Desty-N

Members
  • Content Count

    951
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Desty-N

  1. Cela m'arrive également et assez régulièrement de poster depuis un téléphone portable. Avec un peu de copier/coller et des guillemets, on arrive à un résultat tout-à-fait honorable (et je n'ai pas fait de fac d'informatique ;) ) Et je rejoins Loki: si un modo passe dans le coin, certain de tes messages risquent de ne pas lui plaire. Là , on s'éloigne du sujet du forum, alors je transférerai cette partie de ma réponse vers le sujet sur les USA. Mais, malgré toutes les dérives que tu dénonces, il existe encore quelques limites que même les plus excités n'osent pas franchir (pour le moment??) Par exemple la Corée du Nord. A priori, il s'agit d'un sujet idéal qui cumule plein de chouettes critères qui plaisent à Fox News & cie: pas difficiles à identifier puisque pas WASP, communistes et éructant régulièrement contre les USA. Et pourtant on ne trouve pas grand chose contre eux ( à part un remake de Red Dawn et The interview, dont la controverse n'a pas mobilisé les foules ou les élus ) Peut-être parce que eux, ils ont déjà des pétards qui font boum en émettant un gros champignon fluorescent???? En fait, je basais mon raisonnement sur une impression, peut-être fausse. Je croyais que le pèlerinage à la Mecque constituait une obligation pour tous les musulmans, tant sunnites que chiites. Les souverains jordaniens appartiennent à la dynastie hachémite, qui assura le rôle de gardien de la Mecque et son accès à tous les croyants pendant des siècles. A ce titre, je m'imaginais qu'Abdallah II saurait faire preuve d'une certaine ouverture diplomatique et religieuse. Mais on touche peut-être du doigt les problèmes qui apparaissent quand on doit concilier responsabilités spirituelles et temporelles. Cela dit, si tu m'apprends que, depuis 1979, aucun dirigeant iranien n'a pu effectuer le Hadj, le grand pèlerinage, je comprendrais mieux l'animosité de Téhéran vis-à-vis de Riyad
  2. Il semblerait que l'attition frappe les forces du régime officiel: "Confronté à une pénurie de soldats, Assad amnistie les déserteurs Les autorités syriennes ont lancé début juillet une vaste campagne publicitaire appelant les citoyens à rejoindre l'armée, affaiblie par un nombre croissant de morts et de déserteurs. Même les partisans du régime sont désormais réticents à effectuer leur service militaire. (...) " http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/syrie-confronte-a-une-penurie-de-soldats-assad-amnistie-les-deserteurs_1702125.html Si le nettoyage des poches rebelles proches de Damas permet de dégager des effectifs, je ne pense pas que ce sera suffisant pour compenser. Le manque de soldats poussera-t-il finalement Assad à négocier??
  3. Non en effet j'ignorais la différence. Je ne savais même pas qu'on disposait de données géologiques aussi précises et détaillées sur les astéroïdes, alors que l'on n'a pu en ramener que 2-3 échantillons de poussières :) Mais même en ce qui concerne le métaux précieux, j'ai expliqué pourquoi je restais sceptique à ce sujet. Les coûts d'extraction, de traitement et d'acheminement rendent-ils ces matériaux économiquement intéressants? J'en doute. Il faudra construire une infrastructure d'exploitation sur la Lune. Si la faible gravité présente un avantage, il existe aussi quelques inconvénients comme le vide, de grosses variations de température, les rayons cosmiques et le vent solaire. Sans oublier la poussière. Les astronautes des missions Appolo se plaignaient déjà de la difficulté qu'ils rencontraient pour en débarrasser leurs combinaisons (à cause de l'électricité statique, semble-t-il) Or, on parle ici d'une mine qui va donc remuer d'énormes quantité de cette substance. Et comment fonctionneront les machines? Surement grâce à l'électricité à laquelle la poussière s'avère si sensible.. Toutes ces difficultés me paraissent très difficiles à surmonter. Cependant le futur rover Mars 2020 devrait embarquer une expérience intéressante. Il s'agit de Mars Oxygen ISRU Experiment qui vise à produire de l'oxygène (22g/h) à partir du CO2 de l'atmosphère de la planète rouge. Vu les conditions d'extraction, SI le processus fonctionne correctement, on pourra peut-être envisager des expériences à plus large échelle et pour d'autres substances. Mais il faudra attendre une demi douzaine d'années pour se trouver fixé sur ce seul point. A ce rythme là, on aura trouvé avant comment exploiter les nodules polymétalliques du fond des océans terrestres (on attend des résultats depuis les années 70 ...)
  4. Tu as raison, my bad. Désolé, 5h30 + insomnie = idées pas trop claires :-[ Ce genre de c... bêtises me semblent malheureusement envisageables. Mais tu soulignes toi-même qu'il s'agirait d'une démarche unilatérale, comme l'embargo sur Cuba. Et si les les USA restent la 1ère économie mondiale, leur poids relatif diminue. Certes les mésaventures de la BNP avec le pétrole irakien montrent qu'ils gardent une grande influence. Mais s'ils veulent faire appliquer leurs sanctions par les autres pays ils vont devoir dépenser une grosse quantité de capital politico-diplomatique (une notion qui t'es chère). Et, encore une fois, cela va leur prendre beaucoup de temps. Un facteur peu compatible avec les discours péremptoires qu'on entend (c'est fou comme les politiques ressemblent parfois à des enfants qui trépignent en hurlant "Je veux! D'abord !!!" ) Le cas de Bush Jr en Irak après 2001 montre ce qu'il en advient quand on prend ses désirs pour la réalité. Je pense que cela devrait échauder la Maison-Blanche encore quelques années. (et c'est pourquoi j'exclu une intervention militaire, même aérienne) PS: cette discussion trouverait peut-être plus sa place dans le fil USA?
  5. À ce niveau, je préféré encore parier sur un moyen de propulsion utilisant la métrique d'Alcubierre (https://fr.m.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9trique_d'Alcubierre) Elle pourrait éventuellement rendre possible un voyage supraluminique en déformant l'espace à l'avant d'un vaisseau spatial tandis que l'espace derrière celui-ci se dilaterait. Actuellement, on ignore comment obtenir une telle déformation, mais on sait qu'elle constitue une solution des équations de la relativité générale.
  6. Il semblerait qu'il existe une petite subtilité: Pour le Congrès, il ne s'agit donc pas de le ratifier comme le traité de Versailles, mais de trouver comment le bloquer le cas échéant. Or si les élus votent une loi à cet effet, Obama déjà annoncé qu'il y mettrait son veto. Pour passer outre, il faut disposer d'une majorité des 2/3, I.E. rallier des sénateurs démocrates. Cela doit pouvoir s'envisager, mais le président américain pèsera de tout son poids politique pour l’empêcher. Même s'il arrive en fin de second mandat, et qu'en tant que "slam duck", son influence diminue, il sait qu'il s'agit d'une trace qu'il laissera dans l'Histoire. Je pense donc qu'il se battra, avec de bonnes chances de l'emporter. Maintenant si un Républicain devient président fin 2016 et qu'il veut relancer le conflit +/- larvé avec l'Iran, il va falloir qu'il rétablisse les sanctions internationales. Cela passe par une résolution de l'ONU: Mais les autres nations risquent de demander quelques preuves. Il faudra donc diligenter un diplomate expérimenté, au fait des rouages de l'ONU, mais qui n'aura pas peur de fournir la même prestation que Colin Powell en son temps. ( Il semblerait que cela aie laissé un cuisant souvenir au principal intéressé ...) Les candidats risquent de ne pas se bousculer . De toute façon, beaucoup de subtilités et de temps à investir dans un dossier où les critiques actuels usent et abusent du "yaka-faucon-tout-de-suite". Donc de fortes chances que d'ici 15 mois, frénésie médiatique aidant, le public et les politiques aient trouvé un autre hochet emblématique à agiter. Je me demande si, paradoxalement, on ne pourrait pas espérer un rapprochement via la religion? A Jérusalem se trouve l'esplanade des Mosquées, 3ème lieu saint de l'Islam. La gestion en incombe à la Jordanie, dont les souverains assument ce rôle depuis des siècles. J'imagine que si des ayatollahs iraniens contactaient la dynastie hachémite pour exprimer le souhait de venir discrètement prier à la mosquée Al-Aqsa, cela devrait pouvoir s'arranger. Cela constituerait déjà un premier pas... Je rêve peut-être, mais je pense que la décennie 2020 devrait réserver quelques surprises.
  7. A-t-on une idée de l'impact de l'échec du lancement sur les primes d'assurance, et donc sur les tarifs de SpaceX?
  8. J'ai bien précisé qu'il s'agissait d'utiliser les moteurs ioniques dans le cadre des déplacements sur orbite, et des voyages interplanétaires. Pour décoller depuis la terre, je pense qu'on a déjà une filière d'approvisionnement en carburant/ comburant. Reste la surface lunaire, mais si on veut y implanter une exploitation minière, autant y construire une catapulte électromagnétique ... (https://fr.wikipedia.org/wiki/Catapulte_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique)
  9. Tout d'abord merci pour ces précisions. J'imagine que Paz Oil a dû jouer un rôle important? Sais-tu s'il existe des ouvrages en français ou en anglais sur l'approvisionnement en hydrocarbures d'Israel? Chacun des deux thèmes regorgeant d'anecdotes mémorables, je n'ose imaginer ce que donne la conjonction des deux! (Les complotistes devraient d'ailleurs adorer ...) J'ignore comment les israéliens voyaient l'Égypte après la guerre du Kippour de 1973, mais cela n'a pas empêché les accords de Camp David en 1978. Je crois que Netanyahou sait faire preuve de beaucoup d'opportunisme. Si cela sert les intérêts de son gouvernement, je le pense tout à fait capable de négocier avec Téhéran, sans aucune hésitation.
  10. Plusieurs remarques concernant le projet Mars Sample Return: - il devrait comprendre plusieurs engins, dont un visant exclusivement à ramener les échantillons depuis l'orbite de mars vers la terre (https://en.m.wikipedia.org/wiki/Mars_sample_return_mission) Si ce vaisseau n'utilisait pas une propulsion à ergols, mais électrique, cela permettrait un important gain de masse (discuté dans http://archive.org/download/singlelauncharchitecture/090915MSRwithHallDecadalSurvey.pdf) - dans un souci de simplification, cette sonde pourrait se contenter de revenir en orbite terrestre, sans chercher à rentrer dans notre atmosphère. Un véhicule dédié viendrait alors récupérer les échantillons pour les ramener au sol. Pour cette tâche, il existe déjà des candidats: le X-37, ou le futur PRIDE européen (http://www.air-defense.net/forum/topic/11335-projet-de-leurope-dans-lespace/page-15#entry887605) Toute cette mission n'aboutira pas avant 2020-25. En attendant, je suis tombé sur une initiative privée intéressante, visant à récupérer des poussières dans l'atmosphère martiennes, sans avoir à se poser (http://www.scim-mars.org/) Par contre, je ne sais pas si un organisme non gouvernemental a vraiment les moyens de développer ce type de projet? Et la récupération des poussières souffrira des mêmes faiblesses que la mission Stardust: une chauffe importante des grains liée à leur ralentissement brutal. Cela altèrerait sans doute leur structure cristallographique, voire moléculaire. Mais on pourrait tout de même effectuer des analyses chimiques et isotopiques. Le tout via une démarche relativement simple (un seul véhicule, ni amarsissage ni décollage ...) Alors pourquoi pas?
  11. Obama fera peut-être passer l'accord, en contrepartie d'une hausse de l'aide militaire à Israël? (http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.666205) Comme le mentionnait Joab, le président américain pourrait rester dans l'histoire comme celui qui aura amené deux adversaires de l'état hébreux (Syrie, Iran) à renoncer à des filières d'armes de destruction massive. Tout cela m'a rappelé une vieille question dont je cherche toujours la réponse: l'Iran du Shah fournissait Tel-Aviv en hydrocarbures. Ce commerce a cessé avec la révolution de 1979, entraînant d'ailleurs un litige toujours pas résolu en 2015 (Swiss court orders Israel to pay Iran $1b for over Shah era oil deal. http://www.jpost.com/Israel-News/Politics-And-Diplomacy/Report-Swiss-court-orders-Israel-to-pay-Iran-1b-for-over-Shah-era-oil-deal-403678 ) Mais comment fait Israël pour se procurer du pétrole, depuis les années 80? Les membres arabes de l'OPEP ferment les yeux? L'URSS, puis la Russie s'en occupent? Les USA servent d'intermédiaire? Une seule certitude: l'état hébreux a du sécuriser ses approvisionnements. Mais de quelle manière?
  12. Euh ... la Russie n'est peut-être plus une puissance spatiale, mais les américains sont bien contents qu'elle embarque ses astronautes en ce moment. Quand au fait de disposer de Soyouz "juste robuste et pas cher", je crois que bien des nations rêveraient de ne disposer "que" de ce type de lanceur (la Chine s'y emploie) J'ajouterai qu'on peut même considérer qu'en ce moment ce sont les russes qui sauvent l'ISS, en permettant la relève des équipages. On a vu plus mauvais comme puissance spatiale ... Et pour le SLS, je demande à voir. La récente annonce de la NASA sur une base lunaire montre la formidable capacité US à communiquer, alors je reste circonspect. Fin du HS pour moi.
  13. Je vais me joindre au débat, mais autant l'annoncer tout de suite, je ne fais pas partie des catastrophistes. Pour les conflits, je vous renvoie vers le site Herodote: En ce qui concerne l'ensemble des types de violence: En ce qui concerne l'Espérance de Vie en bonne Santé, je vous renvoie vers le site web dédié de l'INED. On y trouve entre autre un document qui indique une évolution parallèle de l'espérance de vie et de l'espérance de vie en bonne santé (p.4) Pour la nourriture, je rappelle que la moitié des céréales produites servent à nourrir les animaux que nous mangeons. Des solutions de remplacement existent, par exemple à partir des déchets de la filière agroalimentaires et se mettent progressivement en place (exemple: remplacement des tourteaux de soja OGM US, par des tourteaux de colza, obtenus après extraction de l'huile) Plus généralement je rappelle que la peur de la sur-exploitation des ressources ne date pas d'hier. Un certain pasteur Malthus s'en inquiétait déjà voici 200 ans... Par contre, le réchauffement climatique me pose plus de soucis. Je vois mal les états se plier de bonne grâce à une discipline sur les rejets de CO2. Mais comme disait Chuchill "On peut faire confiance aux USA pour adopter la bonne solution...après avoir essayé toutes les autres" Le jour où Washington va se réveiller, je pense que tout l'OCDE va suivre. Mais je ne sais pas si ça suffira.
  14. Tout cela me rappelle les années 80, quand on nous promettait des médicaments ou des alliages conçus en apesanteur dans des stations orbitales (et à l'époque, j'y croyais. J'étais jeune :-) ) Pour reprendre les matériaux que tu cites: - une bonne partie (du fer au silicium, en passant par le magnésium) nécessite des transformations plus ou moins importantes. Il faut les extraire des minéraux et les transformer au minimum en produits semi-finis. Sinon le coût de transport dans l'espace de gros volumes de roches brutes va beaucoup augmenter. Cela implique d'installer sur notre satellite une infrastructure minière dotée d'une importante source d'énergie. Le second point ne me semble pas hors de portée (nucléaire ou bien, un jour, la fusion aneutronique que j'ai découvert sur ce forum ;-) ) Par contre le premier va nécessiter de très gros investissements et ce pour obtenir des matériaux pas trop difficiles à se procurer sur terre. - le titane pourrait constituer un cas plus intéressant, mais j'ignore si la demande terrestre, même potentielle, suffirait à justifier qu'on lance une telle exploitation. D'autant qu'un point me surprend: comment ce métal peut-il ne pas s'oxyder, si la régolite contient 40% d'oxygène? - l'oxygène, enfin. On assiste depuis quelques années à l'essor des moteurs ioniques, qui rendent inutiles l'emploi de comburant. Avant que nous nous trouvions en mesure d'exploiter la lune, je pense que la propulsion électrique sera devenue courante, tant pour les déplacements sur orbite, que pour les voyages interplanétaires. Il n'y a que pour la respiration des astronautes que ce gaz pourrait constituer un intérêt. Pour résumer: quand nous nous trouverons en mesure d'exploiter les ressourcées lunaires évoquées, notre niveau technique nous permettra sans doute de nous en passer. Le voyage dans l'espace nécessite une civilisation de l'abondance: Star Trek avait raison!
  15. Le SLS s'avérera-t-il si remarquable? Les russes envisagent d'envoyer des charges plus petites et inhabitées vers une station spatiale, où ils les assembleraient ( http://www.webcitation.org/5j8D34fZx ) Plutôt que d'investir dans un nouveau lanceur de grande taille, cela permet d'utiliser les fonds pour créer les modules qui composeront un vaisseau spatial ou une sonde. L'Europe pourrait même utiliser cette technique avec ses lanceurs actuels.
  16. Au début des années 70, je ne crois pas que l'Égypte ou la Jordanie considéraient l'existence d'Israël comme allant de soit. Et puis vinrent les accords de Camp David, les accords d'Oslo, qui firent que le Caire reconnut l'état hébreux en 1982, suivie par Amman en 1994. Comme quoi, il n'y a pas de situation figée. Je n'exclus donc pas qu'au cours de la prochaine décennie, les relations entre Téhéran et Jérusalem finissent par se détendre. (j'imagine déjà les deux camps évoquer Cyrus le Grand, avec la larme à l'œil ...)
  17. Il ne s'agit pas uniquement de mettre 130 t en orbite, mais de le faire sans que ça coûte trop cher. Pour le SLS, j'attend de voir. Au début des 80's, la navette spatiale promettait monts et merveilles. Au final un record d'astronautes tués et un boulevard pour Ariane (je sais je simplifie :-) ) Des minerais concentrés de haute valeur? J'ai surtout entendu parler de l'exploitation (hypothétique) de l'Helium 3. L'analyse des échantillons lunaire a révélé d'autres ressources intéressantes?
  18. La Nasa a un plan pour établir une base sur la Lune d'ici 2030 : http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/la-nasa-a-un-plan-pour-etablir-une-base-sur-la-lune-d-ici-2030_1701116.html "Selon une nouvelle étude financée par l'agence spatiale américaine, de nouveaux voyages sur la Lune d'ici 2021 et l'implantation d'une base d'ici 2030 seraient possible. Le tout sans qu'il soit nécessaire d'augmenter son budget. (...)" L'article précise qu'il faudrait appel à des partenariats public-privé, et exploiter de manière les ressources minières de notre satellite. Mouais.Avec les USA, j'ai parfois du mal à différencier le projet sérieux du coup de com. tactique. Y aurait pas un vote du budget de la NASA par le Congres US dans les jours à venir? Seul point qui m'interpelle: l'auteur mentionne que le coût de mise sur orbite a été divisé par 10 entre les lancements de Saturn V et ceux de SpaceX (46 000 -> 4 750 $/kg) Si la tendance se confirme, alors l'exploration spatiale s'en trouverait facilitée (même si je reste réservé sur l'utilité des astronautes)
  19. Si l'Iran agissait vraiment comme la "théocratie aux visées hégémoniques" décrite dans l'article, ils auraient essayé de faire main basse sur les mausolées de Ali et Hussein en Irak. Les tombeaux du gendre et du petit-fils de Mahomet constituent des lieux saints très importants aux yeux des musulmans chiites. Or je n'ai eu vent d'aucune revendication. J'ignore si Téhéran ne s'emploie pas à placer ses hommes, ou à s'insérer dans la gestion des mausolées. Mais même si c'était le cas, il s'agirait de classiques jeux d'influence.
  20. Si on en croit un membre du gouvernement Obama, Jérusalem se trouvait en contact permanent avec l'équipe de négociation qui s'occupait du nucléaire iranien ( http://fr.timesofisrael.com/sherman-la-contribution-disrael-dans-la-redaction-de-laccord-a-ete-essentielle/ ) Il faut ajouter à cela l'approbation d'anciens responsables du renseignement israélien, comme un ancien patron du Shin Bet ( http://www.israelvalley.com/news/2015/07/22/47397/ami-ayalon-ex-chef-espion-d-israel-soutient-obama-kerry-sur-le-dossier-iranien ) L'ensemble de ces données m'amène à me demander s'il n'entre pas dans l'attitude de Netanyahou une part de mise en scène? Cela permettrait d'envisager une augmentation substantielle de l'aide militaire américaine ( http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.666205 )
  21. Par contre, il me semble qu'il y a eu plus de troubles vis-à-vis des populations d'origine allemande, pendant la 1ère guerre mondiale. Steinbeck en fait mention dans certains passages de "À l'est d'Éden".
  22. Pour rappel, la Russie et le secrétaire général de l'Opep vont se rencontrer le 30 juillet pour discuter des conséquences pétrolière de l'accord sur le nucléaire iranien ( http://mobile.reuters.com/article/idUSKCN0PR0JT20150717 ) La question à 50$ (prix actuel du baril): la Russie, premier exportateur mondial d'hydrocarbures, va-t-elle accepter une concertation avec le cartel? À Moscou, A. Novak, ministre de l'énergie, affirme que non. Mais il pourrait s'agir d'une stratégie de négociation. Téhéran, membre de l'Opep, veut doubler ses exportations ( http://www.wsj.com/articles/iran-projects-oil-exports-to-almost-double-after-sanctions-lifted-official-1436098424 ) Sur un marché déjà en excès, cela ne va pas faire remonter les cours du baril. Pour stabiliser les prix, il faudrait que la majorité des producteurs s'entendent. OPEP comme non OPEP. Mais Poutine acceptera-t-il ce genre de compromis et de limitations? (C'est amusant, cela me rappelle certains débats liés à la zone euro...)
  23. À ce sujet, DCNS propose un système intéressant prénommée VIPERE ( http://fr.dcnsgroup.com/news/dcns-presente-trois-innovations-majeures-developpant-les-capacites-des-sous-marins/ ) La bouée comprend un détecteur radar. On pourrait peut-être inclure un radar? (Accessoirement, l'industriel promet qu'en jouant sur la vitesse du dévidoir agissant sur le filin de la bouée, il permet à cette dernière de ne pas laisser de sillage) Sur le principe du porte-avion sous-marin, l'armée américaine a réussi en 2014 à lancer un drone depuis un submersible en plongée ( http://www.opex360.com/2013/12/15/un-sous-marin-americain-en-plongee-a-lance-un-drone-aerien/ ) L'aéronef ne s'avère pas réutilisable et ne sert qu'à l'observation, mais le principe s'avère viable. Pour la protection aérienne, les états-majors planchent également, puisque l'hélicoptère peut devenir le pire ennemi du sous-marinier. Par exemple DCNS (encore) propose le concept A3SM ( http://fr.dcnsgroup.com/news/dcns-presente-ses-systemes-de-defense-anti-aerienne-a3sm-pour-sous-marins/ ) qui permet de tirer des missiles Mica depuis des tubes lance-torpilles. Si le concept s'avère viable, on devrait pouvoir envisager de s'en prendre à des avions pas trop éloignés. Le véritable souci réside peut-être dans la manière de concilier la discrétion d'un sous-marin et la démonstration de force souvent liée aux déplacements d'un porte-avion?
  24. L'article donne des précisions intéressantes concernant Pride: - tout d'abord, le programme vise, entre autres, "à ramener des échantillons après une mission d'exploration lointaine". Cela devrait entraîner à terme une simplification de ce type d'expédition, ayant pour but de ramener des échantillons minéraux extra-terrestres. Plus besoin de concevoir, comme pour StarDust, un module configuré pour la rentrée dans notre atmosphère (bouclier, parachute...) Cela devrait aussi permettre un allégement de la sonde. Par contre, on évoque une charge à ramener variant entre 3 et 400 kg, ce qui rend difficile le retour du vaisseau complet (New Horizons pèse 478 kg, Rosetta 3 tonnes). Dans ce cadre, vu le temps nécessaire pour concevoir une sonde (~ 10 ans ?), le délais de développement de Pride (objectif 2020) ne me pose pas de souci. Le programme Cosmic Vision de l'ESA court jusqu'en 2025. Un véhicule spatial européen réutilisable ne s'avèrerait utile qu'au delà de cette date. - l'usage possible de parachutes type parafoil (parapente). Cela indique qu' va peut-être résoudre des difficultés techniques comme la précision du point d'atterrissage. Dans ce cas, pourquoi ne pas y recourir pour récupérer les lanceurs réutilisables? Cela me semble moins compliqué que le projet Adeline qui transforme les moteurs d'Ariane en drones ( http://www.usinenouvelle.com/article/airbus-presente-adeline-une-ariane-reutilisable-pour-contrer-spacex.N333885 )
  25. Tout à fait d'accord. Je ne visais pas à banaliser le cas de l'Iran, mais à montrer qu'il s'agit d'une politique générale des USA. Une politique d'ailleurs très discutable et maladroite. Je me demande d'ailleurs s'il y a réciprocité??