Wallaby

Members
  • Content Count

    12,802
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    43

Wallaby last won the day on October 19

Wallaby had the most liked content!

Community Reputation

8,384 Excellent

About Wallaby

  • Rank
    Héros

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

6,835 profile views
  1. https://francais.radio.cz/pour-parer-a-lafflux-de-malades-la-tchequie-veut-mobiliser-des-structures-8697255 (15 octobre 2020) Alors que la République tchèque est désormais le quatrième pays le plus touché au monde par le Covid-19, selon les données compilées par le New York Times, et qu’elle est le premier pays d’Europe en termes de circulation du virus, les autorités tchèques viennent d’annoncer la mobilisation de structures alternatives aux hôpitaux pour accueillir l’afflux de malades qui s’annonce. « Les chiffres sont catastrophiques, » a concédé le Premier ministre tchèque Andrej Babiš, jeudi matin, avant de s’envoler pour le conseil européen de ces jeudi et vendredi consacré, entre autres, au climat. Venant de la bouche du chef du gouvernement qui est accusé par l’opposition de ne pas avoir anticipé la deuxième vague frappant durement le pays, cet aveu a de quoi inquiéter alors même que le ministre de la Santé Roman Prymula a affirmé mercredi que le système hospitalier était « au bord de l’effondrement ». A Prague, un hôpital de campagne doit être mis en place à l’aérodrome du quartier de Letňany, dans le nord de la capitale, comme le précise le ministre de l’Intérieur, Jan Hamáček (ČSSD) : « A partir de samedi, l’armée tchèque va construire à Letňany un hôpital de campagne d’une capacité d’accueil de 500 lits. Nous utilisons les bâtiments existants sur le site, des hangars qui sont chauffés. Tout l’équipement sera celui d’un hôpital militaire de campagne habituel. Du côté du personnel, il s’agira d’une base issue des rangs de l’armée, mais aussi des soignants mobilisés dans les hôpitaux. En cas de besoin, tout ce personnel peut être épaulé par les étudiants en médecine. » Selon les données de l’Institut des informations et statistiques sanitaires analysées par le site de la Radio tchèque iRozhlas.cz, ce sont les écoliers qui sont les premiers touchés par le coronavirus (18 718 contaminations depuis le mois de mars, soit 16,42 % de tous les cas de Covid-19) et qui sont donc responsables de la transmission du virus dans leurs familles. Les enseignants arrivent en quatrième position (4 483 cas), mais combinés aux cas d’élèves malades, l’école apparaît en effet comme une des sources premières d’infection – une des raisons qui a d’ailleurs décidé de la fermeture totale des écoles (hors maternelles). Les personnes âgées sont la deuxième catégorie de la population la plus touchée, alors même qu’elles sont aussi la catégorie la plus fragile face au SARS-CoV-2. Enfin, le personnel médical est tout particulièrement touché, et notamment à Prague, alors même que la capitale tchèque est également un des principaux foyers d’infection du pays et que les capacités d’accueil de ses hôpitaux arrivent à saturation.
  2. https://thediplomat.com/2020/10/demystifying-chinas-role-in-italys-port-of-trieste/ (15 octobre 2020) Fin septembre 2020, la société allemande Hamburger Hafen und Logistik AG (HHLA) a conclu un accord avec le port de Trieste, dans le nord de l'Italie, pour investir dans le développement de la plate-forme logistique du port. L'investissement comprend l'acquisition par HHLA de 50,1 % des parts de la plate-forme, le reste appartenant à Francesco Parisi S.p.A. (environ 23 %) et à ICOP (22 %), tandis que les parts restantes seront détenues par l'Interporto di Bologna. En Europe, et à Washington également, cette initiative a été bien accueillie car elle dissipe les fantômes des investissements chinois et les risques qu'ils auraient pu impliquer. En mars 2019, le port de Trieste a été parmi les signataires du protocole d'accord entre l'Italie et la République populaire de Chine dans le cadre de la nouvelle route de la soie (BRI). L'accord signé par le port de Trieste avec la China Communications Construction Company (CCCC) n'était guère plus qu'une déclaration d'intention et de bonne volonté pour le développement des relations futures entre les entités. Néanmoins, le protocole d'entente de mars 2019 a ouvert la voie à un protocole d'entente bilatéral plus spécifique, et dans une certaine mesure pragmatique, entre le port de Trieste et la CCCC, qui a été signé à Shanghai en novembre 2019. Ce dernier protocole d'accord prévoyait trois domaines de collaboration entre l'autorité du port de Trieste et la CCCC : un en Italie, un en Chine et un dans les pays tiers. Malgré la signature du deuxième protocole d'accord et le ton enthousiaste des parties concernées - qui a parfois provoqué des malentendus dans le public quant à la taille et à la portée de l'accord - le contenu avait des objectifs très limités et précis, dont aucun ne prévoyait la gestion, et encore moins la propriété, du port de Trieste par la CCCC. Pourtant, tant après le protocole d'accord de mars 2019 que celui qui a suivi en novembre, on craignait qu'une situation similaire à celle du port du Pirée en Grèce ne se reproduise dans le port italien, ce qui entraînerait l'expansion de l'influence de la Chine dans la région. Ces craintes étaient le résultat de deux éléments : une mauvaise communication du côté italien sur le contenu réel de l'accord - contenu souvent gonflé par certains médias - et le climat de tensions qui s'est développé au fil des ans autour des investissements chinois dans les projets d'infrastructure.
  3. https://capx.co/the-mods-procurement-disaster-is-tanking-the-british-army/ (30 septembre 2020) Depuis le milieu des années 2000, il est évident que le char de combat principal de l'armée, le Challenger 2, n'est pas efficace contre les blindages modernes. Un nouveau canon est nécessaire, qui à son tour nécessite une tourelle redessinée pour accueillir de nouvelles munitions. Des crises budgétaires interminables et des désaccords internes sur l'ampleur de la mise à niveau nécessaire ont fait perdre les douze dernières années. Les besoins d'une nouvelle tourelle, d'un canon plus puissant, d'une optique modernisée et (idéalement) d'un moteur plus puissant sont aujourd'hui évidents pour tout le monde, même pour l'armée : la provenance de l'argent pour payer tout cela l'est moins. Le Warrior Capability Sustainment Programme, conçu pour améliorer [les capacités des Warrior] et prolonger leur durée de vie jusqu'en 2040, est en cours depuis 2011, avec Lockheed Martin comme maître d'œuvre. À ce jour, 430 millions de livres sterling ont été dépensés pour les travaux de conception et d'évaluation. Pas un seul véhicule n'a été modernisé et le programme fonctionne avec plus de quatre ans de retard. Les coûts de production réels sont estimés à 800 millions de livres sterling supplémentaires. Même si le programme se poursuit - ce qui ne devrait probablement pas être le cas à ce stade - les problèmes liés aux coques vieillissantes et peu fiables et à un moteur sous-puissant persisteront. Dans une récente soumission à la Commission de défense, Lockheed a attribué le retard à l'évolution des besoins de l'armée (ce qui n'est que trop crédible, étant donné l'indécision de l'armée sur Challenger 2) et aux problèmes d'adaptation du nouveau canon choisi par l'armée aux anciens véhicules. Pourtant, même les catastrophes du Challenger et du Warrior font pâle figure en comparaison de la quête sans fin de l'armée pour des véhicules de poids moyen. Les difficultés de l'armée de terre à définir et à mettre en œuvre ses propres exigences en matière de véhicules de poids moyen ont consommé la plus grande partie de deux décennies et demie, au moins un milliard en coûts directs, et plusieurs milliards de plus en coûts indirects (comme l'achat précipité de véhicules de série résistants aux mines pour les opérations en Irak et en Afghanistan). Une soupe alphabétique de programmes - MRAV, TRACER, FRES - a permis de mettre en service un grand total de zéro véhicule. Étonnamment, l'histoire semble se terminer avec l'achat final - des années plus tard que nécessaire - d'un véhicule, le Boxer 8×8, que l'armée avait rejeté à deux reprises auparavant.
  4. https://asia.nikkei.com/Spotlight/Beijing-Diary/Confucius-Institutes-face-pushback-toward-China-s-gates - 12 octobre - "Les journalistes étrangers ne sont-ils pas autorisés à entrer dans ce parc ?" ai-je demandé. Il m'a répondu poliment : "Ce n'est pas qu'ils ne soient pas autorisés à entrer. Mais comme le parc Sun Yat Sen appartient au district de Tiananmen, ils doivent s'adresser à la direction". Je n'avais jamais entendu parler d'une telle règle, mais il était inutile de discuter. J'ai rendu le billet de 3 yuans (45 cents) et j'ai renoncé. Je ne peux pas m'empêcher de penser que les "règles" limitant les activités des journalistes étrangers ont insidieusement augmenté depuis l'épidémie de coronavirus qui a débuté au début de l'année. - 5 octobre - Vendredi matin dernier, [la Commission centrale d'inspection disciplinaire] a publié une déclaration commune avec la Commission nationale de surveillance annonçant que Dong Hong faisait l'objet d'une enquête pour "graves infractions disciplinaires". Dong a déjà été vice-ministre au sein d'une "équipe centrale d'inspection", une équipe spéciale qui réprime les fautes professionnelles. L'annonce qu'il faisait lui-même l'objet d'une enquête est intervenue au beau milieu de la série de huit fêtes nationales chinoises. Lorsque j'ai vérifié les antécédents de Dong sur Baidu, le moteur de recherche a donné des résultats inattendus. Après l'arrivée au pouvoir du président Xi Jinping en tant que secrétaire général du parti à l'automne 2012, Wang a pris la tête de la Commission centrale d'inspection disciplinaire pour mener la campagne anti-corruption du dirigeant. Dong a de nouveau rejoint la commission pour soutenir Wang, qui est également devenu membre du comité permanent du Politburo, le principal organe décisionnel du parti, auquel il a siégé jusqu'en 2017. Dong était clairement l'un des plus proches collaborateurs de Wang. Mais il est inhabituel que la "proximité" politique d'une personne avec un certain membre du Comité permanent du Politburo figure de manière aussi évidente dans son CV. La biographie de Dong indique qu'il a "accompagné" Wang Qishan chaque fois que l'actuel vice-président chinois a été nommé à des postes clés, comme celui de vice-gouverneur de la province de Guangdong et de maire de Pékin à la fin des années 1990 et dans les années 2000. Fin septembre, Ren Zhiqiang, un éminent entrepreneur qui serait un ami de Wang depuis le collège, a été condamné à 18 ans de prison pour des accusations telles que la corruption. Nombreux sont ceux qui pensent que l'histoire ne s'arrête pas là. Ren, qui s'est fait connaître par son franc-parler, avait été arrêté en mars après avoir publié un article critiquant la réaction de Xi à l'épidémie de coronavirus.
  5. https://www.scmp.com/news/china/diplomacy/article/3106082/taiwan-denounces-mainland-brutal-and-irrational-actions-after Harry Tseng Ho-jen, le vice-ministre des affaires étrangères de Taiwan, a déclaré lundi au Yuan législatif que deux membres de l'ambassade de Chine aux Fidji avaient tenté, le 8 octobre, de pénétrer de force dans une réception organisée par le bureau de représentation taïwanais à Suva, la capitale des Fidji, et de prendre des photos des participants. Les diplomates du continent se sont heurtés physiquement à un membre du personnel taïwanais lors de l'événement au Grand Pacific Hotel, qui a tenté de les arrêter et a ensuite été soigné à l'hôpital pour une commotion cérébrale, selon l'agence de presse taïwanaise Central News Agency.
  6. Suga en visite au Vietnam : https://www.jiji.com/jc/article?k=2020101900118&g=pol Le Premier ministre Suga a déclaré lors de la réunion qu'il était "sérieusement préoccupé par les tentatives de modifier unilatéralement le statu quo dans les mers de Chine orientale et méridionale, et qu'il continuerait à travailler avec le Vietnam" en gardant la Chine à l'esprit. Le Premier ministre Phuc a abondé dans le même sens, en déclarant : "Nous partageons de sérieuses préoccupations". L'accord sur les équipements de défense et le transfert de technologie en vigueur permet au Japon d'exporter des équipements de défense vers d'autres pays. Le Japon est déjà signataire d'accords avec neuf autres pays et le Vietnam est le troisième pays d'Asie, après les Philippines et la Malaisie.
  7. Pour qu'il y ait une démocratie, il faut un peuple unique. Lorsque plusieurs peuples sont réunis dans un assemblage artificiel, on sort du modèle type de la démocratie. Lorsque des citoyens se déterminent non pas en fonction de l'intérêt général, mais en fonction de l'intérêt d'un groupe, on parle de "factionalisme". C'est le principal argument des anti-fédéralistes. Les Pères fondateurs de la Constitution Américaine le tenaient également pour un grave danger, et le Federalist Paper N°10, rédigé par James Madison, tente d'y apporter des réponses : https://en.wikipedia.org/wiki/Federalist_No._10 Les États-Unis ont eu besoin de la guerre de sécession pour se fédérer. Or la guerre civile n'est pas la démocratie.
  8. https://www.bbc.com/news/world-europe-545486330 (18 octobre 2020) Leurs majestés royales des Pays-Bas font marche arrière après seulement un jour de vacances en Grèce, après que de fins observateurs aient fait observer que le Premier Ministre vient juste de recommander "d'éviter les déplacement non nécessaires".
  9. https://www.lefigaro.fr/international/bolivie-arce-le-dauphin-de-morales-remporte-la-presidentielle-des-le-1er-tour-20201019 Arce, le dauphin de Morales, remporte la présidentielle dès le 1er tour. L'ancien ministre bolivien de l'Économie devance de plus de 20 points son principal rival, le centriste Carlos Mesa.
  10. Il ne faut surtout pas croire ce que dit la vidéo ci-dessus. La langue allemande est une langue de contrastes, permettant d'exprimer à la fois la dureté quand c'est nécessaire mais aussi une très grande douceur. D'ailleurs le mot pour dire "papillon", à savoir "schmetterling", quand on le prononce de façon non caricaturale, est très doux, comme un chuchotement. Il faut écouter des lieder de Schubert, des cantates de Bach, des opéras de Mozart pour s'en rendre compte. La musique, l'art a besoin de cette force du contraste pour être intéressant. Sinon on s'ennuie.
  11. Un rassemblement qui a même englobé la Birmanie - jusqu'en 1937 - et où l'on peut voir l'origine des troubles intercommunautaires actuels de l'État d'Arakan.
  12. https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/joe-biden-doesnt-have-a-perfect-foreign-policy-record-but-unlike-trump-hes-learned-from-his-mistakes/2020/09/27/62b417f6-fe77-11ea-9ceb-061d646d9c67_story.html (27 septembre 2020) Alors que Biden est "un homme intègre" qu'il est "impossible de ne pas aimer", [Robert] Gates a écrit dans ses mémoires publiées en 2014, "il a eu tort sur presque toutes les grandes questions de politique étrangère et de sécurité nationale au cours des quatre dernières décennies". Gates ne détaille pas son accusation, mais elle n'est pas difficile à reconstituer. Biden a voté contre la campagne militaire américaine réussie qui a expulsé Saddam Hussein du Koweït en 1991. En Irak, il a compilé un trio de gaffes : Il a voté pour l'invasion de 2003, s'est opposé à la "poussée" (surge) de 2007 qui a sauvé la mission d'un désastre total et a supervisé le retrait prématuré en 2011 des dernières troupes américaines, ce qui a ouvert la voie à l'État islamique. Biden s'est opposé à la décision d'Obama de renforcer les troupes américaines en Afghanistan en 2009, proposant que la mission se limite plutôt à la lutte contre le terrorisme. Mais selon Gates, il a levé la main contre la plus importante opération antiterroriste de ces dernières années, le raid des forces spéciales de 2011 qui a tué Oussama Ben Laden. (M. Biden a déclaré qu'il avait ensuite encouragé Obama à aller de l'avant). https://www.lenouvelespritpublic.fr/podcasts/232 (18 octobre 2020) Matthias Fekl : Enfin, quel sera l’impact sur l’Europe ? La solidarité assez forte qui est née dans l’opposition à Trump se prolongera-t-elle si c’est Biden qui est élu ? Est-ce que de meilleures relations entre les Etats-Unis et l’Allemagne affaibliront le moteur franco-allemand ? Nicole Gnesotto : Les Européens sont toujours divisés, et tout porte à croire que Biden les divisera encore davantage. Je pense que l’élection de Biden est souhaitable, mais que ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Européens : les USA feront le forcing pour qu’on les suive sur la menace chinoise, en particulier sur les questions technologiques, et réduiront à néant les efforts d’identité politique européenne.
  13. Eh bien je dois vous avouer que cette image m'inspire... quelques comparaisons qui ne sont point raison. Le roi thaïlandais Vajiralongkorn <=> le dernier empereur chinois Le mouvement thaïlandais de protestation contre la monarchie <=> la révolution chinoise de 1911 et le mouvement chinois du 4 mai 1919 Le général Prayut Chan-o-cha <=> Yuan Shi Kai Les États-Unis tirent les ficelles des révolutions de couleur par l'intermédiaire du National Endowment for Democracy (NED) <=> L'Union Soviétique tire les ficelles du Parti Communiste Chinois via le Komintern Les militants pro-démocratie font des voyages à Washington <=> Chou En Lai, Deng Xiao Ping, Chiang Ching-kuo (fils de Chiang Kai-Shek) font des séjours à Moscou.
  14. https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/29/narendra-modi-defie-les-musulmans-en-posant-la-premiere-pierre-d-un-temple-hindou-a-ayodhya_6047591_3210.html Est-ce un signe supplémentaire de la mise en œuvre de la suprématie hindoue et la fin d’un Etat laïque en Inde ? Le 5 août, le premier ministre indien, Narendra Modi, devrait poser lui-même, à Ayodhya, dans l’Uttar Pradesh, la première pierre d’un temple hindou, dont le projet de construction a divisé le pays et fait couler le sang pendant des décennies. Près de trois mille personnes, essentiellement des musulmans, sont mortes à cause du temple de Ram d’Ayodhya. Les hindous considèrent ce site comme le lieu de naissance du dieu Ram, un des sept avatars de Vishnou. Ils affirment qu’au XVIe siècle le fondateur de l’empire Mogol, Babur, y fit construire une mosquée sur les ruines du temple de Ram. En 1992, une foule de nationalistes hindous fanatiques avaient détruit la mosquée Babri et exigé la reconstruction du temple. Après des années de conflits, le 9 novembre 2019, la Cour suprême a tranché en faveur des hindous, autorisant l’édification du temple. Ce sera sa première visite à Ayodhya, mais le premier ministre comme son parti, le Bharatiya Janata Party (BJP), ont, depuis des années, fait du temple de Ram un symbole de l’identité indienne et une arme pour rassembler les hindous. La cérémonie de lancement du chantier sera retransmise en direct sur les chaînes de télévision. Seuls les « VIP » seront autorisés à y participer. Parmi les deux cents invités, Mohan Bhagwat, le chef du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), cette association des volontaires nationaux fondée en 1925 pour assurer la domination des hindous sur la nation indienne, ainsi que les représentants du Vishva Hindu Parishad (VHP-Conseil mondial hindou), une organisation d’extrême droite. Le chef du gouvernement de l’Uttar Pradesh, Yogi Adityanath, un moine nationaliste extrémiste, proche du premier ministre, a veillé personnellement aux préparatifs. Toute la galaxie nationaliste hindoue sera représentée pour assister à cet événement qualifié « de plus important de l’histoire de l’Inde indépendante ».
  15. Dominique Castoglia, épidémiologiste de maladie infectieuse et Christine Rouzioux, virologue étaient les invitées de C dans l'air du 5 octobre : https://www.france.tv/france-5/c-dans-l-air/1974303-emission-du-lundi-5-octobre-2020.html Donc je ne comprends pas comment on peut dire qu'il n'y a pas de virologues et d'épidémiologistes de maladies infectieuses dans les médias. Et qui va définir "les bonnes conclusions" ? Xi Jinping, j'imagine. En tout cas, merci Henri pour ce morceau d'anthologie d'"énergie positive".