Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 11/15/2019 in all areas

  1. 8 points
    https://www.spiegel.de/politik/deutschland/juergen-trittin-zur-nato-antwort-auf-gastbeitrag-von-heiko-maas-a-1296267.html (14 novembre 2019) "L'OTAN n'est plus que l'ombre d'elle-même" - une contribution de Jürgen Trittin, député, membre de la commission des affaires étrangères du Bundestag, ancien ministre vert de Gerhard Schröder, ancien président de groupe parlementaire vert, ancien Spitzenkandidat vert. L'OTAN, nous devons la vouloir, écrit le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas dans son article de commentaire. La volonté remplace la réalité. C'est de l'idéalisme allemand primitif. Ne peut pas être, ce qui ne doit pas être. Mais le président français Emmanuel Macron n'a-t-il pas raison ? Quel genre d'alliance est-ce, dans laquelle le membre le plus fort économiquement, les Etats-Unis, classe les voitures du deuxième membre le plus fort, l'Allemagne, comme une menace pour sa "sécurité nationale" ? Où la Turquie, membre de l'OTAN, envahit une fois de plus un autre pays en violation du droit international - forçant les forces spéciales françaises membres de l'OTAN à battre en retraite ? Où la même Turquie organise des nettoyages ethniques et des réinstallations forcées à grande échelle - mais où le reste de l'alliance regarde ailleurs et souligne que l'OTAN est une alliance de valeurs ? On peut qualifier une telle alliance de mort cérébrale - mais ce n'est pas obligé. Mais il est naïf d'enterrer sa tête dans le sable devant cette réalité. Il est temps d'être honnête. Heiko Maas aspire à un Otan qui n'existe plus depuis longtemps. Dans sa 70e année d'existence, l'alliance n'est plus qu'une ombre d'elle-même. L'OTAN est en crise existentielle. La vérité est que l'OTAN ne peut plus sauvegarder les intérêts essentiels de sécurité de ses Etats membres en raison des intérêts divergents de ses membres. L'intervention de la Turquie en Syrie constitue une menace directe pour les intérêts de sécurité de l'Europe. Elle menace de détruire les succès remportés dans la lutte contre daeche. Comme en Syrie, l'OTAN ne changera pas la deuxième menace majeure pour la sécurité européenne en Libye. C'est précisément ici que l'Europe devra donc faire tout ce qui est en son pouvoir avec ses propres ressources pour mettre un terme à ce conflit. L'étape la plus importante consistera pour l'Italie et la France, membres de l'OTAN et de l'UE, à cesser de soutenir, de payer et d'équiper les parties en guerre qui s'y opposent. C'est précisément là qu'il faudra démontrer la capacité de l'Europe à faire face aux problèmes qui se posent à sa porte. Cela ne rend pas l'OTAN superflue, mais cela oblige à établir des priorités douloureuses. Parions-nous davantage sur l'Union européenne ou nous armons-nous aveuglément de deux pour cent dans l'alliance de l'OTAN ? Heiko Maas ne répond pas à ces questions. L'OTAN était et est toujours efficace pour décourager les menaces symétriques. Elle peut le faire parce qu'aujourd'hui, les membres européens de l'OTAN dépensent déjà à eux seuls environ trois fois plus d'argent en armements que la Russie. Et parce que - dans son propre intérêt - la puissance nucléaire américaine la soutient. Nous prenons au sérieux les préoccupations sécuritaires des membres de l'OTAN d'Europe orientale. Il s'agit notamment de la poursuite des mesures de réassurance telles que la police aérienne au-dessus des États baltes, la présence rotative de l'OTAN en Europe orientale et l'amélioration des temps de réaction. "Empêcher les Russes d'entrer", ça marche toujours comme " garder les Américains à l'intérieur". L'OTAN a été fondée à cette fin. Aujourd'hui, plus personne ne veut entendre parler de la troisième mission, celle de "garder les Allemands au tapis". Bien au contraire. Mais des différences stratégiques entre les membres de l'OTAN apparaissent également dans leurs relations avec la Russie. La résiliation du Traité FNI par Donald Trump pourrait être dans l'intérêt des Etats-Unis et de la Russie. Tous deux n'ont maintenant aucune restriction à imposer à la Chine. Mais ce n'est pas dans l'intérêt de l'Europe. Ces armes nucléaires menacent la sécurité de l'Europe. Quiconque refuse de penser au désarmement se condamne au "désarmement intellectuel", comme l'a bien analysé le professeur Bernd Greiner, tout récemment directeur du Center for Cold War Studies. La demande de désarmement n'est pas une rêverie de gauche, mais plutôt une realpolitik sévère. Où était l'initiative du ministre social-démocrate allemand des Affaires étrangères de réagir à la dénonciation par ses propres tentatives de désarmement ? Qu'aurait fait un Egon Bahr, un Willy Brandt dans une telle situation ? Il aurait fallu une initiative européenne de désarmement depuis longtemps. Par exemple, l'offre faite à la Russie d'abandonner les armes nucléaires tactiques à Büchel et la défense antimissile américaine en Europe de l'Est lorsque la Russie retirera ses missiles "Iskander" de Kaliningrad et ses missiles terrestres à moyenne portée d'Europe. Maas aurait dû non seulement vouloir que l'OTAN le fasse, mais il aurait aussi dû promouvoir de telles propositions au sein de l'OTAN. Cette question aurait également été controversée au sein de l'OTAN. Mais rien de tout cela n'est arrivé. La fin prévisible de l'Accord nucléaire iranien (JCPOA) montre à quel point les intérêts stratégiques de l'OTAN convergent encore peu. Une fois qu'un accord efficace a été conclu contre l'armement nucléaire de l'Iran, les Etats-Unis y ont unilatéralement mis fin sous Trump sans vote au sein de l'OTAN et l'ont détruit par une politique de sanctions unilatérales brutales. Nous sommes maintenant au bord d'une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient. Il s'agit d'une menace directe pour la sécurité de l'Europe. S'il est maintenant beaucoup question de la souveraineté stratégique de l'Europe, cela aurait dû être prouvé lors du sauvetage du JCPOA. Mais toutes les promesses des ministres européens des affaires étrangères et des finances d'autoriser l'Iran à faire du commerce - y compris dans le secteur pétrolier - se sont révélées vaines. L'Europe n'est toujours pas en mesure d'apporter une aide humanitaire telle que la médecine contre le cancer à l'Iran. Il ne s'agirait pas d'une question militaire, mais d'une question dans laquelle l'Europe dispose de véritables atouts : l'économie et le commerce. Si l'OTAN ne couvre plus les intérêts essentiels de sécurité de l'Europe, si les membres de l'OTAN mettent même en danger la sécurité de l'Europe, alors l'Allemagne doit assumer davantage de responsabilités. Dans le monde et en Europe. Mais la politique ne doit pas être remplacée par l'armée, comme Annegret Kramp-Karrenbauer le souhaite. Nous avons besoin d'une stratégie pour une souveraineté européenne résiliente. Et cela signifie avant tout renforcer les atouts de l'Europe. Pour le plus grand marché intérieur du monde, il s'agit moins d'une question militaire que d'une question de politique économique et fiscale. Si nous voulons apporter une réponse à l'unilatéralisme des États-Unis, nous devons faire de l'euro la première monnaie mondiale. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons réellement jouer notre rôle au niveau international et ne plus nous trouver impuissants face aux sanctions unilatérales. Mais surtout, il faut surmonter la crise profonde entre l'Allemagne et la France. Mais pour cela, il faut plus que des normes européennes uniformes en matière d'exportation d'armements. Cela signifie qu'il ne faut plus placer les intérêts nationaux égoïstes de l'Allemagne au-dessus de ceux de l'Europe - comme dans le cas de la taxe numérique, par exemple. Et cela signifie renforcer les capacités d'intervention civilo-militaire de l'Europe dans les conflits asymétriques de son voisinage. Cela exige des équipements différents, des achats différents que le renforcement de la dissuasion conventionnelle. Cela signifierait plus de policiers que de chars, plus d'hélicoptères que de frégates. Ce serait l'opposé de la mort cérébrale, mais ce serait surtout surmonter la nostalgie de l'OTAN en faveur de la realpolitik. Il est temps d'être honnête.
  2. 7 points
    Je ne sais pas. Il y a un calendrier de l'advent ?
  3. 5 points
    Et on apprend que Yoda est en fait un mogwai qui n'a jamais réussi à se transformer. Pardon j'ai dû me tromper dans l'enchaînement des flashback.
  4. 5 points
    Les histoires internes de la NSA, déjà déclassifiées mais pour une fois regroupées en une place unique : https://gfiles.neocities.org/nsa.html Résultat de cette simple compilation ? - j'avais raté que le site de la NSA avait mis BOURBON to Black Friday, histoire des succès UKUSA contre l'URSS sur la période 1945-1948, en ligne... - je découvre une version déclassifiée après un appel (donc avec de nouveaux détails) de l'histoire de la crise de Suez, - et, grosse surprise, l'histoire de la NSA de l'invasion soviétique de l'Afghanistan, qui avait été mise en ligne il y a deux ans sur le site du jury pour les appels sur les déclassifications pour les questions de sécurité (https://www.archives.gov/declassification/iscap/releases) mais dont je n'avais jamais entendu parler jusqu'ici... Même le jury, je ne savais pas qu'il avait sa page avec ses parutions. Ce qui montre le côté chaotique des déclassifications : va-t-on trouver un document déclassifié sur le site de la NSA, sur celui des archives nationales, ou encore ailleurs ? Aucun n'étant complet, ce site est un progrès appréciable (et ça m'a motivé à aider son créateur en lui pointant quelques documents dispos sur le web qu'il n'avait pas repérés).
  5. 4 points
    Ce n'est pas l'hypothèse d'@Alexis. Ce qui très bien vu dans son scénario, c'est qu'il parle d'un "USA-exit" unilatéral. La question ne sera pas de savoir si c'est souhaitable, si on en a envie, mais ce serait une situation qui s'imposerait aux autres membres.Et qui découlerait d'un retour à la position historique d'isolationnisme des Etats-Unis, qui transpire dans la politique de Trump. On pourrait imaginer des variantes, comparable au vrai-faux départ de la France de l'Otan sous De Gaulle (les USA retirant leurs troupes du commandement unifié et cessant tout ou partie de leur financement de l'organisation, tout en honorant formellement l'alliance de l'Atlantique Nord) On se retrouverait dans ce cas avec une organisation OTAN orpheline, avec un très fort instinct de survie en tant qu'organisation et un besoin très fort des petits pays de l'Europe de sauver les meubles car l'OTAN c'est à la fois une assurance vie contre une invasion russe mais aussi un carcan qui garantit aux petits pays que les gros (genre France, Allemagne, GB) ne retrouverons pas leurs instincts militaires hégémoniques et "cavalier seul" anciens. Si un tel scénario devait se produire, je fais une prédiction : les USA seraient rapidement suivis par la Turquie et le Canada, laissant les Européens (UE et non-UE) face à leurs responsabilités avec le "machin". Et les USA feront alors essentiellement du bilatéral, avec une faible empreinte au sol, pour s'assurer des bases stratégiques et entretenir leur zone d'influence (comme dans le Golf actuellement, pas plus). Situation qui sera vu comme très frustrante par tous les pays européens, pour des raisons différentes (les français parce que l'on aura l'impression d'être encore sous influence étrangère, l'Allemagne parce qu'il faudra dépenser plus pour la défense, les pays de l'Est car la protection contre la grande méchante Russie sera moins crédible/efficiente...). Bien que déclenché par les US, leur retrait serait une crise importante pour l'Europe.
  6. 4 points
    Reportage sur les Missions Militaires de Liaison, FR, GB, US https://www.youtube.com/watch?v=oP6Q3HrLfS8
  7. 3 points
    On s'éloigne de l'Allemagne, donc je ne m'étends pas, mais tu peux ajouter également la Yougoslavie dans les années '70. Les raisons de l'abandon sont multiples: le coût bien sur, mais aussi une doctrine (assez proche de la vision gaullienne) nécessitant des vecteurs capables d'atteindre Moscou ou Washington, et enfin la santé déclinante de Tito qui était le contrepoids fédéraliste aux dirigeants régionaux, d'abord intéressés par leurs républiques respectives. Ce régionalisme a d'ailleurs fini par avoir raison de la fédération une dizaine d'années plus tard... Bref, sujet intéressant mais hors de propos ici. A+/Yankev
  8. 3 points
    Dans la série Qu'est-ce qu'on se marre, je recommande l'ambassadeur russe auprès de l'UE Vladimir Chizhov qui déclarait il y a trois jours à un journaliste d'Euractiv qui l'interrogeait sur la déclaration de Macron comme quoi l'OTAN est en état de mort cérébrale : "Pour souffrir de mort cérébrale, encore faut-il avoir un cerveau" Da, da, nous dans la diplomatie russe on aime bien les boute-en-trains ! Bizarrement, le journaliste n'a pas eu l'air d'apprécier la blague ?
  9. 3 points
    Chose amusante l'élu concerné est Eric Swalwell, qui s'était fait remarquer pour avoir menacé d'utiliser des armes nucléaires contre les américains armés "pro 2A" qui refuseraient de donner leurs flingues en cas de confiscation. D'où une longue litanie de blagues potaches à base "d'armes chimiques" suite à sa magistrale flatulence.
  10. 3 points
    jon lake s'est rétracté (c'est tout à son honneur) vu le manque de fiabilité de sa source (un vague journal égyptien).
  11. 3 points
    Alors juste comme ça et blagues à part... On parle d une info qui fait du tout frais emoulu prix nobel de la paix un fou furieux cherchant activement à obtenir des armes nucléaires avec un vecteur lui permettant de menacer des pays allant très largement au delà de ses adversaires habituels... Une sorte de super Saddam Hussein. Donc perso je vais la prendre avec des pincettes de la taille de l USS Nimitz cette info tellement ça sent la manip visant à flinguer la reputation de ce bon Mr Ahmed... Quant au média qui a sorti ça, j espère pour eux que l info a été recoupée autant de fois qu il y a de bugs dans le logiciel du F35, parce que c est un coup à couler un canard.
  12. 3 points
    Ni du Président français quiva devoir expliquer qu'onvient de vendre 12 Rafale à la Chine avec transfert de technologie… l'Ethiopie c'est un peu ça quand même... L'Erthiopie qui achète du matériel français payé par la Chine… Si ce pays voulait vraiment du matériel pour faire la guerre il achèterait chinois avec sa dette chinoise. Dans notre cas et face à une telle proposition, plutôt que de vendre 4 exemplaires de tous nos meilleurs matériels à ce pays, autant faire comme la Russie : vendre 36 exemplaires directement aux Chinois pour qu'ils fassent de la rétro-ingéniérie. Au moins on aura gagné un peu d'argent... Mais alors là, vendre 1 exemplaire de SAMP/T, 12 rafales, 4 hélicoptères Tigre… c'est donner toutes nos technologies à la Chine pour pas 1 sou... Des M2000 rénovés, oui et encore avec Mica ancienne génération, des crotale NG, ok Idem pour des corvettes avec Sylver 35 et Mica et radar thales d'entrée de gamme, mais pas plus
  13. 3 points
    C'est pour ca qu'on a des ICBM ... ... après un missile c'est un machin qui vole ... ça s'intercepte aussi sûrement que n'importe quel machin qu vole. D'autant plus quand ils ont tendance a exploser chez l'expéditeur
  14. 3 points
    A l'origine, il était très pro Rafale avant de devenir pro-Gripen. Ah l'effet des ppt SAAB..
  15. 3 points
    C'est sur que le principe de la sous-traitance à tous crins et focalisation sur "coeur de métier" aboutit à une caste de donneurs d'ordres dont la seule compétence est de tempêter au téléphone en menaçant de ne pas payer. Pour les manipulateurs, c'est du pain béni: on se décharge de la responsabilité, on brasse du vent et on cache son incompétence tout en gagnant du fric. Pendant ce temps, les opérationnels n'ont que le mépris des supérieurs et doivent trouver des solutions de brics et de brocs.
  16. 3 points
    On voit pas bien s'il y a des ouvrant sur le bord de la passerelle ... c'est assez étrange. Le cockpit est assez étrange comme concept ergonomique ... mème en intégrant massivement de la réalité augmenté a l'intérieur de la passerelle. Toi ... tu cherches les problème ... je sui un fan absolu du Multipla 1998 ... parfaitement adapté a la fonction ... ... fiable mécaniquement ... on en trouve encore en bon état aujourd'hui - bon ok l'intérieur en plastique bon marché est souvent détruit lol -
  17. 3 points
    Contractor-reliant F-35 model a legacy of Total System Performance Responsibility https://www.janes.com/article/92596/contractor-reliant-f-35-model-a-legacy-of-total-system-performance-responsibility Deceptive Pentagon Math Tries to Obscure $100 Million+ Price Tag for F-35s https://www.pogo.org/analysis/2019/11/deceptive-pentagon-math-tries-to-obscure-100-million-price-tag-for-f-35/
  18. 3 points
    Tu veux dire le gros minet à fourrure orange ? Celui dont tant de nos bons et néanmoins parfois pusillanimes voisins craignent qu'il ne prenne prétexte du moindre début de volonté d'indépendance de leur part pour dire « Allez c'est bon ils n'ont plus besoin de nous on se casse » ? Tout en craignant bien sûr qu'il ne prenne prétexte de leur inaction pour dire « Ils se f..tent vraiment de nous on se casse » ? Et qui du coup donnent parfois l'impression d'être des lapins paralysés devant les phares d'une automobile ? Un jour, les lapins apprendront qu'ils peuvent être l'automobile ... Un jour
  19. 3 points
    Témoignage devant les Sous-commissions sur l'état de préparation et les forces aériennes et terrestres tactiques, Commission des services armés, Chambre des représentants F-35 MAINTIEN EN ÉTAT DE FONCTIONNEMENT DE L'AÉRONEF Le ministère de la Défense fait face à des défis dans le maintien d'une flotte en pleine croissance Déclaration de Diana Maurer, directrice, Capacités de défense et gestion Ce que le GAO a trouvé Le Département de la Défense (DOD) est confronté à des défis pour soutenir une flotte croissante de F35. Cet énoncé met en lumière trois défis que le ministère de la Défense a dû relever en ce qui concerne le maintien en conditions opérationnelles des F-35, d'après les travaux antérieurs du GAO (voir la figure). Défis de maintien en conditions opérationnelles des F-35 sélectionnés En raison de ces difficultés, les performances du F-35 n'ont pas répondu aux besoins des chasseurs. Bien que le ministère de la Défense s'efforce de régler ces problèmes, il doit aussi s'attaquer à la question du coût. Le ministère de la Défense a déterminé qu'il devra réduire considérablement les coûts de maintien en conditions opérationnelles des F-35 - de 43 p. 100 par avion, par année dans le cas de la Force aérienne - pour que les services militaires puissent exploiter les F-35 comme prévu. Il sera important d'accorder une attention soutenue aux recommandations du GAO dans ces domaines au fur et à mesure que le ministère de la Défense prendra des mesures pour améliorer le maintien en conditions opérationnelles des F-35 et les performances de l'avion pour les chasseurs. Traduit avec www.DeepL.com/Translator
  20. 3 points
    La France de st Louis à Philippe le bel peut correspondre à une période d’apogée. c’est le plus puissant royaume d’occident, démographiquement, économiquement et militairement guillaume de nogaret se permetttra même de gifler un pape pour lui rappeler qui commande
  21. 3 points
    Audition du CEMM au Sénat https://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20191021/etr.html#toc6 L'Amiral parle des différentes missions, il "aimerait avoir 35 frégates " Il est aussi question du futur PA , des ressources humaines (info "rigolote" , du temps du contingent il y avait 60 000 marins professionnels et 10 000 appelés, sous en sommes à 40 000)
  22. 3 points
    THE FRENCH BREXIT SONG Amanda Palmer, Sarah-Louise Young & Maxim Melton
  23. 2 points
    Très intéressant, je confirme ! Merci encore. Non seulement l'auteur a fait l'effort de bien comprendre l'ensemble de l'entretien de Macron à The Economist, ses arguments pour approuver comme pour critiquer l'initiative majeure que représente le partage de cette réflexion sont tous pertinents.
  24. 2 points
    Après faut savoir aussi que notre communication est "encadrée". Nous ne montrons pas d'ennemis morts par exemple ou d'images montrant l'élimination d'ennemis, ça peut agacer ceux qui veulent se convaincre de notre efficacité car ne voulant pas croire aux communiqués écrits, mais c'est ainsi. Faut savoir par contre que pourtant des images et des vidéos il y en a pleins, du Tigre aux drones, il y a un enregistrement qu'on garde ou qu'on efface. Il y a des diffusions internes parfois qui iront montrer un peu mieux ce qui se passe. Après restons réaliste, notre ennemi n'est pas une armée, ce sont des types ressemblant à des civils, usant des véhicules/motos civils, des moyens de communication civils, mais qui derrière ont quelques armes pour foutre leur merde et commettre leurs actes. Nous n'avons pas des prises de guerre qui se compte en nombre de chars, d'avions ou autres, ça sera toujours faible car cet ennemi, aussi nuisible qu'il est, reste faible tant en hommes qu'en matériels.
  25. 2 points
    Rooivalk c'est l'hélico ici c'est un Rooikaat grosse réflexion menée sur les conséquences des explosions de mines => formes de la caisse retex du combat dans le bush => des véhicules peut-être plus hauts que la moyenne afin de voir par dessus "l'herbe à éléphant"
  26. 2 points
    À en croire certaines fuites pour le scénario du IX, il me semble que nous allons avoir droit à du anti-Kojima. Il y a des personnes qui peuvent faire des trucs absurdes, qui ne devraient pas fonctionner mais qui fonctionnent quand même par on ne sait quelle folie qui transcende les règles de la réalité. *regarde sa PS4 et Death Stranding* Les scénaristes du IX ne sont pas de ce calibre, et semblent tenter du complètement dingue sans avoir la compétence pour le faire. Si un dixième des fuites qu'on m'a filées sont correctes, je vais exploser de rire devant les hurlements sur internet après la sortie. :-)
  27. 2 points
    Comme quoi, il y a encore des Allemands qui croient au "triomphe de la volonté"...
  28. 2 points
    J'en parlais dans ce lien de 2015 ; extrait d'une note MN sur l'expression de besoin des aménagements et ergonomie des passerelles Alors , çà remonte , mais il me semble qu'on a dû changer l'inclination des vitres des OPV 54 , pour des raisons de pollutions visuelles
  29. 2 points
    Efficacité opérationnelle Essais opérationnels Activité - Le DOT&E, en coordination avec le JEA et le JOTT, a approuvé l'exécution d'un certain nombre d'activités de test pré-TITO&E avant de satisfaire aux 47 critères de préparation au TEMP pour l'IOT&E, lorsque les critères de préparation applicables ont été remplis et que les tests ont pu être effectués de manière adéquate. Le 18 janvier 2018, le ministère des Transports et de l'Environnement a approuvé le TTCCVO pour effectuer les essais prévus par temps froid qui ont eu lieu du 18 janvier au 2 février 2018, à Eielson AFB, en Alaska. Les escadrons d'essais opérationnels ont déployé six F-35, deux de chaque variante, de la base aérienne d'Edwards, en Californie. L'objectif de ces essais de pointage était d'évaluer la pertinence du système aérien du F-35 et d'évaluer les délais de lancement des alertes dans des conditions météorologiques extrêmement froides. Ce déploiement était l'un des six requis par la conception des essais du F-35 IOT&E. ▪ Pre-IOT&E Increment 2 : Suite à l'approbation du DOT&E le 30 mars 2018, le JOTT a commencé à tester les scénarios de missions limitées à deux navires avec le logiciel Block 3F (30R00) et les MDF de niveau 2. Les scénarios comprenaient le soutien aérien rapproché, la reconnaissance, le contrôle aérien avancé aéroporté, la coordination des frappes et la reconnaissance armée, la recherche et le sauvetage au combat, ainsi que le déploiement de navires et des vecteurs d'armes. Certaines missions ont été refaites par les A-10 dans le cadre de la comparaison prévue de F-35A et A-10. des tests. ▪ Les escadrons d'essais opérationnels JOTT et F-35A ont déployé quatre F-35A OT du 4 au 29 juin 2018 à Eglin AFB, en Floride, pour effectuer des démonstrations d'armes de missiles air-air pré-IOT&E sur les champs d'essai de la côte du Golfe du Mexique. Au cours du déploiement, l'équipe d'essai a effectué six essais de missiles AIM-120 et six essais de missiles AIM-9X, certains avec des tirs multiples, le tout conformément au plan approuvé. Dans des cas limités, le DOT&E a approuvé des modifications au profil de la mission lorsque cela est justifié. ▪ Le JOTT, en coordination avec le VFA-125, l'escadron de remplacement de la flotte de F-35C de la côte ouest de la Marine, a déployé six aéronefs à bord du USS Abraham Lincoln du 18 au 31 août 2018, pour effectuer des missions à bord de navires. et évaluer les capacités de production de taux de sortie (SGR) des F-35C, conformément au plan d'essai de l'IOT&E. ▪ L'essai comprenait la participation d'aéronefs de la septième escadre aérienne du transporteur, qui a fourni un environnement de poste de pilotage représentatif sur le plan opérationnel. C'était la première fois que le F-35C était intégré au reste de l'escadre aérienne d'un transporteur comme il le serait lors d'un déploiement opérationnel. ▪ La Marine a approuvé l'utilisation de l'ensemble d'alimentation intégrée (IPP) du F-35 dans la baie du hangar à des fins d'entretien, à titre provisoire, juste avant les essais SGR à bord du CVN 72. Cette approbation permettra une maintenance plus efficace pendant les déploiements, ce qui augmentera les possibilités de fournir de l'électricité et de l'air de refroidissement aux aéronefs en cours de maintenance. Les escadrons utiliseront des dispositifs de détection de la température pour s'assurer que les gaz d'échappement de l'IPP, qui s'échappent vers le haut sur le F-35C, n'endommagent pas l'équipement aérien, le câblage et la structure des hangars pendant l'utilisation. ▪ La Marine a mis la dernière main à la conception de l'outil de lutte contre l'incendie à baie fermée (CBFFT) et a produit plusieurs exemplaires pour fournir le personnel du CVN 72 en cas de collision ou d'incendie avant les essais du SGR. Le CBFFT permettra aux intervenants d'urgence de couper à travers l'extérieur d'un avion F-35 transportant des munitions internes sous tension et en branchant un boyau d'arrosage dans le trou pour assurer le refroidissement des munitions en cas d'incendie sur le pont d'envol. ▪ Le JOTT et l'escadron d'essai opérationnel F-35A a déployé quatre F-35A OT à Volk Field La base de la Garde nationale aérienne du Wisconsin, au Wisconsin, évaluera des opérations d'augmentation du taux de génération de sorties à partir de Du 10 au 16 septembre 2018. Bien que le plan d'essai intitulé pour le déploiement de six avions, deux sont restés à la base aérienne d'Edwards. en raison de problèmes d'entretien. Évaluation - Le DOT&E fera rapport des résultats des événements qui ont précédé les tests de l'IOT&E après les tests de l'IOT&E.
  30. 2 points
    dont les essais de 2019 n'ont pas été très bons. Panne (ca arrive !) et agilité de l'avion en retrait par rapport au F18 "legacy".
  31. 2 points
    La question c'est surtout reste t il du pétrole a pomper ...
  32. 2 points
    «Soyez sans pitié» : les directives de Xi Jinping contre les Ouïghours révélées Ces instructions, consignées dans 403 pages fournies par «un membre de l'élite politique chinoise» au New York Times, précisent la politique répressive menée par la Chine à l'encontre des Ouïghours https://www.lefigaro.fr/international/soyez-sans-pitie-les-directives-de-xi-jinping-contre-les-ouighours-revelees-20191117
  33. 2 points
    J'espère bien que ça sera la version à canon de 20 pouces oui. D'ailleurs des Mk.20 il y en a en France dans un centre d'instruction je ne sais plus où. Mais bon, je ne vois pas la logique qu'il y aurait à ne pas prendre du 417, à part si vraiment H&K sont aux fraises et ne peuvent pas honorer leurs contrats... Et à propos de Verney Carron, je trouve leur manière de faire, en demandant littéralement à l'armée d'acheter leurs armes pour donner à celles-ci une visibilité à l'export, absolument déplorable. Je fais confiance à la STAT pour le déterminer. On verra bien.
  34. 2 points
    Pour participer à l'appel d'offre les entreprises doivent réaliser un chiffre d’affaires d’au moins 50 millions d’euros. Celui de Verney-Carron n’atteint que 15 millions d’euros. Ce critère financier est aussi important que la qualité des produits. "Il a deux objectifs a précisé la DGA, il assure au ministère que l’entreprise peut honorer le contrat sur le long terme, mais aussi, il protège les entreprises qui seraient tentées de concourir à des marchés trop importants pour leur capacité. Au dernier nouvelle HK n'a pas participé à cette appel d'offre (trop de commandes à honorer ) SIG avec un résultat net 2018 de 73 millions CHF à répondu à l'appel d'offre de la DGA L'arme présenter par ce fabricant à passer l'ensemble des tests avec succès et reste favorite pour le renouvellement des 7.62. Mais bon nous allons bientôt savoir.
  35. 2 points
    Ajoutons que son argument pour bloquer cette résolution était que le Sénat ne doit pas "édulcorer l'Histoire ni tenter de la réécrire". Il a ajouté qu'il espérait "que la Turquie et l'Arménie pourront s'unir et s'attaquer ensemble à ce problème". Bloquer une résolution sur le génocide arménien pour "ne pas édulcorer l'Histoire" !
  36. 2 points
    j'ai l'impression que l'europe de la defense va se faire sur la pointe des pieds pour ne pas trop réveiller le gros minet
  37. 2 points
    ça m parait en effet tout à fait pertinent de la part de Kiev, ça, envoyer une batterie anti aérienne en territoire contrôlé par les rebelles pour les faire accuser de quelque choses. Après tout, aucun risque de se le faire capturer et utiliser contre leurs propres avions, c'est pas comme si l'aviation ukrainienne avait été décimée par des Buk apparavant. Mais peut-être que les ukrainiens avaient abattus leurs propres avions pour faire accuser les rebelles plus facilement ? Et puis après, histoire de parfaire le faux drapeau, ils sont allé cacher le Buk en Russie.
  38. 1 point
    Si dans dix ans le président russe s'appelle Alexei Navalny, nul doute que Nikita Mikhalkov fera un film sur la liberté politique et la démocratie en Russie. Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent. Et certains ont des mots beaucoup moins doux que « girouette » pour qualifier M. Mikhalkov Allez, c'est le moment d'écouter Jacques Dutronc
  39. 1 point
    Hmmm n'oublions pas qu'un de nos membres a défini une proposition de schéma directeur pour la DA de la Colombie...
  40. 1 point
    Luis Almagro secrétaire général de l’oea est de gauche ( il avait formé une coalition avec les tupamaros)on peut difficilement l’accuser d’etre à la solde de Trump ou partisan de l’extreme droite sud américaine . rectification: après recherches, il faut reconnaître que son positionnement à évoluer ( groupe de lima)
  41. 1 point
    Tout à fait. Un révélateur, ce 45ème président ! Et le ou la 46ème, qu'il ou elle arrive en 2020 ou en 2024 et quelles que soient les espérances des uns et des autres ne sera pas nécessairement, et en réalité pas probablement, un "réparateur magique" qui tout à coup ressuscite les arrangements d'avant... et les illusions d'avant. Si on croit les gazettes américaines, le couperet n'est pas passé bien loin en 2018 concernant la participation américaine à l'OTAN. Il a fallu que des conseillers militaires haut gradés discutent intensément avec Trump pour le convaincre de ne pas juste claquer la porte. Quant à ce qui se passera dans 2 ans, dans 4 ou dans 6... Avec ce président ou le suivant... La question c'est essentiellement combien de temps l'illusion durera, alors même que le roi est nu. Il est possible que ce soit "longtemps". Parfois, l'ancien monde peut mettre beaucoup de temps à mourir - et pourquoi pas dix ans encore ? Et d'un autre côté, peut-être dès l'année prochaine qui sait - même si le plus probable est que ce ne soit pas si brutal ? Une chose semble bien probable en revanche : l'OTAN appartient au monde d'avant. Agir contre les Etats-Unis je ne le conseillerais en aucun cas. Et pourquoi au juste ? Il s'agirait plutôt d'agir pour préparer notre avenir, sachant que la survie et la liberté de la France sont et doivent demeurer garanties au niveau national exclusivement, mais que la défense de notre prospérité qui dépend aussi de nos voisins européens ne se conçoit qu'à l'échelle européenne - et cela ne serait possible qu'en coopération européenne bien sûr. S'agissant de l'opération Hamilton, sans le rôle prépondérant qu'y ont pris les Etats-Unis, Macron aurait eu deux options : - Ne rien faire - Limiter l'opération au seul dépôt d'armes chimiques de Him Shinshar, soit en frappant seulement une partie du site - la France a tiré 12 des 29 missiles qui l'ont entièrement détruit, 8 autres étant britanniques et 9 américains - soit en frappant la totalité au prix d'une augmentation de l'effort français et si possible avec contribution britannique. Si le président avait ordonné à l'AdA de tirer 21 missiles de croisière en Syrie, nous avions les capacités de le faire Aucune idée de ce qu'il aurait choisi. Mais ça aurait été un choix, la France n'aurait pas été condamnée à l'impuissance.
  42. 1 point
    Dans le premier semestre 2019, Dassault a repris ExecutJet, TAG Aviation et deux sites de RUAG en Suisse. Avec ces reprises, Dassault s'est rapproché de ses clients "avions d'affaires" par une meilleure couverture mondiale dans la maintenance et l'assistance en escales. Il y des études en cours pour un programme pour après la sortie du 6X. Je suppose que Dassault va élargir sa game vers le haut, plus d'espace et plus de range. Cette montée en capacités permettra une entrée plus large dans les avions de missions pour le secteur militaire. Je ne suis pas inquiet pour l'avenir de Dassault.
  43. 1 point
    de surcroit le problème est que non seulement les Mahorais veulent rester français mais qu'Anjouan souhaitait redevenir français et interroge la population des Comores et sans doute de Madagascar.. . si elle avait le choix.... elle préfèrerait son ancien statut... et vivre au lieu de survivre. Si tu considères que la population a le droit de quitter la France, l'inverse devrait aussi être vrai. Pourquoi ne répondrions nous pas favorablement à une telle requête ? Pour des raisons économiques ? pourtant avant on pouvait ... pourquoi ne pourrions nous plus ?
  44. 1 point
    On voit bien le talon d’Achilles du concept d’helico lourd HTH... Très centré sur l’emport de blindés en soute (concept très Germanique?) avec des véhicules gabarit Guerre Froide, devenu depuis complètement inadapté pour les blindés des années 2020+. Alors que pour déployer des véhicules de 8-16t il est beaucoup plus simple de procéder par aerolarguage depuis l’A400M...
  45. 1 point
    On a retrouvé l'ouvrier responsable des sueurs froides allemandes !
  46. 1 point
    Le raisonnement est fallacieux. Il y a plusieurs possibilités : Que certaines photos n'aient rien avoir les missiles en question Que les missiles se soient simplement égarée Que la charge explosive ne se soit pas déclenché. Que le missile puisse avoir été intercepté par d'autres moyens
  47. 1 point
  48. 1 point
    Au passage, le gvt turc a qualifié le vote du sénat sur le voile (oubliant que ce n'est pas une loi passée) d'atteinte aux droits de l'homme les plus basiques.
  49. 1 point
    J'ai surtout l'impression que cela relève d'un habillage altruiste d'une réalité purement corpo-politicienne: le groupe en question est un groupe exclusivement composé de CEOs, cad en langage clair, de "chefs de l'exécutif" de grandes sociétés, par opposition aux actionnaires qui, directement ou par des représentants, sont le pouvoir législatif et les "citoyens" ou élus des "citoyens"/propriétaires. C'est un coup d'échec pour que les dits CEOs essaient de s'arroger plus de prérogatives dans le mix au nom de "valeurs" et entités plus abstraites. Non qu'elles soient nécessairement abstraites en soi (la nation, "l'intérêt général", la main d'oeuvre, les communautés d'implantation....), mais dans le sens où elles ne peuvent réellement avoir une représentation efficace, légitime ou qui "pèse" dans le processus de décision. En l'état de telles déclarations, ce serait le dit PDG qui déterminerait la politique en ce sens, soit un "power grab" aux dépends du conseil d'administration, un peu plus vers l'idée d'un patron-monarque tenu par des "obligations" (que, pour l'essentiel, lui seul détermine avec des apparences de consultation avec des entités extérieures... A grands coups de com) qui lui donnent plus de marge de manoeuvre par rapport aux actionnaires. Il est possible que certains d'entre eux croient à ce soudain besoin "d'altruisme" et de "valeur ajoutée sociale" de l'entreprise, mais outre le fait que cela implique plus nécessairement un processus sans doute plus autoritaire dans la boîte (et plus de budgets et activités discrétionnaires), on est plus en face de patrons qui sont en train de devenir de vrais petits seigneurs féodaux. Déjà que nos patrons du CAC ont en général plus de pouvoir dans leur boîte que les patrons US, et que les tentatives de plus de gouvernance partagée/transparente ne sont jamais allées nulle part, on voit la tendance générale dans la mentalité de ces gens. C'est juste le Game of Thrones corporate: faut pas se fier à ce que dit la bande annonce. Aucun d'entre eux n'a la fibre humanitaire ou citoyenne dès qu'il s'agit de leur ambition et de leur "bottomline". Les requins ne se mettent pas soudainement au tofu.
  50. 1 point