Picdelamirand-oil

Members
  • Content Count

    9,062
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    183

Everything posted by Picdelamirand-oil

  1. Les atouts des Rafale Marine pour l'opération Chammal Le Dassault Rafale Marine déploiera la GBU-16 de 500kg à l'occasion de ce cinquième mandat de l'opération Chammal. CINQUIEME MANDAT Dans un mois et demi, le groupe aérien embarqué du porte-avions Charles-de-Gaulle sera à nouveau mobilisé au profit de l’opération Chammal, offrant une capacité appréciable, avec une vingtaine d'avions de combat Dassault Rafale Marine (quatre fois plus que d’habitude sur la base H5 avec l’Armée de l’Air et de l’Espace, (AAE) et E-2C Hawkeye. Ces Rafale Marine assurent le cinquième mandat sur place depuis 2014 : quatre ont été menés depuis le Charles de Gaulle et le cinquième à terre, durant l’arrêt technique majeur du porte-avions. Bombe GBU Cette fois, les chasseurs embarqués vont déployer une série d’atouts nouveaux. Ce sera le cas dans le domaine munitionnaire, ils pourront emporter la bombe GBU-16 de 500 kg offrant ainsi un spectre plus large qu’avant, à base de 250 kg (GBU-12, AASM) ou 1000 kg (GBU-24). Cette avancée est symptomatique du travail permanent de la chasse embarquée pour trouver les munitions les plus adaptées aux réalités opérationnelles. Rappelons que ses SEM avaient, en leur temps, déployé la GBU-49 sur le théâtre afghan avant qu’elle n’apparaisse sur Mirage 2000D. De même, les ATL-2 disposent des GBU-12, GBU-51, GBU-58. Ciblage pour le missile MBDA Meteor Les Rafale Marine vont aussi pour la première fois déployer la nacelle de ciblage Talios le missile air-air à longue portée Meteor. L’AAE, qui vient de déployer ses premiers Rafale F3R en Jordanie, doit aussi, a priori avant la Marine, mettre en service le Talios sur ce théâtre irako-syrien. Le Meteor de MBDA est, évidemment, dans le contexte troublé de la Méditerranée orientale, un game changer que les pays alliés pourront voir de près, notamment les Grecs, futurs clients du Rafale.
  2. Ils font l'unanimité contre eux partout! Ils n'ont pas de savoir vivre.
  3. Comment les militaires espèrent se rendre invisibles grâce aux métamatériaux Les métamatériaux, ces matériaux artificiels conçus au niveau atomique, figurent parmi les technologies de rupture mises en avant à l’occasion duFforum de l’innovation de Défense qui se tient du 2 au 4 décembre. Les militaires misent sur de nouveaux revêtements pour améliorer la furtivité des avions de combats, des sous-marins et des missiles. Une fois n’est pas coutume, l’armée lève le voile sur les technologies de ruptures qui, selon elle, vont bouleverser le champ de bataille du futur. Son agence de l’innovation de Défense (AID), qui tient du 2 au 4 décembre son forum dédié à l’innovation, donne la parole aux chercheurs, aux industriels et aux militaires. Tous insistent sur la nécessité d’identifier ces ruptures avant l’adversaire. "Le danger, c’est un décrochage technologique qui nous mettrait en position d’infériorité par rapport à nos adversaires (…) et qui pourrait entraîner un déclassement", avertit Emmanuel Chiva, directeur de l’agence. Une cape d'invisibilité Parmi ces ruptures technologiques, les métamatériaux sont extrêmement prometteurs, principalement dans le domaine de la furtivité. Ils permettraient de rendre les avions de combats et les navires plus discrets vis à vis des radars et sonars adverses. "Ils génèrent de nouvelles propriétés physiques lors de leur interaction avec une onde électromagnétique ou acoustique que les matériaux naturels ne permettent pas. Pour obtenir ces effets, ces métamatériaux doivent être constitués d’atomes artificiels ou méta-atomes intégrés dans une matrice. Ils permettront de piéger les ondes électromagnétiques ou encore d’absorber plus efficacement le son", indiquent les experts militaires. De manière audacieuse, ces derniers n’hésitent plus à évoquer le principe de cape d’invisibilité pour masquer une protubérance sur une surface ! Des coques de sous-marins qui absorbent les ondes acoustiques Pour passer de l’idée à la réalisation, le ministère des Armées et son agence mènent des recherches pour explorer concrètement les applications de ces métamatériaux. Marc Sirven, responsable du pôle technique capteurs, guidage, navigation pour la DGA (Direction générale de l’armement) a évoqué le projet de recherche Panama porté par l’université I2M de Bordeaux. Ce projet vise à équiper les sous-marins d’un nouveau revêtement à base de tuiles constituées de ces métamatériaux capables d’absorber les ondes acoustiques. "Ces tuiles seraient beaucoup plus légères que les tuiles classiques et fonctionneraient sur une bande de fréquences plus large. Elles seraient donc plus efficaces face à plus de sonars. Elles garderaient leurs performances même quand le sous-marin descend dans les profondeurs où les matériaux sont comprimés", détaille l’expert militaire. Le missilier MBDA mène également des travaux pour exploiter cette rupture technologique afin que ses missiles échappent aux défenses ennemies. "Pour rendre les missiles furtifs, les matériaux sont l’approche principale. Il s’agit d’éviter que des parties du missile n’émettent trop de radiations qui pourraient être détectées ", explique Denis Gardin, directeur de l’innovation et des technologies futures pour MBDA. La difficulté pour l’industriel reste à adapter ces méta-matériaux aux environnements de très hautes températures et de pression dans lesquels évoluent les missiles.
  4. Les réactions sont très différentes à Hanoi et à Saigon (Les habitant d'Ho Chin Ming ville veulent qu'on dise Saigon). De toute façon il ne voit dans tout occidental qu'une opportunité de faire de l'argent.
  5. Les avions qu'on produit maintenant ont été lancé il y a 3 ans: on ne peux pas changer le rythme on peut seulement le changer pour dans 3 ans.
  6. Je pense qu'en cas de guerre on ne chercherait pas à produire plus, on n'aurait pas le temps et pas les "long lead items". Au contraire je stopperais la production et réquisitionnerais les pièces de la chaîne et les hommes de façon à pouvoir utiliser les Rafale déjà produit à 500% de leur taux normal voir plus si on croit les déclarations de Dassault aux Finlandais (350 h par mois !!!!) et ce de façon prolongé puisque les pièces et les hommes ne manqueraient pas. En plus en temps de guerre tout le monde trouvera normal que les hommes travaillent 15 h par jour.
  7. Non ce n'est pas si difficile que ça pour les sous traitants: les quantités "militaires" n'ont rien à voir avec les quantités du civil : 1à 3 par mois pour le militaire et jusqu'à 60 par mois pour le civil! Donc chez la plupart des sous traitant la production se fait par lot. On règle les machines pour la production militaire, on produit la production annuelle en 1 mois et on réutilise les mêmes machines le reste du temps pour de la production civile. Avec la baisse de la production civile, une augmentation de la production militaire sera la bienvenue.
  8. J'édite le post parce que j'ai fait une erreur La production mensuelle actuelle est de 1.5 par mois, 1 pour l'Inde et 0.5 pour le Qatar. Si on compte ce que peut produire Dassault à partir de Janvier 2021 on a donc 1.5 par mois jusqu'à Juin 2022 puis 1 par mois jusqu'à Janvier 2024 (jusque là c'est les conséquences du passé auquel on ne peut rien). Ensuite on peut décider de produire 3 par mois, c'est à dire 33 par an. La production accessible est donc de 75 Rafale jusqu'à janvier 2025 et 108 jusquà fin 2025. L'estimation de nos engagements serait: - 9 pour le Qatar (estimation du reste à livrer). - 18 pour l'Inde (estimation). - 18 pour la Grèce (remplacement des occasions plus 6 neuf). - 12 pour la Croatie (remplacement des occasions vendu). Soit 57 Rafale Il y a donc de la place pour 18 Rafale pour l'AAE avant Janvier 2025 mais rien pour l'Indonésie qui devra attendre 2025 (et ça nous arrange parce que notre objectif est de boucher le trou de production entre 2025 et 2027). En 2025 on pourrait produire 6 Rafale pour la France et 11 Rafale pour L'Indonésie et il resterait donc 25 Rafale à produire au taux de 1.5 par mois à Partir de 2026. Ce taux de 1.5 à partir de 2025 nous permet d'accepter d'autres clients.
  9. Est-ce que l'Indonésie ne pourrait pas être le 4ème finalement? La Grèce n'est pas encore signée!
  10. Quand les américains propose du F-16 ils promettent que dans un deuxième temps on pourra avoir du F-35. En gros c'est interdit d'avoir du F-35 si tu n'as pas d'abord la dernière version du F-16.
  11. F-35: One Update Could Make This Stealth Fighter Even More Powerful Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) F-35 : Une mise à jour pourrait rendre ce chasseur furtif encore plus puissant La mise à niveau du bloc IV permettra d'élargir les options d'armes disponibles et d'améliorer les capacités de mise en réseau du chasseur furtif. par Kris Osborn L'armée de l'air américaine veut accélérer sa transition vers l'utilisation de ses avions de chasse furtifs F-35 dans le cadre d'un vaste réseau d'information en temps de guerre. Le service espère que chaque avion servira à la fois de plate-forme d'attaque et de centre de transmission de données et de renseignements. Le F-35 est bien connu pour ses technologies de collecte, d'organisation et de partage des données, et l'effort massif de l'armée de l'air pour le commandement et le contrôle interarmées tous domaines (JADC2) met encore plus l'accent sur les systèmes de transmission d'informations des chasseurs furtifs. Le directeur du bureau d'intégration des F-35 de l'armée de l'air, le général de brigade David Abba, déclare que les démonstrations technologiques et les nouvelles innovations du JADC2 incitent les services militaires à "redéfinir les priorités" des mises à niveau logicielles des F-35. La priorité d'Abba, qui a été mentionnée dans un essai du magazine Air Force Magazine, concerne le prochain abandon du logiciel Block 4 avec le F-35 qui apportera plus d'armes et de capacité de réseau à l'avion. Depuis de nombreuses années, les développeurs de F-35 renforcent la capacité des F-35 par des "drops" ou des incréments logiciels destinés à étendre les systèmes de surveillance, d'attaque et de calcul de l'avion au fur et à mesure de l'émergence de nouvelles technologies. Compte tenu de cette importance accrue, il serait logique que les mises à niveau logicielles du Bloc 4 comprennent des améliorations substantielles de la mise en réseau, comme celles rendues possibles par la bombe de petit diamètre (SDB) II, une nouvelle arme apportant une portée sans précédent, une flexibilité de ciblage, des technologies de détection et des "liaisons de données". La SDB II, en développement depuis de nombreuses années, peut suivre et détruire des cibles à des distances allant jusqu'à 40 miles et elle intègre une liaison de données bidirectionnelle entre l'arme et l'avion de lancement pour permettre une capacité technique à changer de trajectoire et à s'adapter aux changements de cible. En outre, la SDB II fait progresser massivement la technologie de détection avec un chercheur trimode capable d'utiliser la technologie des ondes millimétriques par tous les temps, le ciblage laser semi-actif et le guidage infrarouge, une innovation qui favorise également le type de partage de données recherché dans le cadre du JADC2. Le bloc 4 permet également d'utiliser les munitions d'attaque directe conjointe à guidage laser GBU-54, conçues pour suivre un point laser afin d'ajuster et de tuer des cibles en mouvement. Les F-35 sont déjà équipés des bombes à guidage laser Paveway IV, GBU-12 et GBU-49 et de l'AIM-9X. Ces armes seront améliorées grâce à de nouvelles technologies capables d'accélérer le temps entre la détection d'un ennemi et son attaque. Les précédentes mises à jour du Bloc 2B, basées sur les armes simulées améliorées, les capacités de liaison de données et l'intégration précoce de capteurs fusionnés du précédent largage logiciel du Bloc 2A. Le bloc 2B permet au JSF de fournir un soutien de base en vol rapproché et de tirer un AMRAAM (missile air-air à moyenne portée avancé), un JDAM ou une GBU-12 (bombe aérienne guidée par laser). Le bloc 3F augmente également la capacité de livraison d'armes du JSF, lui donnant la possibilité de larguer une bombe de petit diamètre, une JDAM (Joint Direct Attack Munition) de 500 livres et un missile air-air de courte portée AIM-9X. Certains des composants de la mise à jour logicielle en cours comprennent un système de mémoire avancé (AMS) conçu pour améliorer le stockage des données et générer des images à plus haute résolution afin d'aider les pilotes à obtenir des informations de navigation et de ciblage. Toutes ces mises à jour de logiciels de détection, de guidage et de mise en réseau sont également accélérées par les principaux développeurs d'armes de l'armée de l'air, qui souhaitent des mises à jour logicielles plus rapides et plus fréquentes pour le F-35, par rapport aux "mises à jour" logicielles séparées par des années. Selon William Roper, responsable des acquisitions de l'armée de l'air, les logiciels devront être mis à jour de manière constante et continue à court terme lorsque de nouvelles capacités se concrétiseront, un concept qui s'appuie sur le modèle initial de modernisation des F-35 consistant à répartir les "abandons" de logiciels spécifiques et le fait progresser. Roper a été très clair sur ce point pendant des années, en disant à un moment donné qu'une modernisation logicielle réussie peut en fait être ce qui détermine qui "gagnera la prochaine guerre".
  12. Est-ce que la maitresse de l'Amérique est sado-mazo?
  13. Je suis allé récemment dans l'Himalaya et à 4500 M tu as l'impression d'être dans le massif central à 1000 m sauf que tu vois des chaîne enneigées un peu plus loin si tu regardes dans la bonne direction. C'est sans doute parce qu'il fait beaucoup plus chaud que chez nous que même à ces altitudes c'est encore des montagnes à vaches (sacrées ). En plein hiver en Inde tu as la même température qu'en été chez nous...
  14. Je pense que la taille des escadrons est variable selon les pays, mais que la grande disponibilité des Rafale permet d'avoir une taille minimum de 12. C'est d'ailleurs la taille des escadrons embarqués sur le CDG. Quand il y a une négociation pour une vente de Rafale, les pays sont déçu par le prix de l'achat, non pas parce que l'avion est cher, mais parce qu'il faut acheter plein d'autre chose pour que les avions soient fonctionnels et là on doit proposer de réduire la taille des escadrons pour que ça passe dans le budget. Pour l'Indonésie 48 ça devait être 3 escadrons de 16 avions, et après négociation c'est devenu 3 escadrons de 12 avions. En Inde les escadrons sont de 18 parce qu'ils ne nous ont pas cru. Mais quand même leurs escadrons de SU-30 MKI sont de 21.
  15. 80 tu exagères, j'avais dit 31, je rajoute au grand maximum 40 et de façon très temporaire. Il y en a déjà 24 de taxés...L'AAE risque de monter la démonstration inverse pour dire que ça suffit. Par exemple en arguant des immobilisations nécessaires pour ajouter des renforts pour passer à 9000 h de vie opérationnelle.
  16. 1an après la signature d'un nouveau batch de 36 Rafale. Pour l'instant Dassault met en place l'eco systeme des sous traitants nécessaires et comme le militaire ne suffit pas c'est au titre des Falcon.
  17. Un composant est militarisé quand il est conforme à des normes qui garantissent qu'il supportera les conditions que l'on rencontre en opération pendant une guerre. Cela veut dire une très large gamme de température, de vibrations, de chocs et de conditions d'environnement NBC, Météo, électromagnétique et autre. Par exemple nos hélicoptères ont des filtres à sable quand ils vont dans le sahel.
  18. Indonesia Seeks Rafale Jets, Submarines, Warships in Defence Cooperation Deal with France Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) L'Indonésie recherche des Rafale, des sous-marins et des navires de guerre dans le cadre de la coopération en matière de défense avec la France Notre Bureau 09:24, 20 janvier 2020 14167 L'Indonésie recherche des Rafale, des sous-marins et des navires de guerre dans le cadre de la coopération en matière de défense avec la France L'Indonésie a fait avancer les discussions avec la France pour l'acquisition d'avions Rafale, de sous-marins Scorpène et de corvettes Gowind, qui figureraient dans un éventuel accord de coopération en matière de défense entre les deux pays, qui devrait être signé dans le courant de l'année. Jakarta est intéressé par l'acquisition de 48 avions Rafale, jusqu'à 4 sous-marins Scorpène armés du missile Exocet SM39 et de deux corvettes Gowind de 2 500 tonnes, a déclaré la publication française La Tribune, citant des sources bien informées. La valeur des achats potentiels est estimée entre 25 et 28 milliards de dollars. Le besoin immédiat de se précipiter à Paris avec une liste d'achats d'avions de chasse Rafale, de sous-marins Scorpène et de corvettes Gowind est d'atteindre une supériorité technologique et qualitative sur la Chine qui fait des efforts dans la mer de Chine méridionale. Déjà plusieurs incidents de face-à-face entre les garde-côtes indonésiens et des navires de la marine chinoise ont été signalés ces derniers mois autour des îles Natuna, dans la mer de Chine méridionale. Les navires de la marine chinoise sont considérés comme escortant des bateaux de pêche accusés de pêcher dans la zone économique exclusive de l'Indonésie. L'Indonésie recherche des Rafale Jets, des sous-marins et des navires de guerre pour coopérer avec la France en matière de défense Une source industrielle indonésienne a déclaré à Defenseworld.net que le matériel militaire indonésien actuel, comme les jets Su-30 russes et les navires de guerre sud-coréens, est "inadéquat pour constituer une dissuasion efficace" contre la puissance militaire chinoise. Le ministre indonésien de la défense, Prabowo Subianto, a tenu une réunion bilatérale avec son homologue française, Florence Parly, lundi dernier, en plus de discussions avec des entreprises françaises de défense telles que Dassault Aviation, Thales, Naval Group et Nexter. Prabowo a exprimé l'espoir que l'industrie française de la défense puisse aider l'Indonésie à améliorer sa capacité de défense grâce à des transferts de technologie. "En tant que pays doté d'une industrie de défense avancée, la France peut être un partenaire stratégique dans les efforts de l'Indonésie pour moderniser son système d'armement de défense et accélérer le développement de notre industrie de défense nationale. Cela soutiendra les efforts visant à faire de l'industrie de la défense nationale un élément de la "chaîne de production mondiale". Dans ce contexte, notre ministre de la défense a accordé une attention particulière au développement de l'industrie de la défense lors de la discussion sur la coopération en matière de défense", a déclaré un communiqué de presse de l'ambassade d'Indonésie à Paris. L'Indonésie recherche des Rafale, des sous-marins et des navires de guerre dans le cadre de la coopération en matière de défense avec la France Si l'accord de coopération en matière de défense est conclu, l'Indonésie lancera rapidement les achats, estimés à 25 milliards de dollars, dans le cadre d'un accord intergouvernemental entre la France et l'Indonésie. La France a déjà proposé de vendre les sous-marins Scorpène, soit sur étagère, soit dans le cadre d'un transfert de technologie (TdT) avec le groupe indonésien PT PAL. Un groupe de travail a déjà été mis en place entre le groupe naval et la marine indonésienne pour étudier ces propositions. L'achat du Rafale affecterait sérieusement les projets en cours d'achat des jets russes Su-35 et un autre projet d'achat de jets Lockheed Martin F-16.
  19. Oui, et? On est pas des voisins, on n'a pas pris d'engagements, il n'y a pas de raisons pour qu'on se mette dans un situation problématique.
  20. Déjà si ils ne s'entendent plus avec les Coréens on peut aussi leur vendre des sous marins. Ensuite la vente d'arme à l'Australie, l'Inde et l'Indonésie est une contribution suffisante à la sécurité contre la Chine, pour un pays comme la France. Le Japon et la Corée du sud c'est chasse gardée US. On sous traite l'envoi à Merkel.
  21. At 32:25 Le chef de la marine indique que l'affaire du MRCBF est terminée. Le nouveau développement indigène appelé TEDBF remplacera les Mig-29k à partir des années 2030. Adm KB Singh : La marine indienne et HAL/HQBLR travaillent ensemble sur le TEDBF (Two Engine Deck Based Fighter), et le TEDBF indigène est probablement l'avenir de l'aviation navale indienne.
  22. Oui mais il y a un temps de latence de 3 ans, et si l'Indonésie dit on vous prend 48 Rafale mais à condition que les livraisons commencent dans 2 ans...qu'est-ce qu'on fait? Eh bien on prend les Rafale de l'AAE.
  23. Si les Indonésiens sont exigeants sur les délais, l'armée de l'air et de l'espace n'aura pas ses 129 Rafale en 2025.