Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

fraisedesbois

Members
  • Posts

    931
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by fraisedesbois

  1. https://twitter.com/decis_/status/1484517994030112771?s=21
  2. (depuis quelque temps je les sens tendus chez ASPI. Non? Tour à tour tendus, extravagants, héhé) Là, l’auteur affirme que pour sauver AUKUS du déjà échec du deal subnucléaire, alors il faut que l’AUS achète un escadron de B-21, pour remplaçer en mieux. Et vite! Aspi, 21janv. Tirer le meilleur parti d'AUKUS pourrait nécessiter un plan B-21 21 Jan 2022|Peter Jennings (Peter Jennings est le directeur exécutif de l'ASPI et ancien secrétaire adjoint à la stratégie au ministère de la Défense. Une version de cet article a été publiée dans The Australian) https://www.aspistrategist.org.au/getting-the-most-out-of-aukus-could-require-plan-b-21/
  3. 3 batteries pour la marine, ça c’est fait. À venir, 2 batteries pour l’armée de terre: https://www.pna.gov.ph/articles/1166017
  4. Un message de randomradio sur strategicfront: Il y a trois exigences pour les patrouilleurs maritimes: elles peuvent être classées en léger, moyen et lourd. L'une d'entre elles est remplie par le Dornier. Une autre est basée sur le C-295, l'offre du DRDO à la garde côtière, tandis que l'IN prévoit d'en importer un. Le troisième est le P-8I. Sur les trois, seul le P-8I est destiné à la lutte anti-sous-marine, les deux autres sont uniquement destinés à la surveillance de la surface. Donc, actuellement, il n'y a pas de programme DRDO qui remplace le P-8I. Ils ont livré le léger et travaillent sur le moyen (pour la garde côtière). S'il y a un projet en cours dans la catégorie lourde, ce n'est pas encore une information de source ouverte.
  5. Dans mon idée il s’agirait d’un codéveloppent, avec du tot et du make in India dedans…
  6. Je précise que ma suggestion/question tient au fait que les Indiens ont annulé l’option d’un second batch de P-8.
  7. Alors nous l’aurions fait avec les Allemands (“dignes de confiance” ), mais pas avec les Vishnu?
  8. Le gouvernement annule les contrats d'importation d'hélicoptères et de missiles dans le cadre de l'initiative " Make In India ". Conformément à la volonté du gouvernement de Narendra Modi de promouvoir le "Make in India", le ministère de la Défense a décidé vendredi de retirer les appels d'offres pour l'achat de missiles sol-air de courte portée et de 14 hélicoptères. La réunion a toutefois permis aux forces de poursuivre un contrat pour l'achat de missiles air-sol à la France et la révision d'hélicoptères russes, ont déclaré des sources gouvernementales à ANI. Le ministère de la défense a commencé à examiner les contrats d'importation dans le cadre de la catégorie "Buy Global" qui sont entièrement acquis auprès de fournisseurs étrangers. Un certain nombre de contrats ont été placés sur la liste de fermeture et d'ajournement par le ministère de la défense et le ministère discute de la possibilité de les fermer en faveur de vendeurs ou de développeurs indiens. Les listes de fermeture et d'ajournement comprennent des marchés tels que les systèmes de défense aérienne à très courte portée, les canons d'artillerie remorqués, les missiles sol-air à lancement vertical, les systèmes aériens sans pilote embarqués, les avions de surveillance P-8I supplémentaires ainsi que les avions de combat MiG-29. Les contrats conclus dans le cadre des ventes militaires à l'étranger, comme les mitrailleuses à usage général, figurent également sur la liste et un contrat de missiles sera également examiné. Le contrat de plusieurs milliards de dollars avec la Russie concernant l'hélicoptère Kamov-226 a également été mis sur la liste. Les hélicoptères embarqués Kamov-31 ainsi que les missiles antinavires de classe Klub sont également sur la liste. Un certain nombre de projets classifiés sont également sur la liste et feront l'objet de discussions. L'initiative a été prise après que le premier ministre Modi ait tenu une réunion d'évaluation avec les responsables du ministère de la défense, y compris le chef d'état-major de la défense de l'époque, le général Bipin Rawat, au cours de laquelle il a été estimé que des mesures fortes devraient être prises pour s'assurer que le pays se dirige résolument vers l'Aatmanirbhar Bharat dans le secteur de la défense. Le Premier ministre a personnellement examiné les progrès de l'initiative "Fabriquer en Inde" dans le secteur de la défense et a demandé de temps à autre aux responsables des deux services et du ministère de la défense de veiller à ce que davantage de mesures soient prises pour promouvoir cette initiative dans le secteur de la défense. https://www.defencexp.com/govt-cancels-chopper-missile-import-deals-under-make-in-india-push/ [Selon vous y’aurait moyen de développer le successeur de l’ATL2 avec eux?]
  9. Elle a pris cher, la gueuse.
  10. Je l’avais mis dans « Marine Indienne », fraise; psychorigide depuis 1970.
  11. @Bechar06 Mais s’ils font ces essais, c’est que le problème est résolvable, non?
  12. La marine Philippine 1ère cliente export du Brahmos (version terre-antinavire):
  13. Je suppose que si les dimensisions du Rafale étaient rédhibitoires ni la MN ni l’IN ne perdraient du temps à ces essais à l’INS Hansa?
  14. Dossier “Spatial Militaire Français-CDE” Air&Cosmos déc.21, fiché. [Message: 3/3] citations: «Yannick Genty-Boudry», «Gal. Friedling*» (CCDE), «Gal. Mille**» (CEMAAE), «Ph. Duhamel***» (DG Thalès Systèmes de Missions de Défense), [fraise]. 3/ Organisation du Commandement De l’Espace [le “coeur souverain”, et Centre Opérationnel de la SSD] 2025 Un Centre de Commandement pleinement opérationnel au sein duquel CMOS & COSMOS sont intégrés en une future “Brigade de l’espace” et opèrent les capteurs et effecteurs sous souveraineté nationale. Le CMOS (Centre Militaire d’Observation par Satellites) A «pour vocation de fédérer les capacités de reconnaissance spatiale [souveraines autant que collaboratives] et de fournir aux diff. entités du MinArm (…) la production associée (…) jusqu’à l’échelon tactique, voire l’effecteur de base». 2021 fut une année faste avec la mise en orbite de: 2 sat. CSO (Composante Spatiale Optique) en remplacement des sat. Helios2 et Pléiades, (un 3è est/était prévu). Fait partie du programme MUSIS. 3 sat. CERES (CapacitE de Renseignement Electromagnétique Spatial). ROEM. Couverture: mondiale. «La guerre électronique est un domaine critique pour la défense de notre pays***». Les avancées technologiques obtenues grâce à CERES «vont bénéficier à nos autres grands programmes de ROEM et de guerre électronique comme FDI, Archange, et SPECTRA pour répondre aux futures évolutions du Rafale (…) ainsi qu’à Céleste, successeur de CERES***». Le COSMOS (Centre Opérationnel de Surveillance Militaire des Objets Spatiaux). En charge de la “Space Situation Awareness”. «La surveillance des débris spatiaux, des entrées atmosphériques à risque, la détermination des zones d’impact, la trajectographie (Space Surveillance and Tracking), (…) et finalement le renseignement d’intérêt spatial». Capteurs: Le radar de veille GRAVES (Grand Réseau Adapté à la VEille Spatiale, han!) Capable de détecter les satellites en orbite basse au-dessus de la France métropolitaine. Les radars de trajectographie SATAM Le Bâtiment d’Essais et de Mesures Monge (trajectographie) Les télescopes TAROT, opérés par le CNES NB: l’intégration d’une “entité Cyber” au sein du CDE est évoquée, à l’instar du “Space Delta 6” au sein des US Space Forces, ou du SKKP Russe ou des FSS Chinoises… «Le CDE comprend en outre un Laboratoire d’Innovation SpAciale: LISA». 2024 Mise en orbite du démonstrateur YODA (Yeux en Orbite pour un Démonstrateur Agile). Géostationnaire, manoeuvrable. Démonstrateur pour un futur satellite patrouilleur-escorteur, plus lourd, “brique” de la Défense active (c.2030, programme ARES). Horizon 2030 Programme ARES (Action et Résilience dans l’ESpace). Selon la “feuille de route Maîtrise de l’espace”: «Décliner de nouvelles architectures et de nouvelles capacités (…) C’est le C4OS qui constituera la colonne vertébrale de cette architecture». Par ailleurs, GRAVES-NG, SATAM-NG, et successeur opérationnel de YODA (ARES) sont planifiés. «Un GRAVES-NG pourrait être installé dans notre ZEE». [On se souvient 1) que l’incident Loutch-Olymp a eu lieu au dessus de l’Océan Indien, 2) on sait l’importance accordée à la zone dans la stratégie Fr.] La stratégie de “Défense active” (c.2030, éléments) [La doctrine exclut les moyens ASAT cinétiques] Donc emploi d’effecteurs a-cinétiques tels: «les attaques cyber, le brouillage électromagnétique, les systèmes à énergie dirigée, laser, éblouissement…» Ce, «dans le respect de la résol. 2222 (…) et le cadre de l’art.51 de la charte ONU, cad le “droit à l’autodéfense” au travers de moyens souverains, qui sont en cours de définition*». [Dernière partie:] 4/ La Création d’expertises «Nous recrutons de jeunes diplômés sur expertise, qui une fois chez nous réalisent une formation initiale pour leur permettre de s’acculturer à notre domaine et de comprendre l’environnement spatial. Ils y suivent des cours dispensés par des experts issus ppalement du ministère et du CNES. Mais nous recrutons également des personnels issus des forces, qui après ce cursus initial (…) Peuvent également bénéficier d’une formation à la carte adaptée à nos besoins*» [Profils recherchés]: «IA, cyber, armes à énergie dirigée, mécanique spatiale, architecure distribuée, course technologique», «data-managers et data-scientists*». «Nous sommes très attractifs Et les talents viennent à nous que ce soit en activité pleineou sous contrat de réserviste opérationnel. A nous de les garder….*». [Remarques]: Dans ce dossier A&C “Spatial Français - CDE”, figurent également deux encadrés: «La Russie déploie son missile ASAT-AD PL-19 Nudol» et un témoignage: «Capitaine David, Officier Astronome» au COSMOS. FIN —- J’apprends beaucoup à lire YBG, qui suscite de nombreuses recherches perso. Pour aller plus loin: SyracuseIV-C ; base spatiale de l’Otan en Allemagne ; ARTEMIS (ARchitecture de Traitement et d’Exploitation Massive de l’Information multi-Source) ; Céleste, successeur de CERES; ARES ; FSS (Chine); SKKP (Russie); Inde…
  15. En novembre 2021, l’Institut norvégien de recherche marine [INR] publia un communiqué pour annoncer que le réseau sous-marin de surveillance « Lofoten-Vesterålen » [LoVe], composé de plusieurs « noeuds » de capteurs reliés par des câbles électriques et à fibres optiques était hors-service et qu’une enquête venait d’être confiée au PST [Politiets Sikkerhetstjeneste – contre-espionnage norvégien] en raison d’une présomption de sabotage. En effet, il fut constaté la disparition d’une partie de l’un des cables du circuit extérieur de ce réseau océanographique, dont les données collectées sont aussi utilisées par l’Institut de recherche de la Défense norvégienne [FFI – Forsvarets Forsknings Institutt] pour détecter les éventuels passage de sous-marins en mer de Norvège… http://www.opex360.com/2022/01/10/un-cable-sous-marin-de-communication-norvegien-a-ete-endommage/
  16. Dossier “Spatial Militaire Français-CDE” Air&Cosmos déc.21, fiché. [Message: 2/3] citations: «Yannick Genty-Boudry», «Gal. Friedling*» (CCDE), «Gal. Mille**» (CEMAAE), «Ph. Duhamel***» (DG Thalès Systèmes de Missions de Défense), [fraise]. 2/ La [double] stratégie capacitaire [Une stratégie collaborative, doublée d’une stratégie basée sur nos souveraines capacités (horizon 2030). NB: cette stratégie de souveraineté sera traitée dans 3/Organisation (message à suivre)]. La Stratégie collaborative Le partenariat CDE-CNES «le CNES est notre premier et incontournable partenaire. Il nous accueille, forme nos personnels, nous transfère des savoir-faire, nous accompagne dans les programmes et l’innovation. Mais nous avons vocation à être d’ici 10 ans davantage autonomes, tout en exploitant toutes les synergies possibles*» La collaboration est structurée selon la dichotomie «risque (par nature non intentionnel)/menace (par nature intentionnelle)*». [Exemple de risque: les débris spatiaux]. Du ressort du CNES: «l’évaluation et la réduction du risque auquel sont exposées les plateformes orbitales Fr.*». Du ressort du CDE [gestion de la menace]: «Conduire les opérations spatiales militaires, en particulier de défense active, en maîtrisant l’orientation des capteurs et la mobilisation (…) sur les objets et les situations d’intérêt défense de manière réactive (ce qui se traduira par une capacité à “rafraîchir” au moins toutes les heures), et résiliente (notamment au travers d’un certain niveau de redondance et de durcissement des installations et activités)*». [Un programme “Européen”]: Le programme MUSIS (MUltinational Space-based Imaging System (for surveillance, reconnaissance and observation)), lancé en 2016. «Vise, d’une part, à coordonner les programmes de la nouvelle génération des sats de reco-image des diff partenaires européens [en particulier les sats cosmo-skymed/&ng italiens, et les SARlupe/&ng allemands. Mais Belgique, Espagne, Grèce sont aussi dans la boucle] dans le but d’accroître le niveau de résolution, le temps de revisite, mais aussi le nombre d’images collectées (…) Mais surtout, MUSIS permettra aux partenaires UE de disposer d’un segment sol commun pour optimiser leurs échanges». [c’est moi ou bien il y a comme une ambition d’un proto UE-CommandControlCommunicationCyber des Opérations du Space, à Toulouse?] «Concernant l’UE, la France participe à l’émergence et à la consolidation d’une véritable Europe spatiale afin qu’elle contribue davantage à la défense et à la sécurité de l’Europe.**» [Des collaborations hors UE]: «Les coopérations ont été élargies pour répondre à l’une des exigences de la Stratégie Spatiale de Défense, et concernent les capacités et les opérations spatiales, avec des échanges de données et de savoir-faire**». L’initiative CSpO (Combined Space Operations) Un «forum multilatéral de coordination, de réflexion et d’échange (…)**» [qui regroupe depuis 2020, les “5-Eyes” & la France & l’Allemagne]. «Notre action dans ce nouvel espace de conflictualité ne saurait être isolée et nous devons concevoir des réponses coordonnées, voire conjointes, avec l’ensemble de nos alliés et partenaires. La France partage avec les Etats-Unis, allié incontournable dans le cadre des opérations spatiales militaires, la même analyse des évolutions de l’environnement spatial est de ses menaces qui s’acentuent, voire s’exacerbent**». «L’OTAN constitue un autre cadre de coopération, comme l’illustre la montée en puissance du futur Centre d’excellence spatial à Toulouse, qui travaillera au profit de l’OTAN et de ses partenaires**». Enfin, «l’expertise Française dans le domaine spatial permettra (…) de tisser des relations avec d’autres partenaires (dont l’Inde et le Japon)**». [Mais aussi des “partenaires privés”]: «Le CDE externalise une partie de ses capteurs auprès de fournisseurs privés pour concentrer ses ressources non pas sur des logiques patrimoniales mais bien sur la donnée». Les Radars WeTrack (Safran Data Systems). [3 radars; localisation des sats. par leur signature radiofréquentielle]. Les Télescopes GEOtracker (ArianeGroup). [Réseau mondial (>30 stations en 2025), couverture 360°]. (À suivre (et fin): 3/Organisation du CDE, capteurs/effecteurs souverains, Défense active et 4/Création d’expertises)
  17. aller j’anticipe un peu sur la suite de la fiche afin de te répondre. YODA pour “Yeux en Orbite pour un Démonstrateur Agile” (). Un petit (léger) sat. démonstrateur, manœuvrable, “patrouilleur” en orbite géostationnaire. Le programme aboutira, c.2030, à un sat. plus gros, chargé de la protection [edit: rapprochée] de nos satellites géostationnaires, dans le cadre du programme ARES (Action et Résilience dans l’ESpace).
×
×
  • Create New...