Desty-N

Members
  • Content Count

    851
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Desty-N

  1. Merci à @pascal et @hadriel Je vais peut-être abuser , mais je me demandais aussi jusqu'où allait le partage de données de la L11? Je m'explique : on parle régulièrement dans les sujets sur le Rafale de la possibilité que quand plusieurs appareils volent en même temps, un seul allume son radar mais tous captent les échos réfléchis. L'avion émetteur partagerait suffisamment d'informations avec les autres pour qu'ils puissent traiter les signaux reçus. Un des avantages consisterait à détecter plus facilement les formes furtives, élaborées pour leurrer les radars dont l'émetteur et le récepteur se trouvent accolés. Si on peut envisager ce genre de système sur un avion, pourquoi pas sur un bateau? Un navire disposerait de plus de place d'énergie et de puissance de calcul pour traiter les échos radar du NH90 qu'il capterait de son coté. Comme les bateaux de guerre aussi se veulent furtifs, la vieille opposition épée-bouclier doit jouer ici aussi.
  2. Je me posais une question au sujet des FREMM: leur hélicoptère embarqué peut-il partager avec son bateau mère les informations recueillies par son radar? A l'heure de la fusion de données, cela me semblerait logique de faire bénéficier directement le navire d'un capteur déporté en altitude capable de voir au delà de la ligne d'horizon, mais j'ai un peu cherché sur le Web, sans rien trouver là-dessus. (désolé si la question a déjà été posée , j'ai parcouru plusieurs pages de ce sujet mais je n'ai rien vu)
  3. Est-ce que le MDCN a été validé pour les tirs depuis nos SNA? Je me souviens des tirs sur la Syrie depuis nos FREMM, mais depuis pas de nouvelles. Allumer une base neo-ottomane, tout en en profitant pour certifier discrètement combat proven le lancement de MDCN depuis un sous-marin, ce serait joindre l'utile à l'agréable, non?
  4. Dans le cadre des votes à majorité qualifiée, les anglais excellaient à réunir autour d'eux suffisamment de pays pour obtenir une minorité de blocage et faire obstruction. Je ne porte pas trop nos voisins d'outre Manche dans mon cœur, mais il faut être honnête et reconnaître à leurs services diplomatiques une habileté bien au dessus de la moyenne. Dans le cas de la réforme du transport routier, l'affaire ne me paraissait pas gagnée d'avance. La plupart des pays de l'est de l'Europe allaient en pâtir, alors on pouvait craindre qu'ils se liguent pour faire échouer le projet. Visiblement, il leur a manqué un fédérateur. Et je n'en démordrai pas: je considère qu'il s'agit d'une bonne chose. Je préfère qu'on ait plus le Foreign Office à l’affût pour bloquer certaines initiatives en profitant de la moindre maladresse des diplomaties françaises ou allemandes. Déjà que même dans ces conditions Paris et Berlin réussissent à faire capoter certaines de leurs décisions : L'article cité par @Wallaby me fait cependant un peu sourire. D'abord parce que le candidat qui avait l'appui de la France et de l'Allemagne était le ministre espagnol. On peut donc avoir un petit doute sur l'impartialité de l'article d'El Pais... Et ce d'autant plus que la critique du journaliste porte sur la fiscalité ... qui ne dépend pas de l'Eurogroupe! Alors même si je pense qu'il faudra un jour aborder la question de l'harmonisation fiscale (et sociale) au sein de l'UE, je crois aussi qu'il faut établir ses priorités et bien choisir ses batailles (comme à la guerre ) En ce qui me concerne, je trouve que le plus urgent consiste à faire adopter le plan de relance, en le liant au respect de l'état de droit : Comme il s'agit d'un projet budgétaire, les nations l'adopteront à la majorité qualifiée. Est-ce que c'est vraiment le bon moment pour se lancer dans une bataille contre l'Irlande dans la domaine de la fiscalité et risquer de la braquer? J'ai un gros doute. Personnellement je considère qu'il est plus facile de faire évoluer une démocratie qu'un état autoritaire, même dans des domaines comme la fiscalité, et que le dumping social de l'Est ne vaut guère mieux que le dumping fiscal, mais c'est mon avis de citoyen (que j'hésiterais sûrement à exprimer dans un régime autoritaire ) Si on doit faire pression sur l'Irlande, je préférerais que ce soit pour qu'elle adhère à Schengen. J'ai déjà expliqué mon raisonnement ailleurs dans ce forum : avec la libre circulation des personnes jusqu'en Irlande - y compris l'Irlande du Nord, de facto - les anglais se retrouveront obligés de coopérer avec l'UE et de surveiller leur frontière dans cette zone, faute de quoi, les passeurs s'adapteront et les clandestins déferleront en GB (sans doute avec la bénédiction intéressée de l'Ira). Accessoirement, ça permettrait de soulager Calais... Pour la réforme de la fiscalité, actuellement décidée à l'unanimité, il faudra attendre une éventuelle réforme de l'UE et une généralisation du vote à majorité qualifiée. Mais ça, je pense que ce n'est pas pour demain.
  5. Encore une nouvelle digne d'intérêt: Après trois ans d’âpres négociations, l’Union européenne a adopté, mercredi 8 juillet, une réforme-clé pour le transport routier.(...) La réforme porte sur le détachement des conducteurs, leur temps de repos et une limitation du cabotage, c’est-à-dire le fait pour un transporteur d’effectuer plusieurs chargements et déchargements dans un pays où il est arrivé dans le cadre d’une livraison internationale.(...) La réforme oblige les entreprises (...)à permettre aux chauffeurs de rentrer chez eux à intervalles réguliers (toutes les trois ou quatre semaines). Et si le chauffeur est loin de chez lui lors de sa période de repos hebdomadaire obligatoire, (...)l’entreprise doit payer ses frais d’hébergement. Pour prévenir le « cabotage systématique », vu comme une concurrence déloyale, une période de carence de quatre jours est prévue avant que d’autres opérations puissent être effectuées (...) . Les nouvelles règles introduisent aussi l’enregistrement des passages de frontières par tachygraphe, (...)retraçant les mouvements du véhicule. (...) Proposée par la Commission européenne en mai 2017, la réforme a donné lieu à une bataille entre les pays d’Europe de l’Ouest, .(...) , et ceux d’Europe orientale (...) Son adoption est pour les transporteurs polonais la « victoire du lobby de pays de l’Ouest ». Leurs homologues roumains déplorent qu’elle « enterre » leur industrie (...) Le ministère bulgare des transports (...) a annoncé un recours devant la justice européenne contre plusieurs dispositions de la nouvelle réglementation. (...) https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/09/l-europe-adopte-une-reforme-cle-pour-le-transport-routier-colere-a-l-est_6045744_3210.html D'après ce que j'ai vu par ailleurs : - les sociétés devront justifier d'un minimum d'activité dans un pays donné , pour limiter le coté "entreprise boîte à lettres" - il y aurait une mesure pour lutter contre les camions qui ne rentrent jamais, allant d'une livraison locale à l'autre (ils devraient retourner chez eux tous les deux mois) Il y a une semaine, j'évoquais l'European Payments Initiative et la volonté de T. Breton que l'UE se dote de sa propre constellation de satellites pour l'internet haut débit, tout en plaisantant sur les effets du Brexit. Je commence à me demander si je n'avais pas raison. Une fois c'est un hasard, deux fois une coïncidence et à partir de trois, il faut chercher la cause cachée. On en est à trois en même pas 8 jours. J'étais le premier à redouter que la Pologne ne remplace le RU dans son rôle de fauteur de trouble au sein de l'UE, mais Varsovie n'a rien pu faire pour bloquer une réglementation qui l'affectera directement. A ce rythme-là, d'ici Noël la commission européenne va proposer un règlement pour rendre coup pour coup aux USA quand ils décideront souverainement de sanctionner nos entreprises (comme l'amende à la BNP pour ses relations avec Cuba , ou encore la pression US liée à leur dénonciation unilatérale de l'accord sur le nucléaire iranien) !!!
  6. Deux informations européennes assez marquantes cette semaine: - 16 banques européens veulent créer un nouveau système de paiement baptisé European Payments Initiative. L'objectif est de concurrencer les géants américains Visa et Mastercard. Le lancement est prévu pour 2022, avec un coût estimé à plusieurs milliards d'euros. https://www.usine-digitale.fr/article/pour-contrer-mastercard-et-visa-16-banques-veulent-lancer-un-systeme-de-paiement-europeen-d-ici-2022.N982156   Dépêche Reuters sur le sujet : https://www.reuters.com/article/us-eu-banks-payments/eu-banks-to-take-on-visa-mastercard-with-new-payments-system-idUSKBN243284 - Pour assurer sa souveraineté numérique, Thierry Breton estime que l'UE doit se doter de sa propre constellation de satellites dédiée à l'internet haut débit. Le commissaire européen au marché intérieur envisage de rapidement proposer ce projet à la Commission. https://www.usine-digitale.fr/editorial/pour-thierry-breton-l-ue-doit-avoir-sa-propre-constellation-de-satellites-pour-l-internet-haut-debit.N981916 Dans les deux cas, il ne s'agit encore que de projets, mais qui semblent plutôt bien engagés. Je vais dans doute être mauvaise langue, mais on voit déjà les effets positifs du Brexit !!
  7. M À ce rythme là, si Trump est réélu, dans 5 ans on se retrouvera à envisager une confédération européenne.
  8. Video youtube : https://youtu.be/9EjH5TVAaoI Je me demande si Boeing ne pourrait pas, dans certains cas, utiliser la réalité virtuelle à la place de ses simulateurs d'avions classiques? L'article en rappelle les principaux avantages : le prix, la disponibilité, la possibilité de reconstituer facilement de nombreux scénarios. Dans les conditions actuelles, je rajouterai la facilité à respecter les conditions d'isolation liées au confinement. Je ne vois cependant pas la VR remplacer de but en blanc le simulateur classique. A court terme, je l'imagine plutôt comme un moyen de diminuer le nombre de séances sur ces machines, ce qui permettrait d'aménager au mieux leur calendrier d'utilisation. A terme, je ne sais pas, il faudrait faire un premier bilan un an ou deux après les premiers usages de la VR pour les pilotes. Je sais bien que dans la période actuelle de crise pour l'aéronautique, il y aurait un risque à prendre cette décision, même si on l'appliquait de manière progressive, mais parfois, le plus gros risque c'est ce ne pas en prendre.
  9. Tant pis si je relance la polémique, mais je voudrais rappeler qu'il n'y a pas que l'Allemagne qui s'en sort bien. Il y a une espèce de mode actuellement dans les médias (et sur ce forum? :-P) qui consiste à expliquer qu'on aurait dû tout faire comme nos voisins d'outre-Rhin: équipements en lits de réa, tests en quantité, etc... Le Portugal et la Grèce (2 des "PIGS" !) comptent actuellement 880 et 130 morts, environ. On a connu pire. Et pourtant, je n'ai trouvé aucune trace de tests massifs ou de lits de réanimation en quantité (merci la crise de 2008 et l'austérité). Par contre, ils ont un point commun : ils ont confiné tôt. Je n'ai pas retrouvé les dates, mais ils me semblent qu'ils n'avaient alors que quelques dizaines de cas. Et ça, ça leur fait un point commun avec l'Allemagne. Alors, est-ce qu'on aurait eu moins de morts si on avait confiné une semaine plus tôt? Personnellement, je pense que oui. Mais il ne faut pas oublier une chose: en France, le 15 mars, on avait le premier tour des municipales. Macron avait consulté à ce sujet. Le président du sénat était contre L'Elysée avait aussi consulté les Conseil Constitutionnel qui a estimé que dans ces conditions, il faudrait utiliser l'article 16 qui donne les pleins pouvoirs au président (https://www.20minutes.fr/municipales/2739391-20200313-coronavirus-pourquoi-municipales-elles-reportees ). Cela faisait marteau-pilon pour écraser une mouche. A mon sens, on avait le choix qu'entre des mauvaises solutions. Par contre, j'espère qu'on en tirera les leçons. Par exemple une procédure très encadrée pour reporter certaines élections, avec suffisamment de transparence pour que chacun assume ses responsabilités. (j'en veux pas mal à Larcher, pas trop à cause de sa position avant le 15 mars, mais surtout à cause de son incapacité à l'assumer. On parle quand même quelqu'un qui peut avoir à remplacer le chef de l'état ...)
  10. Dans ces conditions, je me demande ce que ça va donner, quand ils commenceront à déconfiner. Jusqu'à l'arrivée d'un vaccin, on ne peut compter que sur une propagation "contrôlée" de l'épidémie pour arriver à l'immunité globale sans trop de dégâts. Si le personnel soignant manque de matériel ça ne va pas être évident de contrôler quoi que ce soit ...
  11. Cela veut-il dire que les tests sérologiques comme ceux sur lesquels travaillent Biosynex ou NG Biotech s'avéreraient plus fiables que les méthodes de recherches de virus par prélèvement? Je sais bien qu'il ne s'agit pas de la même chose. Cependant, si actuellement on s'occupe beaucoup de détecter les malades, ce sont les séropositifs avec les bons anticorps, ayant développé une immunité au COVID-19, qui joueront un rôle crucial dans le déconfinement et la relance de l'économie. Alors un pays qui peut les détecter facilement et à coup sûr possédera un avantage non négligeable.
  12. C'est ballot : les personnes âgées constituent justement une population particulièrement à risque. Et pas toujours consciente du danger d'après ce que j'ai pu observer samedi quand j'ai fait mes courses (et non je ne pouvais pas les faire à un autre moment : depuis une semaine on ne m'a pas laissé le choix, j'ai du reprendre le travail) Pour en revenir à cette histoire de personnes âgées courant plus de risques, c'est le facteur envisagé actuellement pour expliquer les bons résultats en Allemagne : La moyenne d'age des contaminés outre-Rhin reste nettement plus basse que chez nous 49 ans contre 62. Sauf que tant qu'on a pas d'immunité collective, l'épidémie finit par repartir. Berlin se trouve comme nous face à un choix difficile : levée ou maintien du confinement? Reprise ou crise économique? Pas d'immunité collective à moins de 60% de la population contaminée ou vaccinée. On nous promet un vaccin dans 18 mois, en attendant, si on veut reprendre nos activités il va falloir accepter le risque de tomber malade. Et la population allemande, plus âgée, se trouve de facto plus exposée.
  13. Le correspondant du Monde en Allemagne a répondu aux questions des abonnés : Ce que j'en retiens : comme en France, on a une concentration des cas dans quelques régions contrairement à la France, outre-Rhin, la maladie touche, pour le moment, surtout des personnes jeunes (49 ans en moyenne, contre 62 en France). Donc, si on veut faire une comparaison, il faudrait pouvoir comparer avec des profils d'age équivalents. C'est un travail d'épidémiologiste (que @Akhilleus et @Ben me corrigent si je dis une bêtise) Cela veut aussi dire que lors de la deuxième vague, quasiment inévitable, Berlin devra faire particulièrement attention, puisque la population teutonne comporte nombre de seniors. malgré toute l'efficacité allemande, ils ne disposent pas de plus de masques que nous. Et ça vaut pour la plupart des équipements médicaux. Ce que j'en conclus : je veux bien polémiquer sur la pertinence du début du confinement, mais pas pour les équipements médicaux : a priori aucun pays n'a géré correctement ce sujet (pour la date du début du confinement, nous, on avait le problème des élections) l'Allemagne a eu la chance d'une contamination atypique de sa population. Bravo et tant mieux pour eux. Mais faute de vaccins (fin 2021?), si on veut atteindre l'immunité collective, cela implique qu'il faudra qu'au moins 60% de la population attrape le virus. Et ça implique beaucoup de personnes âgées à risque, beaucoup plus que chez nous. En fait, ils ont le choix entre le confinement massif pendant encore 18 mois, avec des conséquences catastrophiques pour leur économie, ou une contamination massive des personnes âgées (qui proportionnellement travaillent plus que les nôtres) En tout cas, c'est mon analyse du lundi 13.
  14. Et accessoirement Singapour malgré toutes ces mesures et leur respect par les citoyens, fait face à une 2ème vague de contamination https://www.lavoixdunord.fr/739547/article/2020-04-11/coronavirus-singapour-affronte-une-deuxieme-vague-de-contaminations?amp Je n'étais pas trop hostile à une application de traçage, mais là on vient de m’asséner la meilleure des objections : l’inefficacité.
  15. D'après leur page Wikipedia : J'ai cherché un moment sur leur site des données sur le Covid-19 mais ce que j'ai trouvé de plus approchant, c'est : " Causes de décès - nombres absolus par pays de résidence et d'occurrence." https://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=hlth_cd_aro&lang=fr Sauf que les données les plus récentes datent de 2017. Je pensais plus à des normes si ce n'est hebdomadaires au moins mensuelles, histoire qu'on dispose d'éléments de comparaison avec nos voisins, sans avoir à attendre 2-3 ans. Et pour ça la meilleure solution serait que chaque pays les utilise dès l'origine. EDIT : après réflexion, je pencherais pour des normes hebdomadaires, même si plus difficiles à mettre en place. Dans le cadre de l'épidémie actuelle une semaine peut faire toute la différence. Si on avait décrété le confinement 7 jours plus tôt, on aurait des chiffres de mortalité bien plus faibles (je ne jette pas la pierre à l'Elysée : le sénat était contre cette mesure, Fabius avait fait savoir que le Conseil Constitutionnel n'accepterait que si le président activait l'article 16 (?) A l'époque cela revenait un peu à utiliser un marteau pilon pour écraser une grosse mouche, l'opposition et beaucoup de bien-pensants auraient hurlé à la dictature, y compris sur ce forum)
  16. Je suis comme toi très sceptique, mais je ne trouve pas ce qui pourrait clocher. Il faudrait les chiffres globaux de la mortalité des grands pays européens (France, Allemagne, Italie, Espagne) sur plusieurs années pour pouvoir faire des comparaisons. Et surtout ... il faudrait que la Commission Européenne établisse des normes statistiques à utiliser par tous les pays de l'UE! Et pas seulement les décès, mais aussi la pauvreté, le chômage, l'espérance de vie ... Cela fait partie des leçons à tirer de cette crise, mais je crois qu'il faudra ouvrir un sujet dédié.
  17. Je viens de poster sur le fil Allemagne une info avec un lien sur la méthode allemande de décompte des morts par Coronavirus. Je l'insère ici aussi: Je reste perplexe sur les informations fournies par l'institut Robert Koch, mais je ne vois pas ce qui pourrait clocher.
  18. Trouvé sur Libé, cet article de mercredi 8 : Comment les Allemands comptent-ils les décès liés au Covid-19 ? https://www.liberation.fr/checknews/2020/04/09/comment-les-allemands-comptent-ils-les-deces-lies-au-covid-19_1784630 Comme ça, on en sait un peu plus sur la méthodologie teutonne, mais je reste perplexe : ces résultats indiqueraient, entre autres,assez peu de morts chez les personnes âgées alors qu'il s'agit d'une population à risque. S'il n'y a pas un biais qui m'échappe, je dois me rabattre sur l'hypothèse d'un confinement déclenché à temps: on voit chez nous qu'il existe une grosse différence de situation sanitaire entre des régions comme les Pays-de-la-Loire et le Grand-Est par exemple. Le virus ne s'y trouvait pas disséminé de la même manière quand l'Elysée a décidé début mars, qu'on devait rester chez nous. Peut-être que la plupart des Länder se trouvaient dans la situation des Pays-de-la-Loire quand les allemands ont dû se confiner?
  19. Avant de parler bilan, de façade ou pas, on va peut-être attendre la fin de l'épidémie, non? Ce dimanche, ce qui se dessine, c'est un décalage de 10-15 jours, entre le Sud et le Nord, mais partout les courbes gardent grosso modo la même forme. Les Pays-Bas ont adopté un confinement qui n'en porte pas le nom, et même la Suède commence à se poser des questions (la situation de Stockholm pourrait devenir problématique d'ici le WE prochain) Si le 20 avril, les hôpitaux allemands frôlent l'engorgement alors que Paris et Rome proposent d'accueillir des malades (ce qui ne me choquerait pas), je doute que Berlin refuse. Dans ce cas, on verra si la dialectique cigale vs fourmi tient toujours. A moins qu'il se trouve des bonnes âmes pour s'offusquer de "l'humiliation" faite à l'opinion publique allemande?
  20. Depuis quelques jours, on prend en compte les décès dans les EPHAD, ce qui n'est pas le cas de tous les pays. (d'où l'importance de normes statistiques européennes communes ...) Si on ne regarde que les décès dans les hôpitaux, on tourne autour de 450-500, ce qui est nettement plus modéré, et plutôt sur un plateau. Par ailleurs, il se peut qu'on soit dans un effet de rattrapage: on intègre rapidement tous les décès liés aux COVID-19 depuis plusieurs semaines. Si on reste sur les mêmes ordres de grandeur à la fin de la semaine prochaine, alors il faudra se poser plus de question. Il est important de prendre du recul. Pour rappel, lors de la grande canicule des années 2000, on s'est aperçu après coup que l'Italie avait eu ~ autant de décès que nous, sauf qu'en France on disposait d'un outil statistique qui nous fournissait les chiffres beaucoup plus vite, presque en temps réel. (et accessoirement les décès des seniors l'hiver suivant à cause de la grippe ont fortement chuté. On s'est demandé si la canicule n'avait pas surtout frappé les personnes déjà fragiles, abrégeant leur existences de 3-6 mois) EDIT : grillé par @Skw
  21. A mon avis, aucun procédure ou protocole ne le prévoyait. Comme expliqué sur ce forum, changer les règles en cours de partie constitue un excellent moyen de commettre de gosses erreurs. Et si le personnel d'un labo vétérinaire, mal formé pour ce cas précis, se contamine avec les échantillons? Par contre, j'espère bien que dans le cadre du RETEX, on en tirera la leçon. Il serait intéressant que les ministères concernés coopèrent afin, par exemple, de permettre aux laboratoires vétérinaires le demandant de se voire accordé, sous certaines conditions, un agrément renouvelable, qui leur permettrait en cas de crise de recevoir rapidement l'autorisation de faire des tests. Je ais que ce n'est pas simple, mais je préfère ça à cet exemple lu dans Spiegel (grâce à ce forum qui est une mine d'informations ^_^): Comme dirait l'autre, il y a quelque chose qui m'échappe dans la logique allemande.
  22. Amen. Au détour d'un reportage, j'ai appris qu'il existait un comité stratégique de la filière textile. On dispose même des outils pour veiller à ce que le savoir-faire acquis sur le tas pendant cette crise ne disparaisse 18 mois, après la fin du confinement. Mais dans ce domaine comme dans quelques autres, l'Europe a un rôle à jouer. @Skw a très bien expliqué l'intérêt qu'il y aurait à grouper les achats de masque auprès de la Chine : on ne traite pas de la même manière quelqu'un qui représente 350 millions de clients et quelqu'un qui en représente quelques dizaines de millions, n'en déplaise aux souverainistes. La volonté et la pensée magique ne suffisent pas. Peut-être que ça coûterait trop cher à la France seule de stocker des masques en prévision d'une épidémie. Par contre un stock commun, dans lequel l'Italie aurait put piocher quand les choses ont commencé à se gâter, ça aurait du sens. Surtout avec un gestionnaire qui aurait réagi en voyant la consommation, et aurait lancé des achats massifs à temps pour que l'Espagne et la France en bénéficient. EDIT : on voit quelque chose d'analogue aux USA. A l'étranger ils sortent le chéquier pour rafler des masques, mais en interne, les gouverneurs se bouffent le nez pour acheter des respirateurs. Résultat, les prix flambent. Il parait que Trump refuse de se pencher sur le sujet, au nom de la "libre concurrence" ...
  23. Certaines maladies dangereuses, comme la rage, sont transmissibles à l'homme. Si des labos vétérinaires sont capables de les traiter, ne peuvent-ils pas, dans des circonstances exceptionnelles, dépister sans trop de risques? L'article cité par Boule75 mentionne que d'autres pays le font : En tout cas, ce serait une piste à creuser pour l'après Corona-19 : étudier s'il serait possible dans certains cas d'autoriser les labos vétérinaires à faire du dépistage et définir un protocole à appliquer le cas échéant.
  24. Le gouvernement réfléchit à une solution pour tracer les malades tout en respectant les prescriptions de la CNIL et du RGPD : D'après ce que j'ai glané à droite à gauche, l'application active le Bluetooth du téléphone sur lequel elle est installée. Quand deux téléphones se trouvent à moins de mètre l'un de l'autre, ils échangent leur coordonnées, la cryptent et la stockent dans leur propre mémoire pendant 20-25 jours. Si quelqu'un tombe malade, il active une fonction sur son smartphone qui envoie un message d'alerte aux smartphones dont elle a gardé les coordonnées. Pas de centralisation, que des données stockées en local, donc nettement plus respectueux du RGPD. Par contre, ça repose sur la bonne volonté du possesseur du smartphone : il faut qu'il accepte d'installer l'application et il faut qu'il aie le réflexe d'activer la fonction message d'alerte. Sur le premier point, on pourrait en faire une condition pour bénéficier de la fin du confinement. Sur le second, le personnel médical pourrait peut-être se trouver sensibilisé? Sinon, pour ajouter mon grain de sel à la polémique sur le manque de réactivité de nos dirigeants: c'est le cas pour ainsi dire dans tous les pays occidentaux. La France n'est pas le pire : - les Pays-Bas jouent sur les mots : - le Royaume-Uni fait face à une polémique qui me rappelle quelque chose ... : - je préfère ne pas parler des USA ... Il n'y a que les allemands qui semblent un peu mieux s'en sortir, mais ils versent un peu vite dans l'autosatisfaction : (On en reparlera fin avril ...) Les pays asiatiques s'en sortent parce que ils ont retenu la leçon du SRAS & cie. A nous d'en faire de même. On a su le faire pour Ebola puisque la France est à l'origine du premier essai clinique pour trouver un traitement contre le COVID-19. Si je devais creuser une piste, ça serait de mettre en place un modèle de diffusion de l'épidémie qui s'appuierait dès le début sur les données de géolocalisation anonymisées. Comme ça les décideurs sauraient mieux à quoi s'attendre, dès le début de la crise.
  25. Dernières nouvelles de l'USS Roosevelt :