Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Janmary

Members
  • Posts

    1,051
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Everything posted by Janmary

  1. Puisque nous sommes dans le domaine des porte-avions, ci dessous le Porte-avions 'Iceberg Stratégique". File que j'ai posté sur un forum d'Histoire militaire. Pour connaitre les projets un peu fou ! Le Projet Habakkuk ou l’Iceberg Stratégique C’est une idée stupéfiante : installer une ile flottante porte avion en glace au centre de l’Atlantique. Elle témoigne de l’ingénuité qui peut régner chez les stratèges en temps de guerre. https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_Habakkuk « Soit totalement ébahi, dit le prophète Habbakuk, parce que je vais faire quelque chose que tu ne croiras jamais, même si on te le dit » En 1942, les U-Boote de la Kriegmarine opérant en meute étaient devenus le souci principal de la Grande-Bretagne - du fait les submersibles de l'Amiral Donitz - étaient en mesure de mettre à genoux l'Angleterre en bloquant toutes ses importations vitales - risquant même de l'obliger à capituler face à l'Allemagne Nazi. Ce fut donc dans cette état d'esprit, que Winston Churchill reçu en Décembre 1942, Lord Mountbatten et Geoffrey Pyke qui venait lui présenter un projet pour le moins audacieux, à savoir .un porte-avions en glace ! Geoffrey Pyke était considéré comme un excentrique, peu ou prou « dérangé » par certain, mais il était considéré par d’autres comme un génie. Âgé de 48 ans, était un homme à « idées » et avait l’oreille de Whitehall et avait été présenté à l’Amiral Mountbatten, chargé des opérations spéciales. Affecté au War Office, avec une imagination un peu débordante et souvent décalée, il s’attaqua au projet. Geoffrey Pyke présenta donc en 232 pages son projet institué Habbakuk du nom du prophète de l’Ancien Testament. Sir Winston Churchill avait déjà exprimé l’idée de créer un aéroport sur un iceberg dérivant ou tracté dans les mers au même titre que plus tard, il donna l’ordre d’emmener un port pour le débarquement de Normandie. Le bâtiment, ou plus exactement un iceberg moulé et conçu de toute pièces, devait faire pas moins de 610 m de long, 100 m de large, le tirant d'eau estimé était de 46 m et son déplacement devait dépasser les 1 800 000 tonnes !! A titre de comparaison, les Porte-avions de la Marine des USA, déplacent aujourd’hui 100 000 tonnes, soit dix-huit fois moins que ce projet et à titre de comparaison, les porte-avions fabriqués en série, la classe Essex avait un tonnage maximum de 27.000 tonnes Washington, soit 44 000 tonnes en déplacement maximum. Ce projet dénommé Habakkuk. L'homme avait déjà présenté plusieurs projets à l'utilité ou l'efficacité douteuse, un side-car transport de civière, fournir aux commandos des véhicules transportant des latrines pour officiers afin d'infiltrer les zones occupées par les allemands et collecter des renseignements. Ce fut donc cet homme qui présenta à Churchill ce projet de porte-avions qui devait être construit avec pas moins de deux-cents quatre-vingts mille blocs de glace. Contre toute attente, Churchill qui était homme de raison, accepta ce projet fou, sans doute influencé par l'aval que portait Lord Mountbatten aux idées un tantinet farfelues de Pike. La société Montreal Engineering Company Ltd. fut alors charger de concevoir l'Habakkuk en 1943 au Canada. Le concept initial prévoyait de découper des blocs de glace sur la banquise, et de les remorquer près des cotes canadiennes pour les assembler, il fallut se rendre rapidement à l'évidence que ce projet n'était pas réalisable. Comme Pyke n'était pas homme à court d'idée, il développa un matériau "révolutionnaire", le pykrete (par analogie avec son nom et de béton ou concrète en Anglais), qui était composé d'un mélange de glace et de pâte à papier, 86% d'eau et 14% de pâte à papier, avec une grande résistance mécanique de 211 kg/cm carré. Bien que le concept ne soit pas de lui, Pyke s'en attribua l'invention et avec sa modestie lui donna son nom en préfixe. Le Habakkuk était considéré comme insubmersible grâce à ce nouveau procédé de fabrication. L’Amiral Mountbatten avait d'ailleurs fait une démonstration de la résistance du pykrete, pour le moins audacieuse, puisque l'Amiral Ernest King manqua de peu d'y laisser la vie. Lors d'une réunion avec Churchill et Roosevelt à Québec, l’Amiral Mountbatten amena avec lui un bloc de glace et un bloc de pykrete (mélange de glace et de sciure de bois). Afin de prouver la solidité de ce matériau, il tira une balle de pistolet dans chaque bloc, si le bloc de glace éclata sans autre conséquence, la balle tirée sur le bloc de pykrete ricocha et frôla la jambe de l'Amiral. Cette démonstration assez risquée permit cependant de valider le projet. La petite histoire raconte que lorsque Pike aurait présenté son pikreke à Mountbatten, ce dernier aurait été si emballé par le concept, qu'il aurait accouru chez Churchill, qui se trouvait alors en train de prendre un bain. Mountbatten aurait alors déposé le bloc de pikreke dans la baignoire du Premier Lord, soulevant ainsi l’enthousiasme de ce dernier... Mais en raison du budget et de la masse humaine nécessaire à la construction, 70 millions de $ et plus de huit-mille ouvriers, Churchill jugea plus prudent de commencer par la réalisation d'une maquette. L'Habakkuk, outre ses mensurations hors normes, devait embarquer quarante canons de 40 mm une DCA toute aussi pléthorique et sa piste d'atterrissage pouvait accueillir pas moins de cent-cinquante appareils de chasse et de bombardement. Un système de réfrigération devait également empêcher la glace de fondre et pour mouvoir ce "monstre" de glace, Pike avait prévu vingt-six moteurs électriques (13 de chaque coté), tous placés le long de la "coque" du bâtiment. Les essais d'assemblage du pykrete débutèrent sur le lac Louise dans l'état d'Alberta et furent suivi de la construction d'un prototype de dix-huit mètres de long par neuf de large sur le lac Patricia situé non loin de là dans le même état du Canada. Le prototype pesait neuf-cent-dix tonnes et au fur et à mesure de l'avancée du programme, de nombreux doutes sur les capacités d'un tel concept s'accumulèrent. Le programme de l'Habakkuk fut finalement abandonné en Janvier 1944, avec la mise en service d'avions de patrouille maritime capable de couvrir tous les secteurs de l'Atlantique Nord en décollant soit des USA, du Canada ou d'Angleterre. Le projet conçu sur le lac Patricia mit trois ans pour fondre complètement, mettant ainsi un terme définitif au projet fou de Pyke. Le projet ne fut pas sans soulever de vives critiques, comme celles de Sir Charles Goodeve, qui signifia qu'outre les besoins démesurés en hommes, dollars et autres glaces, l'immobilisation de plusieurs centaines de tonnes de pâte à papier aurait mis en péril de nombreux programmes nécessaires à l'effort de guerre, sans parler des énergies nécessaires pour faire fonctionner ce bâtiment qui n'aurait pas dépasser les six nœuds Bâtiment = 1.800.000 tonnes de déplacement. L’épaisseur de la coque en pykrete était de 12,19 m. Les parois d’isolation étaient de 0.76 m et un système complet de réfrigération avait été conçu.. Il transportait 5000 tonnes de mazout et autant d’essence. Il possédait deux hangars superposés de 12, 27 m chacun. Les tests réalisés par le National Physical Laboratory de Teddington ont définis qu’il pouvait aborder des vagues de 305 m de long et de 15 m de creux conformément aux spécifications de l’Amirauté Britannique. Propulsion = Turbo-électrique avec 4 turbines à vapeur, 8 chaudières, 260.000 chevaux, avec 4 alternateurs et 26 nacelles comprenant les moteurs électriques de 10.000 ch. unitaire sur les flans du bâtiment Vitesse et autonomie = 7 nœuds avec une autonomie de 7.000 miles nautiques. Dimension d’une nacelle de propulsion = L de 12,28 m, l de 5,37 m, h de 7,62 m, diamètre de 1,90 m, diamètre hélice de 3,96 m. Dimension des Ascenseurs L de 30,17 m, l de 19,20 m Aéronautique = 6 Wellington, 120 Mosquito et 200 Seafire. >Wellington, envergure de 26,26 m et L de 19,68 m > Mosquito, envergure de 16,51 m et L de 12,34 m > Seafire, envergure ailes déployées de 11,53 m et ailes repliées de 4,36 avec L de 9,12 m Lors de la guerre froide entre Américains et Soviétiques, la Navy relança le projet pour 25 « Icebergs stratégique », avec 200 canons de 105 par bâtiment et 300 bombardiers ou 500 chasseurs embarqués. Ce plan devait être appuyé par 5 paquebots ultra modernes de 105.000 tonnes, capable de transporter 200.000 soldats en 4 joues des USA en Europe. Ces projets n’aboutirent pas plus. Il faut savoir que les secrets des tests ont longtemps été conservés par l’Amirauté Britannique et le Canada qui avait remis tout les tests et essais s’engagea à ne pas les divulguer également Source = Divers documents et revues spécialisées. Janmary
  2. Oui, en effet Pascal. La vitesse des MAC Ships Britannique étaient de 12/13 nœuds ! Ils ont répondus dans l'urgence à un manque criant d'avions en protection de convois de vitesse lente de l'Atlantique. L'urgence de porte-avions étaient un problème important du au fait du temps de constructions de parte-avions neuf. Les Britanniques, du reste, se lancèrent dans les constructions de porte-avions léger du type "Colossus", 13.000 tonnes, 25 nœuds, 48 appareils, en vue de la guerre du Pacifique plus particulièrement mais le conflit cessa avant la mise en service de ces derniers et des classes suivantes (Classe "Majestic", puis "Centaur" bien après le conflit). https://fr.wikipedia.org/wiki/Classe_Colossus_(porte-avions) Les USA avaient testés la formule des porte-avions d'escorte avec le "Long Island" '(1941), 13.000 tonnes, 16,5 nœuds, 21 appareils. Les types de ces bâtiments, construit industriellement furent nombreux en nombre unités; Classe "Sangamon," classe "Bogue" (21), classe "Ruler" (23), Classe "Casablanca", (47), Classe "Commencement Bay," (19), etc. L'effort industriel am&ricin fut impressionnent au vu du nombre d'unités navales construite de tout type surtout pas les arsenaux US tel les porte-avions de la Classe Essex, Cuirassés, Croiseurs, Destroyers,avec une logistique sur un champs de bataille aussi grand que le Pacifique. Sans parler des docks flottants et le matériel des opérations amphibies. Je lis avec attention ce sujet car je connais mal la doctrine Française de l’aéronavale Française aujourd'hui et les projections pour demain. Source = "Escort Carriers of world war two" par Kenneth Poolman.
  3. Je possède de nombreux ouvrages sur les porte-avions d'escorte Britannique et Américain achetés aux USA. je suis assez passionné par ce sujet y compris les MAC Ships Britannique, cargo de 7.000/8.000 tonnes, céréalier ou pétrolier avec 4 avions anti-sous-marins sur le pont rajouter. Un test avait été effectué avec "L'audaciity" en 1941, cargo Allemand (le Hannover) saisi à l'ennemi transformé en PA de 5600/10.000 tonnes, 15 nœuds et 6 avions sans hangar.qui rendit bien des services lors d'une attaque massive par les sous-marine Allemand avant 'être torpillé mais il avait contribué a couler en coopération avec les destroyers d'escortes, des sous-marins Nazis. L'amirauté Britannique n'a pas persisté dans cette voie, même si aucun sous-marins Nazi n’a pu coulé des cargos protégés par ces navires improvisés. Elle à pu bénéficier des porte-Avions d'escortes US, tel la classe "Casablanca" dit PA Monoprix ou Prix Unique, de 8.000 tonnes et 28 avions fut la plus importante en nombre.. Les USA se sont lancés dans ce type de porte-avions d'escorte en soutien des trains d'escadre de ravitaillement logistique et de l'appui feux lors es débarquements tant en Afrique du Nord que dans le Pacifique. La classe "Commencement Bay" avec un tonnage de 18.000 tonnes , 19 nœuds, 33 avions fut une réussite pour diverses raisons, tels le transport d'avions sur les iles du Pacifique, le soutien des forces de débarquement, la capacité de ravitailler son escorte de destroyers, etc. Le sujet traité st passionnant et peut-être développé longuement. https://www.secondeguerre.net/articles/navires/uk/pa/na_macships.html
  4. Hors sujet Oui, effectivement ARPA. Les navires bases de l’aviation maritime Allemande sur l’atlantique furent = 1° - Le « Schwabenland » (1925) spécialement construit avec une catapulte fixe orientée vers l’arrière pour des avions de 18 tonnes. 2° - Le « Fruiesenland » (1937) avec une catapulte fixe orientée vers l’arrière pour des avions de 18 tonnes. 3° - Le « Ostmarck (1937) avec une catapulte fixe orientée vers l’avant pour des avions de 15 tonnes. Très grand rayon d’action. La Lufthansa utilisait essentiellement deux types d’hydravions, le Dornier 18 et le Heinkel 12 Les hydravions de la Lufthansa utilisaient ce bateau-base pour accéder à l'Amérique par l’Atlantique Nord, en se posant sur l'eau, étaient hissés sur la catapulte, étaient ravitaillés et étaient catapultés pour terminer leurs vols. Le courrier était ainsi acheminé vers l'Amérique. Source = Les flottes de combat 1940. (Caractéristiques à votre service). Fin du Hors Sujet
  5. Je ne le pense pas. J'ai retranscris la presque totalité de l'article. > Je crois que c'était plutôt un "Hôtel" pour les personnels en transits des plates-formes pétrolières, > Avec un seul appareil opérant sur le pont du fait des rotations de personnel, , > Le tout, calculé pour des couts les plus bas vis à vis de l'utilisation des hélicoptères. Par contre, il devait avoir un ou plusieurs hélicoptères sur ce pont pour assumer les rotations. J'ai trouvé intéressant les caractéristiques des tests fournis par Rolls- Royce, cncernat les appontages /décollages. Je n'ai jamais su qu'elle suite réelle fut donnée à ce projet dans le sens de réalisations de plans par exemple. Il ne fut jamais réalisé en tout cas.
  6. Sinon hors sujet, du moins connexe au sujet de gros porteurs utilisant des plates-formes de porte-avions, Ou Projet de porte-avions civil pour desserte des plates-formes pétrolières (Source « Air et Cosmos » du 6 janvier 1973. Les compagnies Shell et BP se montrèrent très intéressés par le projet du transporteur Seaforth d’Aberdeen et du transporteur aérien Alidair pour l a desserte des plates-formes pétrolière des îles Shetland à partir d’un porte-avions civil qui serait un superpétrolier transformé pour les besoins de la cause. Il s’agissait de transformer l’un des 4 pétroliers de 318.000 tonnes de la classe L de la société Shell pour 115 millions de Livres. Sur le pont de cette plate-forme flottante, des avions quadrimoteurs de 50 places, de Havilland Canada DHC-7, ayant décollés d’aéroports insulaires viendraient apponter. Le « chargement » en hommes et matériels seraient alors transférer sur les plates-formes par hélicoptères. Le décollage s‘effectuerait par les DHC-7 sur le pont d’une longueur de 420 mètres sans aucun système de catapultage ou autre. Les nombreux essais effectués à Hucknall, le centre d’essai de Rolls- Royce, avait démontré que dans le pire des cas (rupture de freins, Inverseurs de pas d’hélices hors service, décollages interrompus), la longueur de pistes nécessaires était de 360 mètres. Dans les conditions normales, 180 mètres suffisent pour se poser et 240 mètres pour décoller. Pour un transport de 450.00 passagers par an, l’économie réalisée serait de 100 Livres (880 Francs) à chaque transport aller-retour d’un passager. La pratique actuelle (en 1973) coute une fortune aux compagnies pétrolières. Les avions venant d’Écosse se posent à Sumburgh, aéroport des iles Shetland d’où les passagers ont transportés par hélicoptères vers la plate-forme pétrolières. Les conditions météo locales sont telles qu’il s’ensuit de nombreuses annulations avec des dépenses élevées Il me semblait intéressant de comparer cette donnée avec les Breguet 941 et les porte-avions Nationaux, sujet du débat.
  7. Mon père, membre de la SNCF pour éviter de partir au STO (Service Travail Obligatoire) et de la "Résistance Fer" (a son insu dans un premier temps=); nous a souvent parlé de la "Libération" de la ville de Tours. En particulier les femmes qui étaient exposés dans les défilés, tondues, parfois dénudées, par la "populace" avec certains FFI sortis des rangs ce jour là ! Des femmes ayant pratiqués la "fraternité amoureuse" avec l'occupant, certes, mais aussi de jolies jeunes femmes qui n'avaient rien à voir avec l'occupant. Devant l’émeute qui s'amplifiait, le groupe de "La résistance Fer" et la Police de la Préfecture annoncèrent par Haut-parleur que les Allemands contre-attaquait et aller entrer de nouveau dans Tours ! Les "collaboratrices horizontales" purent, avec l'aide de certaines personnes, quitter la région. Le cri de ces pseudo résistants qui ne l'étaient pas, s’occupaient plus des femmes seules et jolies jeunes filles avec pillage des domiciles et le cri de "collaboratrice" étaient souvent entendus dans la ville. Ce sont les vrais résistants qui armes à la main firent la chasse aux "Faux" malgré l'opposition de la Police. Cela stoppa avec l'entrée de l'Armée US et la reprise en main par l'Administration, des Gendarmes (et la Police qui avaient fait la chasse aux FFI durant l'occupation et aux "collaboratrices" lors de la Libération en laissant faire le mouvement populaire). Il y a beaucoup à dire sur ces périodes de notre Histoire.
  8. Soyons honnête Patrick ! Nous sommes donneurs de leçons systématique sur le plan politique et autre. Durant ces dernières années, nous n'avons eu de cesse que de vouloir imposer nos vues à nos partenaires. C'est l'un des reproches fait à nos gouvernants par la République Fédérale Allemande du reste. Oui, j'ai évoqué les personnes que j'ai côtoyè. Les SS et adaptes du Nazisme étaient une frange minoritaire à coté du reste de nos homologues. Globalement, au sein de nos usines, nous avons toujours été bien reçu et parfois - plus rarement - invités à leurs domiciles personnels par ceux qui parlaient le Français. et qui voulaient dialoguer avec nous. En général, nous étions un ou deux pour le bureau Français pour les stages techniques ou commerciaux.
  9. Globalement, ils sont toujours SS avec la "satisfaction" d'avoir combattus, être décorés et plein de rancœur envers le pays qu'ils ont vaincus à l'Ouest comme à l'Est. !! C'est complétement différent avec leurs enfants qui ont pour certains remis en cause les choix de leurs parents, de leurs vies et de leurs satisfactions des combats qu'ils ont menés (du genre = C'est les plus beaux jours de ma vie !). Certains se sont suicidés (nièce de Goering), ont refusés d'avoir des enfants (en fonction de leurs noms portés), etc. D’où une remise en cause et un retour sur leurs Histoire. Absolument Capitaineconan. Dans le film précité, les ami(e)s de Christian de la Mazière, totalement surpris par son passé, lui tournèrent le dos immédiatement ! C'est à ce titre que ce film - assez long - est remarquable en mettant le doigt sur des contextes de collaboration de personnage connus et devenus célèbre....mais pas moralement, c'est certain !
  10. Oui, bien sur et même plus aisément que les autres anciens militaires. Pour plusieurs raisons. La Garde noire (au départ la garde personnelle d'Hitler) était soumise à des conditions draconiennes sur le plan physique et intellectuel pour être dans la SS. Stature, qualités physique, qualités morales (idéologie Nazie), bref, des gens recherchés auprès de la gente féminine car ces hommes étaient présentées comme l'élite du III° Reich. Ils devaient être procréateurs des futurs Aryens avec de nombreux enfants de par leurs son statuts .Du reste , nombreux étaient ceux qui étaient cultivés (Doctorat, universitaires, etc.) C'est donc en toute lucidité que la SS à persécuté et engendré des meurtres dans le cadre d'une idéologie. C’était une Armée politique (d'obédience Nazie) C'est important à connaitre. Ces hommes, élites du pays ont laissés une empreinte indélébile au sein du Reich et bien sur après la capitulation à Berlin en 1945. C'est tout naturellement que des postes importants leurs furent confiés y compris a ceux de la division "Das Riech" (général en tête) qui ont massacrés nos compatriotes et certains de nos villages en France au moment du débarquement de Normandie (sauf les Alsaciens enrôles de force et qui eurent à subir la Justice Française). Longtemps, ces hommes furent acclamés après leurs jugements par les tribunaux alliés ou Allemands plus tardivement Lors de leurs présence au théâtre après leurs libérations, ils étaient acclamés par les spectateurs par exemple. L'école de officiers de la SS à "Bad Tölz" en Bavière que j'ai vu (lors de mes meetings au sein de mon groupe américain car il y avait une entrepris de ma firme cette ville) formait l'élite basée sur le modèle Britannique (cheval, prédominance du physique et de formation idéologique). J'ai rencontré plusieurs anciens SS travaillant dans cette entreprise. Le passé n'était pas évoqué mais il se réunissaient régulièrement au sein de leurs associations Nous avons su ce qu'ils pensaient de leurs activités par un Français travaillant à demeure dans cette entreprise . Le Führer avait construit des autoroutes ! Quel Homme ! Le III°Reich était un État fort, respecté, ! On avait vaincu les Français et si les USA n'avaient pas assistés les Soviétiques, nous aurions gagné la guerre ! Les camps de la mort ? Nous y sommes pour rien ! Nous étions en garnison comme dans tout les casernements ! Quand même, une note discordante parfois, à savoir que le Führer les avaient laissés tomer, eux, SS ! Mon directeur Allemand, un homme intelligent, de mon age, m'a dit un jour (alors que nous avions des relations cordiales car il venait deux fois par an dans notre pays pays de visites clients) = On vous a vaincus ! Vous avez l'arme atomique (Force de Frappe à l'époque). Alors débrouillez vous ! Il n'y a pas besoin de la Brigade Franco-Allemande ! Globalement, nos relations étaient bonne et courtoise et nous avons toujours été bien reçus lors de nos déplacements professionnels avec "Une soirée" (Musicale, dans un restaurant particulier ou une visite extérieure). La RFA aujourd’hui fait beaucoup pour ne pas oublier son passé ! Et c'est à noter car nombre de Nations ne font pas le même effort tel le japon et bien d'autre. Janmary
  11. Excellent ! Christian de la Maziere fut connu du public en France, lors d'une émission de télévision il y a bien longtemps sur la division Charlemagne dans le cadre du grand film "Le Chagrin et la pitié" qui parle de la vie sous l'occupation de toutes nos célébrités dans tout les domaines. Film que l'on se garde bien de repasser à la télévision et qui fut projeté que deux fois me semble t-il ! Notre homme, très à droite politiquement , s'engagea donc dans la division Charlemagne qui fut celle - entre autre - qui défendit Berlin et la zone du bunker d'Hitler. Ses ami(e)s, ses connaissance furent stupéfait(es) lors de la projection de be film. Il expliquait notamment comment les familles "donnaient" leurs filles aux SS , sachant qu'elles devaient être violées et peut-être torturées par les "hordes Soviétiques Rouge" (citation). Il a été écrit du reste un livre = "Le rêveur casqué". chez Robert Laffont 1972 qu l'on trouve encore chez les bouquinistes en ligne.A lire pour le coté historique des événements !
  12. Certes. Hitler à fait de telles erreurs, que le liste est quand même impressionnante ! Bien que ne soit pas le sujet, on peut citer = > L'état de la puissance industrielle Nazi par rapport à la G.B, l'URSS et les USA, > Le manque criant de ressources énergétique , pétroliers entre autre, > La guerre sur deux fronts, Ouest et Est, > La déclaration de guerre aux USA (pour soutenir le Japon !), > La guerre contre l'URSS, avec des forces insuffisantes = 3000 chars, plus de 2000 avions, une logistique insuffisante, et des territoires immenses avec des objectifs stratégique lointain qui eut pour résultat l'échec vers Moscou, puis de Stalingrad. L'URSS avait pourtant permis à l'Allemagne d'entrainer ses premiers chars et avions sur son territoire après les conditions du traité de Versailles. Etc.Etc. "Sire disait , disait déjà Rostopchine à Alexandre I°, Votre Majesté sera formidable à Moscou, terrible à Kazan et invincible à Tobolsk" Or, si (évidemment si) Hitler avait décidé de se faire un ami du peuple Soviétique en particulier en disant haut et fort que les troupes Allemandes venait abattre le Communisme ainsi que Staline, de rétablir la Liberté religieuse, la fin du collectivisme paysans, etc. Il eut vraisemblablement abattu le régime. Témoin l’accueil fait par les Ukrainiens aux Forces Allemandes. Cela n’a pas duré longtemps avec les massacres d'Ukrainiens. 30 millions de Soviétiques devaient mourir pour la création d'une colonie Nazie pour son "Espace vital". Hitler et son régime avait une autre idée mortifère à appliquer aux peuples occupés ! Source = La conduite de la guerre de 1789 à nos jours, par J.F.C. Fuller, chez Payot.
  13. Oui, en effet Cracou. Les fréquences RADAR sont dites micro-ondes, c'est à dire que l’appellation définie la période (qui est l'inverse de la fréquence, c'est à dire que la période est T = 1/F, F étant la fréquence) ou hyper-fréquence quand on parle de fréquences exprimé en Hertz (Hz) ou multiples (KHz pour Kilo hertz, MHz pour Méga Hertz, etc.c'est à dire qu'un Hertz représente une période par seconde de la fréquence considérée Note = Vous pouvez avoir plus 'informations sur les Cours d’électricité sur les courants alternatifs et radio-électricité et / ou électronique appliquées aux télécommunications , RADAR, Fours Micro-ondes, Portables, Etc.puisque ces systèmes utilisent les Micro-ondes (à la période très petite) ou fréquences élevées dite Hyperfréquence. Une petite particularité de la Fusée de proximité dite RADAR. Un RADAR émet des impulsions (Micro-ondes - Hyperfréquence) qui sont réfléchis (ou pas) par un obstacle , tel un avion, un bateau, Etc.qui peuvent-être localisés de ce fait Or la Fusée de proximité émettait en régime continue, c'est à dire que la fréquence était créé par l'oscillateur engendrant une fréquence particulière grâce à un tube radio. C'est donc par Effet Doppler-Fizeau, c'est à dire variation de fréquence reçue par rapport à celle émise qui faisait détonner la charge d'explosif au plus prés de l'objectif aérien. Pour le sol, il était nécessaire de fixer une altitude d'explosion, c'est à dite de définir la fréquence réception pour laquelle l'explosion devait avoir lieu. C'est donc un RADAR à régime continue et non pas impulsionnel.
  14. 1° - Utilisons WIKIPEDIA pour décrire les fusées de proximité. Le schéma donné est le même que celui qui est sur mon document. https://fr.wikipedia.org/wiki/Fusée_de_proximité 2° - Il est indiqué sur ce document, une ligne disant = "En comparaison, la fusée de proximité alliée avait recours aux principes d'interférence" En fait, il s’agit de l’application de l’effet Doppler Fizeau = http://www.obs-hp.fr/lumiere/page15.html Définition = L'effet Doppler, ou effet Doppler-Fizeau, est le décalage de fréquence d'une onde (mécanique, acoustique, électromagnétique ou d'une autre nature) observé entre les mesures à l'émission et à la réception, lorsque la distance entre l'émetteur et le récepteur varie au cours du temps. 3° - En terme clair, quand vous êtes sur un quai de gare, et qu’un train arrive en sifflant ; la fréquence augmente en arrivant sur vous (son plus aigu) et décroit ’lorsque le train s’éloigne (son plus grave) après son passage devant vous. On peut dire de façon simplifiée que la mise à feu de la fusée de proximité est effectuée quand il y a différence de fréquences se modifiant à la réception. La radio ('électronique maintenant) était d'avant garde. Premier circuit imprimé, c'est à dire que les "fils" et les connections sont réalisés sur et incrusté sur une plaquette isolante de bakélite à l'époque pour faire simple. Les tubes radio étaient des nouveautés dite miniatures, parfois appelé un peu à tord lampe gland. Le tout tenant le choc au coup de départ par enrobage de l'ensemble de la fusée et du système radio / électronique.par une cire spéciale. Tout cela parait évident aujourd'hui dans nos industries mais ce fut très innovant à cette époque et donna lieu à la base de l'électronique d'aujourd'hui.
  15. Oui, Capitaineconan. C'est ce que j'ai appelé improprement (mais ce fut le nom à l'époque) de fusée RADAR. Je ne retrouve pas le fil de ce que j'avais posté. Je vais écrire de nouveau le principe de fonctionnement de ce système qui fut employé également dans les bombes dans les Ardennes (1945) et en Corée (1950-1953) pour que l'explosion soit déclenchée à une certaine altitude pour faire le plus de dégâts possible. Merci pour vos appréciations Capitaineconan. Beaucoup d'intervenants sur ce forum (dont vous même) sont vraiment passionnant et je lis les fils avec plaisir car j’apprends nombre d'informations et les débats sont sources de connaissances.. Merci à tous pour cela !
  16. Les Américains ont employés des systèmes infra-rouge sous deux formes à Okinawa en 1945 dans le Pacifique = 1° - Système infra-rouge en tant que tel porté par un soldat. 2° - Monté sur un fusil. Malheureusement, mon vieux scanner ne fonctionne pas sur mon ordinateur actuel et je ne peux afficher ces photos parues en 1946 sur diverses revues scientifiques parlant des armes particulières de la seconde guerre mondiale, tel = 1° - Les Bombes RAZON (Range and AZimuth ONly) guidés par commande radio et qui ont détruit le célèbre pont de la Kwaï en Birmanie , 2° - La BAT (Chauve Souris), bombe planante avec un autodirecteur RADAR intégré qui coulé un destroyer Japonais à la fin de la guerre à une distance de 37 km.. 3° - Les Obus RADAR de DCA utilisés contre les V1 Nazies par la GB et l'US Navy contre les Kamikase dans le Pacifique que j'ai décrit ici même à une époque. Il existe un vieil ouvrage sur ce sujet. Aucune caractéristiques étaient fournées sur ces systèmes infra-rouge. Par ailleurs, dans le cadre de mes fonctions au sein d'un groupe de la défense, j'ai commercialisé ces systèmes infra-rouge et surtout la Vision nocturne pour armes et viseurs de marque AIRTRON du groupe Litton. J e possède encore quelques data-sheet sur le sujet.
  17. Vous avez raison Rob1. Les taux de mortalité des sous mariniers dans ces monoplace et biplace étaient exorbitants du fait qua même sous amphétamine (Pernitine =http://www.racontemoilhistoire.com/2016/12/pervitine/ ) afin de rester éveillé au moins 48 heures ou 3 jours , la fatigue emportait ces malheureux et le drame l'emportait. Il est vrai que les kayaks ("Commandos dans la Gironde") montés par des commandos étaient bas sur l'eau, quoique repérable et sans aucune protection, et pouvait éventuellement, du moins dans un estuaire, débarquer ses occupants sur les rives.Leurs sort n'étaient guerre enviable car fusillés par l'ordre spécial d'Hitler comme commandos agissant dans les lignes Nazies !
  18. Je ne conteste pas votre argumentation ARPA. Mais lorsque un pilote blessé par la Flack, de retour de mission au dessus des Ardennes, rend compte que des éléments blindés se véhicules à travers cette zone, peut-être que le généralissime eut pu envisager quelques hypothèses de travail sur les conséquences qui aurait pu en dérouler. C'était son travail , sa mission. Il est resté sur son plan rigide d'origine. Nous montons au contact en Belgique vers les 'Armées Nazies. Cracou = En 36 si on n'a pas attaqué c'est par l'aviation a dit qu'elle n'était pas prête En 39 si on n'a pas bien attaqué c'est à cause de l'aviation En 40 si on a foiré c'est à cause de l'aviation (et de plein d'autres trucs mais surtout). Je m'explique: en 36 lors de la remilitarisation c'est l'aviation qui a dit qu'ils ne pouvaient pas (alors que c'était de l'intox allemande). Hélas oui ! Et en 39, une petite incursion fut faites dans la Sarre pour répondre aux engagements avec la Pologne. Nous nous sommes vite repliés. C'était une volonté des politiques et de l’État-major militaires de ne pas s'engager Vous allez voir ce que vous allez voir et puis, plus rien. Pas étonnant que le dictateur Nazi se gaussait des déclarations Française et Britannique ! Le général Gamelin (généralissime) n'était pas à la Hauteur (il pensait que les Allemands attaqueraient en 41/42, année de sa retraite) et le général Vuillemin (chef de l'aviation) non plus (un brave homme mais à coté de la plaque comme tu le souligne cracou).. Malgré tout, 1000 victoires aériennes avec des avions qui ont manqué aux Allemands pour la bataille d'Angleterre !
  19. TOUS MES MEILLEURS VŒUX A TOUTES ET A TOUS ! ET QUE 2020 SOIT POSITIF POUR VOUS ET VOS PROCHES !
  20. Il n'y avait pas encore de RADAR dans l'Armée Française en tant que tel (uniquement des systèmes d'écoutes sonores) à cette époque y compris sur les navires qui n'avaient pas non plus d'ASDIC performant appelé SONAR par les USA et GB. Il ne s'agissait pas vraiment de passer en tant que tel pour .le groupe d'Armée Allemand, mais de faire déplacer l'Armée Française en Belgique pour porter le coup de faux dans les Ardennes. Dans tout les cas, la manœuvre à été et aurait été vraisemblablement réussie Le pire - et tu le dit bien dans tes critiques sur le haut commandement - le général Gamelin, commandant en chef, avait été informé de l'attaque par les Ardenne (par son officier de renseignements qui le tenait d'une source prés du haut commandement Nazi). Pas pris en considération. Vol de reconnaissance confirme que des blindés passent dans les Ardennes. Pas possible, les Ardennes sont infranchissable. Percée Allemande. Deux jours de réflexions du grand Chef. Contre attaque décidé par les flans.Les secrétaires avec leurs machines à écrire tapent les ordres. Guderian , lui, passe ses ordres par radio, en action directe et reste en communication avec le haut commandement Nazi par radio et informations codées par Enigma. Des divisions Françaises attendent les ordres dont certains arrivent bien trop tard. La contre attaque par les chars avec une autonomie réduite (créé pour l'accompagnement de l'infanterie), pas soutenu par le train logistique, par l'artillerie et l'aviation, sont détruits en partie par les Stukas, les canons anti-chars et les Panzer. On retrouve tes conclusions d'un commandement centralisateur ne supportant aucun travail d’État-major autre que ses propres conclusions. Il s'agit de deux concepts de la guerre différent. Nous n'avions pas le "Channel", ni la profondeur de l'URSS, (comme la Pologne doublement attaqué) pour tenir ce champs de bataille. Il y eu, d'une part,le concept de la guerre d'infanterie soutenue par les chars en appui avec l'artillerie et d'autre part, une masse de blindé, très mobile, soutenu par l'aviation d'appui, perçant les lignes ennemies dans le but d'exécuter une manœuvre stratégique d'encerclement. Il y a beaucoup à dire sur ce conflit dit de la percée des Ardennes. Tu as bien résumé l'ensemble de nos façons de concevoir la guerre, de ses incohérences, de ses faillites de commandements, et finalement de notre défaite !
  21. En effet Rob1. Il y a eu une émission à la télévision de "Nazi Mégastructures" (Si je me souviens bien que j'ai du reste enregistrée) sur ce projet dans le cadre des réalisations voulues par Hitler. Il y avait un cinéma à l'intérieur, "Une galerie marchande", des restaurants, etc. Comme les projets de la ville Autrichienne de Lintz, aucune réalisation ne vit le jour. Les chemins de fer Nazis étant bien trop occupés à gérer l'existant.
  22. C'et vrai Pierre_F. Mais je suis reté dans la question de Kiriyama sur la suite d'Enigma. Donc ma réponse limité.
  23. Oui, bonjour g4lly Ma réponse précédente est la suite de la question posée par Kiriyama concernant les développements donnés à la suite de la machine ENIGMA qui fut longtemps utilisés après le second conflit mondial avec des codes différents bien sur et une structure un peu différentes quand au nombre de rotors utilisés. Parmi les méthodes de chiffrement très difficile à percer, il y a le code VERNAM. C'est une étude mathématique, comme tous les codes de chiffrement, dans lequel le texte est une suite de bits et le la clé du chiffrement une longue suite de bits également. Bit (Wikipedia) = Le bit est l'unité la plus simple dans un système de numération, ne pouvant prendre que deux valeurs, désignées le plus souvent par les chiffres 0 et 1. Un bit ou élément binaire peut représenter aussi bien une alternative logique, exprimée par faux et vrai, qu'un chiffre du système binaire. Le mot « bit » est la contraction des mots anglais binary digit, qui signifient « chiffre binaire », avec un jeu de mot sur bit, « petit morceau ». On en doit la popularisation à Claude Shannon, qui en attribue l'invention à John Tukey1. Dans ce que tu exprimes g4lly, il s’agit effectivement de Cryptosystèmes à clefs publiques. Il y en deux essentiellement d'utilisés vraiment.= 1° - Le RSA inventés par R.Rivest, A. Shamir et L.Adleman Sa sécurité repose sur le fait , qu'à l'heure actuelle, on ne sait pas décomposer un grand entier en un produit de facteurs premiers, le temps de calcul pour y arriver dépasse le million d'année. 2° - El Gamal. Elle est basée sur la difficulté du logarithme discret. Il y a le probleme des signatures numériques, le stockage des mots de passe et l'authentification qui sont efférents aux problèmes précédents En fait, ce sont de longs développement mathématiques. La source de mon file est l'un de mes livres d'un cours = > Mathématiques à l'usage des informaticiens. > Chez Ellipses 2003 > Par Thierry Brugère et Alain Mollard. L'un des ouvrages les plus complet pour la formation lpour MASTER 1 et 2 est = > Théorie des codes - Compression, cryptage, correction. < Chez Dunod 2007. < Par plusieurs auteurs. Cordialement à vous.
  24. Oui, bien sur. Ce sont des ordinateurs de fortes puissances qui réalisent les cryptages et décryptages désormais avec des logiciels basés sur de puissants algorithmes. Pour mémoire, rappelons que le MODEM (Modulateur - Démodulateur) à pour but d'être connectés à des ensembles numérique (ou digitaux) ou ordinateurs et de traduire et émettre sur des lignes téléphoniques spécialisé 2 ou 4 fils, en Emetteur-récepteur en bade de base ou en MODEM de groupe Primaire, c'est à dire en analogique et connecté ainsi sur des rehausses divers tel que le réseau téléphonique, TRANSPAC (Transmission par paquet) ou MIC (Modulation Impulsion et Codage). Il existe une quantité de normes définissant internationalement les MODEM qui furent appelés les normes du CCITT (Comité Consultatif International Télégraphique et Téléphonique) situé à Genève. La signification du nom à changé depuis. Chaque année, la couleur des documents changent.. Ainsi, je possède les documents édités en rouge pour l'année 1985; année ou j'ai travaillé sur ces systèmes au point de soutenir mon mémoire d'Ingénieur sur de theme des transmissions de données. Cordialement à tous.
  25. Juste une information sur ce point = D’après des amis dont la fille est traductrice au Parlement Européen, les discours sont désormais traduits dans l'une des trois langues au lieu de celle de chaque pays (exemple Letton en Anglais) puis, a partir de cette dernière langue, retraduit dans la langue maternelle de chaque pays. Le but, éviter un grand nombre de traducteurs. Le résultat n'étant pas toujours à l'identique de l'original, désormais les traductions se font dans les trois langues. A charge de chaque pays de traduire éventuellement dans leurs propre langues. De fait, ce sont les trois langues prédominantes du Parlement Européen.
×
×
  • Create New...