Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

ARMEN56

Members
  • Posts

    5,643
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Everything posted by ARMEN56

  1. Sais pas Comprendre qu'un soum nuk c’est le haut du panier en terme de complexité conception/construction. Ce avec des équipes formées/mobilisées au top rodées long terme le tout concentré sur un site industriel ad hoc et rares sont les pays capables de manufacturer un produit de ce type . Ici je comprends qu’on parle de faire construire un « Virginia » ou un Astude en Australie en transfert techno sous contrôle maitrise d’œuvre US/UK très occupée sur leurs programmes nationaux et sous maitrise d’ouvrage Aussie n’ayant jamais/peu pratiqué ...
  2. C’est la solution technique nuk /Aussie en réponse au bloc ANKUS qui interroge en terme de difficulté/risques/calendaire En comprenant la nécessité d’un durcissement face à cette expansion décomplexée, de mon strapontin parc d’Armorique donc très très lointain ; sais pas dire quelle est la meilleure stratégie indo pacifique , l’US ou la notre/UE ….sachant qu’on ne pèserait pas lourd en capacitaire dès fois que çà s’enflamme .
  3. Juste un petit souvenir d’histoire Extraits d’un compte rendu de visite effectuée par 2 élèves ingénieurs du GM du STCAN en septembre 1963 . Visite au NEL Navy Electronic Laboratory de Point Loma à San Diego
  4. La honte. Mais dans quel merdier se sont ils fourrés ! https://www.nytimes.com/2021/10/29/world/australia/nuclear-powered-submarines.html trad google « Maintenant, un mois après le début de leur emploi du temps, les partenaires s'attaquent tranquillement aux immenses complexités de la proposition. Même les supporters disent que les obstacles sont formidables. Les sceptiques disent qu'ils pourraient être insurmontables. Le Premier ministre australien, Scott Morrison, a présenté une vision ambitieuse, affirmant qu'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire utilisant la technologie américaine ou britannique seront construits en Australie et entreront en service à partir de la fin des années 2030, remplaçant son escadron de six diesel vieillissants. -sous-marins motorisés. Pour réaliser ce plan, l'Australie doit faire des progrès majeurs. Il dispose d'une base industrielle limitée et a construit son dernier sous-marin il y a plus de 20 ans. Elle produit chaque année quelques diplômés en génie nucléaire. Ses dépenses en recherche scientifique en proportion de l'économie sont inférieures à la moyenne des économies riches. Ses deux derniers plans de construction de sous-marins se sont effondrés avant qu'aucun n'ait été élaboré. "C'est une voie dangereuse que nous empruntons", a déclaré Rex Patrick, un membre indépendant du Sénat australien qui a servi comme sous-marinier dans la marine australienne pendant une décennie. « Ce qui est en jeu, c'est la sécurité nationale. Chaque pays a un intérêt direct dans le partenariat. Pour l'Australie, les sous-marins à propulsion nucléaire offrent un moyen puissant pour contrer la portée navale croissante de la Chine et une issue de secours à un accord hésitant avec une entreprise française pour construire des sous-marins diesel. Pour l'administration Biden, le plan démontre son soutien à un allié assiégé et montre qu'il est sérieux pour contrer la puissance chinoise. Et pour la Grande-Bretagne, le plan pourrait renforcer sa position internationale et son industrie militaire après le bouleversement du Brexit. Mais le Rubik's Cube de complications imbriquées qui imprègne l'initiative pourrait ralentir la livraison des sous-marins – ou, selon les critiques, briser l'ensemble de l'entreprise – laissant une faille dangereuse dans les défenses de l'Australie et remettant en question la capacité du partenariat à tenir ses promesses en matière de sécurité. Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré qu'au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire seront construits et entreront en service à partir de la fin des années 2030.Crédit...Kevin Dietsch/Getty Images "Je ne pense pas que ce soit une affaire conclue de quelque manière que ce soit", a déclaré Marcus Hellyer , expert en politique navale à l'Australian Strategic Policy Institute. « Nous utilisons parfois le terme « construction de la nation » à la légère, mais ce sera une tâche à l'échelle de la nation. » Les responsables américains ont déjà passé des centaines d'heures à discuter avec leurs homologues australiens et ne se font aucune illusion sur les complexités, ont déclaré les responsables impliqués. M. Morrison « a dit qu'il s'agissait d'un programme à haut risque ; il était franc quand il l'a annoncé », a déclaré cette semaine Greg Moriarty, secrétaire du ministère australien de la Défense, à un comité sénatorial . Un échec ou des retards importants se répercuteraient au-delà de l'Australie. L'administration Biden a misé sur la crédibilité américaine pour renforcer l'armée australienne dans le cadre d' une politique de « dissuasion intégrée » qui rapprochera les États-Unis de leurs alliés en compensant la Chine. Les États-Unis et la Grande-Bretagne, pour leur part, sont confrontés à des obstacles pour étendre la production de sous-marins et de leurs pièces de haute précision pour l'Australie, et pour détourner la main-d'œuvre experte vers l'Australie du Sud, où, a déclaré M. Morrison, les bateaux seront assemblés. Washington et Londres ont des programmes chargés pour construire des sous-marins pour leurs propres marines, y compris des navires imposants pour transporter des missiles nucléaires. "Le succès serait énorme pour l'Australie et les États-Unis, en supposant un accès ouvert aux installations de chacun et à ce que cela signifie pour dissuader la Chine", a déclaré Brent Sadler, un ancien officier de la marine américaine qui est membre principal de la Heritage Foundation. "Un échec serait doublement dommageable - une alliance qui ne peut pas tenir, une perte de capacité sous-marine par un allié de confiance et un tournant vers l'isolationnisme de la part de l'Australie." L'Australie espère un revers de fortune après plus d'une décennie de mésaventures dans ses efforts de modernisation des sous-marins. Le plan pour les sous-marins diesel de conception française que M. Morrison a abandonné avait succédé à un accord pour les sous-marins de conception japonaise qu'un prédécesseur avait défendu. "Aucun Premier ministre australien vivant n'a commandé un sous-marin qui a réellement été construit", a écrit Greg Sheridan, chroniqueur pour le journal The Australian, dans un article récent critiquant le plan de M. Morrison. Le président français, Emmanuel Macron, deuxième en partant de la gauche, et Malcolm Turnbull, au centre, alors Premier ministre australien, à Sydney en 2018. M. Morrison a mis fin à un accord avec une entreprise française pour la construction de sous-marins diesel. La dernière proposition de l'Australie contient de nombreux pièges potentiels. Il pourrait se tourner vers les États-Unis pour aider à construire quelque chose comme son sous-marin d'attaque de classe Virginia. (Ces sous-marins sont à propulsion nucléaire, ce qui leur permet de voyager plus rapidement et de rester sous l'eau beaucoup plus longtemps que les sous-marins diesel, mais ils ne transportent pas de missiles nucléaires.) Mais les deux chantiers navals américains qui fabriquent des sous-marins nucléaires, ainsi que leurs fournisseurs, s'efforcent de faire face aux commandes de l'US Navy. Les chantiers navals complètent environ deux bateaux de classe Virginia par an pour la Marine et se préparent à construire des sous-marins de classe Columbia, des navires de 21 000 tonnes qui transportent des missiles nucléaires comme moyen de dissuasion itinérant – une priorité pour toute administration. Un rapport au Comité sénatorial des services armés a averti le mois dernier que « la base industrielle de la construction navale nucléaire continue de lutter pour soutenir la demande accrue » des commandes américaines. Ce rapport a été préparé trop tard pour tenir compte de la proposition australienne. "Ils travaillent à 95-98% sur la Virginie et la Colombie", a déclaré Richard V. Spencer, secrétaire de la Marine dans l'administration Trump, à propos des deux chantiers navals de sous-marins américains. Il soutient le plan de l'Australie et a déclaré que sa voie préférée sur les premiers sous-marins était de galvaniser des fournisseurs spécialisés pour expédier des pièces, ou des segments entiers des sous-marins, à assembler en Australie. « Soyons tous parfaitement conscients et les yeux écarquillés que le programme nucléaire est un énorme consommateur de ressources et de temps, et c'est une évidence », a-t-il déclaré lors d'un entretien téléphonique. D'autres experts ont déclaré que l'Australie devrait choisir le sous-marin britannique de la classe Astute, qui est moins cher et utilise un équipage plus petit que les gros bateaux américains. Le chef du groupe de travail sur les sous-marins nucléaires australiens, le vice-amiral Jonathan Mead, a déclaré cette semaine que son équipe envisageait des "conceptions en production" matures de la Grande-Bretagne, ainsi que des États-Unis. "Cela réduit les risques du programme", a-t-il déclaré lors d'une audience devant un comité sénatorial . Missiles balistiques lancés par sous-marins en Chine en 2019. L'administration Biden a misé sur la crédibilité des États-Unis pour renforcer l'armée australienne dans le cadre d'une « dissuasion intégrée » pour compenser la Chine.Crédit...Thomas Peter/Reuters Mais les sous-marins britanniques sont sortis relativement lentement de sa chaîne de production, et souvent en retard . Le fabricant de sous-marins britannique, BAE Systems, est également occupé à construire des sous-marins Dreadnought pour transporter la dissuasion nucléaire du pays. "La capacité de réserve est très limitée" , a écrit dans un e-mail Trevor Taylor , chercheur universitaire en gestion de la défense au Royal United Services Institute, un institut de recherche. "Le Royaume-Uni ne peut pas se permettre d'imposer un retard à son programme Dreadnought afin de détourner les efforts vers l'Australie." Ajoutant aux complications, la Grande-Bretagne a progressivement supprimé le réacteur PWR2 qui alimente l'Astute, après que les responsables aient convenu que le modèle « ne serait pas acceptable à l'avenir », selon un rapport d'audit. en 2018. L'Astute n'est pas conçu pour s'adapter au prochain. réacteur de génération, et ce problème pourrait rendre difficile le redémarrage de la construction du sous-marin pour l'Australie, ont déclaré M. Taylor et d'autres experts. Le successeur britannique de l'Astute est toujours sur la planche à dessin ; le gouvernement a déclaré le mois dernier qu'il consacrerait trois ans à des travaux de conception . Un responsable naval du ministère britannique de la Défense a déclaré que le nouveau sous-marin prévu pourrait bien s'adapter au calendrier australien. Plusieurs experts étaient moins sûrs. « Attendre le sous-marin d'attaque britannique ou américain de nouvelle génération signifierait un écart de capacité accru » pour l'Australie, a écrit M. Taylor. dans une évaluation. Le défi ne s'arrête pas à la construction des sous-marins. Les garanties visant à protéger les marins et les populations, et à respecter les obligations de non-prolifération, nécessiteront une forte accumulation de l'expertise australienne en matière de sûreté nucléaire. Les habitants de certaines parties de Barrow-in-Furness, la ville de 67 000 habitants qui abrite le chantier naval britannique de construction de sous-marins, reçoivent des comprimés d'iode par mesure de précaution contre les fuites possibles lors des tests de réacteurs. Le chantier naval d'Osborne en Australie-Méridionale, où M. Morrison veut construire les sous-marins nucléaires, se trouve en bordure d'Adélaïde, une ville de 1,4 million d'habitants. L'Australie exploite un petit réacteur nucléaire . Son seul programme universitaire dédié au génie nucléaire produit environ cinq diplômés chaque année, a déclaré Edward Obbard , responsable du programme à l'Université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney. L'Australie aurait besoin de plusieurs milliers de personnes supplémentaires ayant une formation et une expérience nucléaires si elle veut les sous-marins, a-t-il déclaré. « La montée en puissance doit commencer maintenant », a-t-il déclaré.
  5. Bord d'iceberg possible mais bon mauvais moment/mauvais endroit ici en mer de Chine les images de massif "endommagé" doivent concerner un décollement de revêtement l'occurrence d'un toucher de fond "grounding" est dans la panoplie des indésirables cf USS SF hypothèses évoquées et sourcées sur fil mer de chine ci dessous la
  6. https://www.eyrolles.com/Sciences/Livre/hydrodynamique-navale-9782722509535/ Les aériens Sur le massif arrière on distincte bien le tube d’air schnorkel et l’échappement je pense , sinon périscope d’attaque optronique , mat radar ….etc https://www.thalesgroup.com/en/markets/defence-and-security/naval-forces/underwater-warfare/optronic-mast https://www.navalnews.com/event-news/euronaval-2020/2020/10/euronaval-video-safran-search-and-attack-optronic-masts-for-submarines
  7. Présentation qualitative à l’ATMA sur youtube postée plus haut , illustrant ; - le processus (pas à pas) d’essai d’un soum innovant premier de série et en // - les contraintes DIV avec ou sans DDS ; l'importance capitale du Domaine Immersion-Vitesse en SOUM/PLONGEE D’abord cet extrait de l’ouvrage d’A BOVIS met en avant l’extrême complexité des approches hydro tenue en immersion ( gite assiette , pesée….ect ) https://www.ensta-paris.fr/sites/default/files/fichiers/Bibliotheque/extrait_bovis_le_sous-marin.pdf Ensuite cette illustration succincte ci dessous afin de mieux comprendre l’exercice de la maitrise du DIV , lors évènement indésirables ( alourdissement voie d’eau ou avarie de barres ) qui peut amener le soum à se situer temporairement en zone orange. Captures de la présentation
  8. s'ils ont de quoi s'accrocher , pas de harnais ?
  9. Sous un déluge plus que saturant vapeurs d’essence se propageant dans les hangars boulevard au dessus du pont de cloisonnement … http://ibiblio.org/hyperwar/USN/WarDamageReports/WarDamageReportCV13/WarDamageReportCV13.html https://usna.contentdm.oclc.org/digital/collection/p16099coll14/id/6049 Sur les PA on a plus d’essence mais du JP5 ( moins de vapeur explosif ), plus des réseaux de ventile saucissonnés vis-à-vis risques incendie et voie d’eau et sécurisés ( arrêt à distance des ventilateurs )….etc mais bon sous même déluge ,quid ?
  10. Parce plus de DP pour entretenir et mouvementer tout çà Plus de marine ; donc plus de DP , plus d’hôpital maritime , plus de SAO , plus de commissariat , plus de gendarmerie maritime , plus de travaux maritime , plus de roulage , plus de DCAN et donc plus d’arsenal car l’arsenal et son périmètre dont le patron c'était le Major Général , intégrait toutes ces directions....bla bla bla Aujourd’hui porte Colbert c’est marqué Naval groupe ( Naval Group) et avant années 90 c’était marqué Arsenal de la Marine et non DCAN ; NG ( privé) n’est pas la DCAN ( administration intégrée dans la MN selon textes années 50/60 )
  11. Presqu'en avance sur le marin , parait que le céréaliers labourent au GPS en "mer" de beauce
  12. A noter que le metteur en scène a dû organiser le déroulé de sortie de rade en marge du poste de manœuvre général ou les pros dont le pilote sont à la manœuvre dans le zig zag du chenal , c'est-à-dire entre la sortie base marine au péristyle et la citadelle. Comme il était impossible de le faire en pleine rade, il a fallut ces 3 minutes de dialogue filmé dans le Scorff de l’arsenal uniquement quand les remorqueurs de la DP ont la main sur un « Jojo » à 1 nds , dès lors les ailerons de veille peuvent être occupés par les comédiens et pas après . D’où les quelques toutes pitites incohérences de montage ne pouvant être relevées que par un riverain. Ceci dit cette séquence a certainement nécessité réglages et préparation préalable au cordeau avec le commandant, l’équipage ainsi qu’avec l’amirauté pour bien caler les séquences A69 et SOUM de 1200 tonnes . Décomposition - de 13 à 21’ cimetière à bateaux de kerhervy il me semble - à 45’ , sur la gauche je me demande si c’’est pas le « Marcel Le Bihan » , au fond ancien pont de chemin de fer de Eiffel remplacé récemment puis un radeau cible du Gerbam - à 1’37 cheminée d’une F67 je pense ( sommes dans l’arsenal sur le scorff rive droite) - à 1’47 rive gauche deux avisos dont le Bourdais - à 1’56 sémaphore de la citadelle , ( sommes juste sortis de la rade là) - à 1’58 on croise l’A69 Détroyat qui rentre d’essais ( sommes à nouveau dans la rade avant le coffre où les AE se capelaient pour venir régler leurs compas avant le départ vers l’outre-mer ) - à 2’16 coffre de rade donc , île Saint Michel en face , citadelle au fond (sommes dans la rade) - à 2’22 qd Jean Rochefort dit à gauche 25 (sommes dans l’arsenal sur le scorff) on aperçoit un BSL dans le bassin 1 ( Rhône) et les anciennes grues Titan , Wellman et le bureau d’études - à 3’11 on croise un 1200 tonnes Narval qui rentre ; salut , puis berloque tribord sommes dans la passe ouest , Groix en face , et c’est parti pour enfourner https://www.youtube.com/watch?v=QB7UBVbEPNk
  13. ARMEN56

    Drone aérien

    TFS TETHRED FLYING SENSOR
  14. A propos de l'ACONIT , vu un document précisant qu'initialement cette FL4 s'appelait JAUREGUIBERRY Et je ne peux pas m'empêcher de penser à celui là et son appareillage de l'arsnal à la marée ( Moteur, ça tourne et Action !) ...les passionnés d'artillerie de 100 mm noteront à 1'47'' les tourelles arrière des 2 AE ah ah ah , on devine du modèle ...
  15. Masse tourelle prise en compte dans les devis de masse AE : 23.220 t FS : 22,300 t FLF ; MOD 100 36.1 LT : 30.1 t
  16. Oui cela avait été indiqué dans la spécification du système de combat des FS je pensais que ces 100 mm provenaient des AE , ce qui n'est visiblement pas le cas puisqu'équipés du modèle de mon année de naissance ; fallait bien que je le place un jour cet émoticône , voilà c'est fait ! Je n'en abuserai plus On aura tous remarqué un état de mer typiquement INDIEN ==> grosse fatigue [ ]
  17. Valse et noria des 100 mm de la flotte ( navires neufs et anciens) pas facile à tracer
  18. AH Pour FS , sur spec système de combat de 1989 on parlait du 100 mm modèle effectivement 68.13 non modernisé récupéré sur les navires anciens désarmés ...lesquelles barcasses désarmées avec ce modèle entre 90 et 94, période d'armement à Lorient ? Les 2 x 20 mm récup aussi
×
×
  • Create New...