Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

ARMEN56

Members
  • Posts

    5,956
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Everything posted by ARMEN56

  1. les alimentations courant force 440V/60HZ et 115V/60HZ sont aux stanag 1008 ( stabilité tension et fréquence très serrées) ainsi que les aller/retour cooling en eau à 6 ° glycolée ( qqs m3/h ) à partir des chillers bord passent par la goulotte technique
  2. Sur FDI je crois qu'on a 6 scania de 500 kw chacun ; les 2 brouilleurs FREMM doivent pomper moins de 50 kw il me semble ..
  3. A propos du cupronickel ; en fait le but de la manœuvre est de créer une couche protectrice voire plutôt une multicouche sur le 90-10 ; qu’on se tranquillise ces chiffres et symboles ne sont pas la bande de fréquence du jammer , faut qd mme pas déconner . Pour ce qui est de la planque vis-à-vis de l’anglois « ship in the smog/cloud » , ni vu ni connu jt’embrouille ; une tactique écran de fumée utilisée dans les combats navals aussi …. Aller une autre pour rester dans le sujet alors ; ici entre Groix et le Fort Bloqué , où l'eau de mer est considérée comme la plus pure de l'Atlantique ...................[ ]
  4. Rien à voir , là on passive le collecteur incendie eau de mer bouclé qui est en CuNiFe 90-10. Un des meilleurs matériaux qui soit pour les circuits eau de mer sous réserve de quelques précautions dont la passivation. Le but étant de créer une couche d'oxydes protectrice à l'intérieur des collecteurs en faisant circuler l'eau dans toutes les branches et bras morts du réseau , bref on met les pompes en fonction un certain temps en faisant cracher partout pour que la passivation s'effectue d'où cet arrosage forcé extérieur J'avoue que c'est HS par rapport à la fondamentale brouilleur , mais bon puisque c'était sur la table
  5. Sans doute...j'ai eu des précisions sur ce sujet ( et d'autres) voici 2 semaines , et je n'ai pas cru bon en parler ....on reste discret en floutant nos sites stratégiques .
  6. C'est du confidentiel Défense non ? , les bras m'en tombent ...
  7. Cà phosphorait sur le sujet voici une vingtaine d'années extrait « Ce n’est que récemment que le concept du trimaran a été considéré par la Navy Britannique. Le projet initial du concept trimaran a été développé au sein de University College London par Mr ANDREWS et Mr WUZHANG. Ces études ont fait l’objet de présentations notamment au RINA « Symposium on Affordable Warships (92) », puis à celui consacré aux « High Speed Vessels for transport and Defense (95) ». Le Ministère de la Défense a passé, à l’été 1996, un contrat au chantier britannique Vosper d’une durée de 2 ans relatif au concept trimaran. L’objectif du contrat est de rassembler les outils de conception déjà développés par divers organismes de recherche, d’appliquer ces outils de conception à une coque trimaran de 160 mètres, et en même temps, d’affiner ces outils de conception. Le chantier Vosper travaillait, à l’instar du chantier ACH en France, sur des conceptions très voisines. A l’automne 1995, le Sunday Times reparlait d’une frégate type 23 qui serait de conception trimaran. Parallèlement, le projet du « Trimaran Escort Frigate » est présenté par M.EDDISON aux instances OTAN lors de la session d’automne 1995 sur la construction navale à Emden, en Allemagne. Lors de cette présentation, M.EDDISON indique qu’une maquette à échelle réduite du Trimaran de 160m a été réalisée, puis testée en bassin. Le MoD a investigué un certain nombre de possibilités de financement du démonstrateur incluant une initiative privée (probablement le chantier VOSPER) et des participations d'industriels britanniques ou étrangers. D’après le DERA britannique, les avantages du trimaran sont multiples si on le compare à un monocoque classique : · La coque centrale très élancée, est optimisée pour la vitesse, et les flotteurs latéraux assurent la stabilité du navire. Ce concept permet de naviguer rapidement, même dans des conditions de mer difficiles. · Augmentation de la surface du pont de 40% par rapport à un monocoque classique de longueur similaire. L’espace est donc plus important pour les hélicoptères et les systèmes d’armes. · Les flotteurs latéraux donne une protection accrue du compartiment central dans le cas d’une attaque à la torpille. · Equipés de propulseurs secondaires (éventuellement rétractables) la manœuvrabilité du navire est significativement augmentée. · Le surcroît de stabilité offert par les flotteurs latéraux permet d’augmenter la hauteur des dispositifs de surveillance. · Les échappements, qui sont disposés entre la coque centrale et les flotteurs latéraux, permettent de réduire la signature infra-rouge. · La discrétion acoustique sous-marine est améliorée, puisque les moteurs sont placées plus en hauteur (propulsion électrique). Courant 98, le DERA britannique a donc commandé au chantier Vosper la construction d’un navire de démonstration à l’échelle 2/3, le Triton. Ce prototype est financé par le MoD britannique, avec le concours de l’US Navy. Ce navire sera complètement instrumenté par l’US Navy et au vu des essais, pourrait devenir le prototype des navires destinés à remplacer les frégates Type 22 & 23. https://fr.wikipedia.org/wiki/RV_Triton La longueur des flotteurs est approximativement 40% de la longueur de la coque centrale. D’après un plan de la coupe au maître couple publié dans « WARSHIP Technology, MARCH 2000 », nous avons estimé le volume des flotteurs par rapport au volume de la coque centrale : le volume total des deux flotteurs représente approximativement 7 à 8 % du volume de la coque centrale. La section transversale de la coque centrale au milieu du bateau est semi-circulaire, tandis que les flotteurs sont à multi-bouchains. Les fonds remontent doucement afin d’avoir une immersion du tableau arrière minimale »
  8. ARMEN56

    bonjour

    Un excellent cru La bienvenue !
  9. C’est une étrave polyédrique, perce vague on en a déjà parlé . https://fr.wikipedia.org/wiki/Étrave_polyédrique Meilleure tenue à la mer par grande vitesse, par froude élevé la résistance de vague ( on joue sur la Lpp ) est prépondérant que cette étrave en « trait de jupiter » atténue cette résistance d’une proue par ailleurs adaptée aussi à différents déplacements. Ici la bande noire ne traduit pourtant pas de gros écarts de déplacement L’étude « energy saving » des DDG51 outre l’association projet bulbe hydro + bulbe sonar évoque deux autres points importants ; - la présence de flap au tableau arrière - les safrans twistés , https://apps.dtic.mil/sti/pdfs/ADA582048.pdf On n’observe pas de flap sur les PPA ni de safrans twistés ( sauf erreur ) sur des navires qui vont biberonner un max de gazole à pleine vitesse, et dont les safrans plein disque propulsif risquent de bien caviter vu la densité de puissance à y faire passer . Sinon , la partie angle vif de l’étrave est probablement bien renforcée ( concentration de contrainte ….fissures) chocs ……
  10. Oui çà fonctionne là , t'as fait quoi ?
  11. Ca aurait pu être pire avec un bulbe Je te préviens prends un Lexomil avant d’ouvrir
  12. Je viens d’être testé positif au test PCR en préalable d’une hospitalisation de contrôle ; suis totalement asymptomatique , pour l’instant. On croit rester prudent en faisant le nécessaire et pourtant la saloperie passe .
  13. çà doit être intéressant mais je n'arrive pas à ouvrir le lien
  14. Suis à 12 km de Lann bihoué çà vient juste de passer au dessus de ma tête ; c'est quoi ?
  15. Un collègue vient de me faire suivre ceci « CRISE EN UKRAINE : ET MAINTENANT QUE FAIRE ? Cyril Gloaguen Ancien officier de marine, ancien attaché militaire en Russie et au Turkménistan, ancien membre de la mission des Nations Unies en Géorgie/Abkhazie, docteur en géopolitique (IFG) . Contrairement à ce qu’avancent certains observateurs, V. Poutine n’est pas fou. Du moins pas plus que ne l’était Staline, ou Khrouchtchev quand ce dernier nous menaçait de frappes nucléaires pendant la crise de Suez, que Brejnev quand il envoyait ses chars contre Prague ou sa flotte devant Cuba, ou que Eltsine quand celui-ci écrasait Groznyy sous les bombes ou s’emparait de l’Abkhazie et de la Transnistrie. Poutine n’est pas plus fou aujourd’hui qu’il ne l’était en 1999 quand il prenait prétexte de cinq attentats suspects à Moscou, Bouynaksk et Volgodonsk pour lancer la deuxième campagne tchétchène, ou en 2008 et 2014 quand il annexait une partie de la Géorgie et de l’Ukraine. Je suis surpris que nous puissions être surpris. Depuis 22 ans qu’il est au pouvoir, nos chancelleries et nos instituts de recherche n’ont-ils donc pas réussi à dresser un portrait psychologique du personnage et de son entourage, ni compris son projet politique ? Dans cette crise ukrainienne j’ai pourtant du mal à voir autre chose que la suite logique d’une politique rationnelle et opiniâtre de « réappropriation de l’espace post- soviétique » - appelons cette politique comme on voudra - dont on devine pourtant l’amorce dans les discours que prononce V. Poutine à Tachkent en 2006 et à Munich en 2007, dans ce « nouveau pacte de sécurité en Europe » proposé par D. Medvedev en 2008, dans le rappel incessant du caractère « artificiel » de l’Abkhazie d’abord, puis de l’Ukraine, entendu mille fois dans la bouche d’hommes politiques et militaires russes dès au moins 2003. Pourquoi ne pas la voir également, beaucoup plus tôt, dans la doctrine dite de l’« étranger proche » de 1993, sous Eltsine donc. Je conçois que la psychologie du président russe, son « mode de pensée », puisse décontenancer nos diplomates, mais il est loin d’être fou. V. Poutine a patiemment rebâti sa puissance militaire, détruit ses oppositions tout en renforçant sa police, modifié la Constitution, préparé son économie et ses médias, rendu l’Europe dépendante de son gaz, fait vacciner 910.000 hommes de son armée contre le covid et, maintenant qu’il se sent suffisamment puissant, il frappe. C’est aussi simple que cela. C’est pourquoi il a toujours donné l’impression « d’avoir un coup d’avance ». Probablement, lui et la petite équipe de conseillers qui l’entoure au Kremlin, ont-ils vu dans la situation économique et politique en Europe et aux Etats-Unis (covid, Brexit, élection de Biden, arrivée d’un nouveau chancelier...) une fenêtre d’opportunité à saisir. Ce n’est pas là la politique d’un fou, on en conviendra aisément, mais au contraire celle d’un homme déterminé à atteindre un but précis. Un grain de sable s’est toutefois glissé dans ces rouages jusqu’à présent si bien huilés : la guerre en Ukraine n’aurait pas dû éclater. Le gouvernement en place à Kyiv était censé, sous la menace militaire, capituler et accepter telles quelles les propositions faites par S. Lavrov en décembre, livrer intactes ses infrastructures économiques, puis partir en exil. Le scénario criméen de 2014 était le scénario écrit par le Kremlin, pas celui du Donbass. C’est pourquoi, la diplomatie russe, alors que les combats font rage, lance régulièrement des Offres de négociations, en espérant encore et toujours faire céder Kyiv. C’est la grande faiblesse de la position russe, naturellement, mais que les Ukrainiens sous les bombes ne pourront exploiter longtemps. V Poutine n’est pas fou, mais son psychisme est celui d’un officier soviétique formé dans les années 1970, idéologiquement dressé à combattre les idées occidentales, humilié en décembre 1991, et qui s’est au tournant des années 1980 endurci au contact des mafias de St-Pétersbourg, ville où il a aussi pris goût au pouvoir et à la politique à la sauce pour le moins piquante de ces années-là. Certaines sources le décrivent à l’époque comme dormant avec une Kalachnikov. C’est dire le personnage. Il peut nous sembler paranoïaque, mais cette paranoïa-là essentiellement tournée vers la démocratie à l’occidentale et l’OTAN est aussi celle,D’évidence, l’agenda poutinien de « recomposition de l’Empire » l’a emporté sur tout autre agenda. C’est la raison pour laquelle les négociations avec Moscou ne pouvaient qu’échouer malgré tous les efforts des chancelleries occidentales. Il est probable que Poutine souhaite rester dans l’Histoire comme celui qui aura effacé l’humiliation de décembre 1991 à des degrés divers, de tous ces Russes qui ont grandi sous l’URSS et au début des années 1990, surtout s’ils sont militaires ou siloviki. Poutine est loin d’être une exception. On pourrait tout aussi bien supposer que, rationnel lui-même, il ne fait qu’utiliser froidement cette paranoïa générale dans un but de politique intérieure, afin de se maintenir au pouvoir. Ses discours martiaux, ses mots crus, son argot, ses menaces, ses références historiques, révisionnistes, tout cela est avant tout destiné aux Russes. Pas à nous. Nous ne les comprenons pas, ils n’appartiennent pas à notre culture politique si policée, et c’est pourquoi ils nous font peur. Tout le reste (le judoka, le chauffeur de taxi, le propriétaire de Lada, le pêcheur torse nu, etc.) relève de la propagande et du culte de la personnalité. Il y a quinze ans, j’avais fait beaucoup rire autour de moi en comparant Poutine à un Al Capone qui se serait emparé de la Maison blanche. Je reconnais que la comparaison à ses limites, mais elle me semble conserver quelques justesses. On ne peut comprendre la politique de V. Poutine qu’en utilisant comme base d’analyse la nature même du régime autoritaire et rigoureusement vertical qu’il a mis en place. Il en est le centre de décision, mais aussi de gravité. Bien sûr, il y a les idéologues, les Dougine, les Pavlovskiy, les Surkov, etc., mais il y a surtout ce petit groupe autour du président constitué d’affairistes semi-Mafieux et de proches qui au début des années 2000 ont pris la place des oligarques eltsiniens, et de siloviki, anciens guébistes et militaires, incapables de penser la Russie autrement que comme un imperium grand-russe. Arrivés au pouvoir avec Poutine, ils vont l’influencer. Poutine n’est pas un lecteur, ni un idéologue au sens intellectuel du terme, rien ne l’indique, c’est un pragmatique qui cherche l’opportunité et sait la préparer. 2014 en est la preuve éclatante. L’imaginaire de ces siloviki ? Elle est partout dans Moscou : la seconde guerre mondiale bien plus que l’orthodoxie, le Staline de 1945, certains tsars, les princes kiéviens (A. Nevskiy, Yu. Dolgorukiy, etc.), le KGB et, naturellement, l’URSS, non pas pour son idéologie communiste mais pour sa puissance, sa force brute, son empire. Qui n’a pas assisté au spectacle donné chaque année dans la grande salle de concert du Kremlin à l’occasion des fêtes du 9 mai ne peut imaginer le délire nationaliste, je pèse mes mots, que provoque cette idéologie sur la foule. Ces Poutiniens roulent tous en Mercedes ou en BMW, mais leur univers mental n’a guère évolué depuis l’URSS. Ils en sont, dans les écoles, à mettre des Kalachnikov entre les mains d’enfants de dix ans. Ce syncrétisme des histoires tsariste et soviétique mâtiné de business de prédation a donné à partir du début des années 2000 la politique étrangère, sécuritaire, intérieure, culturelle et nationaliste que l’on connait aujourd’hui. C’est à son contact et en accompagnant sa montée en puissance que se sont formés le psychisme et la vision du monde de Poutine président. Les combats continuent et l’armée russe semble connaître des difficultés face à la résistance d’un peuple ukrainien qui, n’en déplaise à Poutine, a bien développé une conscience nationale. L’issue, toutefois, ne fait pas de doute : sauf coup de théâtre, la Russie va s’emparer de l’Ukraine et la « dénazifier », c’est-à-dire en extirper toute trace de vie démocratique et les hommes qui la symbolisent, y abattre aussi l'Eglise orthodoxe d'Ukraine. Poutine ne reculera pas, sauf si des manifestations de rue venaient, en Russie, à le déstabiliser ou si son armée se rebellait. Car cette guerre laissera de profondes séquelles dans l’armée et : Dans la société russes. Quelle forme prendra cette occupation ? La partie est du pays (avec Kyiv) sera-t-elle, à l’exemple de la Crimée, transformée Dans la société russes. Quelle forme prendra cette occupation ? La partie est du pays (avec Kyiv) sera-t-elle, à l’exemple de la Crimée, transformée en oblasts rattachés à la Fédération russe après des élections truquées, un gauleiter nommé dans la partie ouest ? Le statut de ce pays vassalisé sera-t-il, vis-à-vis de Moscou, celui qu’avait la RSS d’Ukraine au sein de l’URSS ? Une jonction territoriale sera-t-elle créée entre la Crimée et la Transnistrie le long de la mer Noire ? Peu importe après tout : l’Ukraine, pays européen membre des Nations Unies, disparaitra de la liste des pays indépendants, devra sans doute ré-adhérer à la CEI, à l’OTSC et à l’Union économique eurasiatique. La Géorgie et la Moldavie, isolées, subiront un jour ou l’autre le même sort, de fait ou par hommes liges interposés. Dans quel état de ruines l’Ukraine va-t-elle émerger d’une guerre qui, à l’heure où nous écrivons, semble prendre une tournure de type Groznyy, mais à l’échelle d’un pays de 600.000km2 ? Le Kremlin semble décidé à punir et humilier les Ukrainiens, comme s’il voulait leur faire payer le crime d’avoir voulu sortir de sa zone d’influence, de la civilisation russe. D’avoir voulu devenir une démocratie. Comme si cette guerre devait servir d’exemple aux autres républiques ou régions de l’Empire au cas où leur viendraient des velléités d’émancipation. Les Russes adeptes du res nullius romain. 1 - Si cela venait à être le cas, on voit de toute façon mal les capitales occidentales accepter que les ambassades d’Ukraine passent sous le contrôle d’un gouvernement fantoche. D’autant plus qu’un gouvernement en exil pourrait aussi voir le jour. 2 - Elle revêt aussi indéniablement une dimension démographique. Voir le texte publié par V. Poutine en juillet 2021 : « En raison d'une division aussi dure et artificielle des Russes et des Ukrainiens, le peuple russe dans son ensemble pourrait diminuer de centaines de milliers, voire de millions ». 3 - Notamment les grandes formes d’Odessa où ont été construits les derniers porte- aéronefs soviétiques comme le Kuznetsov par exemple. Chaque nouvelle heure de combat apporte son lot de destructions et la Russie - cette guerre est aussi une guerre de prédation2 - si elle veut pouvoir mettre les infrastructures du pays au service de sa propre économie (notamment les secteurs navals, BITD et aéronautiques), devra financer la reconstruction et le déminage de tous les sites touchés par les Bombardements. Sous sanctions, elle n’en aura pas les moyens, pas plus qu’une Ukraine « russifiée », ruinée, coupée des financements internationaux et vidée d’une partie de ses habitants, notamment des plus jeunes. Les sanctions occidentales (qui auraient dû être introduites dès 2008, insistons sur ce point) vont profondément saper l’économie russe et ce travail de sape ne fera que s’amplifier au fur et à mesure que les pays européens vont, graduellement, cesser d’acheter leur gaz à Moscou et convertir leurs économies aux énergies alternatives. Nous n’étions jamais allés jusque-là sous l’URSS. L’économie et la société civile russes n’ont pas fini de payer la facture de cette guerre. Poutine sera peut-être demain ce que Gorbatchev fut pour l’URSS : un homme qui se voulait un sauveur et, qui finalement, par excès d’idéologie, aveuglement ou incompétence, s’est révélé être un fossoyeur. A ces sanctions va s’ajouter l’extrême fragilité politique d’un espace post-soviétique passé sous domination russe dans sa quasi-entièreté. Car, de l’Ukraine et la Biélorussie au Karabakh en passant par le Kazakhstan, le Sud- Caucase et l’Asie centrale, l’Empire sera instable, plus encore qu’il l’était sous les tsars. Il coûtera chaque année à Moscou des milliards de roubles en maintien de l’ordre, sans garantie aucune que les économies locales puissent renforcer l’économie russe comme c’était le cas sous l’URSS. En Ukraine, les régions les plus touchées par les combats verront, elles, leur niveau de vie faire un bond de trente ans en arrière. Sauf si Pékin, avancent certains, venait à accepter de financer les reconstructions, mais chacune de ses interventions, naturellement, se paiera pour les Russes par toujours plus de dépendance. On ne joue pas impunément avec une dictature communiste dont le PIB est dix fois supérieur au vôtre et qui garde en mémoire les « traités inégaux » de la fin du XIXème siècle. L’histoire le dira. Elle est faite par des hommes et, à ce titre, reste imprévisible. 4 - Il suffit, pour sans convaincre, de voir le faible développement des infrastructures criméennes 8 ans après l’annexion. L’affaiblissement économique de la Russie ne signifiera pour autant pas la fin de son activisme en Europe et dans sa périphérie. Le contraire serait Étonnant. Rappelons qu’en parité de pouvoir d'achat (PPA), le PIB russe est aujourd’hui un tiers supérieur au PIB français selon le FMI. La nature du régime russe ne changera pas de sitôt, sauf apparition de troubles sociaux violents. Constitutionnellement V. Poutine peut, comme on le sait, rester au pouvoir jusqu’à ses 84 ans (2036). Or, dans quelques semaines, dans quelques mois, l’Empire viendra buter contre les frontières finlandaises, baltes, slovaques, hongroises et roumaines, c’est-à-dire contre les frontières de l’UE. La « question russe » va hanter encore longtemps nos réflexions stratégiques et sécuritaires. Si nous ne prenons pas les mesures nécessaires, qui doivent dans l’immédiat prendre la forme d’un renforcement de l’OTAN et une hausse de nos budgets militaires et de recherche, dans cinq ans, dans dix ans, Poutine I ou Poutine II exigera des pays baltes , des pays d’Europe centrale et de l’Est, voire des pays scandinaves, ces mêmes conditions qu’il a exigées en décembre dernier des chancelleries occidentales pour éviter la guerre en Ukraine : retrait de l’OTAN sur les lignes de 1997 et souveraineté limitée de ces pays (comprendre une mise sous tutelle de leurs diplomaties, de leurs forces armées, voire de leurs économies). Moscou, demain, demandera leur « dénazification », voudra « abattre les juntes au pouvoir » à Varsovie, à Bucarest, à Vilnius, voire à Berlin. Après tout, S. Shoygu ne fait-il pas jouer régulièrement à ses bambins de la Jeune Armée la prise du Palais du Reichstag de 1945 grâce à une réplique à l’échelle du bâtiment érigée dans le parc Patriot de Moscou ? Sous les symboles se cachent souvent des intentions et derrière les enfants de futurs soldats. En Russie plus qu’ailleurs. 5 - Ajoutons-y une exigence d’efficacité du ratio « investissements/matériels opérationnels ». Celui-ci est en Russie considérablement supérieur à celui des armées européennes. 6 - La Younarmiya compte aujourd’hui un million d’enfants, notamment beaucoup de fils et de filles de militaires. La Russie compte ainsi plusieurs dizaines d’organisations de jeunesse militarisées, dont certaines interviennent dans les écoles. 7 - Voir le texte de V. Poutine publié sur le site du Kremlin en juillet 2021. Jusqu’où nous demandera-t-on de reculer les frontières de nos démocraties, jusqu’où s’étendent les « territoires historiques » de la Russie? Jusqu’à l’Oder, Le Rhin, jusqu’aux côtes provençales ou bretonnes ? Nous devons nous préparer à l’apparition de bulles A2/AD en Baltique, en mer Noire et en Méditerranée, à des exercices d’ampleur au large de nos côtes, à des limitations de notre droit de navigation, de commerce, à l’émergence de politiques du « fait accompli » et de provocations ici ou là. La marine russe n’a-t-elle pas, plusieurs fois ces dernières années, sous prétexte d’exercices, gêné les accès aux ports baltes, bloqué aux navires ukrainiens l’entrée en mer d’Azov ? Pourquoi ne le ferait-elle pas demain en Baltique, dans certaines zones de Méditerranée ? Moscou ne considère-t-il pas déjà que certains détroits ou zones maritimes pourtant sous statut international font partie de ses eaux intérieures (golfe de Pierre le Grand, Portes de Kara) ? Peu après l’intervention en Syrie, deux frégates russes, après qu’une frégate française eut effectué un exercice de tir en mer Noire à 250 nautiques (soit quelque 500 km) des côtes de Crimée (juridiquement ukrainienne, faut-il le rappeler), ne sont-elles pas venues patrouiller une partie de la nuit entre Marseille et Nice en interrogeant par radio les navires civils entrant dans les ports français ? Certains pays européens aux frontières de l’Empire, menacés, ciblés, déstabilisés par l’activisme russe, pourraient également – pourquoi pas ? – voir les investisseurs étrangers se détourner de leurs marchés. L’exemple ukrainien marquera longtemps le monde économique. Il va nous falloir revenir à l’équilibre qui était celui de la Guerre froide, en Europe et au-delà de nos frontières, là où se trouvent nos intérêts, et cet équilibre ne sera atteint que par un réarmement important, mais aussi et surtout par un accroissement de nos projets de R&D. Rien, en effet, dans le contexte à venir ne serait plus dangereux face à une Russie sans cesse plus menaçante que de se laisser distancer dans le domaine des armes de rupture dont les planeurs nucléaires de type Avangard (2 seraient opérationnels) et les missiles hypersoniques Zirkon sont les exemples immédiats du côté russe. Ni notre renseignement militaire, essentiellement focalisé depuis vingt ans sur la menace islamique après l’avoir été sur le conflit en ex-Yougoslavie puis L’Afghanistan, ni notre recherche universitaire et académique ne sont prêts à faire face sur le temps long au défi qui va se poser à nous dans les prochaines années : celui d’une Russie déstabilisatrice majeure de l’espace européen, dont les forces armées et les services spéciaux joueront de plus en plus un rôle en politique étrangère. Nos think tanks parisiens, à de rares et, parfois, de brillantes exceptions, recrutent toujours l’essentiel de leurs chercheurs dans les filières de sciences politiques. Les économistes, les anciens militaires et diplomates, les scientifiques, les ingénieurs leur font toujours défaut. Nombre de leurs études, trop académiques, souvent proches de la synthèse de sources ouvertes, faute d’enquête de terrain et de compétences techniques, n’intéressent que rarement les militaires, la DGA ou nos industriels. Partant, elles ratent largement leur cible. Les correspondants spéciaux des médias ou les cabinets de consulting, capables de mettre rapidement sur pied autour d’un sujet donné une équipe pluridisciplinaire ont souvent une plus- value supérieure. Les remarques faites par Hervé Coutau-Bégarie dans un livre paru en 2000, il y a vingt ans déjà, demeurent d’actualité. Les War Studies sont encore embryonnaires en France tout comme la pratique des military fellows, malgré les timides tentatives de l’Ecole de guerre. Nous perdons là un moyen d’influence internationale considérable. Il en va de même pour l’IRSEM de l’Ecole militaire qui, pour des raisons identiques, et alors que ce devrait être son rôle, est loin de pouvoir jouer vis-à-vis du gouvernement, des parlementaires, des journalistes et du public le rôle que jouent aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, par exemple, la Rand Corporation ou l’IISS. La création de la DGRIS, qui a soustrait à l’Etat-Major des Armées et à la DRM le domaine de la prospective stratégique a peut-être aussi été une erreur. Sa plus- value dans le concert des think-tanks parisiens, coincée entre les ministères des Affaires étrangères et de la Défense, reste à démontrer. Alors que les experts de la Russie (mais aussi de la Chine ou d’autres), militaires comme civils, sont une denrée rare, il conviendrait peut-être de se pencher sur la nécessité de faire perdurer trois organismes – DGRIS, DRM et IRSEM – dont les travaux de recherche et d’analyse se recoupent largement, non pas en théorie, mais en pratique. Un regroupement des moyens et des hommes sous les ordres d’un chef unique au sein d’une même structure et d’une même culture qui couvrirait tout le spectre de l’analyse d’intérêt militaire, à l’exception du renseignement tactique et technique qui relève des armées et d’organismes spécialisés, pourrait apporter une plus-value dans le contexte géopolitique nouveau que l’on voit poindre. Il est urgent de créer une DIA à la française. Le volet politique de défense serait rattaché directement aux services du ministre des Armées. Pourquoi dépenser des énergies folles à la rédaction de Livres Blancs alors que nous sommes d’évidence, ou alors nos chefs politiques sont d’excellents acteurs, incapables d’appréhender et freiner sur le long temps la politique de V. Poutine à nos frontières et dans nos territoires ? L’activisme russe en Europe, et notamment en France va s’amplifier. C’est là le métier premier, avec le renseignement, des ambassades russes8. Or, la société civile en France demeure très perméable à l’idéologie poutinienne. A quoi bon interdire RT et Sputnik sur notre territoire quand à longueur de journée sur les chaines d’information en continue, de pseudo-experts qui ignoraient tout de la Russie deux minutes avant d’entrer sur le plateau sont autorisés à donner en direct leur avis sur un conflit dont ils ne maitrisent ni les racines ni les facteurs politiques, techniques et militaires, encore moins les « chausse-trappes » de la propagande russes, quand à partir de deux photos publiées sur les réseaux sociaux, des spécialistes des relations internationales s’autorisent à deviner les faiblesses, les pertes et les tactiques de l’armée russe ? Six jours après le début de la guerre, la France compte autant de spécialistes de la Russie et des conflits armés qu’elle comptait quelques jours plus tôt de spécialistes du covid. Comble du ridicule, sur au moins une chaine, ce sont parfois les mêmes ! Les bouches sont pleines de missiles hypersoniques volant à mach 18, de têtes Nucléaires à mach 30, de drones sous-marins nucléaires capables (sic) de « descendre à 10.000m à 400nd », de bombe thermobarique « père de toutes les bombes », de sanctions « qui n’auront pas d’effets sinon sur nous-mêmes » ! Et l’on s’étonne, après cela, que les gens se précipitent dans les pharmacies pour y acheter des pastilles d’iode ! Comment certains font-ils donc pour être à la fois spécialistes de la Russie, de l’Iran, de la Chine, du Sahel, de la Corée du Nord, des partis politiques français et du football ? Ce doit être une marque de notre génie national ! 8 - Selon certaines sources et selon les pays, entre 60 et 70% du personnel d’une ambassade russe, y compris l’ambassadeur, appartiendrait aux services : GRU, FSB, SVR... Ce brouhaha inconsistant est pourtant loin d’être stérile. Il contribue à propager dans le public l’idée d’une toute puissance russe face à laquelle nos pouvoirs publics, nos armées, seraient impuissants. Or, l’auditeur et le lecteur sont aussi des électeurs et c’est sur leur vote que repose, naturellement, la nature des relations que nous aurons à l’avenir avec la Russie. Plus grave, peut-être, certains partis actuellement en lice pour les présidentielles ont des programmes de politique étrangère et sécuritaire d’un amateurisme idéologique confondant qui, de facto (y ont-ils seulement songé ?), verrait la France non seulement s’isoler dangereusement en Europe, fragiliser l’OTAN et l’UE, mais encore siéger aux mêmes tables que la Russie et ses alliés iraniens, syriens, chinois, vénézuéliens ... La Commission spéciale de l’UE sur l’ingérence étrangère (INGE), qui a rendu ses conclusions en janvier dernier a également montré la porosité entre la classe politique européenne et les grands groupes russes proches du pouvoir et, donc, avec les services spéciaux. La France est particulièrement pointée du doigt. Trop nombreux sont en effet nos politiques, actifs ou retraités, qui, en toute impunité, multiplient les voyages à l’étranger et mettent leurs carnets d’adresses ou leurs activités de lobbyiste au service de pays étrangers. Certains, selon le résultat des élections de mai prochain, pourraient entrer au gouvernement, au Parlement et dans certaines commissions. L’exemple américain pourrait ici être suivi. Aux Etats-Unis, tout homme politique élu fait l’objet, me semble-t-il, avant de prendre son poste, d’une enquête dont les conclusions doivent être respectées. En règle générale, nos politiques, nos chefs d’entreprise, nos diplomates et même certains militaires sont encore trop peu conscients des méthodes d’influence et de recherche du renseignement pratiquées par les services étrangers. Comment un Premier-ministre en déplacement dans un pays du Moyen-Orient peut-il encore voir son téléphone portable piraté ? Comment le directeur d’une entreprise de défense stratégique peut-il, récemment encore, perdre dans un aéroport moscovite son ordinateur portable, un général quatre étoiles son IPad ? Ce manque de culture est une brèche inquiétante dans notre sécurité. Combattre l’activisme et la propagande russes demandera du temps et des moyens. Le rapport de l’INGE, à l’instant mentionné, donne quelques pistes à suivre. Il faudra aller au-delà, démonter le discours poutinien auprès des populations européennes, mais aussi viser une population russe dont la maturité et la conscience politiques seules pourront, à terme, faire évoluer le régime. Il faudra, dans le même temps, se montrer intransigeant vis-à-vis des revendications du Kremlin. Nous n’avons pas, comme le demandent certains, à reconnaître à la Russie un statut à part dans le droit international. La Russie n’est pas une entité messianique, bénie des dieux, qui aurait un droit de vie et de mort sur ses voisins, un droit de réécrire les traités selon son bon vouloir. Nous devons cesser de nous sentir coupables au prétexte que le régime poutinien affirme être menacé par nos valeurs, rappeler partout que l’OTAN et l’UE sont des organismes démocratiques, qui s’étendent par attrait du modèle, ou par intérêt pour lui, après un vote de leurs membres, et non pas, comme jadis feu le Pacte de Varsovie, par coercition ou sous la menace de la police politique. 9 - Voir les propositions de l’INGE sur https://www.europarl.europa.eu/news/fr/press- room/20220119IPR21313/l-ue-devrait-etablir-un-regime-de-sanctions-pour-lutter- contre-la-desinformation Nous avions cru l’URSS morte de sa belle mort en décembre 1991. Elle ne l’était pas. Elle subsistait partout sur le territoire russe, dans ces noms de rue, dans ces statues du parc Gorki, aux frontons des Crise en Ukraine : et maintenant que faire ? Instituts de recherche, des usines et des écoles, dans les esprits. Aucun « procès de Nuremberg » n’était venu nettoyer les écuries d’Augias du communisme. Nous ne voulions pas la voir, cette URSS 2.0, les contrats industriels seuls comptaient, elle resurgit, après un léger lifting, par la volonté du président russe. Après la décolonisation de 1991, la recolonisation de 2022 ! Les sanctions vont durcir encore la politique étrangère russe, comme va se radicaliser la vision que la caste au pouvoir au Kremlin porte sur l’Europe et sa périphérie. Si la Russie avant la guerre se sentait « encerclée » par l’OTAN alors que sa frontière avec l’Organisation atlantique ne représentait que 800 km le long des pays Baltes, demain qu’en sera-t- il quand cette frontière courra de la pointe nord de l’Estonie (mais on pourrait y inclure la Finlande) à la mer Noire ? Il conviendra d’être prudent, d’avoir constamment à l’esprit le risque d’escalade, notamment en coordonnant mieux qu’on ne le fait les éléments de langage entre ministères, après analyse des menaces. A cet égard, les récentes déclarations de B. Lemaire étaient pour le moins maladroites, voire dangereuses. Il faudra aussi multiplier les canaux de discussion avec Moscou pour s’assurer que nos intentions et positions parviennent bien à Poutine. Moins parler avec le MAE russe, par exemple, qu’avec le ministre de la Défense S. Shoygu, plus proche que Lavrov de Poutine, voire directement avec les services. Nous avons su le faire pendant le conflit en Syrie. Poutine vieillit. Il a aujourd’hui 70 ans. 70 ans c’est aussi la moyenne d’âge de son entourage. Comme jadis le groupe qui entourait Eltsine, celui-ci ne peut quitter le pouvoir sans risquer la prison, voire pire. Les années qui viennent vont être pour lui les plus dangereuses. Dangereuses à cause des sanctions économiques qui vont appauvrir la société, dangereuses aussi car l’âge venant les scénarios de passation du pouvoir vont se faire de plus en urgents pour les Poutiniens. Tous ne mourront pas de maladie ou de vieillesse en même temps, ils voudront vivre le plus longtemps possible, placer leurs familles en sécurité. Aussi les pressions personnelles sur Poutine vont-elles s’accroitre. Il faudra être capable de les discerner, de les Accompagner, d’identifier les nouveaux leaders et leur parler. Ne pas refaire sans doute les mêmes erreurs qu’en 1991, mais sans naïveté. Plus important peut-être, il faudra aussi, de façon à nous y préparer, savoir distinguer à l’avance les signes d’apparition en Russie d’un mouvement social violent de type Maïdan. La propagande nous le cache, mais tous les facteurs sociaux, économiques, linguistiques, religieux et culturels qui ont, ces dernières années un peu partout dans l’espace post-soviétiques, provoqué des tentatives populaires de renversement des pouvoirs en place sont aussi présents en Russie, pays qui dispose, gardons-le en mémoire, plusieurs milliers d’armes nucléaires, sans compter les dizaines de centrales et de navires qui utilisent également cette énergie. Cette crise sera également une épreuve redoutable pour nos sociétés européennes. Nous perdons l’accès à des marchés importants, à des matières premières facilement accessibles, l’inflation repart, nos dettes s’accumulent, certaines entreprises sont très exposées, et dans les semaines prochaines ce sont peut-être plusieurs millions d’Ukrainiens qui pourraient franchir la frontière avec l’UE. Et si c’était là la vraie « menace nucléaire » brandie par Poutine et Lavrov ? Une nouvelle crise migratoire sur notre sol ? Les années à venir seront difficiles. A Moscou, la statue de F. Djerzinskiy du parc Gorki, le premier chef de la Tchéka, l’ancêtre du KGB, l’un des plus grands psychopathes de l’histoire, est chaque jour fleurie. Et nous, au pied de quelles statues sont déposées nos fleurs ? manuscrit clos le 3 mars 2022 » https://www.letelegramme.fr/finistere/douarnenez/pour-le-douarneniste-cyril-gloaguen-la-guerre-en-ukraine-est-aussi-notre-guerre-08-03-2022-12935930.php
  16. Moi non plus Diffusion ; Monsieur Laurent Castaing est prié de se rendre à la passerelle avec son dossier justificatif
  17. comme ceci ? ou cela?
  18. extrait bv , les bouchons sont ovales voir équivalent anglais dans "Slot welds" § 4.2 https://rules.dnv.com/docs/pdf/DNV/ru-ship/2017-01/DNVGL-RU-SHIP-Pt3Ch13.pdf
  19. C’est un peu le problème de la DGA qui veut tout à iso-couts d’une limite budgétaire à ne pas dépasser, alors que les réalités industrielles sont tout autres. Faut comparer les exigences PO avec le dossier technique Adroit Ceci dit dans cadre BATSIMAR , l’Adroit avait déjà été proposé à la DGA voici plus de 10 ans , elle n’en voulait pas en partie puisque non impliquée dans les spécifications du design. Sur beaucoup de points ,DCNS avait discuté en direct avec la MN.
  20. ok suis à coté de mes pompes c'est bien maillé dans le coin , çà semble suivre les membrures pourtant soudées en continu , point de chauffe pour reprise de planéité ? on en voit pas partout !
  21. on a des points d'ancrage pour l'assemblage partie haute et partie basse ( bulbe hydro + propulseur d'étrave ) puis de l'ensemble proue constitué à l'ensemble poutre
×
×
  • Create New...