolé mais les caricatures de Charlie ne sont que des prétextes... Et pour rappel, le conseil en Arabie Saoudite n'a pas suivi avec autant de véhémence la Turquie et autres pays qui ont joué les vierges outrée... Tout simplement parce que les saoudiens ont besoin d'amis face au Qatar et à la Turquie... Et pour rappel nombres de pays arabes n'ont pas un bon souvenir de l'ère ottomane... Donc si on prend tout ces éléments, l'histoire de choquer n'est qu'une excuse, on en aurait trouvait d'autres pour jouer sur les musulmans vivant en Europe... Donc la victimisation ça suffit. Moi je le connais mon ennemi, et son cirque. Et pour rappel ce sont les chrétiens qui sont les plus persécutés dans le monde, mais là personne pour le dire... En ex Yougoslavie j'ai protégé des musulmans, mais là étrange personne ne le met en avant... Enfin bref... J'ai vu le monde tel qu'il est à mon petit niveau, et hors de question que je me fasse endormir ( une fois pas deux)...
  9. 13 points
    Si je devais résumer tout ton message en un mot, c'est simplement "Nation". Il serait temps de redonner du sens à ce mot ... C'est pas seulement une station de métro ou le point d'arrivée des manifs qui partent de la place de la Bastille. La Nation, c'est ce que nous partageons, ce qui nous définit, et c'est ce qu'il n'est juste pas possible de perdre, à moins de n'être plus français. Le mot a parfois été perverti (par tout ce qui s'est montré nationaliste sous l'étiquette "National"), mais rien que pour tous ceux qui sont morts "pour la Nation", afin de lui offrir un avenir qui est maintenant notre présent, rien que pour ça, il ne faut pas oublier ce point de notre essence française.
  10. 13 points
    A propos des aérofreins du Rafale, anecdote d'un ancien pilote de Mirage F1 : Le rafale pousse vraiment fort, c'est impressionant, faut faire gaffe à pas trop pousser sur la PC sinon tu fais péter les vitres sans t'en rendre compte. C'est une bête qui prend de la vitesse au moindre mouvement sur la manette des gaz etc etc.. Mais ce qui est encore plus bluffant, c'est sa capacité à perdre de l'énergie. Lancé à M1,4, un petit coup sur le bouton AF et en un demi tour, t'es en patrouille avec le DR400, limite décrochage aux grands angles. Bref, si le rafale n'a pas de surfaces mobiles dédiées à la fonction de freinage, il a une commande (sur la manette des gaz) d'aérofreins qui semble bien plus efficace que les ailettes dédiées du Mirage F1
  11. 13 points
    Non justement, c'est vicieux tu vas voir. C'est une affaire d'offre au long cours et il faut qu'on puisse s'aligner ce qui n'est pas simple. Et l'offre US nous surclasse a priori sur les missiles de croisière si on en reste au SCALP. Sur l'armement pur, ils proposent donc, pour plus de lisibilité: 500 GBU-53/B Small Diameter Bomb II C'est une arme chère donc c'est un gros investissement. C'est la seule vraie nouveauté pour les finlandais puisque... tout le reste est déjà en inventaire, au moins dans des versions plus "anciennes". 150 AIM-9X Block II+ ("block II+" est apparemment une dénomination alternative, le block 2 est en service depuis 2015) C'est assez peu, mais les finlandais en avaient déjà 150, achetés en 2005. Pour 100 millions de $. https://www.defenseindustrydaily.com/finland-ordering-150-aim9x-sidewinders-01491/ 100 AGM-154C-1 (JSOW C-1) Sous-version du JSOW C (qui a une charge BROACH) avec une liaison-16 et une capacité à attaquer les cibles en mouvement. La Finlande a déjà des AGM-154 JSOW sous ses F-18. Un grand minimum de 15 (quinze) de ces armes ont été achetées dans le cadre de la MLU2 de l'avion. Pas trouvé trace d'autres ventes. LM propose de vendre une version améliorée. wiki précise: en mai 2007, Raytheon reçut un contrat pour le développement de la troisième version de la bombe, qui ajoutait à la JSOW-C une liaison de données liaison 16 et la capacité à engager des cibles maritimes en mouvement3. Elle devait être produite en série à partir de 2009. Les trois premiers tirs ont été effectués en août 2011 depuis un F/A-18F Hornet. La JSOW-C1 a terminé ses tests d'intégration en janvier 2015 et doit désormais subir les tests opérationnels. Elle devrait être délivrée aux forces à partir de 2016. 200 AGM-158B-2 (JASSM-ER) (925km de portée) La Finlande a déjà acheté 70 JASSM de 370km de portée (donc pas des "-ER") à priori pour 255 millions de $ en 2011. https://www.dsca.mil/major-arms-sales/finland-agm-158-joint-air-surface-standoff-missiles-jassm Corporal Frisk le décrit comme la "balle d'argent" de l'arsenal finlandais. Avec les -ER, l'arme aurait une portée bien plus importante, autorisant des trajectoires d'attaque complexes utiles contre les réseaux de défense intégrés russes. Ce n'est pas rien. NOTEZ cela étant que depuis que l'US NAVY est sortie du programme JASSM pour le F-18 (puisque le F-35 C le mettra en oeuvre) pour se concentrer sur le LRASM qui est un dérivé du JASSM, l'arme n'est pas intégrée au F-18/F. Mais il devrait être possible de le faire à peu de frais une fois l'intégration du LRASM effectuée et vu les déboires du F-35C. Une vidéo finlandaise montrant tout ça sous leurs F/A-18. Et pour le reste: 300 FMU-139D/B Fusées Ce sont des fusées destinées à faire détonner les charges explosives des bombes de la série Mk80 et autres. La FMU-139 est entièrement électronique ce qui permet de sélectionner certains effets depuis l'avion en vol et plus simplement au sol avant la mission. @DEFA550 pourrait nous en dire plus parce qu'il doit bien connaître. 120 BLU-117, bombes à usage général Corps de bombe Mk 84. 150 BLU-111, bombe à usage général Corps de bombe Mk 82. 32 BLU-109, bombes à usage général Corps de bombe alternatif à la BLU-117 Mk 84. (si quelqu'un a besoin de références visuelles): 120 KMU-556 JDAM Kits de guidage pour GBU-31 Kits de guidage JDAM destinés aux corps de bombes Mk 84 ou BLU117A/B http://www.designation-systems.net/dusrm/app5/jdam.html 30 KMU-557 Kits de guidage JDAM pour GBU-31 Même chose qu'au-dessus. Kits JDAM destinés au corps de bombe BLU-109/B 150 KMU-572 Kits de guidage JDAM pour GBU-38/54 Kits pour Mk 82 GPS et laser respectivement *** L'absence d'AIM-120 et la disparité entre les kits de guidage et les armes s'explique peut-être par le fait que les finlandais pourraient réutiliser un bon paquet des armes qu'ils ont déjà avec leurs F/A-18. Les finlandais ont en effet déjà des AIM-120C7. Deal signé en 2008 ou 2009 pour 300 missiles. https://www.dsca.mil/major-arms-sales/finland-aim-120c-7-amraam-missiles Autant d'argent économisé pour LM/Boeing sur leurs offres. On touche là à un des problèmes du Rafale: à part certaines armes US, notamment les BLU puisque toutes sont intégrées désormais, ce qui est un gros avantage pour l'AASM par exemple, puisque ce n'est dès lors plus qu'un kit, quand on vend, c'est un package complet avec plein d'armements. Donc faire changer un client du matos US est très compliqué. Même si on propose le Meteor, les Eurofighter et Gripen le proposent aussi et mettnt pourtant aussi en oeuvre des AIM-120C à côté de ça. Et on a pas d'engin comparable en portée à l'AGM-158-ER. Ça fait un avantage F-35 et F-18E/F. Ce n'est donc sans doute pas pour rien qu'on a eu des images d'intégration possible du JSM sur Rafale pour la Finlande. Sauf que ça aussi il faut le payer, et c'est cher. Et les américains peuvent dire non. Du coup il faut VITE qu'on puisse proposer les MICA EM/IR NG qui apporteront de vraies plus-value face à l'AIM-120, ainsi que le missile FMAN/FMC (quelles que soient ses performances finales). Idéalement nous aurions besoin d'un nouveau kit AASM doté d'une voilure au niveau du corps de la bombe, déployable, pour donner encore plus d'allonge après la phase de boost, et d'une refonte des kits existants pour la rendre furtive, avec un "manteau" recouvrant entièrement le corps de bombe métallique. Il faudrait recalculer plein de trucs, c'est certains, elle n'aurait plus la même aérodynamique, plus la même surface équivalente radar (SPECTRA à mettre à jour pour l'annulation active) plus les mêmes interactions avec les pylônes, mais ce serait un moyen élégant d'aller chasser sur les terre de la version propulsée du JSOW. Pour le JASSM-ER, on a pas d'autre choix que d'attendre une éventuelle version "Long Range" du FMAN/FMC - FC/ASW franco-anglais. Voilà voilà. Je pense donc toujours que le F-18E/F est de loin l'avion le mieux placé de la compétition.
  12. 13 points
    Le rapport sur le crash de mai 2020 dispo. C'est du lourd. En gros conflit entre l'humain et la machine (LOT6) + grosse fatigue de l'humain à cause de l'oxygène. Quasiment chaque phrase enfonce le f-35. J'ai eu du mal à ne pas tout souligner. Conséquence indirect : f-16.net est choqué http://www.f-16.net/forum/viewtopic.php?f=22&t=56999&start=15 https://www.airforcemag.com/eglin-f-35-crash-blamed-on-landing-speed-but-software-helmet-oxygen-also-faulted/ Le rapport complet : https://www.airforcemag.com/app/uploads/2020/10/Eglin-AFB-F35A-AIB-Report_Signed.pdf Une vitesse d'atterrissage excessive a principalement causé le crash d'un F-35A le 19 mai dernier sur la base aérienne d'Eglin, en Floride, bien que des problèmes de logique des commandes de vol, d'affichage sur le casque, de système d'oxygène du jet et d'entraînement inefficace sur simulateur aient été des facteurs contributifs, selon une enquête de l'armée de l'air. Une commission d'enquête sur les accidents a conclu que la principale raison de l'accident était que le pilote avait réglé une "vitesse d'attente" de 202 noeuds pour l'atterrissage, ce qui était 50 noeuds de trop, alors que l'angle d'approche du jet était également trop faible, selon le rapport publié le 30 septembre. La seconde cause principale était le "conflit" entre les gouvernes de la queue de l'avion et les efforts apparemment corrects du pilote pour récupérer l'avion après son rebond sur la piste, un problème que l'armée de l'air a déclaré être une "anomalie non découverte auparavant dans la logique des commandes de vol de l'avion". L'avion et le pilote "sont rapidement tombés en désaccord" alors que l'ordinateur de vol commandait le piqué tandis que le pilote commandait le cabré, tentant d'interrompre l'atterrissage et de faire demi-tour. Sentant qu'il était "ignoré" par l'avion, le pilote s'est éjecté, subissant des blessures importantes mais non mortelles. De plus, l'affichage monté sur le casque était mal aligné et "distrayait le pilote pendant une phase critique du vol", a déterminé l'AIB. Le système respiratoire de l'avion a également provoqué une fatigue excessive, conduisant à une "dégradation cognitive", tandis qu'une instruction inefficace en simulateur signifiait que le pilote (un instructeur !!!) ne connaissait pas suffisamment le système de commandes de vol de l'avion. L'avion du 58e escadron de chasse a roulé après l'éjection et a heurté la piste. a été déclaré perte totale. L'avion à réaction était évalué à près de 176 millions de dollars et déclaré perte totale. Le pilote avait des éclats de la verrière et d'autres objets étrangers logés dans son oeil et son bras, ainsi qu'une blessure par compression de la colonne vertébrale. Le rapport n'aborde pas les mesures correctives ou les restrictions de sécurité du vol suite à l'accident. L'armée de l'air et Lockheed Martin ont transmis toutes les questions au bureau du programme conjoint F-35, qui n'a pas fait de commentaires immédiats. Le commandement de l'éducation et de la formation aériennes n'a pas répondu immédiatement aux questions. L'accident s'est produit à la fin d'une mission de nuit au cours de laquelle le pilote, un instructeur, enseignait à un élève des techniques de combat aérien. De retour à la base, il a réglé la vitesse excessive de retenue à 202 nœuds - ce qui, selon l'enquête, n'est "pas une manœuvre autorisée" - et un angle d'attaque peu prononcé de 5,2 degrés, au lieu des 13 degrés souhaités. Le pilote n'a pas débrayé le maintien de vitesse au moment opportun, et il n'y a pas d'"avertissement sonore" pour cette configuration dangereuse, selon le rapport. Le jet a touché presque simultanément tous les trains d'atterrissage avec une telle force que le train avant a repoussé vers le haut, ce qui a permis au jet de reprendre l'air. Alors que le pilote tentait de récupérer, le jet et le pilote se sont désynchronisés en raison de "multiples entrées conflictuelles des commandes de vol". Le logiciel de contrôle "est devenu saturé et ne réagit plus, et a finalement poussé les gouvernes vers le piqué", alors que le pilote allait effectuer une postcombustion et essayait de relever le nez et de gagner de l'altitude. "Se sentant confus, impuissant et ignoré", le pilote s'est éjecté. L'enquête a déterminé que trois secondes de sollicitation du pilote "n'étaient pas suffisantes pour surmonter cette saturation" et que le système de commandes de vol n'a pas réussi à réorienter l'avion pour une remise des gaz. L'accident s'est produit dans les cinq secondes qui ont suivi le toucher initial. Le F-35 sent que son poids est sur les roues, ce qui pousse les commandes de vol à garder le nez vers le bas. Cet aspect des lois de contrôle du vol ne figure pas dans le manuel de vol ou le programme d'études, et "le système de contrôle du vol est complexe ; il y a trop de sous-modes des [lois de contrôle] pour les décrire" dans le didacticiel. "Néanmoins, il existe une lacune dans la profondeur de la logique [des lois de contrôle] et la connaissance des systèmes de contrôle de vol dans les manuels de base et les universitaires sur le F-35A", indique le rapport. Lors de la tentative d'atterrissage, le pilote a été confronté pour la première fois de nuit à un défaut d'alignement de l'affichage monté sur le casque, le HMD étant "désaligné à basse altitude par opposition à haute altitude". Cela a fait que le jet est arrivé trop haut pour l'atterrissage, entrant en conflit avec les données du système d'atterrissage inertiel et les repères visuels. Le pilote "a lutté contre son propre instinct pour pousser plus loin dans l'obscurité avant la piste afin de corriger sa trajectoire", selon le rapport. Selon l'armée de l'air, les équipages s'entraînent pour les situations de sortie du HMD, mais pas pour les désalignements. Au lieu de soulager la charge de travail, le casque semble l'avoir alourdie dans ce cas précis. "La concentration nécessaire pour filtrer mentalement la symbologie dégradée, la lueur verte du projecteur HMD, acquérir visuellement les repères de piste de nuit, corriger et ensuite fixer un point de visée, combattre l'obscurité en dehors de la piste et surveiller les tendances de la trajectoire de descente, a distrait le pilote de l'engagement du compensateur de puissance d'approche ou du ralentissement à la vitesse d'approche finale", a déclaré l'AIB. La "lueur verte" s'aggrave en raison de la rétroaction pendant la descente de l'avion, et le pilote a déclaré avoir dû "loucher" pour capter "les indices environnementaux". Le jet provenait du lot de production initial à faible taux 6, le seul de ce lot à Eglin. Il y a eu quelques commandes techniques correctives pour le système de casque, mais elles n'ont pas été jugées urgentes et ont nécessité l'assistance du dépôt pour les effectuer, selon le rapport. Le pilote a indiqué que le pilotage du jet était plus "épuisant" que celui de son précédent appareil, le F-15E. Le rapport indique que le système d'air unique du F-35, qui nécessite un "travail de respiration", a cet effet sur de nombreux pilotes. L'expérience du pilote est "soutenue par les recherches émergentes" sur les systèmes du F-35A selon lesquelles "il semble que les capacités cognitives du pilote soient affectées physiologiquement par le fait de respirer par le système d'oxygène à la demande", indique le rapport. Le pilote a indiqué que sur une échelle de un à dix, sa dégradation cognitive était de "quatre sur dix sur une base régulière". Le rapport indique que piloter le F-35A en mode d'atterrissage aux instruments n'est "pas une tâche banale", ce qui "aurait pu être rendu plus difficile" lors de l'accident de mai "par le niveau de dégradation cognitive signalé" dû aux distractions, au stress, au manque de sommeil et au travail que le pilote a dû fournir pour respirer. Selon les enquêteurs, ces facteurs ont pu contribuer à la "vulnérabilité du pilote aux distractions" lors de l'accident à l'atterrissage. Sur la question des simulateurs, le rapport indique que les systèmes "ne représentent pas avec précision la dynamique de vol de l'avion vue dans ce scénario". Dans le simulateur, l'avion peut être récupéré après un fort rebond, et "deux membres de l'équipe AIB ont également pu atterrir" dans le simulateur dans les mêmes conditions. Le propre rapport de Lockheed Martin sur l'incident "a vérifié la disjonction entre les performances réelles [de l'avion accidenté] et le modèle du simulateur", ajoutant que "la sensibilité au taux de tangage évidente en vol n'a pas été observée dans la simulation pilotée ou les premières tentatives de faire correspondre la manœuvre avec la simulation hors ligne". Si le pilote de l'avion accidenté "n'avait pas tiré les enseignements négatifs du simulateur, il aurait pu récupérer l'avion malgré l'atterrissage à grande vitesse, ce qui explique pourquoi c'est un facteur contributif", selon le rapport. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
  13. 13 points
    Ainsi que fréquemment expliqué, il y a disponibilité et disponibilité. L'Armée de l'Air dispose d'un parc d'appareils qu'elle doit faire durer un certain temps et d'une mission à remplir avec. Elle en déduit qu'elle peut remplir sa mission avec en moyenne 250 heures de vol par appareil et par an. Si un avion a déjà atteint voir dépasser son quota, alors l'appareil est mis en "régénération e potentiel", c'est à dire rangeren hangar à attendre l'année suivante. Mais ça ne veux pas dire qu'il est en panne ! En cas de besoin réel, il peut voler quand même. C'est juste qu'ils sont certifiés pour 7500 heures de vol (quoique ça devrait passer à 9000 bientôt) et qu'ils doivent durer 30 ans. Donc 7500/30=250, voilà. À coté de ça, les avions qui sont envoyés en OPEX (où ils ne sont jamais très nombreux, parfois juste deux ou trois) affichent un taux de disponibilité supérieur à 90%. Simplement parce que vu qu'il n'y a pas beaucoup d'avions dans lesquels puiser, on fait marcher ce qui sont sur place, même s'ils ont dépassé leur quota annuel. Parce qu'ils le peuvent. Maintenant, dans une année, il y a 365x24=8760 heures. Partant de là, on peut aussi dire qu'ils ont une disponibilité de 250/8760=2,85%. Donc il y a tout plein de manières de mesurer, et la façon dont on présente les chiffres -- en expliquant ou non de quoi il en retourne -- peut servir à manipuler les esprits. Par exemple, avoir une disponibilité des avions très faible sur l'ensemble du stock, mais très élevé en OPEX ne signifie pas que les avions sont cloués au sol parce qu'ils ont besoin de plusieurs mois de maintenance par an ; ça signifie simplement que l'armée a suffisamment de marge pour pouvoir répondre dans l'urgence à une crise. Si on était obligé d'avoir une disponibilité de 90% sur l'ensemble de la flotte Rafale en temps de paix, ça signifierait qu'en cas de crise, on est dans la merde. Donc c'est malhonnête de prendre le taux de disponibilité globale et d'en conclure quelque chose sur les contraintes de maintenance de l'appareil. Ça c'est quelque chose que l'on ne peut faire que dans un cas particulier, à savoir celui où l'armée de l'air veut faire monter le taux de disponibilité (parce qu'elle en a besoin pour des raisons opérationnelles) mais qu'elle n'y arrive pas. Dans ce cas de figure, ce n'est pas parce que les avions sont rangés au hangar parce qu'on a pas besoin d'eux, mais qu'ils sont en maintenance alors qu'on a besoin d'eux. (Quoique, ça puisse aussi être causé, plutôt que par un souci avec le matériel lui-même, des stocks de pièces détachées insuffisants, ou par un manque de disponibilité des pilotes voir des mécaniciens à cause d'une mauvaise rétention du personnel.)
  14. 13 points
    On perd du temps. Oui Rheinmetal ne pourrait pas détruire Nexter, des dégâts immenses pour la suprématie commerciale allemande. Pour l'Europe, pas pour la France si elle poursuit les programmes, ce qu'elle devrait faire s'ils ont été lancés. Le Leclerc est encore crédible en l'état pour cinq ans, la modernisation Scorpion lui donnera 10 ans de plus, on a de la marge. "Souveraineté Européenne" Avec des F-35. Scorpion préfigure déjà un FCAS au niveau terrestre. Je crois qu'on pourra se débrouiller sans les autres. C'est juste une histoire de fric. Et pourtant les allemands sont très forts pour décider de claquer 9 MILLIARDS dans des F18 Super Hornet. Mais pour larguer 75 millions, ou 0.075 milliards pour rappel, dans des études préliminaires pour le FCAS, là, pas possible. C'est exactement comme si claquer 120€ pour un objet qu'ils vont garder de façon éphémère n'était pas un problème, mais que claquer 1€ pour un objet d'une importance capitale amené à plus tard faire partie d'un ensemble bien plus cher qu'il faudra du temps pour développer, était un problème. À quel moment on comprend que c'est du foutage de gueule? Et ben voyons... L'industrie de l'armement allemand insignifiante... Avec le pognon de dingue qu'elle rapporte. L'Allemagne indépendante de l'Amérique. Mais bien sûr. Si le projet échoue ça prouvera juste à ceux qui n'avaient pas compris ce que ceux qui avaient compris ont compris depuis longtemps. Comprenne qui pourra. Non il lui faudrait simplement avouer qu'il a été dupé et décider de faire seul en contrepartie. Il ne perdrait rien et gagnerait même des points. Ben non. Bon déjà il faudrait que la personne concernée ait un cerveau mais c'est un détail, ensuite du point de vue d'un nationaliste ne rien faire avec les allemands serait une grande victoire! Attends quand on a acheté le HK416 ça a chouiné pendant des mois que "ouin ouin le FAMAS" et ça découvrait que la MAS avait définitivement fermé en 2001 après avoir commencé son démantèlement en 1997. Si les mecs on leur avait dit "on va relancer notre industrie du petit calibre" ils auraient été tout contents. Donc non, abandonner les coopérations, les achats à l'étranger = gros gros + pour les natios. Les mecs ont rien suivi. Personne ne leur a parlé des accords de Lancaster House et du fait que si le FCAS franco-allemand existe c'est parce que le FCAS franco-britannique a été saboté par les anglais qui, comme les allemands aujourd'hui, n'ont pas voulu payer? Et puis sérieux... Les EAU? Mais qu'est-ce que ça fait là? Pourquoi pas le Guatémala ou l'Ouzbékistan aussi? Tant mieux. C'est une leçon qui aurait dû être apprise il y a 60 ans. Quelles ambitions? Faire plus de fric avec l'argent des autres? Vu la diisparité de l'investissement... Oui on est pas crédibles non plus à faire les cacous avec l'argent allemand. Ce qui attire les appétits de qui? Ah bon 40% à deux pays sur 27 c'est pas assez. OK. Il faut combien? 65%? 90% "Coopérer"??? "Réduire"??? ON LEUR PARLE D'INDÉPENDANCE ILS DISSERTENT SUR LA LONGUEUR DE LA LAISSE. Voilà, on arrive à un sujet que j'ai abordé il y a des années. Le souci pour les allemands c'est préserver les apparences. D'où la fable servie pendant 20 ans sur l'Eurofighter que gnagnagna la France ceci la France cela. Et à la fin on voit qui avait raison de faire son truc dans son coin, et désormais tous les importuns la ferment à ce sujet. Curieux hein? On est pas assez aggressifs. Pas assez vicelards. Pas la faute de la France. On a tout tenté, tout donné, tout impulsé en Europe, et particulièrement dans l'aviation et le spatial. D'accord, alors que les allemands renoncent au très TRÈS gros morceau du gâteau qu'ils se sont déjà arrogés, puisque tout ce qui va rapporter de l'argent est déjà entre leurs mains, notamment en termes de maintenance, sans qu'ils n'aient besoin de prouver la moindre compétence technique. Redistribuons équitablement et rendons à la France ce qui lui revient de droit plutôt que lui faire porter les responsabilités pour le plaisir de gaver les allemands. Et ben voyons. L'industrie française de l'armement, indépendante, a survécu jusqu'ici malgré les innombrables coups en traître qu'elle a reçus. Elle survivra bien à ce que des non-programmes (puisque pas financés) capotent parce que les allemands geignent d'avoir seulement 75% des retombées et veulent qu'il y ait 5 trains d'atterrissage pour ne pas casser l'avion. Laissons-les mariner puis vendons-les aux américains en échange de quelque chose d'intéressant. La Luftwaffe sera ravie d'avoir des F-35 et la presse allemande s'en donnera à coeur joie pour dire à quel point l'avion est meilleur que ce qu'auraient produit les français. On. Perd. Du. Temps. Et je ne serais pas étonné que ce soit exactement le but poursuivi.
  15. 13 points
    Comment un média turc soutenant le gouvernement présente-t-il la situation en Arménie ? Yeni Şafak est un quotidien turc décrit comme islamo-conservateur, soutien indéfectible de l'AKP et du président Erdogan et très proche du gouvernement. Voici un article de son rédacteur en chef İbrahim Karagül (J'ai traduit automatiquement depuis la version anglaise, parce que le sens anglais-français marche mieux que turc-français) La victoire est aussi attendue dans le Caucase ! Le conflit avec l'Arménie va maintenant être résolu par des moyens militaires Le temps de la défense est maintenant révolu. Cela vaut pour la Turquie comme pour l'Azerbaïdjan. Si la Turquie était restée en mode de défense, les plans de siège de l'Irak, de la Syrie, de la Méditerranée orientale et de la mer Égée se seraient concrétisés, et des attaques auraient alors été lancées. Tant que l'Azerbaïdjan restera en mode de défense, le Karabakh ne sera pas sauvé, et l'occupation des autres régions ne prendra pas fin. Par conséquent, l'administration de Bakou doit prendre une décision audacieuse et changer sa perspective sur les régions sous occupation arménienne, et déplacer la guerre vers l'Arménie. L'Azerbaïdjan a non seulement la force de le faire, mais aussi la justification. (...) Les régions occupées seront sauvées une par une Cependant, si l'on considère les dernières déclarations d'Aliyev, son approche et la tendance des militaires azerbaïdjanais à prendre une initiative plus forte, on peut dire que l'administration de Bakou a également accepté que "l'ère de la défense est terminée". Cela est dû au fait que l'armée azerbaïdjanaise devient plus active à chaque attaque ; elle renforce ses positions par des contre-attaques, fait sentir sa force et reprend, pas à pas, les régions sous occupation arménienne. (...) La Turquie va-t-elle frapper l'Arménie ? (...) La déclaration, "L'Azerbaïdjan a notre plein soutien. Nous nous tiendrons aux côtés de l'Azerbaïdjan de toutes les manières nécessaires", par le ministère turc des affaires étrangères après l'attaque d'hier, est critique à deux égards. Le message envoyé au monde est très clair : nous risquerons beaucoup si nécessaire. Le message concernant la situation dans le Caucase est le suivant : Si l'on en arrive là, la Turquie a même pris en compte la possibilité d'une guerre avec l'Arménie. L'Arménie a été transformée en organisation terroriste du Nord En effet, les attaques arméniennes ne visent pas seulement l'Azerbaïdjan. Elle frappe la Turquie. En tant que pays qui a gâché ses plans de siège de l'Irak, de la Syrie, de la Méditerranée orientale et de la mer Égée, la Turquie ne permettra ni l'ouverture d'un front oriental ni des stratégies de siège depuis l'est. Les attaques arméniennes ne visent pas seulement la géopolitique énergétique dont la Turquie est au centre, elles signalent également un scénario multinational. Les confrontations énergétiques en Méditerranée orientale se déplacent vers le Caucase du Nord. L'Arménie joue un rôle dans la grande épreuve de force contre la Turquie. Elle se transforme en un front. La mission confiée à Erevan est la même que celle confiée au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et à Daesh en Irak et en Syrie, et au baron de la terreur Khalifa Haftar en Libye. Turquie : Nous interviendrons "quelles que soient les conséquences". L'Azerbaïdjan, en tant qu'acteur important, va également façonner la carte du pouvoir de la Turquie dans l'équation Asie centrale-Anatolie, Moyen-Orient. Si le jeu lancé par la Russie, l'Iran, la France et les Émirats arabes unis (EAU) à travers l'Arménie, est réussi, la porte orientale de la Turquie sera complètement fermée. La Turquie est intervenue dans le "corridor de la terreur" et a gâché le plan de la carte par des opérations et des interventions. Elle mène des interventions déterminées et sévères contre les plans de siège de la Méditerranée orientale et de la mer Égée. Cela est évident dans la lutte pour le pouvoir en Libye et en Méditerranée. (...) Il ne s'agit pas d'un conflit frontalier entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Il s'agit simplement du front oriental d'un jeu multi-joueurs, d'un plan massif, du projet visant à "arrêter la Turquie" de la Libye à la Syrie, de la Caspienne à la Méditerranée orientale, au plan visant à mettre l'Azerbaïdjan à genoux. (...) Les attaques arméniennes visent en fait la Turquie. Ce n'est pas différent des attaques menées par le biais du PKK et de Daesh. Elles ont toutes le même objectif. Défendre l'Azerbaïdjan, c'est défendre la patrie. C'est notre identité politique et notre conscience. Notre esprit géopolitique et nos stratégies de défense ne sont pas différents. N'oubliez jamais que la "patrie" est un concept très large pour nous ! Nous ne faisons pas une simple exagération quand nous disons "L'histoire a été réinitialisée". Nous attendons également une victoire du Caucase ! J'ai sélectionné seulement certaines parties du texte, mais l'ensemble est du même acabit. Si j'ai bien compris, nous parlons avec Yeni Safak à peu près de l'équivalent turc du Figaro quand le président était Nicolas Sarkozy : un quotidien conservateur, et qui ne va rien faire pour embarrasser le président. Du moins quant au positionnement… parce que le contenu est quelque peu différent ! Résumons - Non seulement l'Azerbaïdjan a raison, car il ne fait que lutter contre l'occupation de son territoire - ça, c'était attendu - Non seulement il ne fait que répondre aux agressions arméniennes - de toute évidence un mensonge, mais attendu là encore - Mais la Turquie doit se tenir prête à entrer en guerre directement contre l'Arménie - Et surtout - j'ai mis en bleu clair les passages qui me semblent proprement délirants - nous apprenons que : 1. L'Arménie est en fait assimilable à une organisation terroriste comme Daech ou le PKK 2. Elle n'est qu'un élément d'un dispositif global intégrant PKK, Daech et Khalifa Haftar, à qui "on" a donné "une mission" 3. Qui est ce "on" ? Ce n'est pas forcément très clair. Nous apprenons en tout cas qu'il inclut "la Russie, l'Iran, la France et les Émirats arabes unis", lesquels utilisent l'Arménie. Ces pays sont donc de mèche. 4. L'Arménie est donc bien en train d'attaquer la Turquie, cela dans le cadre d'un "plan massif" visant la Turquie en Libye, en Syrie, en Méditerranée orientale et en Caspienne 5. Mais que l'on ne se trouble pas. Ein Kampf, ein Sieg, comme on disait en Allemagne il faut un temps : un combat, une victoire. C'est le même message ici : "La victoire est aussi attendue dans le Caucase "!. Même si en attendant "nous risquerons beaucoup si nécessaire". C'est que nous interviendrons "quelles que soient les conséquences" Franchement, ce texte est vraiment inquiétant. Il ne s'agit pas du pamphlet d'un extrémiste, mais d'un article du rédacteur en chef d'un grand journal proche du gouvernement. Et il est bâti sur une vision hallucinée et paranoïaque de l'environnement international de la Turquie ainsi que sur une inversion proprement délirante de la réalité comme quoi l'Arménie agresserait la Turquie, débouchant sur la qualification de ce pays comme organisation terroriste - l'Arménie, même pas son gouvernement !
  16. 13 points
    Y a du café sur mon mur. Quand je pense que quand j’étais môme à Nancy des bangs y en avait 10 par jour et ça ne m’émouvait même pas. 30 ans plus tard le bobo parisien que je suis devenu sursaute dans sa cuisine et appelle sa femme. Sic transit gloria mundi.
  17. 12 points
    Est-ce ce qui s'appelle "se projeter dans l'avenir" ? Bon plus sérieusement, j'hésite un peu entre plusieurs attitudes s'agissant des dernières provocations verbales de Erdogan, mais il me semble quand même que "laisser p*sser" reste préférable à ce stade. Je ne veux pas dire forcément ne rien répondre du tout. Mais enfin dire une fois - et une fois seulement - ce qu'il faut penser de ces éructations, et les négliger par la suite. Il serait préférable de le dire nettement, et d'une manière difficile à oublier. Rappeler le proverbe "Le chien qui aboie ne mord pas" pourrait faire l'affaire. Il vaudrait mieux que ce soit le ministre des affaires étrangères qui le fasse, ou mieux encore le porte-parole de la présidence, selon le principe De minimis non curat praetor. Vous savez, le président de la République applique le principe "Le chien qui aboie ne mord pas". Les diverses provocations et éructations de M. Erdogan ne méritent pas d'autre commentaire. Si M. Erdogan cesse un jour d'aboyer, alors il sera possible de faire davantage attention à lui. S'il se mettait un jour à mordre, alors naturellement les conséquences pourraient en être gravissimes. En attendant, le président de la République a bien d'autres sujets plus importants à traiter. On pourrait imaginer préférer une autre stratégie si Erdogan avait un pouvoir de nuisance important contre la France, par exemple si son embargo contre les produits français risquait d'être fortement suivi. Mais franchement je n'y crois pas trop, il ne me semble pas avoir vu des manifestations massives en ce sens… Et il faut rappeler cette maxime de Mark Twain "Ne discutez pas avec un imbécile. Il vous ramènera à son niveau et vous battra avec son expérience"
  18. 12 points
    si une frégate allemande avait été illuminée, la diplomatie allemande demanderait pardon d'avoir coupé ce faisceau illuminateur avec sa frégate. Elle promettrait de ne plus faire, et les Vert demanderaient le démantèlement de ces navires polluants, surtout qu'ils sont plus souvent à quai qu'à servir en mer.
  19. 12 points
    La politique allemande renvoyant dos à dos l'agresseur et l'agressé, refusant toute sanction économique envers la Turquie au sommet européen du 1er octobre, contre les propositions de la France, de la Grèce et de Chypre, est un succès retentissant.
  20. 11 points
    Communiqué officiel du gouvernement Français : "Après avoir écouté, avec la plus grande attention, les recommandations bienveillantes du président Erdogan concernant la santé mentale du président Macron, un comité scientifique a été désigné pour décider de l'endroit le plus favorable pour le traitement mental de nôtre président. A l'unanimité le choix de l'île de Leros a été choisi pour l'ensemble de ses qualités de climat et d'environnement afin d'y construire une clinique dédiée. Pour protéger les séjours fréquents et nombreux, vu l'état de gravité mental de notre président, un détachement aéronaval y sera décerné."
  21. 11 points
  22. 11 points
    La France, c'est plus que la république. Désolé mais moi j'en ai un peu marre de cette mise en avant de la République, non parce que je suis contre ( enfin j'ai un avis sur le sujet, je ne suis pas fan mais je prend toute l'histoire de France) mais que ça reste un système de de gestion d'un état, qui promeut l'individu au travers des droits... Mais ça ne fait pas l'union qui transcende... La France elle transcende car elle n'est pas née avec la révolution qui n'a que 200 ans d'existance... La France c'est des Devoirs qui eux transcendent et fait l'union ! Le Général De Gaulle n'a pas appelait la République libre, il l'a appelait la France Libre, sur les chars d'une de nos Division Blindée de la 1ère Armée on ne lisait pas la devise "république d'abord" mais "France d'abord"! Durant la Grande guerre on mettait en avant sur les affiches de propagande on mettait en avant la France écrit en gros et en tout petit en bas de l'affiche république française. Et puis bon, on a bien eu des Républiques Socialistes Soviétiques, des républiques islamique... Donc la République ça veut rien dire... Sur nos milliers de tombes de soldats tué durant la guerre, on ne voit pas écrit mort pour la République, mais mort pour la France... C'est une grosse erreur de croire que la République est se qui fait unanimité, non pas pour une question politique ou de système de gestion d'un pays mais en terme d'union et de sentiment de devoir, c'est la France qui parle ! La France brillait déjà avant la Révolution, donc ce n'est pas une question de système politique de gouvernance qui compte, mais la France ! Enfin voilà moi ça me saoûle d'entendre à longueur de journée le mot république, valeurs républicaine par rapport au dernier attentat... Elle n'a vendu aucun rêve cette république chez nombres de jeunes... Hormis dégommer l'histoire de France... Tout se que je vois c'est que l'on a sous l'égide de la République laissait l'influence étrangère et le prosélytisme s'installer et touché de manière profonde la société française, et avoir aussi un impact négatif de manière concret et personnel en se qui me concerne en se qui concerne l'influence des frères islamistes... Ma femme est de Djibouti, elle a pris la nationalité française, pour elle la République ça ne lui parle pas... Seul compte la France pour faire unité... Alors imaginé des jeunes issus de immigration à qui on a tenu un discours ou seul la République était prôner comme modèle alors qu'ils vivent dans un modèle qui les transcende via l'islam... Ou de ces jeunes qui partent travailler à l'étranger car on est pas capable de payer leur qualité, là où dans d'autres pays des gens de haut niveau vivent bien de leur connaissance et sont patriote. Le monde revient à l'idée que si les systèmes politique de gouvernance ont tué des pays comme l'ex URSS , l'âme qui anime un pays à vue la Russie et la fierté revenir, comme celle en Chine ou aux USA, ou le patriotisme n'est pas un gros mot, que la Turquie nationaliste à même réussi à faire un mixte de nationalisme et de religieux... Et nois on propose quoi à notre jeunesse... La République... La France c'est toujours démarquée non par une image nationaliste ou religieuse mais par une capacité à concilier toute son histoire, moi je prend tout, et quand on faisait des rappels d'histoire à nos jeunes engagés, on mettait en valeur toute l'histoire de France, et non que celle débutant uniquement à la Révolution, et je peux dire que parler de la France leur causait mieux que parlait de la République ! Vu qu'en plus on arrête pas de vendre la mondialisation et l'image du citoyen sans frontière... Ben voilà... Donc si on veut combattre l'ingérence étrangère et le prosélytisme islamiste, arrêtons de parler de république mais parlons de France en lui redonnant déjà son histoire pour montrer la fierté d'un vieux pays qui a évoluer depuis 1000 ans ! Donc patriotisme n'est pas un gros mot tant que ça reste unificateur dans tout les pans de la société, et désolé mais l'image de républicain qui éclaire le monde... La France a inspirée d'autres pays en Europe par son génie, et bien avant la révolution. Enfin voilà ! France d'abord pour tous ceux et celles qui aiment la France, d'où qu'ils viennent, de "souche" ou pas de "souche", et ça la France l'a toujours fait en accueillant des étrangers qui sont devenue français, prenant toute son histoire quand bien même ils ne sont pas de souche. En tuant cela, on a invité le communautarisme qui sert aujourd'hui nos ennemis comme la Turquie, et nos faux amis du Qatar ... Les frères musulmans ont surtout réussi à infiltrer la France car on on eu des gens qui n'ont fait que casser l'image de cette dernière par calcul et clientélisme électoral, et l'islamisme à profitait des faiblesses de la République... Donc voilà mon sentiment sur le sujet. France d'abord !
  23. 11 points
    Moi honnêtement je vois pas le rapport. Oui évidemment, à un moment de l'épidémie, l'état de ton hôpital ça joue. Mais en quoi avoir de meilleurs hôpitaux, et plus d'infirmières/médecins aurait fait qu'on aurait pas eu 40 000 cas ces 2 derniers jours. Si on double tous les 15 jours, avoir 2x plus de tout te permet de tenir 15j de plus. La belle affaire. L'état de l'hôpital, c'est ce qui converti en plus ou moins de morts les cas positifs. Mais le meilleur hôpital du monde ne te permettra pas de laisser exploser tes cas en te disant "Pas grave on les soigne tous." Donc, non l'épidémie qui explose c'est bien la faute des français d'aujourd'hui !
  24. 11 points
    Argument qui s'appuie sur des à-prioris obsolètes. L'époque où il était nécessaire de changer de monture pour augmenter le niveau de difficulté est révolue. D'abord parce que les avions d'entraînement turbo-propulsés offrent des performances qui ne sont pas celles d'un DR-400, et en prime ils embarquent une avionique et un système d'armes (même si seulement simulé) qui n'existait pas sur un TB-30 ou un Alphajet. Ensuite parce que les simulateurs ont fait beaucoup de progrès, et enfin parce que la seule difficulté qui reste dans la transition est celle liée à la vitesse de croisière (= contraction du temps dans toutes les étapes du vol). C'est ce qui explique en grande partie pourquoi le marché du jet d'entraînement est un marché moribond. Ca intéresse potentiellement ceux qui font faire des heures de vol sur ce type de jet plutôt que sur chasseur, pour faire des économies (qui ne sont du coup pas seulement budgétaires), et ceux qui en font une flotte opérationnelle de deuxième classe faute de pouvoir faire mieux. Pour l'écolage pur et dur, les besoins en formation sont tellement réduits (en rapport avec les flottes de combat nationales) qu'un avion avancé aussi léger soit-il est déjà trop cher pour l'usage prévu.
  25. 11 points
    Pas besoin de tenue furtive ou quoi que ce soit d'hyper technologique. Des comportements "basiques" suffiraient amplement à réduire les pertes pour eux : 1) se disperser ; s'agglutiner comme ils le font c'est juste débile, les premiers jours je veux bien comprendre, il serait quand même temps qu'ils comprennent cela. Claquer un missile sur 1 gus c'est du gaspillage, par contre si il sont 6 ou 7... 2) l'utilisation de moyen de protection basique comme des bâches ou des filets de camouflages, du grillage de jardin, sur lequel tu fixes des végétaux... 3) éviter de s'arrêter dans un champ et de rester tous à 2 mètres de leur véhicule ; si le véhicule s'arrête tu débarques et tu t'éloignes. Ne restent à coté que le personnel strictement nécessaire 4) changer fréquemment de position, si on ne sert pas d'un matériel type 122D30, on le planque et une fois qu'il a servit on le déplace. Pareil pour le fantassin de base, position de jour, de nuit, toutes camouflées vis à vis de la menace aérienne… 5) Veille aérienne PERMANENTE Déjà ça pour commencer ça serait pas mal
  26. 11 points
    ce serait rigolo que les égyptiens envoient un BPC... Les Russes verraient "leur" navire à l'oeuvre.
  27. 11 points
    De gauche à droite: Picdelamirand-oil, Henri K., Vstol Jockey
  28. 11 points
    Erdogan ne comprend et ne réagit qu'à la force. Cela s'est vu en Libye avec le bombardement de Al Watiya et la menace d'intervention de l'Égypte. Et encore en Méditerranée orientale. Aliyev vient visiblement du même moule, semblable à son grand frère Erdogan. Ce genre de personnalité réagira par le mépris à toute demande même modérée si elle n'est pas appuyée par une menace crédible de violence. Il y a une certaine logique : montrer aux civils que rester là où ils vivent signifie risquer leur vie est le moyen classique pour réaliser une épuration ethnique.
  29. 11 points
    j'hésite entre le fil USA ou le fil Russie...
  30. 11 points
    C'est quand il a voulu ouvrir sa soute pour refroidir que ça s'est mis à déconner, il faut dire que juste à ce moment là les écrans se sont éteint et l'oxygène n'arrivait plus dans le masque. La routine quoi mais c'est la simultanéité de ces trois évènements qui a entraîné l'accident.
  31. 10 points
    "La profession d'hypocrite a de merveilleux avantages." Molière
  32. 10 points
    Ben voila ... on a les points 1, 5 et 6 de la liste que j'évoquais plus haut (reprise dans le désordre de l'article L. 212-1 du CSI) ... Et ils affichent des signes de ralliement. On peut interdire le mouvement On pourrait même profiter du confinement pour interpeler les meneurs en toute discrétion et les laisser mariner : 96h voire jusqu'à 144h si on trouve un juge des libertés et de la détention dont le nom se termine par "ian".
  33. 10 points
    Sauf que dans les îles sans libre circulation il est infiniment plus facile à gérer les transfert de contamination internationaux ... ... en Europe sauf a bloquer les frontières on a un bouillon de culture de 300 millions de personnes assez mobiles ... --- Coté prévention c'est pareil ... Dans les écoles très peu de mesure de distanciation ont été prise en France ... de la crèche à la face ... les classes sont bourrées ... tout le monde se retrouve sans masque a la cantoche ou au gymnase ... voir se marche les uns sur les autres à l'entrée et la sortie. En entreprise tout le monde bouffe au restaurant d'entreprise sans masque ... sans distanciation ... même chose à la machine à café ... Et je ne parle même pas des "petites" fêtes privé ... Et pour le télétravail en France les cadres ne supportent pas ça - ils sentent bien qu'ils ne servent à rien - ... et ça s'est évaporé sitôt l'été ... Ajoute a ça une capacité de test PCR toujours faiblarde ... toujours pas de test séro rapide ... un hôpital toujours en PLS ... A u moment il va falloir comprendre que nos action on des effets ... Démonter systématiquement l’hôpital publique depuis des année, pour des économie de bout de chandelle ... ça se paie cash ... Faire des économie de bout de chandelle sur l'éducation nationale avec des classes surchargée ... ça se paie cash aussi ... être incapable d'anticiper la mise de ses salarié en télétravail ... parce qu'on est toxico du contrôle ... ça se paie cash ... C'est un principe de base ... si en situation nominale ton système est déjà charger a 120% ... le jour ou il y a un imprévu ... tout pète. Certain aime a parier ... que si ça pète on s'en branle ... on prend nos pertes et on attend tranquillou que le système redevienne nominal par l'opération du saint esprit ... c'est peut être à eux qu'il faut demander des comptes.
  34. 10 points
    Une étude d'un certain Pr R. du sud de la France, a établi de manière irréfutable que les personnes décédées ont une immunité au COVID qui peut atteindre 6 mois, sous réserve d'une prise d'HCQ massive avant le décès. -------------> [ ]
  35. 10 points
    L’Autriche bloque la vente de pièces détachées pour les drones turques https://www.derstandard.at/story/2000121196470/lieferung-gestoppt-keine-oesterreichischen-motoren-fuer-tuerkische-kampfdrohnen-mehr#click=https://t.co/eaO6A5xBm7
  36. 10 points
    La Turquie a toujours joué sur un chemin de crête entre les différents acteurs pour faire avancer ses pions : Jouer sur les divisions européennes et le miroitement qu'ils allaient être collaboratif. Objectif garder un débouché économique. Avoir un support financier pour la gestion des migrants. S'assurer de l'incapacité de se concerter et se grouper des Européens en cas de conflit avec la Grèce. Faire miroiter aux Russes un éloignement de la Turquie de l'OTAN : La Russie aurait pu laisser Assad reprendre la région d'Idlib depuis très longtemps si ces derniers n'avaient pas voulu ménager les intérêts turcs. Faire peur aux Américains d'un rapprochement avec la Russie Empêche les USA d'action de rétorsions contre la Turquie quand elle agit contre ses intérêts comme dans la lutte contre l'EI. Passer pour le défenseur du monde sunnite. Cela permet de faire avancer certains intérêts turcs comme la négociation avec la Libye du partage de ressource. Passer des régions entières sous influence turque dans le but de recréer sous forme de protectorat l'ancien empire ottoman. Diminuer l'influence des autres puissances régionales (Arabie Saoudite, Egypte, Iran, Israël) Probablement aussi une question d'ego et d'aura d'Erdogan. Tout cela nécessite un jeu géopolitique fin pour tenir des équilibres aussi contradictoire, pousser un peu trop d'un côté et c'est le risque d'échouer dans ses objectifs. Or, on a l'impression qu'Erdogan a décidé de faire voler complètement en éclats ce jeu d'équilibre qu'il menait pour au final ne chercher qu'à apparaître comme le leader du monde sunnite. Avec les Européens : Ces dernier sont en train de se souder face à Erdogan au lieu de se diviser, l'espoir de faire pression sur la Grèce et Chypre sans réaction est en train de disparaitre. Le débouché économique et le support financier sont en train de se fermer, or l'économie turque n'a pas les moyens de s'en passer Avec les Russes : Les actions en Syrie et en Arménie ont dépassé une limite de ce qu'ils semblent près à accepter en échange de l'éloignement turc de l'OTAN On a vu une première réaction en Syrie avec des bombardements, à voir du côté arménien si les infos de ces dernières heures sur une attaque de l'Arménie même se confirme. Avec les Américains : Les Américains ont au final stoppé les actions turcs contre les kurdes malgré les errements de Trump. Ces derniers parlent de plus en plus de déplacer leur base d'Incirlik vers la Crète. Les Turcs ont été expulsé du programme F-35. Les Américains se sont montré de plus en plus agacé par le comportement turc, et Biden s'est montré très critique à l'égard d'Erdogan. Côté Sunnite : L'Egypte soutient clairement les Européens face à la Turquie au vu des derniers exercices navals L'Arabie Saoudite a appelé à respecter le droit du pays ou se trouve les musulmans, le message me semble assez clair. Il ne faut pas prendre la réaction d'autres pays musulmans contre les caricatures pour un soutien à Erdogan, c'est souvent aussi des réactions et des utilisations locales de pouvoirs ou groupes pour faire avancer leurs propres intérêts. Pour être un brin provocateur, si la Turquie pour être soutenu par une bande de rebelles syriens en savate se froisse avec les Européens, américains et russes, je ne suis pas sûr que le résultat soit à la hauteur. Peut-être qu'elle mettra le problème Ouïghour sous le tapis pour se rapprocher de la Chine, mais dans ce cas ça risque de gêner son image de protecteur des musulmans (bon vous me direz vu l'hypocrisie de pas mal de monde dans cette région, pourquoi pas...). Bref un empire de sable reste du sable.
  37. 10 points
    C'est de la merde (et encore une fois de l'hypercrepidianisme a savoir sur un argument d'autorité lambda (chef de service urologie.....le monsieur demande quel rappor5 avec l'infectio ?) quelqu'un l'ouvre. Et ca marcher parceque les gens ne connaissent pas Alors en vrac : on ne fait pas d'etudes de non d'efficacité. C'est une abberation medicale ou economique. On fait des etudes d'efficacité. Sur l'HCQ y compris en phase precoce elles sont méthodologiquement pourries et non conclusives le gnia gnia sur la mortalité a deja éte battu en breche x fois. Il est facile de tomber a 0.5-0.3% de mortalité quand on integre les peu symptomatiques ds les etudes (et qu'on sort les cas graves contrairement aux autres centres hospitaliers) si je prend la logique a rebourd il y a 20 a 40% de mortalité en rea, conclusion la rea tue plus que le covid l'ANSM a eu un truc que meme un etudiant de 2e annee ne ferait pas cad un brouillon. Quand on demande une ATU, on precise les conditions et modalités (protocole de prise). Ici ca c'est résumé a "je veux donner de l'HCQ". Quand,comment, a quelle dose, reservé a qui? On ne sait pas. Normal qu'il ait eu fin de non recevoir. Ca reviendrait a ouvrir le bar sans aucun suivi des medocs ni de leur usage. Si on remplace l'HCQ par un autre medicament sensible (anticoag, anticancereux, antiviral) tout le monde comprendrait le garde fou...mais non l'HCQ c'un bonbon Haribo Enfin bref relire l'interview du Pr Caumes. On donne trop de visibilité a 1% de bouffons (Raoult, Perronne, DousteBlazy) quand 99% des specialistes en infectio, epidemio, viro travaillent en silence et tous d'accord entre eux
  38. 10 points
    Un instructeur F-15, en échange sur F-35, fatigué par sa mission, et par la nécessité de conscientiser sa respiration (j'en ai discuté avec un copain, ancien de l'INSEP, qui m'a dit qu'il n'y avait rien de pire pour détruire des réflexes que de devoir se concentrer pour conscientiser un phénomène inconscient), gêné par un décalage de son affichage et mis dans une situation ordinaire mais peu confortable (manoeuvres de nuit), honnêtement, oui.
  39. 10 points
    Et le pilote est instructeur... Le passage sur: ...Me fait penser à ces remarques de Guy Mitaux Maurouard, Bruno Revellin-Falcoz, et Jean-Claude Hironde, dans le documentaire Rafale Confidential: 12:20: - Mitaux Maurouard: "Le numérique tout le monde le vit tous les jours hein, un ordinateur ça plante vous savez pas pourquoi, bon un avion faut pas que ça plante". - Hironde: "Si ça bug, l'avion est perdu. Et son pilote aussi". - Mitaux Maurouard: "la grosse trouille si on peut dire ça c'est la fameuse erreur de logiciel qui balance toutes les gouvernes en butée vous voyez, et qui peut casser l'avion". - Revellin-Falcoz: "Sur un système aussi important, vital pour l'avion, la maîtrise des commandes de vol est essentielle, c'est la raison pour laquelle Marcel Dassault a voulu que les commandes de vol d'un avion soient en-tiè-re-ment fait, par l'avionneur". LM devrait sous-traiter la résolution des problèmes du F-35 au GIE Rafale...
  40. 10 points
    Oui. Tu te trompes. Tu n'as pas une vision objective, tu as un prisme d'observation qui te masque une partie du tableau : La montée en charge dans les services d'urgence est réelle mais n'a rien à voir avec l'explosion de la première vague Même s'il y a des cons qui n'ont toujours rien compris (ou qui estiment que leur image de rebelle en sera renforcée), les gestes barrières et les dispositifs de protection sont bien mieux admis et pratiqués qu'en janvier/février/mars Les capacités de test sont proches de la saturation, comme en début d'année, mais sont à un niveau nettement supérieur à celles de l'époque Les mises à l'isolement volontaires ou recommandées sont bien plus nombreuses et contribuent à ne pas nous orienter vers un nouveau confinement strict plein d'autres petits trucs à gauche et à droite que je n'ai pas la place et le temps de détailler ... Ce que je veux dire c'est que oui, la France s'est préparée pour une 2e vague. Mais cette préparation a été mise en place pour l'accompagner, pas pour la subir. Clairement, tout ce qui a été mis en place depuis mai/juin a, à mes yeux, un unique but : nous permettre de vivre avec la présence de la maladie du CoVid. Le pouvoir politique a intégré qu'il n'y aura pas de solution thérapeutique à court terme, qu'on ne peut pas tout bloquer à moyen terme et que les solutions extrêmes proposées par certains ne sont pas tenables dans la durée (économiquement, écologiquement, socialement, etc.). Ca me coûte un peu de le dire, mais la politique actuelle est une politique de développement durable. Je peux comprendre les atermoiements de l'exécutif, ses revirements, ses changements de politiques. Après tout, tous font leurs gammes sur cette crise et personne n'a assez de bouteille pour avoir l'expérience de crises semblables. Tous sont donc en apprentissage, et il est normal de faire des erreurs dans cette phase. Ca fait mal au cul parce que les erreurs se traduisent en victimes, mais peuvent ils vraiment faire mieux à partir des éléments qu'ils connaissent et des contraintes qu'ils perçoivent ? J'en doute ... Par contre, ce qui me navre au plus haut point depuis le début de la crise, c'est la communication et la sur-communication. C'est ce qui empêche le pays de se ranger derrière ses représentants. Tous deviennent experts, contre-argumentent sur les décisions (dont ils ne voient généralement qu'un petit bout), contestent, voire prennent des initiatives douteuses pour préserver leur carré de pouvoir ou d'autorité ... Franchement, des fois, je me crois en Inde où le moindre Retired Air Marshall détient la vérité absolu sur l'issue du MMRCA et l'élimination sans appel de tel ou tel candidat. Ce brouhaha permanent savonne la planche du gouvernement et même des administrations chargées des dossiers CoVid et connexes. Et là, j'ai vraiment l'impression que de nombreuses personnes jouent contre la France, au moins dans les mots ... et le pire c'est qu'ils sont persuadés de le faire avec les meilleures intentions du monde.
  41. 10 points
    Toujours dans la série de "mini documentaires" consacrés aux chars du jeu Team Yankee. Découvrons notre char national, j'ai nommé l'AMX 30 !
  42. 10 points
    Pour une pension de retraite à vie en ayant bossé 20 ans, c'est plutôt pas mal je trouve ! (à 40 ans, sans bosser, tu touches à vie plus que le salaire moyens des Français... Tu trouves ça pas terrible ?)
  43. 10 points
    Je pense que résumer à l'Otan est une erreur. Je suis convaincu que le rapport soumis de l'Allemagne, et donc de L'UE, à la Turquie doit plus a la présence massive de Turcs en Europe et en Allemagne qu'aux idées de l'OTAN. Apres il y a peut être un coup à trois bandes du genre :la Chine est la seule menace pour l'occident, attaquer la Chine sous l'angle des Ouïghours est facile, du coup on aime avoir la Turquie (pourtant massivement genocidaire) dans la poche. Néanmoins je suis assez convaincu que les complaintes perpétuelles vis à vis des Royhingas, des Ouïghours, ou bien des Kosovar*, et la tolérance immense envers les Turcs sont surtout une marque du "progressisme" intellectuel d'une certaine UE qui voit le musulman comme le damné de la Terre. On comprends des lors assez mal le silence vis à vis de la disparition réelle des Hindous et des Chrétiens du Pakistan, encore moins le silence vis à vis du soutiens Turcs aux crimes contre l'humanité avéré du mont Sinjar. D'ailleurs l'alignement de L'UE derrière les "démocrates" anti Bachar Al Assad, et la tolérance vis à vis de l'invasion Turque du sol Syrien est un autre point à garder en mémoire Cet humanisme à géométrie variable est un peu cru à mon sens. La disparition des Juifs et Chrétiens de leurs terres ancestrales du moyen Orient semble être actée sans grandes difficultés, par contre le destin des Musklmans d'Inde (pourtant la conquête de l'Inde est relativement récente, et nettement moins discutable que la politique de Midi tout radical fut il ) semble beaucoup préoccuper L'UE ?! Ca delegitime l'idée selon laquelle on utilise la Turquie pour emmerder la Chine, l'Inde étant un rival bien plus cohérent à cette dernière. C'est d'ailleurs pour ça que je demandais une explication rationnelle. Je ne suis pas convaincu que seule la Russophobie de certains motive toutes ces incohérences . Je pense sans ironie que certains sont vraiment convaincus que les Musulmans sont un tout uni, et qu'ils sont les opprimés de la Terre entière et qu'il faut donc tout leur passer. C'est bien entendu stupide (le premier opposant à la Turquie étant l'Égypte et derrière elle l'Arabie Saoudite, pas franchement catholiques ni l'une ni l'autre) mais je ne vois pas d'explications cohérentes autres. * je précise pour lever le doute potentiel que je parlais des Ouïghours bien avant que le sujet ne devienne à la mode, et que la dénonciation des crimes qu'ils subissent (et commettent) est tout à fait légitime et doit même être accentuée. Je ne connaïs pas assez le sujet des Rohingas pour donner un avis mais les défendre m'a l'air tout aussi légitime. Je relève simplement que la diplomatie Européenne semble avoir beaucoup plus de mal à parler des Chrétiens et autre minorités opprimées de part le monde. D'ailleurs le cas de l'Éthiopie, dans son malheur, devrait être intéressant à suivre à ce propos. @debonneguerre Bonjour, concernant le Nakhitchevan il 'n' est pas demilitarisé réellement mais, via traité, considère comme territoire souverain Turc, tout comme l'Arménie est considérée via traite comme territoire souverain Russe (aka l'armée Turque garantit la non entrée de troupes Arméniennes dans la Province, et l'armée Russe garantit le territoire Arménien reconnu contre toute entrée Turque/Azerie). Neanmoins, si c'est ta question, je ne sais pas si l'Azerbaïdjan pourrait (en respectant les traités) utiliser ce territoire pour lancer une offensive sur l'Arménie. J'en doute mais je ne sais pas.
  44. 10 points
    Non, la France n'a pas que appelé au cessez le feu, elle a aussi jugé les déclaration de la Turquie de façon assez clair et peu amicale: Je sais que ça fait bizarre à certains, mais la France pour le coup est beaucoup moins conciliante avec la Turquie que ne l'est la Russie depuis déjà quelques temps
  45. 10 points
    J’ai retrouvé dans ma bibliothèque « Les avions furtifs » de Doug Richardson paru aux éditions Atlas en 1990. Pages 108/109 description du European Aircraft Fighter. J’en rigole encore tant l’auteur a été visionnaire. Ça date d’il y a 30 ans mais ça reste valable en 2020. Passage de fin in extenso : « Mais la seule vraie question est celle-ci : la SER de l’EFA sera-t-elle assez faible pour que l’appareil « reste dans la course » jusqu’à l’an 2000 et si possible au-delà, ou bien va-t-on renouveler l’erreur du Gloster Gladiator ? En 1983, à la fin d’une interview de l’un des constructeurs américains les plus réputés, nous en vînmes à parler de l’EFA.Mon interlocuteur se demandait quel était l’objet exact de ce programme. S’il s’agit avant tout de donner du travail à tous ceux qui actuellement produisent le Tornado, dit-il, l’objectif est évidemment réalisable. Mais si l’ambition est de faire vraiment jeu égal avec les menaces aériennes des années 1990, c’est une autre affaire. « Je connais cette menace », dit-il (sous-entendant peut-être qu’il avait eu communication de l’évaluation par le Pentagone de ce que seraient ces menaces), «...et je peux vous dire que cet avion sera surclassé ». Dans le numéro de janvier 1988 du magazine Air Force, John Taylor a écrit sans ambages que « l’EFA réinventait le F-16, avec des raffinements ». Il se demandait même si cet avion n’était pas démodait de naissance : « On ne trouve rien à critiquer dans l’EFA, aux normes des années 1980...Mais une nouvelle décennie - et davantage encore un nouveau siècle méritaient de nouveaux concepts ». Visionnaire je vous dis ! Pages 110/111 on passe au Dassault-Breguet Rafale D6M et l’auteur se montre beaucoup plus enthousiaste sur le soin apporté à la discrétion de l’avion.
  46. 9 points
    Au passage, un petit point sur cette histoire de représentation du prophète me semble nécessaire. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/01/15/dans-quelles-conditions-l-islam-autorise-t-il-la-representation-du-prophete_4557365_4355770.html#:~:text=Le Coran n’interdit pas la représentation du Prophète%2C,les idoles sont des abominations inventées par Satan. Pour faire simple, ce n'est pas la représentation elle même qui est interdite, mais l'idolâtrie. A priori, une caricature n'a pas pour but d'idolâtrer, en fait c'est même le contraire… Et ça va encore plus loin, cette histoire démontre bien la perte totale de sens chez certains prétendus musulmans vis à vis de ce qu'ils affirment être leur religion. De fait, ils sont passés du culte de Dieu au culte du prophète, ce qui est à peu près le pire des péchés du point de vue de l'Islam. Je m'explique. Le prophète n'a jamais prétendu inventer une religion. Les premiers musulmans considéraient qu'ils croyaient aux saintes écritures, comme beaucoup avant eux, et qu'il n'y avait rien de nouveau sous le soleil. Leur propos était de "rétablir la vérité". En clair, le point central des révélations faites au prophète concernent la vie de Jésus et la "falsification" dont elle a fait l'objet. Ce que les musulmans reprochaient aux Chrétiens d'Europe ( à ne pas confondre avec ceux d'Orient ), c'est d'avoir divinisé Jésus. Et accessoirement de le représenter pour l'idolâtrer. D'où le premier pilier de l'Islam qui en est le fondement même : il n'y a de Dieu que Dieu. De son vivant, le prophète a beaucoup insisté sur le fait que sa personne ne devait pas faire l'objet d'un culte quelconque pour éviter qu'il ne soit divinisé lui aussi. Et voilà que de nos jours, des gens qui se disent musulmans, sacralisent sa personne au point d'interdire toute critique qui la touche, en affirmant faussement qu'il ne doit pas être représenté. En bref, ils ont créé un second Dieu, niant la base même du crédo islamique. Ca c'était mon petit coup de gueule perso contre les ânes enturbannés qui sévissent sur Twitter and co… Maintenant, je dois aussi dire que le délire hystérique sur la république menacée par les islamo-gauchistes me gonfle bien aussi.
  47. 9 points
    Durant le mois de septembre, le Bâtiment de Soutien et d'Assistance Métropolitain Rhône a navigué dans les eaux du Grand Nord lors de sa participation à l’exercice Argus. Le Rhône a fendu les flots d’un bleu azur, l'occasion pour l'équipage d'assister aux levers de soleil sur ciel arctique et de naviguer près des icebergs. Revivez en photos ce déploiement dans les eaux glacées ! Merci au mini drone pour les superbes photos
  48. 9 points
    Je me souviens d'un post d'avril dernier de @Ben qui résumait bien les choses de mon point de vue :
  49. 9 points
    Je pense tout le contraire. Et je fais parti de ceux qui sont tombés dans le panneau en mars dernier. Raoult trainé dans la boue ? Non, c'est tout le contraire. Non seulement il ne l'a pas été (interviewé par des chaines à grande écoute de très nombreuses fois en "émission spéciale"), mais c'est lui qui s'est foutu de la gueule de ses confrères : "on ne peut pas faire boire un âne qui n'a pas soif" ; "on pourrait faire une étude randomisé sur l'utilité du parachute", etc... En début de semaine, il a qualifié de "cinglé" une de ses consoeurs néerlandaises, Elisabeth Bik, au prétexte qu'elle analysait les publications passées du Pr Raoult en recherchant s'il n'avait pas fait d'erreurs (ce qui est toujours possible, tout le monde peut se tromper). Mais ce ne sont pas des erreurs qu'elle a mis à jour, mais des fraudes, en particulier en retouchant des photos. Au passage, trois minutes après l'avoir qualifiée de cinglée, il disait qu'il ne fallait pas insulter ses confrères. Elisabeth Bik est microbiologiste spécialisée en "intégrité scientifique" https://fr.wikipedia.org/wiki/Elisabeth_Bik J'ai partagé ici cette semaine une vidéo très longue (trop), mais qui taille en pièce mégalomanix. Les éléments de cette vidéo sont repris dans l'article ci-dessous: https://rechercheindependante.blogspot.com/2020/04/les-etudes-falsifiees-sur.html Et je pense que ce n'est pas dans la boue qu'il va être trainé, mais probablement en justice. Enfin, sauf à développer des arguments complotistes, les choses sont simples : si le traitement de Raoult fonctionnait, on en prendrait, non ?
  50. 9 points
    Bien sûr que si trump est son propre ennemi. Et je suis également d'accord sur l'establishment. Dans les années 90 trump était la coqueluche du "tout-New York", qui était déjà très profondément libéral/démocrate. Jusqu'à la "trahison" de son "rang" lors de sa présentation à l'élection présidentielle. Qu'on se souvienne de toutes les télés et de tous les politiques qui se moquaient d'abord gentiment, puis avec hargne, de sa candidature. Très ironique quand on regarde ça maintenant. Il y a une chose marquante à propos de trump: la politique qu'il a menée entre 2016 et 2020 a été la moins va-t-en-guerre des USA depuis Jimmy Carter. Et pourtant Carter pourrait en remontrer encore aujourd'hui à certains "faucons" au niveau de l'intransigeance avec "l'est". Ne me dis pas que le désengagement US de ses théâtres d'opération est raccord avec la politique de l'establishment qui s'est poursuivie de bush fils à Obama. Vrai. Mais ça a un immense mérite: mettre fin aux non-dits. Les ambitions sont étalées publiquement. L'impérialisme n'est pas qu'américain, et de loin. L'application de ce qu'on pourrait appeler "la non-doctrine trump", permet donc à de nouveaux acteurs régionaux d'abattre leurs cartes. Ça fait peur, oui, mais je trouve ça positif, parce qu'au moins, maintenant, on sait à quoi s'en tenir, et personne ne peut dire qu'il ne savait pas. Clairement. Je n'y crois pas. Au contraire même, Il n'y a qu'à voir la tolérance vis-à-vis de comportements rétrogrades qui sont légion ailleurs dans le monde, mais ne gênent absolument pas divers "courants" cooptés depuis par le parti démocrate US. De plus dois-je rappeler que la remontée des conservatismes en Europe de l'est s'est faite sous Obama après s'être faite sous Bush? Tant que c'était pro-US, et donc anti-UE, qu'importait le flacon pour l'appareil d'état US. Le retour de viktor orban aux affaires en Hongrie, c'est sous Obama... Admire d'ailleurs cette photo de 2011, ils sont pas mignons? https://fr.wikipedia.org/wiki/Viktor_Orbán#Réformes_constitutionnelles La Pologne fait un peu penser à la turquie d'erdogan en bien moins excitée, si ce n'est qu'elle est sur la défensive ce qui fait toute la différence. D'ailleurs les respnsables conservateurs polonais disent eux-mêmes ces temps-ci qu'ils sont en train de perdre la guerre culturelle contre la gauche. Ne pas vouloir y déceler une certaine influence du camp ayant coopté les démocrates US est assez spécieux. Idem je n'y crois pas. Même trump n'a pas réussi à faire abandonner leur tropisme pro-US aux dirigeants allemands. Qui le fera si ce n'est pas lui? Et bien personne sauf à essayer une surdose de trump. À force ça finira peut-être par faire "tilt". Arrivera le moment où faire le dos rond ne sera plus tenable. Enfin, ça c'est si on trouve encore qu'il est intéressant de travailler avec les allemands, mais je m'égare. Ce qui devrait justement nous faire craindre le pire vu l'importation des problèmes américains chez nous... En clair si biden est élu, ne sois pas surpris de voir Macron aller faire des risettes à poutine voire même de tenter de coopter une partie de la droite dure française, ce sera au contraire très logique. Et pourtant j'ai l'intime conviction que c'est le moins pire des choix pour nous. Macron s'y était attelé au tout début. Officiellement "pour ne pas le laisser tout seul" si tu te souviens bien. D'où l'invitation en 2017 au 14 Juillet. Alors qui donc à ton avis a éloigné le PR de l'entourage du POTUS? POTUS lui-même en partie, oui, parce que c'est un rustre, mais qui d'autre? De même, poutine a longuement essayé de se mettre le pouvoir français dans la poche, avec sarkozy d'abord en lui disant, officieusement: "je peux faire de toi le roi de l'Europe" après une explication virile entre les deux hommes. poutine a retenté sa chance avec Macron par la suite, et fut déçu de la fin de non-recevoir adressée par un Macron clairement gêné aux entournures. Mais pourtant, ensuite, qu'a-t-on vu? Une médiatisation sidérante de l'appel téléphonique entre Macron et poutine cet été. ...Je veux dire, à un moment, connectons les points. Ça va te choquer, mais tu sais qui a exprimé le plus clairement cette politique un peu lunaire? Marion Maréchal-lepen reçue aux USA par les conservateurs, quand elle a déclaré "la France veut être un pont entre l'Amérique et la Russie". C'est ce vers quoi nous mène la politique du "et en même temps". Ais-je tort de considérer qu'il vaut mieux être un récif sur le flanc duquel le pont entre deux côtes peut éventuellement s'appuyer, mais seulement si la paroi rocheuse est solide et durable, plutôt qu'un pont dont le rôle est d'être piétiné puis remplacé un jour quand il aura commencé à vieillir? On ne remplace pas les récifs. Ais-je tort de considérer que tout ce qui éloigne par conséquent les USA et la Russie de leur projet impérialiste est bon pour nous car nous évitant de devoir ne devenir rien d'autre qu'un pont entre deux empires? Ais-je tort de considérer qu'au lieu d'être "les rois de l'Europe" par la bonne grâce du tsar poutine, ou de succomber au "free trade" de trump qui détruirait notre économie inapte à exporter, on devrait plutôt rechercher une "petite entente" avec les pays européens qui veulent un projet clair et surtout politiquement sain à tous points de vue? Et bien ça, ça passe pour le moment par un trump qui ne sera pas en mesure, du fait des dissensions internes à l'appareil d'état US et de son absence totale de plan, d'imposer une doxa, et par une fin de non-recevoir addressée à une Russie poutinienne qui multiplie les bravades après avoir été par chance aiguillonnée par les résurgences d'une OTAN déclarée entretemps "en mort cérébrale" par notre PR. Parce que si on peut dire "non" aux USA, alors on peut aussi dire "non" à la Russie. Qu'on soit dégoûtés d'en arriver à devoir gérer un trump est bien normal, mais je préfère aussi devoir gérer l'Amérique qu'il représente. Parce que les gens qui composent sa base n'ont pas et n'auront pas pour les 50 ans à venir au moins, du fait de leur vécu actuel, avec un niveau de sidération par l'information comparable aux effets d'une guerre (covid, confinement, chômage, violences, peur) de tropisme "colonialiste" culturellement et économiquement parlant, qui est LE gros point noir de la politique US actuelle. Le découragement dont ils ont été victimes précédemment a fait le reste. L'Amérique redevenue isolationniste c'est certes la crainte de devoir nous débrouiller seuls, mais ne doit-on pas tout mettre en oeuvre pour y parvenir? Liberté! Et responsabilité!