Desty-N

Members
  • Content Count

    778
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Desty-N

  1. Le visionnage du Chant du loup, m'a rappelé que les futurs SNA de la classe Suffren pourront tirer des missiles anti-aériens depuis leurs lance-torpilles. Je pense que les français ne sont pas les seuls à développer cette technologie? Outre l'AS3M de la DCNS, j'ai trouvé le projet allemand IDAS, et il en existe surement d'autres. J'ai exhumé quelques vieux posts sur le sujet : Le MICA, dans le cadre de l'A3SM, est tiré par un tube lance-torpille, tout comme l'IDAS. Donc le tir est possible pendant que le sous-marin bouge, et il n'y a pas besoin que le missile sorte de l'eau près du point de lancement. Ce qui rend la localisation du sous-marin plus difficile. Par contre les hélicoptères se moquaient jusqu'ici de donner leur position (horizontale), quand ils utilisaient leur sonar actif, puisqu'on ne pouvait pas les atteindre. Désormais la donne va sans doute changer. Ces aéronefs gardent d'autres points forts, comme leur rapidité de déplacement, mais ils vont sans doute devoir adapter leurs tactiques. A priori, je les verrais faire plus appel au sonar passif et aux bouées sonar, qui elles ne l'obligent pas à s'immobiliser. Avec peut-être un recours aux navire alliés du coin? Si ces derniers connaissent avec précision la position des bouées sonar, et la nature de leurs émissions, la seule réception passive devrait leur permettre de se faire une idée de ce qui se balade dans le fond. Il ne resterait plus alors qu'à communiquer les infos à l'hélico. La guerre en réseau, quoi
  2. J'ai vu ce WE, et pour un premier film, je le trouve très bon, particulièrement les deux premiers tiers La première partie m'a particulièrement plu, avec son jeu du chat et de la souris
  3. De toute évidence, l'échec de la fusion Siemens-Alston a laissé des traces. Sur le fond, rendre la main aux politiques ne me choque pas, du moment qu'ils assument leurs c..ies se montrent responsables. Et on va avoir une nouvelle illustration du rapport de force à venir dans une UE post-Brexit. Sans une Grande-Bretagne très libérale, si les deux principales nations de l'Union accordent leurs violons, feront-elles accepter facilement ce genre de décision dirigiste?
  4. Paradoxalement, je ne me fais pas trop de souci sur l'accord à l'unanimité des 27, si la GB demande une prolongation, en tout cas jusqu'aux élections du parlement européen (non incluses). Mais ils demanderont des contreparties. Commerciales, technologiques, financières, qu'importe. Pour moi la déclaration de Macron s'inscrit dans cette optique de négociation. L'UE peut se permettre de camper ses positions, jusque là ça lui a réussi. Cela amènera surement T. May à devoir faire encore des concessions. Et vu la pétaudière invraisemblable qu'entretiennent les députés britanniques en ce moment, je doute que eux l'acceptent Je te rejoins sur un point: tout se jouera entre le hard et le soft Brexit, et sans doute d'ici le 29 lars Moi aussi en masqué :
  5. Le mur de la réalité , ou encore des limites de la puissance de la volonté et de la pensée magique : Avant d'ouvrir le feu, je tiens à rappeler que la France avait également déclaré unilatéralement un embargo envers la Chine après les évènements de Tien'anmen, voci quelques décennies. Certes, il semblerait que ça nous aie servi de leçon, mais gardons ce point en mémoire, avant de se moquer trop ostensiblement. Cela dit... il faut souligner que, jusqu'à preuve du contraire, il s'agit d'une décision tout à fait légale, prise par les instances démocratiques teutonnes. (Les souverainistes du coin n'y trouveront donc rien à redire ) Personnellement, un zeste de malice, me pousse à trouver quelque peu hypocrite le choix politique fait outre-Rhin. J'ai du mal à croire que leurs décideurs ne s'attendaient pas à la réaction d'Airbus. Pour le moment, je remarque d'ailleurs le silence assourdissant, de la part du personnel politique teuton, suite à l'annonce del'avionneur. Des esprits mal intentionnés pourraient même se demander si Airbus ne va pas se procurer les pièces qu'il recherche auprès de filiales étrangères des groupes allemands qui les lui fournissaient jusque là directement Plus sérieusement, si Berlin veut vraiment que l'Arabie Saoudite se trouve soumise à un embargo important en matière d'équipements militaires, je crois que c'est tout à fait possible. Mais il lui faudrait agir au niveau européen et donc pour cela investir du temps, de l'énergie et griller une partie plus ou moins importante de son capital politique. Angela doit déjà se soucier de la réforme de la PAC, et de négociations commerciales compliquées avec les USA, qui veulent absolument taxer leurs voitures. Elle a d'autres chats à fouetter. Conclusions : 1) non l'Allemagne ne dirige pas l'Europe comme elle l'entend 2) Tien'anmen remonte à près de 30 ans, donc ce n'était pas mieux avant. (avant l'UE, avant la mondialisation, au bon vieux temps, quand y avait du respect scrogneugneu !) 3) Outre-Rhin, on sait aussi afficher de grandes postures moralisatrices quelques peu spécieuses, pour flatter une cible électorale 4) espérons qu'Airbus et Dassault saurons assurer leurs arrières pour le futur avion de combat... PS : en parlant de postures moralisatrices : Cela me fait penser à pas mal de post dans le fil criailleries -USA. @Tancrède y décrit mieux que moi, ce nouveau manichéisme où l'indignation sur les réseaux sociaux d'une poignée d'autorités morales auto proclamées suffit pour créer un scandale.
  6. Je vais essayer d'éviter de rester trop longtemps en HS, mais pour autant que je sache, au Japon très peu de citoyens possèdent des armes à feu, et il s'agit d'un des pays les plus sûrs du monde. Quand aux théories de MM Lott et Wilson, elles ne font pas l'unanimité : https://www.journaldemontreal.com/2014/06/07/les-armes-a-feu-bien-ou-mal-aucune-idee (Histoire d'éviter que les modos nous tapent sur les doigts, je pense qu'il faudrait déplacer cette discussion sur un autre fil ) Moi aussi, je vais me permettre de me citer Le BREXIT ouvre des opportunités pour la France. Cela ne veut pas dire que ça se fera automatiquement, cela signifie qu'il y aura des coups à jouer. Et je ne crois en aucun cas que ça se fera automatiquement, ou qu'on peut d'ors et déjà planifier dans le détail l'ensemble des événements. Dans une bataille, la première victime c'est toujours le plan de l'état-major, mais ça n’empêche pas ce dernier d'avoir une vision stratégique dont la pertinence se révèle (ou pas) durant l'ensemble de la guerre. Stratégiquement, le départ des anglais change le rapport de force dans l'UE. Notre pays peut en profiter, mais il devra faire preuve d'habileté. Croire qu'il a déjà gagné, ou bien qu'il n'a aucune chance de réussir relève à mon sens d'une forme de fatalisme, où on cède un peu à la facilité. Comme disait Poincarré "il y a deux sortes de de paresse intellectuelle, croire à tout et ne croire à rien"
  7. Le Sinn Fein la joue fine en rappelant que l'accord du vendredi saint mentionne la fin de toute frontière physique entre les deux Irlandes, et en évoquant un référendum également prévu par les accords de paix. Mais même s'il avait lieu et s'il aboutissait à une réunification, je ne crois pas que les activistes protestants unionistes l'accepteraient. C'est mal engagé Aucune nation de l'UE ne maîtrise comme la GB ce subtil mélange d'habileté et de mauvaise fois qu'on appelle la diplomatie . Et aucun ne pèse un tel poids (PIB 2017 en milliards d'Euros : Allemagne 3 684,82, Royaume-Uni 2 624,53, France 2 583,56, Italie 1 937,89, Espagne 1 313,95) Dans tous les cas, il y aura des inconvénients pour l'UE. Mais sans l'Angleterre, la France va surement disposer de quelques coups intéressants à jouer (PAC, défense européenne ...) Le pessimiste voit la difficulté dans l'opportunité, l'optimiste voit l'opportunité dans la difficulté ... Winston Churchill (je sais un britannique, et adepte du grand large, qui plus est )
  8. Je suis en train de visionner Counterpart, et je trouve que c'est une excellente série. Je recommande à tous ceux qui apprécient les ambiances à la John Le Carré ou The americans. . A elle seule, la performance de JK Simmons vaut le détour. (En même temps, je ne suis pas objectif, j'adore l'acteur depuis que je l'ai vu en JJ Jameson les Spider Man de Sam Raimi .) Plus sérieusement, outre l'ambiance, j'apprécie l'évolution de l'intrigue par petites touches, la réalisation, le fait qu'on ne prenne pas le spectateur pour une andouille Bref, au cas où vous n'auriez pas encore deviné, j'aime bien . Malheureusement, ils annulent la série. elle n'aura duré que deux saisons
  9. Il me semble d'ailleurs qu'on choisit encore ainsi le patriarche des coptes : par un mélange de votes et de tirage au sort. En même temps, ce genre de méthode correspond bien à une institution religieuse, si on considère comme Einstein que le hasard, c'est Dieu incognito. Pour ne pas trop verser dans le Hors Sujet, Arte diffusait mardi soir deux documentaires : Irlande, frontière du Brexit et Irlande du Nord : des photos qui ont marqué l’histoire. J'ai commencé à visionner le premier et, en cas de Hard Brexit, les choses pourraient vraiment se gâter. Beaucoup, à commencer par moi, ont oublié l'ambiance délétère qu'il y avait dans le coin, durant les années 1970-80. Et encore, je tirais mes informations des médias . Dans l'émission, le récit de plusieurs témoins fait plusieurs témoins fait froid dans le dos. Je me demande si les britanniques joueront le jeu et surveilleront la frontière, ou s'ils craindront une reprise des attentats et en profiteront pour laisser s'installer une flopée de trafics? En même temps, les passeurs disposeront alors d'une voie toute tracée pour l'immigration illégale, dans le sens inverse. Surtout si Dublin décidait d'adhérer à Schengen. Dans ce cas, il n'y aurait plus à ses frontières aucun contrôle des personnes. Un rêve pour certaines filières criminelles, un cauchemar pour Londres...
  10. Plutôt d'accord. Je me permettrai de rajouter que les premiers démocrates grecs se méfiaient un peu des élections. Dans mes souvenirs, ils craignaient le clientélisme et le populisme (toute ressemblance avec des événements actuels s'avérerait pure coïncidence ) et faisaient largement appel au hasard, via le tirage au sort, pour choisir leurs représentants. On retrouve toujours cette pratique pour les jurys, dans les procès. Il ne reste plus à T. May qu'à proposer aux parlementaires que, dans un esprit démocratique, elle joue le Brexit à pile ou face devant eux
  11. Les "bonnes nouvelles" se suivent pour l'industrie britannique: Boeing répartit des pièces détachées entre ses centres de distribution au Royaume-Uni et à travers le monde en vue du Brexit, a déclaré mardi un dirigeant du groupe aéronautique américain. Airbus a annoncé ce mois-ci avoir dépensé des dizaines de millions d'euros pour stocker des pièces et sécuriser ses systèmes informatiques. Le mois dernier, Rolls-Royce Holdings a annoncé le transfert en Allemagne de la conception de ses moteurs afin d'éviter un éventuel retard réglementaire ou une perturbation de ses ventes à l'issue du Brexit. (...) Ken Shaw a déclaré que le Brexit ne devrait pas avoir un énorme impact sur la production de Boeing car ses pièces en provenance de Grande-Bretagne sont principalement expédiées aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde et non en Europe continentale. (...) https://www.challenges.fr/finance-et-marche/boeing-repartit-ses-pieces-detachees-en-vue-du-brexit_644822 Et sinon May lache un peu de lest : La Première ministre britannique laisse le choix aux députés. Mardi 26 février, Theresa May a annoncé aux députés qu'elle leur laisserait le choix de reporter la date du Brexit pour « une période courte et limitée » s'ils rejettent son accord de retrait de l'UE et refusent de sortir sans accord. Elle a répété qu'elle était (...) opposée à ce report de la date prévue, le 29 mars, et a souligné qu'il ne pourrait pas aller au-delà de juin, car dans le cas contraire, le Royaume-Uni devrait participer aux élections européennes de fin mai. La dirigeante conservatrice a précisé qu'elle avait l'intention de procéder en trois étapes. D'abord, elle présentera avant le 12 mars aux députés une version modifiée de l'accord de divorce qu'elle a signé fin novembre avec Bruxelles et que le Parlement a massivement rejeté mi-janvier. (...) En cas de rejet, elle demandera aux députés le 13 mars s'ils veulent sortir de l'UE sans accord. S'ils refusent, alors elle présentera une motion le 14 mars demandant "si le Parlement veut une extension courte et limitée de l'article 50" du traité de Lisbonne (...) https://www.lepoint.fr/europe/brexit-theresa-may-ouvre-la-porte-a-un-report-26-02-2019-2296407_2626.php Comme le dirait @Alexis , le problème du parlement britannique, c'est qu'il trouve des majorités pour s'opposer, pas pour proposer. En l'occurrence, ça ne m'étonnerait même pas qu'il rejette toutes ces motions . Sans doute la première ministre veut-elle placer les députés devant leurs contradictions.
  12. Je me plaignais de la nouvelle trilogie Star Wars. Heureusement que des passionnés font encore vivre le mythe:
  13. On parle tout de même de la Shoah, un génocide massif qui a marqué la conscience de la plupart des peuples occidentaux et un événement fondateur dans l'histoire et la mystique d'Israël. OK, d'autres minorités, comme les tziganes, ont souffert (et proportionnellement, peut-être même plus). OK, d'autres peuples ont péri en plus grand nombre (20% des soviétiques). Mais la solution finale reste considéré comme le crime contre l'humanité par excellence. Nombre d'hommes politiques israéliens ont d'ailleurs justifié leur politique pour le moins musclée, par la nécessité du "plus jamais ça". Il me semble même que Nétanyahou avait eu recours à cet argument à une ou deux reprises. Tout ça pour finir par s'acoquiner avec des dirigeants étrangers flirtant avec le révisionnisme. Que ça lui explose à la figure, relève d'une forme de justice divine (ou de karma ) On peut à la limite espérer que ça marche quand les deux nations se trouvent assez éloignées l'une de l'autre (Hitler avait bien qualifié les japonais d' "aryens d'honneur" https://en.wikipedia.org/wiki/Honorary_Aryan ), mais les relations Pologne-Israël montrent que ça finit toujours par coincer, ou alors il faut faire preuve de beauuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuucoup d'incohérence de souplesse dans le discours. Je ne désespère pas de Tel-Aviv et Varsovie. S'ils suivent l'exemple de Washington, ils peuvent réussir à se rabibocher. Trump reste le maître absolu du discours péremptoire et auto-contradictoire, mais on finira bien par lui trouver quelques disciples de valeur
  14. Avec la PAC, on tient peut-être la nouvelle bataille: Quand Juncker est parti négocier aux USA, le BREXIT se dessinait à peine à l'horizon. Cet été, il en ira différemment. Personnellement, je pense que si Angela Merkel veut des changements dans la PAC, il faudra qu'elle fasse des concessions sur l'automobile ou plus globalement sur l'attitude vis-à-vis des USA (et vice-versa ) . Sans cela, elle ne pourra pas obtenir le soutien de la France, alors que nous devrions sans souci pouvoir coaliser les pays de l'Est et d'Europe Centrale sur l'agriculture. Et plus question de pouvoir compter sur une Grande-Bretagne libérale par principe Une bonne illustration des avantages et des inconvénients de l'UE, même pour son membre le plus puissant (pas de pensées scabreuses, petits canaillous ) : pas de droits sans devoirs, pas d'avantages dans un domaine sans une contrepartie dans un autre. Ça va s'avérer intéressant de voir comment la chancelière s'adaptera à cette nouvelle donne.
  15. Le sujet est toujours délicat, mais cela fait quelques jours que ça m'interpelle: Autant le rapprochement d'Israël avec des pays pas toujours très démocratiques ne me choque pas, Realpolitk oblige, autant la relation avec les dirigeants polonais m’interpellait. Cela fait un moment que ces derniers entendent dicter une histoire officielle de la seconde guerre mondiale, et de la Shoah dans leur pays. Je me demandais combien de temps il faudrait avant que ça coince. Il semblerait qu'on y soit.
  16. collectionneur doit faire allusion à Je parierais pour une erreur de mise en scène. Rodriguez doit moins bien connaître Gunm que Cameron. Ce genre de boulette saute aux yeux pour les connaisseurs tendance geek (c'est pas comme si c'était notre genre sur ce forum), mais le spectateur lambda ne se rendra compte de rien. Ce n'est pas une consolation, mais on trouve ce type d'incohérence même sur des franchises beaucoup plus populaires. Typiquement : dans Les Animaux Fantastiques 2, des sorciers transplannent devant Poudlard, alors que le T.6 de H. Potter mentionne que cela est impossible. Et je ne m'étendrai pas sur le massacre de certains personnages: Si les producteurs décident de donner une suite à Alita, le problème se posera peut-être. Mais je n'y vois pas une difficulté insurmontable. Rien qu'une poignée de lignes de dialogue et un petit appel implicite à la bonne volonté du spectateur ne suffisent à faire accepter.
  17. Dans Popular Mechanics, E. Musk explique pourquoi il veut construire une fusée en acier: Un point m'interpelle: je croyais que la future fusée de SpaceX utiliserait du méthane comme carburant. Ils pourraient aussi l'utiliser pour la refroidir?
  18. Je m'oppose avec véhémence à ce jugement hâtif !!! Cameron et Rodriguez n'ont pas hésité à briser un tabou du cinéma hollywoodien, dans un geste d'une audace folle: C'est bien simple, je ne vois que Jonh Carpenter dans Assaut comme précédent.
  19. J'ai vu Alita la semaine dernière, et moi aussi je suis un peu mitigé. J'ai bien aimé le casting, ainsi que l'ambiance cyber punk, mais je rejoins Tancrède : on n'accroche pas aux enjeux. L'histoire d'amour avec Yugo ne prend pas, je me demande encore ce que vient faire Jennifer Connely dans cette histoire, et surtout, surtout : Desty Nova! Bon ok, vu mon avatar, je vais faire preuve de partialité, mais ... WTF??? Le bon docteur Nova se définit lui-même comme cherchant à maîtriser le karma, sans se soucier des conséquences. Dans la vie de Gally il apparaît comme un perturbateur, un créateur de chaos (/Kaos ) Son amoralité ne l’empêche pas de faire parfois de bonnes choses (Jashugan, Ido) Le film en fait un savant fou lambda, un planificateur méticuleux et machiavélique, dirigeant Zalem ainsi que l'ultime Nemesis de Yoko dans les flashbacks. Il en perd beaucoup de sa substance et de son intérêt. Accessoirement, si jamais, ils lancent une suite, je m'inquiète du traitement des intrigues des tomes 4 et 5. Le combat contre Jashugan et la confrontation avec Zapan me semblent impossibles à amalgamer dans un seul long-métrage. Trop d'émotions différentes tant pour le lecteur/ spectateur que pour Gally. Mais bon, je ne vais quand même pas bouder mon plaisir. Si vous ne connaissez pas le manga, allez voir le film comme un block buster de SF et vous passerez un bon moment. Mais ensuite, jetez vous sur la BD! (En tout cas les 9 premiers tomes. Last Order et Mars Chronicles se situent un bon cran en dessous pour moi)
  20. Voici un exemple qui, à mon avis, illustre bien la situation: L'article évoque le traumatisme du rachat d'une société allemande par les chinois, Mais je persiste à croire que le Brexit entraîne un changement des équilibres au sein de l'UE. Berlin possède plus de capital politique que les autres, mais il ne s'agit pas d'une quantité illimitée. Mme Merkel va devoir choisir plus attentivement ses batailles... C'est une vision tout à fait acceptable du souverainisme . Mais tu conviendras sans doute que comme beaucoup de doctrines, le souverainisme se prête à de multiple interprétations. Et que certains hommes politiques le comprennent comme le droit pour leur pays de faire ce qu'il veut, quand il veut, comme il veut. On le voit Outre-Manche, au delà des Alpes, ainsi que du coté de Brasilia et Washington. Bref la version gouvernementale de l'adolescent qui pique sa crise en hurlant "quand je serais grand, je ferai ce que je veux!!!" ... et qui s'aperçoit qu'à l'age adulte, il faut gagner sa vie et se débrouiller tout seul, ce qui l'amène à ne faire que ce qu'il peut. Cela ne veut pas dire que cette version du souverainisme se trouve vouée à l'échec. Juste qu'à la volonté il faut ajouter une grosse dose d'habileté. Cela peut marcher (Churchill et De Gaule l'ont prouvé), mais il me parait absurde de croire qu'il existe une solution magique ne présentant que des avantages, que nos décideurs refuseraient d'envisager pour des raisons de lâcheté/ collusion /complot secret / étroitesse d'esprit, etc, etc...
  21. Marrant, on oscille entre Merkel-Macron fixant à deux l'avenir de l'UE et guéguerre franco-allemande . Personnellement, je préfère espérer qu'il s'agit d'une piqure de rappel de la part de la part de l'Elysée. La directive n'est pas encore votée. Si l'Allemagne prend maintenant des mesures de rétorsion, elle peut sans doute faire une croix sur le rejet de la directive, ce qui rendrait Nord Stream 2 TRES hasardeux. Après le vote, c'est une autre histoire, mais, au risque de me répéter, la RFA quoique pays le plus important de l'UE, ne peut pas tout décider toute seul. En diplomatie, on essaye d'aboutir à des compromis, qui reflètent avant tout le rapport de force. Si globalement, face à Paris, ce dernier s'avère en faveur de Berlin, il ne faut pas non plus le voir de manière binaire. Dans nombre de cas, le soutien de la France peut s'avérer nécessaire voire indispensable. Si l'Allemagne se lance dans une escalade de rétorsions, elle risque de finir par le regretter. Il y aura surement d'autres directives européennes où la décision tricolore s'avèrera importante. Non ça ne correspondra pas toujours avec l’intérêt exclusif de la France, en tout cas à court terme. Mais comme on dit, on quitte l'adolescence pour devenir adulte quand on apprend à gérer ses frustrations. Cela ne veut pas dire qu'il faut tout accepter, juste que le souverainisme ça ne se résume pas à trépigner en hurlant "oui, mais je veux !!" Certains de nos voisins (tousse-Italie/ Angleterre -tousse) semblent s'y adonner assez souvent en ce moment, avec les brillants résultats qu'on peut observer Accessoirement avec la départ de la Grande-Bretagne, le rapport de force change. Je crois que Bismarck Kissinger disait que dans un jeu à trois, il faut être l'un des deux. L'habileté de la diplomatie de Londres consistait parfois à offrir à Paris ou Berlin une alternative. C'en est fini, désormais. Reste à savoir si la Chancelière succombera à la tentation de donner systématiquement la préférence à des considérations de politique intérieure. J'espère que les conséquences AFD-iennes de sa décision d'accueillir un million d'immigrés lui ont servi de leçon. Dans le cas contraire, le quai d'Orsay peut d'ores et déjà se frotter les mains. Entre les pays de l'Est qui ne gardent pas toujours un bon souvenir des années 1940, et les nations méditerranéennes pas trop adeptes des leçons de rigueur, nos diplomates vont se régaler!
  22. La France aussi peut prendre des décisions "morales" : La France a annoncé jeudi son soutien à la révision de la directive européenne sur le gaz, une position susceptible de remettre en cause la construction du pipeline Nord Stream 2 entre la Russie et l’Allemagne. (...) https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN1PW1PM-OFRTP L'Allemagne reste le pays le plus important de l'UE, mais ça ne veut pas dire qu'il peut décider tout seul. Si Berlin pour des raisons de politique intérieure prend des décisions avec des conséquences négatives sur ses voisins, il faut accepter que ces derniers réagissent. Accessoirement, ça permet aussi de relativiser, l'image du couple franco allemand fusionnel se réunissant en catimini pour décider à deux de l'avenir de l'UE (Idem pour le cliché de Macron, président eurolâtre et germanophile béat). Maintenant, je ne me fais pas d'illusion, si l'Allemagne fait preuve de bonne volonté pour les exportations d'armement, je m'attend à ce qu'on fasse de même pour la directive sur le gaz. Désolé pour les partisans d'un souverainisme sourcilleux, mais les bonnes relations entre états, reposent a minima sur les compromis, et de préférence sur le respect de quelques principes partagés. Comme celles entre personnes d'ailleurs (ou entre les participants à ce forum ). Bienvenus dans le merveilleux monde de la Diplomatie et de la Realpolitik
  23. L'IRA s'en est déjà prise aux points de contrôle entre les deux Irlandes. Par exemple en 1989 ( https://en.wikipedia.org/wiki/Attack_on_Cloghoge_checkpoint ) et en 1992 ( https://en.wikipedia.org/wiki/Attack_on_Derryard_checkpoint ) Ils l'ont déjà fait, ils savaient comment faire. La présence ou pas d'une délimitation constitue aux yeux de beaucoup d'irlandais un symbole fort, donc d'un sujet sensible. En conséquence, je ne crois pas qu'il s'agisse ici d'une "volonté frileuse", mais d'un souhait de ne pas jouer avec le feu. Sur ce coup, je considère que Theresa May fait preuve de sagesse (pour une fois ), mais Barnier et la Commission ne s'avèrent pas en reste. Parce que balayer ce genre de problème d'un revers de main, en considérant que l'intendance suivra, ça rappelle fortement l'attitude des négociateurs anglais, face à M.Barnier. Avec le résultat que l'on constate aujourd'hui. J'ignore si la Première Ministre britannique obtiendra le soutien du parlement. Mais elle pourrait imaginer des arguments de négociation. Par exemple, en échange de la neutralité du parti de Jeremy Corbyn, elle s'engage à l'organisation de nouvelles élections législatives en 2019. Si le vote des députés sur ce point s'effectue à la majorité relative, il suffirait qu'un nombre suffisant d'élus travaillistes s'abstiennent, pour que ça passe. Ou alors brandir la menace d'un nouveau référendum laissant le choix entre l'accord déjà négocié et le hard Brexit. (même si ça n’empêcherait sans doute pas BoJo & cie d'appeler à voter non, promettant de pouvoir obtenir mieux d'ici fin mars ... ) Sinon, j'ai commencé à jeter un œil aux dispositions prévues pour Gibraltar, vers la page 500. Pour ce que j'en comprend, l'Espagne obtient un droit de regard sur les droits des citoyens, le transport aérien, la pêche, la fiscalité. Je pense qu'en cas de mauvaise volonté britannique, Madrid pourrait rétablir facilement des contrôles aux frontières terrestres et maritimes, comme c'était le cas jusqu'au début des années 80, mais là, il ne s'agit que de mon avis.
  24. Tout à fait. D'ailleurs, l'accord le mentionne : La suppression de cette frontière physique est l'une si ce n'est la raison de l'arrêt de la guerre civile en Irlande du Nord. Donc c'est vrai que tu peux la rétablir, mais pas sur que la paix tienne, de Belfast aux rues de Londres. Les accords du Vendredi Saint prévoyaient la fin de la frontière entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande. Le rétablissement d'une séparation poserait problème. Le Sin Fein ne s'y est pas trompé : Certains estimaient même qu'une nouvelle frontière pourrait cristalliser les frustrations et devenir la cible d'attaques. Il ne faut pas oublier qu'à partir du milieu des 60's et pendant une trentaine d'années des "événements" ont régulièrement agité l'Irlande du Nord. Peut-être qu'aucun pays n'en est mort, mais on décompte tout de même près de 2 000 décès chez les civils ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_nord-irlandais ) Personnellement, je préfèrerais éviter de revenir à une époque, où l'IRA commettait un attentat par mois ...
  25. Il y en a une qui n'a pas perdu de temps : Grace au Brexit, les indépendantistes écossais tiennent un nouveau cheval de bataille. Ils vont pouvoir réclamer les mêmes prérogatives que l'Irlande du Nord, ce qui effraierait moins leurs électeurs que de quitter purement et simplement la GB. Ils peuvent tenir au moins dix ans sur le sujet. Je me demande si May va gérer ce problème aussi "bien" que D. Cameron? On oublie souvent qu'avant le Brexit, il avait joué avec le feu lors du référendum sur l'indépendance écossaise. Sans que ça lui serve de leçon