Picdelamirand-oil

Members
  • Content Count

    7,187
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    143

Everything posted by Picdelamirand-oil

  1. Je ne suis pas sûr que tu ais raison, mais admettons, dans ce genre de situation, Dassault, il fait des démonstrateurs pour dé-risquer le développement... et il ne se précipite pas pour produire l'avion en série avant d'avoir fini les tests.
  2. Fin 2017 jusqu'à mi 2020 ça fait 2 ans et demi de retard estimé dont 7 mois restant, le coef du temps F-35 est de 4 ce qui amène à 28 mois restant soit fin 2021 ou début 2022. Ensuite il faudra utiliser le JSE pour finir les tests.
  3. Ongoing Legal Dispute Caused 2.5-Year F-35 System Delay Traduit avec www.DeepL.com/Translator Un différend juridique en cours a causé un retard de 2,5 ans dans le système F-35. 13 nov. 2019Steve Trimble, Lee Hudson et Michael Bruno | Aerospace Daily & Defense Report Selon le lieutenant-général Eric Fick, chef de la direction du programme F-35, un différend juridique entre le gouvernement américain et Lockheed Martin au sujet des droits de propriété intellectuelle est à l'origine d'un retard de deux ans et demi dans l'activation d'un système clé F-35 nécessaire pour effectuer les premiers essais opérationnels et prendre une décision de production à plein débit. Les champs d'essai en plein air de l'armée n'ont pas la capacité de tester pleinement les capacités avancées du F-35, de sorte que le bureau du directeur des essais et de l'évaluation opérationnels (DOT&E) compte sur l'activation de l'environnement de simulation interarmées (JSE). Le JSE crée un monde synthétique qui permet aux testeurs opérationnels d'évaluer la performance du F-35 dans des scénarios au niveau du théâtre, avec de multiples avions volant contre l'arsenal complet de chasseurs, de missiles et de capacités de guerre électronique d'un adversaire. Le JSE devait être activé à la fin de 2017, mais il est actuellement prévu d'atteindre ce jalon en juillet 2020, a déclaré Robert Behler, le chef du DOT&E, aux législateurs le 13 novembre lors d'une audience sur la préparation des F-35. Le DOT&E a effectué 91 % des missions en plein air au cours de la phase initiale d'essai et d'évaluation opérationnels (IOT&E) requise pour qualifier le F-35 en vue d'une décision de production à plein régime, mais les testeurs doivent toujours utiliser le JSE pour effectuer tous les essais. Fick a reconnu il y a deux semaines qu'un différend en matière de propriété intellectuelle avait retardé l'activation du JSE, mais il a ajouté plus de détails sur ce différend dans son témoignage devant le sous-comité des services armés de la Chambre sur l'état de préparation. Le JSE exige que Lockheed fournisse le logiciel pour activer une fonction appelée "F-35 In a Box", dit Fick. Il s'agit d'un module logiciel qui permet au JSE de reproduire virtuellement chacun des sous-systèmes de capteurs du F-35, ainsi que la fonction de fusion des capteurs intégrée au programme de vol opérationnel. Le gouvernement ajouterait alors des modules logiciels pour reproduire diverses menaces, y compris les aéronefs, les armes et les capteurs de divers adversaires. Mais un différend a surgi parce que Lockheed a fait valoir une revendication de propriété intellectuelle sur neuf algorithmes spécifiques qui étaient inclus dans le progiciel F-35 In a Box, dit M. Fick. Le gouvernement a réagi en faisant appel à la Defense Contracts Audit Agency (DCAA) pour examiner les dossiers de Lockheed, dit M. Fick. Les vérificateurs de la DCAA ont déterminé qu'ils n'ont pas pu trouver dans les dossiers de Lockheed la preuve que les neuf algorithmes avaient été développés uniquement aux frais de Lockheed, dit M. Fick. Comme Lockheed n'a pas réussi à prouver son affirmation, la DCAA a déterminé que les neuf algorithmes appartenaient au gouvernement. M. Lockheed a interjeté appel de la décision de la DCAA auprès de l'Armed Services Board of Contract Appeals, qui est toujours en cours d'examen, dit M. Fick. Le différend au sujet de la JSE alimente une source de tension plus grande entre le gouvernement et les entrepreneurs au sujet des droits de propriété intellectuelle. Ellen Lord, secrétaire adjointe à la Défense pour l'acquisition et le maintien en puissance, a déclaré lors de la même audience que son bureau est sur le point d'approuver une nouvelle politique ministérielle sur la préservation des droits du gouvernement à la propriété intellectuelle dans les contrats d'acquisition. La politique s'inspirera d'une approche maintenant adoptée par l'armée américaine qui exige que les gestionnaires de programme établissent les droits de propriété intellectuelle du gouvernement sur des systèmes spécifiques dès le départ, plutôt que de traiter la question comme une réflexion après coup, dit-elle. Mais la nouvelle politique fait toujours l'objet de doutes de la part des groupes de pression de l'industrie, dont l'Association des industries aérospatiales. John Luddy, vice-président de l'AIA chargé de la politique de sécurité nationale, a déclaré que l'élaboration de la politique de propriété intellectuelle est " probablement la question la plus importante " entre son groupe de lobbying commercial et les dirigeants de la défense actuellement. L'industrie n'est pas encore derrière la politique émergente du Pentagone, a-t-il indiqué lors de la conférence Comdef 2019 en octobre, parce qu'elle ne trouve pas le bon " équilibre " dans l'esprit de l'industrie pour lui permettre de récolter des profits tout en laissant au gouvernement le soin de passer un contrat pour maintenir les systèmes d'armes à un prix plus abordable. "Nous pensons qu'il se dirige vers le bon équilibre, mais je l'encourage simplement à continuer. Nous collaborons beaucoup avec le ministère à ce sujet ", a déclaré M. Luddy. "Nous devons trouver cet équilibre."
  4. Il vient de te dire que ce n'est qu'un pis-aller.
  5. Les Indiens eux disent que c'est pas fini, les clowns peuvent encore se lâcher.
  6. https://www.livefistdefence.com/2018/09/indian-air-force-launches-10-point-defence-of-rafale-deal.html L'article est ancien mais assez intéressant.
  7. Celle là est pas mal aussi: Et comme j'estime que le F-35 ne sera pleinement opérationnel qu'en 2031.....
  8. C'est surtout parce qu'ils estiment avoir besoin de toute la production.
  9. Au Canada ils ont une dent contre Boeing, Alors ils ont peut-être peaufiné leur coup. Même si ils sont les seuls à avoir des doutes, cela va décourager certain passager.
  10. Des révélations troublantes sur le Boeing 737 MAX 8 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1382157/boeing-737-max-experts-questions-enquete-verin-systeme-anomalie-aeronautique [....] [....]
  11. Eh bien ça marche mais le prix du Kw est 5 fois trop élevé . Mais ça m'a donné une idée Je préconise régulièrement d'utiliser l'électricité pour produire des carburants synthétiques: c'est une activité que l'on peut interrompre et qui permet donc de gérer les pointes de consommation, et quand il y a trop d'électricité, au lieu de réduire la production on peut produire du carburant qui est difficilement remplaçable pour la mobilité. Pour que tout cela soit vertueux il faut produire de l'hydrogène par électrolyse et extraire le gaz carbonique de l'air. Il faut ensuite hydrogéner le carbone (ou carbonner l'hydrogène ) afin d'avoir un truc plus pratique du point de vue logistique que l'hydrogène. Mais le gaz carbonique est en concentration très faible dans l'air ce qui fait que quelque soit le procédé d'extraction du gaz carbonique il faut déplacer de grande quantité d'air pour obtenir quelque chose de significatif. Les procédés auxquels on pense utilisent de grand ventilateurs qui consomment beaucoup d'électricité. Si à la place on utilisait une tour du genre de celle qui est décrite on pourrait utiliser directement le déplacement de l'air sans passer par de la génération électrique ni par des ventilateurs. La suppression de ces deux étapes rendrait peut être le procédé rentable.
  12. Le citoyen paye chaque mois le coût des énergies renouvelables, c'est pour cela que l'électricité est deux fois moins chère en France qu'en Allemagne. Le coût du démantèlement a été provisionné par EDF contrairement à ce que les écolos disent, certain pensent que c'est insuffisant mais c'est la première fois qu'on prend en compte le cycle complet pour calculer un coût. De plus les mêmes qui disent que le démantèlement va coûter plus cher que ce qui est provisionné ne veulent absolument pas entendre parler du prolongement des centrales nucléaires à 60 voir 80 ans (comme aux US) alors que ça favorise l'augmentation de la cagnotte pour le démantèlement sans augmenter le prélèvement via le tarif de l'électricité.
  13. Picdelamirand-oil

    [Rafale]

    Surtout que les engagements dont on parle 1 Vs 1 ; 2Vs 2 ; 1 Vs 4 etc... sont en général en début d'exercice pour permettre aux pilotes de prendre leur marque et se familiariser avec le terrain et n'ont rien à voir avec la suite de l'exercice où il faut suivre un scénario avec des rôles bien définis.
  14. Ah notre @Clairon après la tétrapilotomie entonne le septicisme.
  15. Le problème c'est qu'il y a une impossibilité physique, à moins d'accepter des coupures non planifiées de l'électricité: tu peux arriver à absorber de l'ordre de 15% d'électricité renouvelable sans faire de trop lourds investissements, ensuite il faut investir dans des dispositifs de stockage capable de démarrer à la demande, dans des lignes à haute tension supplémentaires qui traverse le pays, dans des usines de production électriques, en général thermiques, car il faut aussi pouvoir démarrer rapidement. Les allemands sont à 38% d'énergie renouvelable mais avec l'argent qu'ils ont investis on aurait pu renouveler entièrement le parc de centrales nucléaire Français. Et bien qu'ils soient à 38% d'énergie renouvelable les émissions de CO2 de leur production d'électricité n'a pas baissé! Donc c'est particulièrement inefficace et cela le devient de plus en plus au fur et à mesure que le pourcentage d'électricité renouvelable augmente et il est impossible d'atteindre 100% car le terre n'aurait pas de quoi nous permettre de construire un nombre suffisant de batteries. Quant au problème de l'horizon que le nucléaire adresse, je comprend que ce serait un problème de volume peut être un peu insuffisant d'énergie de ce type que l'on pourrait exploiter? Dans ce cas il faut savoir que les ressources disponibles dépendent du prix que l'on est prêt à payer (c'est d'ailleurs valables pour les autres ressources, dont le pétrole). Au prix courant, avec le technologie courante, les ressources en énergie du minerais d'uranium sont comparables à celles que peux fournir le pétrole restant. Mais si on met en oeuvre la surgénération les ressources énergétiques sont multipliées par 100 pour le même minerais, mais cela implique aussi qu'on peut exploiter des minerais à teneur plus faibles ce qui augmente encore les ressources. De plus le Thorium est aussi utilisable en surgénération et peut fournir 3 fois plus d'énergie. L'uranium et le thorium à faible concentration permettent de multiplier par 500 000 l'énergie nucléaire utilisable en comparaison de ce qui est exploité dans les centrales courantes. http://transition.wifeo.com/energie-nucleaire-disponible.php Donc il n'y a pas de vrais problèmes, la surgénération permet d'attendre la fusion, même si il faut attendre 100 ans.
  16. C'est pas possible qu'on ait des ministres si con.
  17. D'autres domaines où certains remarquent l'arrogance française: Traduit avec www.DeepL.com/Translator https://www.farandwide.com/s/european-countries-ranked-ccef2494f3994077?utm_campaign=rankingeurope-4623b310b6954553&utm_source=tab&utm_medium=cpc&utm_term=sciencealert On ne peut pas mettre en lien la 15 eme place directement ce qui est un peu pénible pour trouver l'original en Anglais
  18. C'est ce que tu crois mais en fait ils parlaient de ceux qui l'avaient acheté.
  19. Alors je t'explique mon raisonnement: En 2001 quand le programme a été lancé, tout ce qui est promis pour le Block 4 (4.1, 4.2, 4.3... etc) devait être disponible en 2008 soit 7 ans après! Presque tout de suite c'est passé à 2012 et c'est resté un certain temps à cette date puis ça a dérivé et Bodgan est arrivé qui a mis en oeuvre un autre principe qui a été que les dates restaient fixes et qu'on repoussait à plus tard ce qu'on arrivait pas à faire pour ces dates là. Tout ça c'est de la manipulation pour cacher à quel point le programme dérive. Moi je considère la date estimée par le JPO où j'estime que le zozio sera conforme à ce qui était promis (donc pour l'instant le block 4 prévu par le JPO en 2024) et je regarde de combien d'années cette date là s'est rapprochée comparée au lancement du programme. Application numérique au lancement on a 2008 - 2001= 7 Ans Aujourd'hui on a 2024 -2019 = 5 Ans Comme je ne suis pas vache je vais considérer que la date de fin à prendre en compte est 2012 ce qui donne 11 ans au début du programme Maintenant je dis qu'il a fallu 18 ans pour que le programme avance de 6 ans estimé par le JPO et donc il faudra 15 ans pour faire les derniers 5 ans qu'ils estiment ce qui nous met à 2034. Bon quand j'ai fait ce calcul la première fois le résultat était 2031, ce qui montre que la situation ne s'est pas améliorée.
  20. Quand j'étais membre de l'ISG 32 à l'OTAN, les anglo saxons n'étaient pas très coopératifs pour faciliter la compréhension de leurs exposés, il faut savoir que les traductions simultanée et tout le tralala sont pour les réunions d'assez haut niveau avec des militaires, mais dans un ISG (Industrial support group) les industriels doivent se démerder. Donc voyant leur peu de coopération, j'ai fait mon exposé en Français en arguant que c'était une langue officielle de l'OTAN et qu'ils avaient qu' à se démerder comme moi même j'avais du le faire! La solution que j'avais exposé en Français est celle qui a été retenue par le groupe, mais ça a mis deux ans. Trappier a travaillé lui aussi pour l'ISG 32 et il y a une vidéo où il l'évoque à propos de l'interopérabilité qui est différente de la similitude des équipements.