Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Ponto Combo

Members
  • Posts

    2,271
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Ponto Combo

  1. Le premier contrat export donne un point de référence. Les anglais avaient tellement bien vendu le Tornado en Arabie Saoudite qu'ils n'ont plus rien vendu après. Après, chaque cas est particulier. Les EAU et le Qatar ne sont pas pressés. C'est effectivement le Brésil qui est le cas le plus proche étant donné qu'ils veulent la TOT. Ils ont aussi d'autres priorités pour l'instant...
  2. En tous cas, Il parait que l'affaire indienne monte en pression à Saint-Cloud. Le sujet commence à descendre vers les étages du dessous et ça commence à discuter sec pour être dans les starting-blocks à la signature. Par contre pour les autres prospects, c'est le calme plat.
  3. C'est noté :lol: En attendant, tu risques de passer par pas mal de couleurs... Allez pour te remettre un peu de baume au cœur... Saab echoed the MoD’s confidence. Eddy de la Motte, the company’s export manager for JAS Gripen, said Sept. 26 that there are growing indications Brazil will choose the Gripen over other candidate aircraft. “I believe it will happen,” de la Motte said, according to Reuters. “We have the best price, both in terms of purchase cost and operating costs.” However, Saab’s confidence in securing the estimated $4 billion contract to deliver 36 aircraft to Brazil is grossly premature, Frings said. “It would be difficult to be confident about picking favorites at this stage, especially since the decision has been delayed by the Brazilian government, again, to 2013,” Frings said. “There is more evidence to suggest that Dassault’s Rafale or the Boeing-Embraer partnership group’s EMB 314 Super Tucano fighter offering are more highly thought of than Gripen.” Ulf Frings, an industry analyst in Berlin. Posté par Olybrius sur MP: http://www.defensenews.com/article/20120930/DEFREG01/309300001/Will-Exit-Clause-Doom-8216-Super-8217-Gripen-?odyssey=tab|topnews|text|FRONTPAGE
  4. Posté par Olybrius... Will Exit Clause Doom ‘Super’ Gripen? STOCKHOLM — A pending deal for Sweden and Switzerland to acquire Gripen-NG fighters is on shaky ground after Sweden said that if Switzerland pulls out of the deal — and no other international partner can be found to take its place — Sweden will no longer fund the project either. The move prompted French firm Dassault to resubmit an offer to sell its Rafale fighter jets to the Swiss in lieu of the Gripens. Switzerland had planned to acquire 22 aircraft from Saab, while the Swedish government was on board to buy 60 to 80 aircraft from the company as part of an agreed fighter development and cost-sharing partnership arrangement. But the Swedish government last month confirmed the existence of an “exit clause” that gives it the right to halt funding to the “super” JAS Gripen-NG E/F program if Switzerland withdraws from the project and an alternative foreign partner cannot be found to share development and production costs. The revelation, which dilutes the government’s original position and commitment to the project, is contained in the Defense Ministry’s Defense Budget Proposition for 2013, which was presented to the Swedish parliament Sept. 22. ... J'ai pas l'impression que ce soit un scoop. Que les suédois attendent un contributeur au développement parait logique. Mais qu'on ne dise pas que c'est juste une petite évolution des C/D. Plus d'info ... http://www.defensenews.com/article/20120930/DEFREG01/309300001/Will-Exit-Clause-Doom-8216-Super-8217-Gripen-?odyssey=tab|topnews|text|FRONTPAGE
  5. Les réactions antifrançaises que l'on peut voir un peu partout sont généralement assez virulentes. Sur le blog Avia News il y a quelques beaux spécimen dans les commentaires. Ce blog est d’ailleurs un relai de la "comm" Saab des plus zélé. Ou celle-là trouvé sur un autre blog: Cependant ma qualité de citoyen et de contribuable me convaint par contre qu'une collaboration entre pays neutres est une solution intéressante car elle permet d'exclure des pays comme la France et l'Allemagne qui profitent de leur supériorité économique et politique pour exercer une pression inadmissible sur la Suisse (accords bilatéraux, accords bancaires, etc). Pour cette raison j'ai tout de même un certain respect pour notre ministre de l'armée, même s'il n'a manifestement pas fait preuve de grandes compétences quant à la manière dont ce dossier est mené. http://ericdemierre.over-blog.com/article-gripen-or-not-gripen-110431625.html Les déclarations des politiques, de Sarko à Montebourg, n'arrangent pas les affaires, c'est clair. Mais ce sont des déclarations plus électoralistes qu'autre chose avec quasiment aucune conséquence réelle. Ce qui étonnant, c'est comparativement le peu de réactions aux diverses pressions US sur les banques suisses. La plus récente c'est la livraisons des noms de collaborateurs de banques suisses aux autorités US (autorisé par le Conseil Fédéral). Avant, il y a eu la signature de Facta. Cela a déclenché une panique chez les américains de Suisse car les banques n'en veulent plus suite à la signature de Facta, sauf l'UBS qui a la taille critique pour amortir le desk spécial US. Du coup elles annulent les crédits immobiliers etc. Or UBS ne fait pas de crédit hypothécaire ! Les banques hors UBS refusent même les Suisses qui ont un conjoint US ou tout simplement qui ont séjourné aux US ! On ne veut plus des US de près comme de loin tellement Facta est peu clair et dangereux ... Quand un Suisse veut ouvrir un compte, on lui demande si il a séjourné aux US (carte verte) avant de l'accepter ! Quelques vidéos intéressantes: http-~~-//www.youtube.com/watch?v=Tt2zYmSRzHQ&feature=player_embedded Myret Zaki est rédactrice en chef du magazine Bilan... http-~~-//www.youtube.com/watch?v=sKMv8F8v-V0&feature=related Et maintenant répétez après-moi: le moteur du Gripen est américain et le radar est anglais... le moteur du Gripen est américain et le radar est anglais... le moteur du Gripen est américain et le radar est anglais...:lol:
  6. Saab y croit toujours... "The Brazilian Choice Will be Gripen" Everything indicates that Brazil will select Saab’s Gripen when the country is modernizing its combat fighter fleet. A Brazilian purchase may well lead to sales in other countries in South America, according to Eddy de la Motte, Saab’s Head of Gripen export, in an interview with Reuters published in Swedish publications DI and SVD. “I believe it will be us”, he says. According to de la Motte, there are several things pointing towards a Brazilian decision for Gripen ahead other aircraft such as the Rafale and Super Hornet. One factor in favour of Saab is that the company has placed parts of the production and development of the aircraft in Brazil in order to involve the country’s industry into the development of Gripen. But above all, it is the price that supports the Saab and Gripen offer. “Of course. Our price is the best – both the procurement and operational costs”, says de la Motte and adds that when it comes to costs, Gripen has a much better offer than its its competitors. If Saab succeeds in selling the Gripen to Brazil, it would open the door for additional sales to other part of South America, says de la Motte. Brazil is not the only country that Saab hopes to sell Gripen to. In Switzerland, the government has expressed a wish to procure 22 aircraft. There is interest for Swedish combat fighters in many places in the world, not the least in Asia. Saab hopes to sell to more countries than Thailand. Malaysia has indicated interest but there are also possibilities in other countries – “more eastwards in Asia”. In Europe, Saab is hoping for Denmark but there are also discussions in the Netherlands, Croatia, Slovenia, Rumania and Bulgaria. The interest for Gripen has, according to de la Motte, never been as great as it is now. Above all, the price factor speaks for the Swedish aircraft in times then many countries are experiencing shrinking defence budgets. “It is our turn now”, he says. http://www.gripenblogs.com/Lists/Posts/Post.aspx?ID=438
  7. L'offre a été envoyée au Conseil Fédéral, et Maurer en fait parti ;)
  8. Un écrit du COMAERO que je n'avais point vu encore... Ça concerne les études et recherches aéronautiques sur plein de sujets dont les moteurs... http://www.scribd.com/doc/46485131/COMAERO-T11-Vol-1-Un-demi-siecle-d-aeronautique-en-France-Etudes-et-recherches-tome-1-2008 Signature infrarouge Les jets de turboréacteurs et l’arrivée des missiles ont conduit très tôt à engager des études sur la mesure et la prévision des signatures infrarouges des moteurs. A la fin des années 1980, l’accent mis sur la discrétion des avions militaires a conduit à acquérir des données sur les dispositions constructives aptes à réduire la signature du jet et des pièces environnantes, au moins au plein gaz sec. Outre l’amélioration des modèles de réaction chimique / radiation dans les gaz éjectés, et les simulations par lancer de rayons, des maquettes de diverses forme de tuyère ont été essayées à l’ONERA aux bancs M1 à Palaiseau puis BD2 à Modane en 1988-1994 (tuyère convergente, convergente divergente, bidimensionnelle…) jusqu’à 1100 K, 4 bar.Des études de revêtements ont également été réalisées afin de conférer aux parties solides visibles (premier étage de compresseur BP, chemise de protection thermique de PC, volets de tuyère) des propriétés radiatives spécifiques.En 1986, il est lancé à la SNECMA un DE sur les dispositifs d’atténuation intégrée de la signature IR des réacteurs : il devait comporter des mesures faites à l’air libre par le CEAT.Sur le DE DRAC, discrétion réchauffe arrière-corps (1989, déjà cité), la réduction de signature des pièces était recherchée par refroidissement et celle des gaz dans le canal et le jet par mélange. Par contre des formes de tuyères autres que celle du M88 n’ont pas été réalisées. Signature radar La contribution du moteur, vu de l’avant, à la signature radar est réputée importante, notamment avec la rotation des aubes du compresseur. Les effets de masque et d’absorption des matériaux employés sur la directrice d’entrée du compresseur pouvant apporter une contribution intéressante à la réduction obtenue par la forme et les matériaux de la manche d’entrée. Le DE CENTOR a inclus un important volet « discrétion radar ». Ceci a compris la conception et la réalisation d’une grille d’entrée en composite compatible M88, incluant des revêtements absorbants (DE CARTEC, carter d’entrée en composites, 1989) Le programme a été réalisé en coopération avec Hispano-suiza, SNPE et Dassault. Des mesures ont été faites en chambre anéchoïque à la SNPE, comparant le carter composite et le carter métallique en présence de la RM1 du compresseur.Des mesures chez Dassault ont été faites avec la manche d’entrée Rafale. Il y a plein d'autres choses sur l'aérodynamique, les équipements, les missiles, etc.
  9. Ponto Combo

    [Rafale]

    Ben, en fait ce serait une sorte de DAS à la F35. En fonction de la taille du détecteur et de la focale de l'optique associée (pour avoir la portée de détection voulue) il faut peut-être plusieurs modules pour couvrir le domaine angulaire de la voie IR actuelle. Le DDM détecte la combustion des propulseurs de missiles. Comme il y a beaucoup d’énergie rayonnée dans cette phase, on peut se permettre une focale très courte (d’où son objectif fish-eye) et donc de couvrir un domaine angulaire très important. La techno est visiblement en train de mûrir, c'est un peu ce principe qui est utilisé sur la veille IR ARTEMIS pour les FREMM (en plus gros). L'abandon de la voie IR actuelle, dont la techno est de la génération du PDL-CTS, semble donc logique.
  10. Oups, j'avions pas vu l'autre fil. Message supprimé :-[
  11. Vers un report de la finalisation du projet de fusion EADS-BAE Les gouvernements européens semblaient se préparer jeudi à reporter leur accord sur le projet de fusion des groupes de défense et d'aéronautique EADS et BAE Systems au-delà du 10 octobre Le groupe EADS a cependant insisté pour respecter ce délai, fixé automatiquement par la réglementation britannique, même si techniquement rien n'empêche de demander une prolongation et même plusieurs. "Peut-être que nous aurons besoin de plus de temps (...) Je pense que nous aurons besoin de plus de temps", a déclaré le ministre allemand de la Défense, Thomas de Maizière. "On s'avance vers une extension probable des délais", a confirmé à l'AFP une autre source proche du dossier. "Les Britanniques n'y voient pas d'inconvénient au niveau du droit boursier", a assuré cette source. Ce projet de fusion doit recevoir l'aval des gouvernements allemand, britannique et français en raison des enjeux stratégiques. Les ministres français, allemand et britannique de la Défense se sont pour la première fois rencontrés pour parler du projet, mercredi soir à Chypre en marge d'une réunion des ministres européens de la Défense. EADS a indiqué de son côté vouloir tenir les délais. "Notre intention reste de fournir les clarifications nécessaires d'ici le 10 octobre (à la commission britannique des offres publiques d'achat) et nous comptons le faire", a déclaré à Paris un porte-parole du groupe. Le respect de l'échéance "est absolument nécessaire", a insisté le PDG d'Airbus (EADS), Fabrice Brégier, dans un entretien aux Echos. Selon un juriste, le code britannique sur les rachats et fusions permet que le délai du 10 octobre soit étendu, même à de multiples reprises. "Les demandes d'extension sont fréquentes: de septembre 2011 à septembre 2012, sur les 57 offres d'achat qui ont été soumises à ce délai en Grande-Bretagne, 23 ont demandé et obtenu une extension et 19 ont réalisé une offre dans le délai initialement imposé", indique cet expert. M. de Maizière a qualifié de "constructives" les discussions avec ses deux homologues, un adjectif également utilisé par un conseiller du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Mais "c'est une situation complexe. Il y a beaucoup de questions et conditions. Rien n'a été décidé encore", a ajouté M. de Maizière, précisant que les ministres "restaient en contact". Le projet de rapprochement entre EADS -maison-mère du constructeur Airbus- et le britannique BAE -fabricant de chars, navires et porte-avions-, annoncé le 12 septembre, soulève de nombreuses questions à commencer par celle de la perte d'influence des Etats sur le groupe. Les Etats allemand, français et espagnol contrôlent actuellement, directement ou indirectement, la majorité du capital d'EADS. Une fusion diluera automatiquement leur participation et dissoudra le pacte d'actionnaire qui accorde des droits particuliers à Paris et Berlin. En revanche, l'Allemagne et la France recevraient une "action spéciale", comme celle que détient l'Etat britannique dans BAE Systems et conserverait dans la nouvelle société. Cette action lui permet de s'opposer à ce que quiconque acquière plus de 15% de la société sans son accord, explique-t-on de sources proches de l'opération. La France n'a pas l'intention de céder ses parts du capital, ramenées mathématiquement à 9%, mais elle ne lui permettront pas d'intervenir dans la gestion du groupe ni de siéger au conseil d'administration, expliquent les mêmes sources. Selon le Financial Times Deutschland, le gouvernement français souhaiterait contrôler une minorité de blocage conjointement avec l'Allemagne au sein du nouveau groupe. D'autre part, le groupe automobile allemand Daimler, qui détient 15% des parts d'EADS, critique la répartition retenue pour la fusion: 60% pour EADS et 40% pour le Britannique. Le patron d'EADS, Tom Enders, a cependant qualifié mercredi ce rapport de "très équitable" et ne compte pas le modifier. La question du maintien des emplois dans les différents pays est également cruciale. A Berlin, on redoute surtout que le rapprochement avec BAE ne se traduise par une restructuration de Cassidian, le pôle défense d'EADS principalement basé en Allemagne. Un enjeu de taille à un an des législatives. http://www.boursorama.com/actualites/vers-un-report-de-la-finalisation-du-projet-de-fusion-eads-bae-4d317b71a35511f1117a1125d80b5408
  12. Pour les allemands il en faut plusieurs... Un peu comme ceux là...
  13. Oui, c'est encore plus compliqué à trois :O Et en plus, il faut bien regarder à qui on a affaire: les marquages se ressemblent pas mal (couleur bleu, bandes obliques sur la coque...)
  14. D'une manière générale, je trouve que DCNS est particulièrement dynamique en ce moment avec des concepts intéressants. Ça fait plaisir à voir =)
  15. Ponto Combo

    [Rafale]

    :-[ La voie IR, à la base, c'est la détection de "points chauds". Elle servait de Désignation d’Objectifs (DO) pour la voie TV dont la fonction est l'identification à grandes distances (et éventuellement de localisation 3D avec le télémètre) et ceci parmi d'autres moyen de DO, radar, spectra, AD des Mica... Il y avait initialement une fonction secondaire d'imagerie IR mais avec un champ optique relativement important qui permettait une identification de nuit à courte portée. Je ne sais pas si cette fonction a été conservée sur la version simplifiée qui est en service. Il y a quand même un manque avec la disparition de cette voie surtout par rapport au grand concurrent. Je suppose qu'il y a des études sur des systèmes sans dispositif de balayage/pointage compliqué (comme l'actuel) à l'image de ce qui a été fait sur le DDM NG. Clairement, ce n'était pas un besoin prioritaire, le pognon a été mis ailleurs.
  16. Incident en mer Egée entre navires turc et grec Un bâtiment des garde-côtes grecs et un patrouilleur turc sont entrés en collision hier en mer Egée lors de ce qui ressemble fort à une tentative de violation des eaux territoriales de la Grèce [par la Turquie]", écrit le quotidien. Un bateau slovène au service de l'agence européenne Frontex, en patrouille près de l'île de Farmakonisi, dans le Dodécanèse, s'est vu intimer l'ordre de quitter les lieux par un navire turc. Un bâtiment des garde-côtes grec a alors été dépêché sur place. Lors d'une manœuvre, les navires grec et turc se sont heurtés de front. http://www.courrierinternational.com/breve/2012/09/27/incident-en-mer-egee-entre-navires-turc-et-grec Quel bande de gamins...
  17. EADS-BAE : l’horloge tourne Il n’y a pas qu’en Europe que l’on propose, discute, hésite sur des rapprochements, partenariats, fusions pour l’industrie aéronautique et de défense ! Boeing louche, approche, discute avec Embraer. Les Chinois avec Bombardier. Face aux évolutions des marchés civils et militaires, les évolutions enregistrées durant la décennie 90 aux Etats-Unis et en Europe avaient, pour un temps, assuré des développements industriels et technologiques majeurs. Les questions d’alors sont de retour. Ici et ailleurs. Le possible rapprochement EADS-BAE en fait partie. Mais alors qu’au moment de la fusion Aerospatiale-Matra-Dasa, les négociateurs industriels ou étatiques avaient pu, durant de longs mois, travailler puis décider dans le calme, une “fuite” est venue bouleverser la donne. Et multiplier les intervenants. A Paris, Matignon — Lionel Jospin — était l’unique “maître du jeu”. Avec en back-office un tout petit nombre de hauts fonctionnaires. Il en était de même à Berlin avec Gerhard Schröder. Ni la presse ni les “marchés” n’intervenaient. Pas plus que les agences de notation ou celles de communication. Il n’y avait pas le couperet d’une “date limite” qu’implique aujourd’hui la “fuite”. Et les deux Etats ne pouvaient ni se poser la question de leur pouvoir ni espérer lutter pour un avantage supplémentaire, en termes d’emploi, de recherche. Aujourd’hui, à Berlin, Paris ou Londres ces questions sont sous-jacentes. Mais les règles l’imposent, les industriels d’abord, les gouvernements ensuite “doivent faire silence” pour ne pas fausser le marché. Et les journalistes tendent l’oreille à tous les avis, les rumeurs, cherchant à décrypter les conséquences d’un tel accord. Et contraint le plus souvent à faire du “gustatif”, du j’aime ou je n’aime pas. Berlin ne peut pas afficher carrément l’espoir de conserver une sorte de pouvoir qui n’était pas dû à une présence actionnariale, mais, disons, aux “flottements” de Paris. L’accord de juillet 2007 en étant le symbole. Londres doit résister aux anti-européens qui craignent, à juste titre, qu’un tel rapprochement favorise l’Europe et celle de la Défense en particulier. Et Paris semble ne pas parvenir à être le maître des horloges. Or l’horloge tourne, le 10 octobre, c’est… demain. Reste du côté des autres industriels et de ceux qui parlent pour eux, des inquiétudes rarement légitimes. Trop longtemps les industriels français ont vécu “l’autre” comme leur premier concurrent. Pour l’obtention de crédits de recherche, d’un marché étatique ou à l’exportation. Pour eux, ce qu’obtiendrait “l’autre français” ne leur reviendrait pas… Oublions l’éventuel accord EADS-BAE et posons-nous une simple question : l’avion du futur — ou le drone — sera-t-il produit par un seul pays ? Non, évidemment. Paris tente, par exemple, de regrouper autour d’un projet de drone Berlin et Londres. Avec qui, l’année dernière, un accord était intervenu. Sans visiblement soulever un enthousiasme délirant chez les industriels concernés ! Et les efforts de Jean-Yves Le Drian pour donner enfin un souffle à l’Europe de la Défense, son jeu d’équilibre entre les accords de Lancaster-House et un “Weimar plus”, mériteraient que l’on s’interroge davantage sur comment “booster” l’industrie de Défense européenne que sur d’éventuelles craintes à propos d’une concurrence qui ne peut qu’être marginale. Le retour de BAE vers le continent est pour l’Europe une bonne nouvelle. A la fin des années 90, le choix avait été autre. La “forteresse anglaise” avait choisi le développement aux Etats-Unis. Dans le domaine militaire. Elle a réussi. Mais ne marche qu’avec une jambe. EADS, de son côté, a également réussi. En particulier dans l’aéronautique civile. Mais sa “jambe militaire” est trop courte. Voir émerger un ensemble qui puisse marcher sur deux jambes égales — les chiffres le prouvent — serait bénéfique. Pour tous. D’autant que la complémentarité des deux “sous-ensembles” est évidente, en particulier sur le plan commercial, la fameuse pénétration des marchés ! En voulant la création d’EADS, Lionel Jospin a permis que la France ait “des droits”. Ceux de l’actionnaire. Ce n’est pas le moment de s’interroger si ces droits ont toujours été bien utilisés. Mais qui a des droits a des “devoirs”. Ce qui n’est pas le cas de Berlin, qui n’est pas actionnaire. Paris, qu’on le veuille ou non, a donc des responsabilités particulières. Pour faire réussir ou échouer ce rapprochement. Depuis des années, les parlementaires intéressés par l’évolution d’EADS avaient pris l’habitude d’affirmer que «ces questions sont du ressort du Président de la République». Dans les faits, pour le meilleur ou le pire, ce fut vrai. Souhaitons que cela le soit encore. Pour le meilleur. Guy Perrimond http://www.ttu.fr/eads-bae-lhorloge-tourne/ Mouais, c'est un aspect de l'affaire. Il y en a d'autres qui ne sont pas pris en compte.
  18. DCNS dévoile ses nouveaux concepts A l’occasion du prochain Salon Euronaval, DCNS présentera de nouveaux concepts tels que la FREMM ER (Extended Range), aux capacités de défense antiaérienne accrues, grâce à son mat unique doté de quatre panneaux radars SF-500. Un radar qui devrait doter la FREMM ER de capacités de détection comparables à celles des croiseurs américains AEGIS et qui pourrait équiper les deux exemplaires prévus de la version FREDA. Autre concept innovant, celui du sous-marin pour eaux peu profondes SMX-26, capable de se poser sur le fond grâce à un système de train d’atterrissage doté de roues. Puissamment armé (huit torpilles légères et deux torpilles lourdes), capable d’opérer sous 12 mètres d’eau et de rester autonome trente jours, il servira notamment à la topographie sous-marine et au déploiement de forces spéciales. Autre nouveauté : le système de défense antiaérienne pour sous-marins diesels (Scorpène et Andrasta), développé avec MBDA autour des systèmes Mistral et VL Mica. En cas de menace, le sous-marin pourra remonter pour une urgence d’autodéfense (self defense emergency), afin de traiter d’éventuels hélicoptères de lutte anti-sous-marine. Le Mistral, monté sur le mat, pourra être tiré directement à profondeur périscopique, alors que le VL Mica sera tiré comme une torpille, dans une capsule comparable à celle d’un SM-39 qui suivra l’écho sonar de sa cible avant d’émerger et de frapper l’aéronef. La tête infrarouge du missile à été spécialement adaptée au traitement des hélicoptères et avions de patrouille maritime. Notons, enfin, une nouvelle déclinaison dans la gamme Gowind, avec la version de guerre des mines (Gowind mine warfare), munie de deux bras à l’arrière pour le chargement/déchargement de drones, et qui conservera son helipad. http://www.ttu.fr/dcns-devoile-ses-nouveaux-concepts/
  19. Les concurrents du Gripen font de nouvelles offres Incertitude toujours plus forte sur les conditions de développement et de livraison du Gripen. Information morcelée, incertitude sur les conditions de livraison: le Gripen a toujours plus de plomb dans l’aile pendant que ses concurrents, l’eurofighter et le Rafale, font l’objet de nouvelles offres pour des prix équivalents Sur le site du Temps. Il faut un abonnement pour lire l'article en entier. http://www.letemps.ch/
  20. Ponto Combo

    [Rafale]

    C'est la voie IR qui a été abandonnée. Il y a un lest qui la remplace avec une fausse boule.
  21. Il y a des articles intéressants sur la Basler Zeitung. En particulier, il y a des interview de Thomas Hurter qui est le président de la sous-commission qui évalue la procédure d'achat. C'est un ancien pilote respecté par l'armée et qui est du même parti que Maurer. Autrement dit il a le cul entre deux chaises. Fin 2011, il déclarait que le parlement ne ratifiera pas le choix si le choix du Conseil Fédéral se porte sur un avion moins bon que le F18: Sollte der Bundesrat einen Typ auswählen, der schlechter ist als die F/A-18, dann bin ich überzeugt, dass das Parlament die Kredite nicht sprechen wird. Dann muss ich aber daraus auch schliessen, dass es der Bundesrat mit dem Kauf neuer Kampfjets nicht wirklich ernst meint. http://bazonline.ch/schweiz/standard/Ich-gehe-davon-aus-dass-der-neue-Kampfjet-besser-ist-als-die-FA18/story/27924580?dossier_id=1071 Il a mis un peu d'eau dans son vin par la suite, mais on sent quand même un certain embarras. http://bazonline.ch/schweiz/standard/Die-Berichte-sind-halt-doch-die-Filetstuecke-der-Evaluation/story/26467335?dossier_id=1071 Il y a un dossier des articles sur le sujet pour les germanophones: http://bazonline.ch/dossiers/schweiz/dossier2.html?dossier_id=1071
  22. Le feuilleton continue... Le Gripen, un rafistolage d'appareils existants Dans son projet de message, le Conseil fédéral présente une version moins rutilante qu'annoncée du nouvel avion de combat. Le Gripen ne sera en outre pas assemblé en Suisse. Et sa facture sera plus salée que prévu. Le document n'est pas encore officiellement publié, mais la Basler Zeitung en rapporte la substance mercredi. Le projet de message du Conseil fédéral sur l'acquisition du Gripen recèle, selon le quotidien bâlois, son lot de surprises. La première étant que les Forces aériennes suisse se verront équipée d'un «développement des actuels Gripen A et C». Jusqu'ici, il avait été pourtant dit que le «Gripen E/F» commandé par la Suisse était un modèle repensé de fond en comble, qui ne pouvait être comparé aux actuels «Gripen C/D». Dans son rapport, la sous-commission ad-hoc du Conseil national, présidée par l'UDC schaffhousois Thomas Hurter, écrit que le «Gripen E/F» n'est pas une mise à niveau du «Gripen C/D». De ce fait, le modèle retenu par la Suisse «doit être nouvellement développé». Mise à niveau d'appareils existants La réalité est autre. Dans son projet de message, le Conseil fédéral note que les avions seront «acquis et exploités avec les mêmes caractéristiques matérielles et informatiques» que le modèle engagé par l'armée de l'air suédoise. Or, dans son projet de budget 2013, la Suède dit vouloir «développer et transformer» 40 à 60 «Gripen E», à condition que la Suisse ou un pays tiers en acquiert 20 exemplaires. Elle ajoute que, pour chaque nouvelle version «E», un ancien Gripen de type «C» sera utilisé, souligne la Basler Zeitung. Dans sa dernière édition, le Matin Dimanche rapportait à ce sujet les propos du porte-parole du Ministère suédois de la Défense Johan Elmberg, selon qui les Suisses «auront des appareils entièrement neufs». Mais avec des caractéristiques équivalentes à celles des futurs avions de l'armée suédoise, comme décrit par le Conseil fédéral, ils seront de facto issus en partie des modèles et des technologies actuels. Le risque financier sur la nouvelle version «E» s'en trouverait réduit, dans la mesure où le gouvernement suédois a, sur cette base, offert les appareils dans une version clairement définie et à un prix ferme. Entièrement assemblés en Suède Contrairement aux conditions fixées dans l'appel d'offre donné en 2007/2008 aux différents constructeurs, les nouveaux Gripen ne devraient pas être montés en Suisse. Dans son message, le Conseil fédéral relève qu'après évaluation, l'option d'un assemblage en Suisse est apparue comme économiquement non défendable et a été écartée. En lieu et place, une équipe de collaborateurs de Ruag et des Forces aériennes sera envoyée sur place. Elle participera au montage des appareils en Suède et pourra ainsi acquérir le savoir-faire nécessaire. 220 millions de plus que prévu Autre surprise, il apparaît aujourd'hui déjà que la facture sera supérieure au plafond de 3,126 milliards de francs annoncé par Ueli Maurer pour l'acquisition des 22 «Gripen E». A ce montant viennent s'ajouter 220 millions de francs pour la location sur cinq ans d'une flotte intermédiaire de 11 «Gripen C/D». Tout compris, la facture sera de 3,346 milliards. Mais surtout, les coûts d'exploitation de l'appareil seront nettement supérieurs au 10'000 francs par heure de vol annoncés par le constructeur Saab ( 19.85 17.11%) au moment où l'appareil a été présenté. Dans le projet de message du Conseil fédéral, les coûts d'exploitation des 22 nouveaux appareils sont devisés à 102 millions de francs par année. En prenant en compte des frais de personnel (24 millions de francs), de maintenance (51 millions) et de carburant (21 millions) mentionnés et des 180 heures de vols effectuées chaque année par un appareil, la Balser Zeitung en déduit que le coût d'exploitation horaire du «Gripen E» dépassera les 24'000 francs. http://www.tdg.ch/suisse/gripen-serait-rafistolage-appareils-existants/story/14675741
  23. En attendant, Major Tom est ferme sur le 60/40... Fusion EADS/BAE : la répartition 60%/40% "très équitable", selon le patron d'EADS Le patron d'EADS Tom Enders a jugé "très équitable" la répartition 60/40 proposée dans le projet de fusion d'EADS et BAE Systems entre les actionnaires du premier et du second, à la sortie d'une rencontre avec des députés allemands, mercredi à Berlin. M. Enders a également réitéré son opinion qu'une présence d'actionnaires publics "dans des groupes de cette taille" n'est pas "absolument nécessaire", alors que ce projet de fusion doit recevoir l'aval des gouvernements allemand, britannique et français en raison des enjeux stratégiques. http://www.boursorama.com/actualites/fusion-eads-bae-la-repartition-60-40-tres-equitable-selon-le-patron-d-eads-9b8c93919ceb5e2f641b9b645a8fb27a
  24. Les Echos? c'est LVMH :lol: Il y a des détails sur les réticences allemandes sur Aviation Week. Le ration 60/40 en fait partie... German Government Has Serious Misgivings About EADS/BAE Merger Germany’s federal government is voicing serious concerns internally about the planned merger of EADS and BAE Systems. A Ministry of Economics and Technology report, destined for the federal parliament’s economics committee, points to a series of issues that puts the proposal’s viability in question. Germany, France and the U.K. have to approve the proposed transaction and have been looking at the implications for several weeks even before the plans became public earlier this month. French President Francois Hollande, German Chancellor Angela Merkel and U.K. Prime Minister David Cameron have been discussing the issue with each other over the weekend, but have provided no clear guidance as to where they are heading. The Ministry of Economics report says the proposed golden shares, which are supposed to give governments veto rights on key strategy questions, are not absolutely certain to provide the kind of protection to state interests that EADS and BAE Systems claim The ministry also questions whether the issuance of golden shares to three governments complies with European law and would be confirmed in possible legal proceedings. The government also says it is not content with the proposed 60% of shares that EADS would hold in the new company. “The true value, which is closer to 70/30, is not reflected correctly,” according to the report. That is also a financial concern because Germany is in the process of acquiring a 15% stake in EADS through its KfW state development bank. That transaction is made “significantly more difficult,” the ministry says, and could be delayed. KfW had planned to buy the 7.5% from Daimler and an additional 7.5% from a consortium of banks before the year-end. France currently holds 15% of EADS, but that would be diluted to about 9% if the merger goes ahead. The French government has said it would not sell that stake any time soon. EADS shares have lost about 13% of their former value since the plans to merge with BAE Systems were confirmed. The ministry’s report also outlines that EADS has proposed limiting individual shareholders to stakes of no more than 15%. It goes on to say there are doubts that the transaction makes economic sense. The paper highlights shrinking defense budgets in almost all Western countries. It was also difficult to estimate the potential synergies a deal would facilitate. It also voices concerns about the strong bargaining leverage a combined EADS/BAE Systems group would have over its customers, including governments. The report is the first official document that lists Germany’s concerns about the merger. A ministry official says, however, that the document is only a status report and that it is premature to draw conclusions. Governments must come to an agreement on the biggest merger ever in the aerospace industry before a London stock exchange deadline expires Oct. 10. Otherwise, the companies would have to ask for an extension, which would be seen as a setback. http://www.aviationweek.com/Article.aspx?id=/article-xml/awx_09_24_2012_p0-499263.xml
×
×
  • Create New...