Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 12/21/2020 in Posts

  1. 19 points
    Bonjour à tous ! Aujourd'hui, d'ici quelques heures je vais être de nouveau grand-père ! C'est marrant, le petit va naître le jour de la Saint-Antoine, qui est le Saint Patron de la Légion Étrangère ! C'est peut être un signe, le petit-fils ne servira pas dans la Coloniale comme son papa et son grand-père . Bon on me dira que Saint-Antoine n'est pas que le Saint-Patron de la Légion Étrangère, mais bon on verra bien dans le futur, normalement on a se petit truc qui se transmet et qui ne s'explique pas avec une attirance pour la vie de soldat . Enfin voilà, d'ici quelques heures le petit sera la !
  2. 19 points
    Le Cameroun, l'Ouganda, le Nigeria, le Zimbabwe et le Liberia protestent contre l'appropriation culturelle par les americains de leurs coutumes post election....
  3. 16 points
    Je pense simplement qu'il fallait une tête, pour la forme. Un condensé de tout ce qui est dit ici depuis quelques mois : Source : https://www.lefigaro.fr/vox/monde/gerard-araud-trump-n-est-que-le-symptome-d-une-crise-plus-profonde-20210107
  4. 16 points
    Un dossier en finlandais de 40 pages (!!!) sur le rafale sorti en octobre dans une revu de référence en Finlande. Beaucoup de photo sont connues mais elles sont en haute résolution d'autre moins connues mais de toute beauté. J'ai fait des traductions d'extraits. Le dossier semble vraiment intéressant car il décortique vraiment l'intérêt du rafale dans le contexte finlandais. http://www.suomensotilas.fi/wp-content/uploads/2020/01/Rafale-Reprint-Distribution-A3.pdf
  5. 16 points
    Selon mes infos les Rafale qui seront commandés en remplacement des F3R livrés aux Grecs seront a priori des standard F3R "+" un standard intermédiaire entre le F3R et le F4 Mais d'ici là les lignes peuvent bouger, tout dépendra de la date de la mise en production et donc de la commande et donc du plan de charge de l'industriel, plus la commande sera précoce plus on sera loin du F4 Dernière chose ça rebouge de manière favorable en Inde pour un batch 2
  6. 15 points
    Mon écran, "tain mon écran... Henri K.
  7. 15 points
  8. 14 points
  9. 14 points
    Moi, j'étais contre l'adhésion de l'Empire Ottoman en 1529 et 1683. C'est vous dire si j'ai de la constance.
  10. 13 points
    Rafale, Panther, MRTT : Les dessous du futur méga contrat indien Alors que la ministre des Armées, Florence Parly, et le Pdg de Dassault Aviation sont attendus le 23 janvier à Athènes pour la signature définitive du contrat d’acquisition des 18 Rafale destinés aux forces aériennes grecques, l'Elysée mène actuellement en Inde une offensive diplomatique sans précédent pour décrocher un « package deal » de 5 milliards d’euros. Un package qui porterait sur la commande de 36 Rafale supplémentaires, de 6 avions ravitailleurs, et de plus d’une centaine d’hélicoptères Panther. Offensive diplomatique A l’occasion de la 34e session du dialogue stratégique franco-indien, le conseiller diplomatique du président de la République, Emmanuel Bonne, ainsi que son chef d’état-major particulier, l’Amiral Bernard Rogel, ont posé les conditions d’un futur « Package Deal » avec New-Delhi qui porterait sur l’acquisition de 36 Rafale supplémentaires, de 6 avions de transport et de ravitaillement A-330 MRTT, de 111 hélicoptères multi-rôle AS565 Panther, ainsi que la fourniture de 6 réacteurs EPR par EDF pour un montant de 38 milliards d’euros. Les discussions dans le domaine de la défense ont porté sur deux thématiques. Tout d’abord le renforcement du lien stratégique entre Paris et Delhi afin de contrebalancer l’influence chinoise grandissante dans la zone Asie-Pacifique et le Golfe Persique, mais aussi la participation des forces indiennes à l’European Maritime Awareness dans le détroit d’Ormuz, les exercices navals bilatéraux avec les EAU, Singapour, la Malaisie, l’Indonésie et l’Australie. La signature d’un accord portant sur une capacité de surveillance maritime commune, l’accès à la base militaire de Djibouti, une intensification des échanges de renseignements. Et enfin, l'aide de la diplomatie française pour permettre à l’Inde de devenir membre permanent du conseil de sécurité de l’ONU. Mais les concessions dans le domaine industriel ont été tout aussi spectaculaires. Ainsi l’Elysée aurait proposé de délocaliser en Inde 70% de la chaîne de production du Rafale, 100 % de celle de son moteur M-88, et 100% de celle de l’hélicoptère polyvalent Panther. Compréhension du besoin Les échanges menés avec le conseiller national à la sécurité, Ajit Kumar Doval, ont démontré que les propositions françaises répondaient aux priorités opérationnelles et économiques du gouvernement Modi. La délocalisation de ces chaînes d’assemblage permettra en effet à l’industrie aéronautique indienne d’atteindre un standard international en termes de process (qualité, délais de livraison, formation, automatisation, digitalisation) qui ne lui ai toujours pas accessible. Mais aussi de permettre aux autorités indiennes de concrétiser leurs promesses en termes de création d’emplois, alors que la pandémie liée au Covid a durement impacté l’économie indienne. Ainsi, l'acquisition des Panther permettrait à la JV Airbus Helicopters/Mahindra de lancer son projet Global Hub India pour adresser le marché de remplacement de plusieurs gammes hélicoptères (projets NUH, RSH, NMRH) et celui des besoins dans le sud est-asiatique, soit une enveloppe de prés de 36 milliards d’euros et l'assurance de créer localement plus 10 000 emplois. En outre, et alors que la Chine est sur le point d’atteindre l'autonomie stratégique en termes de motorisation de ses avions militaires, Paris a remis sur la table l’offre de Safran pour co-développer le futur moteur du LCA et de l’avion de 5e génération AMCA. Au niveau du calendrier opérationnel l’initiative française tombe à pic. La Marine indienne à la peine pour remplacer ses 111 hélicoptères utilitaires, serait sur le point de recourir à une offre de leasing. Le gouvernement Modi a en outre débloqué depuis l’été dernier un budget de 2 milliards d’euros pour acquérir en urgence plusieurs vecteurs aériens et systèmes d’artillerie afin de répondre à la pression chinoise dans le Ladakh. Et si les 36 Rafale constitueront la tête de pont de la défense frontalière indienne dans l’Himalaya à partir de 2022, date de la fin des livraisons, ceux-ci ne seront sans doute pas suffisants. Et ce, non seulement en raison de l’attrition des capacités aériennes de l’Indian Air Force, mais surtout à cause des nouvelles capacités chinoises dans la zone (avions de cinquième génération J-20, bombardiers stratégiques H-6K avec missiles de croisière KD-20, renaissance de la composante aérienne nucléaire, missiles balistiques …). Or, lors de sa conférence de presse annuelle du lundi 4 octobre 2020, l'Air Chief Marshal Bhadauria a déclaré que l'Indian Air Force étudierait, une fois l'acquisition des 83 LCA MK1A sécurisée, la possibilité de poursuivre soit l’appel d’offres MRFA (Multi-Role Fighter Aircraft) pour l’acquisition de 114 avions de combat, soit de commander dans le cadre d’un accord inter gouvernemental avec la France deux escadrons supplémentaires de Rafale. Or, les 83 LCA évoqués ont été signés le 13 janvier dernier, et le programme MRFA s’il est maintenu ne répondra pas à l’urgence opérationnelle actuelle, car trop chronophage. C’est pour cette raison que dans la plus grande discrétion, les industriels français se préparent depuis plusieurs semaines à une commande supplémentaire de Rafale. « Silver Bullet » Ce scénario est d'autant plus probable que la France reste un partenaire stratégique en raison de son implication dans le programme de dissuasion nucléaire indien (Jaguar, Mirage 2000 ...). Et c’est précisément cette carte que l’Elysée cherche à jouer. Ici il ne s’agit pas seulement de permettre aux forces indiennes d’étendre leurs capacités de frappe avec des Rafale supplémentaires, ou des avions ravitailleurs qui en étendront la portée, mais bien d’incapaciter le Pakistan qui constitue la puissance nucléaire la plus dynamique au monde en raison de son rythme de production qui lui offrirait un arsenal de 350 têtes en 2025. Selon des sources indiennes proches du dossier, la France se serait engagée à ne pas renouveler ses contrats de maintenance sur les Mirage III/V pakistanais, ainsi que sur les sous-marins d’attaque Agosta réalisés par Naval Group et Thales. Deux vecteurs vitaux pour la triade nucléaire du pays. Ce sont en effet les escadrons de Mirage de la base de Masroor qui constituent les forces aériennes stratégiques, avec pour vecteurs des bombes tactiques et des missiles de croisière Ra’ad 2, dont les charges nucléaires seraient stockées dans un bunker situé à 5 km de cette base. Quant aux cinq sous-marins diesel Agosta, ils devraient intégrer prochainement le missile de croisière Babur 3, à tête conventionnelle ou nucléaire, d’une portée de 450 km. Les derniers propos du premier ministre pakistanais, Imran Khan, à l’encontre d’Emmanuel Macron n’auraient fait que précipiter la décision française.
  11. 13 points
    Une petite photo , Nahel est né se dimanche à 16 heures 30 minutes, il pèse 3 kilos 330 grammes. @Scarabé @Kiriyama @Shorr kan @Skw @Boule75 @Henri K. @Fenrir @clem200 @Ciders @Patrick @BPCs
  12. 13 points
    Comme je le dis depuis des années: je ne m'inquiète pas spécialement pour la première bataille rangée que devra mener notre Marine. Je m'inquiète du fait que ce sera la SEULE qu'elle pourra mener en cas de conflit. Nous avons une marine à usage unique, sans aucune marge de manoeuvre. L'incendie du Perle nous l'a bien révélé: on ne peut pas se permettre de perdre le MOINDRE navire sans remettre en cause tout le contrat opérationnel DE TEMPS DE PAIX ! En cas de guerre (type Malouines) ou tout simplement de crise prolongée, on n'aura juste absolument pas les moyens de faire autre chose qu'un unique coup d'éclat fabuleux avant de rentrer chez mémé attendre qu'on construise nos stocks de missiles (au mieux) ou nos navires/sous-marins de rechange (au pire). En fait, structurellement, on a le cul entre deux chaises. On a des navires (et des équipages) bien taillés pour le combat de très haute intensité, quitte à faire l'économie des défenses par couche indispensables pour traiter les menaces asymétriques et de basse intensité. Mais dans le même temps, on a absolument pas les volumes (de navires, de personnel, de munitions...) permettant de FAIRE du combat de haute intensité. De facto, on est une mini-6e flotte, parfaite pour suppléer l'US Navy et obtenir un rôle de nation cadre quand il faut monter une Task Force NATO. Niveau diplomatique le job est fait. Et évidemment ça nous suffit à gérer notre ZEE et nos zones d'intérêt (même si on commence en réalité à y manquer cruellement de moyens face aux menaces asymétriques, toujours). Mais si on devait mener une action forte de souveraineté de type Malouines ou Suez, voire une opération Prométhée prolongée, face à une puissance régionale grandissante (Iran, Turquie...) ou juste une rébellion maline et bien équipée, on ne tiendrais pas très longtemps. Pour rester focalisés sur l'Aster, on en revient toujours à la même chose: oui, face à des menaces type Malouines (avions de combat, missiles anti-navires) l'Aster ferait très bien le job. Et je dirais même qu'il est NECESSAIRE pour traiter ce genre de menaces. Et je peux même admettre que 16 Aster par frégate n'est pas un si mauvais chiffre (comparé à 32 SM-2 par exemple). Par contre, il nous manque clairement un échelon de missiles capables de dégommer des hélicoptères, des avions de reconnaissance, des drones de grande dimension, etc. Ailleurs, ce serait le rôle d'un ESSM, et ça pourrait parfaitement être rempli par un MICA-VL. Même 8 missiles placés dans des cellules uniques (ce que propose MBDA, le A35 étant une solution Naval Group proposée à la Grèce mais jamais développée) permettraient déjà d'économiser autant d'Aster face à des cibles molles. Et, APRES, il nous faut une défense terminale contre des menaces asymétriques: drones-cibles utilisés comme leurres, vieux missiles, mini-drones, etc. Tous ces machins faciles à interceptés mais qui, de plus en plus, serviront d'armes d'attrition pour épuiser les munitions adverses. Des solutions type Mistral/RAPIDFire pourraient effectivement faire le taff. Sans avoir le punch d'un système RAM, ce sera déjà vachement mieux que les crachats des marins qu'on utilise actuellement. Parce que si on devait rejouer un conflit type Malouines aujourd'hui, nul doute que l'adversaire n'hésitera pas à noyer ses avions de combat et ses missiles high-tech au milieu d'un flot de drones low-cost et de munitions vagabondes qu'il conviendra de dégommer également. Ces derniers temps, on a joué à qui pisse le plus loin avec la Marine Turque. Et si il y a bien un truc que les derniers conflits terrestres nous ont appris, c'est que les Turcs savaient parfaitement utiliser les techniques de dilution, mélangeant intelligemment drones rustiques, armements guidés et guerre électronique pour détruire systématiquement tout système anti-aérien qui ne reposerait pas sur une solution multi-couche. Et je sais de source sûre que ça a fait sérieusement réfléchir à la fois dans l'Armée de Terre et dans la Marine, même si rien ne garanti que les conclusions qu'ils en tireront permettront de faire réellement bouger les choses. Bref, pour résumer ce que je voulais dire depuis le début de mes interventions ici: Je ne sais pas si on peut dire qu'on manque vraiment d'Aster. Mais on manque de souplesse dans notre défense antiaérienne navale. Après, peu importe la solution retenue (ajouter une couche de défense, recycler les missiles air-air, augmenter le nombre de coque compatibles DA, augmenter les stocks de missiles existants, etc.). Mais je sais que de plus en plus d'officiers dans la Marine, ceux qui ont connu la Libye et Hamilton, ceux qui sont allé faire un tour du côté de Formose, ceux qui ont joué au chat et à la souris en MEDOR, et bien ceux là se sentent quand même un peu trop souvent tous nus par rapport à leurs confrères de l'OTAN, notamment. Et savoir qu'on viendra venger veuves à coup de torpilles lourdes et de pluies d'AASM après leur éventuelle mort pour la France ne les rassure pas des masses des masses. Alors oui, "face cam" on est tout content d'avoir des jouets tous neufs plus mieux bien que les antiquités qu'on se tape encore ailleurs dans la Marine. Et on se félicite à juste titre de nos excellents scores dans les exercices NATO. Mais en "off" on admet de plus en plus facilement qu'on aimerait bien voir des choix différents dans certains équipements. Notamment la défense anti-aérienne.
  13. 13 points
    Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 36 à 39 SPÉCIAL DASSAULT RAFALE POURQUOI AVEZ-VOUS BESOIN DE DESTROYERS? Le projet HX, qui remplace les performances des chasseurs polyvalents tactiques F / A-18C / D Hornet (HN) qui seront déclassés en 2025-2030, est le plus grand achat d'équipement militaire de l'histoire finlandaise et un total d'environ 10 à 15 ans pour le géant des Forces de défense. Pourquoi cela se fait-il et de quoi s'agit-il? Il ne s’agit pas seulement de faire des chasseurs polyvalents un moyen souple et efficace d’empêcher l’opération d’une force aérienne adverse, mais aussi de soutenir efficacement les opérations d’autres branches de la défense. En plus de protéger l'adversaire des forces aériennes, ils peuvent fournir des renseignements à jour et fournir un appui-feu sur terre et en mer. Les chasseurs polyvalents sont le système d'arme et de capteur le plus stratégiquement mobile des Forces de défense, capable de surveiller son environnement et, si nécessaire, d'influencer son armement dans un rayon de plus de cent kilomètres de son emplacement. Le chasseur classique Hornet vole de bout en bout en Finlande du sud au nord (1157 km) à une vitesse de croisière de 1062 km / h en moins d'une heure et d'est en ouest (542 km) en une demi-heure. En outre, le seul système d'arme à longue portée des Forces de défense est le missile d'assaut air-sol JASSM AGM-158A, qui est lancé à partir de chasseurs polyvalents HN. Bien sûr, il existe des systèmes à longue portée qui peuvent être déclenchés sur terre ou en mer dans le monde, mais la Finlande s'est retrouvée dans les airs. Et oui, dans un chasseur polyvalent moderne, il y a suffisamment de capacité comme scène; la charge d'armes de 6200 livres du chasseur polyvalent HN sortant est nettement supérieure à celle du pom-micron stratégique de la Seconde Guerre mondiale, et surtout, l'impact de la charge sur la cible est multiple par sa seule précision. L'équipement de combat polyvalent moderne est également essentiel à la crédibilité des capacités de défense de la Finlande. Bien sûr, il y a des pays où il a été calculé différemment. Ce sont des États qui, pour une raison ou une autre, ont soit partiellement externalisé leur défense nationale à leurs alliés (par exemple, la Nouvelle-Zélande, l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie), soit dont la capacité de défense nationale est par ailleurs nominale. Bien sûr, il y a beaucoup plus d'États dont les forces armées semblent sous-alimentées, comme l'Autriche, avec une population de 8,5 millions d'habitants et une force aérienne avec seulement 15 chasseurs polyvalents. En effet, quelle que soit la localisation du pays - ou peut-être précisément à cause de celle-ci - on pourrait demander aux Autrichiens ce que fait un si petit armadal-la de chasse. Bien sûr, l'armée de l'air d'un adversaire peut également être affectée par la défense aérienne, mais sa mobilité stratégique est plus faible et sa portée d'influence plus étroite que celle des chasseurs polyvalents. D'autre part, dans le contrôle de cible et les zones prioritaires, la défense aérienne moderne peut également être un système A2 / AD (Anti Access / Area Denial). Contre les armes de précision balistiques de plus en plus courantes aujourd'hui, les chasseurs ne font que faire de la défense aérienne antimissile moderne. Cette expérience se retrouve notamment en Israël et le savoir-faire de nombreux autres pays. Cependant, le missile n'est pas non plus étonnant. Par exemple, le système de missiles antiaériens russe S-300, malgré sa portée allant jusqu'à 400 kilomètres, est capable de détecter des missiles de croisière volant très bas sur un terrain plat avec ses propres capteurs radar uniquement à une distance de moins de 40 kilomètres en raison de l'horizon radio. La défense aérienne n'est pas non plus un combat libre. Le coût d'acquisition d'un système national intégré de missiles anti-aériens pour les différentes catégories de systèmes de missiles anti-aériens est de plusieurs milliards d'euros. La capacité de défense aérienne la plus efficace et la plus flexible n'est obtenue qu'avec une combinaison d'avions de combat polyvalents et de systèmes de défense aérienne. Les deux sont nécessaires, mais l'argent est-il suffisant? Par exemple, un chasseur peut mettre à jour les informations de cible d'un missile tiré par un système de missile anti-aérien. En plus des radars de surveillance aérienne et des navires de la Marine, ce système de commandement sera élargi dans les prochaines années avec les nouveaux radars anti-artillerie multifonctionnels des Forces terrestres. Bien que le développement de la défense aérienne et de la surveillance aérienne ne fasse pas partie du projet HX, il progresse et conduira dans les prochaines années à des acquisitions d'équipements et, avec eux, de nouvelles capacités de guerre aérienne. Pour le moment, cependant, la Finlande n'a pas la capacité de combat de haut niveau dont nous disposions encore sous le système Buk. Par conséquent, entre autres, les bases aériennes sont actuellement sans protection aérienne contre les frappes de missiles balistiques tactiques. C'est un problème sérieux. L'exemple autrichien de projets est prudent et doit être évité. Au pire, cinq ou deux machines ne font même pas gagner de temps. Il doit y avoir suffisamment de choses et la qualité doit être suffisante, sinon cela vaut la peine de renoncer au jeu. Si vous avez les moyens d'acheter un Cessna, vous ne devriez pas imaginer pouvoir gérer une entreprise de fret. Si, par exemple, il est décidé d’acquérir un système de combat polyvalent, ce qu’un pays non aligné est bien sûr obligé d’avoir au moins aujourd'hui, il doit comprendre un nombre suffisant de leurres de bas niveau et être suffisamment moderne pour être obsolète. Les chasseurs polyvalents évoluant rapidement, les équipements à acquérir devraient également être modernisables au cours de leur cycle de vie. La-vetti est important en soi, mais encore plus important est le type de charge utile que la machine peut se permettre et que le système peut également être utilisé. Il faut donc investir suffisamment dans le cycle de vie, qui comprend les coûts d’acquisition, d’exploitation et de personnel. Ils sont très nécessaires. Épargner au mauvais endroit annule tout le système coûteux et l'investissement devient une erreur. Lorsqu'il s'agit d'un projet aussi coûteux, c'est d'autant plus important pour l'ensemble. Si l'investissement ne suffit pas, l'argent qui y est dépensé est également parti d'ailleurs. Le projet HX a débuté en 2014 avec une étude préliminaire sur le remplacement des performances des Hornets. Il a été achevé à l'été 2015. En avril 2016, des demandes d'informations ont été adressées aux constructeurs de chasseurs polyvalents, dont les réponses ont été reçues fin 2016. L'américain Boeing F / A-18E / F Super Hor-net et Lockheed Martin F-35 Lightning II, l'Eurofighter Typhoon britannique-germano-espagnol-italien ont été retenus comme candidats. Chasseur polyvalent suédois Saab JAS 39 E / F Gripen et français Dassault Aviation Ra-fale. Une offre HX préliminaire a été reçue de ces fabricants fin janvier 2018. À l'heure actuelle, d'autres séries d'offres de premier tour sont en cours avec les fabricants de chasseurs HX, dans le but de soumissions de deuxième étape plus détaillées. Les offres finales doivent être soumises avant la fin de 2020. Les Forces de défense évalueront tous les candidats, noteront leurs performances militaires et, sur cette base, présenteront au gouvernement l'acquisition de l'option HX de la plus haute performance militaire. À son tour, en 2021, le gouvernement peut choisir soit l'option HX, soit une autre option recommandée par les forces de défense, omettre le marché, reporter la décision et décider de la portée et du budget définitifs du marché. L'objectif est que les livraisons HX aient lieu en 2025-2030 et que le système HX soit mis en service initial en 2027 et soit pleinement opérationnel en 2030. L'objectif de tout projet HX de commerce de machines n'est pas seulement les chasseurs polyvalents eux-mêmes, mais un système de guerre aérienne plus large basé sur eux, les critères de sélection pour lesquels, en plus de satisfaire aux conditions de seuil, sont les performances militaires maximales du système en Finlande. Le projet HX n'est pas seulement le système de l'armée de l'air, mais l'ensemble du système des forces de défense, qui, s'il réussit, apportera des synergies et des performances significatives aux opérations de toutes les branches de la défense et des armes. En fait, le chasseur polyvalent HX est un élément important du système de commandement de guerre basé sur le réseau des forces de défense et des capteurs et des gammes d'armes qui fonctionnent sous celui-ci. corvette, missile pintator ou radar de surveillance aérienne, tous les lanceurs et capteurs des forces de défense fonctionneront sous un système de commandement de guerre basé sur un réseau unifié et pourront utiliser les synergistes et la puissance de feu de l'autre en synergie. Évaluation Bien qu'un modèle approximatif d'évaluation des performances militaires soit connu, ses méthodes de notation et de pondération ne sont pas des informations publiques. Les forces de défense ne peuvent tester et mesurer qu'une partie des performances évaluées, mais toutes les informations des fabricants sont recherchées pour être vérifiées. L'évaluation des performances militaires se fait en analysant les performances du système HX dans cinq missions différentes. . Traditionnellement, la bonne performance d'un chasseur polyvalent dans cette tâche crée également la base d'une opération efficace dans d'autres tâches requises. une tâche de détection et d'influence sur les navires de surface et l'infrastructure maritime de l'opposant. La cinquième tâche est la tâche de reconnaissance, de surveillance, de commandement et de contrôle, qui est essentielle à la synergie d'une guerre en réseau. En un sens, la reconnaissance, la surveillance et le ciblage sont des étapes différentes dans un même processus: les capteurs avancés du chasseur multifonction HX doivent détecter, localiser et classer les objets détectés afin de former un instantané. Cibler signifie combattre une cible identifiée, localisée et classifiée, soit avec le propre armement du chasseur multifonction, soit en transmettant les informations de la cible à une autre plate-forme de tir. La gestion signifie également des observations et un instantané de tous les capteurs du chasseur multifonction et le partage avec d'autres acteurs du système de gestion de guerre en réseau. En outre, le destroyer multifonction HX peut, si nécessaire, relier les connexions de message et de communication d'autres acteurs du système de gestion et coordonner la coopération des différents acteurs. L'importance de ces quatre dernières tâches augmente dans les guerres du futur. Rafale Comment Dassault Rafale remplit-il les conditions préalables du projet HX et survit-il à la phase d'évaluation? Le Rafale est un système de combat polyvalent techniquement mature et testé sur les conflits, dont les maladies pédiatriques ont été éliminées et les lacunes corrigées avec près de deux à dix ans de service. Il a également été développé avec diligence. Dassault Aviation est un avionneur militaire traditionnellement tourné vers l'exportation avec de solides preuves d'opérations avec des clients étrangers. En ce sens, Rafale atteint les seuils de définition du système, de sécurité d'approvisionnement, de coût du cycle de vie et de coopération industrielle pour atteindre au moins une évaluation des performances ainsi que les autres candidats HX. , ce qui crée une bonne base pour des performances élevées dans la mission air-air. Rafale a également des preuves de l'exécution d'autres types de missions en utilisation de combat. En termes de capteurs et d'armements, Rafale est au moins sur un pied d'égalité avec les autres fournisseurs de HX. Que comparer? En termes de potentiel de développement, c'est-à-dire de modernisation au cours du cycle de vie futur, Rafale est en position de force. Aux côtés du prochain chasseur FCAS / SCAF jusqu'en 2070. Conformément à la norme F3R actuelle, au moins quatre nouvelles modifications (F4, F5, F6 et F7) seront développées dans Rafale. L'une des grandes questions sur le projet HX est de savoir ce qui sera évalué jusqu'à la sélection HX 2021: les versions existantes et de service des fournisseurs HX pour 2018-2021 ou leurs successeurs, par exemple, disponibles en 2025-2030? Pour Rafale, cela signifie soit la norme F3R, qui sera en service dans les mois à venir, la norme F4, qui est en cours de développement dans les meilleurs délais, soit la norme F5, qui émerge à peine et vise les années 2030, avec des différences de performances importantes. Le moyen le plus sûr serait peut-être d'évaluer le modèle de service le plus récent et d'évaluer les futures normes d'équipement dans le cadre du potentiel de développement du candidat HX. Rafale est un ajout intéressant et performant à l'équipe de course ta-blind HX. Depuis 1929, Dassault Aviati-on a livré plus de 10 000 avions dans 90 pays et développé plus de 100 prototypes. Fin Traduction Pages 36 à 39
  14. 13 points
    Tu prends le problème à l'envers, et tu surestime les emports français dans le METEOR. -Sans les Britanniques, et sans le METEOR, on n'aurait pas développé un Super MICA à statoréacteurs. On aurait juste fait le MICA-NG, et on serait resté en seconde ligue à courir derrière l'AMRAAM (et le Meteor qui se serait fait sans nous). -Pour le form factor du METEOR, ça vient autant de l'ADN du Skyflash que de l'AMRAAM. Si le fuselage est celui de l'AMRAAM, la masse du missile est similaire à celle du Skyflash. -Quant aux briques techno du METEOR, si on est effectivement très bons en autodirecteurs, les champions de la stato à poudre en Europe ce sont les Allemands, pas les Français. Sans leur implication dans le programme, pas sûr qu'on aurait eu un missile à stato tout court. Donc non, à bord du Meteor, la chaîne de valeur de la propulsion n'est pas en France mais en Allemagne. C'est aussi pour ça que la France a tant poussé l'Allemagne à intégrer le projet TWISTER dernièrement. -Sur les "performances aérodynamiques pures", je ne vois pas de quoi tu parles. Les travaux suédois sur le Rb73 et surtout les travaux allemands sur le A3M sont bien plus proches de ce que donnera le Meteor. Si ta phrase veut juste dire "En matière de missile européen récent qui vole au moment du développement du Meteor, le plus récent c'était le MICA", alors oui factuellement oui. Mais ça n'a aucun rapport avec la choucroute. Grâce aux Anglais et au Meteor, à bord duquel certaines technos sont françaises et on devrait s'en réjouir, on dispose pour nos forces du meilleur missile BVR actuel qu'on aurait jamais pu développer/se payer seuls, et en plus c'est un bon argument pour l'exportation du Rafale ! Autant je suis très critique vis-à-vis des programmes bilatéraux, où on se retrouve généralement à payer à deux un truc deux fois plus cher qui se retrouve moins bien adapté à nos besoins, autant sur ce genre de programmes, avec une bonne combinaison des technologies de chacun et une maîtrise des coûts, je ne suis pas contre, bien au contraire !
  15. 12 points
  16. 12 points
    Parce que tu n'as rien compris à ce que tu appelles le populisme... La crise de la représentativité est bien plus grave et profonde que tu ne semble l'appréhender. Et ce n'est pas spécifique aux USA ... on a la même chose exactement en Europe, ça s'exprime juste un peu différemment. Vouloir cantonner cela à la bêtise de quelques abrutis ... c'est se préparer des lendemain qui déchante. C'est un mouvement de fond d'une partie absolument pas négligeable de la société, et auxquels tout un tas d'élite finissent par se mettre à adhérer bon gré mal gré. https://www.franceculture.fr/emissions/linvitee-des-matins/etats-unis-limpossible-passation-de-pouvoir
  17. 12 points
    Une réaction officielle de nos amis d'Outre-Manche. En l'occurrence SM la reine Elizabeth II Avis de révocation d'indépendance Aux citoyens des États-Unis d'Amérique, Compte tenu de votre incapacité à vous gouverner vous-mêmes, nous vous notifions par la présente la révocation de votre indépendance, effective aujourd'hui. Sa Souveraine Majesté la Reine Elizabeth II reprendra ses fonctions monarchiques sur tous les États, Commonwealths et autres territoires (sauf l'Utah, qui ne lui plait pas) Votre nouveau premier ministre (le très honorable Boris Johnson, pour les 97,85% d'entre vous qui jusqu'à présent ignoraient qu'il existe un monde hors de vos frontières) nommera un ministre pour l'Amérique sans besoin de nouvelles élections. Le Congrès et le Sénat seront dissous. Un questionnaire sera diffusé l'année prochaine pour déterminer si l'un d'entre vous a remarqué.
  18. 12 points
    Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 17 à 21 SPÉCIAL DASSAULT RAFALE 16FINLANDE MILITAIRE SAFT, CAPTEURS ET ARMES Arioniques (avionique), capteurs et armements, la différence entre le Hornet classique et le Rafale est encore plus grande que pour la cellule. Bien que le Hornet classique soit bien avancé en avionique à son époque, une révolution conceptuelle a eu lieu plus tard. Auparavant, tous les différents sous-systèmes avioniques étaient conçus pour fonctionner indépendamment avec leurs propres ressources de calcul, et seules les connexions de communication nécessaires au fonctionnement de la machine étaient établies entre eux. Dans le modèle décentralisé, chaque sous-système conjugal, c'est-à-dire sa propre vie. Les sous-systèmes avaient des performances supplémentaires pour l'ensemble, et il était difficile et coûteux de gérer l'ensemble. La synergie entre les différents sous-systèmes et l'intégration des informations qu'ils produisent dans une situation cohérente était également un défi de taille. Smartphone Dans le nouveau concept avionique, les ressources informatiques sont centralisées et connectées à différents sous-systèmes via des bus de télécommunication, de sorte que toute l'avionique fonctionne comme une seule entité dès le départ. La différence est comme une montre-bracelet, un appareil photo, un dictaphone et un téléphone portable de base par rapport à la fonctionnalité de tous les appareils d'un smartphone qui s'intègre dans une seule chaussure. La nouvelle entité peut être gérée et développée de manière centralisée et en même temps réduire les coûts d'exploitation. Le développement rapide de l'électronique et des technologies informatiques a ainsi réduit la taille, le poids et le prix relatifs, tout en augmentant les performances. L'avionique du Rafale est basée sur le principe de l'avionique modulaire intégrée (IMA), et en son cœur se trouve une unité de traitement de données modulaire (MDPU), également chargée de détecter la situation. et la fusion de données avioniques, ainsi que l'interface utilisateur, dont l'innovation était de contrôler le fonctionnement de la machine également avec des commandes vocales. L'avantage du concept IMA est que les différents composants peuvent être mis à niveau pour fonctionner plus efficacement ou équipés de nouvelles fonctionnalités plus facilement, rapidement et à peu de frais. L'avionique de Rafale avec les unités MDPU a été mise en œuvre sur le principe COTS, c'est-à-dire en utilisant des composants commerciaux prêts à l'emploi et facilement disponibles - produits doubles - de sorte que la production, la maintenance, le service et la modernisation sont plus rapides et moins chers. Dans le même temps, le travail de développement de l'avionique se concentre sur le développement de logiciels embarqués pour guider les opérations, qui a ses propres défis. Un regard sur la cabine futuriste du Rafale montre qu'il investit le plus dans tous les Eurocanards dans les instantanés, la fusion de données et l'interface utilisateur entre le chasseur multifonction et le pilote. Capteurs Traditionnellement, le capteur principal d'un chasseur moderne était le radar, mais les chasseurs à quatre brindilles ont également commencé à passer à une gamme plus large de capteurs en Occident. Rafale a été initialement conçu pour utiliser non seulement le radar traditionnel à rayonnement actif, mais également des méthodes de détection optoélectroniques et électromagnétiques passives pour former un instantané. Le radar à balayage électronique passif Thales RBE2 (PESA), développé pour Rafale, était un détachement clair des autres chasseurs occidentaux, car il était le deuxième testeur d'électrons après le radar BRLS-8B Zaslon, lancé en 1980 par l'avion de combat soviétique MiG-31. un radar à balayage dans un monde avec de meilleures performances que ses concurrents. Le radar Tha-les RBE2 PESA avait une portée d'environ 100 kilomètres de détection de cible de chasse, la capacité de suivre 40 cibles aériennes et de tirer huit cibles différentes simultanément avec des missiles de combat aérien MICA RF à recherche radar. Le radar avait également des capacités avancées air-sol et air-sol, une reconnaissance d'ouverture synthétique, des capacités de détection et de cartographie au sol, une tolérance élevée aux interférences et une capacité de suivi automatique au sol pour les vols à basse altitude. Dans les radars conventionnels, tels que le radar Hughes AN / APG-73 des chasseurs multifonctions Air Force F / A-18C / D Hornet, le faisceau radar est contrôlé par rotation mécanique de l'antenne. Dans les nouveaux radars PESA et AESA, le balayage est effectué en contrôlant électroniquement le faisceau radar total formé par l'interférence d'environ un millier d'émetteurs. Dans un radar PESA passif à balayage électronique, le signal radar généré par un émetteur centralisé est transféré à une matrice d'environ mille unités émettrices, dont le fonctionnement est contrôlé par les inverseurs de phase des unités émettrices. Dans un radar AESA à balayage électronique actif encore plus avancé, le réseau se compose d'environ un millier d'unités de micro-radar indépendantes, dont chacune transmet et reçoit des signaux radar, et le faisceau total de la matrice entière est contrôlé en contrôlant le fonctionnement de toutes les unités de micro-radar. La différence entre les différentes technologies radar réside dans leurs performances, leur coût et leur vulnérabilité aux pannes. Les radars AESA sont les plus puissants et les plus chers de tous. Les avantages des radars PE-SA sont presque autant de bonnes performances, un coût nettement inférieur et l'inconvénient d'une plus grande susceptibilité aux pannes, car en cas de panne d'un émetteur, le radar PESA ne fonctionne plus, tandis que le radar AESA conserve ses performances même si certains de ses émetteurs les unités de réception échoueraient. Les radars à balayage mécanique sont tous moins chers, mais à la traîne en termes de performances, et leur mécanisme de rotation d'antenne mécanique prend de la place et du poids de la machine. Il est également sujet à l'échec. AESA et IRST Le premier radar AESA dans le chasseur était un radar J / APG-1 du chasseur multifonction japonais F-16 évolution Mitsubi-shi F-2 de 1995. Les radars AESA sont devenus plus courants, en particulier chez les chasseurs américains, seulement au 21ème siècle. chacun sera équipé d'un radar AESA. Le développement de la version AESA du radar Thales RBE2 PESA de Rafale a commencé en 2004 et la version RBE2-AA s'est achevée en 2012, lorsque les livraisons de chasseurs multifonctions Rafale avec radars AESA aux abonnés ont commencé. Le radar RBE2-AA dispose de 838 émetteurs-récepteurs basés sur GaAs et d'une distance de détection des cibles de combat d'environ 200 kilomètres. devant le sen-sor sur le haut du corps. Le capteur infrarouge passif fixe FLIR sur la gauche détecte les objets aériens, terrestres et de surface en fonction de la température différente de leur environnement. L'avion peut être détecté jusqu'à une distance de 100 kilomètres. Sur le côté droit se trouve un capteur combiné qui pivote dans le secteur avant de la vidéo-Mera et le télémètre laser, qui fonctionne également de manière passive, à l'exception du télémètre laser. Ce sen-Soria est utilisé à la fois pour identifier l'objet et pour déterminer sa direction et sa distance. Les capteurs OSF fournissent au chasseur polyvalent toutes les informations nécessaires sur la cible sans utilisation de radar facilement détectable. Une version plus performante du capteur OFS ITS-IT a été introduite en 2012. Les performances du capteur OFS peuvent également être améliorées à l'aide de capteurs optiques dans un réservoir d'indication de cible externe. Le troisième système de capteurs d'ELSO se compose de l'autoprotection Thales SPECTRA et du système ELSO intégrés de Rafale, qui détecte les menaces ciblées par radar, infrarouge et laser. Le système détecte la collation, pour localiser et, si nécessaire, interférer avec / gray-hauttaa l'autre partie dans les airs, sur terre, et la surface est chauffée à environ business-TA, pour examiner se produire dans un laser-DISTANCE la mesure et maalinosoitusta a déclenché le missile et détecte le signal de température du moteur. SPECTRA détecte passivement, mais l'interférence / la tromperie est active. Une version plus récente et plus puissante du système SPECTRA, le système d'alerte de missile DDM NG de MBDA, est entrée en service en 2012. En plus du harcèlement électronique, le système utilise des fusées éclairantes et du déchiquetage IP traditionnels. outre une avionique et des capteurs plus faciles à moderniser que le poste de pilotage, les capteurs et avionique de combat polyvalents Rafale sont en constante évolution. Le prochain grand paquet de modernisation arrive avec le travail de développement de la version Rafale F4 commencé en 2017, et il devrait entrer en service en 2025. Il pourrait donc arriver également en Finlande ... Armes À l'instar des chasseurs polyvalents modernes, le Rafale est loin d'être omnivore en matière d'armement car les interfaces entre armes et chasseurs polyvalents sont standardisées. Cependant, l'armement souhaité doit être intégré par programmation dans le chasseur polyvalent et la combinaison doit être certifiée.La gamme d'armes d'un potentiel Rafale finlandais pourrait être plus large que l'offre française. Avec les nombreux magasins d'exportation de Rafale, de nombreux armements non français y ont déjà été intégrés. La vitesse de tir du canon automatique peut être choisie entre 300, 600, 1 500 ou 2 500 ls / min. Des réservoirs de carburant externes de 1 250 et / ou 2 000 litres peuvent être installés en cinq points de suspension, si vous le souhaitez, un point de suspension est réservé au réservoir de visée et jusqu'à huit missiles de combat aérien. MICAS, France, qui maintient l'autosuffisance technique militaire, a développé une large gamme de nouveaux armements français pour le chasseur polyvalent Rafale. L'innovation la plus importante dans les missions air-air était le missile de combat aérien MICA de Matra (maintenant MBDA), développé en 1982, qui combinait les caractéristiques des missiles air-air à courte et moyenne portée en un seul missile. le missile possède à la fois un modèle MICA-RF (EM) guidé par radar actif et un modèle MICA-IR guidé infrarouge, dont l'utilisation combinée offre certains avantages tactiques en combat aérien. La portée maximale de chaque modèle de missile, qui vole à une vitesse maximale d'environ 4 Mach, est de 80 kilomètres selon le modèle, ce qui est presque le même que les versions A et B des années 1990 du missile AIM-120 AMRAAM de milieu de gamme précédemment utilisé dans le classique Horne. -mouillé Le missile MICA combine le meilleur des premiers modèles du missile AIM-120 AMRAAM de milieu de gamme et du Sidewinder AIM-9X à courte portée. Équipé d'une buse pivotante et de grandes surfaces de contrôle, le MICA est très agile et peut se déplacer jusqu'à 50 G. La version à recherche de chaleur du MICA peut même être tirée dans le secteur arrière de la machine. Les deux modèles MICA peuvent être verrouillés à l'arrivée si nécessaire seulement après le tir, ou la peinture peut être changée au milieu d'un combat à l'aide d'une liaison de données. Sur de plus longues distances, le MICA se comporte comme un missile à moyenne portée mais est plus agile. Du point de vue du pilote, l'utilisation généralisée du MICA est également un net avantage, car le même missile peut être utilisé aussi bien en «dogfight» à courte distance qu'à plus longue distance. Le Rafale a six armes pour les missiles MICA deux au bout des ailes et jusqu'à six sous les ailes et le fuselage arrière (ce dernier peut également utiliser des missiles Meteor Le cockpit futuriste réduit du Rafale. L'instantané est transmis au pilote principalement via l'écran de réflexion HUD, le grand écran de collimateur en dessous, le casque d'affichage de réflexion HDM et l'interface vocale. Les dernières versions de l'arsenal Rafale utilisent également les missiles de combat aérien Meteor à plus longue portée de MBDA. À partir de 2018, MBDA développera un modèle MICA NG plus puissant à partir du missile MICA, dans le but d'améliorer la portée et les performances tout en conservant les dimensions extérieures du missile. MBDA SCALP EG missile antiaérien, famille de bombes / missiles de précision AASM Hammer de 125, 250 et 1000 kg français, GBU-12 Pave-way II américain, GBU-22 Paveway III, GBU-24 Paveway III et GBU -49 Bombes de précision Pa-veway II améliorées et Américains "stupides" FIM 227k. 82 -pom-mit. Le Rafale ayant également une force de dissuasion nucléaire en France, sa gamme d'armes comprend un missile air-sol ASMP-A de 100 à 300 kt d'une portée de plus de 500 kilomètres. La France développe également un missile air-sol hypersonique longue portée. Reste à voir si le missile deviendra également une version avec une ogive traditionnelle et sera également proposé à l'exportation. Thales AREOS est disponible en char de reconnaissance et Thales TALIOS en char de finition. Fin traduction pages 17 à 21
  19. 12 points
    Comme à chaque fois que nous perdons un ou plusieurs soldat(s) dans la BSS, des voix s'élèvent pour appeler au retrait de nos troupes (soit un retrait total, soit retrait de la présence visible avec à la place juste une présence limitée à des opérateurs de drones + avions de renseignements & équipes "invisibles" de la DGSE...), mais ce serait à mon sens aussi stupide que lâche, pour les 3 raisons suivantes : - Cette guerre est "ingagnable" au sens classique du terme (faute d'avoir une "armée" en bonne et due forme en face), mais par contre elle est "perdable" si on retire nos troupes en laissant le champ libre aux milices djihadistes... Tant que nos pertes sont vraiment modestes, la "victoire" consiste en fait à rester en adaptant nos moyens (= utiliser davantage les drones, les petites équipes mobiles de commandos, les missiles légers permettant des frappes de précision à distance de sécurité, etc..). Ce que l'on est en train de faire, en particulier depuis 2 ans. - 48 soldats perdus en 7 ans de l'opération Barkhane, c'est autant de familles touchées, autant de drames personnels, oui... mais un bilan "acceptable" pour une nation au vu de l'enjeu géo-politique (rien à voir avec les guerres du Vietnam, d'Indochine ou d'Algérie, tant au niveau politique qu'au niveau des pertes). Partir de la BSS reviendrait à dire aux proches de nos combattants ayant connu l'ultime sacrifice que ceux qui y ont été tués l'ont été pour rien !... - Les attentats de 13/11/2015 & 14/07/2016 ont fait 219 morts : soit 4.2 fois + que les 7 ans de l'Opex Barkhane. En suivant cette logique démissionnaire, on fermerait définitivement tout lieu de rassemblement (y compris les gares, les aéroports), et on interdirait tout meeting politique, toute réunion publique de consultation des populations locales, etc... au motif d'empêcher les terroristes de pouvoir tuer en masse. Car il est évident que de même qu'on ne pourra jamais éradiquer à 100% le terrorisme chez les autres, on ne pourra jamais non plus l'éradiquer à 100% sur notre sol national, on ne pourra jamais le rendre totalement impossible.
  20. 11 points
    Pour les non abonnés : "La commande de 18 Rafale F3R, dont 12 d'occasion et six appareils neufs, fait partie de ce projet de loi approuvé à une forte majorité (276 sur 300). L'ensemble des contrats (Rafale, armement et maintenance) est évalué à 2,5 milliards d'euros, dont 400 millions d'euros pour les missiles de MBDA (Meteor, Scalp, Exocet) et 100 millions d'euros pour la maintenance des Mirage 2000-5, dont certains attendent des pièces de rechange pour voler. Selon la presse grecque, la signature des trois contrats signés entre la France et la Grèce (Rafale, support des appareils et armements) est attendue à partir du 20 janvier et devrait se dérouler au plus tard à la fin du mois". et pendant ce temps JY Le Drian fait de la promo en croatie " Évidemment moi je préfèrerais que ce soit le Rafale, il n'y a pas d'ambiguïtés. Pour avoir été dans le passé ministre de la Défense, je connais un peu le sujet", a lancé Jean-Yves Le Drian au cours d'une conférence de presse avec son homologue croate Gordan Grlic Radman....Le chef de la diplomatie française a rejeté tout lien entre l'éventuelle attribution du marché des avions de chasse et un soutien à la candidature croate à Schengen alors que Paris prend la présidence tournante de l'UE en 2022.
  21. 11 points
    Nos amis chinois et pakis ont de l'humour=
  22. 11 points
    Le coupable n’est pas le VBL, c’est l’ennemi. On n’est pas là-bas à enfiler des perles dans un véhicule en attendant de rouler sur une mine. Bien faire notre mission ce n’est pas juste faire acte de présence en attendant que le temps passe et en se félicitant de n’avoir aucune pertes afin de ne pas choquer une opinion publique et même politique qui voit les pertes comme une anormalité dont nous serions responsables et coupables. L’ennemi a toujours les mains propres , nos soldats sont vus comme des victimes, leurs morts comme nos erreurs. Notre échec commence ici, car aussi tragique sont ces morts, aussi dramatique que cela soit aux familles, restons réaliste, les pertes que nous avons aujourd'hui sont ridicules par rapport à toute l’Histoire de nos armées. Si ces pertes semblent insupportables et inacceptables, on démontrera une faiblesse et une incapacité à être résilient à la guerre, ce qui profitera à un ennemi même plus faible que nous. On pourra tuer 100 d’entre eux en trouvant cela ”normal” et ou la préoccupation est financière, mais au premier mort , ça semble être une anomalie dont nous sommes responsables et qui fera dire qu’il faut vite rentrer, qu’on s’embourbe avant que certains ne réclament le ”retour des troupes”. Bordel, on va aller loin avec notre armée avec cette façon d’analyser nos actions armées. Au Mali, on doit traquer l’ennemi pour le débusquer , le faire bouger. Le terrain est ce qu’il est et il impose des véhicules mobiles et légers. Ce n'est pas la menace IED qui dicte le besoin, en particulier pour des unités d’éclairage et de reconnaissance. On ne va pas retourner des MRAP sous l’effet de l’après coup ou on se dit simplement qu’avec un blindé lourd ils ne seraient pas morts. Mais avec un tel blindé, ces unités ne feraient pas ce qu’elles font et dans ce cas autant faire comme les italiens en Afghanistan, rester dans les camps et ne pas emmerder l’ennemi pour ne pas qu’il ne nous emmerdes, la situation ne changera pas mais pas grave, depuis quand l’armée doit prendre des risques et accomplir des objectifs tactiques? Désolé mais on le voit aussi avec les FS, on le voit avec les estoniens en haut qui débarquent avec motos et quads, on le verra aussi avec les britanniques, arrêtons de croire que la légèreté est synonyme de ”manque de moyens” , il y a un intérêt opérationnel derrière. On forme sur le même principe les maliens avec les ULRI. Faut-il aussi interdire des opérations de nuits avec des hélicoptères pour éviter un nouveau télescopage et de nouveaux morts? On ne fait pas la guerre pour ne pas avoir de morts, l’objectif n’est pas là, sinon autant faire comme certains le souhaitent des opex en RCA, en région Champagne-Ardenne et pour éviter que des gendarmes se fassent tuer, on fait intervenir le GIGN, pour chaque conflit de voisinage! Quoi qu’on en pense ,le VBL a aussi sauvé des vies et une grande partie des morts l’ont été non pas en raison d’un blindage insuffisant, mais parce qu'ils étaient le buste à moitié dehors, que parfois ils sont morts écrasés. Ici , on semble avoir une action plus forte et plus complexe qui a frappé ce VBL, mais ce n’est aucunement le quotidien, il n’y a pas une hécatombe comme le humvee l’a été pour les américains et qui a poussé à acquérir en urgence des milliers de MRAP pour des actions sur route ou pistes et non dans un terrain comme au Mali ou ça n’irait pas bien loin avec ça.
  23. 10 points
    Je mets l'info sous toute réserve : Un forumeur (stealthflanker), se disant Indonésien, du forum british SecretProjects (sous-forum Aviation & Space, topic Rafale), a mis sur le forum deux pages, en indonésien, relatives à un contrat d'armement entre l'Indonésie et la France. Selon lui l'encart présent en bas de la 2ème page indiquerait :
  24. 10 points
    Fully 74% of Export F-35s Delivered Until 2023 Are Obsolete Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) 74% des F-35 d'exportation livrés jusqu'en 2023 sont obsolètes (Source : Defense-Aerospace.com ; publié le 18 juillet 2018) Par Giovanni de Briganti PARIS --- Les trois quarts des avions d'attaque interarmées F-35 livrés à des clients étrangers jusqu'en 2023 sont obsolètes et nécessiteront d'importants réaménagements avant de pouvoir fournir les performances promises. Une analyse des contrats F-35 attribués à ce jour montre que 343 - soit 74% - des 460 F-35 d'exportation que Lockheed doit livrer jusqu'à la fin 2024 seront dans la configuration actuelle, obsolète, de production initiale à faible taux. Ces 343 avions sont limités à la fois en termes de capacités opérationnelles et d'armes qu'ils peuvent utiliser. Ils sont et resteront obsolètes parce que leur logiciel est incomplet et parce que leurs capteurs - conçus il y a plus de 20 ans - ont été dépassés par plusieurs générations de progrès électroniques. Lockheed et le bureau de programme commun du F-35 ont tranquillement décidé que toutes les mises à niveau prévues des capteurs et de l'avionique nécessaires pour amener le F-35 à sa pleine capacité seront reportées jusqu'en 2023, date à laquelle le premier avion de production à pleine capacité (FRP) (lot 15) commencera à sortir des chaînes de production. Tout ceci, cependant, est un scénario optimiste, et suppose que le F-35 passera avec succès son test opérationnel initial et son évaluation (IOT&E). Devant être achevé en 2019 ou 2020, l'IOT&E permettra au Pentagone de prendre la décision (étape C) de lancer la production à plein régime (FRP). Si ce n'est pas le cas - et le GAO a indiqué le 5 juin que "En janvier 2018, le programme F-35 comptait 966 lacunes ouvertes, dont 111 de catégorie 1 (critique)" - alors tous les paris sont ouverts, et le programme devra subir une restructuration majeure. Un F-35 pleinement opérationnel seulement après 2023 Les avions du premier lot de production à plein régime (lot 15) seront les premiers à bénéficier du nouvel ensemble de capteurs, d'électronique et de logiciels qui les portera à leur pleine capacité, et qui comprendra notamment -- un nouvel ordinateur TR-3 (Technology Refresh 3) fourni par Harris Corporation qui est essentiel pour permettre l'intégration des nouvelles capacités prévues pour la norme Block 4. Cela comprendra l'infrastructure informatique pour les nouveaux écrans panoramiques du cockpit, les systèmes de mémoire avancés et la technologie de navigation, selon Brad Truesdell, directeur principal des systèmes d'aviation de Harris Corp. -- Le nouveau système électro-optique à ouverture distribuée de Raytheon, que Lockheed a annoncé le 13 juin, remplacera l'actuel AN/AAQ-37 de Northrop Grumman. -- un nouveau système de ciblage électro-optique avancé (EOTS) pour remplacer le système actuel, également fabriqué par Lockheed. La société affirme que l'EOTS actuel répond à toutes les spécifications contractuelles, mais que le nouveau système - qui offre une augmentation significative en termes de reconnaissance de cible et de capacité de détection - "serait une nouvelle option de mise à niveau achetée à la discrétion du DOD et des partenaires et clients internationaux de F-35", a déclaré Lockheed à FlightGlobal à l'époque. -- un nouveau système d'affichage panoramique du cockpit (PCDS) fabriqué par Elbit Systems of America. En juin 2017, Elbit a annoncé un contrat de Lockheed Martin pour développer un écran panoramique de cockpit pour remplacer l'actuel, fabriqué par L3 Aviation Products. Ces nouveaux capteurs sont essentiels pour permettre au F-35 d'atteindre les capacités pour lesquelles il a été conçu, mais qui ne sont toujours pas disponibles aujourd'hui, après 17 ans de développement. Lockheed affirme, par exemple, que le nouveau DAS aura une fiabilité et des performances cinq fois supérieures à celles du système actuel, bien qu'il soit 45 % moins cher à l'achat et 50 % moins cher à l'utilisation. Cependant, les livraisons du lot 15 ne commenceront qu'au début de 2023 et, entre-temps, les livraisons se poursuivront avec l'électronique et les capteurs actuels. Les services américains recevront également des avions obsolètes, mais leur problème est moins grave parce qu'ils utilisent tous d'autres types d'avions de combat, et parce qu'ils ont déjà indiqué qu'ils pourraient utiliser les premiers avions pour l'entraînement au vol ou comme banque de pièces détachées si le coût de leur mise à niveau à la norme du bloc 4 est trop élevé. Cette option n'est toutefois pas envisageable pour les clients à l'exportation, car pour plusieurs d'entre eux - notamment le Danemark, la Norvège et les Pays-Bas - le F-35 sera le seul avion de combat, tandis que pour tous les autres, il s'agira de l'avion d'attaque primaire. Les alliés recevront des avions obsolètes jusqu'en 2022 Jusqu'en 2023, tous les avions de production initiale à faible taux (Low-Rate Initial Production - LRIP) commandés par les partenaires étrangers du programme (Australie, Danemark, Italie, Pays-Bas, Norvège, Turquie et Royaume-Uni) et les clients des ventes militaires étrangères (Israël, Japon et Corée du Sud) seront livrés dans la configuration actuelle. Ils nécessiteront des mises à niveau substantielles - et coûteuses - pour les amener à la dernière norme Block 4, après que les nouveaux capteurs et l'électronique seront disponibles en 2023. Le coût du développement et de la mise en œuvre de la configuration du Bloc 4 n'est pas encore connu, et les chiffres cités varient entre 3,9 et 16,4 milliards de dollars. (On sait maintenant que la mise à niveau du "Bloc 4" a un coût d'au moins 12,1 milliards de dollars) En tout cas, il est suffisamment élevé pour que le directeur exécutif du programme F-35, le vice-amiral Mat Winter, "a déclaré que son bureau étudie l'option de laisser 108 avions dans leur état actuel parce que les fonds pour les mettre dans une configuration entièrement apte au combat menaceraient les plans de l'armée de l'air pour augmenter la production dans les années à venir", selon un rapport d'octobre 2017 du Project On Government Oversight (POGO) À notre connaissance, les opérateurs européens de F-35 ont également "négligé" de mentionner le coût de la mise à niveau de leurs anciens appareils à la norme Block 4 lors de leur rapport à leurs parlements respectifs, auxquels ils devront désormais s'adresser pour demander les fonds nécessaires. On peut imaginer l'accueil qu'ils recevront de la part de leurs législateurs. Et le Bloc 4 n'est pas négociable car, à moins d'être mis à niveau, tous les F-35 livrés avant 2023 seront sévèrement limités dans leurs capacités et ne pourront utiliser que très peu d'armes. Lockheed livre actuellement des avions équipés du dernier logiciel Block 3F, le premier standard "apte au combat". Le Block 3F devrait (mais peut-être pas) être installé sur les avions précédents. Le bloc 3F permet l'utilisation de la bombe de petit diamètre, de la munition d'attaque directe conjointe (JDAM) et du missile air-air à courte portée AIM-9X, en plus du missile air-air à moyenne portée avancé (AMRAAM), du missile air-air à courte portée avancé (ASRAAM) et de divers types de bombes à guidage laser utilisés avec les logiciels précédents. Seul le bloc 4 permet la mise en place des armes les plus performantes - après 2023 Mais seul le bloc 4 permettra au F-35 d'utiliser le missile air-air le plus performant de l'inventaire occidental - le Meteor de MBDA - ainsi que deux nouveaux missiles à longue portée développés spécifiquement pour le F-35 : le Joint Strike Missile (fabriqué par Kongsberg, Norvège) et le missile de croisière à lancement aérien SOM-J (Roketsan, Turquie) ainsi que la bombe de petit diamètre II et d'autres armes de pointe à venir. Si 74 % de tous les F-35 d'exportation seront obsolètes au moment de leur livraison, certains clients à l'exportation recevront une proportion encore plus élevée : L'Australie recevra 63 de ses 72 avions (87%) en configuration LRIP, tandis que la proportion d'avions LRIP atteindra 100% pour la Corée du Sud, 81% pour le Japon et 77% pour la Norvège. (voir tableau 1 ci-dessus). Les opérateurs étrangers recevront quelques avions du lot 15/Bloc 4 à la pointe de la technologie après 2023, à l'exception de la Corée du Sud, dont les livraisons seront achevées en 2021. Les quantités seront toutefois limitées, puisque, par exemple, la Norvège ne recevra que 12 avions du bloc 4 sur 52, et l'Australie que 9 sur 72. Ces opérateurs étrangers sont pris dans un dilemme : le F-35 a besoin de nouveaux capteurs, mais ne peut les intégrer sans de nouveaux ordinateurs et de nouvelles mémoires qui ne seront disponibles qu'avec le logiciel Block 4, au plus tôt en 2023. En d'autres termes, il faut prier pour qu'il n'y ait pas de guerre de tirs dans les 6-7 prochaines années. En supposant qu'ils décident de moderniser les améliorations du Bloc 4, les clients à l'exportation devront payer eux-mêmes, en plus des coûts d'acquisition et de mise à niveau après livraison. C'est alors que les "partenaires" étrangers, qui ont déjà payé une partie des coûts de développement du F-35 en plus de payer pour leurs propres avions, réaliseront qu'ils ont été abusés par Lockheed et le Pentagone qui, dans leur hâte de produire le plus grand nombre de F-35 le plus rapidement possible, ont livré des avions de "cinquième génération" qui ne répondent pas aux performances contractuelles et ne peuvent pas égaler les capacités des avions "anciens" comme le Typhoon, et des derniers F-15 et F-16.
  25. 10 points
    Il est intéressant de noter que les Finlandais sont passé d'une vie opérationnelle de 30 ans à 40 ans et d'un coût de celle ci de 3 fois le prix d'achat à 2 fois y compris l'achat initial. Comme les chiffres du F-35 pour les US sont de 400 Milliards pour l'acquisition et de 1500 pour l'ensemble soit un rapport 3.75 les Finlandais sont passé d'un cadre qui ressemblait à celui du F-35 à un cadre qui ressemble à celui du Rafale. Pour moi le F-35 est moins cher que le Rafale pour l'achat initial mais tellement plus cher pour la vie opérationnelle qu'il est éliminé. Le F-18 est au même prix que le Rafale mais le Rafale est meilleur, par contre les Finlandais connaissent le F-18. On peut le battre en exploitant financièrement la modernité de la maintenance du Rafale. Le Typhoon est plus cher que le Rafale dans tous les domaines et pas meilleur. éliminé Le Gripen n'est pas mature aucune certitude pour les prix et les performances qui seront données ==> Idem Suisse éliminé
  26. 10 points
    Bon en somme ce qui est écrit en arabe : - Les UAE se sont intéressés très tôt au Rafale, bien avant tout les autres clients exports - Malgré toutes les facilités que les français ont proposés, les emiratis ont refusés car ils estiment que le Rafale à quelques défauts comme l'instabilité à certaines vitesses et certaines altitudes, son nez est petit et ne permet pas de développer son radar. En conclusion il ne remplit pas le cahier des charges emiratis. je tiens à préciser que ce qui est écrit provient de l'équivalent arabe de Air Defense si vous voulez, c'est le principal forum du discussion militaire arabe, géré par des membres de la péninsule arabique (UAE, saoudiens... il y a aussi des maghrébins avec eux) , je participais un moment la bas, donc ce que eux disent, bon ça peut etre credible comme ne pas l'être.
  27. 10 points
    Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 22 à 30 SPÉCIAL DASSAULT RAFALE L'objectif de la France en développant le chasseur polyvalent Rafale était de maintenir l'autosuffisance technique militaire nationale. Outre le chasseur et ses moteurs, la France a donc dû auto-développer tous les sous-systèmes du nouveau chasseur, de l'avionique aux capteurs et aux armements. Le niveau d'ambition est indiqué par le fait que dans les années 80, outre la France, seules les superpuissances que sont les États-Unis et l'Union soviétique ont pu faire de même. La situation n'a pas changé. La Suède n'a pu faire la même chose que la France qu'en partie en utilisant l'acquisition et la concession de licences de technologies critiques des Amériques et d'Europe occidentale, qui sont devenues une raquette pour la Suède après que les Américains ont interdit certains accords d'exportation par des combattants suédois. Mais la France pourra-t-elle encore s'engager dans une guerre et une production aériennes indépendantes et autonomes à l'avenir? Y a-t-il une Française dans le conteneur du Père Noël de l'armée de l'air finlandaise? Comment est Gripen en Suède? Le développement, la production, la maintenance et le développement de produits d'un chasseur polyvalent moderne et de tous ses sous-systèmes est un méga-projet qui peut être réalisé au niveau national et indépendamment par seulement trois pays dans le monde. La France en fait partie. Le méga-projet nécessite également une méga-organisation formée autour de Dassault Aviation. L'entreprise de pêche française emploie 11 500 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros. Les partenaires les plus importants sont le constructeur français de matériels automobiles et militaires Safran (92000 salariés, 21 milliards d'euros de chiffre d'affaires) et le constructeur d'avionique et de matériels militaires Thales (80000 salariés, 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires) et le cluster Rafale de plus de 500 sous-traitants. .Dassault produit environ 50% du Rafale, le reste est réalisé par Safra et Thales avec leurs sous-traitants. A l'exception de quelques composants non critiques en provenance des Etats-Unis, le Rafale est presque entièrement fabriqué en France, la production se déroule principalement dans quatre usines, avec l'assemblage final à l'usine de Bordeaux-Mérignac. Au total, le programme Rafale emploie environ 7 000 personnes.Avant de recevoir des commandes à l'exportation, la faible cadence de production en 2012 était de 11 chasseurs Rafale par an. Le cycle de production total d'un chasseur polyvalent Rafale avec sous-traitance était de 24 mois. L'Égypte et le Qatar ont tous deux commandé 24 appareils en 2015 et le Qatar en a commandé 12 autres en 2017. En plus de ceux-ci, l'Inde a commandé 36 Rafale en 2016, de sorte que la production s'est accélérée avec les commandes à l'exportation. , lorsque 58 Rafale B biplace et 48 Rafale C monoplace ont été livrés à l'armée de l'air et 46 Rafale M monoplace à la Marine, soit un total de 152 chasseurs sur 180 commandés. Les livraisons aux Armées françaises reprendront en 2022 et se termineront en 2024, date à laquelle les 24 chasseurs commandés restants seront livrés. La ministre française de la Défense, Florence Parly, a récemment annoncé qu'en 2023, 30 autres Rafale seront commandés pour livraison entre 2027 et 2030. En janvier 2019, 175 Rafale avaient été livrés avec 276 commandes. Avec ces perspectives, la ligne de production de Rafale sera certainement opérationnelle au moins jusqu'en 2030. Des décennies de travail de développement Le développement d'un chasseur polyvalent occidental prendra de une à deux décennies entre le début du projet et son utilisation en service. Afin d'accélérer le déploiement des services, le déploiement se déroule souvent par étapes. modèle ou standard. Après quelques tours, le combattant peut être développé au niveau de la gamme de tâches et de performances initialement prévues. Cependant, comme les premier et nième standards d'un seul et même chasseur peuvent avoir des planètes de performances militaires complètement différentes, il s'agit d'un avantage significatif pour l'utilisateur d'un chasseur polyvalent, car les performances militaires d'un chasseur polyvalent précédemment acquis peuvent être considérablement améliorées à un coût raisonnable tout au long de son cycle de vie. Développement continu Les livraisons de production en série de Rafael ont commencé en 2000 avec la norme F1, où la lettre F signifie France. Le premier équipement standard de Rafa-len était limité aux missions air-air uniquement. Les livraisons de la norme F2 suivante ont commencé en 2006, et il était également capable de missions air-sol. Les livraisons du modèle F3 ont commencé en 2008. compatible nucléaire et également capable de missions de reconnaissance et air-sol. Dans le même temps, la modernisation de tous les modèles précédents de Rafale au niveau de la norme F3 a commencé. Les livraisons de radars AESA et la modernisation des radars PESA précédents (voir Soldat finlandais 5/2019) ont commencé en 2013. .Avec l'évaluation et l'approbation de la dernière norme, il sera introduit dans la production de nouveaux chasseurs Rafale, et du moins jusqu'à présent, le Rafalet précédemment fabriqué a également été mis à jour. De manière significative, la modernisation a également affecté les utilisateurs étrangers de Rafale, d'où l'on pourrait conclure que la procédure de modernisation a été intégrée dès le départ dans les accords d'exportation. Blocage des terres et nouvelles armes Fin 2018, le dernier standard Rafale F3R est en test d'acceptation client, qui est entré en service préliminaire à l'automne 2019 et sera opérationnel au deuxième trimestre de l'année prochaine. Le standard F3R est en cours de modernisation avec le logiciel Rafale et presque tous les sous-systèmes. Le système de contrôle comprendra la prévention des parcelles, c'est-à-dire la prévention automatique des collisions, et les systèmes d'auto-identification des messages et des IFF seront améliorés. Des améliorations seront apportées au radar, au système SPECTRA ELSO et à la liaison de données, la gamme d'armes sera élargie avec des missiles de frappe aérienne Meteor, des bombes / missiles de précision HAMMER Block 3 et de nouveaux chars de ciblage TALIOS et des chars de reconnaissance Pod Reco NG V8 seront introduits. Essai à froid du constructeur TWO-SEAT RAFALE B à Rovaniemi en janvier-février 2019. Lors des essais Dassault en dehors du projet HX, l'avion a été maintenu à l'extérieur en permanence, des essais de démarrage et de roulage et des vols d'essai ont été effectués. La dernière norme d'équipement Rafale connue est la norme F4 publiée par le ministère français de la Défense en janvier 2019, qui a d'abord été divisée en la future norme F4.1 à tester lors de l'évaluation d'homologation 2022 et plus tard dans la future norme F4.2 à tester en 2024. La phase d'évaluation de l'approbation dure la deuxième année, et avec l'approbation, la dernière norme arrive en premier depuis le début et environ six mois plus tard pour l'utilisation du service opérationnel. L'idée de la procédure d'évaluation et d'approbation est que les nouvelles performances du dernier standard Rafale commandé et livré sont d'abord testées dans un organisme d'évaluation séparé, qui développe également de nouvelles méthodes d'exploitation qui les utilisent. La gradation de l'utilisation des services en étapes préliminaires et opérationnelles est à son tour nécessaire pour former le personnel à l'utilisation de nouvelles performances et méthodes d'exploitation. Affichage du casque et guerre en réseau La norme F4.1 se concentre sur de nouvelles performances qui peuvent être produites rapidement: un écran de casque, des écrans tactiles HD plus grands dans le cockpit, un système SPECTRA plus puissant et un système IRST optique FSO, complétés par une caméra thermique, un système IFF plus avancé et un radar avec la fonction SAR de l'ouverture synthétique. La gamme d'armes est complétée par une bombe / missile de précision HAMMER plus robuste de 1000 kilos et un missile d'assaut Scalp modernisé qui est moins sensible aux interférences GPS. Dans le même temps, le missile nucléaire ASMP-A est également en cours de modernisation. La norme F4.2, plus ambitieuse, et donc plus longue, se concentre sur l'amélioration significative des performances de la guerre basée sur les représailles de Rafale. Un serveur de communication haut débit intégré pour un traitement plus sûr et plus rapide du trafic croissant de données et de communications. un «Rafale-iPad» au lieu d'une carte traditionnelle dans la poche de la cuisse, une tablette qui peut être ajoutée à de nouvelles fonctions plus rapidement et moins cher, car elle ne nécessite pas de modification de l'ensemble du logiciel du combattant. et le système sera perfectionné et Rafale acquerra des capacités offensives ELSO. batailles actives de brouillage radar de secours qui, après le lancement, volent entre le Rafale protégé et le radar menaçant. Dans le même temps, la gamme des perturbations mentales s'élargit avec les radeaux d'interférence radar non mobiles actifs. Le radar améliorera la détection des cibles aériennes à évanouissement lent pour combattre les drones. La norme F4.2 inclut également la compatibilité avec les missiles de combat libre MICA NG à 30% plus longue portée, mis en service quelques années plus tard. F5 et FCAS La norme Rafale F5, qui vise les années 2030, en est actuellement à ses balbutiements, et des lignes directrices seront élaborées dans les années 2020. La vision de la norme F5 est de mettre à niveau le radar avec les technologies GaN et des radars supplémentaires AESA montés sur les côtés du fuselage avant pour étendre le secteur d'observation et intégrer les futurs armements des années 2030. Les fonctionnalités du radar devraient également s'étendre à la messagerie Internet et aux capacités ELSO. On sait déjà que le développement de la nouvelle performance FCAS / SCAF sera l’équipement de combat polyvalent Rafale et Eurofigh-ter Typhoon utilisé par les pays participants, Selon la vision préliminaire de l'actuel système FCAS / SCAF, il inclura une nouvelle masse maximale au décollage de 30 à 40 tonnes - nettement plus lourde et plus importante pour Rafale - en plus de l'avion de combat, au moins un avion UCAV armé sans pilote utilisé conjointement avec celui-ci et un tout nouveau concept d'armement Aéronefs à voilure sans pilote Lors du salon aéronautique 2019 à Paris, MBDA et Airbus ont présenté de nouveaux concepts d'armement pour le système FCAS / SCAF. Le premier nouveau concept était un missile d'autodéfense d'environ un mètre de long et pesant 10 kg pour le combat cinétique des missiles antiaériens et antiaériens ennemis menaçant le chasseur. Contre les peintures au sol et de surface, et en particulier les systèmes A2 / AD (Anti Access / Area Denial), les missiles d'assaut en réseau, multi-search, missile and forget-type et reliant des bombes dans différentes catégories de poids et de portée. Le système A2 / AD est un système d'arme qui cherche à restreindre ou empêcher l'utilisation du territoire ou à canaliser les opérations ennemies. Il peut s'agir par exemple d'une barrière, d'un système anti-aérien ou, par exemple, d'un avion de combat à long terme UCAV. Le Rafale pourrait utiliser, par exemple, 18 bombes de précision / missiles d'assaut légers de 120 kg. Lancé à partir d'un navire au sol, d'un navire de surface, d'un avion de transport ou d'un chasseur polyvalent, le Remote Carrier avec ses propres capteurs et systèmes de messagerie est une partie autonome d'un système de gestion de la guerre en réseau, qui peut être remplacé par des capteurs supplémentaires, (armements) et ELSO, tromperie, harcèlement, systèmes de renseignement ou de messagerie. En outre, il peut agir comme un «ailier fidèle» dans le cadre du département de vol polyvalent des chasseurs et des télécommandes. Maintenance orientée client et gestion des risques Les dispositifs de maintenance et de services Rafale sont diversifiés dans le sens où SIMMAD, l'organisation de maintenance aéronautique et aéronautique du ministère de la Défense, a signé un contrat Rafale Care de dix ans avec Dassault Aviation en 2008. heures de travail, pièces détachées et consommables mais utilisation des équipements Rafale et heures de vol. Un concept de maintenance et de service similaire est utilisé depuis 2007, par exemple dans la flotte de chasseurs Eurofighter Typhoon du Royaume-Uni. L'avantage du modèle adapté aux abonnés réside dans les coûts de maintenance et d'entretien connus et fixes pendant le cycle de vie de la flotte de chasseurs, auquel cas tous les risques sont supportés par le fournisseur de la flotte. En même temps, cela motive également le constructeur de chasseurs à développer la convivialité et la maintenabilité de la flotte de chasseurs. Une situation gagnant-gagnant, alors. L'utilisateur achète les performances et les heures de fonctionnement et non le risque de panne et les heures de maintenance. L'utilisation d'un concept de maintenance et de service rappelant la relation classique médecin-patient chinois, dans laquelle le médecin n'est payé que pour la santé du patient et non pour le traitement de ses maladies et affections, obligerait la majorité du fournisseur de chasseurs HX à assurer la maintenance. l'industrie aéronautique finlandaise et créer une organisation en Finlande chargée de la maintenance et du service. Le Rafale s'envolera vers les années 2050 En raison du calendrier du système FCAS / SCAF, les nouvelles capacités à intégrer dans Rafale suffiront au moins pour les années 2050 et au-delà, car Rafale et Eurofighter Typhoon ne sont pas seulement des plates-formes de développement pour le nouveau système, mais aussi une partie intégrante du futur FCAS / SCAF jusqu'à ce qu'ils soient entièrement remplacés par les futurs chasseurs polyvalents FCAS / SCAF, ce qui devrait se produire en 2070. .Tout ce qui précède est cristallisé dans le fait que le système FCAS / SCAF orienté vers les années 2040 ne signifie pas que le développement ultérieur des produits Rafale et Eurofighter Typhoon disparaîtra dans la perspective des années 2040. Au contraire, le développement de leurs produits augmentera considérablement au moins jusqu'en 2050, sans lequel les forces aériennes françaises, allemandes et espagnoles ne seront pas en mesure de développer les futurs équipements de combat FCAS / SCAF et de les mettre en service sans une plongée significative dans la guerre aérienne pendant environ une décennie. Le déclassement prématuré des équipements existants Rafale et Eurofighter Typhoon mis à niveau vers FCAS / SCAF serait un gaspillage d'argent. L'une des exigences de la sélection HX de l'armée de l'air finlandaise est de maintenir le chasseur polyvalent sélectionné dans l'utilisation de service de ses principaux utilisateurs, c'est-à-dire les états de fabrication, tout au long du cycle de vie de l'avion jusqu'aux années 2060 afin de garantir une offre de modernisation abordable et un support du cycle de vie en général. Le Rafale est même un chasseur polyvalent plus autosuffisant au niveau national que les options américaines pour l'acquisition de HX. Avec les connaissances d'aujourd'hui - au moins au niveau des conceptions et des motifs publics - il semblerait que parmi les options HX, les options qui répondent à cette exigence clé même jusqu'aux années 2050 sont le Rafale, l'Eurofighter Typhoon et le F-35. L'avenir de Su-per Hornet ou même du dernier NG de Gripen n'est pas si certain. Seul ou séparément? En raison de la propriété, des fusions, de la propriété croisée et de l'internationalisation d'acteurs européens de l'industrie militaire et aérospatiale, le Le pôle ski avec ses sous-traitants est toujours entièrement ou partiellement détenu par des Français. Bien sûr, il ne faut pas imaginer que même la France, comme tout autre pays du monde, serait complètement indépendante de la technologie étrangère, mais aux côtés de la Russie et des États-Unis, elle est dans sa propre série. Par exemple, le seul fournisseur restant de moteurs à combustible solide pour les missiles de combat aérien américains AIM-120 AMRAAM est le norvégien-finlandais Nam-mo, derrière les fusils d'assaut et les mitrailleuses légères américains, l'allemand Heckler & Koch et la belge Fabrique National. -fighter critique Le système d'affichage monté sur casque a été développé par les systèmes israéliens Elbit. Le Rafale est même un chasseur polyvalent plus autonome à l'échelle nationale que les options américaines pour l'approvisionnement en HX. Combien de temps les Français ont-ils assez de caillé est une autre question. Dans le monde d’aujourd’hui, aucun État développé qui veut suivre le développement n’est, et ne peut plus être, une île au sens figuré du terme. L'interdépendance s'est toujours produite et se développe. Le prix à payer pour une autosuffisance totale est tout simplement trop élevé et c'est pourquoi il existe des goulots d'étranglement intéressants pour les fournisseurs dans les équipements de combat modernes. Par exemple, les sièges de jet sont développés par seulement trois sociétés dans le monde: le britannique Martin-Baker, le riche en amme Collins Aerospace Specialty Seating et la centrale nucléaire russe de Zvezda. Les sièges de lancer Martin-Baker sont utilisés dans tous les candidats HX. Au moins ici, la France n'est pas autosuffisante, qu'en est-il de la Chine? Dans le numéro 4/2019 du Soldat finlandais, nous avons fait la connaissance de l'industrie aéronautique chinoise. Il est encore fortement dépendant des licences étrangères et de l'espionnage industriel, mais cela évolue à un rythme rapide dans un pays de plus en plus centralisé avec une capacité de conception et de production énorme. En effet, à l'avenir, la Chine pourrait être une nouvelle superpuissance capable de produire de manière indépendante des systèmes d'armes et de développer des produits, si les Chinois le souhaitent, et surtout si la guerre commerciale lancée par les États-Unis les oblige à le faire. Fin traduction page 22 à 30
  28. 10 points
    Suite de la Traduction : ... et se rassembler Dans un sens, la séparation du programme ECF / ECA en Rafale et Eurofighter Typhoon était dans l'intérêt de tous. La France a maintenu et développé son expertise dans ce domaine, et le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne ont créé des capacités dites statistiques similaires, déjà perdues ou complètement nouvelles - mais ensemble. En fait, il vaut aussi mieux que nous au lieu d'un ECF / ECA, deux options différentes sont disponibles. Il crée une saine concurrence en termes de qualité et de prix et est dans le meilleur intérêt du client. Aujourd'hui en Europe, il existe une coopération très étendue entre la France et d'autres pays de l'UE dans l'aviation civile et militaire, par exemple entre Airbus et MBDA, et en particulier le Future Combat Air System (FCAS) franco-allemand. aérien futur) dans les bois. Étonnamment, la responsabilité de la gestion de la conception du système incombe à toute autre personne que le Dassault Aviation français. L'actuel chasseur multi-action McDon-nell Douglas F / A-18 C / D Hornet dans notre armée de l'air, souvent appelé le Classic Hornet, pour le différencier du Boeing F / A-18E développé dans les années 1990 dans la course HX. / F de l'évolution du Super Hornet, remonte à l'appel d'offres LWF (Lightweight Fighter) de l'US Air Force de 1972, remporté par le General Dynamics F-16 Fighting Falcon. Le perdant de la compétition était le Northrop YF-17, sur la base duquel l'US Navy a développé le chasseur polyvalent McDonnell Douglas F / A-18 A / B / C / D Hornet à partir de 1974 dans un appel d'offres VFAX (Naval Fighter Attack Experimental). L'avion a effectué son premier vol en 1978 et est entré en service en 1984. Depuis la conception préliminaire des candidats de chasse LWF basés sur la théorie de la mobilité énergétique du major John Boydine a commencé dès 1969, le Hornet classique est une combinaison de la technologie des années 1960-1980 qui a été renforcée dans les années 1990. avec capteurs et mariage. Les principaux utilisateurs de Hornet - la marine américaine et le corps des marines - ont cessé de développer et de moderniser l'avion dès le 21e siècle, le type d'avion devant être remplacé par le Su-per Hornet et le Lockheed Martin F-35 Lightning II. L'idée royale des programmes LWF et VFAX de quatrième génération était un chasseur léger agile (agile) sans précédent avec un rapport puissance / poids élevé et une aérodynamique avancée à faible traînée. Le Hornet en a de très bons entro-propriétés, en particulier aux grands angles d'attaque, grâce à ses plus grandes extensions de racine de bord d'attaque d'aile (LERX) et à ses gouvernails double face. et avionique. En termes d'aérodynamique, les innovations les plus significatives qui offrent une agilité encore plus grande sont l'aile delta / trapézoïdale, qui est 16% plus grande en superficie et a une charge alaire 27% inférieure à celle du Hornet classique, les niveaux de contrôle du canard et l'utilisation de la portance aérodynamique du fuselage. La seule nouvelle technologie du 21e siècle à améliorer les performances de vol, du moins pas encore utilisée chez Rafale, est les jets pivotants comme les derniers chasseurs de l'Est et le Lockheed Martin F-22 Raptor améliore les performances militaires d'un aviateur multifonctionnel existant. Le seul but d'un aviateur multifonctionnel en cuir extrêmement simpliste et à base de palette est de fournir l'effet désiré au bon endroit au bon moment. La philosophie de la minimisation Les différences entre le Hornet classique et le Rafale évoquées ci-dessus, qui reposent largement sur les avancées technologiques générales au cours des deux décennies séparant l'avion, sont largement liées au poste de pilotage fixe pendant le cycle de vie du chasseur polyvalent. disponibilité et moindre coût. Parce que la France, malgré son statut de superpuissance, n'a jamais eu les ressources financières et militaires et l'infrastructure militaire d'une superpuissance, Raphale a été conçu pour opérer sur une infrastructure et une organisation militaire plus modestes que les avions américains. pour économiser de l'espace et faciliter la maintenance. Dans le même temps, la procédure a été suivie pour les conduits d'admission d'air des moteurs, c'est-à-dire que leur mécanisation a été minimisée. Des freins à air séparés ont également été abandonnés pour les mêmes raisons. Rafale suit la philosophie de conception de la minimisation. Pour améliorer la maintenance et la facilité d'entretien de HUMSY, Rafale utilise un système PLM (Product Life-cycle Management) avancé. Le logiciel CAO de Dassault CATIA, utilisé dans la conception de Rafale, est capable de simuler les charges des composants et des structures pendant le cycle de vie de la machine, ainsi que les besoins de maintenance dès la phase de conception de la machine. Chaque chasseur polyvalent Rafale est équipé d'un système avancé de surveillance de la santé et de l'utilisation en temps réel (HUMS). HUMS surveille l'état de chaque appareil du chasseur multifonction et détermine le besoin d'entretien et de maintenance du chasseur sur la base de milliers d'observations provenant de capteurs qui enregistrent les valeurs de fonctionnement des structures et des sous-systèmes de la machine. De plus, en fonction des conditions réelles rencontrées pendant le vol, y compris le tir de chaque arme, HUMS développe automatiquement les valeurs d'usure des différents composants de la structure Rafale. Après le retour de la machine, les informations collectées par HUMS sont transférées aux systèmes informatiques de l'organisation de service, qui les montrent aux techniciens avec des informations claires pour faciliter leur travail avec la machine et l'équipement. L'utilisation actuelle définit des procédures d'entretien et de maintenance individuelles pour chaque Rafale, évitant ainsi des coûts de maintenance supplémentaires. Le programme de testabilité intégré informe le pilote uniquement des défaillances en vol qui affectent la sécurité du vol ou l'exécution de la tâche. La priorité est donnée à la priorité de la navigabilité et de l'utilisabilité aussi que Rafale est la première aile centrale du Dassault Aviation (l'aile est située au milieu du fuselage en altitude). La solution a été trouvée principalement pour faciliter l'armement et la maintenance. Pour les bases moteurs, les moteurs SNECMA (désormais Safran) M88-2 de Rafale, qui ont une marge de croissance intégrée de 20%, sont modulaires, c'est-à-dire qu'ils peuvent être entretenus et réparés plus rapidement et à moindre coût en ne remplaçant que le module requis. Une partie du module du moteur 21 peut être remplacée sans retirer le moteur de la machine, et après le remplacement des modules, le moteur est prêt à être utilisé immédiatement sans recalibrage, équilibrage et essai de fonctionnement des moteurs déconnectés sur le banc d'essai. Il faut moins d'une heure à deux hommes pour changer l'un des moteurs du Rafale, et il y a du temps pour la bureaucratie associée. Le moteur M88 modernisé sera disponible en 2023, et sa facilité d'entretien proactive sera améliorée avec un système PLM basé sur le Big Data. Par rapport au chasseur Mirage 2000, les exigences d'inspection, de maintenance et de service du a ses moteurs nécessitent des inspections régulières au niveau supérieur du centre de service, mais le Rafale peut être inspecté au niveau inférieur de l'unité opérationnelle pendant son cycle de vie car la machine se diagnostique elle-même. Même au niveau inférieur de l'unité opérationnelle, aucune action corrective n'est prise, mais les LRU défaillantes sont remplacées par des LRU fonctionnelles. Dans les SRU plus grandes, les SRU défectueuses sont remplacées par des fonctionnelles, mais elles sont envoyées pour réparation à un centre de service supérieur, ce qui augmente considérablement la disponibilité du Rafale, car il est moins en atelier et plus en vol. Du point de vue français, c'est un avantage non négligeable tant dans l'utilisation des navires de soutien que dans les opérations en Afrique et au Moyen-Orient, où il peut être nécessaire d'opérer dans des conditions assez rudimentaires. Le Rafale a donc déjà pratiqué la décentralisation du matériel de combat de crise finlandais. le Rafale est également plus difficile à détecter que les chasseurs de base de la quatrième génération. La machine a des propriétés de décoloration partielle car 70% de ses surfaces extérieures sont faites de matériaux composites et elle utilise des revêtements de décoloration, un placage d'or de la verrière, une conception de surface de décoloration partielle et des prises d'air en forme de S couvrant les turbines avant des moteurs. Une autre réalisation importante est l'intervalle de défaillance (temps entre les pannes) trois fois plus long que les temps initiaux de fonctionnement du Rafale. Dans la maintenance traditionnelle des chasseurs multi-actions, la machine entière Rafale sont environ 50% inférieures et mieux planifiées grâce au système HUMS. Pendant la période séparant le Hornet classique du Rafale, les technologies moteurs se sont également développées: la consommation spécifique de carburant (quantité de carburant consommée par unité de poussée par heure) a diminué de 4% à pleine puissance et de 3% à la postcombustion. En conséquence, le rapport puissance / poids (la capacité du moteur à produire une poussée en tant que poids unique de son propre poids) a augmenté de 15% à pleine puissance et de 8% à la postcombustion. avec un moteur plus léger et 4% de carburant en moins, ce qui rend le chasseur polyvalent plus petit et plus léger, améliore son rapport puissance / poids et sa propulsion, augmente la capacité de charge de son arme ou étend sa portée. De plus, les dimensions extérieures des moteurs sont réduites et leur fiabilité et facilité d'entretien sont améliorées. Impact Les matériaux et technologies utilisés dans les structures d'un chasseur polyvalent ont également évolué: une structure ayant les mêmes propriétés pourrait désormais être rendue plus légère et plus compacte, même en utilisant des matériaux composites. développement en flèche. Si un sous-système exécutant des tâches spécifiques dans les années 1970 consommait 100 kg de charge utile, 1 m3 d'espace et 10 kW de puissance électrique et / ou de refroidissement dans un chasseur polyvalent, alors dans les années 1990, la même fonctionnalité pouvait être gérée avec une fraction de l'espace, du poids et de l'énergie requis. . Les dimensions extérieures, le volume interne, le poids et la production d'énergie du chasseur polyvalent pourraient ainsi être soit réduits, soit utilisés à d'autres fins.Aujourd'hui, l'ensemble formé par le chasseur polyvalent est divisé en deux composantes. Le premier est constitué de la cellule - la cellule, les surfaces aérodynamiques, le moteur et les sous-systèmes nécessaires à leur fonctionnement - qui ne sont généralement pas modifiés au cours du cycle de vie de l'aéronef, c'est-à-dire qu'il reste globalement constant. Le second composant comprend les capteurs, l'armement, l'avionique et autres. des sous-systèmes qui sont considérablement affectés par les performances militaires et sont plus faciles à remplacer, moderniser et renouveler et qui peuvent se produire plusieurs fois au cours de la vie de la machine. Cette variable est souvent appelée équipement machine, et peut être considérablement améliorée en l'améliorant. Fin traduction pages 1à 16
  29. 10 points
    Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 1 à 16 SPÉCIAL DASSAULT RAFALE EDITO : Depuis cent ans, le soldat finlandais surveille les achats de matériel des forces de défense. Nous avons suivi le renouvellement majeur actuel des performances dans l'histoire de nos forces de défense - le projet Air Force Tactical Multipurpose Fighter HX - avec un accent particulier sur l'explication dans un langage clair et populaire et pourquoi et ce qui est acquis. répondre aux besoins uniques de la Finlande. RAFALE la mystérieuse Française : Rafale - une option française pour remplacer les performances de Hornet - est l'un des cinq candidats HX et peut-être le moins médiatisé en Finlande. Nous avons donc décidé de remédier à cette lacune en apprenant à connaître la mystérieuse Française, en s'enracinant et en rassemblant un paquet d'informations si dense que le «coup de vent» donnerait à nos lecteurs une vue d'ensemble limpide. Alors, s’il vous plaît, soldats finlandais: Rafale. Comme la plupart des candidats HX, l'histoire du chasseur polyvalent Rafale de Dassault Aviation (rafale de vent en finnois) remonte aux années 1970, lorsque l'industrie aérospatiale française, dirigée par l'avionneur Dassault Avi-ation, et l'armée de l'air française Armée de l'Air et l'armée de l'air navale Aéronavale envisagent de développer de nouveaux équipements de chasse. La conception de l'avion a commencé en 1972, son premier vol a eu lieu en 1978 et il a été mis en service en 1984. Dans le même temps, la société a produit en série des chasseurs Mirage F1 (premier vol en 1966, mis en service en 1973) et a maintenu et modernisé son produit à succès international Mi-rage III / V chasseur / chasseur. , dont le premier vol remonte à 1956 et qui a été mis en service en 1961. Le navire de soutien de la Marine a été développé pour l'évolution du chasseur bombardier Étendard IV (premier vol 1958, pour le service 1962) le bombardier de chasse Super Étendard (ensilen-jusqu'en 1974, pour le service 1978). Outre les États-Unis et l'Union soviétique, Dassault a également développé un chasseur lourd de quatrième génération. La conception du chasseur Mirage 4000 a commencé en 1976, et le seul prototype a effectué son premier vol en 1979. L'avion était une tentative réussie de développer davantage le concept de chasseur Mirage 2000 au niveau de la performance militaire du chasseur lourd américain McDonnell Doug-las F-15 Eagle. Le démonstrateur de technologie Mirage 4000 a été la première machine de combat à utiliser des surfaces de contrôle en canard devant les ailes pour contrôler la machine en hauteur, et un nombre sans précédent de composants composites a été utilisé.Les réalisations de Dassault dans les années 1970 comprenaient également la transition vers la conception CAO numérique. en tant que premier constructeur d'avions militaires au monde. Le développement du propre logiciel CATIA de la société a débuté en tant que projet interne en 1977 car les solutions tierces proposées n'étaient pas adaptées à une utilisation dans l'industrie aérospatiale. Division du travail Les industries françaises des matériaux militaires et de l'aérospatiale ont commencé à se concentrer et à se spécialiser sous la direction de l'État à partir des années 1960. Avec les accords de 1965-1966, Dassault Aviation se spécialise dans les avions de combat et d'affaires, les missiles balistiques Nord Aviation et les avions et hélicoptères de transport civil et militaire de Sud Aviation. Nord Aviation et Sud Aviation ont fusionné avec Aerospace en 1970. et armements, sans recours à coopération avec d’autres pays. L'autosuffisance de l'industrie aéronautique nationale française a rendu le pays militairement indépendant en termes d'aéronefs utilisés par ses forces armées et de commerce international des armes, les approvisionnements n'étant pas tributaires d'éventuelles réglementations d'exportation des technologies fournies par des pays tiers. A plus ou moins long terme, l'armée de l'air française était confrontée à la fin du cycle de vie de ses avions de combat Mirage III / V, de ses bombardiers Mirage IV, de ses avions de combat légers SEPECAT Ja-guar et de ses Mirage F1. Bien que l'équipement du Mirage 2000 soit toujours à jour, la conception de son successeur devait commencer bien à l'avance. Le futur chasseur tactique devait être multifonctionnel. Les fonctionnalités des versions chasseur-chasseur, chasseur-bombardier et de reconnaissance devaient pouvoir être intégrées dans un seul chasseur polyvalent pour réduire les coûts d'acquisition et d'exploitation. ACX Le nouveau projet de développement de chasseurs tactiques de l'ACX Air Force a été renommé Avion de Combat Tactique (ACT, un avion de combat tactique).1955, en service depuis 1957) étaient déjà obsolètes et les chasseurs bombardiers Dassault Étendard IV avec leurs évolutions Super Étendard reposaient sur des solutions technologiques dans les années 1950, la marine lance son propre programme Avion de Combat Marine (ACM, avion de combat naval). les exigences pour le nouveau chasseur polyvalent étaient largement uniformes et les programmes ont été fusionnés dans le programme Avion de Combat Expérimental (ACX, avion de chasse d'essai). L'objectif était un chasseur polyvalent avec un poids à vide d'environ 10 tonnes, avec une charge d'arsenal d'au moins six missiles de combat aérien ou 3500 kilogrammes d'autres armes, et une portée de 650 kilomètres avec des missions air-sol. L'avenir devrait montrer que ces exigences de performance seront largement dépassées. Dassault a reçu une commande pour le développement du démonstrateur de technologie ACX en mars 1983, et le seul prototype Rafale A a été achevé en 1985 et a effectué son premier vol en 1986. Dans le cadre du projet ACX, SNECMA (aujourd'hui Safran) a développé un nouveau moteur à réaction de dérivation M88 et d'autres -Les entreprises de pêche, entre autres, l'avionique, les capteurs et l'armement nécessaires. Vol d'essai de démonstration de la technologie Rafale A Les résultats du programme ont été suffisamment convaincants pour que le ministère français de la Défense passe une commande de production en série pour le chasseur polyvalent Rafale en 1988. Le prototype Black-wing Rafale A était un saut technologique majeur de Dassault programme de récupération. Jusqu'à 35% des structures du Rafale A étaient fabriquées à partir de nouveaux matériaux: composites, structures SPFDB et alliages lithium-aluminium de troisième génération, dont certains ont été utilisés pour la première fois dans un avion de combat. Rafale a également été le premier chasseur à utiliser une «aile noire» en fibre de carbone. La commande comprenait le modèle monoplace Rafale C de l'armée de l'air (Chas Society, en finnois chasseur ou, dans ce cas, chasseur), le modèle deux places Rafale B (biplace, biplace) et le modèle Rafale M converti en support naval. rine, modèle de flotte). La transition du démonstrateur de technologie Rafale A vers les modèles de production en série a eu lieu avec le premier développement du modèle de base de la famille de machines: le prototype pneumatique du Rafale C monoplace, qui a rendu son premier silencieux en 1991. Étonnamment, la production de la série Rafale C est devenue le monstre technologique du Rafale A plus petit en taille ul et plus léger en poids. En général, c'est l'inverse qui se produit dans le développement de produits des combattants! Les deux prototypes du modèle de soutien naval, le Rafale M, ont effectué leur premier vol en 1991 et 1993. Le prototype biplace du Rafale B a volé pour la première fois en 1993. -dans la même année - et avec des investissements assez modérés. Comme d'autres projets contemporains, la fin de la guerre froide a apporté des incertitudes politiques et économiques au projet Rafale et conduit à une interruption de production de près de trois ans entre 1992 et 1995, réduisant les commandes françaises de 336 d'origine à seulement 272 et retardant généralement le projet. . La première des familles de chasseurs polyvalentes à être introduite était le modèle Rafale C de l'armée de l'air avec tous ses sous-systèmes, qui n'a été ciblé qu'en 1996, au lieu de 1996. Qu'est-ce que le Rafale a en commun avec les deux autres Eurocanards de la compétition HX - Eurofighter et Gripen - et pourquoi? Les besoins de la France (Rafale), de la Suède (Gripen) et de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne de l'Ouest, de l'Italie et de l'Espagne (Eurofighter) pour leurs futurs chasseurs dans les années 1970 et 1980 étaient largement similaires. Tout le monde a essayé de répondre aux exigences avec la même technologie contemporaine en ligne avec les visions et les tendances de l'équipement de chasse typiques de l'industrie aérospatiale à l'époque. L'énorme développement de l'électronique dans les années 1970 et 1990 a conduit à l'utilisation aérodynamiquement instable de l'avion de chasse et à l'utilisation de la commande par ordinateur Fly-By-Wire. Ajoutez à cela les ailes de direction canard et une aile delta et / ou trapézoïdale plus grande devant l'aile, le résultat final devait être de très bonnes caractéristiques de vol. Une électronique plus compacte et efficace a réduit le poids et les dimensions externes des capteurs et des armements et augmenté leurs performances, permettant au chasseur le plus léger du chasseur le plus cher d'être intégré dans le chasseur plus léger, qui est plus coûteux à acheter et à utiliser. plus léger et plus compact. La puissance spécifique des derniers moteurs a augmenté, et leur poids et leur taille ont diminué. En raison de tout cela, le chasseur, qui était plus petit en dimensions externes et en poids, pouvait obtenir des performances encore plus élevées. Extérieurement, conceptuellement, technologiquement et en termes de performances, les trois Eurocanards - Dassault Rafale, Eurofighter Typhoon et Saab Gripen - se ressemblent non seulement mais aussi à d'autres combattants contemporains tels que l'Israélien IAI Lavi (premier vol 1986) et le Chengildu J-10 chinois. -à 1998, pour une utilisation en service 2006) chasseur polyvalent. En outre, les programmes de développement de produits qui ont conduit Dassault Rafale et Eurofighter Typhoon au 21e siècle faisaient partie du programme conjoint britannique-germano-français de combat européen / avion de combat européen (ECF) de 1979 à 1981. Le besoin de la France d'un chasseur polyvalent (et de dissuasion), d'un chasseur légèrement plus léger pour l'utilisation des navires de soutien, et la demande de leadership dans le développement de produits ont conduit à la fin du projet commun et, à terme, à séparer complètement le français Dassault Rafale et le britannique-germano-italien-italien. Une telle similitude est courante dans l'équipement militaire: si vous comparez les fusils à verrou de différents pays pendant la Première Guerre mondiale, ils ont plus en commun que des différences, car ils sont également contemporains et conçus dans le même but. Les plus grandes différences sont dues à des facteurs économiques, aux préférences des écoles de design dans différents pays et à la capacité de production des industries de ces pays. Bien que les trois Eurocanards aient été des interprétations du thème d'un «chasseur polyvalent européen», il existe également des différences.avec une solide expertise dans la guerre en réseau et la maniabilité, a décidé de limiter ses coûts d'acquisition et d'exploitation au chasseur monomoteur le plus léger et le seul. L'avion avait une masse à vide de seulement 6 800 kg et une masse maximale au décollage de 14 000 kg. Le moteur était une version sous licence Volvo RM12 du moteur General Electric F404, connu du Hornet classique, avec une poussée de 54 kN sans postcombustion et de 80,5 kN avec postcombustion. L'engin avait une charge d'armes moindre (5 300 kg) et une portée et un temps de fonctionnement plus modestes, mais des capteurs tout aussi avancés.Les pays de l'OTAN et au moins la France et le Royaume-Uni, pour leur part, ont défini les exigences de performance de l'Eurofighter Typhoon. voulait des machines bimoteurs plus puissantes, plus lourdes en poids et en dimensions externes, car elles devaient avoir une plus grande charge d'armes ainsi qu'une autonomie et une durée de fonctionnement plus importantes. Le Rafale a deux moteurs SNECMA M88-2 avec une poussée sans postcombustion de 2 x 50 kN et une postcombustion de 2 x 75 kN, et l'Eurofighter Typhoon a deux moteurs Euret EJ200 avec une poussée sans postcombustion de 2 x 60 kN 2 x 90 kN. Puisque le Rafale devait également être une version d'un navire de soutien de poids et de taille limités, le Rafale a été légèrement plus léger que l'Eurofighter Typhoon et Le Rafale a un poids à vide de 9 850 kilogrammes, une masse maximale au décollage de 24 500 kilogrammes et des dimensions externes (longueur x distance de pointe x hauteur) de 15,27 x 10,80 x 5,24 mètres. La surface de l'aile est de 45,7 m2 et la charge maximale de l'arme est de 9 500 kg. L'Eurofighter Typhoon a un poids à vide de 11 000 kg, une masse maximale au décollage de 23 500 kg et des dimensions externes (longueur x distance de la pointe x hauteur) sont de 15,96 x 10,9 x 5,28 mètres . La superficie du Sii est de 51,2 m2 et la charge maximale des armes est supérieure à 9 000 kg. Bien que les objectifs de conception des trois Eurocanards soient une utilisation élevée, une meilleure facilité d'entretien et des coûts d'exploitation et d'acquisition modérés, la base monomoteur, plus légère et plus petite - Le Gripen est naturellement devenu plus rentable. Il dispose d'une version sous licence suédoise plus puissante du moteur General Electric F414, familier de Super Hornetis, avec poussée I est 58 kN / 98 kN. L'avion a une masse maximale au décollage plus élevée de 16 500 kg, des dimensions externes légèrement plus grandes, une charge d'armes plus importante, une portée et une durée de fonctionnement plus longues, ainsi que des capteurs plus avancés. le meilleur des soumissionnaires HX en matière d'agilité. La différence est que la vitesse de pointe du Rafale (Mach 1,1 au niveau de la mer et Mach 1,8 à haute altitude) est légèrement inférieure à celle de l'Eurofighter Typhoon (Mach 1,25 au niveau de la mer et à haute altitude au-dessus de Mach 2). Les deux avions sont capables de voler supersonique sans supercruising-ky-ky avec une charge partielle d'arme externe. Avec la bonne quantité de carburant et de charge d'armes, les machines ont un rapport puissance-poids supérieur à 1, ce qui signifie qu'elles ont également une capacité convaincante à se déplacer en hauteur. La France avait un constructeur de chasseurs Dassault Aviation au succès international avec ses produits finis et ses futurs projets de chasseurs. La Grande-Bretagne avait perdu sa capacité nationale de développer des équipements de destruction, et l'Allemagne de l'Ouest n'avait jamais cette capacité. Ainsi, la revendication française et Dassault d'un rôle de premier plan dans le projet ECF / ECA était pleinement justifiée. Le projet multinational aurait conduit à la perte de l'autosuffisance militaire française, car en cours. Dassault, qui a connu un grand succès sur le marché international, aurait également perdu son avantage concurrentiel, sa part de marché et se serait créé de futurs concurrents. De plus, il en aurait été de même pour l'ensemble de l'industrie aéronautique française, c'est-à-dire les fabricants de moteurs, d'avionique, d'armements et d'autres sous-systèmes.
  30. 10 points
    Ouais enfin, et je dis ça pour tout le monde, ce n’est pas parce qu’on est bon dans sa partie qu’on peut se permettre d’être rude, sec et/ou imbuvable avec tout le monde tout le temps. Les fantasmes autoritaires/déifiants à la Whiplash ou la Gordon Ramsay, c’est pas franchement l’ambiance qu’on essaie de mettre en avant sur le forum de manière générale. Ça demande pas beaucoup d’efforts de rester sympa et courtois, surtout qu’on est pas spécialement submergés de trolls ici (enfin en tous cas on essaie), donc on va tous collectivement essayés de rester sur cette voie . Voilà voilà
  31. 10 points
    Les belges annonçaient en 2018 un coût d'exploitation de 222 millions par an pour leurs 54 F-16. En France le MCO pour 147 Rafale Air et Marine était de 612 millions à la même époque, soit 225 millions pour 54 avions dans des conditions d'utilisation un poil plus sévères. Donc on peut penser ce qu'on veut, chipoter pour un écart de 1%, ou observer qu'il n'y a à priori pas la différence significative qu'on voudrait nous faire gober.
  32. 9 points
    Oui ça lui donne un air de pansement.
  33. 9 points
    Tu y vas peut-être un peu fort, là. A la limite, on pourrait éventuellement conjecturer que l'évolution de la poussée avec la vitesse de l'avion varie différemment pour l'un et l'autre, avec éventuellement un rapprochement des rapports poussée/poids (voire un inversion de l'ordre dans la hiérarchie). Pour être un peu plus concrêt, il fût un temps où un site autrichien donnait des chiffres assez détaillés sur les performances du Typhoon. Par exemple, un temps de montée inférieur à 2'30 pour passer du bout de piste sur les freins à 35000 fts/M 1.5. Bah le p'tit Rafale était capable d'arriver à 40000 fts/M 1.6 en 2'15. Mais à part ça, il pousse pas... M'enfin...
  34. 9 points
    Le slogan employé pour la publicité Eurofighter (p. 17) est absolument génial... Ils ont réussi à faire voler l'Eurofighter ! (We make it fly !)
  35. 9 points
    Alors , c'est mon beau-frère, il est americain, du Dakota du nord, un état ou les deux seuls comtés qui vote démocrate sont en réalité des réserves indiennes. Lui est un républicain a l'ancienne, en cela c'est pas du tout un trumpiste. Il a joins des parents, et globalement la bas l'ambiance est plutôt a la ''secession'' Ils estiment que l'élection est truqué, étonnamment pas forcément sur le nombre de votes, mais sur le rapport de force des médias et de l'infotainement, sur les votes par correspondances... La bas ils ont regardé la prise du Capitol comme une sorte de ''reconquete'' Donc d'après lui ils écoutent leurs gouverneur, et puis l'état fédérale... Bas ils en on plus grand chose a foutre. Lui même pense surtout que le maintien de l'ordre a la française aurait son utilité. Il est contre de voir la garde nationale ce déployer... ( J'ai dû mal a comprendre sont état d'esprit, je vais essayé de l'expliquer ) L'armée est républicaine, selon lui, la garde nationale est plutôt le reflet de la population de l'état, et d'après lui les états démocrate font une sorte de coup d'état. Je lui ait dit que les démocrates étaient plus nombreux dans le pays... Et bien accrochés vous bien... Il en a rien a foutre, ce n'ai pas le nombre de votants qui compte, c'est les états, et pour lui les votes par correspondance n'aurais jamais dû être utilisé, il est d'accord avec Trump là dessus. Et dans sont états d'esprit les états unis sont en train de vivre un glissement fasciste... Trump n'a pas aidé car il a deshinibé les démocrates, et castré le républicains qui son tétanises... Voila son ressenti.... PS : et pour lui la présidente c'est pas biden, c'est Kamala Harris... Et d'ailleurs pour lui c'est surtout cela le danger.... PS2 : et je pense que l'image de la garde nationale au Capitole ne doit pas le rassurer, d'un coup je comprends ce qu'il sous entendait par : couo d'état des états démocrates...
  36. 9 points
    bah oui Les diesels de navire de surface ont une suralimentation classique en ce sens que le mobile turbo est constitué par une roue compresseur et une roue turbine montées sur un même axe . Le mobile est mise en mvt par roue turbine entrainée par les gaz d’échappement . Coté air comburant le compresseur assure un taux de suralimentation qui est lié aux pertes de charge du circuit d’air d’admission dont on ne doit pas dépasser une valeur précisée par le motoriste pour éviter tout inertie veine d’air pompage ou décrochage turbo et çà s’entend Sur un soum, les conditions snockels conduisent à des pertes de charges incompatibles au fonctionnel turbo (seul) ci-dessus . Hier on avait un ensemble du moto-compresseur de fourniture Hispano Suiza , une adaptation complexe au diesel PA4 qui via Indret fût mis au point sous supervision de la Marine Nationale. Alors on entraine mécaniquement le compresseur en piquant de la puissance sur le vilebrequin. Concrètement , on a un coupleur hydraulique en tête de vilebrequin , qui via une pignonnerie entraine le compresseur. https://www.wikiwand.com/fr/SEMT_Pielstick Aujourd’hui on a une version mixte moto-compressée + turbo en le PA4 SM et SMDS dont lien @Scarabé plus haut . Traduction ; « Chambre de combustion à géométrie variable ( mis au point par Pielstick +Indret + MN dans les années 70 sur les 800 t psy et sir ) Faibles contraintes mécaniques Moins de bruit Moins d'émissions de vibrations Compresseur à entraînement mécanique La solution la plus sûre dans un sous-marin pour produire de l'énergie avec des moteurs diesel suralimentés consiste à utiliser un compresseur entraîné mécaniquement de dimensions appropriées pour compenser de manière adéquate la contre-pression. Les moteurs sous-marins suralimentés par des compresseurs à entraînement mécanique apportent les avantages suivants: system Système positif pour maintenir le flux d'air à travers le moteur largement insensible aux conditions de plongée en apnée et pour fournir des performances constantes sur toute la plage de puissance. Réglage facile du débit d'air. Bonne acceptation de charge dans toutes les conditions. Réduction de l'encrassement du moteur Combinaison avec un turbocompresseur Tout en conservant le compresseur à entraînement mécanique obligatoire pour sa fiabilité et sa sécurité, MAN Diesel & Turbo a développé une combinaison qui le place en série avec un turbocompresseur, afin d'augmenter la puissance. Chaque compresseur est équipé d'un refroidisseur intermédiaire d'air de suralimentation afin qu'après compression, l'air chargé puisse récupérer après sa gravité spécifique pour assurer un bon remplissage de la chambre de combustion des chambres de combustion. Sécurité opérationnelle totale Le débit d'air comprimé, nécessaire pour constituer une barrière contre les fuites de gaz à l'intérieur du turbocompresseur, est fourni avec le compresseur à entraînement mécanique à un niveau de pression approprié. Pour un fonctionnement en surface, une vanne papillon ouvre un by-pass pour évacuer une partie de l'excès d'air du compresseur à entraînement mécanique et le renvoie à l'entrée d'air du turbocompresseur pour éviter la surtension du compresseur du turbocompresseur. Par rapport à un moteur utilisant uniquement des turbocompresseurs, la perte de puissance due aux pressions d'aspiration et d'échappement est toujours supérieure dans des conditions réelles de plongée en apnée sous-marine. Il a été démontré qu'aucun déclassement n'était nécessaire jusqu'à des pressions de 1800 mbar à l'échappement et de 850 mbar à l'entrée à une température de l'air d'admission de 50 ° C. Le plus grand avantage de ce moteur est sa très faible sensibilité aux variations / détériorations de conditions de plongée avec tuba. Avec son compresseur à entraînement mécanique, le moteur PA4 apporte la plus grande sécurité. Il s'agit du seul système de suralimentation qui minimise la contrainte thermique sur les composants lorsque la contre-pression varie en raison de la houle de mer. Cette conception éprouvée est reconnue dans le monde entier comme représentant la technologie la plus fiable pour une sécurité opérationnelle totale »
  37. 9 points
    Mais tous ceux que ne nous l'ont pas acheté aussi ! (Maroc, Brésil, Libye, Belgique, Pays Bas, Pologne, Roumanie pour les dossiers où le Rafale a été évoqué).
  38. 9 points
  39. 9 points
    « en Chine » parce qu’il s’agit d’une localisation géographique, bien sûr que oui. On parle du 1er lieu de détection et d’apparition constaté dans le cadre de cette pandémie. Virus « chinois », évidemment non, dans la mesure où il est évident qu’il ne s’agit pas d’une arme biologique développée à cette fin par la Chine. « de Chine », ça se discute dans la mesure où ce coronavirus est tout autant présent au sein des élevages de visons partout dans le monde, et donc la Chine n’aurait pas l’exclusivité du coronavirus telle une « espèce endémique ». Il est aussi de plus en plus communément admis qu’il a pu circuler dans le monde sous une forme nettement moins virulente et meurtrière avant 2019 - certes avec une diffusion presque confidentielle - , avant donc cette dernière mutation qui l’aura rendu particulièrement casse-pieds. Maintenant, certaines régions de Chine semblent être le creuset idéal pour une transmission inter-espèces. On a aussi le droit sur ce forum de laisser de côté les froissages d’ego quant à sa patrie de coeur. Il y en a suffisamment d’autres à l’extérieur pour manier cyniquement ces concepts avec beaucoup d’a propos pour qu’on s’efforce ici de ne pas se polluer plus que de raison avec ça.
  40. 9 points
    Merci pour l'EDITO @Kerloas Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 1 à 14 SPÉCIAL F-35 En janvier 2020, des offres initiales détaillées ont été reçues des fournisseurs de chasseurs, de sorte que le projet HX de 7 à 10 milliards d'euros est en voie d'achèvement. en juillet 2020 et décembre 2020, les offres finales seront reçues en réponse. Après avoir analysé les offres finales, les Forces de défense proposeront le candidat HX avec la performance militaire la plus élevée des offres et le gouvernement prendra la décision de passation de marchés en 2021. La flotte HX sélectionnée remplacera les performances obtenues grâce à la flotte Hor-net existante et sera à la disposition de l'armée de l'air Le chasseur tactique Lockheed Martin F-35 Light-Ning II de cinquième génération est un compromis dicté par les besoins différents des trois différentes branches des forces armées américaines. L'avion est fabriqué en trois versions différentes: à partir des bases de soutien au sol de l'armée de l'air en tant que modèle A traditionnellement ascendant et descendant, en tant que modèle C ascendant et à arrêt de fil assisté par catapulte pour les navires de soutien naval, et en tant que montée de croisière très courte STOVL) comme modèle B. Le projet finlandais HX ne concerne que la base traditionnelle de décollage et d'atterrissage (CTOL) Lockheed Martin F-35A Lightning II, qui a été optimisée pour les besoins de son utilisateur principal, l'US Air Force (USAF). Science du vol Comme les autres concurrents du HX, le F-35 est un «ordinateur ailé» dont les performances globales se composent de trois composants: une cellule lente, sinon changeante, au cours de son cycle de vie (l'avion lui-même avec ses structures, ses moteurs et ses surfaces aérodynamiques), plus rapide développement et mise à niveau des capteurs et des armements, ainsi que du système informatique contrôlant le fonctionnement de l'entité avec son logiciel intégré. L'évaluation des performances militaires de la version de l'environnement de confiance CTOL de l'US Air Force du chasseur Lockheed Martin F-35A Lightning II offert à la Finlande n'est devenue possible que le 2 août 2016. Capacité Opérationnelle (IOC). Le chasseur F-35A n'a pas encore atteint le prochain statut de capacité opérationnelle complète (FOC). La cellule F-35A est le chasseur polyvalent F / A-18C / D Hornet classique de notre Force aérienne avec un extérieur trompeur de 9%, un espacement des pointes de 6% et une hauteur de 6%. 6% plus petit, mais a une surface alaire 12% plus grande. En raison de la conception de la surface de décoloration et du placement interne de la charge de l'arme et du carburant requis pour les caractéristiques d'encrassement, le F-35A a un corps nettement plus épais, un poids à vide de 25%, un poids en vol normal de 34% et un poids maximal au décollage de 34% plus élevé que le Hornet. Bien que la poussée du F-35A soit 13% plus élevée sans la postcombustion et 14% plus élevée avec la postcombustion, le rapport poids puissance du F-35 plus lourd est 5% inférieur (seulement 1,07 à 50% de carburant). De plus, le F-35A a une charge alaire 15% plus élevée. L'énorme volume de carburant interne du F-35A est 67% plus élevé que celui du Hornet et jusqu'à 4% plus élevé que la puissance maximale interne et externe du Hornet. L'altitude légale des deux machines est de 15 000 mètres. Le Hornet est légèrement plus rapide: sa vitesse maximale est de Mach 1,8 en haute altitude, Mach 1,2 en surface et sa vitesse de croisière est de 1060 km / h. La vitesse maximale du F-35A avec une charge d'arme interne complète de 2600 kg est de Mach 1,6 à haute altitude, de Mach 1,06 à la surface et à une vitesse de croisière de 850 km / h. Aucun des deux aéronefs n'est capable de voler supersonique sans postcombustion (capacité de super-croisière) Performances Le Hornet a neuf suspensions externes et le F-35A en a quatre (bientôt six) internes et six externes. Le F-35A a une charge d'arme interne de 2600 kg et une charge mixte maximale interne et externe de 8200 kg, soit 32% plus grande que le Hornet. Le F-35A a un canon automatique interne à quatre tubes GAU-22 / A-Gatling de 25 mm avec une dose de combat de 180 coups, et le Hornet a un canon automatique de 20 mm à six tubes M61A1-Gatling avec une dose de combat de 578 coups. Dans la mission air-air, le Hornet peut transporter jusqu'à 10 AIM-120C AMRAAMs à moyenne portée recherchés par radar et deux missiles anti-aériens AIM-9X Sidewinder à courte portée. Le F-35A a une charge d'armes interne de quatre (bientôt six) missiles AMRAAM et un huit externe AMRAAM et deux missiles de combat aérien Sidewinder, ou deux ou quatre missiles AMRAAM supplémentaires. La portée de combat de 1 093 kilomètres du F-35A est 51% plus grande que celle des 720 kilomètres du Hornet. Le F-35 a une capacité de propulsion maximale de 9 G et le Hornet 7,5 G, bien que le Hornet soit ket-ket en raison de son rapport puissance / poids plus élevé et de sa résistance à l'air plus faible, il est capable de continuer un mouvement serré plus longtemps et accélère plus brusquement. L'aérodynamique du F-35A est optimisée pour une maniabilité transitoire à des vitesses d'environ 1 Mach, en retard sur ses concurrents HX à des vitesses plus élevées que le Super Hornet, et il en va de même pour l'accélération et l'ascension. Dans l'ensemble, cependant, les caractéristiques de vol et la maniabilité du F-35A sont parfaitement adéquates pour l'acquisition du HX, en particulier lorsque les atouts les plus importants de l'avion se trouvent dans des caractéristiques de vol sans compétences complètement différentes. Le F-35A est non seulement le seul destroyer du projet HX, mais jusqu'à présent le seul destroyer au monde à proposer aux clients exportateurs. La mesure de détection radar du chasseur est la zone de section transversale du radar (RCS), qui est indiquée comme la surface. Les valeurs RCS des autres concurrents du projet HX utilisant la technologie de décoloration partielle dans le secteur avant sont d'environ 1 à 3 m2. Selon divers «paris académiques», la valeur RCS du F-35A est probablement de 0,02 à 0,1 m2. silence. Les capacités d'évanouissement radar du chasseur F-35A sont optimisées pour le secteur avant contre les systèmes radar à courte portée pour les systèmes anti-aériens à faible et moyenne portée ainsi que les gammes de fréquences utilisées par les chasseurs. Selon le concept d'exploitation original de la flotte JSF des années 1990, des rapports F-22A plus efficaces et plus difficiles à détecter avant l'utilisation de chasseurs F-35 paralyseraient et / ou détruiraient d'abord les radars des systèmes de défense aérienne à plus longue portée et de surveillance aérienne avec une puissance de transmission plus élevée. ainsi que d'empêcher l'opération des combattants de l'adversaire. Baguette magique Parce que le débit de guerre public du F-117 Nighthawk Stun Gun de 1990 a lancé le développement de technologies anti-parasites, en particulier en Russie et en Chine, le radar parasite n'est plus une caractéristique incontestable de la baguette magique dans les années 2020. Toutes les technologies d'interférence radar (conception, matériaux et revêtements) fonctionnent uniquement contre un signal radar dans une plage de fréquences spécifiée et uniquement dans une direction spécifiée. Les faders ont également été rendus tout à fait visibles en utilisant plusieurs gammes de fréquences différentes à mettre en réseau, en augmentant la puissance d'émission des radars, en améliorant la sensibilité des récepteurs et en utilisant simultanément des radars de différents secteurs. Les chasseurs multifonctions Sukhoi Su-35 déjà utilisés en Russie et les chasseurs multifonctions Suhoi Su-57, qui seront en service dans les prochaines années, ont même des bandes de fréquences L de plus grande longueur d'onde, spécifiquement pour la détection des faders. Bien sûr, si le F-35 est utilisé contre quelqu'un qui n'a pas de compétences en contre-combat, la situation est assez différente. La définition de la valeur ajoutée des capacités d'évanouissement radar du F-35, en particulier dans le voisinage de la Russie, l'un des principaux développeurs de capacités de contre-évanouissement, est mieux laissée à l'équipe d'experts HX des Forces de défense. dans le chasseur, il est probablement perceptible, en particulier dans le secteur arrière, avec les capteurs IRST des chasseurs modernes ainsi que les Hornets classiques et autres concurrents HX. il n'y a donc aucun mal à ses propriétés de mariage. Instantané, ... En réalité, le plus important des points forts de vente du F-35A est son instantané polyvalent unique: avec son écran de casque, le pilote peut même voir virtuellement à travers les structures de son chasseur dans le secteur à 360 degrés. En fait, la photographie instantanée de la famille de chasseurs F-35 est basée sur le concept théorique des années 1980 d'un cockpit de chasseur complet, et son objectif principal est de redonner au pilote le rôle de tacticien. La couverture de capteurs de haute qualité du F-35 consiste en un AN / Radar APG-81-AESA, AN / ASQ-239-ELSO et système d'autoprotection, optocoupleur système de ciblage AN / AAQ-40 (EOTS), optocoupleur multi-perceptif distribué AN / AAQ-37 (DAS) et AN / ASQ -242 Système de messagerie, de navigation et d'identification (CNI). Avec ces cinq capteurs, le F-35 peut auto-détecter et mesurer divers objets dans les spectres radiofréquence et infrarouge. En plus de ses propres capteurs, l'instantané est complété par des données provenant de sources externes via Link 16 et des liaisons de données MADL plus avancées, et F Le chasseur -35 peut également partager ses propres observations et données avec d'autres acteurs de la guerre en réseau.Le radar haute performance AN / APG-81-AESA est développé pour le radar de combat F-22A Raptor AN / APG-77. en réduisant son ouverture et en réduisant le nombre d'unités TR. En raison de l'optimisation CAS du projet JSF, il a des missions air-air et air-sol avancées, une cartographie radar haute définition, plusieurs détection et suivi au sol simultanés (GMTI), la détection IFF, la messagerie et l'ELSO. Le radar a été développé depuis 2001, bien plus longtemps que l'enquête AESA d'autres concurrents HX, et est le plus grand programme de radar au monde en termes de production attendue. Le radar a un secteur d'observation de 120 degrés pour la technologie AESA, légèrement incliné vers l'avant, et n'a pas de système d'inclinaison supplémentaire qui élargit le secteur d'observation. capteurs ... Le système optique AN / AAQ-40-EOTS du secteur avant est grossièrement décrit comme le système IRST d'autres concurrents HX combiné avec la fonctionnalité d'un réservoir externe de recherche de peinture Li-tening et d'affichage de cible familier de Hornet. Ses caméras de lumière du jour et thermiques, ainsi qu'un télémètre laser et un pointeur de cible laser, peuvent rechercher, détecter, identifier, mesurer, suivre et afficher les terres dans les airs, sur terre et en mer sans utiliser de radar. Système optique AN / AAQ-37-DAS unique à 360 degrés. utilise six capteurs MWIR distribués pour créer une image infrarouge virtuelle de l'environnement de l'avion directement sur l'écran du casque du pilote. Dans la pratique, il remplace les dispositifs de vision nocturne et avertit également des lancements de missiles. Les racines du système DAS sont l'exigence JSF pour la capacité d'auto-détection des cibles au sol dans le secteur 360 degrés dans les tâches CAS. Le principal avantage de l'ensemble de capteurs du chasseur F-35 est que son interopérabilité synergique maximale a été développée depuis 2001. avec des résultats convaincants. De plus, il ne s'agit pas d'une performance supplémentaire développée par la suite, mais de l'une des performances intégrées d'origine les plus importantes du programme JSF. Bien que le développement d'un système similaire pour un combattant concurrent ne soit pas un problème aujourd'hui, les observations de capteurs du chasseur F-35 avec une fusion de capteurs combinant et un instantané formé à partir de celui-ci conserveraient toujours au moins 19 ans d'avance dans le développement de produits. ..et fusion de capteurs. La cabine du F-35 est d'une simplicité élégante. Le panneau avant est l'un des écrans tactiles haute définition ultra grand angle de 21 pouces avec une résolution de 2560 x 1024 pixels. Toutes les informations sont affichées dans ses propres fenêtres. L'écran réfléchissant traditionnel HUD au-dessus du panneau avant est absent car l'écran du casque inclut ses fonctionnalités. En plus de l'affichage grand angle, le cockpit ne dispose que de quelques boutons de commande, d'accélérateur et de barres de commande.Le système informatique du chasseur F-35 (technologie de l'information) est implémenté avec l'architecture avionique avancée Pave Pil-lar développée à l'origine pour le F-22A Rap. où les capteurs et autres avioniques sont combinés à des ressources informatiques centralisées à haut débit pour tout le traitement du signal et le calcul.Les ressources informatiques sont basées sur une architecture ouverte et COTS (Commercial sur étagère ou technologie double plus fine). . Le logiciel embarqué en temps réel du F-35 est écrit dans les langages de programmation C et C ++ les plus courants, réutilise partiellement le code précédemment écrit sur le F-22A Raptor dans le langage de programmation Ada, et compte plus de 10 millions de lignes de code en taille muette. le développement logiciel du chasseur déterminera le développement de l'ensemble du programme F-35 car il intègre de nouvelles performances et fonctionnalités. Selon les dernières données de mai 2020, la prochaine mise à niveau des performances du bloc 4, à 80% logicielle et à seulement 20% matérielle, promise pour le projet HX en 2024, a deux ans de retard. La mise à niveau des performances du bloc 4 étendra également l'avion américain du F-35A dans une gamme d'armes plus étroite. Les futurs chasseurs F-35 ont également eu le temps de participer à des opérations de combat. Israël a été le premier à mener des attaques air-sol contre la Syrie avec ses chasseurs F-35A en mai 2018. Avec ses chasseurs F-35B, le Corps des Marines américain (USMC) a lancé des frappes air-sol en Afghanistan en septembre 2018, en s'appuyant sur les péniches de débarquement USS Essex. L'US Air Force a frappé des chasseurs F-35A en avril 2019 contre l'État islamique en Irak, et la RAF a effectué des vols de reconnaissance armés en Irak et en Syrie avec des chasseurs F-35B en juin 2019. Les opérations de combat F-35 se sont jusqu'à présent déroulées dans un environnement à faible menace. Alors que le programme F-35 avec ses trois environnements de confiance, ses objectifs de performance ambitieux, plus de 3291 carnets de commandes d'avions et des cycles de vie continus des utilisateurs jusqu'en 2070 est, en un sens, un magnifique projet über d'une énorme échelle, et corriger les maladies pédiatriques identifiées. Du point de vue américain, les chasseurs F-35 sont des choix, au moins pour l'Air Force et le Marine Corps, sans alternative. Au tournant du millénaire, l'US Air Force a décidé d'interrompre les commandes de la nouvelle génération d'équipements de nouvelle génération en raison des livraisons de production des séries F-22 et F-35 qui commenceront dans les prochaines années. La seule acquisition de chasseurs actifs de l'US Air Force, en plus des acquisitions de F-35, est la réduction du rajeunissement d'une moyenne de 233 flottes de chasseurs F-15C / D, déjà âgées de 35 ans, avec la nouvelle acquisition de production de 144 avions dans la dernière version de développement du F-15EX. La flotte classique de Hornet et d'AV-8B Harrier II du Marine Corps n'est pas non plus rajeunie. La marine américaine est la seule ligne de défense qui pourrait survivre sans chasseurs F-35. Parce que les États-Unis ont au moins 2040 Jusqu'au 19ème siècle, il n'y avait pas d'autres options pour renouveler le parc de chasseurs vieillissant, donc les achats américains de 2456 chasseurs F-35 se feraient de toute façon, il pleuvait ou brillait. D'après des sources publiques, rien n'indique que le F-35A ne serait pas un choix approprié pour le marché finlandais de HX. En revanche, les informations secrètes sur la base desquelles les performances militaires des alternatives HX pourraient être classées sur une base factuelle ne sont pas les mêmes que celles des experts des Forces de Défense du projet HX. Le fabricant du F-35 voudra peut-être modifier ses communications marketing HX pour en dire plus sur les autres points forts de la machine en plus des caractéristiques de décoloration recuit. Bien que le projet F-35 ait parcouru un long chemin en 19 ans, il n'a pas encore franchi la ligne d'arrivée. La crédibilité de la machine serait renforcée par la réalisation de la pleine capacité opérationnelle des administrateurs au début de 2021 au plus tôt, ainsi que par la production en série à grande échelle qui débutera. Rapports publiés par les autorités du Bureau de la responsabilité (GAO) sur l'avancement du projet F-35. Bien que le GAO ait publié des rapports similaires sur tous les autres projets d'éradication, et qu'aucun d'entre eux n'ait été épargné par les critiques de la pédiatrie, les objectifs de planification manqués, les dépassements de budget ou les retards de calendrier, le projet F-35 progresse douloureusement lentement. , auquel cas toutes les lacunes auraient été corrigées. En conséquence, l'une des questions les plus importantes de l'évaluation HX du chasseur F-35 est la suivante: quelle sera la situation de la liste des lacunes du chasseur F-35A en cas de livraisons possibles en Finlande en 2025-2030? Les lacunes peuvent-elles être corrigées avant cela, ou y a-t-il quelque chose que les forces de l'Il doivent rectifier? Ou le fournisseur de chasseurs est-il obligé de les réparer? Ce sont des questions importantes car la flotte de chasseurs HX doit être un outil de l'Armée de l'air prêt à l'emploi et non un projet de développement de produit. Une question importante pour tous les concurrents HX est de savoir si la sélection HX est basée sur les performances militaires éprouvées des concurrents en 2020 ou sur la période 2025-2030 du constructeur. promis des performances militaires. Quel est le critère des performances futures, comment s'assurer qu'il est également livré à temps, car tous les concurrents HX allongent les horaires? La dernière question importante est de savoir comment la maintenance actuelle du chasseur F-35 est distribuée au niveau international. - et le modèle de maintenance, selon lequel les mesures A ne peuvent être effectuées qu'à la place X et les mesures B uniquement à la place Y, toutes deux situées en dehors de la Finlande, peuvent être intégrées dans les exigences de sécurité de crise du projet HX en tant que condition de seuil. l'opportunité d'avoir un regard approfondi sur les performances du chasseur F-35 est un ajout vraiment précieux à l'expertise de notre armée de l'air, car le F-35 deviendra de toute façon le chasseur le plus répandu au monde. Fin Traduction : Pages 1 à 14
  41. 9 points
    Article paru dans la revue finlandaise SUOMEN SOTILAS (le soldat finlandais) Traduction google : Pages 31 à 35 SPÉCIAL DASSAULT RAFALE RAFALE DANS LES CIELS DE GUERRE De toutes les offres HX, Rafale a été vu dans la plupart des cieux de guerre. De plus, la France, qui a été impliquée dans les conflits dirigés par les Américains au XXIe siècle, est le seul acteur occidental à utiliser des équipements de combat dans certains conflits africains. 80 ans après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, la France était la deuxième plus grande colonie et empire d'entretien du monde en termes de superficie. En effet, la France a encore des intérêts nationaux importants, principalement en Méditerranée, en Afrique et au Moyen-Orient, en raison de son passé de longue date - du moins à son avis - combiné à la qualité du caractère français, le résultat est, en plus de la Grande-Bretagne, international l'État de l'UE le plus ambitieux et le plus influent. Sachant que la France est le troisième État doté d'armes nucléaires au monde, son investissement dans l'autosuffisance militaire - comme la machine multifonction Rafale - ne semble plus être un caprice galicien mais une décision déterminée de l'ancienne superpuissance de rester sous les feux de la rampe. n Les héritiers de Napoléon - les forces armées françaises - la troisième plus grande industrie d'armement basée sur l'OTAN en Europe, après les États-Unis et la Turquie. Sur terre, sur mer et dans les airs. C'est pourquoi Rafalek a pu être vu dans la guerre pendant des décennies. Une autre question est de savoir s'il sera jamais vu aux couleurs finlandaises… D'une manière ou d'une autre, le chasseur polyvalent Rafale de Dassault Aviation a été activement impliqué dans des conflits militaires tout au long de son service. Les opposants sont allés seulement des forces de guérilla légèrement armées à leur meilleur dans le Tiers-Monde à des forces de cadres armées, même relativement modernes. Cependant, les capacités modernes de défense aérienne des adversaires font défaut. Concurrents Le Boing F / A-18E / F Super Hornet a probablement effectué plus de vols de combat que le Rafale, mais pour l'Eurofighter Typhoon, la situation n'est pas claire, car la guerre air-sol britannique beaucoup plus largement utilisée a été le Panavia Tornado GR4 et la RAF: n Les performances air-sol des chasseurs Eurofighter Typhoon ne sont devenues disponibles qu'en 2008. Malheureusement, des informations détaillées sur le nombre de vols de combat de ces avions ne sont pas accessibles au public. Le Lockheed Martin F-35 Lightning II n'en est qu'au début de son cycle de vie. Pour la première fois en Syrie, Israéliens et Américains ont acquis une expérience de combat plus étendue avec le type d'avion. Le Saab JAS 39 E / F Gripen n'est pas encore en service, mais plus de 650 vols de reconnaissance et plus de 2000 heures de vol ont été effectués en Libye en six mois en 2011 dans le Gripen de base pré-E / F évolution C / D. n'ont pas combattu contre une défense aérienne militairement et technologiquement avancée, ce qui réduit bien sûr le bénéfice de leur expérience de guerre pour le projet HX, car les performances des forces de défense finlandaises sont spécifiquement adaptées à l'adversaire militairement et technologiquement avancé. Cependant, l'expérience de guerre de l'équipement en dit long sur, par exemple, l'aptitude à l'emploi et l'utilisabilité de la machine dans des opérations réelles et constitue le moyen le plus sûr d'éliminer les lacunes inévitables des nouveaux équipements et des maladies infantiles. C'est également le meilleur moyen de savoir comment le développement futur de la flotte doit être priorisé. ...Afghanistan Pratiquement les combattants polyvalents du Rafale ont été impliqués dans tous les conflits militaires dans lesquels la France est impliquée depuis les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Les utilisateurs étrangers de Rafale n'ont pas encore eu le temps d'utiliser l'avion pour des opérations réelles. Au porte-avions Charles de Gaulle. Parce que les premiers avions de la norme F1 n'étaient capables d'exécuter que des tâches air-air, ils se sont concentrés sur les patrouilles aériennes. À plus grande échelle, des Rafalet de normes Air Force et Navy F2, qui pouvaient désormais également effectuer des missions air-sol, ont participé à des opérations de combat en Afghanistan en 2006-2011. Les armements les plus courants étaient les bombes françaises en alliage de précision AASM / Hammer, les bombes de précision Paveway riches en amme et le canon automatique intégré de 30 mm. Les tâches plus typiques étaient des tâches air-sol pour soutenir leurs propres forces terrestres. Cela commence à être l'une des tâches principales d'un chasseur polyvalent moderne aux côtés de la collecte et du partage de données et d'ELSO (guerre électronique). Les batailles aériennes ont à peine eu lieu depuis des décennies, bien que la dernière bataille entre des armes aériennes comparables dure depuis des décennies. l'apparition d'un avion de combat dans la zone ciblée ou son passage bruyant à basse pression fait fuir l'adversaire. Pour la première fois, Rafale était au moins sur papier avec au moins une forme de surveillance aérienne ennemie, de matériel anti-aérien et de combat. ... Libye Rafale élargit sa gamme de chasseurs polyvalents à ISTAR (Intelligence, Surveillance, Tactical Acquisition and Reconnaissance) et SCAR (Strike Coordination and Reconnaissance) .Pour la première fois Rafale a paralysé et détruit la surveillance aérienne, les munitions et la défense antimissile de l'adversaire (missions SEAD) et l'a exécutée de manière exemplaire sans le soutien des avions spéciaux SEAD et / ou ELSO de la coalition. L'intervention dans la guerre civile libyenne a été le premier conflit du Rafale, confronté à une armée de cadres capable de mener une guerre mécanisée au lieu de forces de guérilla légèrement armées, bien qu'avec des armements obsolètes. Les cibles ont également changé - maintenant nous devions frapper les centres de commandement, les cibles critiques du système de teck Logis, ainsi que les casernes de pompiers d'artillerie et même les chars individuels. Les menaces auxquelles ils sont confrontés sont également devenues plus graves. Une référence aux armes Les armements utilisés ont été étendus avec des missiles d'assaut à longue portée SCALP. Outre le reste de la coalition et la flotte française, 10 chasseurs navals Rafale M ont pris part à l'intervention, s'appuyant sur le porte-avions Charles de Gaulle et 8 du Siko Un vol de combat Rafale typique à Libya a duré six heures, et la charge d'armes la plus courante consistait en quatre missiles anti-aériens MICA, quatre ou six bombes de précision AASM Hammer assistées par roquettes de 250 kg, un réservoir de tir au sol Damoclès et deux externes. étaient des versions de recherche GPS des bombes de précision AASM Hammer car, contrairement aux bombes de précision à visée laser, elles ne dépendaient pas des conditions météorologiques telles que la couverture nuageuse et la visibilité au niveau du sol. La précision de frappe d'Oh-just était élevée. CEP 10 mètres, ils avaient également une longue portée de 50 à 60 kilomètres et sont les mieux adaptés pour une utilisation à des altitudes élevées hors de portée des missiles anti-aériens et anti-aériens tirés à l'épaule. Les vols nécessitaient plus de ravitaillement en vol. ... Mali À la suite de la guerre civile libyenne, les Touaregihei, qui habitaient la partie nord de Ma-li, ont acquis un grand nombre d'armes et ont commencé à réclamer leur indépendance. Au Mali, la France a fourni une assistance militaire à la demande du gouvernement et confirmée par une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU lors de la guerre civile malienne de 2012, dans laquelle le gouvernement s'est opposé aux rebelles touaregs et aux militants islamistes extrémistes dans le nord du pays. Les troupes des 4 000 hommes français et 2 900 hommes des États membres de l'Union africaine ont repris le nord du Mali en un mois et demi en janvier-février 2013. Des militants islamistes extrémistes ont été poussés à fuir le Mali et un cessez-le-feu a été signé avec les tribus touareg. est resté valable avec divers degrés de succès à ce jour. Outre d'autres avions français, six chasseurs Rafale de l'armée de l'air ont participé à la guerre civile à La Mali (en français: opération Serval), avec pour mission de détruire les infrastructures ennemies et de fournir un appui-feu à leurs propres forces. le plus long vol de combat en termes de distance et de durée: les avions ont décollé de Saint-Dizier dans l'est de la France et ont atterri à N'Djaména, la capitale de la République centrafricaine du Tchad, après avoir passé 9 heures 35 minutes dans les airs et atteint 21 destinations en cours de route. Une base avancée FOB a été mise en place au Tchad, dont l'effectif a été porté à huit Rafale. ... Depuis l'Afrique centrale Le Rafale a également été utilisé dans l'opération San Gari en République centrafricaine de 2013 à 2016, lorsque le président du pays a demandé à la France une assistance militaire pour vaincre les rebelles islamistes de la Séléka. L'intervention a été décidée par le Conseil de sécurité de l'ONU, mais il faut mentionner qu'il s'agissait déjà de la septième opération militaire française depuis sa domination coloniale en 1960 dans un pays indépendant. Le conflit le plus récent impliquant l'utilisation du chasseur Rafale est la bataille contre un État islamique en Irak et en Syrie. Si les États-Unis ont lancé l'opération In-Herent Resolven dès juin 2014, l'opération française Chammal n'a débuté qu'en septembre en Syrie, l'ancien État sous mandat français. - 18 chasseurs navals Rafale M et six avions de combat Air Force Rafale M opérant depuis la base aérienne Al Dhafra des Émirats arabes unis. ... Syrie Le soldat finlandais reviendra au résultat final controversé d'un total de 105 missiles d'assaut et de croisière lanceurs (66 missiles de croisière Tomahawk, 19 JASSM, huit Storm Shadow, trois MdCN et neuf missiles d'assaut Scalp ER) car il pourrait avoir un impact plus important dans nos prochains numéros, comme poursuite du développement de la doctrine de la guerre aérienne occidentale. Le 24 avril 2018, des avions de combat Rafale de l'armée de l'air ont participé à une frappe de missiles conjointe des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France contre le gouvernement syrien, par mer et par air. L'attaque était une réaction à l'utilisation présumée d'armes chimiques par le pays contre l'opposition dans la Ghouta en février 2018. La frappe de missiles a impliqué cinq chasseurs Rafale C de l'armée de l'air de la base aérienne de Saint-Dizier, chacun équipé de deux fusils d'assaut longue portée SCALP EG. Les Rafale étaient protégés par quatre avions de transport aérien Mirage 2000 -5F de la base aérienne de Luxeuil et soutenaient deux radars Boeing E-3F de la base aérienne Avor et six avions de ravitaillement en vol Boeing C-135FR de la base aérienne d'Istres. aucune résistance n'a été montrée au service de vol. Fin Traduction Pages 31 à 35
  42. 9 points
    J'ai montré que moyennant une surconsommation de potentiel temporaire des avions restant, suivie d'une surconsommation de potentiel des avions neufs produit tardivement, on pouvait produire un nombre d'heure de vol adéquat et revenir après la transition à la moyenne de long terme de la consommation de potentiel. Si le but était de minimiser les inconvénients pour l'armée de l'air, on pourrait produire à cadence 2 ou même 3, au lieu de la cadence 1 prévue entre 2022 et 2024 pour les 28 avions restant. Mais cela ne comblerait pas le trou de production après 2024 puisque idéalement la tranche 5 doit être produite vers 2026 - 27. C'est pourquoi, à mon avis, les 28 +12 Avions Français seront produit à cadence 1 après les 6 Grecs qui seront produit dans la deuxième moitié de 2022 après les Rafale Indiens. Donc on aura là 40 mois de production commençant en début 2023 ce qui fait 3 ans et 7 mois (il ne faut pas compter les mois d'août) ce qui amène à Juillet 2026. Il est bien évident que si on a un des contrats Inde, Suisse, Indonésie, ou Finlande, on pourra produire les Rafale Français plus rapidement en jouant sur la cadence de production. De même on pourra absorber un éventuel contrat Croate en adaptant la cadence de production. Maintenant si on a tout, c'est un problème de riche et Dassault est très pertinent pour résoudre les problèmes de riche. Entre parenthèse, avec ce plan, l'armée de l'air et de l'espace aura fin 2025: 102 - 12 + 33 = 123 Rafale, pas loin des 129 promis (en comptant la production des années 2023, 2024, 2025 à 11 Rafale)
  43. 9 points
    Florence Parly cherche à rassurer sur les prélèvements de Rafale pour la Grèce La ministre des Armées Florence Parly assure que les prélèvements de Rafale sur la flotte de l'armée de l'Air au profit de la Grèce, qui compte acquérir 18 avions de combat français dont plusieurs d'occasion, seront réalisés "avec infiniment de sérieux" pour éviter tout impact. Revenant sur la vente de Rafale à la Grèce, la ministre des Armées Florence Parly cherche à rassurer, en promettant de minimiser l'impact pour l'armée de l'Air de la France. Dans un contexte de tensions accrues avec la Turquie voisine, Athènes a annoncé samedi son intention d'acquérir 18 Rafale, dont six appareils neufs et douze d'occasion, selon le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui a évoqué de premières livraisons à la Grèce en 2021. "C'est une excellente nouvelle pour l'Europe", a insisté Florence Parly, interpellée en commission défense de l'Assemblée nationale sur le risque de trou capacitaire pour l'armée de l'Air, très engagée sur de multiples fronts mais qui va devoir céder à Athènes certains appareils sur sa flotte actuelle de 102 Rafale. "C'est ma priorité de m'assurer que de tels prélèvements n'auront pas d'impact opérationnel sur nos forces. C'est ma responsabilité première", a réagi Mme Parly. "Nous examinons ces possibles prélèvements avec infiniment de sérieux", a-t-elle assuré. "Est-ce à dire qu'il n'y a pas de marge de manoeuvre, qu'il n'y a pas de solution intelligente? La réponse est évidemment non", a poursuivi la ministre. "Il y aura un petit creux sur une période qui reste à définir mais on fera en sorte de minimiser l'impact au maximum pour l'armée de l'Air", commente-t-on au ministère des Armées, en soulignant notamment que "l'armée de l'Air rénove 55 Mirage qui permettent d'assumer un certain nombre de missions". Entre 2022 et 2024, Dassault Aviation doit produire 28 appareils pour la France. En fonction de la cadence de production, tout ou partie des 6 avions neufs grecs pourraient être finalement prélevés sur les 28 à produire pour Paris. "Nous ne pouvons pas à la fois vouloir promouvoir une politique de préférence européenne et puis nous désoler lorsque la Grèce fait ce choix", une première pour un pays européen, a poursuivi la ministre devant la commission parlementaire, en vantant également "une très bonne nouvelle pour notre industrie" dans un contexte économique profondément assombri par la crise sanitaire. "Sans les exportations d'armement, nous ne pourrions pas assurer à nous seuls l'entretien et la pérennité des chaînes industrielles", a-t-elle insisté. En outre, "les activités d'exportation permettent aussi de réduire le coûts d'acquisition pour nos armées des capacités dont nous avons besoin".
  44. 9 points
    L’homme raisonnable que je suis est d’accord avec toi. Le troll qui est en moi l’impute au chef de projet anglais qui s’est battu pour imposer l’algorithme régissant les CDVE qu’il a écrit sur un sous bock un soir de beuverie avec un ingénieur allemand qui dissertait sur les avantages du long armed moment canard sous le regard bienveillant d’un expert en aérodynamique italien polyglotte qui se chargeait de traduire de l’allemand à l’anglais tout en leur donnant un cours magistral sur la supériorité du prosecco sur la Pils allemande et la lager anglaise.
  45. 9 points
    Notre startup nation saura relever le challenge de l'invasion des anglicismes like a boss et manager tout ça sans même avoir besoin d'un coach, lol.
  46. 9 points
    Pour répondre à @Skw Le marché des munitions est généralement moins structurant que les équipements majeurs. Autrement dit, tu peux acheter tes SCALP et Meteor en coopération, ça ne t'empêchera pas de rester souverain et de développer ton MICA-NG, ton AASM et ton Exocet tout seul, en gros. Le marché des munitions est plus accessible: il y a plus d'acteurs capables d'investir et capables de les concevoir, donc plus de possibilités de coopérations réussies. Le potentiel opérationnel des munitions est plus fractionné, il est donc plus facile de trouver des points de rapprochement opérationnels entre différents pays. En gros, si tu as 25 types de munitions dans ton ordre de bataille, statistiquement il y en aura forcément 2, 5, 12 ou 21 qui répondront exactement aux mêmes besoins que dans d'autres pays partenaires, eux-même plus nombreux (voir supra). Quand tu n'as que 2 avions de combat et 3 types de frégates dans tes forces, les possibilités de coopération (pas que industrielles, mais aussi diplomatiques et opérationnelles) sont forcément plus réduites. Et enfin: c'est pas tout rose dans les munitions ! Loin de là ! L'antichar européen est aux fraises depuis des décennies (échecs coopérations sur TRIGAT-MR, TRIGAN, PARS-3, MHT/MLP etc.), le missile Apache devait être fait avec les Allemands, le Polyphem n'a rien donné, idem pour l'ANS. Les échecs sont très nombreux ! Dans certains cas (Apache, MHT, PARS-3LR, etc.) les programmes sont repris sur une base purement national (c'est pas le même budget q'un Scaf), mais pas toujours
  47. 9 points
    ... Euh, quelques corrections .... Les accords de zones de pêches en eaux anglaises existaient bien avant que la GB ne rejoigne l'Europe ... Les Brittons comme infâmes perfides peuvent fermer leur g ...le, ils envoyèrent la Royal Navy quand la petite Islande décida d'appliquer les nouvelles décisions de l'ONU sur l'extension des ZEE en 58, comme donneurs de leçons ..... De plus les brittons ne consomment pas les poissons pêchés et n'ont pas les flottilles suffisantes que pour remplacer les européens, ils ont donc tout intérêt à permettre un accord. Quand aux chinois, il y a aussi des taxes, seul problème ils fabriquent pas mal de produits à 2 balles, alors 10 % de taxes sur 2 balles, tu ne le sens pas ... Les Brittons par contre sont quasiement incapables d'exporter quoi que ce soit (ils ont un commerce extérieur encore plus minable que le notre), si ce n'est leur libéralisme débridé .... Je trouve assez hilarant qu'après avoir imposé une Europe ultra-libérale (la quasi totalité des idées libérales en Europe, surtout du Nord, proviennent de l'influence Britannique et des années Tatcher), à avoir forcé l'intégration des pays de l'Europe de l'Est bien trop vite (avec au passage un pillage de toute la jeunesse polonaise, roumaine et autre, invitée à venir soigner les petites vieilles anglaises en s'entassant dans les taudis de Londres) à avoir freiner et empêcher tout progrès autre que ceux liés à la promotion de l'ultra-libéralisme, aucune politique commune de protection ou si peu ... et puis on se casse sous le prétexte que l'Europe les empêche de faire ce qu'ils veulent, alors qu'ils ont été à la source de la plupart des blocages et freins ... Assez cocasse ... Encore une fois on voit combien De Gaulle était visionnaire, les Britanniques malgré toutes leurs qualités, n'avaient rien à faire dans l'Europe Aucun autre pays ne regarde vers un départ de l'Europe, même notre prix Nobel d'intelligence et d'économie (Marine) a totalement abandonné l'idée de jeter l'Euro par dessus les roses ... Clairon
  48. 8 points
  49. 8 points
    @Boule75, je t'assure qu'avec un vieux BTR 60 PB, le starchina Youri te met minable chaque engin de notre ménagerie actuelle. Autant sur piste, sur terrain gras que sur hors piste. Je peux comprendre ton impression de vélocité sur ces images, mais pas au point de bousculer ce que certains font avec des vieux tromblons en terme de mobilité terrestre. Imagine, chez nous, un pov' cabo-chef des crottes de narines en terrain de manœuvre retourne un Bo Griffon et Paf, la communauté s'interroge déjà sur la genèse de l'engin.... voir incrimine le chauffeur qui, bien évidemment, a merdé quelque part. Forcément. On a vite oublié que l'ensemble des servitudes et assistances disponibles aujourd’hui à la conduite d'un engin "émoussent voir pervertissent" le ressenti à la conduite. Que ce soit 10t, 15 ou 20t, on "en a" sous le pied, ça freine fort, ça braque au poil, ça passe au petits oignons sur obstacles. Bref, l'aisance et l'impression de maitriser va grand train. C'est terminé les suspensions qui claquent déjà sur un nid de poule, le braquage herculéen qui demande quatre bras, les freins à tambours qui sont plus des ralentisseurs qu'autre chose, l'embrayage qui dicte sa loi sur la vitesse de rotation du berlingo, l'éclairage qui n'autorise la nuit que de l'identification au doigt mouillé, le démarrage qui comme au poker ne pète qu’une fois sur trois, les batteries d'accumulateurs qui ont une capacité proche du néant, le démarrage à froid qui relève du miracle tant attendu, la sculpture et la structure des pneumatiques qui comme le savon glissent avec naturel sur l'eau, les indicateurs du tableau de bord qui s'apparentent à des guirlandes de Black-out sous brouillard, le passage des vitesses qui n'est maitrisé qu'avec parcimonie et douceur sexuelle, les sièges passagers et conducteurs digne d'un tabouret de charpentier marine, la bâche cabine dont la surface couverte évolue au gré de la météo, les essuies glaces au doux ronron asthmatique des balais en béton cellulaire, le désembuage de pare brise encore plus faible que le montant d'une solde, la légèreté de la transmission acatène composée d'organes en fonte ductile, la démultiplication du boitier de direction proche d'un rapport zéro, la souplesse des crabots de boite sur des dents naturellement récalcitrantes, la douceur et l'allégresse d'un disque d'embrayage à sec garni à la toile émeri "gros grains", et enfin et surtout, LA climatisation du poste de conduite qui telle la véranda "pas cher" chez Lidle est cuisante l’été et frigorifique l’hiver. Bref, au poste de conduite, on devient maintenant et de fait le roi. Mais dame nature et ses lois reprend toujours ses droits. Dans notre ménagerie (Griffon, Serval toussa toussa), Il faut composer non plus qu'avec son propre ressenti, mais aussi avec des codes et des règles pré-établies. Pas simple, surtout avec des trucs bien hauts et bien lourds qui roulent finalement bien mieux qu'une Sandero à vide. Je passe sur le "temps" alloué à la formation de conduite dédiée, hein. C'est compliqué de comparer le paléolithique et le néolithique des mulets militaires, non ?
  50. 8 points
    Faut arrêter avec les russes... C'est bien beau de dégainer la grosse artillerie mais ça ne changera rien aux pbs locaux... Déjà quand on voit que la période des grands amour entre les africains d'en bas et les chinois et sur la pente descendante ... Aves les russes ça ne sera pas mieux... Pour rappel en Tchétchènie ils n'ont pas réglé le pb qu'avec de la grosse artillerie... Ils ont discuter avec des anciens rebelles islamiste, car il y a plusieurs degrés dans l'islamisme... Et ils ont aidé tout en payant aussi à mettre le père du Kadirof qui c'est fait dézingué dans un attentat... Mais pas de panique le fils qui lui aussi avait combattu au côté de son père les russes a repris les commandes... Et vu comment sa se passe, si demain Poutine meurt de maladie ou de vieillesse, Quid de celui qui viendra après ? Kadiroff aura t'il toujours de l'argent de la Russie ? Et si le Kadiroff voit de la faiblesse chez le nouveau patron de la Russie, Quid dans la possibilité de le voir chercher de nouvelles alliance via la Turquie par exemple ? Enfin bref, la méthode on paie les dirigeants et on s'en fout qu'il n'y ait pas de retombée pour la populace, ben désolé mais quand bien même un gvt africain aura les moyens de jouer la carte répression, ça ne durera qu'un temps... Comme cela arrive régulièrement en Afrique depuis l'indépendance... Et vu la capacité de se connecter au reste du monde, ben les oppositions finissent toujours par trouver un soutien à l'étranger... Donc nous on construit des marchés, mais ça reste visible et utile à la population, bien plus que l'argent qui tombe directement dans les poches du président en place, idem voir des mercenaires russes assurer la sécurité de se président, ben au bout d'un moment ça ne passera plus dans la populace... Les chinois qui sont très envahissant en piquant même le petit commerce des africains... Si il y a bien un truc à pas toucher... C'est bien ça... En Éthiopie il y a une société chinoise qui s'est imposé avec l'aide du gvt éthiopien qui a depuis réfléchi à vu les locaux buter des chinois.... Et la Chine comme la Russie ou les USA sont peut-être des puissances, mais quand la populace déjà pas riche voit qu'il y a pas de répercussion économique vers le bas... Les gens ayant presque rien, ça pourra se finir en mode son et lumière, ils en auront rien à foutre de la puissance russe, chinoise ou US... Pour faire tomber un gvt puis de s'en prendre aux acteurs russes, chinois, US vivant chez eux... Et là hormis faire comme tout le monde évacuer leurs ressortissants du pays.... Ça m'étonnerai que les chinois, russes ou US finissent par déployer des Troupes .... Vu que hormis le présence de ressources naturelles, si les russes, chinois ou US peuvent s'éviter des merdiers ils le feront car ils peuvent trouvait ailleurs avec largement moins d'emmerde des ressources naturelles. D'ailleurs quand on voit comment les russes ont géré avec Wagner en Syrie... Apparemment cette boîte a bien compris que ses mercenaires étaient sacrifiabe... Donc hormis s'assurer des rentes via la protection de clients ayant des contrats sur les mines de diamant en RCA, hormis jouer la protection des mines et des personnels russe de ces boîtes.... Jouer la carte on va se mêler du merdier Centrafricain... Vu se qui s'est passait en Syrie via le mode charge de la brigade légère avec des tanks, des BMP & Cie tout en ayant fini en son et lumière en se prenant toute la puissance de feu des soldats US... Ben je ne sais pas si les mercenaires russes & Cie ont encore envie de se faire laminé en sachant que le gvt russe ne bougera pas.... Enfin voilà... Les russes ils feront pas mieux que les US... Ou les chinois... Surtout en Afrique... Non je pense pas connaître... Je connais... Petit rappel, perte en début d'année de soldats français, problématique des discours anti-France. Que s'est-il passait ? Petite réunion à Pau avec explication des gravures pour les présidents des pays du Sahel, surtout celui du Mali. Ensuite que c'est-il passait ? Petite révolution de palais avec ds militaires malien apparemment pas très content de leur gvt au vu des difficultés du double discours de se dernier... Que ça soit vers les anti-France qui eux ne se bousculent pas pour servir dans l'armée malienne.... Alors que ceux qui y servent on beaucoup à perdre tout en voyant encore une fois leur dirigeant joué sur tout les tableaux, et comme toujours s'est refusé à laissé l'armée malienne à pendre trop d'importance étant donné que sur le terrain Barkhane traite directement avec les officiers maliens... Et vu l'évolution de nos actions tout en le faisant avec et au côté des maliens, alors qu'avant c'était pas le cas.... Ça dénote une chose, les militaires maliens en ont rien à branler des discours anti-France, et en étant dans cette position où les Français même si ils mettent la forme restent aux commandes, tout simplement parce que même les maliens savent qu'ils ont des lacunes, et qu'à force de perdre trop de monde... À un moment les maliens ben ils aimeraient bien que le merdier se calme pour disons profiter de la vie, se qui n'est pas le soucis des propagandistes de l'anti France qui eux sont bien peinard et souvent en vivant en France.... Vu que les français tournent tout les 4 mois, les officiers maliens ont bien compris que de toute façon, quoi qu'il arrive pour eux, les français eux finissent toujours par rentrer chez eux... Sauf décès bien évidemment... Donc moi se que j'observe c'est qu'en à peine quelques mois il y a eu convocation du président Malien, on a fait ça bien en invitant aussi les autres histoire que ça soit minimisé l'image de convocation.... Puis une révolution de palais via les officiers maliens qui sont très relié avec les officiers de Barkhane... On voit du resultat et des opérations régulière et cela avec et au côté des maliens.... Se qui pour rappel permet de limiter la casse et donc quelques part cela créée une certaine forme de lien plus profond entre les soldats maliens et Barkhane. De plus ça évite les conneries en mode ou l'armée malienne se lâche contre les populations quand il y a personne derrière elle... Oui il faut aussi une forme de psychologie avec les maliens, tout en ayant des connaissances sur le milieu... Se que les russes eux n'ont pas, ça vaut aussi pour les chinois ou ça se passe plus aussi bien avec les africains de la rue... Alors au final je pense en savoir beaucoup plus en ayant pris du recul au vu des éléments que je viens de mettre en avant... D'ailleurs tu parles de l'Afrique mais il y a plusieurs Afriques... Et je peux te dire que selon ou te trouve en Afrique, les gens auront une vision des autres zones du continent africain très négative.... Et pour les discours anti-France, ben je trouve qu'il ne fait pas l'unanimité chez tous les africains et que les réseaux sociaux c'est pas non plus un marqueur concret, surtout avec les africains... Surtout quand ceux-ci ne vivent pas sur le continent africain... Enfin voilà mes quelques arguments sur le sujet.