Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 01/20/2021 in all areas

  1. 19 points
    Mais avoir un gros nez serait la panacée, du moins si l'on en croit les plus endoctrinés. Seuls ces coqs gaulois, adeptes de finesse, arrogants emplumés qui n'ont jamais de cesse de savoir mieux que tous ce qu'il convient de faire pour économiser et pourtant faire la guerre, n'ont pas encore cédé aux canons du moment qui viennent des US, l'étalon des faignants.
  2. 13 points
    Est-ce de la finesse ou l'esprit agacé Souvent tordu, gaillard devant l'adversité Le fier gaulois ne s'en laisse pas compter Ses forumeurs, ses ingénieurs, ses chercheurs, Tous en cœur veulent répliquer et s'impliquer. Les bonimenteurs, les flatteurs, les emmerdeurs N'auront grâce qu'une fois le rafale loué
  3. 13 points
    Alors je vais tenter de justifier ce prix: A quel prix ont-ils été acheté? Le projet de loi de Finance du Sénat pour 2015 nous donne les coûts de production et c'est un coût unitaire (hors coût de développement) de 73 millions d'euros pour le Rafale B (pour 110 avions), 68 millions pour le Rafale C (pour 118 avions) et 78 millions pour le Rafale M (pour 58 avions). http://www.senat.fr/rap/a14-110-8/a14-110-818.html#toc288 Il faut remarquer que ces coûts sont TTC, ils impliquent un prix TTC qui comporte une marge de 7/93 soit un prix unitaire (hors coût de développement) de 78,5 millions d'euros pour le Rafale B (pour 110 avions), 73 millions pour le Rafale C (pour 118 avions) et 84 millions pour le Rafale M (pour 58 avions). Comme les Rafale M ne sont pas concernés, on va prendre un coût moyen de 75 Millions. Entre 2015 et maintenant l'inflation ne compte pas. A l'export les prix sont HT ça donne un prix moyen de 60 Millions. Alors bien sûr à l'export Dassault les vend 95 Millions mais à l'export les risques sont plus grand et la marge ne peut pas être de 7% seulement et en plus l'industrie a participé pour 25% au développement avec l'autorisation de se refaire à l'export. Comme au départ le volume d'export estimé est plutôt faible ça entraîne un prix assez élevé qui n'est fonction que du marché. Par rapport à ce prix de 60 Millions, qui sera le vrai prix de remplacement pour l'état, car la TVA lui reviendra, même si elle ne revient pas dans le budget des armées, nous vendons les Rafale d'occasions 400/12= 33,5 Millions. Eh bien si par exemple ils ont 3800 h de vol soit 15 ans de vie opérationnelle, ça se justifie facilement et si ils en ont moins ça se justifie plus difficilement au fur et à mesure qu'ils sont plus jeune. En plus ils ne sont pas aptes à passer en F4.2 sans un coût important d'upgrade.
  4. 11 points
    Mais que n'ai-je provoqué, dans vos esprits agités ? Qu'ai-je réveillé, tapis dans l'adversité ? Le Peuple Français, si coutumier des défis ne saurait résister sans quelques mots d'esprit pour désarmer les contempteurs du Rafale et faire au Lightning II le juste honneur du pal.
  5. 11 points
    Juste au sujet de ce HS sur le Starfighter, quelques facteurs aggravants : Son domaine d'emploi (le strike, grande vitesse à très basse altitude) faisait qu'il était utilisé pile là où les chances d'attraper quelque chose en vol (oiseau, antenne, câbles, etc.) était potentiellement néfaste pour le moteur (unique). Son domaine d'emploi faisait qu'en cas d'avarie moteur, le délai avant d'encadrer la planète était inférieur à 10 secondes. Son domaine d'emploi avait une altitude plafond inférieure à celle du plancher d'utilisation du siège. L'éjection dans les 10 secondes précitées était potentiellement mortelle, par construction. La seule issue à une avarie moteur, c'était tirer sur le manche pour tenter de revenir dans le domaine d'emploi du siège, avant d'en tirer la manette. Ca voulait dire avoir une conscience extrême du déroulement de l'incident en cours.
  6. 11 points
    Et la courtoisie, tu en fais quoi? Quand quelqu'un est perdu, on lui indique le chemin… @Predator14 Tu trouveras le forum que tu cherches ici: https://www.f-16.net/
  7. 11 points
    Signature le 25, avec Parly à Athènes:
  8. 11 points
    Actuellement, le gouvernement populiste polonais mène une politique très naïve et locale. Il vaut la peine de lire ce que disent leurs prédécesseurs sur les relations internationales, car il reviendra probablement au pouvoir un jour. https://kulturaliberalna.pl/2019/09/24/wywiad-sikorski-huawei-trump-polska-chiny/?fbclid=IwAR3kdlG3_o34ptUGVIBfcfRPRmZwWOB1TNhafjaTISCZJNENZVIDZqu-sfY Ministre des Affaires étrangères dans le cabinet libéral de Donald Tusk. https://fr.wikipedia.org/wiki/Radosław_Sikorski "Certains de nos politiciens, qui ne connaissent pas les États-Unis, devraient en tirer des conclusions et réaliser quelle est la place de la Pologne dans la hiérarchie des alliés de la Maison Blanche. Les États-Unis sont un allié stratégique pour la Pologne, mais c'est une relation unilatérale." "Depuis 20 ans. C'est pareil, car nous avons une autre équipe de perdants qui pensent qu'en politique internationale cela fonctionne de telle manière que plus nous en voulons, plus notre allié clé se sent réciproque ...” “Le gouvernement du PiS poursuit une politique similaire à celle du gouvernement SLD (post-communistes), qui a envoyé une brigade en Irak gratuitement et a rendu Kiejkuty disponible, pour lequel il a pris des dollars dans des cartons. Et maintenant, la Pologne doit payer une compensation aux terroristes pour avoir été interrogés en Pologne.” “Les gouvernements polonais successifs s'y sont efforcés et nous avons fait des progrès chaque décennie. Mais le PiS oublie que toute la logistique militaire de l'OTAN et des États-Unis passe par l'Allemagne. Et que sans la coopération allemande, les Américains ne pourront pas défendre la Pologne. De plus, le conflit avec la Chine est dix fois plus important pour les États-Unis que pour la Pologne. Si cette rivalité devient incontrôlable, alors toute la force sera jetée là-bas, pas ici. Et c'est pourquoi il est insensé et naïf de s'engager aussi sans équivoque envers une seule superpuissance ayant toutes sortes d'intérêts.” “Le gouvernement du PiS imagine que si nous achetons suffisamment de matériel militaire, payons la base et nous proposons comme représentant américain au sein de l'Union européenne, les États-Unis seront contraints de nous défendre. Je suis sceptique. Je crois que le fait que les Américains - en cas de besoin - nous défendent ou non, sera le résultat d'un calcul de leurs intérêts, à la fois stratégiques et internes, sur lequel nous avons peu d'influence. Parce que ces intérêts dépendront de ce qui se passera d'autre dans le monde - par exemple, s'il y aura paix ou guerre dans le Pacifique. Si un conflit éclate là-bas, la Pologne dans une rangée des pays de la deuxième ligue chutera beaucoup plus bas. L’Europe cessera de compter. Les légions iront en Asie. La question est de savoir comment se comporter en cela: assumer le rôle d'un Premier ministre américain, ou d'un allié sérieux, qui a ses propres intérêts.” https://www.project-syndicate.org/commentary/germany-france-european-union-power-balance-by-jacek-rostowski-and-arnab-das-2-2019-08?barrier=accesspaylog Jacek Rostowski - ministre des Finances dans le gouvernement de Donald Tusk. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacek_Rostowski
  9. 10 points
    Moi je ne te donne pas longtemps à vivre sur ce forum, à moins que : 1- tu n'apprennes à lire les interventions de gens 2- tu n'apprennes à présenter des opinions plus argumentées et moins manichéennes 3- tu n'apprennes à écrire Edit : 4- tu n'apprennes la modestie et la politesse
  10. 10 points
    Quand les méthodes d'hier permettront de gagner la guerre de demain. Je ne suis pas certain que ce soit pour aujourd'hui ...
  11. 10 points
    Alain Delon ne se rend pas en Grèce. C'est la Grèce qui se rend à l'évidence qu'est Alain Delon.
  12. 10 points
    Oui ça lui donne un air de pansement.
  13. 9 points
    Je ne le dirai pas, comme dab. A prendre ou à laisser :) Avion récemment livré à l’armée de l’air= avion F3R ? Ah bon ? Faut être logique, le standard F3R est opérationnel depuis fin 2019. Le dernier Rafale livré à la France l’a été fin 2017, donc aucun Rafale récemment livré a l’armée de l’air n’est au dernier standard. Et les premiers avions à être retrofit au standard F3R ne sont pas les derniers livrés, ça ne marche pas comme ça. Pour les Radars j’en ai aucune idée. Et même si je le savais je ne le dirai pas !
  14. 9 points
    Ce n'est pas ce que j'ai entendu. Il me semble que la Grèce a remboursé par anticipation les prêts qui lui restaient suite à la crise de 2008. On n'est pas les seuls à apprécier not'minist' !
  15. 9 points
    Les bosniaques avaient tiré les leçons de la guerre du Golfe. Ils alternaient la mise en/hors service de leurs radars de conduite de tir pour supprimer toute efficacité aux missiles anti-radar. Si les irakiens ont tout perdu rapidement, là c'était une autre paire de manches ; Les bosniaques ont pu conserver l'essentiel de leurs moyens S/A durant toute la guerre, malgré un accroissement considérable du nombre de missions SEAD par rapport à l'Irak. Pour faire court (et simple) : Un missile qui remonte le signal radar pour viser l'antenne c'est bien, tant que l'antenne émet quelque chose. Dès qu'elle est éteinte ton missile part aux fraises. Au mieux il pète une antenne en laissant intactes les autres qui sont sur le même réseau, auquel cas la batterie est toujours opérationnelle. S'il y a eu quelques améliorations ponctuelles pour contrer cette absence de collaboration de la part de l'ennemi, ça reste insuffisant puisque le succès est largement aléatoire (= insatisfaisant). Des alternatives existent et reposent sur d'autres principes. Par exemple, la saturation avec des "missiles"/leurres imitant la signature de vecteurs offensifs avec l'idée de forcer l'ennemi a tirer tous ses missiles sur ces leurres, neutralisant de facto les batteries sol/air du secteur. Ca demande de gros moyens, et ça coûte une blinde. Une autre solution est d'exploiter le renseignement électromagnétique pour traquer la batterie sol/air, puis sélectionner et engager un élément de son choix (par exemple le shelter de commandement) avec des moyens conventionnels. C'est plus chirurgical, plus complexe, ça prend du temps, mais ça ne demande pas de gros moyens.
  16. 9 points
    Je m'insurge. Les vendeurs de vodka et les chirurgiens spécialisés dans les pontages coronariens multiples ont encore un souvenir ému de celui qu'ils appelaient "leur appartement-témoin".
  17. 9 points
    https://www.handelsblatt.com/meinung/gastbeitraege/gastkommentar-altkanzler-schroeder-und-historiker-schoellgen-europa-muss-jetzt-von-grund-auf-reformiert-werden/26831208.html (19 janvier 2021) Gerhard Schröder et Gregor Schöllgen : L'armée européenne avec les armes nucléaires françaises Celui qui veut cette armée doit insister pour que les armes nucléaires françaises y soient introduites. Jusqu'à présent, Paris a catégoriquement écarté cette possibilité. L'offre de Macron d'engager un dialogue avec les partenaires européens sur ces systèmes devrait être acceptée. Chaque pas qui nous permet de sortir de l'impasse dans laquelle la politique européenne de défense est enlisée depuis 70 ans vaut la peine d'être fait. Notre position a été résumée par l'envoyé de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, au printemps 2020, sur fond d'escalade de la situation dans la région d'Idlib en Syrie : "Nous aimerions parler la langue de la force, mais pour l'instant, nous ne pouvons pas le décider par nous-mêmes". Cette impuissance est pathétique. Et c'est dangereux. Car sans sa propre armée déployable dans le monde entier, une Europe laissée à elle-même en cas de doute ne pourra pas faire face aux tâches futures et le continent ne pourra pas non plus compter sur le soutien américain. Comme depuis 30 ans les meilleurs jours de l'OTAN sont derrière elle, une telle armée est en même temps une condition préalable décisive pour transformer l'alliance transatlantique ossifiée en un partenariat vivant. L'époque où nous, Européens, restions assis, laissions l'Amérique s'occuper des choses et accompagnions souvent la gestion des crises américaines de commentaires arrogants est révolue. Dans un avenir prévisible, les États-Unis se retireront des régions en crise d'Afrique et d'Orient, c'est-à-dire des régions du monde dont le développement n'est pas important pour eux, mais qui revêtent une importance existentielle pour l'Europe. Dans ce contexte, nous n'avons pas d'autre choix que de nous engager massivement sur le terrain, si nécessaire aussi militairement, comme le font actuellement les Français au Sahel. Parce que cela immobilise les forces et coûte de l'argent, Paris a demandé à deux reprises à l'Allemagne en 2019 si elle pouvait fournir des capacités pour la formation et le soutien des forces spéciales militaires. La réponse, en ce qui concerne ce dernier, a été un refus catégorique, et cela signifiait également de laisser à d'autres des missions dangereuses comme le démantèlement du leadership d'Al-Qaïda au Sahel au printemps 2020. Bien entendu, la décision de donner à la Bundeswehr un mandat dit "robuste" pour ses missions à l'étranger sera examinée avec soin au cas par cas. Mais ceux qui laissent cette tâche et d'autres à d'autres non seulement contribuent à l'effritement de la façade laborieusement entretenue de la solidarité européenne, mais refusent également de reconnaître que les tâches élémentaires ne peuvent être abordées qu'ensemble. Il s'agit notamment de s'attaquer aux causes qui forcent des centaines de milliers de personnes à quitter leur foyer et à migrer vers le nord. Nous partageons la responsabilité de ces causes. Parce que nous savions ce qui allait arriver. Quiconque ne le croit pas devrait lire le rapport de la Commission sur les affaires de développement international, dite Commission Nord-Sud, que Willy Brandt, son président, a présenté au Secrétaire général des Nations unies en février 1980. Nous l'avons ignoré. Nous l'avons supprimé. Nous pensions pouvoir nous en sortir avec l'assistanat. Aujourd'hui, dans la plupart des cas, il est trop tard pour une intervention stratégique préventive. Il reste à combattre les guerres et les massacres, les incendies et les inondations, les pestes et les épidémies sur le terrain : avec tous les moyens, rapidement, spécifiquement, massivement et - s'il n'y a pas d'autre moyen, comme dans la lutte contre le terrorisme ou la traite des êtres humains - militairement. Nous, Européens, ne pouvons le faire que si notre maison commune est construite sur des bases solides. La feuille de route est donc claire : d'abord les fondations, puis la maison. L'erreur de construction de l'Union européenne actuelle, lancée en février 1992 avec le traité de Maastricht et cimentée dans les traités ultérieurs, ne doit en aucun cas être répétée. Si les initiateurs veulent une union politique digne de ce nom, ils doivent renoncer à une partie importante de leur souveraineté nationale, sans aucun "si" ni "mais". S'ils le font, ils succomberont inévitablement à la monstruosité de Maastricht, ce compromis de 250 pages avec lequel les chefs d'État et de gouvernement n'ont pas osé prendre un nouveau départ, mais ont plutôt transféré un ordre obsolète du monde divisé au monde globalisé. Les chances que l'Europe en arrive à ces décisions et à d'autres sont minces. Mais il y en a. Nous devrions les prendre. Ce texte est une préimpression du livre de Gregor Schöllgen et Gerhard Schröder Dernière chance - Pourquoi nous avons besoin d'un nouvel ordre mondial maintenant, qui sera publié par DVA dans les prochains jours. https://www.spiegel.de/politik/deutschland/gerhard-schroeder-rechnet-im-streitgespraech-mit-den-usa-ab-ihr-koennt-mich-mal-a-00000000-0002-0001-0000-000174874869 (15 janvier 2021) "Trump n'a fait que briser ce qui ne pouvait pas être sauvé de toute façon". Gerhard Schröder et Gregor Schöllgen sont d'accord dans leur critique de l'Amérique. La relation transatlantique telle que nous la connaissions est de l'histoire ancienne, disent-ils. L'OTAN sous sa forme actuelle doit être dissoute.
  18. 9 points
    Le combustible est dit "froid" quand on le charge ... parce qu'il a été stocké de manière a minimisé au maximum sa propre auto-irradiation. Il n'est donc pas très actif nucléairement parlant. Une fois dans le réacteur les élément se bombardent les uns les autres ... ce qui les activent de plus en plus ... le combustible devient "chaud" le système devient critique, l'activité du combustible est alors sans commune mesure aucune avec ce qu'elle était lorsqu'il était froid - de l'ordre de dizaine de million de fois -. Il est encore chaud quand on le décharge du réacteur ... on le laisse alors refroidir dans des piscines de stockage dédié a proximité du réacteur pendant "longtemps" plusieurs année. Un fois suffisamment "refroidi" on peut le conditionner pour être déplacer vers l'extérieur, mais il reste infiniment plus radioactif que le combustible froid d'avant ... ce sont ces transport de combustible usager refroidi qui sont critique. --- Le combustible froid est bien sur déjà gentiment radioactif, c'est de l'uranium enrichi agrémenté d'autre élément radioactif issu du recyclage ... mais on le transporte avec d'infinies précaution avant tout pour éviter les ruptures de confinement - les produit étant souvent chimiquement très réactifs -, pas tant pour le rayonnement. quoiqu'il en soit plus on avance dans le cycle de production depuis le minerais d'uranium - naturellement dans le sol il bombarde déjà - vers la confection des crayons ou tablette ... plus ça tabasse. Mais tout reste manutentionnable par les ouvriers du nucléaires ... la toxicité chimique est au moins aussi dangereuse dans le cycle de production que la radiotoxicité. Le seul vrai risque radiotoxique c'est l'irradiation interne avec de l'uranium qui se serait fixé à nos tissus...
  19. 8 points
    Je n'ai pas suivi les évolutions de cette pelle à tarte en cochonium, mais j'ai le souvenir que le Meteor faisait partie du package P2E mis en service par les seuls britanniques. A partir de là, si les allemands veulent du Meteor sur leur jet de tourisme, alors il faut passer par la case "évolution" pour s'approcher du P2E qu'il n'ont pas. Peut-être même ont-ils pris le temps de négocier un P2E au rabais pour n'avoir que le strict nécessaire... Oui, ça fait beaucoup de quolibets mais il faut bien ça pour contrebalancer l'arrogance mal placée de la propagande Eurofighter. Second best, ça a fait "pchiiiiittt"
  20. 8 points
    Selon 20 Minutes: Les USA espionneraient le processus d’achat des avions de combat Voici ce que dit l'article: La NSA a déjà espionné le gouvernement danois pour les mêmes raisons en 2015. Un expert des services secrets pense qu’elle fait de même pour la Suisse en ce moment. L’objectif serait de favoriser l’achat des modèles américains. C’était le cas lorsque le Danemark a commandé 27 pièces du F-35, modèle qui intéresse aussi la Suisse, du constructeur Lockheed Martin en 2016. Le scandale d’espionnage scandinave a été rendu public par un lanceur d’alerte comme le rapporte la Basler Zeitung. La rédaction du bord du Rhin a envoyé des questions à l’Ambassade américaine de Berne. Réponse de Gaby Bloem, porte-parole de l’Ambassadeur Edward McMullen : «Les USA ne commentent pas publiquement des soi-disant opérations des services secrets.» Un spécialiste interpelle les autorités suisses Erich Schmidt-Eenboom, expert allemand des services secrets, estime que «le département de la défense suisse doit partir du principe que les services secrets américains espionneront toute la communication en lien avec le processus». «Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) ne se positionne par par rapport à des exemples concrets», répond Isabelle Graber, porte-parole du SRC. Schmidt-Eenboom s’appuie sur des documents de Wikileaks pour rappeler que l’Allemagne a aussi été la cible de telles pratiques. https://www.20min.ch/fr/story/les-usa-espionneraient-le-processus-dachat-des-avions-de-combat-201028410415 Bon, 20 Minutes c'est la presse de boulevard, mais cela reste plausible et cela ne fait pas bonne presse pour les Américains (peut-être que les services des autres pays font de même).
  21. 8 points
    mais c'est tout à fait la blaque postée sur un autre fil :
  22. 8 points
    Ce n'est pas pour rien que les VKS/MA-VMF maintiennent en première ligne une palanquée de Su-27P "dans leur jus" affectés aux missions de QRA dans les zones les plus "visitées" (Baltique/Mer Noire) tout en gardant les avions modernes prêts à partir juste derrière si besoin.
  23. 8 points
    C'est assez marrant la comparaison entre l'Inde et la Finlande: l'inde a fait des essais complet où elle a mesuré 600 paramètres et a fait la liste de avions qui remplissaient les spécifications techniques. Puis elle a déclaré vainqueur l'avion le moins cher de la liste. La Finlande a fixé un budget d'achat et de MCO puis a demandé aux constructeurs de faire une offre qui rentre dans ce budget sous peine d'élimination puis elle teste la performance atteignable avec les moyens qui correspondent à chaque proposition et déclarera vainqueur la proposition qui permet la meilleure performance. On n'a donc plus une performance de l'avion, mais la performance de la flotte que le budget permet d'acheter.
  24. 8 points
    Quand j'entends parler d'un modèle managérial nazi caractérisé par l'agilité, la flexibilité et l'intérêt porté aux loisirs de la masse laborieuse, je me replonge dans le livre d'Adam Tooze sur l'économie de guerre allemande et je me sens mieux. Réflexions en vrac : il n'y a rien d'organisé dans le chaos ambiant qu'est le Troisième Reich. Le chef divise pour mieux régner, les principaux sous-chefs se mettent des bâtons dans les roues la compétence est valorisée, savoir qui lèche les bons pieds encore plus. On a quand même placé Himmler à la tête d'un groupe d'armées ! le côté "ah les Allemands mettent en avant l'initiative aussi bien à la guerre que dans l'économie"... en France, on appelle ça le système D. "Tu commandes et tu te débrouilles". Mais dans le domaine économique, c'est totalement faux : toutes les grandes inflexions économiques viennent du sommet et ceux qui s'y opposent sont brisés. Impitoyablement la modernité vantée par l'auteur de l'organisation de l'économie, c'est du flan. Les SS et les idéologues de l'agriculture comme Darré voulaient un modèle digne des années 1900, la colonisation de l'Est reposait sur le mythe de l'avancée germanique contre les Slaves au Moyen Âge avec forteresses et esclaves, l'économie allemande a été une pétaudière abominablement gérée jusqu'à la fin Bref. Un bon gros flan avec plein de mots creux dedans.
  25. 7 points
    Le 35 est pas cher et fiable, le Typhoon est capable de pénétration profonde en territoire hostile très défendu, le Gripen emporte du lourd loin et vite, le Rafale est une daube.
  26. 7 points
    2-3 rush des essais mob' de l'EBRC (0min57) : https://youtu.be/YlKGs9OYW8M?t=57 (et plein d'autres choses aussi...)
  27. 7 points
  28. 7 points
    On te connait pas, tu débarques de nul part et tu insultes les gens, leurs opinions, leurs connaissances et leur intelligence. Pour citer Prof : "Discuter avec un Troll, c'est comme jouer aux échecs avec un pigeon : il débarque de nulle part, renverse toutes les pièces, chie sur l'échiquier et s'en va d'un air triomphant..."
  29. 7 points
    La Croatie a un problème imprévu, un double tremblement de terre dévastateur + covid. Par conséquent, il est officieusement demandé de différer le paiement jusqu'à la livraison des premières pièces. seul SAAB serait prêt pour un tel arrangement pour le moment.
  30. 7 points
    M'enfin, tout le monde est totalement d'accord à l'EMAT, à la DGA, et le père de l'ABC la confirmé dans Terre Intox Magazine, le couple 40 CTA/MMP couvrira 80 % des besoins, c'est ce qui a été écrit et défini dans la fiche programme, c'est donc juste saperlipopette ! Cette manie des français de pinailler sur tout et de ne jamais faire confiance à leurs décideurs, c'est éreintant ! Clairon
  31. 7 points
    Quand on décide d’acheter ce type d’appareil, même si on s’aperçoit 10 ans plus tard qu’il n’est toujours pas au point ni ne répond aux engagements, c’est de toutes façons trop tard, le mal est fait : - sommes engagées - bases aériennes adaptées - pilotes et ensemble des intervenants formés - ensemble de la sous-traitance et de la logistique en place - alliance géopolitique effective nouée - autres constructeurs d’avions blackboulés Ce n’est pas une lourde amende à LM par exemple avec une tape sur les doigts qui ferait disparaître tout ça, tout comme ça ne compensera jamais la dégradation opérationnelle effective de l’armée de l’air les mettant en oeuvre dans l’intervalle : - taux de disponibilité trop faible donc heures de vol en réduction significative - coût de l’heure de vol prohibitif, donc budgets opérationnels limités avec une MCO recentrée sur un plus faible volume d’appareils - capacités opérationnelles limitées ou recommandations d’usage restrictives, l’ensemble aboutissant à une armée de l’air sous-performante comparativement, voire à l’obligation d’abandonner certains engagements Peu importe l’appareil retenu au final, techniquement, opérationnellement et budgétairement, un pays ne peut pas se permettre de sélectionner un appareil qui ne répond pas à ses besoins et critères s’il souhaite que son Armée de l’Air maintienne son contrat de service et couvre l’ensemble des missions qui lui sont dévolues.
  32. 7 points
    Il ont déjà été confrontés à un problème relativement similaire avec l'A-12 (même si de moins grande ampleur) et la marine (qui était concernée au premier chef) en a tiré les leçons en se rabattant sur un Super-Hornet beaucoup moins innovant mais qui a respecté à la lettre son budget de développement. Est-ce que les même causes produiront les mêmes effets, c'est une grande question... Sinon un article que j'ai trouvé intéressant: https://hushkit.net/2021/01/21/what-is-good-and-bad-about-the-f-35-cockpit-a-panthers-pilots-guide-to-modern-cockpits/ Un pilote qui a volé sur harrier II, hornet et finalement F-35 nous donne son ressenti sur les IHM respectifs de ces avions. En résumé: Il aime beaucoup le casque (qui représente selon lui un vrai progrès par rapport au "vieux" JHMCS) mais il aimerait quand même avoir un HUD car selon lui la qualité de l'image projetée est meilleure avec un VTH. Dans l'idéal, il aimerait avoir les deux: viseur de casque et VTH. Un vrai avantage du tout tactile: un grand écran, la possibilité de choisir les infos que l'on veut voir et la façon dont on veut les voir. Un vrai inconvénient: avec des "vieux" appareils dotés de "vrais" claviers, on pouvait rentrer des coordonnés au toucher tout en continuant à regarder à l'extérieur de l'avion. Ce qui n'est plus possible avec un clavier tactile. La manipulation est d'autant plus compliquée que l'avion manoeuvre ou prend des G. Il estime qu'aujourd'hui, il appuie une fois sur 5 sur une partie de l'écran différente de celle sur laquelle il voulait appuyer. En termes de Situation Awareness, cet avion est le meilleur qu'il ait jamais piloté. La quantité d'informations et la façon dont elles sont présentées sont dignes d'éloge. Le passage d'un manche à balais central à un manche à balais placé sur le coté est un non-événement. Les commandes vocales sont inutilisables dès que l'on est soumis à un facteur de charge. Il ne connaît personne qui utilise ce système.
  33. 7 points
    Tu sais c' est pareil avec le poids des Snickers qui a diminué au fil des ans
  34. 7 points
    La cerise sur le gâteau serait qu'après avoir terminé les livraisons, le support technique ne soit plus assuré comme pour Flashplayer au 1er janvier dernier
  35. 7 points
    Je vais en remettre une couche ... j'étais ce matin en réunion avec un médecin qui opère dans un des 8 centres de vaccination de mon département. Il y a reçu, hier, le préfet, le président de région et la maire de la ville, présidente de la métropole. Après présentation du dispositif de ce seul centre, la maire et le président de région ont tous deux renoncé à leurs velléités d'organisation de centres de vaccination en propre. Le centre nécessite, outre un local (facile à trouver, toutes les salles festives et salles polyvalentes, ainsi que les maisons de quartiers sont disponibles), la présence de : Vigiles car il y a déjà eu des tentatives d'intrusion Une équipe de la Sécurité Civile pour l'accueil et la supervision du remplissage du questionnaire médical Une équipe de médecins qui se relaient pour approfondir les points douteux révélés par le questionnaires médical et pouvant constituer une contre-indication Une équipe de "piqueurs", infirmiers, pharmaciens et marginalement médecins, qui vaccinent effectivement. Une seconde équipe de la Sécurité Civile qui distribue des "timers" aux personnes sortant de la piqure et allant en salle d'attente pour le 1/4h de surveillance en cas de choc anaphylactique. Une équipe de secrétariat administratif pour faire le suivi des doses, des lots, des patients vaccinés et la prise de rendez-vous pour la seconde injection. Il y a donc, en permanence, 25 à 30 personnes actives dans le centre, pour assurer 5 vaccins "en simultané", toutes les 5 minutes. Ce qui conduit à une présence totale , vaccinés inclus, de près de 80 personnes, entre avant, pendant et après. Heureusement (ou malheureusement), les plages de rendez-vous sont assez ramassées puisqu'il n'y a pas de grosses livraisons (200 doses lundi, mais une perspective de monter à 200 flacons d'ici samedi) Il y a une occupation de surface phénoménale et une gestion fine des circuits et des distances. Heureusement, les MdQ s'y prêtent pas mal, avec les circuits permettant déjà aux différentes associations occupantes de ne pas s'y croiser. Et mon médecin, qui pilotait la visite, d'expliquer qu'en fait, en théorie, la surveillance médicale préalable, le délai post-injection et le suivi administratif devraient déjà être réalisés systématiquement, pour tous les vaccins, et pas seulement contre le CoVid, et y compris en médecine de ville (ce qu'il est). C'est juste que l'on fait l'économie de ces éléments sur les vaccins "historiques" sur lesquels on a le recul statistique. Par contre, sur les centres à organiser par les Mairies, ou bien si la vaccination arrive chez les médecins libéraux ou les pharmaciens, ces éléments ne pourront pas être ignorés, tant que le recul sur les nouveaux vaccins ne sera pas suffisant, en nombre comme en durée. Devant la preuve par l'exemple, Maire et Président de Département Région ont tout deux convenu qu'ils n'auraient probablement pas les moyens d'organiser eux-mêmes leurs propres centres, au grand soulagement du préfet. Ce qui, a priori, est le meilleur moyen d'avoir organisé quelque chose pour rien en découvrant des contraintes de dernière minutes. C'est le contraire de ce que j'ai entendu, où ce sont les ARS et les CHU qui ont organisé l'ensemble, recruté les personnels et sollicité les collectivités locales pour la fourniture des locaux - qui sont disponibles, faute d'activité pendant la crise. Certains ne s'en sont pas privés, je te rassure. Ils ne sont pas obligés, non plus, d'être des abrutis qui attendent qu'on leur demande d'agir. Gouverner, c'est prévoir (au moins ce qui est prévisible). Mais l'expérience a montré qu'ils n'avaient pas tous le "métier" pour organiser eux-même cette campagne et qu'il valait finalement mieux qu'ils agissent en pourvoyeurs de moyens, prêts à répondre à la demande d'une autorité sanitaire. D'accord. Tu es responsable, tu fais cette organisation. Mais tu as dans ton équipe un petit chef franc tireur qui va décider, lui aussi, de réfléchir à tout ça, choisir un autre lieu où les installer, commander un autre matériel, voire recruter d'autres personnes que celles que tu envisageais ... Et il dit qu'il est légitime pour le faire, parce que lui il est sur le terrain, et que tu n'as de responsable que le titre et que tu es déconnecté de la réalité quotidienne (c'est son jugement, bon ou mauvais, ce n'est pas contestable). Ca ne s'appelle plus de l'organisation, c'est juste du bordel. Qu'il valait mieux attendre (d'en savoir plus), je crois que c'est incontestable. Que le gouvernement, ou le Ministre de la Santé, ou Santé Publique France, ou les ARS, ou quiconque réellement en responsabilité, ne savait pas comment cela allait pouvoir s'organiser, c'est une évidence. Que les choix soient alors réalisés au dernier moment, quand les informations sont effectivement accessible, c'est une conséquence.
  36. 7 points
    Dans les années 1980, la vision anglo-saxonne du libéralisme économique et de l'anticommunisme attirait les opposants polonais. Cependant, nous sommes déjà plusieurs décennies plus tard… https://next.gazeta.pl/next/7,151003,26029192,radek-sikorski-nie-kocham-juz-thatcher-nie-cytuje-reagana.html#a=350&c=160&s=BoxNewsLink “Je n'aime plus Thatcher, je ne cite pas Reagan. Mais je ne dis certainement pas "j'étais stupide". Reagan et Thatcher ont aidé à libérer le monde du communisme, et ils ont à juste titre des monuments pour cela. C'était donc une étape nécessaire. En outre, le libéralisme de cette époque résultait de la réaction à l'interventionnisme excessif des pays occidentaux dans les années 1970, qui a dévasté l'économie. Mme Thatcher était opposée au syndicaliste M. Scargill, qui a pris de l'argent à Kadhafi et pensait que le charbon devait être alimenté jusqu'au dernier atome, quel qu'en soit le coût. L'Occident à cette époque avait aussi la forme du socialisme et ce système a fait faillite.” “Je regarde avec horreur ce qui est arrivé aux États-Unis. Ce pays était autrefois un modèle de démocratie libérale. Et aujourd'hui, le Congrès américain n'est plus un arbitre du bien public, les entreprises en ont pris le contrôle et les lois sont souvent adoptées sous les diktats des plus grandes entreprises et des citoyens les plus riches. Pour devenir membre du Congrès, vous devez collecter au moins sept millions de dollars pour la campagne. Et donc tous les deux ans! Si l'on ajoute à cela l'accès très inégal des gens à l'éducation et aux soins de santé, l'Amérique devient lentement un anti-modèle pour les libéraux. Reagan avait un dicton selon lequel les mots les plus dangereux de la langue anglaise étaient: "Je suis un représentant du gouvernement et je viens pour aider." Je le pensais aussi et répétai ces pensées dorées de Reagan. Et aujourd'hui, je vois que la réussite économique, la vraie qui crée un bien-être durable et pas seulement une richesse injuste pour une poignée, dépend de la qualité des institutions publiques, d'une justice juste et accessible, de fonctionnaires qui appliquent la réglementation avec compétence, de la surveillance financière. qui empêche les pyramides et la fraude.”
  37. 6 points
    Sur ce point, c'est surtout parce que le mettre en oeuvre immédiatement, c'est le meilleur moyen de voir les restaurants et les cinémas l'appliquant se faire vandaliser par les mécontents qui en seraient privés EN PLUS d'être privés de vaccins. Cette mesure a déjà été évaluée comme étant une rupture d'égalité et à ce titre anticonstitutionnelle tant que le vaccin n'est pas disponible pour tous. Si j'en crois le calendrier vaccinal, on peut espérer l'administration de 15 millions de doses d'ici à début avril, et jusqu'à 40 millions d'ici à juin. C'est le moment où il faudra rouvrir le débat au sujet de cette mesure. A vos agendas ... Sinon, les fédérations professionnelles ont aussi des représentants qui ont reçu un message très clair de la part de certaines autorités (notamment du corps préfectoral). En substance : "Insistez pour demander une réouverture, à corps et à cri, et on pourrait accepter. Par contre, vous serez responsables économiquement, civilement, pénalement, voire politiquement, de toute contamination que l'on pourrait relier à vos établissements" et il semble que personne n'ait voulu jouer au delà de la posture.
  38. 6 points
    J'espère que ce n'est pas la France qui emprunte au même taux que la Grèce
  39. 6 points
    Vivement le prochain tweet de Florence Parly sur son compte : « La Ministre des Armées s’octroie 2 heures de bronzage de nibs pour fêter ça ! #1821POWA #TRAPPIERENFORCE #RAFALEMONAMOUR #ONAPERDURENDBO »
  40. 6 points
    Contre une grosse boîte de défense américaine tu es un peu optimiste. Si LM venait à avoir tord, les clés de bras des instances américaines se mettraient en route. Aucune chance de récupérer quoi que ce soit, à part des emmerdes supplémentaires. C est un pays impérial qui dicte ses conditions. Même s ils perdent à l’OMC tu perds plus gros par ailleurs. Ne parlons pas des menaces lourdes si ton pays ose tenter d imposer des boites américaines...
  41. 6 points
    C'est n'importe quoi, il n'y avait pas de défense anti-aérienne solide en Lybie, c'était du semi-permissif donc rien avoir avec un véritable dénie d'accés. Le SPECTRA et insuffisant ! et ne peut pas mener de SEAD contre des systèmes anti-aérien multi-couches faut pas rêver quand bien même le spectra et une bonne techno. Ne comparé pas la Lybie à une puissance capable de véritable dénie d'accès (#Russe), les russe on des système anti-aérien qui serait impossible à gérer sans SEAD à l'heure actuelle. (300k-400km le s300-s400) Les USA n'on jamais eu peur d'y allez, regardez l'Irak, ils on juste écraser les systèmes anti-aériens Irakien (en plus très n'ombreux) sans problème pour gagné la supériorité aérienne de leurs pays. (ce que la France aurait été incapable de faire puisqu'elle n'a pas de capacité en SEAD) et je rappelle qui'ls sont les seule au monde à avoir une vraie stratégie SEAD avec les british qui possède encore leurs missile leurre. avec leurs milliers de missile AGM-158 et 154 HARM, JSOW, JASSM les USA n'auront aucun problème avec quelqu'onque dénie d'accés multi-couche ! Alors oui sa coute une blinde clairement, mes on avait le AS37 martel ! On peut le récupérer et le modernisé ! CAar depuis des années notre aviation et inutile à part bombarder des Pick up... Quand au grec il sont ignorant, il prenne des rafale surement pour le dogfight (du au dogfight simulé avec les turque ou il ce sont fait humilier) certainement pas pour rentré en Turquie et vue comment les turque on une défense de fer (salut le su-24 russe abattue en 5 min) je doute fort que les grecs fasse quoi que ce soit avec le peut de moyens et de rafale qu'il auront... Quand au AASM, une blague. (60km de portée autant dire que c'est la mort de tout nos rafale) Et le rafale n'est pas le meilleur dogfighter, stop la propagande pro rafale, il n'équivaut même pas un f-16V/eurfighter thyphoon. (sa veut pas dire que notre rafale et pourrie, mes sans plus). Donc oui moi je constate le peut d'intérêt pour notre aviation en dehors d'allez tapé du barbue noir en Afrique dans des jeepà pour un conflit de haute intensité face à des ennemi qui peuvent nous interdire de mener des opération sans aucun problème, l'aviation français n'a rien prouver dans des combat face à une défense solide.
  42. 6 points
    J'ai remarquer que sa tergiverse beaucoup sur ce forum, mes sa parle pas de l'essentiel, on à TOUJOURS pas de capacité SEAD et donc notre aviation et quasiment inutile que ce soit contre les systèmes anti-aérien (surtout multicouches) russe ou le dogfight sans parlez du prix que sa nous couterais d'utilisé des missiles de croisière MDCN ou SCALP EG pour détruire les radars Russe ou Chinois, c'est la merde ! et en plus de sa on à moins de 150 rafales ! ce qui et une honte ! Vraiment j'ai été déçue de voire que l'aviation française été incapables dans les circonstances d'une conflit ou le dénie d'accès et de rigueur et ou les moyen sont solide et quelle été très bien capable dans les pays de pauvres ou l'espace aérien et très permissif... Alors ma question et la suivante à quand le retour d'un AS37 MARTEL MODERNISER ???
  43. 6 points
    Gorbatchev souffre du syndrome Clinton (Bill la turlute qui tâche, pas Hillary): adulé à l'étranger, cordialement haï sur la scène nationale (pas pour les mêmes raisons, évidemment)... Beaucoup de russes ne lui pardonnent pas d'avoir "tué" l'URSS. Sans faire dans le sondage d'opinion et pour ce que j'en lis depuis une quinzaine d'années: les russes sont schizophrènes avec Poupou. D'un côté, ils sont satisfaits de "l'impression" de grandeur retrouvée (surtout en comparaison avec les années Eltsine qui sont un énorme traumatisme dans la conscience collective russe) mais à l'inverse ils ne sont pas naïfs (bien que particulièrement fatalistes) et savent que les Siloviki se goinfrent allègrement sur le dos du pays. Il en va de même dans le rapport des russes avec l'armée, il n'est un secret pour personne que la Russie dépense des sommes conséquentes (ce qui est visible et ce qui ne l'est pas directement) dans son armée et son secteur de la défense au détriment d'autres secteurs importants de l'économie: ce qui ne manque pas de faire grincer les russes. A l'inverse, ce secteur est un incroyable source d'emplois (qualifiés et non-qualifiés): ce qui fait que les russes acceptent la chose et se satisfont de la situation actuelle qui in fine est dans leur intérêt personnel (le fameux rôle social des usines militaires). Je pense - ceci n'engage que moi - que la grosse erreur de l'Occident est de toujours regarder la Russie avec son propre prisme et ses échelles de valeur sans essayer/réussir à se mettre dans la peau d'un russe pour voir comment ils appréhendent/envisagent/voient les choses: ce fossé ayant tendance à se creuser de plus en plus et de plus en plus vite ces dernières années. L'inverse étant bien évidemment valable également. A titre d'exemple pour les russes: l'Ukraine c'est un gros tas de néo-nazis corrompus cons comme des silos à grain qui vivent sur le dos de l'héritage soviétique et accessoirement sont de gros ingrats vis-à-vis de la mère patrie d'origine. Je force (un peu) volontairement le trait, mais je suis régulièrement effaré de la violence des propos que les russes tiennent - de manière parfaitement décomplexée - à l'égard des ukrainiens ainsi que de la banalisation de ceux-ci: je ne parle même pas des plus "extrêmes" qui t'écrivent le plus sérieusement du monde que Staline n'en a pas tué assez durant les famines de 1932-1933 (Голодомор). Même les discussions les plus tendues sur AD sont des modèles de cordialité en comparaison.
  44. 6 points
    A cet égard, je voudrais rappeler la doctrine d'emploi des Apache britanniques pendant les opérations en Libye. Les trajectoires et schémas d'engagement des ventilos étaient ceux d'avions, avec des passes de tir suivies d'évasives. Leur appréciation des engagements de Tigre français était assez négative, voire jugée suicidaire. Ces différences d'appréciation peuvent avoir une origine culturelle, être basée sur les capacités des matériels et la possibilité d'en tirer le meilleur parti, mais elles donnent de la porosité à la séparation entre les domaines d'emploi des turbo-propulseurs COIN/CAS et les hélicoptères utilisés dans le même rôle - alors que dans le schéma de pensée français le cloisonnement semble bien plus marqué (avec des fondements légitimes).
  45. 6 points
    Hein ?! Il suffit de lire en totalité sa page Wiki, ça donne déjà une assez bonne idée du personnage. https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexeï_Navalny - « on le présente » => il se présente. - « mansuétude du pouvoir» : si ça c’est de la mansuétude, alors ça va... - je passe sur la « tentative d’assassinat douteuse », le fait est qu’à peu près tout le monde a le droit d’aller se faire soigner à l’étranger. Il n’y a là rien de fantastiquement surréaliste. - « puis ensuite de revenir » : il n’y a vraiment que peu de statuts qui interdisent à un citoyen de revenir dans son pays. Étant donné qu’il n’a pas été déchu de sa citoyenneté, pourquoi est-ce qu’il ne pourrait pas revenir ? Le mieux serait d’appuyer sur ses vrais « travers » au lieu de partir dans du complotisme de base. Parce que son côté ultra nationaliste ainsi que sa très faible représentation électorale pourraient suffire à le discréditer, tout comme sa volonté de faire en sorte que la Russie intègre ... l’Otan* ! (Et si on veut, on peut aussi rejouer Maïdan ? Ils m’ont l’air d’avoir le même câblage). Sa mise en scène systématique de ses manifestations - mobilisant très peu au final - et dénonciations pourrait également être regardée de façon suspicieuse, tout comme ses quelques affaires de corruption où chacun décidera de croire une version ou une autre (justice vs justice aux ordres / détournements vs procès politique) Son vrai seul mérite : c’est d’être le seul à faire entendre fortement sa voix d’opposant à Poutine et à son parti (Et de plaire à l’occident, mais bon, ça, ce n’est pas compliqué.) * Bah oui, la Russie dans l’Otan, c’est très logique...
  46. 6 points
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/20/conflit-israelo-palestinien-yemen-iran-antony-blinken-defend-la-politique-etrangere-de-joe-biden-devant-les-senateurs_6066869_3210.html Le prochain secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a annoncé la couleur, mardi 19 janvier, dès le début du processus de confirmation, par le Sénat, des membres désignés par le président élu des Etats-Unis pour intégrer son gouvernement. Celui qui conseille depuis longtemps Joe Biden en politique étrangère et fut le numéro deux de la diplomatie américaine sous la présidence de Barack Obama a défendu les positions du futur gouvernement américain en politique étrangère. « Revigorer » les alliances A l’ouverture de son audition, Antony Blinken a déclaré aspirer à « revigorer » les alliances malmenées par Donald Trump. « Ensemble, nous sommes en bien meilleure posture pour contrer les menaces posées par la Russie, l’Iran et la Corée du Nord et pour défendre la démocratie et les droits humains (…). Le leadership américain compte encore. » Renouer avec des alliés, notamment européens, bousculés par quatre années de présidence Trump est une des principales priorités de Joe Biden en politique étrangère. L’autre étant de démontrer que l’Amérique « est de retour » sur la scène internationale et dans les cénacles multilatéraux, là aussi en rupture avec la vision souverainiste et unilatéraliste du milliardaire républicain. Le prochain secrétaire d’Etat américain a, toutefois, reconnu que le président républicain sortant, qui trouve rarement grâce aux yeux des démocrates, avait « eu raison d’avoir une position plus ferme face à la Chine ». Antony Blinken a dit partager l’accusation de « génocide » perpétré par la Chine contre les Ouïgours, rendue publique mardi par Mike Pompeo. Pour autant, Antony Blinken a promis une diplomatie à l’opposé de celle de Donald Trump, qui a bousculé ses alliés, flirté avec des autocrates, cassé les conventions internationales et méprisé les cercles multilatéraux. « Nous devons faire face à la Chine depuis une position de force, pas de faiblesse », a-t-il plaidé, en assurant que cela impliquait de « travailler avec les alliés au lieu de les dénigrer, de participer et mener les institutions internationales plutôt que de s’en désengager ». Réexaminer le classement des houthistes comme terroristes Le futur secrétaire d’Etat américain a aussi promis, devant les sénateurs américains, de « réexaminer immédiatement » le classement des rebelles houthistes du Yémen comme « organisation terroriste » afin de s’« assurer que ce que nous faisons n’entrave pas l’acheminement de l’aide humanitaire ». Cette décision, entrée en vigueur mardi, a été décidée par son prédécesseur, Mike Pompeo. Des élus démocrates ont déjà appelé le président élu, Joe Biden, à revenir sur cette classification. Le département d’Etat américain avait promis des dérogations pour éviter une famine au Yémen, qui ont été accordées mardi par le Trésor américain. Ces mesures visent à limiter l’impact sur l’aide humanitaire internationale de la décision de classement des houthistes, qui s’accompagne de sanctions potentielles pour ceux qui entretiennent des relations avec eux. Mais Antony Blinken a aussitôt jugé qu’elles étaient insuffisantes, tout comme l’Organisation des Nations unies (ONU). Le soutien américain à la coalition militaire menée par l’Arabie saoudite, notamment en équipement militaire, a souvent été critiqué par des organisations de défense des droits humains, mais aussi des élus américains en raison de nombreuses bavures contre les civils. « Le président élu a clairement dit que nous allions mettre fin à notre soutien à la campagne militaire menée par l’Arabie saoudite au Yémen, a affirmé Antony Blinken. Nous allons faire cela très rapidement. » Il a estimé que si les houthistes portaient « une grande responsabilité » dans la crise humanitaire au Yémen, « la pire au monde », la coalition saoudienne avait « aussi contribué de manière significative à cette situation ». Prolonger le traité de désarmement New Start Concernant une prolongation du traité de désarmement des arsenaux nucléaires de la Russie et des Etats-Unis, intitulé New Start, Antony Blinken s’est engagé à « tenter de le prolonger ». « C’est une question que le président élu va devoir affronter presque immédiatement après sa prise de fonctions », mercredi, car « nous avons un accord qui expire dans seulement seize jours », a-t-il ajouté. Il a toutefois dit préférer ne pas se prononcer sur la durée d’une telle prolongation, qui sera l’un des premiers tests diplomatiques de la présidence Biden. L’accord New Start limite les arsenaux des deux puissances nucléaires à un maximum de 1 550 ogives déployées chacun, soit une réduction de près de 30 % par rapport à la limite précédente fixée en 2002. Il limite aussi le nombre de lanceurs et bombardiers lourds à 800, ce qui reste suffisant pour détruire la Terre plusieurs fois. Promouvoir la « solution à deux Etats » Interrogé sur le conflit israélo-palestinien, le futur ministre des affaires étrangères assure que, pour Joe Biden, la seule issue viable est « la solution à deux Etats ». Devant les sénateurs américains, il a toutefois reconnu qu’une telle solution n’était pas « réaliste » à « court terme », appelant dans l’immédiat Israéliens et Palestiniens à « éviter des mesures unilatérales qui rendent cela encore plus complexe ». Le futur gouvernement démocrate ne reviendra pas sur les décisions concernant la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, ni sur son ambassade. Il a aussi assuré que « l’engagement » du futur gouvernement américain « en faveur de la sécurité d’Israël » était « sacro-saint ». Revenir dans l’accord international de 2015 A l’égard de l’Iran, si Joe Biden veut clairement renouer le dialogue, son futur ministre des affaires étrangères a voulu rassurer les nombreux sénateurs, républicains mais aussi démocrates, qui ont manifesté leur inquiétude. Le président élu veut revenir rapidement dans l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien, dont Donald Trump a claqué la porte en le jugeant insuffisant. Antony Blinken a confirmé cette ligne, « si l’Iran revient dans les clous » de ses engagements nucléaires, dont il s’affranchit chaque jour un peu plus. Il a estimé que la sortie de cet accord, dénoncée avec constance par les alliés européens de Washington, avait renforcé la menace nucléaire iranienne, rendant Téhéran « plus dangereux ». Mais il a aussi promis d’utiliser le retour dans le pacte de 2015 « comme un point de départ, avec nos alliés et partenaires qui seraient à nouveau du même côté que nous, pour rechercher un accord plus fort et plus durable ». Cela devrait inclure le programme de missiles balistiques de l’Iran ainsi que ses « activités déstabilisatrices » au Moyen-Orient. Le Monde avec AFP
  47. 6 points
    Le principe est simple: d'abord tout le monde a dépassé le budget, alors on est prié de rentrer dans le budget de manière stricte d'une part pour le coût de l'achat initial (€ 9.4 Milliards) et d'autre part pour le LCC (pas plus que 250 Millions par an). Tous ceux qui dépasse sont éliminés. Ensuite on fait jouer un jeu de guerre avec les avions qui n'ont pas été éliminés : on prend les volumes qui ont pu être proposés et on leur donne les caractéristiques qui ont été mesurées à Pirkkala. L'équipe qui a le meilleur résultat a gagné! Si mes calculs ne sont pas faux (ce qui implique que les besoins en armements sont comparables à ceux de l'Inde) J'ai calculé que Dassault pouvait monter à 47 avions au lieu de 43 avec mon approche PBL, sans emplafonner ni le coût initial ni le LCC. Ce qui permet de garantir un minimum de 35 avions disponibles à tout moment et un objectif pouvant aller jusqu'à 42. Je suppose donc que dans le jeu de guerre ils prendraient 35 avions disponibles, ce qui correspond à 64 avions avec une disponibilité de 55%.
  48. 6 points
    C'est surtout la "démocratie" des geulards, hyper-minoritaires, très vocaux, et que l'intérêt général commande de remettre à leur place. Ma principale expérience de la démocratie locale ce sont les copropriétés : eh bien il ne faut pas céder à ceux qui râlent le plus fort et qui monopolisent le "débat" (ou tentent de le faire). Quelle décentralisation ? Ce n'est pas du ressort des maires, point-barre. Qu'elle patiente ou trouve quelqu'un qui l'aide. A la mairie, tiens... Eh bien on n'a qu'à rien leur dire, s'il ne veulent pas entendre. Franchement, le "je râle donc je suis", ça commence à me pomper l'air, d'une force... Et les fariboles sur "on n'a pas commandé le vaccin, ouin, ouin" aussi, d'ailleurs.
  49. 6 points
    J'ai entendu cela plusieurs fois, au sujet de la vaccination, il aurai fallu tout organiser depuis des mois, alors qu'on ne savait rien des vaccins, de leur conditions de conservation, du nombre de dose, de l'efficacité dans la durée et donc des rappels eventuellement necessaires (et ça on est toujours en train de l'evaluer au jour le jour) Comment organiser quoi que ce soit sans ces informations? et ces infos on les a eues a peine un mois avant l'arrivée des premieres doses. Il faut se rendre compte de la vitesse a laquelle on va, par rapport à la mise sur le marche habituelle de ce genre de produits. On bascule entre les critiques sur la trop grande precipitation dans le deploiement de ce vaccin, et le manque d'organisation (qui decoule bien sur directement de la vitesse a laquelle on fait les choses)...il faut realiser que necessairement, si on fait les choses le plus vite possible, on peut voir des soucis d'organisation apparaitre, et que si on prend le temps necessaire pour eviter les couacs, forcement le deploiement sera plus lent. Pour ma part je suis toujours emerveillé qu'on ai un vaccin tout court...alors les petits soucis de deploiement, c'est vraiment du detail pour moi.
  50. 6 points
    https://www.theguardian.com/world/2021/jan/19/majority-of-europeans-say-china-will-overtake-broken-us-within-decade Au milieu d'un sentiment généralisé de supériorité chinoise croissante, 79 % des personnes interrogées en Espagne, 72 % au Portugal, 72 % en Italie et 63 % en France ont déclaré qu'elles pensaient que la Chine dépasserait les États-Unis en tant que première superpuissance mondiale au cours de la prochaine décennie. Un peu plus de 32 % des personnes interrogées - et un pourcentage surprenant de 53 % en Allemagne - ont estimé qu'après avoir voté pour Trump, on ne pouvait pas faire confiance aux Américains. Il n'y a qu'en Hongrie et en Pologne que les personnes en désaccord avec ce point de vue sont nettement plus nombreuses que celles qui sont d'accord. Seulement 10 % des personnes interrogées considèrent les États-Unis comme un partenaire de sécurité "fiable" qui protégerait toujours l'Europe, tandis qu'au moins 60 % des personnes interrogées dans chaque pays ont déclaré douter que leur pays puisse dépendre du soutien des États-Unis en cas de crise. Les auteurs affirment que les conséquences géopolitiques de ce changement sont importantes : deux tiers des personnes interrogées ont déclaré qu'il était désormais important que l'Europe s'occupe de sa propre défense, dont 72 % au Portugal, 71 % en Suède, 70 % en France et 69 % en Pologne.