Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

judi

Members
  • Posts

    1,827
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by judi

  1. Heu, j'ai juste une question parce que je ne l'ai pas vu dans le fil ou dans les articles. Ils vont financer, entretenir et armer tout ça comment ? Je pose sérieusement la question parce que je n'ai rien vu. Je pose la question parce qu'on parle d'un pays qui a 14 milliards de dollars de budget de défense et qui, même s'il l'augmente de moitié (par rapport à 2021), le fait passer à 21 milliards. Comment ils vont financer un millier de chars (faut pas oublier les 250 Abrams pas encore livrés), 650 obusiers automoteurs, le remplacement de l'intégralité des BMP-1 en service (et y'en a un paquet), etc ? Je ne parle même pas du fait que derrière il faudra entretenir tout ce matériel, au risque de se retrouver dans un état similaire à l'armée ukrainienne de 2014, à avoir des masses de matériels non entretenus (et l'image renvoyée serait alors catastrophiques). Au-delà de l'entrainement, il y a aussi la formation des unités associées. S'ils veulent augmenter le nombre d'unités d'active, un moment va falloir passer par la conscription. Ou alors un renforcement de la défense territoriale avec des chars, VCI et autres canons automoteurs de manière similaire à l'US National Guard (ce qui aurait un sens). Cela dit, le choix polonais de s'orienter vers la Corée du Sud est intéressant d'un point de vue plus général. Les USA ne fournissent plus tellement de matériels terrestres possibles pour leurs alliés, à l'exception des Abrams qui coûtent une blinde à opérer à cause de leurs besoins logistiques démentiels. L'Europe est plutôt en ordre dispersé et les entreprises fabriquant des chars ou des automoteurs se content sur un seul doigt (les polonais faisant leur propre VCI). Les sud-coréens ont construit une industrie d'abord pour leurs propres besoins. Qui sont approximativement les mêmes que ceux des pays de l'Europe durant la Guerre Froide : défendre à la frontière et repousser un ennemi symétrique dans le cadre d'un conflit d'une violence et d'une ampleur non vue depuis 1945. Hors, c'est bien ce que craignent ces pays en Europe de l'Est. Et comme les matériels allemands sont lourds (genre 10 tonnes de plus au moins pour le Leo 2A7 face au K2, plus ou moins pareil pour le PzH 2000 face au K9) et donc plus chers à opérer tout en étant plus chers à l'achat, le choix est rapidement fait. Perso, c'est surtout ça que je retiens.
  2. judi

    L'artillerie de demain

    Correction : de diminuer l'empreinte logistique car nous n'avons plus les moyens logistiques de soutenir un tel volume de feu et de limiter les dommages collatéraux accessoirement. Un pélot de 155mm reste un pélot de 155mm, précision de la mort qui tue ou pas et en conflit symétrique, les dommages collatéraux importent essentiellement en ville, pas en campagne, donc il faudrait voir l'utilisation voulue de ces munitions.
  3. C'est pas un bruit qui courrait depuis des années ? En plus la vidéo en coréen date genre de 2016. Et ça ne sort que maintenant en France,... Sans compter que faire un chargeur automatique en nuque de tourelle, y'a pas cinquante possibilités à mon avis, surtout si on veut faire un char qui n'ait pas une tourelle démesurée à cause d'un barillet ou d'un système comme celui des russes (ce qui serait une aberration dans les deux cas). Un peu de chronologie maintenant : Deuxième moitié des années 90 : début des travaux en Corée sur un nouveau char. Il me semble avoir lu (je ne sais plus où) qu'il y avait eu des discussions à peu près à ce moment entre GIAT et la Corée pour un export du système de chargement automatique. 2003 : Lancement de la conception officielle du K2. Jusqu'en 2007, ils vont créer cinq prototypes. 2005 : création de Youtube 2007 : arrivée de Youtube au Japon (les VPN ça ne devait pas courir les rues à l'époque) 2008 : Youtube dépasse seulement Dailymotion en France (oui, il fut un temps où on était plus sur Dailymotion que Youtube). C'est aussi l'année où le développement du K2 est considéré comme complété et déclaré prêt au service. Cela dit, la mise en prod sera retardée à cause de problèmes de motorisation. 2014 : Début de la production de série du K2 Et des vidéos du chargeur automatique du Leclerc, s'il doit y en avoir ou y en avoir eu, elles ne montrent probablement pas les moindres détails, soudures et les process de fabrication non plus. Donc à mon avis, ils ont pu en regarder (ce serait même logique). Mais l'idée ne leur vient certainement pas de là. Elle doit plutôt provenir des années 90 où il y a eu (si mes souvenirs de lecture sont bons) des contacts avec le GIAT. Et potentiellement de l'espionnage industriel, de l'accès à des brevets ou que sais-je (mais là, c'est franchir un pas que de l'affirmer). Mais comme je l'ai dis, quand bien même, il n'y a pas cinquante solutions possibles sur le système de chargement automatique à utiliser en nuque de tourelle et les sud-coréens ne sont pas moins intelligents. Je ne parle même pas du fait qu'in fine, ça a un avantage. Avec l'arrivée des K2 sur les appels d'offres (ou marchés) européens, ça fait un vrai concurrent au Leopard 2A7.
  4. Pour ne pas s'aligner sur Washington, qu'aurait-il fallu faire selon toi ? Promouvoir la paix en négociant ? Cela tombe bien, c'est ce que E. Macron et O. Scholz notamment ont tenté. V. Poutine a refusé. C'est d'ailleurs ce qui leur a été vivement reproché aux US mais aussi en Ukraine à partir de l'invasion. C'est difficile d'avoir un discours de paix quand l'autre agresse. Sans compter que bon, le fameux "la plupart des médias" relayaient quand même un certain nombre de discours disant que l'invasion n'aurait jamais lieu, etc. C'était même l'avis de la plupart des experts (avec guillemets ou non). Pour ce qui est des livraisons d'arme, je renvoie au message @olivier lsb juste au-dessus. Mais concrètement et ta réponse m'intéresse, tu aurais aimé qu'ils fassent quoi de plus ? Je ne vois qu'une possibilité : offrir l'Ukraine sur un plateau d'argent à la Russie. Puis faire de même avec la Moldavie parce que pourquoi pas. La Russie aurait alors ensuite sortir quinze milliards d'arguments pour récupérer les Pays Baltes, presque tous identiques à ceux pour l'Ukraine (maltraitance des minorités russes, intérêts stratégiques, menace de l'OTAN sur Saint-Petersbourg, histoire russe, etc.). Parce que oui, je pense que ce que beaucoup voient dans certains pays c'est que les mêmes arguments peuvent être utilisés pour les Pays Baltes. Et là, qu'aurions-nous fait face à une Russie qui serait le grenier d'une large partie du monde (grâce à l'absorption de l'Ukraine), etc. ?
  5. Bah faut prévenir littéralement tous les pays non américains qui n'ont pas de HEMTT qu'il faut en acheter d'urgence pour ravitailler les M270 et M142 et que sinon, ils sont inutilisables au combat. Y'a pas que les USA qui les utilisent dans la vie non plus. Certes, ce sont les principaux utilisateurs (en même temps, c'est normal, non ?). Mais ce ne sont pas les seuls, loin de là. Autant tout jeter à la poubelle à ce moment-là. Faut absolument leur dispenser cette information qu'ils sont visiblement trop cons pour comprendre et connaître. Ensuite, si tu préfères passer une demi-heure (ou plus) immobile (et donc d'autant plus vulnérable) à recharger une par une des roquettes qu'il faut charger à bras d'hommes avec la fatigue que cela inclut, libre à toi. Parce que bon, oui les camions logistiques concernés pour les HIMARS/MLRS ne sont pas déchargeables à bras d'homme. Mais va le faire quand t'es souvent au combat, en situation de stress, voire que tu risques de te prendre une frappe aérienne ou d'artillerie à tout moment, etc. C'est clairement pas l'idéal à mon avis. Mais qui suis-je pour le dire ? (et d'ailleurs, je présume que tu es un utilisateur averti au combat des systèmes russes qui pointent encore à l'optique ainsi que des MLRS/HIMARS pour en parler avec autant de certitude, ce qui vaut aussi pour les autres)
  6. C'est vraiment particulier comme réflexion. La définition même de guerre gelée c'est que chacun s'arrête sur ses positions. Donc que l'Ukraine perde du terrain. Mais pour que l'Ukraine regagne son terrain (la Russie ne le laissera pas partir pour les beaux yeux d'Olaf Scholz), il lui faut (pas seulement, certes) des armes. Qu'il se refuse à fournir. C'est le serpent qui se mort la queue.
  7. Je ne retrouve plus l'endroit où j'ai lu l'info, mais ce serait parce que des subordonnés des deux personnes concernées seraient accusés de trahison et de transmettre des infos aux Russes. Evidemment, à prendre les très grosses pincettes de rigueur. On n'aura pas le fin mot de l'histoire avant plusieurs années (si on l'a un jour).
  8. @Picdelamirand-oil voilà l'article complet In fine, pas grand chose sur l'armée de l'air des EAU. C'est plus pour rappeler les différents politiques.
  9. Comme le dit @Ciders, ce genre d'interview ne sert à rien et n'annonce jamais rien de concret pour les armées. C'est juste un exercice traditionnel réalisé par les présidents de la République depuis une paire d'années maintenant. Donc ça ne sert à rien de traiter les journalistes de "journaleux" et "journaleuses" et de s'énerver comme ça pour trois fois rien. Et d'ailleurs, c'est quoi le rapport avec le fait que ce soient des femmes ? Elles seraient moins capables que des hommes selon toi ? Je me pose la question vu que tu le mentionnes.
  10. Je pense qu'il y a une erreur d'interprétation quelque part. J'ai vu passer le chiffre d'1M de personnels sous les drapeaux (et donc sur l'ensemble du territoire). Pas juste dans le sud. Faut pas déconner, c'est pas l'Armée Rouge de 1944-1945 non plus
  11. Pas tant que ça. La consommation théorique journalière prévue en France vers 2016-2017 est de 100 obus par jour et par canon de 155mm ou mortier de 120mm. Cela représente à peine 200 pièces d'artillerie s'ils ont les mêmes standard. Même avec des consommations effectives moins élevées, si c'est pour l'ensemble du front, c'est pas si élevé que ça non plus. Cela resterait, on peut dire, dans la norme de ce qui est prévu par l'Armée de Terre française.
  12. Et c'est pas parce que l'embargo sera levé que les armes seront nécessairement vendues (encore plus à court terme).
  13. Pour compléter @Rob1, c'est vraiment bourré de clichés à toutes les lignes et ça mélange tout et n'importe quoi au passage. Pour la SEAD, il y a d'autres moyens que le misse anti-radar qui ne trouve plus sa cible si le radar s'éteint et bouge (oui, ça a l'air con, mais le principe est qu'il est guidé par les ondes du radar sur une partie du trajet). Sans compter que le jour où on devra affronter seul la Russie ou la Chine n'est pas pour demain. La défense antiaérienne de théâtre est gérée par l'Armée de l'Air. C'est tout aussi vrai en Allemagne et dans un certain nombre d'autres pays. Y'a pas que le S-300/S-400 un moment dans la vie. Et ça ne fait pas des miracles. Il y a certes un manque de batteries SAMP/T de manière globale, mais c'est une autre question et qui n'est pas liée à des commandants d'armées. C'est avant tout une question de budget et de politique (tu ne vas pas acheter 150 lanceurs si tu ne vois pas quand et comment les utiliser, surtout si tu peux acheter des Rafale à côté). L'absence de défense terminale pendant la Guerre Froide est une autre question. Déjà, la Guerre Froide est terminée depuis 31/33 ans (selon si on prend la chute du mur ou la dissolution de l'URSS). Donc ça ne sert à rien de vivre dans le passé. Et ce n'est pas "plus récemment". Genre les CEMA des années 80 sont décédés depuis ou à la retraite depuis très longtemps. Ensuite, maintenant, on a les ASTER-30, ASTER-15 et des moyens de guerre électronique très réputés. Quant aux missiles supersoniques antinavires. Suffirait juste de se renseigner vu qu'il y a un programme en cours avec les Britanniques. Mais ça doit être plus simple d'aller rager sur un forum (où on ne manque pourtant pas d'informations sur ledit programme). Ensuite, l'Exocet est déjà assez bon (les Britanniques peuvent, justement en témoigner malgré eux). Les armes hypersoniques, il y a déjà, de mémoire des projets. Et personne n'a réellement démonté la capacité à réellement les utiliser au combat. C'est pas deux ou trois missiles russes sur des dépôts peu protégés en Ukraine (dont tirant sans guère d'opposition) qui sont des cibles fixes qui vont changer quoi que ce soit. La réelle problématique est celle du guidage et ça, même les Russes ou les Américains ne l'ont pas encore pleinement résolue. Les systèmes hardkill, pas grand monde n'en met systématiquement. Pourquoi ? Cela coûte cher, cela met en danger l'infanterie au niveau du char et si Israël l'utilise tant, c'est parce qu'ils s'engagent en permanence dans des combats de contre-insurrection dans Gaza ou contre le Hezbollah. Ils sont pas prévus pour taper les chars Syriens ou Jordaniens mais pour les villages/villes du Liban et de Gaza (à l'origine du moins, même si ça peut être mis un peu partout).
  14. Cela doit faire facile 10 ans qu'ils sont stockés. Faudra juste penser à faire un check-up complet pour pas qu'ils tombent en panne dès qu'ils arrivent là-bas. Mais après, si les ukrainiens reçoivent les roquettes qui permettent de les utiliser (ils doivent pas être au bon standard, à mon avis), ça doit pouvoir se faire.
  15. Un article en anglais est sur ce site (gratuit en plus) et cite le Financial Review (aucune idée de sa crédibilité par contre (et l'article est payant dessus), ce qui n'aide pas : https://www.australiandefence.com.au/news/land-400-phase-3-cut-to-300-vehicles A noter plus particulièrement que le budget prévu en 2015 a déjà doublé. Sans compter que le programme a déjà sept ans et qu'ils ne sont pas proches d'avoir le premier véhicule opérationnel en unité. La facture finale va être salée.
  16. J'avais lu que c'était des sorties. Ce qui n'est pas la même chose, une sortie ne menant pas nécessairement à des frappes (en particulier si ce sont des sorties de supériorité aérienne). Je pense qu'on aura des publications de RETEX de l'utilisation de la force aérienne par les deux belligérants peut-être dans les mois mais sinon plutôt dans les années à venir.
  17. A noter qu'ils ont déjà des PzH 2000 qui sont au sein de leur brigade "d'infanterie mécanisée". Cela ne m'étonnerait pas que ce soit pour la brigade d'infanterie motorisée qui disposerait (si Wiki est juste) de... M101 (oui oui, le canon datant de la WWII).
  18. Le principal élément qu'il oublie de mentionner dans le texte et qui est pourtant capital, c'est la météo et l'environnement. La Russie a attaqué au nord où il y a peu de routes et beaucoup de forêt en plus d'avoir le Dniepr au milieu (ce qui n'arrange rien) au début de la Raspoutitsa. Cela a forcé les colonnes, quelque soit son type de véhicules, à rester sur les routes et donc à être vulnérable à un harcèlement continu. Il faut aussi que l'ennemi puisse pénétrer en profondeur dans le dispositif et donc accepter une perte territoriale. L'Ukraine est plus grande que la France. Pas sûr que dans les Pays Baltes ces derniers acceptent une pénétration de plus d'une centaine de kilomètres au-delà de la frontière. Et les lignes d'approvisionnement pour y parvenir sont relativement peu nombreuses. C'était d'ailleurs, pour rappel, tout le dilemme de l'OTAN pendant la Guerre Froide : stopper l'ennemi sur le Mur de Fer et la frontière intérieure allemande ou le laisser pénétrer pour ensuite mieux le frapper. Et l'Allemagne avait insisté sur la défense de l'avant pour minimiser au possible les pertes territoriales. Les Pays Baltes sont, à bien des égards, plus proches de cette situation que de celle de l'Ukraine, même si une entrée de la Suède et de la Finlande rebatterait totalement les cartes en Baltique dans une certaine mesure. Ensuite, il faut nuancer son propos (et je ne doute pas qu'il y ait pensé). Cela marche en général un premier temps jusqu'à ce que l'ennemi décide d'y aller plus lentement mais plus sûrement. Un tel combat nécessite également des chaines logistiques permanentes, très bien approvisionnées et qui permettent d'aller jusqu'au contact. Si elles sont rompues, cela finit par ne plus marcher. Hors, justement, la Russie n'a pas réussi à frapper réellement et durablement les chaines d'approvisionnement ukrainiennes, à l'intérieur même du territoire ukrainien faute d'une maîtrise aérienne suffisante. Enfin, il y a la question de la réorganisation des forces dans ce sens. Heu, ... ça me parait une très mauvaise idée. Pour des forces locales, il peut y avoir un intérêt pour des forces de réserves. C'est d'ailleurs notamment en ce sens que travaillent certains des Pays Baltes. Mais pour nous ? C'est le genre de tactique ou de stratégie qui fonctionne si tu es chez toi. Mais pas si t'es à des milliers de kilomètres (près de 1500 à vol d'oiseau jusqu'à Riga, je compte pas le trajet réel où tu es plus près des 2000). C'est quand même à ne pas oublier et négliger.
  19. Non. C'est la consommation théorique journalière prévue en France en cas de conflit de ce type. Le front fait plusieurs centaines de kilomètres. Non, personne ne tiendra le front avec 60 Caesar, quelque soit le mode d'organisation de ces derniers (d'ailleurs, parler d'escadrons pour de l'artillerie , je plaisante juste, c'est juste que ça m'a fait rire). Cela reste un canon qui tire à une quarantaine de kilomètres, pas une arme miracle qui va changer le cours de la guerre. Aucune arme ne le peut à elle seule. 60 Caesar, ça représente l'équivalent de dix batteries de tir. C'est rien, une goutte d'eau. A un moment, il faut un grand nombre de canons et le nombre de munitions qui va avec, point à la ligne. On parlerait de 200 Caesar, ce serait autre chose. Mais 12, 48 ou 60, ce n'est pas ça qui va permettre grand-chose. Certes, c'est toujours bon à prendre. Mais bon, ça en laisserait 17 pour la France. On aurait à peine de quoi faire de l'entrainement (et encore) et toute intervention extérieure serait interdite. A un moment, il faut raison garder.
  20. Yep, c'est justement ce dont je parle. Ce qui manque, c'est tout ce qui n'est pas visible hormis ceux qui sont en interne ou qui ne suivent pas de très près le sujet. Mais ça n'a rien à voir avec l'ordre de bataille de l'Armée de Terre pour le coup (même si avoir un régiment d'infanterie ou de cavalerie en moins mais des stocks adaptés ne me gênerait pas du tout).
  21. Oui. Mais l'Egypte était soutenue par l'URSS. Qui avait des capacités de production autrement supérieures. Là, on n'a vu que très peu de blindés et armements réellement modernes. Les T-14 ne sont toujours pas en service, idem pour tous les autres blindés présentés en grande pompe ces dernières années. Et on est loin des 2000 exemplaires qu'ils étaient censés avoir en 2020,... Oui, ils apprendront de leurs erreurs. Mais est-ce qu'ils auront la capacité d'ici à quelques années de lancer une offensive de grande ampleur sur les Pays Baltes ? C'est une toute autre question. Les chars ne se remplacent plus comme des petits pains. L'Egypte que tu mentionnes, avait largement modernisé son armée dans tous les aspects avec le soutien de l'URSS. Là, qui soutiendrait la Russie qui doit déjà stopper des productions de voitures faute de composants occidentaux ? S'ils doivent relancer des industries complètes pour certains composants, cela va prendre du temps. Beaucoup de temps. Donc oui, le modèle d'armée actuel est cohérent. Certes, il y a toujours des limites qu'il faut régler (LRU, DSA, drones, etc.) et améliorer la réactivité (parce que bon, on a déployé en quelques jours en Roumanie un GTIA, pas une brigade complète) et il y a du travail à faire pour tout le monde à ce niveau. Mais on reste dans le cadre d'une coalition (on n'interviendra jamais seuls dans les Pays Baltes) et envoyer, avec un délai suffisant une à deux brigades (dont une lourde) est déjà très bien.
  22. Comme mentionné plus haut, les régiments Roland n'étaient que deux (le 54e RA et le 57e RA). Cela dit, dans les faits, avant même 2008, ils étaient passés concrètement sur du Mistral. Donc le problème de l'accompagnement des brigades pour la défense sol-air se posait déjà. L'ultime programme de modernisation a été abandonné en 2005 (avant les coupes de la RGPP) et déjà les deux régiments passaient sur Mistral et avec presque exclusivement des PAMELA en plus. Il me semble que ça avait déjà râlé à l'époque sur le même sujet que celui actuel (impossibilité ou grosses difficultés pour protéger des unités en mouvement). Concernant le nombre de divisions, on pouvait, sur le papier, aligner jusqu'à quatre divisions à deux brigades interarmes (je compte pas la BFA et la 4e BAM) et avec tous les appuis nécessaires : on avait largement ce qu'il fallait dans le matériel, la logistique, au niveau médical, au niveau du génie, de l'artillerie sol-air, des lance-roquettes multiples (48 en ligne à l'époque pour rappel), etc. C'était un modèle complet particulièrement cohérent et très adaptable. Sans dire que c'était mieux avant, c'est limite le mieux que peut faire la France avec une armée pro (cela dit, on ne pouvait certainement pas aller plus haut niveau effectifs). Cela dit, le modèle actuel, avec l'invasion russe de l'Ukraine suffit très amplement et reste très cohérent si on a une vision et cynique. En effet, ce n'est pas demain qu'on ira défendre les Pays Baltes vu l'état dans lequel ressortira probablement l'armée russe d'Ukraine. Et c'est quelque chose qui va très largement servir d'excuses à beaucoup de politiques un peu partout en Europe pour éviter d'investir dans le strict minimum comme les drones légers, la défense sol-air et surtout les stocks de munitions de pièces détachées et de munitions. Moyennant quelques adaptations (amélioration de la défense sol-air contre les drones et les avions, matériels modernisés, etc.), le modèle sera même très cohérent pour faire face à toutes les versions du contrat opérationnel actuel, ce qui n'est pas à négliger. On pourra aussi bien intervenir en Afrique que dans les Pays Baltes, à condition d'améliorer notre MCO et d'entrainer tout le monde. Le reste est après du non-visible sur le papier comme le moral, l'entrainement, la maintenance, les stocks en tout genre, etc.
  23. Déjà, nous n'avons jamais eu les 406 Leclerc livrés en ligne au même moment. Au mieux du mieux nous en avons eu 320 (les quatre RC80 des années 2000) et ça date d'il y a plus de dix ans maintenant qu'on est descendu à 240. A mon avis, de réellement réutilisables à moindre frais (dans le sens où ça ne coûterait pas les deux bras et un rein à remettre en service), il y aurait le reste de la série 2 (on atteint 178 exemplaires construits pour la S2 et 96 pour la SXXI, pour donc un total de 274 chars). En gros, on aurait de quoi ressortir un régiment, mais pas plus. Ensuite, on va directement taper la Série 1. Et là, j'ai une grosse crainte sur le coût financier que représente la simple sortie des stocks et la modernisation ou juste la remise en état. Parce que si on galère déjà à entretenir notre parc de 200, remettre en marche ce même nombre de chars, j'ai comme un gros doute. Et ça, bien sûr, c'est sans parler des hommes et femmes qui vont permettre de former ces nouveaux régiments. Il faut les loger, les payer, les fournir en équipements et véhicules complémentaires, peut-être créer de nouvelles brigades alors même qu'on manque déjà cruellement d'appuis en tout genre. Sortir 200 chars, ça ne se fait pas juste pour faire du nombre. Si déjà on les remettait dans un état qui permettrait de les sortir rapidement de la réserve pour pouvoir gérer l'attrition en cas de conflit de très haute intensité où ils seraient employés, ce serait déjà très bien.
  24. Effectivement. A noter toutefois que les Alliés sur le Front de l'Ouest n'ont pas affronté que des Pz5. Mais essentiellement des Pz4. Et il n'y avait pas que le combat de face dans l'histoire. Encore faut-il que les distances de combat le permettent. Tu n'as pas toujours la possibilité de reconnaître des cibles, désigner lesdites cibles et tirer avec succès à 5 kilomètres. Tout au milieu des tirs d'artillerie ennemie, de l'infanterie ennemie, etc.
  25. Juste une question. Ces personnels spécialisés sont récupérés où ? Parce que faire de l'antiaérien et du tir mortier, surtout au 120mm n'est clairement pas un sport de masse. Cela a existé, sous le nom de batterie de renseignement de brigade entre 2009 et 2015-2016 (réellement). Elle contenait une section drones, une section de guerre électronique, une section RASIT et une section de recueil de l'information. La France en est revenu pour toutes sortes de raisons. Notamment (de mémoire) que l'entraînement était complexe car les sections n'étaient plus rattachées à un régiment spécialisé. Le résultat a été le retour des sections de guerre électronique au sein du 54e régiment de transmissions et celles de recueil de l'information au sein du 2e régiment de hussards. On n'a gardé que les sections RASIT et de drones pour former les batteries d'acquisition et surveillance. A laquelle s'est ajoutée une section légère d'appuis spécialisés.
×
×
  • Create New...