Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 08/23/2020 in all areas

  1. 21 points
    Un début de réponse : Une chose est sûre, la dénomination des mises à jour devient un beau bordel à partir du standard F3... Dans ce tableau j'ai essayé de séparer les mises à jour logicielles du standard de l'avion auquel elles s'appliquent, mais je ne suis pas certain que ce soit très clair. Pour rappel: F3-O : Premier lot de Rafale livrés directement au standard F3 (qui correspond à la tranche 3). Le O (Original ?) pour les différencier des Rafale F1 et F2 upgradés en F3 F3-O4T : Deuxième lot de Rafale livrés au standard F3 (qui correspond à la tranche 4, d’où le "4T") F3R : Grosse mise à jour du F3 s'appliquant à toute la flotte de Rafale (retrofit en cours). Pourquoi elle ne s’appelle pas F3.5 me dépasse... Mais bon, il y a sans doute une explication bien fumeuse La complexité des standards du rafale vient du fait qu'ils n'indiquent plus nécessairement la version des équipements internes de l'avion mais les équipements (nouveaux ou anciens) que l'avion peut utiliser. Ainsi, tu peux avoir 2 Rafale F3R, l'un équipé d'un RBE2-AESA, sans OSF et de DDM classiques, l'autre d'un PESA, d'un OSF-IT, avec des DDM-NG. Tout cela changeant au gré de la disponibilité des dits équipements et des besoins opérationnels du moment. Donc, si la Grèce nous achètent des Rafale d'occasion, on sait que ce seront forcément des F3.4+ (puisque toute la flotte est au moins à ce standard), mais on ne sait pas s'ils auront un AESA ou un PESA, des DDM-NG et un OSF.
  2. 19 points
    Je prends soudainement peur quant à la composition du fameux nuage de lait.
  3. 19 points
    Franchement, parler de folie liberticide en parlant de devoir porter un masque... Je n’ai pas assez d’images de facepalm pour exprimer à quel point l’emploi de termes aussi forts pour un sujet qui n’a rien à voir avec de la « folie » et dont le côté « liberticide » peut se discuter largement me semble complètement hors de propos. Nous avons la chance de vivre dans des pays où la liberté est justement totale, y compris celle de pouvoir l’ouvrir à tort et à travers et quasiment à temps complet. Nous sommes des générations de gâtés pourris à qui il n’est strictement rien arrivé ces 75 dernières années, du coup la moindre micro-contrariété où le bon sens devrait prévaloir se voit affublée de termes qui mériteraient des distributions en chaîne de baffes de la part de ceux ayant vraiment vécu sous des régimes liberticides. Mais bon, c’est ainsi. Il faut relire 300 ans d’histoire des épidémies de peste à Venise (450 ans si l’on remonte à celle de 1348, la première) pour voir combien les hommes sont généralement incapables de lever les yeux de leur nombril, et combien le « contrôle civique » et la prise de conscience des peuples a permis de limiter largement les conséquences de celle-ci, en inventant notamment les lazzarets ainsi que la quarantaine., entre autres règles particulièrement contraignantes. Mais il ne faut jamais apprendre de l’histoire, ce ne serait pas drôle, sinon. Autant répéter les mêmes erreurs, et surtout les mêmes âneries.
  4. 18 points
    Après l’Égypte, le Qatar, l'Inde et la Grèce y aura-t-il un 5e client pour la "merveille"
  5. 18 points
    [mode Satanas et Diabolo ON] Le contexte : -la Turquie joue crânement sa partie sur le mode agressif en pariant sur l’apathie du reste du monde, qui a autre chose à foutre que de s’occuper de MEDOR en période Covid et campagne américaine. - Les cartes sont plutôt favorables au camp bleu, qui peut compter sur une manière d’encerclement grâce au triangle Grece/Egypte/France. Toutefois la Turquie a tenté de briser ce triangle en prenant fermement pied en Libye. Les iles grecs et Chypres sont également très exposées par leur proximité face à la Turquie. -les forces politiques ne sont pas si déséquilibrées : la Turquie est plutôt odieuse à tout le monde, mais réputée indispensable pour l’OTAN face à la Russie. Et puis franchement : qui a envie d’expliquer à sa population qu’il faut se battre pour des intérêts lointains en temps de crise sanitaire et économique ? Par ailleurs, les Turcs sont musulmans , et si l’occident n’avait pas pris la sale habitude de ne taper que sur les pays d’islam depuis 30 ans, ça serait quand même plus simple de coller à Erdogan la p’tite paire de baffes qu’il mérite. -Militairement, les rapports de force entre Grèce et Turquie sont en faveurs de la seconde, sans pour autant qu’il y ait disproportion : je mets dos à dos les deux pays concernant les effet du putsch de 2016 pour l’un (qui devrait avoir eu le temps de plus ou moins se rattraper), et de l’austérité financière pour l’autre (qui a l’habitude du péril «vrai » à l’EST et a donc dû s’efforcer de ne pas trop baisser la garde). Les aviations enregistrent un léger avantage numérique et technologique pour la Turquie, notamment côté multiplicateurs de forces (ravitailleurs/awacs/drones). Les deux marines sont assez médiocres, excepté une sous-marinade peut-être un peu plus avancée technologiquement coté grec. A terre, les forces turcs dominent nettement... mais c’est sans doute un sujet secondaire dans cette crise. Dans l’espace, rien ou pas grand chose de parts et d’autres. Numériquement, les Grecs sont toujours dominés. Mais les forces turcs sont étirées (Libye, Syrie, Irak et Kurdistan...). Avec des apports modérés de ceux qui semblent avoir pris partie pour la Grèce (France, EAU, Egypte, plus douteusement Italie), la balance penche de façon écrasante pour la Grèce. -Économiquement , c’est la merde pour les 2 pays, mais l’un remonte plutôt la pente quand l’autre la descend: la Turquie a plus de pression pour conclure rapidement -dans cet environnement complexe, la problématique des bleus semble de trouver le prétexte à contrer sérieusement la Turquie, quand la problématique des rouges et d’aller toujours plus loin en pariant sur l'ambiguïté et la pusillanimité de l’UE notamment. -dernier élément de contexte : l’honneur des hirondelles bleues et de ne pas tout cramer, mais d’essayer de trouver la solution la moins violente et la moins humiliante possible pour le maintien de la paix autour de la Méditerranée. C’est l’objectif stratégique. Pour cela, il faut choisir le bon terrain de bataille et trouver l'étincelle, le prétexte à intervenir sans passer pour une brutasse et s’attirer la réprobation internationale. Entracte : Le plan: -evidemment, on compte ses amis bleus et on se coordonne. Je postule ici que les Grecs sont évidemment en première ligne, avec le principal soutien de la France qui ne compte pas pour autant y perdre sa chemise, des EAU qui aiment bien s’occuper a enquiquiner les Turcs, et l’Egypte qui est effectivement déstabilisée par l’aventurisme rouge, mais n’a pas trop de moyens à distraire pour s’y opposer. -Une résolution ONU/UE/OTAN condamnant la Turquie serait précieuse et doit être recherchée par les diplomates, mais je n’y crois guère, mauvais timing. -Pour moi la Turquie a presque perdue en laissant au GAN français le temps de se régénérer : a lui seul il renverse le rapport des forces. Il va se positionner au large de l’Egypte, et orbite entre Crête, Chypre et Rhodes. Sa mission peut durer 3 mois, mais fin septembre tout pourrait être bouclé. Éventuellement les Italiens joignent une frégate au GAN, pour le principe. Sinon, ild envoient une équipe cynophile à Athènes s’ils veulent... Les Égyptiens ne font rien de plus que ce qu’ils font déjà en gardant le flanc EST en Libye, juste en un peu plus pénible (mais courtois ) pour fixer les moyens turcs engagés en Libye. Les EAU envoient une douzaine de chasseurs up to date en Grèce s’ils y tiennent, mais surtout, ils mettent à dispo des bleus un MRTT, un AWACs, et au besoin un trio de c17. Éventuellement ce petit monde se localise en Egypte pour réduire les élongations. -la France ajoute à son GAN ce qui fait défaut à la Grèce : Ravitailleurs, awacs mais restant stationnés en Métropole loun des perils immediats, renseignement satellite/sigint/elint, Atlantique 2 et ce qu’il faut par exemple de 2000-5 pour les protéger depuis la Grèce. Éventuellement un renfort léger à la marine grecque en Égée, mais vu l’etat de la Royale, on a peut-être déjà raclé les fonds de tiroir pour monter un GAN sérieux. Regardez une carte en y projetant ce dispositif : le GAN verrouille totalement la MEDOR au levant, sur mer, sous la mer et dans les airs, avec le confort des facilités portuaires et aéroportuaires égyptiennes chypriotes et grecques. Au passage, Égyptiens et Français condamnent la Turquie à ne plus ravitailler ses forces en Libye que depuis les airs, ce qui l'épuise. Et c’est assez confort comme position: beaucoup d’eau autour, et tous les objectifs à attaquer ou défendre dans un rayon de 500km bien dans les cordes d’un RafaleM qui peut persister bien au delà. Le Turc, lui, doit balayer presque 3000km pour savoir ou placer ses pions. Les grecs sont en alerte dans leur zone : en mer Égée, ils débrouillent face à des Turcs qui doivent laisser une bonne partie de leurs forces face au GAN au sud-est, et en Libye face au Russes et aux Égyptiens (vraiment pas sûr que les Russes ne soient pas plutôt favorables aux intérêts turcs sur le coup...). Petit coup de main quand même sur leurs points faible notamment en lutte anti-sous-marine par les français, et par les mêmes et les emiratis en ravitailleurs et moyens de surveillance. La marine de surface ? A mon humble avis, tant Grecs que Turcs font preuve d’humilité et restreignent leurs mouvements au petit périmètre ou à la protection nécessaire des convois. Évidemment, il n’est pas question pour quiconque de restreindre la circulation maritime autour des iles et détroits. Evidemment, en cas de combats, pas question de pénétrer profondément en Turquie pour y frapper en profondeur, ne serait ce parcequ’il y a des bases américaines, et parce que ce n’est pas la guerre que veulent les bleus : les bleus veulent la paix et négocier avec les rouges sur des bases plus saines. A ce stade, je pense que les Turcs sont un peu acculés, mais sans être du tout menacés sur leur territoire. Ils ne peuvent surtout plus mettre le nez dehors. Hypothèse 1: ils sont nerveux et commettent LA boulette (ou y sont aidés par une crapulerie bleue telle qu’évoquée par Fatac cet aprem) : ouf, les bleus ont le pretexte qu’ils attendent, et les Grecs (en premier) puis les Français et Emiratis peuvent les priver de marine puis d’armée de l’air en tirant des torpilles, du MCA, du Meteor et de l’AASM partout comle a la foire. Normalement, à ce stade, même un président moustachu très méchant cède. Hypothèse 2: ils ne sont pas nerveux et continuent à jouer. A quoi ? A faire des sondages sismiques pas très loin du GAN fr. C’est donc le moment pour les bleus d’être proactifs: 1 ultimatum bien sonore des Grecs, des Chypriotes ou des deux : si vous ne cessez pas, je viens confisquer vos vaisseaux. Ça les chauffent un peu,les turcs, qu’on leur parle comme ma femme me cause, alors ils restent ! 2 les grecs mettent tout ce qu’ils ont en l’air, sur et sous l’eau pour occuper les turcs en Égée. 3 un pauvre patrouilleur grec ou chypriote s’approche des navires sismiques turques pour les saisir. 4 Surprise, les Turcs ne coopèrent pas, et le vaisseau grec ou chypriote demande assistance au non du Droit et de la légitime défense (il faut que ça s’entende « de partout ». Et devinez quoi ? Y a une grosse vingtaine de Rafale M tout partout, des tas de destroyers presque neufs de 7000 tonnes qui convergent, une sale ambiance électromagnétique (on joue la partie pas en finesse mais à la Léodagan car les Russes pas loin en Syrie tendent fort les oreilles ; et puis, qu’est ce qu’on irait se tripoter le spectra pour contrer 3 F16 à court d’autonomie?) et sans doute un ou plusieurs bateaux noirs planqués sous l’eau. Pour moi, la partie est finie tellement les forces sont déséquilibrées. Les sismochoses rentrent au port en prétendant qu’ils devaient faire le plein, et le lendemain un ministre allemand débarque en disant qu’en adhérant aux traités maritimes et s’en s’asseyant à la table des négociations, le glorieux peuple turc trouverait sûrement quelque chose à gratter et recevrait la gratitude de l’univers tout entier pour son action pour la paix. Et si ça marche pas, on cogne avec cet ensemble de forces supérieures et encerclantes, mais franchement, ce serait regrettable et préjudiciable de mon point de vue. [mode Satanas et Diabolo OFF, je suis épuisé ]
  6. 16 points
    Y'a un journaliste bulgare qui tiens d'une source sûre (son oncle ancien du KGB du temps de l'URSS, parti boire un coup avec un ancien colonel russe, en contact avec son beau fils technicien détaché en Egypte pour le support des Su-35 qui, dans un bar aurait choppé l'information d'un pilote de sukhoi qui aurait discuté avec un pilote de Rafale egyptien lors d'un BFM simulé (le combat pas la chaîne d'info), desquels les résultats se font toujours attendre, mais auquel les grecs auraient suivi au radar, auraient marqué leur intérêts de la bête face à des turcs qui menacent aussi d'acheter des Su35"S" (pour pas me faire tomber dessus). Le pilote du Su35 égyptien a parlé à son tonton de l'échange avec le pilote du Rafale égyptiens, qui a discuté avec un cousin qui a été en vacances sur Nikonos et, ayant rencontré le pilote d'un F16 qui a assisté au combat de loin sur son radar et parlé à son papa général, aurait fait la liaison. Depuis, l'oncle du pilote de Su-35, général egyptien, est en contact avec le général Grec, père du pilote, du F16 grec, de la possibilité d'une coopération. Car Grecs et Egyptiens s'entendent bien sur le dossier Turcs, chacun pour ses raisons. Egyptiens à cause du rapport face à la Libye, Grecs à cause des velléités turques sur le gaz méditerranéen. Sont donc parti voir tonton Macron qui leur a dit qu'il pouvait rien faire pour eux dans l'immédiat pour satisfaire les besoins de chacun. L'entente se termine ainsi. Les grecs vont récupérer rapidement 8 Rafale d'ocaz, et en recevront une dizaine d'autres neufs. L'égypte, qui avait passé une commande secrète pour 20 avions supplémentaires, accepte de filer la moitié des slots pour la Grèce. Macron de son côté en commande 30 rapidement. 8 pour combler les besoins de l'AdlAedlE (Armée de l'Air et de l'Espace) en remplacement de ceux filés aux grecs, et 20 (10 pour la grèce et 10 pour l'Egypte. Reste un reliquat de 2 avions, certainement pour pas décevoir la bulgarie pour qui les avions d'ocaz étaient initialement destinés. Voilà... Je pense avoir résumé correctement l'ensemble des informations fiables que nous avons reçu depuis quelques semaines. Reste quelques conjectures, mais se ne sont que des rumeurs infondées, je préfère donc ne pas les aborder. Au plaisir.
  7. 15 points
    Ca fait plusieurs fois que je vois des phrases dans ce style là, comme si l'AAE était une personne physique qu'on venait de priver de ses jouets. Le gouvernement décide (de tout, y compris des contrats opérationnels), l'AAE exécute avec les moyens qu'on lui octroie. C'est aussi simple que ça. @Picdelamirand-oil a très bien identifié le seul problème pratique : celui du potentiel total annuel en heures de vol. Des avions en moins, ce sont des heures de vol en moins. Mais des Rafale en moins, ça peut être compensé par des 2000C qui seraient maintenus en service au lieu d'être remplacé en avance de phase par des avions achetés pour faire tourner les chaînes d'assemblage. C'est un exemple. On peut aussi argumenter sur le fait que la réserve d'attrition n'a pas été entamée (un seul Rafale "air" perdu), ce qui conduit à devoir envisager qu'on aura à terme un surplus : Les avions qui n'auront pas été accidentés comme anticipé. Enfin bref arrêtez de couiner pour 12 avions en moins. Personne ne sait ce qui a été négocié, ni quelles sont les conséquences à court, moyen ou long terme. Il se peut très bien qu'il n'y en ai aucune, comme ce fût le cas pour les avions livrés à l'Egypte depuis le lot "France".
  8. 15 points
  9. 15 points
  10. 15 points
    Il y a quelques semaines, certains d’entre vous m’ont demandé sur le forum ou par MP de détailler comment j’avais procédé dans un post pour évaluer des possibles caractéristiques du NGF, comparaisons avec d’autres appareils (F15, Su57…). Pour éviter d’avoir à répondre séparément à tout le monde, je me suis permis de réaliser un document qui je l’espère conviendra à tous. A ma connaissance, il n’a pas encore été publiquement établi avec exactitude futur rôle du NGF. Ca fait surement l’objet de réflexions, enfin j’espère. Sera-t-il le descendant de ce qu’à été le Mirage 4 à savoir la dissuasion à longue distance plus de l’air sol classique à longue distance avec des capacités de supériorité aérienne ? Sera-t-il un omnirôle destiné à remplacer le Rafale ou à le compléter en étant au Rafale ce que le F15 est au F16 ? Je vois 3 possibilités: A - Le NGF remplacera à terme le Rafale. Ce sera un Rafale plus gros et plus moderne. Un Omnirôle héritier façon Rafale XL B - Le NGF viendra épauler le Rafale qui continuera d’évoluer pour former un couple équivalent au duo F15 / F16 avec des équipements électroniques communs, technologies radar identique pour diminuer les coûts, la cellule faisant la différence. L’évolution du Rafale à tout faire serait délivré de la dissuasion que l’on confierait à un NGF tout aussi omnirôle que l’on appelle quand il faut aller plus loin et plus fort. C - Le NGF viendra compléter le Rafale qui continuera d’évoluer. Le NGF tiendra le rôle qu’à joué le Mirage 4 en plus polyvalent sans être aussi omnirôle que le Rafale. Une production d’une centaine de NGF pour la dissuasion nucléaire, l`attaque au sol classique et Sead reconnaissance stratégique, missions de concert avec des drones, éventuellement supériorité aérienne, le tout à grande distance. Un Rafale omnirôle épaulé par un NGF plutôt orienté stratégique et moins omnirôle que dans l’option B proposée ci-dessus, même si la différence se situe dans la nuance. Pour schématiser, voire caricaturer, le Tactique au Rafale et le stratégique au NGF. Sur bien des aspects, je préfère l’option B qui pérennise un chasseur relativement petit pas trop cher (tout est relatif) et un plus massif mais plus cher, les deux partageant les mêmes familles de systèmes, en particulier toute l’électronique dont la part financière tend à augmenter. C’est le meilleurs rapport coût efficacité. Vient se greffer le concept de famille chère aux Airbus, Falcon et à la fusée Ariane. On hérite d’outils polyvalents pour des coûts de développements communs. Les sujets suivants viennent impacter la reflexion sur le NGF. J'y reviendrais ultérieurement car ils nécessitent des développements spécifiques. Réflexion sur le futur porte-avions et en particulier ses dimensions. L’impact des drones et autres remotes carriers dans le cadre du concept SCAF. Réflexion sur la cellule elle même. Quelques considérations des documents postés plus bas: Extrapoler un NGF depuis un Rafale 10T, revient à ajouter au minimum 400 à 600 kg rien qu'en remplaçant les moteurs du rafale par les NEFE (New European Fighter Engine) du NGF. Il ne reste plus que 1,5T au maximum pour faire gagner 1,5m à la cellule dans toutes les directions pour passer du format longueur / envergure 15m/10,50m à 18m / 14m. Donc, sauf exploit des concepteurs, le NGF opérationnel fera plus de 12T à vide. Le NGF sera navalisé. Catapulter un F15 ou l’YF23 revient à arracher le train avant et sans doute à casser la cellule en deux à l’appontage. Les performances parfois alléchantes dans un tableau sont à moduler. Pour s’en convaincre, il suffit d’imaginer un avion en balsa. Les chiffres de masses à vide attireraient probablement le regard mais l’avion s'écroulerait avant même l’étape du roulage. Pour situer, à partir de 14,5T à vide et 34,750 T de masse maximale, on est déjà au delà du F14 et du Mirage 4 qui sont quand même de très grosses bêtes. Une des manière de diminuer drastiquement le devis de masse à vide est de concevoir une variante non piloté du NGF. Cette question fera l’objet d’une réflexion indépendante. Contrairement au Rafale qui emporte quasi systématiquement du carburant en externe, le NGF est ici envisagé pour n’emporter qu’exceptionnellement du carburant en externe. Quitte à mettre du carburant en soute (interne ou conforme) si celle ci n’est pas complètement utilisée. Ainsi, la Charge Utile Max des différentes versions du NGF (8 200 - 10 500) comparable à celle du Rafale (~10 000) peut paraître faible. Mais il faut tenir compte que la charge utile du Rafale est parfois composée de 3 bidons soit 50 à 60 % de carburant (~ 3T de charges militaires) là ou celle du NGF est une charge utile militaire à près de 100 %. En conclusion, le NGF pourrait aller beaucoup plus loin, avec une charge utile militaire réelle au moins 2,5 ou 4 fois supérieure (8,2T ~ 10,5T) à celle du Rafale tout en préservant au maximum la géométrie furtive externe. Un indicateur de la performance de la cellule à tenir l’air longtemps est le rapport « carburant interne / masse à vide ». A noter qu’avec de telles motorisations la poussée nécessaire pour maintenir une croisière correspond à un % de régime sec moteur assez faible. Ce qui renforce l’intérêt d’un NEFE avec un taux de dilution max le plus élevé possible pour optimiser l’autonomie en distance ou temps. La caractéristique Longueur / Envergure permet d'estimer si la cellule privilégie plutôt la vitesse (valeur haute) ou l'endurance et la maniabilité (valeur basse) Calculer un rapport poussée /poids en conditions de combat pour un % de carburant emporté ne signifie pas grand chose car chaque cellule n’est pas conçue avec un taux d’emport de carburant / masse à vide équivalent. Il faudrait pouvoir comparer à autonomie de temps de vol équivalent. Sans quoi, une cellule qui conçu pour emporter beaucoup de carburant en interne serait désavantagée. Il apparait que la valeur de % d’emport de charge (total) constitue un très bon critère pour évaluer les qualités / robustesse / efficacité d’une cellule Les Mirage 4000, YF22, YF23 sont des prototypes non équipés. Le F22 affiche un surplus de 5T par rapport au YF22 sans doute du aux équipements. Il convient de comparer les rapports poussées / poids du NGF au F22 plutôt qu’aux prototypes. Dassault a toujours su faire des avions particulièrement robustes et légers. Les cibles de masses à vides indiquées ici en tiennent compte. Les choix en terme de configuration de la cellule peuvent jouer un grand rôle dans la performance obtenue et les choix dans ce domaine sont déterminant pour la suite. La configuration du YF23 qui en économise 2 gouvernes de profondeur par rapport au F22 (qui a un peu plus de maniabilité) influe sur le bilan de masse. Celle du X-36 se révèle également particulièrement compacte. Un réacteur est une machine thermique obéissant à l’équation d’état PV=nRT applicable aux gaz parfaits. La poussée (Volume obtenu) est directement fonction de la dilatation des gaz et donc la température max obtenue (T). Les performances du taux de compression (P) permettent compenser la chute de pression en haute altitude. A partir des données publiées, la température entrée turbine (~2100°K), on peut tenter d’évaluer certaines caractéristiques à se référant aux évolutions des autres moteurs au fil du temps. Les corrélations TeT / (Poussée / Masse) ainsi que (Poussée / Masse) / Date de conception permettent d'extrapoler un rapport Poussée / Masse compris entre 11,5 et 12 pour le NEFE. Même si on peut penser qu’une corrélation linéaire appliquée ici ne tient pas compte d’un plafonnement des performances, une estimation grossière permet de cerner les choses. La tentation de sur-motoriser une cellule est à pondérer. Oui, une réserve de puissance est toujours utile. Mais au delà d’un certain seuil, cela revient à emporter un surplus de poids inutile qui utilisé qu’occasionnellement pénalise d’un poids mort 99% du temps. Un dragster c’est super pour battre des recors mais il est incapable de prendre un virage. Le plus important c’est de faire un avion équilibré. J’ai toujours entendu dire, que l’on ne conçoit pas un avion avec des comités choisissant la meilleure aile, le meilleur moteur dans le meilleur fuselage. Le meilleur avion se conçoit comme le meilleur assemblage. C’est un tout. Une formule célèbre résume le principe: - Vous savez ce que c’est qu’un chameau ? C’est un cheval dessiné par un comité. Je n’ai pas tenu compte d’une version du M88 qui avait été proposée à l’armée de l’air à l’époque et dont mes souvenirs restent flous (je n’ai pas retrouvé les sources). En rajoutant 50Kg, on obtenait 940 de masse à vide pour une poussée comprise entre 8,5T et 9T ce qui donne un rapport poussée / masse supérieur ou égal à 9. L’armée de l’air privilégiait le meilleur compromis, la légèreté, la durabilité et un coût le plus bas possible. Les 7,5T étaient jugés largement suffisants. J’indique ce point pour montrer que techniquement on savait faire à cette époque un moteur avec un poussée / poids supérieur à 9. Edit: - J'ai corrigé quelques termes qui sont peut être mieux compréhensibles ainsi. Edit 2: - Correction d'une erreur dans le tableau. Les "longueurs" et "largeurs" des F-18 étaient inversées. - Ajout d'une ligne de comparaison / Rafale C
  11. 14 points
    "E.T."? "téléphone maison"? Bon sang mais tout s'explique!
  12. 14 points
    Cela en dit sans doute sur l'image de la France, alors que les USA abandonnent leur rôle de gendarme du monde et cessent d'apparaître comme un partenaire fiable, que la Grande-Bretagne est notamment pénalisée par son Brexit et que l'Allemagne ne peut apparaître comme un appui crédible quand cela commence à chauffer. La France n'est sûrement plus la grande puissance qu'elle a été, mais on lui reconnaît sans doute une capacité à être aux côtés lorsque les situations se tendent. Cela a certainement joué côté indien.
  13. 14 points
    Ça c'est sa com. Dans les faits c'est plutot l'opposé de De Gaulle: Je vois mal le général de Gaulle manœuvrer pour vendre Alstom a GE, tenter de privatiser ADP ou inviter Blackrock a l Élysée pour discuter du futur marché des retraites en France.
  14. 14 points
    Annecdote sur l'AMX10P: Je me souviens avoir grimpé dans un AMX10P VOA pendant une journée porte ouvertes d'un régiment, il y a plus de 20 ans, alors que j'étais adolescent, avec un ami du même âge. ...On s'amusait à viser les madames qui marchaient dans les allées autour des bâtiments avec le zoom de la caméra thermique du tourelleau, et à commenter les "parties chaudes" de leur anatomie affichées en blanc ou en noir à l'écran en fonction de la position du switch. ...J'ai encore honte pour le pauvre planton qui faisait monter les gens dans le blindé et devait composer avec nos commentaires de gamins qui ont les poils qui poussent sans nous mettre dehors à coups de pieds au derche... J'appris plus tard par d'autres sources que ce 10P VOA avait été servi par "un équipage féminin de trois nanas complètement tarées" qui avaient été photographier les positions serbes au mont Igman en "s'approchant plus près que n'importe quelle autre équipe reco' à l'époque". Du coup j'aime bien le 10P. Fin de la digression.
  15. 14 points
    Bon, y a des Allemands qui ont des idées Je retiens cette proposition de résolution de la crise turco-grecque par un commentateur allemand sur le site de Die Welt, en réponse à l'article décrivant les insultes de Erdogan contre les dirigeants grecs et français. L'intérêt, c'est de développer l'esprit de recherche de la paix par concessions réciproques mis en avant par beaucoup, notamment au gouvernement allemand. Et ceci de manière créative ! Je suis favorable à la résolution pacifique des problèmes. Il serait préférable de faire 50-50. Chacun donne à l'autre quelque chose qui lui appartient. Les Grecs pourraient donner aux Turcs 50% de ce qui appartient aux Grecs selon le droit maritime international, dans ce cas la zone de la ZEE, moins la zone de 12 milles, 12 milles sont les eaux territoriales grecques. Et la Turquie fait également 50-50 et donne quelque chose à la Grèce, par exemple une partie d'Istanbul, l'ancien Constantinople, 50-50. La Turquie garde la partie d'Istanbul du côté asiatique (c'est de là que viennent les adeptes d'Erdogan) et la Grèce obtient la partie européenne d'Istanbul, jusqu'à la frontière grecque, où se trouve l'église chrétienne la plus importante, la Sainte-Sophie. Je pense que c'est une bonne affaire pour la Grèce et l'Europe. Bien sûr, si la Turquie n'a rien à partager, elle ne peut rien obtenir. En tant que sans le sou, on ne peut pas faire d'exigences. Ah c'est beau la diplomatie, parfois
  16. 13 points
    Même pas vrai, le GAN du Charles de Gaulle vient de faire des essais de compatibilité avec les F5 Tiger suisses sur le Léman. Ils ont même prévu un H145 de la Rega comme Pedro...
  17. 13 points
    Tu as des informations particulières et issues de sources fiables à ce sujet ? Je dis çà parce que sinon tu devrais sécher ton doigt on ne sait jamais à la longue .... *on va le répéter ici une fois de plus (mais franchement çà comme en à devenir pénible) l'attrition est PRÉVUE par les achats initiaux ... L'Armée de l'Air fait voler le Rafale en escadron opérationnel depuis 2007 elle en a perdu 1 ... un niveau jamais vu dans l'histoire de l'institution, la Marine vole sur l'avion depuis 2001/2002 elle en a perdu 4 là aussi c'est du jamais vu.
  18. 13 points
    Comme avec US, les Turcs ont cherché à manipuler les mouvements de la flotte russe en leur faveur. Les russes viennent de démentir le soutient à la Turquie et disent que c’est même l’inverse ! https://www.zerohedge.com/geopolitical/lira-sinks-record-low-russia-hold-naval-drills-mediterranean-waters-claimed-turkey?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+zerohedge%2Ffeed+(zero+hedge+-+on+a+long+enough+timeline%2C+the+survival+rate+for+everyone+drops+to+zero)
  19. 13 points
    Voici un très bon article tout nouveau tout chaud de l'usine nouvelle sur le gaz de la Méditerranée orientale. Il analyse brièvement les motivations de la Turquie, mais surtout il rappelle les quantités en jeu en donnant les vrais chiffres: https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-la-situation-est-explosive-en-mediterranee-orientale.N998194 Je n'avais pas du tout compris qu'Israël disposait d'une telle manne, je pensais qu'ils étaient les moins bien loti dans le triangle: - pour rappel les données officielles pour le gisement de North Dome / South Pars partagé entre l'Iran et le Qatar et réputé le plus gros du monde c'est 26 Téra M3 prouvés. - Israël: 40 TM3 (pour l'ensemble de ses gisements) - Égypte: 30 TM3 (pour le seul méga gisement de Zohr / l'exploration est encore loin d'être finie) - Chypre: 6 TM3 (prouvés l'exploration est loin d'être finie) Une quantité significative de tout ce gaz entrera en Europe par la Crète si le projet Eastmed parvient à être mené à bien, et en interconnectant les réseaux saoudiens et égyptiens pour un cout relativement faible, il sera également possible de faire passer le gaz du golf par là. La Turquie est verte de rage: l'échec du projet syrien est en train de lui faire perdre son ambition de devenir le hub gazier de l'UE et l'alternative indispensable au gaz russe. Toutes ces gesticulations sont liées à ça ! Le simple verdict de l'exploration d'ENI à Zohr en aout 2015 a provoqué un attentat à la camionnette piégée devant la filiale d'ENI de Tripoli dans les 16 heures qui ont suivi... (peut-être que les Italiens ont pu nous responsable de ça à un moment). La France s'est très bien positionnée pour profiter aussi de cette manne, d'abord en acceptant immédiatement le coup d'état du maréchal Sissi sans savoir trop à l'époque ce qu'il avait sous le pied, puis en soutenant bec et ongle la plupart des états concernés pour en faire ses obligés. On a pas fini de vendre des rafale dans la région !
  20. 13 points
    Ce que j'aimerais qu'on ait ces problèmes
  21. 12 points
    Tu veux dire.... Enfin des nouvelles productions un peu intéressantes à la télé? L'article est à prendre avec plus que des pincettes, vu la façon dont il présente le cas Rittenhouse, suivant la meute de médias qui déforment ou inventent sur son cas, le présentant comme un dangereux terroriste raciste venu de très loin pour foutre la merde: c'est un gamin, apparemment pro-Trump, qui habite à 20 minutes de Kenosha (mais dans un autre Etat, ce qui facilite la fausse narration) et y bosse. En l'état des choses qu'on connaît, il n'est pas un afficionado de "sites d'extrême droite" (ce qui est clamé partout... Mais évidemment, tout ce qui est à la droite d'une fenêtre d'Overton qui va de Bernie à Biden est fachoraciste), ni un taré de la gâchette, mais fait partie de ce mouvement plutôt spontané, vu un peu partout aux USA (et pas que chez les blancs, loin de là), qui a vu des citoyens s'organiser pour essayer de protéger leur voisinage face aux émeutes et à l'absence de réaction d'une police qui, bien souvent, a vidé les lieux depuis la fin mai, ou s'est abstenue de faire quoique ce soit. Résultat, il s'est trouvé dans une situation pourrie dont il n'apparaît pas qu'il était responsable (de ce qui est connu de l'altercation initiale qui a lancé la chaîne d'événements qui a suivi), et dont il est sorti vainqueur (et contrairement au tueur d'un supporter de Trump à Portland et d'autres agresseurs, il n'a pas fui et s'est spontanément rendu à la police). A ce jour, rien n'en fait un personnage néfaste, sinon la volonté de la majorité des médias de dépeindre ces "miliciens" spontanés sous les traits du nazisme (en omettant, pour ce faire, tous les groupes analogues noirs et latinos, comme "Black Guns Matter" et d'autres). afin de dire qu'il y a des tonnes de nazillons dans les rues. Réalité: les groupes d'extrême droite sont infiniment plus petits aux USA que ceux d'extrême gauche, beaucoup moins organisés et financés, quasiment sans "méta union" ou coordination au niveau national, et sans relais médiatiques ou politiques. Et au constat de la réalité.... Y sont pas bien malins: faut pas attendre du "social hacking" ou des tactiques efficaces de manipulations de manifs ou d'émeutes de leur part, ou de tactiques et stratégies élaborées en ligne, ou de grandes capacités de hacking . En d'autres termes, ils n'ont qu'un petit pouvoir de nuisance locale dans le "meilleur" (pour eux) des cas, même si une de leur spécificité (je pense personnellement que c'est en bonne partie du à cette absence de capacité de faire quoique ce soit = désespoir) est de voir, régulièrement, quelqu'un de leurs rangs péter un câble et se lancer dans une fusillade suicidaire, là où les groupes d'extrême gauche ont la capacité de plus planifier et de s'organiser pour, en général, rester volontairement juste sous le seuil létal (mais de commettre un bien plus grand nombre d'actes violents, qui marqueront ainsi moins les newscycles) et impacter de façon bien plus et mieux pensée, à une bien plus large échelle, avec des relais et alliés objectifs dans les médias et la politique (qui s'aplatissent, pardonnent, omettent ou encouragent, voire aident), ce qui donne une vraie capacité politique/stratégique en terme de résultats. Mais la petite présence de certains agitateurs et fouteurs de merde d'extrême droite est bonne pour la trame narrative voulue, qui "dédouane" en partie la gauche radicale via le whataboutisme, voire la présentation de cette gauche militante comme "rempart" contre les "nazis". Avec, comme c'est devenu la norme dans la presse moderne, pas/peu de quantification des forces en présence, aucune enquête réelle, et une sélection extrême de ce qui est observé sur place assortie de beaucoup de créativité. Et, comme les manifestants anti-confinement du mois de mai, les gens qui essaient de défendre leur quartier et de sauver ce qui peut l'être sont soit ignorés (noirs et latinos), soit présentés comme fachos (l'usage du mot "milicien", souvent ambigu aux USA, est indicatif). Bref, la demande de nazis excède de très loin l'offre effectivement disponible, mais la presse pallie à ce manque. Le cas Rittenhouse est assez indicatif à cet égard: un gamin qui n'aurait pas du se trouver là, mais qui, comme d'autres, ne voyait pas vraiment quoi faire parce que la police était aux abonnés absents, souvent de par la volonté des autorités politiques, se retrouve dans une situation merdique (et face à des gens dont quelques-uns étaient des ordures certifiées avec le casier ad hoc) et a en plus le tort de s'en tirer. La presse s'en prend à lui.... Et les autorités, responsables de la création de ce merdier? Nada!
  22. 12 points
    A force de propagande sur tweeter, les Turcs ont réussi à colporter une légende et à induire les gens en erreur: Jersey et Guernesey ont bel et bien une ZEE qui touche la ZEE de l'Angleterre et ils nous mettent quand même un peu au niveau de la péninsule du Cotentin mais logiquement seulement pour la façade occidentale de la péninsule. Par contre vu la configuration de la zone fait que l'équidistance avec la péninsule Armoricaine arrive très vite ! Le cas de Castellorizo ressemble bien plus à la géographie de Madère et des Canaries face au Maroc et Sahara occidental (il parait que les Marocains se mettent à gueuler aussi quand ils sont mal lunés ?): Les Turcs s'y sont très mal pris: en étant un peu plus diplomates et un peu moins belliqueux et revendicatif, je suis sur qu'ils auraient pu obtenir un accord bilatéral pour une réduction de la ZEE de Castellorizo contre l'acceptation que la mer Égée est un lac grec et que la Grèce est en droit de passer ses eaux territoriales à 12 miles (de toutes façon selon la rumeur le pétrole des Grecs est en Crète, dans la mer Ionienne et en mer Égée, dans le triangle Castellorizo-Chypre-Crète il n'y a rien ). En revendiquant pelle-mêle et agressivement les droits de la Crète, de Rhodes, de Chypre et pourquoi pas la moitié de la mer Égée, en allant au conflit, ce qu'ils risquent à terme c'est de perdre la Libye occidentale, Chypre nord et plus de problèmes avec les Kurdes. C'est bien possible. Mais les Balkans sont en voie d'intégration européenne et ça va fortement contrarier les pays d'Europe à commencer par l'Allemagne et l'Autriche, ainsi que les USA qui sont l'autre parrain de la géopolitique actuelle de cette sous-région. Quant à la Tunisie c'est un pays de transit important... pour le gaz des Algériens ! Toucher à leur petit voisin va fortement les contrarier et selon toute vraisemblance faire converger leur point de vu libyen sur celui des Égyptiens. En admettant que les probabilités que les gens qui gravitent autour du GNA puissent se maintenir au pouvoir à moyen terme sont à 50/50, en magouillant en Tunisie Erdogan réduira forcément les perspectives de ses obligés. Très bonne idée ! L'Histoire est tragique et on obtient rarement tout ce qu'on veut dans la vie ! Que ce soit la législation sur les ZEE ou les eaux territoriales, personne ne conteste un droit de libre passage inoffensif. Une ZEE ça n'est pas un canal national, il n'y a pas besoin d'un passeport et de payer un visa pour la traverser. Les Grecs ne partagerons aucune de leurs ressources en mer Égée avec l'ancien colon turc, sauf si ils perdent une guerre, que la Turquie annexe une partie de leurs iles, que les états d'Europe, la Russie et les USA s'écrasent, et que la communauté internationale reconnait le transfert de propriété comme légal et légitime. D'autre part, la Grèce a largement volé la vedette à Chypre lors de cette crise... je voudrais faire remarquer que la République de Chypre a proposé il y a de ça plusieurs années, quand les premières ressources ont été découverte, d'attribuer unilatéralement et de façon souveraine les permis d'exploitation dans sa ZEE mais de placer tous les bénéfices de l'exploitation dans un fond souverain qui serait partiellement redistribué aux habitants de Chypre nord. Les Turcs y ont opposé une fin de non-recevoir et continué à prétendre que les concessions attribués par la République de Chypre sont nulles et non avenues sous prétexte qu'ils occupent illégalement Chypre nord et qu'ils y ont placé 35 000 soldats, c'est à dire plus que ce qu'il y avait d'habitant turcophone à Chypre au moment de la partition. Ce n'est pas le genre de partage qui est acceptable pour la partie adverse ! Pour conclure je dirais que le partage du Bosphore est injuste et a gravement nuit pendant des années à la Russie. On a finit par édifier un traité multilatéral encadrant le passage mais jamais les Russes n'ont obtenu un droit de pêche et d'exploiter une quelconque ressource en mer de Marmara. Les Turcs ne partagent pas non plus avec eux, ni avec les Grecs les revenus générés par le trafic maritime et le commerce induit localement. Merci d'avoir retrouvé un lien !
  23. 12 points
    Bonjour ! Bien dormi ?
  24. 12 points
    Vu ce commentaire suite à un article de presse:
  25. 12 points
    Non, on le laisse aboyer, tant qu’il rentre gentiment ensuite à la ni... on va oublier les blagues sur Médor, navré ‘:). Il a certes un pouvoir de nuisance, et ce n’est pas d’aujourd’hui, mais il ne pousse pas suffisamment pour le moment pour que ça nécessite une réponse plus musclée. Autant ne rien répondre et l’ignorer superbement en continuant de soutenir fermement, proprement et calmement les grecs. Être simplement sûr de sa posture et professionnel, c’est la meilleure des réponses.
  26. 12 points
    La Chine a quasimment plus de cas grace au strict respect de moultes mesures soit disantes dilatoires donc il serait peut etre temps de porter systematiquement le masque plutot que de toujours enculer les mouches a expliquer que ca sert a rien dans telle ou telle configuration. Si les Francais mettaient autant d'energie a adopter un comportement exemplaire, meme au risque de faire un peu de zele de temps a autre, qu'a critiquer tel ou tel protocole et a chercher les contradictions, inevitables dans une telle situation, on ferait de grands progres.
  27. 12 points
    Et qu'on fait mousser
  28. 12 points
    C'est pas elle qui avait un CV en carton, des seins en plastique et un mec en tôle ?
  29. 12 points
    Bring it on fucker, and see how it goes. "The object of war is not to die for your country but to make the other bastard die for his." George S. Patton. Du coup ça tombe bien.
  30. 12 points
    Le problème est que la turquie refuse tout recours au droit (qui même imparfait constitue la seule base de négociation possible). En 1976, ils ont refusé d'aller devant devant la cji (saisie par la Grèce) en mettant en avant une clause de réserve annexée à l'acte d'adhésion non pas de la Turquie mais de la Grèce elle-même (https://www.icj-cij.org/fr/affaire/62/communiques-presse voir le communiqué de presse n°9). Aujourd'hui la Turquie n'envisage même pas la voie juridique. La Turquie refuse le droit (du coup ça ne sert à rien de parler de traités) donc elle refuse toute base de négociation. Sans base de négociations que reste t'il ? Il ne reste que la force et le fait accompli (ce que les turques appellent équité) malheureusement. Les Allemands, en acceptant d'envisager une médiation, en refusant le rapport de force, marchent totalement sur le droit international. Paradoxalement les Allemands du fait de leur pacifisme (inepte) légitiment et donc renforcent le bellicisme des turques. Et c'est un jeu très dangereux à mon sens. Ici il ne faut surtout pas négocier.
  31. 11 points
    Lu dans le Air & Cosmos N°2702 de cette semaine au sujet de la modification F3-R sur les Rafale M. "Chaque chantier de modification comprend des interventions au niveau structure mécanique et sur les circuits électriques. Il est programme pour une durée de 5 semaines." L'article ajoute que le premier Rafale M "converti" a été livré le 19 décembre 2018, le dernier le sera en 2021. Bref, ça va nettement plus loin qu'une simple mise à jour logicielle.
  32. 11 points
    High delegation Croatian Airforce today is in visit Franche MoD...10 day after reciving France offer. Croatian MoD says ; everything is clasified, no comment. La haute délégation de l'armée de l'air croate est aujourd'hui en visite Franche MoD ... 10 jours après avoir reçu l'offre de la France. Le ministère de la Défense croate dit; tout ce qu'il est classé, aucun commentaire.
  33. 11 points
    Non seulement ça, mais l'histoire montre que les évolution promises du Rafale on les a vu, alors que celles du Typhoon on les attend encore.
  34. 11 points
    Sur les Rafale B de l'armée de l'air il y a un principe de double clef pour pouvoir tirer une arme nucléaire. Dans la marine ce n'est pas possible et le système de double clef est réalisé sur le porte avion avant le décollage de l'avion. Le problème de ces systèmes c'est qu'ils doivent avoir une forte sécurité et une forte sûreté en même temps. Parce que on trouve que si ça partait tout seul ça ferait désordre, et si ça partait pas quand on veut s'en servir, ça ferait rire. Ce sont donc des systèmes assez complexes et on n'a aucune raison de divulguer les solutions qu'on a retenues.
  35. 11 points
    Le plus important dans tout ca, c'est que ca casse l'hégémonie du F-35 au niveau des protcoles de comunication OTAN
  36. 11 points
    The Navy is launching the procedures for joining the fleet of 4 new Multi-Role Frigates. At the same time, it modernizes and upgrades 4 MEKO Frigates, which it already has. France (avions+bateaux). Check Allemagne (bateaux). Check US (hélos). Check Israel (lu sur un autre lien, des véhicules terrestres légers). Check Erdogan: "Rognhtudjuuuuu, bouhouh houuuuh" -larme qui coule-
  37. 11 points
    On voit aussi que dès que ça devient sérieux et qu'on est dans une zone "chaude", on ne parle plus de F-35 ou de Typhoon.
  38. 11 points
    Bon je propose de clôturer ce fil on sait quel est désormais le 4e client du Rafale à l'export.
  39. 11 points
    Ivresse puis gueule de bois ? Sans déc. , vous savez que la bière c'est bourré d'hormones féminines ? A tel point que le comportement masculin peut en être altéré en cas d'excès !
  40. 11 points
    Oui, ce scénario est surréaliste 1. D'une part, le plus probable reste qu'il n'y aura aucun affrontement armé turco-grec, parce que la Turquie avec toutes les postures et les éructations de son mini-sultan saura ne pas aller jusqu'à épuiser la patience d'Athènes - à la fin ils arrêteront effectivement leurs provocations comme l'exigent les Grecs en préalable à toute discussion, et il y aura parlote plutôt que fusillade 2. Ensuite, dans le cas pas improbable tout de même où il y aurait des affrontements, il est très probable qu'ils s'arrêteront rapidement, car les chefs militaires turcs savent qu'ils n'ont pas l'avantage contre une Grèce soutenue par France et Italie et ils voudront éviter que ça dérape tout à fait. Et même si l'article de Die Welt comme quoi ils ont su refuser un ordre de Erdogan d'attaquer un navire ou un avion grec était faux, il reste très vraisemblable qu'ils aient une forte influence sur leur président sur ces sujets : le régime turc est autocratique, mais ce n'est pas une dictature totalitaire à la Staline 3. Enfin, dans le cas très improbable où ça partirait complètement en sucette et où les chefs militaires turcs tenteraient d'attaquer le Charles de Gaulle - après avoir crié "Heil Erdogan!" - il est presque sûr qu'ils échoueraient Je dis "presque" parce que bien sûr toute guerre peut receler des surprises, mais franchement j'ai du mal à imaginer un scénario où les Turcs réussiraient à passer l'écran protecteur du PAN : Des sous-marins ? ===> Mais le CdG sera en haute mer, pas près des côtes, et avec protection d'au moins une FREMM et d'un SNA. Et les SM turcs semblent ne pas trop inquiéter les Grecs, alors qu'ils sont moins bien armés que les Français Des navires ? ===> C'est encore pire, un suicide face à des Rafale M équipés d'Exocet - voire même de simples AASM Des avions ? ===> Mais le CdG sera à peu près en limite de portée pour les F-16 turcs - qui ont les pattes beaucoup plus courtes que les Rafale - lesquels ne sauront d'ailleurs pas où il est au juste, et rencontreraient sur leur chemin non seulement une frégate de défense aérienne, mais surtout une patrouille de Rafale M soutenue par un E2F Hawkeye Le scénario où les forces armées turques parviendraient à porter ne serait-ce qu'un seul coup au CdG est très improbable. Quant à le mettre hors de combat ou à le couler ...
  41. 11 points
    Vous êtes formidables d'optimisme les gars... Je vous imagine tous dans un conseil exécutif extraordinaire d'une grosse boîte avec les patrons, les syndicats qui sont tout de noir habillés en disant qu'ils vont devoir licencier la moitié du personnel et fermer des usines si des nouvelles commandes n'arrivent pas rapidement. Backlog à la peine, clients surendettés, économie en berne; et pendant ce temps là... Au fond de la salle, (près d'une buvette organisée par leur soins forcément) une dizaine de gars réfléchissent en faisant de grands gestes et beaucoup de bruit, à comment on s'organise pour absorber plus de commandes qu'ils n'en ont jamais eu durant toute la durée de vie de l'histoire de l'entreprise ! Quand ça sert pas à taper sa femme, c'est bô l'alcool quand même...
  42. 11 points
    https://www.lorientlejour.com/article/1231203/paris-met-la-pression-maximale-sur-la-classe-politique.html A noter que la popularité de Macron a pris un coup parmi la jeunesse révolutionnaire et chez les chrétiens qui demandaient il y a un mois le retour du mandat français. On l’accuse en effet d’avoir vendu le pays à l’Iran, suite à des propos jugés trop conciliants envers le Hezbollah. En fait le président français a seulement reconnu que c’était un parti politique bénéficiant d’une légitimité démocratique et qu’aucune solution politique n’était possible sans parler avec eux. En ce sens il faut féliciter son action pragmatique qui fait honneur au prestige international de la France. La balle est désormais dans le camp de la classe politique libanaise, qui s’est vue fixée un ultimatum de trois mois pour lancer de véritables réformes. Point positif, en pleine visite du président Macron, le ministre libanais des finances a signé les contrats avec les firmes d’audit en vue de l’analyse des comptes de la Banque du Liban.
  43. 11 points
    Ce qu'ils veulent, au delà des armements, c'est un accord stratégique, avec si possible un traité de défense mutuelle. Et ça tu ne l'obtiens pas en discutant avec des industriels.
  44. 11 points
    Alors, déjà il y a un monde au delà de la Tribune. Thibault du Fauteuil de Colbert est loin d'être un simple "blogeur" et il a des entrées (ainsi que des lecteurs) très haut placées dans la Marine Nationale. Mettre dans le même panier les rumeurs sur les Arleigh Burke/T23 avec les analyses qu'il fait de données chiffrées publiques françaises, c'est au mieux de la mauvaise foi. Quand à la Tribune, qui semble être la seule et unique source crédible selon toi, le dernier article en date parle bien du prix (que la partie française aurait accepté de baisser de 500 millions) et pas uniquement des taux d'intérêt ou des primes d'assurance. D'ailleurs, spoiler alert, le coût du programme en Grèce avait été révélé par le Fauteuil (et son confrère grec, qui est un journaliste sérieux que je connais également) dès le mois de mai, bien avant que Michel Cabirol ne décide de tirer le signal d'alarme dans la Tribune (d'ailleurs en Mai, le prix semblait si élevé que beaucoup d'analystes pensaient qu'il comprenait les options pour 2 FDI supplémentaires) En fait, je ne sais même pas ce que tu cherche à démontrer, à part que les Grecs sont des "vilains pas beaux qui ont qu'à payer ce qu'on leur dit de payer et si ils sont pas content ils vont voir ailleurs". Ce que Michel essaie de démontrer, ce que j'essaie de t'expliquer, c'est que la grogne grecque est légitime, et que ça fait aussi parti du jeu des négociations. L'article de Michel a pour but de secouer le cocotier et de prévenir que les choses partent en couille à Athènes, et ça semble avoir agit dans le bon sens puisque le coup de poing sur la table des Grecs (relayer par Michel Cabirol côté français) a poussé la France à prendre ces négociations au sérieux (implication de l'Elysée) et à revoir leur copie niveau budget (pour le moment on est pile poil entre ce que les Grecs demandent et ce qu'on leur accordait le mois dernier, donc ça progresse). Savoir qui a raison ou pas sur le prix des bateaux, on s'en cogne. Les derniers chiffres à notre disposition (très bien compilés par Fauteuil de Colbert, ne t'en déplaise) sont effectivement d'environ 800 millions d'euros par FDI (française) avec les coûts de développement (notamment le radar SeaFire qui coûte un bras à développer mais aura bien d'autres applications), et d'environ 450 millions en prix sur étagère (ce qui est cohérent avec le coût à la tonne de n'importe quel navire de surface moderne produit par Naval Group). Après, quand on vend à l'étranger, on se fait une marge, on rajoute des options, de la formation, de l'armement, etc. Et les factures augmentent, et c'est normal. Mais pas dans les proportions constatées, sachant que les coques seules étaient proposées à la Grèce pour plus de 800 millions d'euro pièce, je le répète encore et toujours. Dans tous les cas il y a eu un problème. Soit tout le programme a connu une dérive budgétaire inimaginable (j'en doute très fortement), soit l'état français a abusé de la bonté d'Athènes, comme ils avaient essayé de le faire avec les Rafale marocains dans les années 2000. Au bout d'un moment, quand on veut vendre des armements stratégiques sans impliquer les industriels dans les négociations, c'est ce qui arrive. Contrairement au Maroc, cette fois-ci, l'Elysée semble reprendre le dossier en main et redonner un rôle aux industriels dans les négociations, ce qui devrait apaiser un peu la situation, on l'espère. Mais avant d'accuser le client d'être un mauvais payeur, il serait tant de balayer devant notre porte. Si on l'avait fait au début des années 2000, le Rafale aurait connu ses premiers succès export une décennie avant l'heure, mine de rien.
  45. 11 points
    Ah, la Méditerranée, petit coin de vacances, loin de Trump, Xi et des autres emm... . . Mais... qu'est-ce que tu fiches là, Recep ?
  46. 11 points
    Avant de vouloir négocier il faudrait déjà que les turcs (et les Allemands) précisent ce qu'il y a à négocier. C'est quoi ce fameux "partage" équitable prôné par les turc ? Il n'est pas question d'équité ici mais bien de droit. Si les turcs estiment qu'il ne serait pas respecté (pour x ou y raison qui restent à préciser) qu'ils saisissent au préalable la cji ou, à minima, qu'ils proposent une argumentation fondée sur la raison. La balle est dans le camps des turcs, qui revendiquent et qui sont donc en demande, pas dans celui des grecs ou de l'UE. Il ne faudrait pas que les Allemands oublient les conditions préalables nécessaires à l'amorce d'une "médiation" et elles ne sont pas réunies en l'espèce. En effet, les protagonistes de cette sombre histoire ne sont pas sur un pied d'égalité tant en termes de légalité que de légitimité.
  47. 11 points
  48. 11 points
    Non ils n'en ont pas rien à cirer ... mais c'est le genre de réaction qui se prépare ... Toi tu réagis à un tweet tu n'as aucune responsabilité; pour un vrai décideur il s'agit de choses beaucoup plus complexes à gèrer aux conséquences incalculables. Plus il en fera plus il se coupera de la réalité ... laisser monter la sauce Erdogan c'est aussi un moyen de le pousser à la faute définitive. Faut pas se leurrer Erdogan est en train de préparer consciencieusement sa perte, c'est de la fuite en avant.
  49. 11 points
    Sinon, le président Erdogan assiste aux célébrations de l'anniversaire de la bataille de Manzikert. Cette bataille désastreuse pour l'Empire romain d'Orient mena à la conquête par les Turcs d'une partie du plateau anatolien, et indirectement au déclenchement des croisades. Il faut dire que c'est un compte rond, puisque ça fait exactement 949 ans. On ne peut pas laisser passer un chiffre pareil. Célébrer une victoire vieille de presque mille ans dans d'autres circonstances, ce serait évidemment du nationalisme transparent et une tentative de se placer dans la lignée des grands ancêtres pourfendeurs de chrétiens, ce ne serait pas bien. Mais 949 ! C'est le produit de 13 par 73, alors évidemment impossible de ne pas marquer le coup. Dommage qu'on ait laissé passer le 15 juillet sans rien faire, d'ailleurs. 921 ans depuis la conquête de Jérusalem, ça faisait aussi un compte rond
  50. 11 points
    Quelques infos de Libye : traduit de l'arabe par ma chérie : a Tripoli grosse tension entre les turkish-backed comme il est appels ( les syriens envoyés par Erdogan ) et les petite ''mains'' qui gère la sécurité dans les quartiers. ils semblerait que le déploiement et le tir de véhicule avec du canon de 14.5 mm a travers et au dessus de la foule d'hier est était assez mal pris... ( Il y a avait beaucoup de femmes dans ce cortège ) - les milices de la GNA n'ont pas bougé aujourd'hui sauf pour protéger certains lieux gouvernementaux. - pas d'infos sur les éventuelles victimes : on parle de quelques dizaines de blessés légers et peut être 4 ou 5 morts.... D'après un commentateur arabe traduit par ma conjointe : la GNA n'a aucun intérêt a des élections, ils savent pertinemment qu'ils les perdraient, c'est pour cela que les soutiens d'haftar pousse dans ce sens, ils pensent que c'est le moment pour agir politiquement, les milices autour d'haftar elles n'ont aucunes Illusions ce cessé le feu c'est du ''faux''