EOA

Members
  • Content Count

    614
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by EOA

  1. Oui le calendrier a un peu dérapé. Les premières livraisons devaient avoir lieu en 2017, et environ 20 000 untiés devaient être livrés en 2017, 2018 et 2019. Je pense qu'il y aura une année de décalage en fait, avec les premières livraisons en 2018.
  2. On n'est effectivement pas aller au bout de la logique mais je ne suis pas d'accord avec toi ulysse : on reste sur un modèle de grandes unités interarmes "réservoir", que ca soit la brigade ou la division, qui comprennent des unités d'INF, d'ABC, ART, GEN etc. dans lesquelles on vient puiser des éléments pour former des GTIA ad hoc. Alors effectivement je ne vois pas l'intérêt de disposer d'un double niveau (divisions et brigades) pour ces unités interarmes faisant office de cadre administratif et de réservoir ... Je pense que c'est davantage pour sauver les traditions des 1eres et 3ème brigades motorisées héritières de glorieuses divisions de 39-45, et pour rattacher les EMF aux forces actives qu'on a créée ces nouvelles divisions. Ce nouveau modèle n'apporte pas grand chose, en dehors de grossir les brigades existantes par ventilation des régiments des brigades supprimées pour économiser des postes sur le soutien et le commandement afin de coller à la trajectoire financière contrainte. Aujourd'hui on fait un peu la même chose avec les moyens supplémentaires accordés (enfin avec la diminution de la réduction prévue initialement plutot!), on grossit les régiments avec une compagnie de plus. Tout ca pour se retrouver avec le même volume qu'avant. Bref c'était bien la peine de tout chambouler et de créer des divisons, de supprimer des brigades etc. Si on avait vraiment voulu aller au bout de la logique, il aurait fallu créer des divisions qui seraient des cadres administratifs et des réservoirs de force, mais surtout faire des brigades des pions opérationnels de déploiement, àl'instar de ce que fontles américains. Nous avons aujourd'hui, hormis l'opération sentinelle mais c'est un peu exceptionnel, des cycles de 24 mois bien définis et structurés pour les unités : 6 mois de régénération, 6 mois instruction, 6 mois péparation opérationnel avant déploiement et 6 mois de projection. Dans ce cadre stable, il aurait tout à fait été possible de replacer la brigade au centre du déploiement opérationnel. C'est un petit peu le cas aujourd'hui, puisque les GTIa viennent souvent puiser dans les mêmes unités d'une brigade, mais il aurait fallu aller plus loin avec la définition d'un modèle opérationnel pour les brigades : par exemple une brigade d'INF mot, à 3 RI, 1 RC, 1 RA et 1 RG devrait être capable de fournir 3 GTIA d'environ 1000 / 1500 hommes centrés autour d'un RI complet, d'un escadron de cavalerie, d'une batterie d'artillerie et d'une compagnie de génie. Qu'on leur adjoigne ensuite des unités de soutien qui viendraient de brigades spécialisées ce n'est pas très important mais l'officialisation d'un statut opérationnel pour la brigade interarme permettrait de bien mieux gérer les forces et les déploiements à mon sens. Evidemment une fois ces modèles opérationnels théoriques définis rien n'empêche de moduler les GTIA selon les besoins (à savoir rajouter ou enlever des unités selon la nécessité). La brigade serait ainsi le premier pion opérationnel de référence, comprenant des unités organqiues d'inf, d'abc, d'art et de génie (sans revenir au régiment interarme pour des raisons d'instruction, de cohésion et de traditions) qui se déploieraient en opération en groupements prédéfinis interarmes. Je ne crois pas au "stock de régiments ou de compagnies" indifférenciés et disponibles pour former des groupements ad hoc par contre. Ces unités ont besoin d'un cadre administratif et pré-opérationnel pour l'instruction, la préparation et le déploiement. Ces sous-spécialisations sont travaillées au sein mêmes des régiments, généralement au niveau des compagnies/escadrons. Certains ont un spécialité supplémentaire : théâtre désertique, montagne, jungle etc. Et à titre d'exemple la BP comprend un régiment du train spécialisé pour coller à ses contraintes opératives. Par contre je ne vois pas quel serait l'intérêt d'un régiment du matériel para ... Pour les paras et les TDM c'est sur oui. Et ca justifierait le statut TAP d'un 35ème RAP, qui hormis ses mortiers de 120 n'a plus grand chose de parachutable en artillerie. Tu me diras dans les opérations aéroportées le Mo de 120 suffit souvent, et parfois même le Mo de 81 mm ... Pour les TDM il faut dire que l'appui pourrait aussi venir dans le cadre d'opérations amphibies (si c'est ce à quoi tu fais référence) des pièces de marine.
  3. Non les crédits destinés à acheter 5340 AIF sont sont inscrits dans le PLF 2016. C'est à dire qu'on va commander ces armes en 2016. D'ici là le vainqueur de l'appel d'offre sera désigné en décembre 2016, et les armes devraient commencerà être livrées en 2017/2018 (plus probablement 2018).
  4. C'est sur qu'il serait plus logique de recentrer le 35eme RAP, et le 93eme RAM symétriquement (quid de l'utilité d'un Caesar en milieu montagneux), en régiment d'artillerie plus légers, avec un mix de 120 mm (qui sont les armes d'appui les plus utilisées aujourd'hui) et pourquoi pas un canon léger en 105 mm aérolargable, ca ne couterait pas très cher d'acquérir une trentaine de pièces type M119, après ca voudrait aussi dire former les artilleurs et entretenir un micro-parc ... Pour le RHP et le 4ème RCh c'est plus compliqué. L'expérience afghane a démontré le besoin pour ces cavaliers déployés sur ce théâtre d'un véhicule mieux protégé et plus lourdement armé que l'ERC 90 (pas étonnant en même temps). Toutefois le théâtre était très particulier et l'emploi de ces unités ABC également, on peut supposer qu'un engagement type Sahel change la donne, on y utilise d'ailleurs toujours les bonnes vieilles ERC 90 Sagaie. La solution pourrait effectivement être de transformer ces régiments en unités plus légères, qui colleraient à la définition OTAN d'unités de reconnaissance. Par exemple les doter d'un véhicules type CRAB de panhard : 8/10 tonnes avec un niveau de protection des personnels suffisant, un canon de 25 mm couplé à 1 ou 2 MMP, ca fait un véhicules taillé pour la reconnaissance et le combat de rencontre, apte à appuyer une infanterie légère.
  5. C'est ce que je voulais dire en disant 180/200, surtout que mécaniquement une inflation d'une compagnie par régiment créera quelques postes de soutien associés, donc je me suis permis de gonfler légèrement la cible, grosso modo ça équivaut à 8 compagnies soit une par régiment plus quelques gus. Je ne suis pas forcément en désaccord mais arrêtons aussi de taper sur la BP. Clairement le nombre d'avions ne sera pas augmenté pour coller à l'augmentation des effectifs, les régiments continueront d'effectuer pour la plupart les quelques sauts par an requis pour conserver l'aptitude (et encore) du fait de la rareté des appareils, et les régiments paras resteront employés, sauf cas exceptionnel (quoique pas si exceptionnel récemment), comme une excellente infanterie légère. Et ce n'est pas un régiment para de plus ou de moins qui sera l'élément critique pour équilibrer le budget du Mindef. Quant à équilibrer les brigades légères je suis tout à fait d'accord, mais plutot que de supprimer un régiment para je préfère qu'on en crée un BCA! Et effectivement quitte à taper sur un truc qui coute cher sans apporter beaucoup, la BFA me semble un bon début plutot qu'un régiment para qui certes coute un peu plus, mais qui est vraiment employé ... J’aime J’aime
  6. Les compagnies faisant davantage 180 / 200 pax aujourd'hui on est plus proche de 8 compagnies que de 20 ... Ce qui correspond d'ailleurs au nombre de régiments de la brigade (4 infanterie, 1 ABC, 1 génie, 1 artillerie, 1 train). Donc non on fait plutot bonne route apparemment. Et si tous les régiments d'infanterie récréent une compagnie (19 cies), on sera pas loin en volume de 4 régiments supplémentaires, plus celui de la 13ème DBLE recréée. De bonne nouvelles pour des unités constamment employées aux effectifs surmenés.
  7. EOA

    [Rafale]

    Assez d'accord avec toi. Je comprends tout à fait qu'au jour d'aujourd'hui, les moyens et les procédés font qu'il faut 3 ans pour fabriquer un Rafale de A à Z. Mais j'ai vraiment du mal à envisager que ce délai soit incompréssible si on fait varier les moyens : plus d'ingénieurs, plus d'ouvriers pour l'assemblage, l'usine qui tourne en 24h etc. Oui mais là encore, ce délai de 10 mois correspond aussi aux moyens engagés par Dassault en fonction des moyens du Mindef (à savoir pas beaucoup quand on lancé ce retrofit). Si Dassault avait engagé le double ou le triple de moyens (c'est purement hypothétique comme rapport) parce que le Mindef aurait payé le double ou le triple (idem), en le prévoyant suffisamment à l'avance, je ne comprendrais pas que la durée de rétrofit ne puisse être ramenée à un temps inférieur (je dis pas qu'on pourrait faire ca en 15 jours hein ...).
  8. Oui enfin tout ca part quand même de la contraction des ressources budgétaires de 2011. L'arbitrage qui a alors été fait n'a pas permis une modernisation aussi profonde et étendue qu'il aurait fallu. Que les industriels essayent chacun de capter une part du gâteau ensuite ce n'est pas très étonnant. Ce qui est plus étonnant c'est l'absence de consensus du côté du ministère, où chacun réclame presque publiquement une solution différente. Il aurait peut-être fallu que le CEMA, le DGA et le ministre tranchent en faveur d'une option (ce qui sera d'ailleurs peut-être fait dans les mois qui viennent). Mais là on a l'impression que règne une sacrée pagaille sur le sujet ... Du coup rénovés ou pas les Transall? Ils sont vraiment modernisés (ce dont je doute) ou alors on allonge encore un peu plus leur durée de vie en cannibalisant les exemplaires progressivement retirés du service? Au final ca fait un parc à l'horizon 2020 de 14 C 130, 14 C 160, 15 A 400 M et 26 Casa 235.
  9. EOA

    Espagne

    Les américains ont quand même défini une sorte de modèle théorique s'appliquant au terrain et au degré de menace avec leur concept de Brigade Combat Team. Maintenant avec les effectifs énormes déployés sur leurs différentes OPEX ils ont du faire feu de tout bois je pense ... Ils possèdent le Stryker Mobile System Gun : véhicule blindé sur roue avec canon de 105mm, mais qui est plus une véhicule d'appui de l'infanterie qu'un réel char "moyen", voire léger comme l'AMX 10 RC. Oui oui mais l'empreinte logistique c'est en réalité une question de moyen et de sous, ca nous aurait couter plus cher et drainer plus de moyens (déjà limités eux-même par le budget contraint : projection, entretien etc.) de déployer des Leclerc. Et du point de vue opérationnel ils auraient apporté une plus-value mais leur présence n'était pas indispensable. Ils auraient toutefois pu avoir leur place dans Serval par exemple, en tête des GTIA qui remontaient vers tombouctou ou Gao. Enfin on est d'accord je pense, je voulais juste souligner que les véhicules chenillés pourraient avoir leur place au Sahel, mais que nous avons juste fait un choix différent, pour des raisons opérationnelles et financières.
  10. EOA

    Espagne

    En fait comme le dit justementy BPCs la différenciation entre Meca et Mot en France ne se fait plus au niveau de la chenille ou de la roue mais à celui de l'emploi du véhicule : le VBCI est fait pour le combat d'infanterie (dans un contexte plutot de haute intensité avec les Leclerc etc.) tandis que le VAB ou le futur VBMR ne sont que les transports d'une infanterie sensée combattre débarquée (même si ils ont une capacité appui avec la 12.7). Le fait que les deux infanterie soient également dites "blindées" brouille un peu plus les cartes, les Mécas étant traditionnellement blindés lourdement, et les Motorisés non. La différence d'emploi reste quand même très importante, dans la théorie. Mais les engagements d'aujourd'hui, principalement en Afrique, tendent effectivement à privilégier des forces mobiles et légères, et comme on ne possède plus assez de Mot et qu'il faut les unités Meca pour partir là-bas ... C'est un peu la même chose pour l'ABC dont les équipages sur Leclerc partent en Opex sur AMX 10RC ou su Sagaie. Le théâtre et les moyens dictent la conduite opérationnelle. Effectivement les autres pays européens préfèrent garder des chenilles, mais bon pour faire des manoeuvres et des exercices dans les camps (cf les allemands). Par contre Fusilier je ne serai pas aussi affirmatif que toi en disant que les chenillés ne pourrait pas avoir leur place au Sahel. L'exemple des chars de combat canadiens et américains déployés dans un contexte de Surge en Afgha ont été très bénéfiques, alors pourquoi pas dans certains cas au Sahel. Bien sur cela reste des "problèmes de riche", que nous ne sommes plus vraiment ... !
  11. Je n'ai pas vu la trace d'une option, et il m'a toujours semblé que les deux navires polaires seraient remplacés par un seul, qui aurait une plus grande capacité à tenir en mer et à être déployé ... Mais c'est vrai qu'on pourrait en acheter un 2ème, voire un 3ème pour St Pierre et Miquelon et la zone atlantique nord. Quand on voit qu'ils ne coutent que 50 millions l'unité, une bouchée de pain comparé aux autres grands programmes, on pourrait faire un effort!
  12. Non aucun Su 30 / 35 en Europe, hormis la Russie bien sur! Prospect hypothétique de Su 30 en Biélorussie, mais rien de fait!
  13. http://www.lefigaro.fr/international/2015/09/25/01003-20150925ARTFIG00087-poutine-oui-il-faut-sauver-bachar-el-assad.php «Il n'y a pas d'autre solution à la crise syrienne que de renforcer les structures gouvernementales et de les aider dans le combat contre le terrorisme», a déclaré le président russe, qui rencontrera Barack Obama , lundi, à New York. Au moins c'est clair. Elle va être sympa leur petite réunion à New-York. On commence quand même à assister à un revirement de la part de beaucoup d'états occidentaux qui fait le jeu de la Russie : notamment l'Allemagne et l'Espagne qui ont récemment admis qu'il fallait dorénavant "envisager Bachar comme un acteur de la solution". On trouve encore dans les pays qui refusent d'envisager autre chose que le départ de Bachar, mais qui admettent maintenant que le régime sera un acteur incontournable de la "solution", les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne. Après l'échec de l'intervention contre le régime des occidentaux en 2013 et le succès de la diplomatie russe dans l'affaire du démantèlement des armes chimiques en Syrie, c'est peut-être le prélude à un nouveau camouflet ...
  14. En même dans une hypothèse marché favorable on est sur : 24 pour l'Egypte, 36 pour le Qatar (24 +12 options), 36 pour l'Inde, 60 pour les EAU, reste environ 30 à l'AA livrer pour atteindre la cible à 180. Donc 24 + 36 + 36 + 60 + 30 = 186 appareils. Si on rajoute la forte probabilité que l'armée de l'air indienne ne s'en tienne pas à 36 appareils mais en commande (beaucoup) plus, la Malaysie, plus les autres contrats exports, et enfin tout simplement les pays ayant déjà commandés qui pourraient en vouloir un peu plus, on dépasse vite la cible de 200 appareils à produire à moyen terme. Donc ca ne serait pas étonnant que Dassault envisage cette possiblité et prévoitr l'éventualité de lancer une seconde chaine de production.
  15. Pièce d'artillerie bi-tube de 130mm. Portée maximale 23 km avec munition standard, cadence de feu max 70 coups / minute. Bref c'est bien pour frapper des cibles cotières mais c'est pas avec ca qu'ils vont tapper l'intérieur du pays. Le déploiement a plus une valeur symbolique qu'autre chose, comme les destroyers américains qui croisent en mer noire ... Cela dit des rumeurs parlent d'un SSGN russe déployé dans le coin en toute discrétion, qui pourrait avec des missiles de croisière frapper l'intérieur des terres dans la profondeur. Mais bon on en est quand même pas là ... D'autre part ces manoeuvres au large de la Syrie étaient prévues depuis plus d'un an, donc les russes ont surement profité de l'occasion pour aller montrer un peu plus les muscles sur la côte syrienne et rappeler l'importance (relative) du port de Tartous.
  16. Ah mais c'est une évidence que ces BPC vont répondre à un besoin opérationnel de l'Egypte et être employés. Pareil pour les corvettes, FREMM et surtout Rafale. Sur le plan extérieur rien que la situation au Yemen nécessite des moyens de projection (et c'est probablement une partie du deal avec l'Arabie Saoudite "je te passe le cash et toi tu interviens avec ta belle armée et tes nouveaux BPC"). A l'extérieur le deuxième objectif prioritaire pourrait être la Libye, et la frontière terrestre entre les deux pays n'empecherait pas un debarquement de forces sur la facade maritime. Après on a aussi le Liban et la Syrie mais vus les problèmes actuels de l''Egypte ca m'étonnerait qu'ils s'y engagent a court terme ... Et sur le plan intérieur ca pourrait aussi leur servir contre les islamistes dans le sinaï, surtout les Ka 52 qui sont très efficaces dans ce genre de cas! Sans oublier la surveillance et la protection du canal de Suez, qui vient d'être agrandi et modernisé, un des plus gros axes du commerce maritime mondial et une source de profit décisive pour l'Egypte. Mais de notre point de vue français dans le cadre de cette hypothèse c'est tout benef pour nous, on vient de revendre des BPC à un pays qui est dans le même camp que nos alliés actuels (Arabie Saoudite, Qatar, EAU, soit l'axe sunnite opposé à l'axe chiite pour faire simple). Ce pays est dirigé par un militaire laïc qui a de plus fait de la lutte contre l'EI une priorité puisqu'il y est confronté sur son territoire. Et enfin on a vendu ces BPC à un pays qui partage notre vision sur la Libye et pousse à une intervention internationale. Donc c'est plutot un bon coup pour nous, et pour eux.
  17. Comme cela a déjà été pas mal expliqué : les égyptiens achètent à crédit et ce sont des pétromonarchies (Arabie Saoudite, probablement aussi le Qatar et les EAU) qui garantissent le prêt et apportent en grande partie la mise initiale. Donc en réalité tant que le crédit est garanti par des pays aussi riches pas de problème pour nous (risque de défaut de paiment d'un pays potentiellement instable comme l'Egypte évité) et pour les Egyptiens qui continuent à acheter à des conditions très avantageuses pour eux (taux bas et garantie de pays riches).
  18. L'occasion de faire une commande groupée avec les Ka 52? En tout cas si ca se fait c'est Mig qui va respirer ... On se demande quand même d'ou ils sortent tout cet argent les égyptiens, les banquiers émiratis et saoudiens doivent commencer à tirer la langue ! Pour l'Egypte on aurait l'équivalent de deux escadrons de Mig 35 considérés comme des intercepteurs / chasseurs de supériorité aérienne (remplacant les mig 21) et un escadron de Rafale chasseur / bombardier dernier cri en renfort des 200 F16 modernisés et des différentes versions de Mirage 5 / 2000. Ca commence à faire une belle grosse flotte de 300 / 400 appareils ...
  19. Le faire naviguer ils y arriveront surement, et ca ne demandera pas une si grosse ressource humaine à 2*180 effectivement. Ce qui sera beaucoup plus problématique pour eux ca sera davantage la doctrine et le savoir-faire à la fois amphibie mais aussi aéronautique : intégrer par exemple les tactiques et compétences des raids de l'ALAT depuis les BPC en Libye. Par contre on y a pas vraiment penser mais serait-il possible pour les égyptiens d'utiliser les BPC un peu comme les Hyuga japonais, comme des porte-hélicoptères ASM à l'entrée de la mer rouge et de la meditérranée (des zones sans grande profondeur où les submersibles sont davantage vulnérables). Certes les BPC n'ont pas de sonar ou de TLT mais ne pourraient-ils pas embarquer des hélicoptères ASM (le KA 52 a-t-il des capacités ASM?) et les engager conjointement avec une FREMM ou une Gowind? Ca permettrait d'élargir la gamme de role du BPC.
  20. EOA

    DDG "Andrea Doria"

    Peut-être que du coup ils voient ce canon comme un "plus" si ils persistent sur les FREMM : soit l'hélico est en vol ou bien rangé dans le hangar et dans ce cas là ils ont le 76mm arrière en plus des autres 76mm devant (HRZ + FREMM ASM) et des brouilleurs / Aster 15, soit l'hélico est sur la plateforme en stationnement et ils font sans ...
  21. EOA

    DDG "Andrea Doria"

    Si c'est à cause du calibre ils auraient aussi pu y mettre un système CIWS, pour faire plaisir à Pascal En plus des brouilleurs et des Aster 15 bien sur! Ca condamne la Plateforme uniquement au moment du tir? est-ce si gênant? Je vois mal l'hélicos venir se poser tranquillement en pleine attaque avec la frégate qui crache de tout bord pour détruire les missiles arrivant vers elle ... Tu peux nous en dire plus sur les mouvements et les dangers inacceptables?
  22. C'est aussi le signe que la rebellion houthie est un pion sur l'échiquier du "grand jeu", à savoir une petite épine dans le pied pour les saoudiens qui doivent y consacrer temporairement une certaine attention ce qui permet un petit relachement sur le thatre syrien. Loin d'être un prétexte d'affrontement diplomatique général, surtout pas pour les russes ou les iraniens! Et si en plus ils peuvent vendre quelques armes qui font rentrer des devises fortes dans leur pays, ils sont contents les russes! Sans parler des Kamov (ca ne devrait pas être rien déjà comme montant une trentaine d'hélicos de combat dernier cri) l'égypte a déjà commandé pour 3,5 Mds de dollars (S 300 notamment) aux russes en 2015, et on parle d'une commande éventuelle d'avions de chasse (mig 35 ou Su 30/35). A mon avis ca fait pas mal de temps que l'AS finance du matos russe vues les capacites financière de l'Egypte actuellement.
  23. D'accord je vois mieux ce que tu veux dire. Je ne sais pas si on a forcé DCNS ou si DCNS a fait du lobbying intense pour avoir sa FTI, mais en analysant le contexte budgétaire du MINDEF et les LPM / Livres blancs depuis quelques années d'une part(et en connaissant un peu comment ca se passe rue de Brienne pour y avoir travaillé quelques temps), le succès global de DCNS ces dernières années à l'export et l'argumentation en faveur de cette FTI qui me semble tellement à côté de la plaqyue d'autre part, j'en tirais la conclusion que c'était plus le Mindef que DCNS qui avait du faire du forcing pour cette FTI. Après je peux me tromper, et pour des raisons industrielles ou commerciales propres à DCNS que je connais pas ils ont aussi pu faire du forcing pour la FTI. Donc oui ton hypothèse est possible, elle me semble juste moins probable que celle de la contraction des ressources budgétaires.
  24. J'avais déjà lu l'article et je ne vois pas en quoi c'est un "bingo" pour DCNS. On devait avoir un modèle à 11 FREMM (9 ASM / 2 FREDA) + 2 HRZ + 5 FTI (remplacant après 2025 les FLF) à 18 frégates dites de 1er rang. Au final on s'oriente vers 8 FREMM + 2 HRZ + 5 FTI soit 15 frégates de 1er rang. Donc dans l'équation il manque 3 FREMM à construire : certes l'Egypte en a commandé une mais on reste donc à une perte nette de 2 (je ne compte pas celle du Maroc elle était actée bien avant ces histoires). Les FTI ne sont avancées que pour combler la période où nous aurions du construire les 3 dernières FREMM (2021/22/23). Donc dans l'histoire la Marine perd 3 FREMM. DCNS subit une perte nette de 2 FREMM à construire (on pourrait dire 3 si on ne compte pas l'export comme un remplacant d'une des trois annulées mais comme une plus-value). Et le Mindef économise donc sur ses deniers 3 FREMM, et limite la moins value pour DCNS à 2 FREMM puisque les egyptiens en ont acheté une, tout en avancant un peu il est vrai le calendrier des FTI. Les deux arguments avancés au développement de la FTI sont 1) faire marcher les bureaux études (louable mais on avait plein d'occasions de le faire autrement si c'est juste pour meubler temporairement le plan de charge) mais surtout 2) proposer un modèle de 4000 t. à l'export. Ben excuse moi mais je ne suis pas convaincu loin de là. Ce sont juste des raisons avancées pour ne pas dire simplement qu'on a rayé 3 FREMM de l'inventaire pour des raisons uniquement financières. Je ne vais pas redire ce que j'ai écrit dans le message précédent mais quelle est l'utilité de développer un nouveau modèle dont la seule différence avec les Gowind sera d'être un peu plus gros? La gamme export de DCNS entre une frégate haute intensité de 6000 t. qui se vend relativement bien à l'export, et une corvette modulable selon les besoins du client qui peut aller jusqu'à 2500 / 3000 t. avec presque les mêmes armements que la fremm (excepté MdCN et Aster 30) semble tout à fait adaptée, et marche en ce moment très bien... Quel intérêt de construire une frégate de 4000 t. pour y mettre les mêmes armements que sur la corvette? Parce que l'argumentation développée pour la FTI à l'export c'est que la FREMM est trop complexe à mettre en oeuvre par certaines marines et qu'il faut quelque chose de plus simple. Mais ce n'est pas le tonnage qui pose problème, ce sont les équipements et les sytèmes qui sont difficiles à intégrer pour des marines moins formées et compétentes que la MN. Donc au final on va virer toutes les technologies trop complexes (automatisation très poussée, MdCN etc.) pour aboutir à une frégate de 4000 tonnes reprenant les mêmes systèmes et armements (grosso modo) que la Gowind de 2500 tonnes qui sont très modernes. Autant agrandir un peu la corvette ... Pas besoin de créer une nouvelle classe et de faire tout un pataquès autour de ces FTI qui seront grosso modo des grosses corvettes Gowind ... C'est à dire des FLF avec un sonar de coque, des tubes lance-torpilles et quelques Aster 15 de défense ... ce que l'on vient de vendre aux egyptiens sous la forme de Gowind 2500 t. On peut enfin ajouter que les tentatives de DCNS depuis 10 ans de vendre des frégates multimissions de 4000 t. se sont toutes soldées par des échecs donc j'aimerais qu'on m'explique où se situe ce besoin si essentiel de développer une FTI export de 4000 t. D'ailleurs à y réflechir je ne vois pas d'appel d'offre qui demande exclusivement des frégates de 4000 t. mais plutot une série de marché pour des frégates lourdes de 6000t. ou pour des corvettes bien armées de 2000 / 3000 tonnes (qui sont en fait des frégates légères à ces tonnages). Et pour revenir à DCNS, ce sont des frégates qu'il aurait de toute facon fallu construire et livrer vers 2025/2030 pour remplacer les FLF. Donc je ne vois pas en quoi c'est un bingo pour DCNS. On est juste en train d'ajuster les besoins opérationnels en fonction de ressources financières contraintes ... Il serait d'ailleurs plus judicieux à mon avis de commander assez de FREMM pour remplir le besoin en frégates de 1er rang et de commander des grosses Gowind de 3000 t. pour remplir les missions des FLF improprement classées en frégate de 1er rang. Je me permets à mon tour de te conseiller cet article sur l'incohérence de la FTI pour la MN et l'export. http://lefauteuildecolbert.blogspot.fr/2015/02/lentreprise-dcns-aurait-besoin-dajouter.html Au plaisir d'échanger avec toi, même si je crois que je suis un peu parti loin vu le sujet "BPC russe"
  25. Probablement parce que si une monarchie pétrolière (Arabie Saoudite, Qatar ou EAU) apporte les fonds initiaux minimum et sa garantie financière au contrat, les égyptiens vont demander (comme pour les Rafale + la FREMM) un crédit à la France pour pour le reste de la valeur du contrat. Et c'est Bercy qui se prononce sur le crédit, ce qui avait déjà entrainé des remous avec les autres contrats (corvettes et fremm + rafale). De toute facon au final sur un dossier aussi chaud politiquement et financièrement la décision sera probablement prise au niveau du PR à l'élysée. En tout cas si l'affaire réussit et que l'Egypte se procure une trentaine de Kamov 52 russes, leur marine commencera à avoir une sacrée gueule avec 2 BPC + Kamov 52, 1 FREMM (probablement 2 pour en avoir une avec chaque BPC) et 6 corvettes gowind, 4 patrouilleurs lance-missile ambassador MkIII et 4 SSK type 209, le tout neuf.