Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

AlphaBravo2

Members
  • Posts

    93
  • Joined

  • Last visited

Reputation

87 Excellent

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Loin de moi l’idée de penser que l’Allemagne est un partenaire « facile » ! Je suis également au courant de cette « ligne rouge », mais je suis moins absolu que certains. Des programmes stratégiques de cette ampleur évoluent et peuvent se reconfigurer en autre chose, sans nécessairement être entièrement balancés à la poubelle. Mais je trouve intéressant que tout le monde utilise le « on ». « On » c’est qui ? La France ? Dassault ? Le MinArm ? Ce que montrent les grands programmes d’armements récents c’est que les acteurs ne sont pas d’accord en interne. De ce qu’en savent les sachants, l’exécutif (Élysée + MinArm) est favorable à une coopération, Dassault non. Est-ce que ça peut évoluer ? Oui tout à fait (il y a des élections bientôt). Est-ce que la sélection du F-35 peut ranger l’exécutif à une solution nationale ? Peut-être. Mais il existe toute une palette d’autres possibilités. PS : je ne me range pas à l’idée selon laquelle le SCAF serait un système d’armes complètement comparable au F-35. Avec des années d’écart dans leur développement, je ne pense pas qu’on puisse dire cela.
  2. Wow. Outre que la courtoisie de certains est parfois assez limite, on est à fond souverainiste sur ce forum. A partir du moment on est sur ce paradigme, je constate que ça ne laisse pas beaucoup de marges de manœuvres à d’autres types de réflexion. Dommage.
  3. Je ne comprends pas. Pourquoi la poursuite du programme SCAF et une acquisition d’un nombre limité de F-35 seraient incompatibles (35-40 avions ça laisse largement de la place au SCAF en remplacement des Typhoon les plus anciens) ? Franchement je n’adhère pas à cette lubie franco-française.
  4. C’est bien d’être aussi enthousiaste mais le problème c’est que tu procèdes dans l’autre sens : tu pars du principe qu’on a signé un contrat d’acquisition ferme avec l’Irak et tu y raccroches des éléments qui selon toi valideraient ta thèse, en les tordant, les sur-interprétants ou les extrapolant. C’est un biais méthodologie alors qu’en vérité, c’est très opaque et il n’y a aucune certitude à avoir pour le moment. Bref, pour le moment on est au niveau Serbie
  5. Messieurs, Si le premier partage que j’ai réalisé sur la genèse du programme Rafale vous a plu, je vous invite à lire cet article (4 p.) de l’auteur, qui était interviewé dans le DSI HS n°79 de début 2021 : « Les armées françaises. Nouveaux horizons. Nouvelles ambitions. » https://www.dropbox.com/s/a9ercu5by9t6cvy/Article DSI stratégie des moyens.pdf?dl=0 Il résume sa thèse (et parle un petit peu du SCAF). Ça permet d’avoir une boîte à outil pour comprendre les positions industrielles et institutionnelles à ce sujet.
  6. Le sujet n’est pas DefenseNews ni Agnes Helou, je prends juste un peu de recul et j’interroge la qualité de la source primaire de cette information : « Norman Ricklefs, who leads geopolitical consultancy NAMEA Group and was previously an adviser to Iraq’s interior minister and to the secretary general of the MoD ». Curieux qu’un consultant étranger ait le mandat pour communiquer -en son nom- sur des acquisitions stratégiques. Par ailleurs 240M$ (en pétrole) pour 14 appareils, il y a un truc qui cloche dans l’exactitude et la précision de l’information. Bref, il convient d’utiliser le conditionnel et de rester prudent.
  7. Oui et tu pourras nous le dire quand il y aura un minimum d’annonce officielle côté français. Tout ce que je vois pour le moment ce sont des listes de courses irakiennes diverses et variées qui n’en finissent pas et bien peu d’acquisitions en réalité. Je passe sur le fait qu’exporter à l’Irak c’est un peu plus risqué qu’exporter à d’autres pays. Après la première annonce de ce type (en janvier 2021 de mémoire) de la part d’un officiel irakien à la télé locale, des journalistes ont appelé la DirCom de DA. Je cite : « ils n’étaient pas au courant. » Ça ne signifie pas pour autant qu’il n’y a pas de discussions, d’échanges ou autres, mais parler de contrats, etc. ça me parait encore un peu prématuré en l’absence complète de la moindre bribe de com’ de Balard à ce sujet.
  8. Pourquoi tu portes le nom de mon double maléfique toi ?
  9. Et au même moment le Département d’Etat autorise une FMS pour 36 F-15ID : https://www.dsca.mil/press-media/major-arms-sales/indonesia-f-15id-aircraft Ne regardez pas le prix, comme je l’expliquais sur le thread concernant la Jordanie, il ne s’agirait pas du tout du montant réel du contrat s’il devait se concrétiser (et c’est valable pour toutes les notifications FMS de la DSCA). Il n’y a d’ailleurs même pas d’armements inclus.
  10. Et si on veut même être encore plus précis on pourrait dire 24 + 30 + 1 pour l’Egypte, ce qui porterait le total à 423 dont 243 export.
  11. AlphaBravo2

    [Rafale]

    Un NFH qui vole, c’est ça la vraie info
  12. Et du coup quelle est ta définition « d’indépendant » ? Atos SE (Société européenne) est jugée suffisamment indépendante pour fournir le chiffrement des Com du Rafale, le Système d’Information et de Combat Scorpion (SICS), les supercalculateurs de la DGSE et du CEA (entre autres), le futur big data des armées dans le cadre du programme Artemis avec Thales, et j’en passe. En gros les informations les plus critiques des forces armées passent toutes à un moment ou un autre par du produit Atos
  13. La filière Cloud, Data, IA, etc. existe déjà en France. Elle s’appelle Atos entre autres, avec Thales qui lorgne dessus en ce moment. Pour préparer le terrain ils ont même une co-entreprise qui s’appelle Athea. Et c’est privé avec grosse surveillance de l’Etat dessus.
  14. Absolument pas d’accord mais bon on va pas en faire un débat qui tourne en rond. Agreed to disagree :) C’est un faux débat : si contrat du genre qui justifie une chaîne en Inde il y a, il sera assurément associé d’un gros volet ToT auquel cas les indiens ne se limiteront pas qu’à l’assemblage. Ils ne fabriqueront probablement pas tout, en revanche il y a un certain nombre de composants qu’ils peuvent et/ou veulent pouvoir apprendre à produire par eux-mêmes dans le cadre de leur plan général de Make in India. Donc anticiper une saturation de nos chaînes de sous-traitance dans ce cas de figure est prématuré. Ça s’organise et ça s’anticipe. Si Naval Group arrive à trouver l’organisation pour faire fabriquer des soum à l’Australie, Dassault trouvera le sien pour 57+126 (?) Rafale en Inde.
×
×
  • Create New...