Desty-N

Members
  • Content Count

    865
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Desty-N

  1. En France, Macron en 2016, a un trajectoire un peu analogue à Obama en 2008: un candidat sorti de nulle part qui gagne les élections de manière inattendue. Notre président a ensuite œuvré à la recomposition du paysage politique. L'Allemagne se voit plutôt comme un pays où prime l'immobilisme depuis 12 ans la stabilité. Et on ne peut dénier à Angela Merkel une qualité: sa capacité à éliminer ses dauphins et rivaux potentiels. Je crois qu'un article de presse en avait décompté 11. Dans ces conditions, notre voisin réussira-t-il à générer une nouvelle génération de dirigeants capables de faire bouger les lignes? Je l'espère, mais seul l'AfD apparaît pour l'instant comme nouveau venu, et je garde un léger doute sur leur capacité de proposition constructive ...
  2. Le SPD prêt à discuter avec Merkel, mais pas à n'importe quel prix: On peut comprendre les socio-démocrates. La grande coalition CDU-CSU-SPD a abouti à de très mauvais résultats électoraux pour tous ces partis. Si la gauche allemande reste aux affaires, elle risque de continuer à baisser dans les urnes, et je ne suis pas sûr que le sort du PS français la rassure. Pour échapper à l'étreinte étouffante de la chancelière, sans passer pour des irresponsables, la proposition du gouvernement minoritaire apparaît comme une solution habile. Si Merkel la refuse, et qu'il faut convoquer de nouvelles élections, c'est elle qui passe pour la méchante non constructive aux yeux des électeurs. Mais, depuis 12 ans, elle a prouvé sa capacité à rebondir. Une surpise n'est pas à exclure. Et quand je pense qu'il y en a qui regardent Game of Throne quand ils ont besoin d'intrigues politiques compliquées !!
  3. Les médias britanniques annonçaient une avancée sur l'Irlande du Nord, après celle sur la facture du Brexit: Manque de chance, Barnier dément pour la facture : Du coup il faut aussi se méfier des avancées pour l'Irlande du Nord . On a l'impression par moment que les diplomates anglais croient qu'avec un bon story-telling, quelques fuites savamment distillées dans les journaux et un peu de pression médiatique, ils vont faire évoluer les négociations à leur avantage. Ils risquent une grosse déception . En même temps, si le gouvernement d'Irlande du Nord se retrouvait avec de nouvelles prérogatives, les indépendantistes écossais demanderaient immédiatement à en bénéficier aussi. Ce serait leur offrir sur un plateau un combat politique concret, et moins passionnel que l'indépendance. A ce rythme-là, en 2030, il faudra parler de Fédération du Royaume-Uni
  4. Article intéressant, mais un passage me fait un peu tiquer : Les arguments économiques pour l' "Irxit" portent sur " un bon accord commercial bilatéral avec le Royaume-Uni (...) au moins aussi désirable qu’un maintien dans l’Union au prix de droits de douane élevés". Sauf que la majorité des exportations de Dublin part vers l'UE. De plus l'appartenance à l'Europe a permis à l'Irlande de devenir un foyer d'accueil pour les activités de pas mal de grandes entreprises. Accessoirement, j'imagine mal les anglais faire une fleur à leur voisin en cas d' "Irxit" et d'accord commercial bilatéral UK-Ir. Il n'y a qu'au niveau politique où certains décideurs pourraient avoir d'autres priorités. Mais même dans ce cas, on voit que l'Irlande ne se prive pas d'utiliser l'UE comme multiplicateur de puissance, en menaçant de bloquer le sommet européen de décembre si Londres ne clarifie pas sa position sur l'Irlande du Nord. En fait cette histoire d' "Irxit" me fait plutôt penser à une tentative d'intox de la diplomatie britannique, un coup de bluff pour essayer de modifier le rapport de force des négociations avec M. Barnier (ou bien un nouveau fantasme de B. Johnson )
  5. La chancelière ne manque pas de ressources, nous sommes d'accord. C'est bien pour cela que je la juge mal en point, mais pas encore politiquement finie. Je suis aussi perplexe en ce qui concerne la focalisation des Verts sur l'immigration. Il s'agit tout de même d'un parti écolo, et il a avalé durant les dernières semaines des couleuvres étonnantes, comme le renoncement au principe même de l’arrêt -à une date indéfinie- des centrales au charbon et des véhicules à moteur thermique (sur ce coup la France et la GB montrent l'exemple ), qui me semblent de nature à contrarier fortement ses sympathisants. Mais en cas de nouvelles élections, les Grünen auraient beau jeu de rappeler que l'Allemagne doit sa situation actuelle en matière de migrants à la décision -plutôt solitaire- d'Angela Merkel. Il y a un million de syriens (et quelques autres nationalités) sur le territoire de la RFA, la chancelière leur a ouvert les frontières, maintenant il faut assumer. En tout cas, voilà le genre de discours qu'on peut s'attendre à entendre en cas de campagne électorale. L'ennui c'est que l'AfD peut tenir exactement les mêmes propos . Et il ne faut pas oublier que ce sont les libéraux qui ont interrompu les négociations. En fait je crains qu'un nouveau scrutin n'ouvre une nouvelle ère d'incertitude, où on peut tout envisager et craindre: d'une remontée spectaculaire de la CDU, à l'instauration de l'AfD comme deuxième parti d'Allemagne...
  6. Allemagne : Merkel « déplore » l’échec des négociations pour former un gouvernement http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/11/19/en-allemagne-merkel-joue-son-va-tout-pour-eviter-la-crise_5217149_3214.html Cela se présente mal pour un 4ème mandat de la femme la plus puissante du monde, conscience de l’Europe, etc, etc...
  7. Il me semblait me souvenir d'hommes politiques israéliens décrivant le Hezbollah comme la plus grande des menaces contre Israël et appelant à son anéantissement. Aurait-il pu s'agir de propos électoraux? Voire irréalistes? Ou même ... populistes?? Mais comme tu l'as toi-même souligné, on rentre là dans un domaine où les acteurs ne s'avèrent pas toujours rationnels. Rien de ce que j'ai vu dans l'action de B. Netanyahou ne me laisse à penser qu'il se lancera dans une aventure aussi risquée politiquement qu'une intervention terrestre au delà de ses frontières. Je me répète: il y a trop d'inconnues.
  8. J'ai défini l'attitude des russes, comme une inconnue en cas de conflit. Lorsqu'ils se sont déployés en Syrie voici quelques années, je crois me souvenir que l'IDF a envoyé quelques avions les chatouiller. Rien de bien méchant, une petite approche discrète à basse altitude par la mer. Les soldats de Poutine ont réagi immédiatement avec à la clé tentative de contact radio, puis, les israéliens ne semblant pas comprendre, des appareils russes ont décollé pour interception. Il me semble que c'en était resté là. Je ne crois pas que Poutine s'implante dans la région pour renverser la table, mais pour s'y installer et jouer. Tsahal a pu compter depuis la fin de la guerre du Kippour sur la suprématie aérienne. Aujourd'hui le maître du Kremlin peut décider de menacer cet atout, et de ne leur laisser "que" la supériorité aérienne. Mais Moscou sait faire preuve d'un pragmatisme frôlant le cynisme et considère avant tout ses intérêts. Il ne me semble pas que les russes travaillent en parfaite harmonie avec l'Iran et le Hezbollah, aussi cela ne doit pas les chagriner si, de temps à autres, Tel-Aviv sort ses griffes et ses chasseurs. Cela veut-il dire pour autant que Moscou accepterait benoîtement une action pouvant menacer la survie d'un de ses alliés en Syrie ??? Je crois que cela dépendrait de ce que Netanyahou et Nasrallah auraient à lui proposer Israël doit désormais composer, dans une certaine mesure, avec un autre acteur majeur dans la région, qui agit d'abord en fonction de ses intérêts. Cela ne bouleverse pas la situation, mais modifie les équilibres. Et rien que ça, c'est déjà un changement notable.
  9. Tout à fait d'accord. Les troupes du Hezbollah souffrent en Syrie, mais elles ont passé l'épreuve du feu, ce qui doit valoir mieux que n'importe quel entrainement. De plus une confrontation IDF-Hezbollah reste ancrée dans l'imaginaire comme un affrontement fort contre faible. Dans cette configuration, si le fort ne gagne pas, il perd, si le faible ne perd pas, il gagne. E. Olmert en avait fait l'amère expérience, je ne vois pas B. Netanyahou prendre un tel risque politique. Paradoxalement, il me semble que l'actuel premier ministre rechigne à déployer des troupes en dehors de ce qu'il considère comme les frontières légitimes d'Israël (qui englobent pour lui la Palestine /Cisjordanie ). Il reste une inconnue supplémentaire: l'attitude des russes en cas de conflit. Je les imagine mal intervenir directement, mais ils disposent d'une base aérienne en Syrie, vraisemblablement dotée d'excellents systèmes de détection d'avion. Certes Tsahal est passée maître dans l'art du vol non détecté, mais il ne faut pas sous-estimer les soldats de Poutine. Il leur suffirait de tenir les Hezbollah au courant de la position des appareils de l'état hébreux, pour que les militaires de l'IDF perdent une partie de leur avantage aérien avec la disparition d'une menace floue et permanente venue du ciel. Pour toutes ces raisons, à moins d'un incident très grave, je n'imagine pas B. Netanyahou se lancer dans un conflit avec son voisin libanais.
  10. Londres a activé l'article 50, que les anglais invalident le référendum ou pas n'y changera plus rien. Le compte à rebours se finira en 2019...
  11. Extrait de l'article mentionné par @jojo (lo savoyârd) j Il faut peut-être y voir un lien avec la discussion actuelle sur les GAFA? Je vire peut-être paranoïaque, mais soit le calendrier ne s'avère pas anodin, soit il y a une opportunité à saisir. Sans compter que j'imagine mal Boeing plus exemplaire qu'Airbus....
  12. Voici pas si longtemps, Londres évoquait 20 milliards et martelait "que pas d'accord vaut mieux qu'un mauvais accord". Il semble donc y avoir une légère inflexion.
  13. Kaboul, Moscou et Ankara s'entendraient-ils aux dépens de Bagdad et Washington?
  14. Wikipedia est notre amie: Personnellement, ce genre de dispositif ne me rassure pas trop, mais le Kremlin ne communique absolument pas sur le sujet. Pour impitoyable que soit Poutine, je l'imagine difficilement jouer avec le feu dans ce domaine.
  15. Tancrède, évoque parfois le consensus trans-partisan qui a longtemps régné au Congrès américain, avec comme dernier exemple marquant, le second mandat de Reagan. Se pourrait-il que Trump s'engage dans cette voir où il pourrait appliquer l'art de deal, dont il aime à se prévaloir?
  16. Tout à fait d'accord pour la mission et le(s) rover(s). Mais je ne suis pas sûr qu'on en sache assez sur l'environnement pour les autres véhicules. J'imagine déjà un dirigeable pris dans une tempête ou une balise faisant face à des déferlentes. Par contre une sonde dédiée tournant autour de Titan pourrait prendre le temps de cartographier en détail et avec précision l'intégralité de la surface (Cassini a permis d'en connaître ~les deux tiers), afin de déterminer le site d'aterrrissage le plus intéressant. Et ensuite seulement, il laisserait se détacher un véhicule automatisé, sur le modèle du couple Cassini-Huygens. Si tous ces véhicules disposaient d'un générateur thermo-isotopique, les exemples de Voyager et Curiosity laissent espérer des durées de vie de plusieurs décennies. En tout cas, la mission qui s'achève en aura fait rêver beaucoup, à commencer par moi.
  17. Desty-N

    Le F-35

    En matière d'aéronautique, et plus spécifiquement en matière d'aéronautique militaire, je crois que les russes font mieux que tirer leur épingle du jeu. Mais sinon, je suis d'accord : sans le soutien logistique américain que ce soit en matière d'informatique ou de pièces détachées, les F-35 se retrouveraient vite cloués au sol. Par contre j'imagine tout à fait Erdogan en mode troll négocier l'accès au JSF pour Moscou et Pékin. Rien qu'avec la rétro-ingénierie les ingénieurs tant russes que chinois disposeraient d'une mine de renseignements, même si l'appareil restait totalement inerte. A ce sujet, est-ce que quelqu'un sait si l'Iran a joué à ce genre de jeu avec les F-14 du Shah, après la révolution islamique de la fin des 70's?
  18. Desty-N

    Le F-35

    Sans vouloir offenser les turcs, je doute qu'ils disposent d'une maîtrise technologique du même niveau que celle des israéliens. A la limite, ces derniers pourraient monnayer leur savoir-faire, ou bien Ankara pourraient faire appel à des spécialistes russes. Mais ça m'étonnerait que l'Oncle Sam laisse faire. Quoique avec Trump, on peut s'attendre à tout
  19. Vu la taille de la population chinoise, j'ai du mal à imaginer quels pays pourraient fournir une immigration assez massive pour contrer -même partiellement - le vieillissement.
  20. Et il n'est pas sûr que les dernières idées de la Banque d'Angleterre arrangent les choses: A ce rythme, c'est rester à Londres qui va devenir un risque inconsidéré
  21. +1. Exemple, Cuba qui possède deux monnaies officielles, le peso cubain et le le peso cubain convertible. Cuba a d'ailleurs décidé de renoncer à ce système: Si la France adoptait un jour un système de double monnaie on peut donc escompter une explosion des trafics et un développement d'une économie officieuse. Au final, sur les quatre plus importants candidats à la présidentielle de 2017, on aura eu un admirateur du Venezuela et une fan de Cuba. Les latinos américains ont la côte
  22. Certains semblent vouloir toucher Trump là ou ça fait mal Le pire, c'est qu'on peut-même s'attendre à ce que Donald prenne mal la chose si ce nouveau compte dépasse le sien en nombre de followers. Dépassé par un morceau de légume, une humiliation dont il aurait bien du mal à se remettre !!!
  23. Je crois que Tancrède avait évoqué le sujet du nouveau patron de la SEC: Personnellement, j'accorderais le bénéfice du doute aux nouveaux dirigeants, mais sans illusion. S'ils mettent l'accent sur la déréglementation et la liquidité des marchés, je crains que cela n'aboutisse rapidement à de nouveaux krachs...
  24. La fermeture des centrales me semble un élément déterminant. La fabrication et l'entretien de centrales nucléaires permettaient aux allemands de disposer d'un ensemble de compétences en matière de technologies atomiques duales. Or on a le même problème avec ce genre de connaissances que dans la pratique du sport: si on ne s'entretient pas, on se rouille et on perd le niveau. Sans décision politique assez rapide, la RFA aura perdu une bonne partie de son savoir-faire actuel au cours de la prochaine décennie. Personnellement je n'imagine pas Angela Merkel prendre des mesures politiques courageuses et censées revenir sur sa décision concernant l'énergie nucléaire. La chancelière ou ses successeurs pourrait bien devoir faire face à une situation difficile, si Poutine décide un jour de recourir au rapport de force tendu, qui reste une de ses méthodes de négociation favorites. Il y aurait presque matière à un scénario d'uchronie géopolitique pour le forum: le Kremlin devient menaçant, Berlin s'affole et ouvre un canal diplomatique avec Paris pour demander une aide d'urgence. L'Elysée accepte de discuter de l'extension du parapluie nucléaire tricolore, mais comment le président français peut-il afficher une posture crédible vis-à-vis de Moscou, et que va-t-il exiger demander comme contreparties à l'Allemagne?
  25. Quelques précisions: Je pense que la question de fond consiste à savoir si la FAA acceptera la solution proposée par SpaceX. Par contre, je doute qu'une administration apprécie de se voir bousculée par un patron qui semble faire peu de cas de leur avis, quand il s'agit de communiquer avec les médias. Sauf si Elon Musk dispose d'appuis politiques TRÈS influents, mais je ne dispose pas d'informations sur ce point