Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Boule75

Members
  • Posts

    13,929
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    74

Everything posted by Boule75

  1. Qu'est-ce qui pourrait bien empêcher le parti républicain de modifier la loi une fois la majorité (simple) dans les deux chambres acquise ? Le filibuster n'empêchera rien. Ce que tu ne semble pas trop bien comprendre, c'est qu'à ce stade ni les lois ni la constitution n'intéressent plus trop les républicains, ni ne les gênent. Le refus d'examen de la candidature de Garland a suivi Citizen United, la Cour Suprême est désormais totalement conservatrice révolutionnaire (refus de censure de la "loi" texane confiant aux seuls citoyens le droit de poursuivre les délits liés à l'IVG précoce pour interdire tout examen de constitutionnalité de la dite "loi") et l'obstruction républicaine systématique : la loi sur les infrastructures n'est passée au Sénat que par du pork barrel d'une ampleur monumentale pour une sorte d'achat de vote de sénateurs républicains. Donc tu peux continuer à prétendre être démocrate si tu veux, et à prêcher pour un "centre" qui n'existe plus que du côté démocrate, mais quand je te vois ressasser les prétendus méfaits des dem's à propos de defund the police, qui n'a à ma connaissance aucune traduction légale dans les lois qu'a proposées l'administration Biden ou la petite majorité à la Chambre des Représentants, quelque chose qui n'existe tout simplement pas au niveau fédéral en fait, j'ai comme un doute. Et pour que les choses soient claires, comme tu es assez récent ici : personnellement, je déteste tant Black Lives Matter (All lives matter m'irait bien mieux) que defund the police (reform the police !) ou la quasi-totalité des thèmes woke (si éloignés des notion d'universalisme à la française) et surtout leur mode d'expression qui me fait penser à la révolution culturelle chinoise, en plus doux heureusement. Mais ça n'est pas une raison pour ne taper que sur les démocrates comme tu le fais à longueur de messages. On croirait lire Hannity, presque.
  2. Merci @Akhilleus. Je voulais donc vous signaler ça : en Guadeloupe, c'est tout de même marquant, le procureur de la République parle de "trahison" à propos d'un officier de police désormais en taule pour avoir planifié des émeutes, des rackets, s'être coordonné avec des gangs de malfrats. Je suis curieux de savoir où l'enquête pourrait mener, à dire vrai (le gusse disposait-il d'appui extérieurs ? Les "grands groupes" dont il est question ont-ils versé le pizzo pour ne pas voir leurs magasins attaqués ? Et si oui est-ce la première fois ? ). Et depuis combien de temps ces manigances crapuleuses duraient-elles ? On parle d'une dizaine d'arrestations en tout. Les violences qui secouent la Guadeloupe depuis près de trois mois, sur fond de contestation de l'obligation vaccinale, ont été "parfaitement planifiées et organisées", avec notamment "l'implication active" d'un fonctionnaire de police, a accusé, vendredi 21 janvier, le procureur de la République. Une information judiciaire a été ouverte, confiée à deux juges d'instruction, et huit personnes, interpellées en début de semaine, ont été mises en examen après 96 heures de garde-à-vue. Quatre ont été placées en détention provisoire. "Aucune scène de violence" y compris les plus récentes "n'a été spontanée" a insisté le procureur Patrick Desjardins. "Dans les surveillances qui ont été mises en place", suite aux premières émeutes de novembre, "nous avons compris qu'il était question d'un partage des rôles entre les jeunes", notamment des gangs de Baie-Mahault, de Pointe-à-Pitre et de Grand-Camp (aux Abymes, NDLR). Il se pourrait qu'il y en ait un qui prenne cher.
  3. Message général (du coup je me permet de le mettre en majuscules) : PURGEZ VOTRE CACHE !! ( pour ne pas changer). Cette fois-ci, ça pourrait être la bonne. Donc, combo classique sous Firefox (et peut-être les autres) : Ctrl+Maj+Suppr. et bien lire et comprendre les choix proposés, y compris sur la plage de temps.
  4. Hello. Avec les réserves d'usages qui découlent du caractère passablement aléatoire observé précédemment : pas de défaut identifié ce jour, la multi-citation fonctionne, l'intégration Twitter itou. Je te tiens au jus si je vois qque chose. Bravo et merci pour le déverminage !
  5. Je peux te citer : c'est mieux qu'hier :-) Edit : je peux : éditer mon message. choisir des votes différenciés Beaucoup mieux qu'hier ! Mais pas parfait : dans ce message par exemple : aucune image ne s'affiche. Pas mieux avec tout Javascript et toutes les pubs que le réglage de base du navigateur tolère (Firefox 96.0). Un autre truc qui pourrait donner une indication (et qui irait dans le sens de ce que décrit @g4lly je pense), observation d'un curieux phénomène : entre un ordiphone et un PC, avec le même compte, le "contenu non-lu" n'était pas synchrone ou cohérent : re-présentation sur un appareil des contenus déjà lus sur l'autre. Un peu comme si les sessions étaient gérées en double. Ca date de novembre dernier je pense.
  6. @FAFA : l'article d'AviaNews ne remet rien à l'heure du tout je crains... Rien que cette phrase est juste fausse : Le 7 juin c’est le rapport de l’audit (cabinet d’avocats zurichois Homburger SA) sur les coûts à l’heure de vol, qui a été remis à Mme Amherd. Le dossier d’armasuisse avec le choix final avait été remis à fin février. Ce qu'on en sait ne comporte rien sur les "coûts à l'heure de vol", l'essentiel du travail consistait à bétonner l'aspect juridique : La conseillère fédérale Viola Amherd a commandé auprès du cabinet d’avocats zurichois Homburger SA une étude de plausibilité en vue de l’acquisition des nouveaux avions de combat. Cette étude portait sur la méthodologie d’évaluation, les critères d’adjudication ainsi que l’évaluation financière des offres, en tenant compte de l’arrêté de planification approuvé par le peuple. Dans le cadre de ces vérifications, Homburger est arrivé à la conclusion que le classement des soumissionnaires selon l’analyse coûts-utilité faite par armasuisse dans le rapport d’évaluation était plausible. Pour évaluer proprement le fond, ils aurait fallu avoir accès aux données des soumissionnaires... pour savoir si tous les chiffres donnés étaient calculés par les soumissionnaires sur les mêmes bases. Faire des audits, quoi. Et ces données, Homburger n'y a pas eu accès. J'ai souvenir d'avoir lu, d'ailleurs, de source suisse, que la base retenue pour les calculs de coûts à l'heure de vol étaient... les abaques du F-35. Tu sais, ceux où 10x plus d'heures-homme sont nécessaires pour changer un moteur... Quant au "dossier d’armasuisse avec le choix final avait été remis à fin février" : ils auraient fait leur choix avant de recevoir les propositions financières finales, celles de mai ? Hum... Si toutes les critiques très peu confraternelles de PSK sont du même tonneau, ça aurait bien tendance à renforcer les arguments de Republik. Zut alors !
  7. @wagdoox : amusé oui, mais vraiment interrogatif ! Je disais que les élus républicains n'avaient pas osé foutre par terre trop ouvertement l'Obamacare tant ça aurait directement nuit à leur électeurs. Mais du coup je ne sais pas de quoi tu parles quand tu parle de "dem [qui] n'osent pas devant qqch d'indéfendable..."
  8. @wagdoox : "ou peut etre que les dem n'osent pas devant qqch d'indéfendable..." Je ne te suis pas ! N'osent pas quoi ?
  9. J'ai la flemme de trouver où poster, un ptit HS pour une photo d'époque :
  10. @wagdoox qui écrit : "Je te rappels qu’en 2016 les rep avaient aussi une ultra majoritee et n’ont pas pu annuler obama care. Les institutions americains sont pas natures conservatrices pour eviter des changements trop brutaux. " En l’occurrence, je pense que tu te trompes : l'Obamacare n'a pas été aboli parce que les élus républicains l'ont très peu senti. C'est déjà pour ça qu'ils avaient finalement été obligés de le voter, sous Obama : dans le 15 millions de nouvelles personnes nouvellement couvertes, dans toutes celles qui bénéficient d'une assurance de meilleure qualité parce que la loi l'impose, il y a beaucoup de gens des campagnes, conservateurs. Revenir en arrière après, au nom du budget, alors que la première chose que fait Trump en arrivant au pouvoir est de quasi-amnistier l'évasion fiscale des GAFAM, d'abaisser à fond les impôts des plus riches et de remettre un gros coup d'accélérateur au déficit fédéral, c'était quand même vraiment trop. Ce ne sont pas les institutions qui ont tenu : c'était politiquement absolument indéfendable, les élus n'ont finalement pas osé. Bon : il a saboté tout ce qu'il pouvait derrière quand même (abaissement de la couverture minimale, amende pour non-assurance des actifs ramenée à 0$, tentative de déclaration d'anti-constitutionnalité de la loi "puisqu'il n'y a de fait plus d'amende"... ).
  11. @Stark_Contrast : "Obama ne s'est pas du tout présenté comme un "centriste". Si : le gauchiste c'était Sanders. Et certaines propositions d'Hillary Clinton étaient plus radicales que les siennes. Il s'est présenté comme et a tenté d'être rassembleur. Vous faites cette conclusion après coup. Non : il suffit de regarder ce qu'en dit - au hasard - Paul Krugman à l'époque, avant même l'élection. Il s'est présenté comme un révolutionnaire, la droite a chié dans son froc, puis Obama a largement gouverné comme un centriste. Il ne s'est pas présenté comme révolutionnaire : Yes we can n'est pas en soit un slogan révolutionnaire. Et puis la droite US chie toujours dans son froc : c'est son argument de vente majeur, c'est presque le seul. "Ayez peur, armez-vous ! Les communistes reviennent ! L'Irak nous menace ! Ils veulent détruire Noël ! Les pauvres vous volent ! Ils veulent ruiner le pays ! L'inflation ! Le déficit ! L'Iran nous menace !" Ad libitum.
  12. @wagdoox : "Mais tu peux etre centriste et revolutionnaire comme tu peux etre centriste et agir pour le statuquo. Yes we can ! C’etait un cri pour dire stop a la division des americians, a la corporatisation, a la fin des guerres sans fin…" Je suis 100% d'accord sur le principe mais reste à l'appliquer. Et encore faut-il susciter l'adhésion, et qu'elle se traduise en capacité d'action concrète. La tentative de réforme de la couverture maladie était révolutionnaire, dans son principe si ce n'est dans son dispositif (largement basé encore sur l'architecture en place : réformer des choses aussi grosses, ancrées, c'est dur si on ne veut pas tout casser). Elle a été combattue bec et ongles par l'opposition, ça a quand même fonctionné partiellement (15 millions de nouveaux assurés). Les tentatives de refondation des relations avec le monde arabe et avec la Russie ont été des échecs patents. Dans tous les cas, en face "on ne voulait pas" de bipartisme ou de concorde.
  13. @Alberas qui dit "Je trouve cet article très "anti Amherd" d'où mon interprétation que les sources sont internes au conseil fédéral. Mais bon, ça reste un article de presse. Les chiens aboient ..." L'article n'est pas tendre pour la conseillère fédérale, mais faut-il l'être ? Aux suisses de voir, bien sûr, mais justement : ça leur donne à voir. Les sources affichées (anonymes) viennent non-seulement des cercles politiques suisses, mais également des industriels soumissionnaires, français, allemands et américains. Je n'ai rien vu d'aussi fouillé à l'heure actuelle, sauf sur la procédure d'évaluation qui avait été détaillée dans d'autres journaux.
  14. @wagdoox qui dit : "Ca me choque pas tant que ca, obama avait ete elu pour révolutionner le pays." Pas du tout : il se présente comme largement centriste, ce n'est pas un Bernie Sanders. Et d'ailleurs tout le début de son mandat est marqué ainsi : il cherche à obtenir les votes des républicains pour ses réformes et échoue largement. C'est pour ça qu'il ne nationalise pas les banques faillie et ne réforme que partiellement le secteur financier. En matière de politique budgétaire, il est constamment contré par les républicains, c'est la Fed qui sauve la barque. Sur la fin de son mandat, l'attitude "paye" d'une certaine manière : les républicains ne parviennent pas sérieusement à s'opposer à toute la réforme de la santé ; ils la saboteront autant qu'ils peuvent sous Trump mais la pression populaire est trop forte. @wagdoox toujours : "bbb ne correspond pas aux infrastructures, la majorité des depenses se font ailleurs. Je me fous que ca passe ou non mais un minimum d’honnêteté intellectuelle serait la bienvenue." Build Back Better ne correspond pas aux infrastructures mais une loi sur les infrastructures qui est passée avant, au Sénat, après une négociation qui a injecté tellement de subventions fédérales dans certains états républicains que McConnel a parlé de "don du ciel" (de mémoire) pour son état : 17 sénateurs républicains ont voté pour (ce que Trump ne pardonne pas). BBB c'était la suite, pour lutter contre le réchauffement climatique notamment ; et ça ne passe pas. Il aura certainement échappé à @Stark_Contrast qu'il suffit de convaincre un seul sénateur "démocrate" pour bloquer au Sénat les lois ayant trait au budget. Pour les autres, c'est hors d'atteinte si les sénateurs républicains font bloc. On est bien dans ce cas de figure : rien ne passe plus au Sénat (à l'exception récente de quelques nominations d'ambassadeurs, par lassitude certainement et parce qu'il n'y a pas d'enjeu). Le chantage au relèvement du plafond d'endettement recommence de mois en mois, en gros. Pas de réforme électorale, pas trop de réforme de l'éducation (je crois), pas de réforme en direction du climat, rien sur la santé, aucune possibilité de ratification de quelque traité international que ce soit : le système est largement bloqué. Ce n'est pas une surprise : ça a été prévu. Mais revenez donc au thème principal de ce fil : "c'est d'la faute des démocrates". Merci de votre attention.
  15. @Alberas a dit : "@FAFA L'article dit que le conseil fédéral ne s'était pas mis d'accord dans une 1ère délibération et que c'est en présentant le rapport d'évaluation que Viola Amherd a convaincu le conseil de choisir le f35." L'article (comme certains avant) ne dit pas que que Viola Amherd a convaincu le Conseil Fédéral : il rapporte qu'elle a fait valoir que le Conseil n'avait aucun choix et devait, d'après la loi suisse, choisir le F-35 puisque qu'il était arrivé largement en tête de l'évaluation coûts-bénéfices. D'où l'unanimité du Conseil : vote forcé. C'est conforme à ce que j'avais été lire dans la dite loi portant sur les appels d'offres publics, section dédiée aux armements : elle stipule qu'il ne peut y avoir de choix politique qu'entre propositions proches. La méthode de comparaison était conçue pour interdire cette possibilité (c'est son principe). La discussion véhémente au Conseil vient de ça. L'article de Republik - très documenté tout de même - détaille également de nombreux doutes des compétiteurs : pas de munitions ou presque dans l'offre US, pas le même volume d'heures de vol (là, les données des pays utilisateurs sont utilisées, et les USA n'arrivent pas à faire voler leurs F-35 d'où le recours à la simulation), utilisations des métriques US pour l'entretien (curieusement, là, ce ne sont plus les données des pays utilisateurs qui sont utilisées). Ca sent l'trucage @FAFA. Pauvre Europe.
  16. @Stark_Contrast : je ne sais pas si on peut prendre au sérieux quelqu'un qui, en quelques messages seulement : décrit la présidence Obama comme une grande occasion perdue en oubliant - excusez du peu ! les circonstances dans lesquelles il parvient au pouvoir : crise financière majeure, économie en chute libre. regrette qu'Obama ait été centriste, ait cherché à gouverner avec les républicains, mais oublie de signaler qu'ils ont passé son temps à lui mettre de lourds bâtons dans les roues (refus des nominations, chantage au déplafonnement du déficit, prévisions économiques de retour massif vers l'inflation qui se sont révélées totalement fausses mais ont contraint la politique, etc...) regrette que Biden n'ait pas été centriste : on se demande en quoi, d'ailleurs, au-delà du slogan. Le plan d'infrastructure avait déjà été promis, à répétition, par Trump qui n'a jamais tenté d'en produire un. Le retrait d'Afghanistan avait été "négocié" par Trump (ça n'a pas été élégant, je le concède). Et pour le reste : quoi ? Tout est bloqué comme prévu, il suffit d'acheter un ou deux sénateurs démocrates et ça a l'air bien facile. Quant à l'étonnement de beaucoup face à l'irruption du thème de la guerre civile dans la presse US, outre l'effet Tweeter (d'un coup tout les journalistes se mettent à causer de la même chose), c'est assez simple à comprendre : pour faire simple, c'est dans le programme de ce qu'est devenu le parti "républicain", les officiels de droite honnêtes (il en restait !) sont remplacés par des hommes de mains aux ordres, la Cour suprême est aux ordres. Les prochaines élections seront truquées dans tous les états actuellement dirigés par les républicains. Voilà.
  17. @jean-françois a dit : Cela plus de discours de Biden chargeant Trump à mort sur les évènements du Capitol, je pense que c'est surtout un moyen de détourner l'attention sur la peu glorieuse première année de la présidence Biden et, c'est bien connu, quand il n'y a rien, on invente un problème J'aime beaucoup la propagande pro-Trump ici, ça manquait. Unanimité pour critiquer les démocrates (qui n'ont de fait pas de majorité), vous êtes forts les gars. Et lucides !
  18. Un article intéressant à mon sens dans le Guardian : le virus est si transmissible que l'immunité de groupe ne sera jamais atteinte => il faut nous préparer à vivre avec. un chiffre pour les cas de covid long (sans précision sur la sévérité des cas, mais c'est déjà ça) au seul RU : 1,3 million de personnes seraient affectées. Début de la traduction automatique : Une question demeure à mon sens : celle du maintien de la dynamique de mutation avec apparition de souches beaucoup plus sévères. Par exemple : délai d'apparition des symptômes plus long encore + sévérité accrue dont accroissement (fréquence/sévérité) des conséquences graves).
  19. Boule75

    LUFTWAFFE

    2015... Ca a donné quoi, au final ?
  20. Boule75

    LUFTWAFFE

    Qu'est-ce que leur service de renseignement extérieur vient faire là-dedans ?
  21. @Alexis a dit : Il n'y aura pas de troupes américaines ("boots on the ground") en Ukraine, y compris (surtout) si ce pays est envahi. C'est ouvert et officiel. Il n'y aura pas non plus (encore moins) de troupes de la partie européenne de l'OTAN. Il y a quelque chose qui s'appelle le rapport des forces. Mon hypothèse était un déploiement un peu plus que symbolique avant un éventuel déclenchement d'hostilités, dans le but de les éviter, et très ouvertement hors-OTAN : pas la peine d'agiter les chiffons rouges. Ce pourrait être en Ukraine si le gouvernement le demande officiellement, autour de réassurances liées à Minsk ou quelque chose d'approchant. En Moldavie ? (un peu proche de Sébastopol peut-être... et j'ignore tout des possibilités logistiques, mais ça fournit quelques options). En espérant que la Turquie ne tourne pas casaque.
  22. Ils ont les lits mais pas les personnels, du moins pas tel donne à le penser l'écart avec la France : la compta n'est pas la même. D'ailleurs un micro-point qu'a révélé cette pénible affaire, c'est que la comptabilité en "lits" (et les litanies de ceux qui se félicitent ou déplorent qu'on en "ferme") cache une réalité nettement plus complexe. Bêtement, par exemple, je pensais que "ouvrir un lit" ça prenait (beaucoup) de temps (en gros, commencer par construire le bâtiment, etc...). Surprise ! d'un coup on annonce l'ouverture de milliers de lits de réa. Etonnant au premier abord ; manifestement ce ne sont pas les chambres qui manquent, on peut au moins en convertir.
  23. Bon : il est temps que des forces non-OTAN se déploient en réassurance de l'Ukraine : enfin un emploi pour la brigade franco-allemande. (et oui, je suis assez sérieux ; il faudrait quelques appuis aussi...).
×
×
  • Create New...