Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation on 11/22/2019 in all areas

  1. 4 points
    Coup d’état en Israel... ! Israël : Benyamin Nétanyahou dénonce « un coup d’Etat » ...................... .............après son inculpation En refusant de démissionner, le premier ministre israélien a allumé un brasier en guise de contre-feu : il entend faire publiquement le procès de ses juges et des enquêteurs. https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/22/benyamin-netanyahou-denonce-un-coup-d-etat-apres-son-inculpation_6020076_3210.html
  2. 4 points
    Quelques infos sur le futur du Rafale (puis du SCAF, peut-être): Notification du deuxième lot d’études du projet « Man Machine Teaming » (MMT) ".... En avril 2019, les nouveaux sujets d’études ont été sélectionnés par les armées, la DGA, Dassault Aviation et Thales. Ils sont répartis selon les 6 thèmes principaux de MMT : assistant virtuel & cockpit intelligent ; interactions homme-machine ; gestion de mission ; capteurs intelligents ; services capteurs ; soutien & maintenance robotisés. Sur 175 propositions émises par les industriels, qui témoignent du succès dans la durée de l’opération MMT, 19 projets ont in fine été sélectionnés pour des durées allant de 8 à 12 mois de travaux. Ils impliquent 16 ETI et PME, 8 startups, ainsi que 4 laboratoires répartis sur tout le territoire. Liste des attributaires ENIB : principes d’incarnation et de communication d’un assistant virtuel embarqué dans un cockpit PROBAYES: raisonnement dans un environnement tactique probabiliste SYNAPSE DEV: construction et enrichissement d’une ontologie métier à partir de ressources textuelles et exploitation dans un scénario de recherche d’information ESTIA: monitoring de la performance humains-machines par l’analyse de la confiance et de la coopération NAOX : monitoring intra auriculaire de la cognition et de la vigilance ELLCIE : monitoring équipage par photo-oculographie infrarouge dans un environnement sous contraintes militaires PHYSIP : développement de matériau conducteur innovant pour la captation EEG ARTELYS : optimisation de patterns de mission ELTER : approximation de fonctions complexes par apprentissage NUMALIS : explication des choix pris par un réseau de neurones EXWEX : fusion de données météorologiques multi-sources pour la prévision en préparation de mission et en opération à bord d’un aéronef de combat EARTHCUBE : apport des méthodes d’apprentissage multi-spectrales en imagerie satellite EARTHCUBE : apport des méthodes d’apprentissage issus d’algorithmes différents en imagerie satellite OKTAL : production massive de données optroniques et radar cohérentes par simulation IRT Saint-Exupery : Simulation de capteurs augmentée par réseaux de neurones NUMALIS : validation de réseaux de neurones pour l’analyse dans le domaine optronique avionique ACSYSTEM : reconnaissance de pannes par apprentissage ESI GROUP : jumeau numérique LATESYS : reconstitution de pièces de rechange pour fabrication additive https://www.dassault-aviation.com/fr/groupe/actualites/notification-du-deuxieme-lot-detudes-du-projet-man-machine-teaming-mmt/
  3. 3 points
    C'est vrai Cela dit c'est a pondérer, l'incident de YeonPyong (https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_de_Yeonpyeong) a montré qu'une partie de leur artillerie pouvait etre vulnérable à de la contre batterie Cependant on parle d'un incident vlontairement "controlé" et limité Les conséquences de l'embrasement du 38th parallèle serait tout autre (ne serait ce que par le besoin d'évacuer Séoul, en partie à portée de l'artillerie lourde (170 et 203 mm ) NK ainsi que de ses SRBMs Et toutes les conséquences en cascades de ce simple fait (panique et pertes civiles, désordre sur les marchés, restriction de fourniture de composants electroniques au niveau mondial etc ....)
  4. 3 points
    D'accord sur l'armée de l'air nord-coréenne naturellement. Mais je ne vois pas l'artillerie canon ou balistique du Nord être éliminée rapidement en cas de conflit. Les Nord-Coréens ont repris de la Chine et continué l'art de la fortification et des tunnels. Une partie de leurs - très nombreux - tubes et peut-être la majorité de leurs balistiques sont protégés en tunnels dissimulés. Entre artillerie à longue portée et balistiques à courte et moyenne portée, ils pourraient en cas de guerre maintenir sous le feu non seulement la zone frontière dans la profondeur mais l'ensemble des territoires sud-coréen et japonais avec les bases militaires - notamment américaines - qui s'y trouvent. Ceci dans la durée, pas seulement pour une courte période avant écrasement par les bombardiers américains et sud-coréens... parce que ces bombardiers ne seraient que peu efficaces du fait des fortifications. C'est la question bien sûr. Les armes nucléaires nord-coréennes sont-elles intégrées dans une ogive de missile ? La réponse n'est pas dans le domaine public. Cela dit, on peut parler de probabilité. Vu les obstacles techniques franchis par les Nord-Coréens y compris enrichissement d'uranium, arme à fission plus soit arme exaltée soit arme thermonucléaire, balistiques à plusieurs étages, balistiques mobiles... il y a toute raison de penser qu'ils en sont capables. Et vu que le besoin d'intégrer une arme nucléaire dans l'ogive d'un missile - avec une masse de 500 à 1 000 kg au plus - existe pour eux depuis bien longtemps... il est fort probable qu'ils l'ont déjà fait. Du moins pour les missiles à portée régionale, ceux qui pourraient frapper les bases militaires ou les villes du Japon et de la Corée du Sud. Quant aux missiles intercontinentaux, ils n'ont fait que peu d'essais, et le doute est permis. Donc la Corée du Nord a une capacité de frappe de : - Plusieurs dizaines d'armes à fission (10-25 kt) voire fission exaltée ou fusion (250 kt) sur Corée du Sud et Japon ===> Très probablement - Plusieurs armes à fission exaltée ou fusion (250 kt) sur Hwasong-15 sur l'ensemble du territoire américain ===> Peut-être
  5. 3 points
    moi qui ait vécu jusqu'à 40 ans avec l'URSS j'ai du mal à me faire à l'indépendance de l'Ukraine, la Bielorussie, la Géorgie et des pays Baltes .. alors j'imagine pour un Russe .... ce doit être dans les gènes. Après, la situation économique dans l'ex-URSS aurait été meilleure, est-ce que les velléités d'indépendance de certains états auraient trouvé des échos dans la population ? Sans doute que comme en Ukraine récemment les USA ont un peu forcé la main à l'époque pour ce faire ... Dans un pays à la dérive comme l'est devenue l'URSS après la chute du rideau de fer, gangréné par la corruption, qui a vécu en peu de mois le délitement de ses services public, soumis aux appétits des mafieux des politiques incapables puisque tout est parti en vrille.... le pays a éclaté. Dans des circonstances moins dramatiques cela aurait pu être différent et la réalité aujourd'hui tout autre. Si après le Brexit (s'ila lieu...) la grande Bretagne sombre... on verra vite les nationalistes Ecossais voire Gallois réclamer plus d'indépendance. Même processus en Espagne ou la crise a accentué les volontés séparatistes d'un Catalogne mieux portante (et peu solidaire).
  6. 3 points
    Ca, ça fait un moment que ça fait partie de ce qui a fuité de Lucasfilm. Vrai ou non, difficile de vraiment savoir, étant donné que la prod (Lucasfilm plus que d'autres, JJ Abrams plus que d'autres) a l'habitude, et plus encore depuis l'avènement des médias sociaux, de diffuser de fausses rumeurs, dans un contexte où en plus, l'information à l'intérieur même de la boîte est hyper compartimentée (ils signent sans arrêt des tas de clauses de non divulgation, et tout le monde à Hollywood a une sainte terreur des avocats de Disney), et voit en permanence des tactiques de contrôle par la hiérarchie et le service de sécurité informationnelle/juridique du genre laisser filtrer de fausses infos spécifiques dans différents services (pour identifier les lieux de fuites). Mais l'info passe malgré tout, raison pour laquelle, parmi toutes les rumeurs qui sont sorties, il y en a de vraies, mais savoir lesquelles est pour ainsi dire impossible, même si beaucoup d'amateurs opérant des médias alternatifs (sur Youtube surtout) ont des réseaux d'informateurs conséquents vu que la production ciné est à la fois un très petit monde et un aux vastes effectifs, où beaucoup de gens rentrent et sortent régulièrement, en restant en contact. Et vu ce que beaucoup sont payés, ou ce que beaucoup ressentent quand des franchises pour eux sacrées sont souillées (ou au contraire, quand ils ont un "secret" qui les fait frétiller), il y aura des fuites à rendre la MB de Trump jalouse. Tout l'art des bons amateurs/diffuseurs ayant une plate-forme est la fiabilité de leurs sources et leur nombre pour que des recoupements sérieux puissent être faits. Et il y a des chevaux dans l'espace, dans ce prochain opus de SW. Donc on peut craindre bien des trucs. Mais s'il faut croire les rumeurs autour des séances-tests, et quelques autres fuites qui (conditionnel) les confirmeraient, le scénar qui semble se profiler (parce qu'à ce jour, à moins d'un mois de la sortie, il se dit que ce n'est pas finalisé!), il y a de quoi craindre très fort. Si vous voulez voir, voici une vidéo de l'hurluberlu très connecté qui a été à l'origine de la diffusion d'une bonne partie des fuites les plus "chaudes" sur le sujet, et sur d'autres (il a un assez bon parcours dans le domaine), j'ai nommé Victor Von Doomcock (aucune raison de croire que ce n'est pas son vrai nom): https://www.youtube.com/watch?v=EJqB6iXHZWE
  7. 3 points
    Et on apprend que Yoda est en fait un mogwai qui n'a jamais réussi à se transformer. Pardon j'ai dû me tromper dans l'enchaînement des flashback.
  8. 2 points
    Vu la pénalité en terme de masse et d'encombrement d'un NOSA d'une part, le "coût de possession" et de formation de celui ci, le risque politique en cas d'accident ou de perte au combat (X2 vs un monoplace) et le développement rapide de l'IA, il est évident pour moi que les heures du NOSA sont comptées. Celles du pilote ensuite. C'est le sens du progrès. Regardez ce qui s'est passé, et il y a longtemps maintenant, dans les cockpit des avions de ligne.
  9. 2 points
    De ce qu'on m'a dit, c'est pas non plus du gros oeuvre et, à terme, l'idée est de standardiser toute la flotte FREMM avec une CDT EO/EM commune. Dans tout ce qui a été révélé côté grec, au final ce qui m'interroge le plus reste effectivement le STRALES. De ce que j'avais compris, la MN penchait depuis un moment sur l'idée de passer à une nouvelle variante du 76mm après la fin des livraisons déjà prévues. J'en parlais justement hier avec Fauteuil de Colbert: est-ce qu'elle envisageait déjà le STRALES pour la fin de la série FDI? ça aurait pu être cohérent avec la nouvelle CDT. Y'aura-t-il une convergence des besoins entre FDI + rénovation des Horizon ? Au final, les infos que moi j'avais eu, c'est qu'il est en effet essentiel d'avoir une convergence des besoins (et donc de la configuration) Fr/Gr si on veut des livraisons rapides pour la Grèce (ce qui est dans leur intérêt mais aussi dans le notre, en permettant d'avoir une cadence de production plus rapide, des coûts réduits, et la possibilité de lisser un peu les livraisons MN si jamais cela s'avérait nécessaire). Dans tous les cas, cela imposait donc que tout le monde fasse des compromis, sachant que côté français la MN en avait déjà fait un paquet, imposés par Bercy et la DGA !! (les Marins, partir à poil avec 16 Aster sans brouilleurs ni leurres, c'était pas spécialement leur kiff à eux). Mais, SI (et c'est un ENORME SI) cette vente en Grèce se fait, dans le calendrier évoqué, cela permettra en réalité d'obtenir des frégates mieux équilibrées pour pas spécialement plus cher, voire pour moins cher, selon les gains à espérer d'une commande groupée pour 1+6 frégates plutôt que 1+4 (seule la première est déjà commandée). EDIT: Et, pour le coup, tout le monde est gagnant, surtout la Marine Nationale. -Les Grecs auraient bien aimé mettre des missiles Quad-Pack (CAAM ou ESSM), mais c'est pas une option proposée par les industriels, ni que la MN ne souhaite financer) -La Marine Nationale aurait bien aimé "sur un standard ultérieur" mettre au moins 8 missiles de croisières sur les FDI => Au final on pourrait bien avoir les missiles de croisière + non pas des CAAM/ESSM mais 8 Aster de plus. Dans l'absolu, ça fera toujours le job pour la Grèce (8 Aster "tiens" vaut mieux que 32 ESSM "tu l'auras") qui partirais quand même avec un vrai avantage stratégique de part la présence de MDCN. Et pour la Marine Nationale, on aurait ENFIN un navire équilibré sur la partie aérienne, avec une configuration missile qui match les possibilités offertes par le radar, et un supplément Aster 15 qui compenserait par du hard kill le manque de brouilleurs et lance-leurres. NEANMOINS: l'absence de soft kill rend quand même l'utilisation des FDI en zone littorale (y compris en Mer Egée d'ailleurs) bien plus risquée que pour une FREMM, complément de missiles Aster ou pas ! Je dis ça au passage. Après, la question que je me pose, c'est sur les MDCN et la gestion des missiles et lanceurs: Est-ce qu'on compte augmenter à la fois les stocks d'Aster et de MDCN (les récentes déclarations de Prazuck semblent aller dans ce sens) ? Si oui, dans quelles proportions, pour quels missiles, pour quel prix? En gros, quelle sera notre priorité avec des lanceurs en plus: augmenter la DA de la flotte face au risque de missiles super/hypersonique et les attaques saturantes ? Ou bien augmenter la capacité de frappe dans la profondeur? Ou gérer un peu les deux ? La question mérite vraiment de se poser. On a vu avec la Bretagne et la Normandie que ça n'a pas posé de gros problèmes d'intervertir du A43 et du A50 pour ensiler les missiles Aster, et surtout que c'était pas si sorcier que ça de donner une capacité Aster 30 minimale aux FREMM-ASM. Les Sylver ont l'air relativement plug and play du moment que les câblages et armoires sont là et les espaces réservés. Il serait donc possible d'imaginer que la MN choisisse, pour équiper les FDI en Sylver A70, de récupérer un lanceur sur 5 des 6 FREMM qui en sont équipées. Les achats (pour les FDI et le rééquipement des FREMM voire, soyons fou, pour renforcer les Horizon) se porterait alors uniquement sur des Sylver A50 (effet d'échelle? réduction des coûts?). On se retrouverait alors avec le même nombre de MDCN qu'aujourd'hui, mais répartis sur 6 FREMM + 5 FDI (10 navires avec 8 MDCN, 1 avec 16 MDCN) au lieu des seules 6 FREMM-ASM aujourd'hui. Par contre, toutes les frégates de la flotte (sauf une FREMM éventuellement) seraient alors capables d'embarquer à la fois des Aster 15, des Aster 30 et des MDCN. Ce qui nous fait un beau gain en capacités de défense aérienne de zone et de lutte anti-missile. Après, l'autre choix (ne rien changer sur les FREMM, et commander plus d'Aster et de MDCN pour les FDI) me convient aussi très bien. Mais on se focaliserait alors plus clairement sur l'action vers la terre, tout en ayant un boost appréciable en matière de DA. Cette option aurait aussi l'intérêt de maximiser le nombre de lanceurs A70 dans la flotte (136 silos au lieu de 96), sachant que ce format de VLS pourrait peut-être intégrer un futur anti-navire lourd (franco-anglais?) voire un futur intercepteur ABM. J'imagine que les réflexions sont en cours dans la MN. En tous cas je trouverais dommage qu'on se lance dans une telle configuration FDI sans envisager outre-mesure les implications à plus large échelle.
  10. 2 points
    Pas qu'un particulier, il a fait ce modèle pour Thalès, qui lui demandait un modèle du FCAS dans le cadre de son stage. EDIT : le modèle est plutôt sympa, mais je lui vois deux soucis. Tout d'abord, les trappes rétractables pour les trains ne sont pas particulièrement utiles et consomment beaucoup de place à l'intérieur de l'avion, sans parler de la complexité additionnelle antithétique de la philosophie Dassault. Ensuite, le ventre de l'appareil mériterait d'être continu plutôt que séparé en un bloc central et les deux blocs réacteurs, d'une part pour optimiser la question du corps portant et réduire les angles de réflexion chiants, d'autre part pour maximiser le volume disponible pour une soute centrale.
  11. 2 points
    Eh hop, tous en biostase en attendant le SCAF.!
  12. 2 points
  13. 2 points
    Et pour tous les ceusses qui n'auraient qu'une idée incomplète de la valeur de l'Oeuvre de E. L. James, je recommande instamment la recension qu'en fit l'Odieux Connard. Au péril de sa santé mentale, certes À l’instant où vous lisez ces lignes, vous avez tous une dette de sang envers moi. Car vous, cruels lecteurs, n’avez eu aucune pitié pour l’honorable gentilhomme que je suis. Mails, messages Facebook, Twitter, et même demandes de vive voix, rien ne m’aura été épargné pourvu que j’aille voir 50 Shades of Grey à votre place. Et pour vous donner un aperçu de l’ampleur de la tâche, rappelons que 50 Shades of Grey est le film adapté du livre éponyme, lui-même à l’origine une fanfiction de Twilight (mais nous y reviendrons), qui est un livre lui aussi tiré d’autre chose, à savoir l’anus de Satan d’après les premiers éléments de l’enquête.
  14. 2 points
    c'est parti mon bibi!!! https://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/israel-benjamin-netanyahou-mis-en-examen-pour-corruption-fraude-et-abus-de-confiance_2108419.html?utm_source=ocari&utm_medium=email&utm_campaign=20191121175142_47_alt_nl_lexpress_flash_5dd6c09e8b44679d257b23c6&xtor=EPR-583-[20191121175142_47_alt_nl_lexpress_flash_5dd6c09e8b44679d257b23c6_002IAM]-20191121-[_005A1B5]-[RB2D106H0014TPQY]-20191121045300#EMID=f65d64a5d9c0058e34f100cae86198b62276287bc3ffde6acc98f628323bacd6
  15. 1 point
    Effectivement y a une bielle et un petit bras tiré ... pour l'amortisseur c'est lié a l'hydraulique de réglage de l'assiette mais j'ai pas le détail, type hydropneumatique.
  16. 1 point
    A priori c'est une cascade de pignon qui sert de réducteur comme un "portal axle".
  17. 1 point
    La modernisation des transports : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Paz#Bus La ville a inauguré en 2014 le premier véritable système de transports du pays. Un premier réseau structurant de bus, fabriqués en Chine et surnommés Puma Katari, sillonne les artères principales observant des arrêts fixes. Nouveauté remarquable par rapport aux « micros » classiques qui s'arrêtaient à la demande et avaient une faible vitesse d'exploitation. Les bus arborent une livrée originale reprenant en dessin des symboles de la ville et du pays. Il est prévu d'introduire progressivement des bus à 2 étages afin d'augmenter l'attractivité de ce mode de transport et desservir de nouveaux quartiers. https://gringoinbolivia.wordpress.com/2014/07/05/public-transport-and-the-puma-katari/ (5 juillet 2014) Après toute une vie de souffrances, les Paceños (habitants de La Paz) ont été ravis de l'arrivée de quelque chose de plus civilisé. Peu importe qu'il s'agisse d'un bus normal comme le reste du monde utilise depuis des décennies, le Puma Katari est moderne, spacieux, confortable, bon marché et dispose même du WiFi gratuit. Contrairement aux moyens de transport précédents, les passagers doivent monter et descendre aux arrêts d'autobus dédiés, ce qui accélère considérablement le trajet. https://fr.wikipedia.org/wiki/Téléphérique_La_Paz_-_El_Alto Le téléphérique La Paz - El Alto, officiellement baptisé Mi Teleférico, est un réseau de téléphérique urbain reliant les villes boliviennes de La Paz et d'El Alto. Mis en service le 30 mai 2014, le réseau originel comptait trois lignes. Une seconde phase ajoute huit lignes supplémentaires au réseau, dont sept sont en juin 2019 en service. La ville possède ainsi le réseau de téléphérique urbain le plus long et le plus fréquenté du monde, qui a la particularité d'être également le plus élevé au monde, grâce aux trois premières lignes qui totalisent 10,3 kilomètres2 empruntées annuellement par plus de 25 millions de passagers.
  18. 1 point
    Le modele 75m est doté d'un petit hangar pour un drone hélico de taille modeste uniquement. De même la rampe pour RHIB apparente n'est plus - ou bien elle est de taille beaucoup plus modeste pour rentrer sous la plateforme, cette zone sous la plateforme est libellé "Reconfigurable mission bay" - ... et il semble que les RHIB soient lancé plus classiquement depuis les niche sur les bords. Ici un modele marketté un peu plus tot ... et vendu pour 79.5m ce coup ci ... meme si je ne vois pas bien les différences. On voit la taille des drone hébergé a bord ... c'est tres modeste. Voilà la config de l'arriere ... a priori c'est HK qui a mélangé les deux version ... ci dessous on voit a l'avant le volume hébergant le VLS protubérant.
  19. 1 point
    Ingestion aviaire de léporidé. C’est possible: La suite du recit d’Enzo34 sur C6 ici http://www.checksix-forums.com/viewtopic.php?f=279&t=206505 D’autres récits rigolos, dont une vache larguée d’un avion qui coule un chalutier.
  20. 1 point
    Bizarre ça ???? A croire qu'ils étaient tous en Turquie ou en zone sous influence turque .... "La Turquie prétend détenir le commanditaire d'attaques en Allemagne et Russie" : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/la-turquie-pretend-detenir-le-commanditaire-d-attaques-en-allemagne-et-russie-20191122
  21. 1 point
    Livré en Sicile le premier drone GLOBAL HAWK pour le programme OTAN Alliance Ground Surveillance http://www.ilgiornale.it/news/mondo/italia-sigonella-atterrato-primo-drone-sistema-ags-nato-1788488.html
  22. 1 point
    Entièrement d'accord avec toi : La trouée de Suwlaki c'est "nous nous tenons par la barbichette" d'un côté l'enclave de Kaliningrad de l'autre les pays baltes enclavés. C'est un excellent thermomètre des relations OTAN-Russie, c'est pour cela que je trouve utile de renforcer les forces baltes
  23. 1 point
    Rien n'est parfait dans un pays, mais cela ne justifie pas un coup d'état
  24. 1 point
    70 c'est la limite basse 80 la limite haute pour l'infrastructure et il faut un bateau simple et endurant la Gowing 100 c'est un peu to much
  25. 1 point
    Merci de votre réponse. Du coup, il ne reste plus à attendre que certaines personnes (mais les bonnes, les mieux placées) relancent cette idée. Pas gagné. edit : ce que j'ai trouvé sur le E4 égyptien (6 galets sur le dessin) :
  26. 1 point
    Étonnant de constater comme l'Allemagne et la France sont à contre courant. Avec les FDI, la France va produire de petites frégates finalement bien armées (merci la Grèce au passage). Avec les MKS 180, l'Allemagne va produire des croiseurs. J'attends de voir l'armement des MKS 180 pour me prononcer. Toutefois, par hypothèse, il devrait être conséquent, ou alors j'ai rien compris au truc (à moins que ce ne soient les allemands).
  27. 1 point
    https://www.lepoint.fr/monde/bolivie-l-effondrement-du-mythe-evo-morales-19-11-2019-2348366_24.php article intéressant sur la situation politique en Bolivie et une certaine forme de dérive d’evo Morales
  28. 1 point
    Bah les unités de l'OTAN avait des cuves réservés dans chaque station service en Allemagne (-sans compter d'eventuelles requisitions) Et avant de passer a la turbine a helico comme moteur pour char, les GMP Otan etaient egalement assez larges en terme de carburant acceptable
  29. 1 point
    http://www.opex360.com/2019/11/21/la-direction-generale-de-larmement-etudie-le-recueil-du-renseignement-electromagnetique-via-un-ballon-captif/ expérimentation !
  30. 1 point
    Je ne vois pas où la suprématie marocaine serait citée dans l’article ni même mise en lumière. Au contraire l’article parle des Mi28N algériens face auxquels le Maroc était jusqu’à présent dépourvu. Ce serait plutôt un rééquilibrage des forces en présence qu’une suprématie d’un pays sur l’autre. J’avoue ne pas bien comprendre non plus cette rivalité stérile entretenue entre le Maroc et l’Algerie. Ils auraient tout à gagner à s’entendre et à prendre le leadership à deux de l’Afrique du nord et du Maghreb. Comme le couple franco-allemand en Europe.
  31. 1 point
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/espagne-19-ex-dirigeants-socialistes-condamnes-dans-un-scandale-de-corruption-20191119 (19 novembre 2019) Dix-neuf anciens dirigeants socialistes d'Andalousie (sud), fief historique du Parti socialiste espagnol (PSOE), ont été condamnés mardi à des peines de prison ou d'inéligibilité pour l'un des plus gros scandales de corruption de ces dernières décennies dans le pays. Ces anciens membres du gouvernement andalou ou de l'administration régionale sont condamnés pour avoir attribué dans la plus totale opacité des centaines de millions d'euros d'aides destinés en principe à assister les salariés licenciés et les entreprises en difficulté.
  32. 1 point
    Tout pays avec des capacités industrielles un peu significatives est de fait, un "pays seuil". Un fait intéressant avec Taiwan, est que ses scientifiques ont développé une méthode d'enrichissement à base de laser très compacte, permettant en théorie de mener facilement un programme clandestin. Je serais étonné que ce ne soit pas deja le cas et qu'il n'aient pas quelques dizaines de kilos de matière fissile de qualité militaire planqué quelques part.
  33. 1 point
    Dans la série Qu'est-ce qu'on se marre, je recommande l'ambassadeur russe auprès de l'UE Vladimir Chizhov qui déclarait il y a trois jours à un journaliste d'Euractiv qui l'interrogeait sur la déclaration de Macron comme quoi l'OTAN est en état de mort cérébrale : "Pour souffrir de mort cérébrale, encore faut-il avoir un cerveau" Da, da, nous dans la diplomatie russe on aime bien les boute-en-trains ! Bizarrement, le journaliste n'a pas eu l'air d'apprécier la blague ?
  34. 1 point
    Un peu d'histoire : https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2012-4-page-23.htm Cécile Casen, Le katarisme bolivien : émergence d'une contestation indienne de l'ordre social, 2012 Vingt ans après que la Révolution de 1952 a mis fin au règne de la Rosca (oligarchie minière et latifundiaire), instauré le suffrage universel, nationalisé les mines et promulgué la réforme agraire, le katarisme dénonce la persistance de l’exploitation économique et de l’oppression « culturelle » dont sont victimes les Indiens. La postérité des thèses kataristes tient à leur contestation de la politique indigéniste d’État qui, comme l’a montré Henri Favre, vise à moderniser la société et à la convertir en nation en s’appuyant, comme ailleurs en Amérique latine, sur un modèle intégrationniste. Ce mouvement syndical paysan, dont l’aire d’influence couvre avant tout l’altiplano de la région de La Paz, participe du moment charnière qui voit le passage, dans le champ des luttes, d’une conception de la société en termes de classes à une interprétation qui prend également en compte l’appartenance ethnique. À partir de 1964, l’accession au pouvoir des militaires se traduit par l’instauration de la dictature du général Barrientos. Ce dernier continue à utiliser la loyauté des paysans envers le régime comme rempart face au mouvement ouvrier. Le « pacte militaire-paysan » [est] signé en 1966 : en échange d’une aide directe des forces armées aux paysans, le pacte doit assurer un soutien inconditionnel de ces derniers aux gouvernements militaires. Dirigée contre le mouvement ouvrier, cette alliance a pour contrepartie le respect des acquis de la Révolution (réforme agraire, éducation, droit syndical, etc.). Elle s’accompagne d’une répression féroce du mouvement ouvrier. Le 24 juin 1967, le « massacre de la Saint Jean » est perpétré par l’armée alors que devait se tenir le Congrès national des mineurs dans le plus grand centre minier du pays. Le général Barrientos se présente comme le continuateur de la Révolution et des gouvernements MNR qui l’ont précédé. Sa maîtrise de la langue quechua et sa politique paternaliste du « plata, pisco y palo » (« argent, alcool et bâton ») lui permet de tenir les paysans sous sa coupe. Pourtant, sa tentative de réforme de la fiscalité des campagnes en 1968 déclenche de vives résistances. Si la région de Cochabamba reste calme, une révolte éclate sur les hauts plateaux à la suite de la visite du Président à Achacachi. Le Bloc paysan indépendant (Bloque Independiente Campesino, BIC), qui voit le jour dans la foulée s’oppose au « pacte militaire-paysan » en prônant l’alliance avec la principale confédération ouvrière du pays, la COB, contre le régime militaire. S’il reste minoritaire dans le monde paysan, le BIC constitue la première faille visible dans l’unanimisme d’un appareil syndical paysan allié au pouvoir depuis 1952. En 1971, le coup d’État militaire du général Hugo Banzer met un terme à cette ascension du katarisme. Il marque une rupture du pouvoir avec l’idéologie du MNR et met fin aux relations qui l’unissaient aux paysans. Banzer incarne l’« autre Bolivie », celle des Basses Terres ; il considère avec mépris les régions andines et plus encore les paysans collas, responsables, selon lui, du sous-développement du pays. Les relations entre la paysannerie et le pouvoir ne peuvent dès lors que se dégrader. Le durcissement très net du régime fait taire le syndicalisme katariste, qui est interdit. Le gouvernement de Banzer s’inscrit dans le contexte régional des dictatures militaires du cône sud et participe activement au plan Condor. La répression s’exerce désormais au nom de la doctrine de la Sécurité nationale et du retour à l’ordre contre le chaos. Elle se solde par des centaines de morts. La politisation de l’identité indienne opérée par le katarisme dans les Andes est intrinsèquement liée à l’expérience sociale des migrants ruraux dans le contexte postrévolutionnaire. Entre 1950 et 1976, la population de La Paz se multiplie par trois. L’émergence d’une culture urbaine aymara et quechua et la progression du bilinguisme montrent que les migrants qui s’installent en ville ne cessent pas pour autant de se sentir aymaras. Le discours indianiste est produit et promu par une nouvelle élite, d’origine rurale, qui est la première à bénéficier des réformes éducatives et de l’ouverture sociale postrévolutionnaire. Toutefois, l’expérience de ces militants est également marquée par la discrimination et l’exclusion. En effet, leur arrivée en ville constitue pour les migrants de l’altiplano une douloureuse prise de conscience. Comme l’expliquent Franck Poupeau et Hervé Do Alto : « [Leur] insertion dans un milieu urbain essentiellement “créole” tend à faire de leur héritage aymara une “sous-culture”, exposée à une culture dominante perçue comme coloniale et raciste ». Lorsqu’ils dénoncent la continuité coloniale et la perpétuation des relations d’exploitation en faisant le constat de leur condition d’« étrangers dans leur propre pays », ils pointent les limites du paradigme intégrationniste et dénoncent une discrimination d’autant plus intolérable qu’elle est formellement niée. Pourtant, il est clair que le mouvement émerge dans des conditions historiques définies par l’affirmation libérale de l’égalité politique : paradoxalement, c’est cette référence aux principes et aux avancées révolutionnaires qui rend possible la critique de la Révolution. Juan Condori, étudiant en philosophie à La Paz dans les années 1970, exprime ainsi les contradictions à l’œuvre : « Actuellement ils nous appellent “paysans”, et nous qui sommes aymaras, ouvriers, mineurs, profesionales, nous avons été dépouillés de notre personnalité de peuple aymara ». Ces propos renvoient au fait que derrière l’identification comme « paysan », c’est bien l’« Indien » qui est signifié puisque ce qualificatif en vient à désigner indifféremment des ouvriers ou des profesionales. Insérés dans la vie urbaine, les kataristes demeurent perçus comme des paysans. Eux-mêmes revendiquent d’ailleurs cette identification à la condition de leurs pères. Il s’agit pour eux de s’affirmer en tant que paysans alors même qu’ils vivent en ville, c’est-à-dire de partager une communauté de destin avec les Indiens. L’expression d’« étudiant paysan » met ainsi l’accent sur une continuité, celle de la discrimination. Alors que le MRTK (Movimiento Revolucionario Túpac Katari) prône l’alliance avec le mouvement ouvrier, le MITKA (Movimiento Indio Túpac Katari) s’appuie sur une idéologie indianiste et appelle de ses vœux la reconstitution de l’empire inca, le Tawantinsuyu. [Se distingue alors] l’indianisme radical d’un F. Reinaga qui en représente la limite clairement raciste. Le chantre de la « révolution indienne » rejette catégoriquement l’assimilation et le métissage, ce qui le conduit à condamner le marxisme en tant qu’idéologie occidentale. Les accents prophétiques de ses écrits chargent l’Indien d’une mission libératrice, tout en faisant de Reinaga un auteur qui absolutise la différence entre Indiens et non-Indiens. Selon lui, il y a deux Bolivies dans la mesure où les Indiens constituent une nation et que le « cholaje blanco mestizo » en forme une autre. Dans la mesure où l’une est opprimée et que l’autre est oppresseur, culture indienne et culture occidentale sont incompatibles. La révolution indienne est désignée comme une révolution raciale, ce qui revient à renverser l’habituelle hiérarchie des races. Là où les indianistes voient une alternative exclusive, les kataristes croisent les catégories classiste et ethnique en déclarant : « Nous nous sentons économiquement exploités, culturellement et politiquement opprimés ». Ils dépassent ainsi une vision strictement ethnique mais surmontent également le réductionnisme classiste de la majorité des syndicats et partis de gauche. [Dans le texte de référence du katarisme, le Manifeste de Tiwanaku (1973)], les écoles normales rurales sont accusées de pratiquer un « lavage de cerveaux » sur les futurs enseignants. L’« Occident individualiste » est opposé au « système coopératif naturel à un peuple qui a créé des modes de production fondés sur l’aide mutuelle ». Au sujet des valeurs proposées pour définir leur communauté, les auteurs du Manifeste précisent : « L’Indien est noble et juste ; il est sobre et profondément respectueux ; il est travailleur et profondément religieux ». Ce n’est pas le moindre des paradoxes que l’exigence de changement social repose sur une vision à la fois essentialiste et conservatrice du sujet censé en être le porteur. Dans son travail sur Puno, au Pérou, François Bourricaud remarque que la question de l’ethnicité émerge dans une société où « les barrières culturelles entre groupes ont été sinon abattues ou renversées, du moins érodées par une multiplicité de transactions économiques et non économiques ». Il met en évidence le paradoxe suivant : l’Indien se revendique comme tel au moment où les communautés paysannes sortent de leur isolement. Dans le cas bolivien, les kataristes expriment une spécificité culturelle à l’occasion d’une sortie de la communauté. Dès lors, on peut considérer que le préalable à la politisation des identités n’est autre que la diminution de l’hétérogénéité culturelle réelle. Ils ne sont plus ruraux mais pas encore tout à fait urbains, plus paysans mais pas encore prolétaires. Comme l’indique H. Favre, « ils se définissent seulement par ce qu’ils ont cessé d’être ». De fait, l’émergence du katarisme en Bolivie est l’une des premières manifestations d’une tendance qui se confirme à partir des années 1980-1990. Le déclin du mouvement ouvrier contribue alors à la montée en puissance du paradigme ethnique. La figure de l’Indien apparaît de plus en plus comme l’incarnation d’une nouvelle avant-garde révolutionnaire. L’accélération du phénomène d’urbanisation et, en particulier, la croissance de la ville de El Alto à la périphérie de La Paz [La ville de El Alto est passé de 11 000 habitants en 1950 à 865 000 en 2008. Son expansion date surtout des années 1980] donnent lieu à des dynamiques sociales comparables. Le maintien de liens sociaux, économiques et symboliques avec l’environnement rural renvoie à l’identification partagée entre les paysans des hauts plateaux et les habitants de El Alto, identification qui détermine la possibilité d’une alliance à laquelle les mouvements sociaux des années 2000 et le parti d’Evo Morales – le Movimiento al Socialismo (MAS) – apparaissent largement redevables. Le flou de l’interpellation masiste reconduit la combinaison katariste entre catégories ethnique et classiste. Les aspirations portées par le gouvernement du MAS depuis son arrivée au pouvoir en 2005 se tournent à la fois vers une plus grande égalité citoyenne et vers une volonté de décoloniser l’État. La « révolution démocratique et culturelle » repose sur une interprétation qui pense la colonisation comme rupture historique fondamentale, partant envisage la continuité entre l’État colonial et l’État libéral. Les questions posées par un tel processus ne sont pas étrangères à celles déjà soulevées en son temps par le katarisme
  35. 1 point
    Un morceau d'anthologie de la part de Vladimir https://www.connaissancedesenergies.org/afp/energie-poutine-tacle-lidee-etrange-de-se-passer-du-gaz-191120
  36. 1 point
    Qui plus est, c'est une position qui t'expose largement à l'appétit commercial du fournisseur, lequel pourrait bien en profiter pour te glisser, en douce, une nouvelle commande de F-35 par là où tu te montres si disposé à l'accueillir.
  37. 1 point
    Encelade : fin du mystère des rayures de tigre sur la lune glacée https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/encelade-encelade-fin-mystere-rayures-tigre-lune-glacee-78390/
  38. 1 point
    dont les essais de 2019 n'ont pas été très bons. Panne (ca arrive !) et agilité de l'avion en retrait par rapport au F18 "legacy".
  39. 1 point
    belles photos de la bestiole, la delta 4 heavy vaut le coup d'oeil, un bon gros bébé, mais je lui prefère la FH ULA kicks off next Delta 4-Heavy launch campaign https://spaceflightnow.com/2019/11/17/ula-kicks-off-next-delta-4-heavy-launch-campaign/
  40. 1 point
    Si cela peut parfaitement être fait : http://img89.xooimage.com/views/a/8/e/001_211-37e1975.jpg/ http://img92.xooimage.com/views/5/f/3/le-hk-417-3a9d3bb.jpg/ Même si c'est con Y a pas de petites économies mon bon monsieur. En plus c'est "combat proven".
  41. 1 point
    @mehari Tiens je t'ai trouvé deux photos
  42. 1 point
    Je crois surtout que c'est sous le gouvernement Jospin avec le MinDef Alain Richard que ces décisions ont été prises. Pour la précision du MAS 49-56 en 7.62 auto, tous n'ont pas eu ce même retour après les tests de l'arme modifiée par le bien connu "armurier breton". Clairon
  43. 1 point
    Pour Mehari : les dires du précédent CEMAT lors de sa dernière audition à l'assemblée nationale. Pour le SCAR, j'ai repris la première appelation qui me venait en tête ... Clairon
  44. 1 point
    On achète aux suisses de quoi tirer une non-rafale précise ; et ils nous achètent précisément de quoi tirer par Rafale. Plouf. --->
  45. 1 point
    Cela a été toujours le but ; à partir maquette 3D BE et réseau intranet que le chantier extrait les isométries du piping ou hvac ...pour confection bécane Alors faut évidement qu'aux manettes du 3D on ait des pointures ( idem à la planche d'ailleurs ) ben sinon dés fois ( souvent ) on se retrouve avec des intersections gaine/tuyau et des correctifs et évolutions à la pelle Si plus de papier , phase de rodage terminée , on frise alors l'excellence
  46. 1 point
    À cette époque de la guerre, le Japon, pauvre en matières premières, n'a plus de flotte de commerce ou de transport, l'aviation américaine a miné les eaux non sillonnées par les sous marins et jusqu'au milieu de la mer intérieure de Seto. La flotte combinée est au fond de l'eau, celle d'escorte aussi. il n'existe plus d'effectifs pour maintenir une force navale cohérente. Les sous mariniers, qui avaient coutume de retirer leurs canons de pont car inutile dans une guerre sous marine totale en mer bleue, se rééquipent en pièces d'artillerie (canons de 75 et plus, plus des canons automatiques de 40mm). L'usage de torpilles est en effet rendu difficile car les japonais en sont revenu aux jonques en bois, au tirant d'eau trop faible pour être accrochés par de tels engins... Pourquoi ? il n'y a plus de métal pour les navires qui n'avanceraient pas car pas assez de charbon ou de pétrole... Le pays, qui dépendait d'importations pour sa nourriture, meurt globalement de faim, n'a plus de métaux, pas de caoutchouc, plus d'essence, ses villes brûlent sous les incendiaires larguées par des bombardiers qui, de jour, volent à une altitude trop haute pour être interceptés (les B-29 sont pressurisés) et, de nuit, peuvent s'autoriser des raids dévastateurs à "faible" altitude. C'était déjà fini à ce stade et le combat ne dure encore que par la volonté des politiciens de poursuivre jusqu'au seppuku national s'il le faut.
  47. 1 point
    je ne me souviens pas qu'on ait fabriqué 6 AMX32 ! Parfois les gens confondent l'AMX32 avec certains châssis d'AMX30B2 bricolés comme l'AMX30C2 avec le GMP allemand. Pour moi il n'y a eu que 3 vrais AMX32. les commandes électriques ont été développés par un grand ingénieur de l'AMX-APX, Emile Urvois, expert en automatismes. C'est à lui que l'on doit les pointages de la tourelle du Leclerc. L'idée d'Emile Urvoy était de drastiquement simplifier les commandes de pilotage en supprimant le volant et les pédales et en les remplaçant par un unique joystick. Poussé en avant on avance, en arrière on freine puis on recule, à gauche et à droite pour tourner. Pour que ce soit simple vu du pilote il fallait développer une électronique de contrôle sophistiquée avec des lois de pilotage très pointues. Et si mes souvenirs sont bons c'est sur un AMX30B2 que ça a été implanté et ça marchait très bien pour l'avoir vu sur les pistes de Satory.
  48. 1 point
    défense magazine : septembre décembre 1977 compte rendu Satory 77
  49. 1 point
    Je vais me mettre en coma éthylique thérapeutique tiens... Ça va vite passer le voyage Terre/Mars !
  50. 0 points
    Modèle 3d du ngf par un particulier. Très proche du delta de Dassault. https://skfb.ly/6JoPR