LunchTime

Members
  • Content Count

    368
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by LunchTime

  1. C’est un problème. L'électronique était la plus grande faiblesse des pays communistes. La différence entre l'est et l'ouest était énorme. Jusqu'en 2014, la Russie était un partenaire attractif pour l'industrie française. Il avait de l'argent du gaz et le pétrole et donnait accès à de nouveaux marchés. Les chars T-72 avec électronique française ont gagné leur deuxième jeunesse. Fabriqué en Pologne PT-91M Pendekar pour l'armée malaisienne avait également l'électronique française. Malheureusement, l'armée polonaise n'a jamais obtenu une version aussi parfaite, car il n'y avait pas d'argent pour cela. Même maintenant la Biélorussie a reçu les avions Su-30SM, équipés par Thales.
  2. Mortier automoteur 120mm A lire en anglais: https://fragout.uberflip.com/i/1173894-frag-out-magazine-26/11?fbclid=IwAR32DzHvDRWN7JJYy6ekg6oURk2IvoPG7BOld9OJ2Y54zcKiQXl13LjICj4
  3. Plutôt comme une corruption politique que comme “graisser la patte”. Le gouvernement PiS pense que nous pouvons avoir des relations uniques avec les États-Unis. Lockheed Martin est favorisé par rapport à l'industrie locale. Par exemple l'achat de HIMARS a été un énorme scandale car la proposition israélienne était meilleure. De plus, aucun système de contrôle de tir polonais. Basé uniquement sur le GPS, et donc dépendant des Américains. La moitié de la société soutient PiS, qui dépense de l'argent pour le soutien social. L'autre moitié (généralement mieux éduquée) partage les aspirations européennes de Donald Tusk.
  4. Vision assez romantique de l'Ukraine. À l'heure actuelle, cependant, 2,5 millions d'Ukrainiens ont choisi de vivre en Pologne. De plus, la Pologne, l'Ukraine et la Roumanie ont défini le même ennemi comme une menace militaire. Ukrainiens ont même eu la chance d'affronter les chars russes avec l'optoélectronique française. Je veux seulement savoir pourquoi ils ont des uniformes avec camo désert polonais?
  5. Tout d'abord, l'avion a été acheté sans suivre les procédures. https://wiadomosci.dziennik.pl/opinie/artykul-prasowy/6429822,zakup-f-35-ingerencja-brukseli-general-duda-wywiad.html “Selon les procédures, d'abord l'état-major général de l'armée polonaise procède à un examen des besoins opérationnels (PPO). Sur cette base, les capacités que l'armée devrait posséder sont définies. C'est pourquoi les besoins opérationnels de Harpy ont surgi, ce qui signifie que nous avons besoin d'un avion polyvalent moderne. C'était il y a quelques années. Cette exigence a été transmise à l'Inspection des armements, qui est l'unité organisationnelle compétente du ministère pour gérer le soi-disant phase analytique (FAK). Dans le cadre de FAK, de nombreuses analyses d'achat sont effectuées, y compris une analyse de marché. À ma connaissance, une telle analyse des avions multi-rôles s'est poursuivie en 2018 et un dialogue technique avec les constructeurs a été entamé. Cette phase devrait toutefois se terminer par la production de trois documents: une étude de faisabilité, des hypothèses tactiques et techniques initiales et une demande d'obtention d'équipement. Et seulement à partir de ces documents, et plus précisément de l'étude de faisabilité, montre le mode dans lequel nous devrions acheter ces avions. Il peut y avoir plusieurs modes d'achat: la base est compétitif, tandis que d'autres sont, entre autres: l'achat gratuit et l'accord intergouvernemental. La phase analytique a été interrompue, sans attendre que les producteurs répondent aux questions que nous leur avons posées. Le gouvernement a choisi l'avion en violation de la loi polonaise. L'armée voulait deux escadrons F16 supplémentaires. D'autant plus que deux avions sont probablement endommagés de façon permanente. https://wiadomosci.onet.pl/tylko-w-onecie/dwa-mysliwce-f-16-skasowane-przez-wojsko-wiele-maszyn-nie-jest-w-stanie-latac/bnytn8p?utm_source=t.co_viasg_wiadomosci&utm_medium=social&utm_campaign=leo_automatic&srcc=ucs&utm_v=2&fbclid=IwAR3MrO8PkiHnQgkYRfkU5yDbuvB6aFu9Kj_bw6QbVvU7cc48ucyEd4o68BM “Le problème est la capacité de l'armée de l'air polonaise à utiliser ses machines en raison du manque de formation et de sous-financement. - Nous ne sommes pas en mesure d'utiliser pleinement leur potentiel depuis le tout début de l'existence du F-16 en Pologne - déclare le lieutenant-colonel Łyżwa. - Et si nous ne pouvons pas utiliser le F-16, nous ne pourrons pas le faire encore plus avec le F-35 beaucoup plus cher et plus complexe. À mon avis, nous devons remplacer toutes les machines sur le F-16 et concentrer les fonds et la formation sur eux.” Enquête sur l'achat d'avions pour le quotidien populaire: 14,7 pour cent les participants à l'enquête considèrent l'achat de 32 chasseurs F-35 pour 4,6 milliards de dollars comme bénéfique pour la Pologne. 31,6 pour cent estime qu'il s'agit d'un achat rentable, bien que le prix que la Pologne paie pour les combattants soit trop élevé. Selon 33,9% l'achat des répondants n'est pas favorable à la Pologne. 19,8 pour cent les répondants n'ont pas d'opinion sur cette question. https://www.rp.pl/Wojsko/200209432-Sondaz-Co-trzeci-Polak-negatywnie-ocenia-zakup-F-35.html?fbclid=IwAR0esQMJHPoBZZjXbMpLLEBnZUQZa8U8zoREplGxeD6I0h74QJIVez-zMBQ
  6. Le programme des chars légers est depuis longtemps abandonné. Il n'assurait pas une protection suffisante de l'équipage et n'était pas beaucoup moins cher que le MBT classique. Il ne pouvait pas non plus partager le châssis avec le VCI, parce que l'état-major voulait un véhicule léger aux capacités amphibies. Actuellement, il est prévu que le nouveau char entrera en service vers 2031. Aucune exigence tactique et technique ne décrirait plus en détail à quoi ressemblerait le successeur des chars T-72 et PT-91 - Nouveau char de combat principal nommé Wilk. Il y avait plusieurs propositions de coopération: un nouveau véhicule de Rheinmetall, K2PL avec les Coréens, un projet polono-italien. La situation actuelle est la suivante: https://radar.rp.pl/modernizacja-sil-zbrojnych/16192-analiza-radaru-k2pl-czy-naprawde-umowa-juz-wkrotce?fbclid=IwAR2PTYNabuWwNxQWOSxAEYO0U9buAqEtUoujtAfmF5mf40NigM07aVfe5T4 Les Allemands souhaiteraient également que les Polonais participent au projet MGCS. Ils ont peur de perdre le marché aux Coréens, les deux armées ont besoin d'un véhicule similaire et peuvent partager une logistique commune. https://www.offiziere.ch/?p=37297&fbclid=IwAR31Nrc5OgW4HzFG43B-yi_mw-VvDBJShmcQ7hQvG2qoSxhJo-X5b5VywyY
  7. Dassault n'a pas présenté sa proposition.
  8. C'est bizarre. Je vois mes photos. Peut-être que l'hosting a des restrictions régionales? https://pl.wikipedia.org/wiki/Ludowe_Wojsko_Polskie https://histmag.org/Wojsko-Polskie-w-PRL-i-III-RP-mapy-15439 https://www.polityka.pl/tygodnikpolityka/historia/1613119,1,polska-mogla-byc-atomowa-pustynia.read https://www.konflikty.pl/technika-wojskowa/na-ladzie/komandosi-prl/
  9. Visualisation d'hélicoptère AW101 (double function ASM/SAR) pour la Pologne. Radar Seaspray 7000E, sonar Flash-S, EO FLIR 380HD, radar météo, pylône pour MU-90, deux treuils. Mais aussi la marine polonaise recherche 4 à 8 hélicoptères (classe 6,5 tonnes) pour remplacer 4 Kaman SH-2G Super Seasprite. Fonction ASM et RWC (détecter des cibles pour les missiles anti-navires Kongsberg NSM et Saab RBS-15). https://www.defence24.pl/kondor-dla-slazaka-rusza-smiglowcowy-program-marynarki-wojennej
  10. Après 1956, l'armée polonaise comptait 200 à 300 000 soldats. Au cours des années 1975-1985, le nombre de chars a atteint 3 500. En 1970, l'armée OTK (Les forces de défense territoriale) comptait 206 000 soldats. 1,1 million de soldats devaient être mobilisés pendant la guerre, dont 450 000 ils devaient être des forces opérationnelles formant le Front polonais, et 650 000 troupes destinées à la défense du territoire du pays. Il etait en plus le Groupe des Forces du Nord de l'armée soviétique. Selon le traité de 1956, l'armée soviétique en Pologne était limitée à 66 000 soldats, bien que les Soviétiques n'aient jamais divulgué pleinement le nombre réel de personnel du Groupe du Nord au gouvernement polonais, et que le gouvernement polonais n'avait pas le droit d'inspecter les bases soviétiques. Le traité a également limité le nombre de bases soviétiques en Pologne à 39, tandis que le nombre réel de bases a atteint 79 (environ 700 kilomètres carrés de territoire polonaise). Des soldats du 1er bataillon d'assaut, qui était l'équivalent du Spetsnaz russe. “Le 1er Bataillon d'Assaut devait mener des opérations à une distance de plus de 300 kilomètres des lignes de ses propres troupes, tandis que d'autres unités de reconnaissance opérant dans des divisions blindées et mécanisées devaient opérer jusqu'à 50 kilomètres de la ligne de front. En cas de guerre avec les pays de l'OTAN, les commandos opéreraient sur le territoire, entre autres, de l'Allemagne de l'Ouest, de la Belgique et des Pays-Bas. Dans le cadre de la formation, des aéroports en France et en Belgique ont été développés, ainsi que des cibles potentielles dans la Ruhr. Le but principal en cas de guerre était de détruire les moyens d'attaque nucléaire et d'identifier les préparatifs pour l'utilisation de cette arme. En outre, les commandos étaient chargés de détecter et de détruire les postes de commandement, de reconnaissance à distance, de reconnaissance, de subversion et de sabotage à l'arrière profond de l'adversaire, ainsi que de préparation et d'organisation des opérations de guérilla.” Frappes nucléaires de l'OTAN en Pologne.
  11. Si c'est polonaises, ce n'est pas Radom. Mais la petite entreprise privée WBP. http://wbprogow.pl/?page_id=424 Un fusil avec chargeur coûte 2 750 PLN. http://bron-sklep.pl/694-akm-762-x-39-mm-jack-polimer.html Radom ne vend des fusils Beryl 7.62 qu'au Nigeria. Ils ne font plus l'AKM classique. https://www.milmag.eu/news/view?news_id=34
  12. Tous les clones de AKM sont similaires. Il peut également s'agir d'un fusil polonais JACK polimer d'une usine privée WBP. http://wbprogow.pl/?page_id=424
  13. “Il y avait trois dépôts d'armes nucléaires. Ils étaient situés à proximité de Podborsko (3001), Brzeźnica (3002) et Templewo (3003). Chacun de ces dépôts était équipé de deux entrepôts d'armes nucléaires. Selon les plans initiaux, 178 ogives nucléaires devaient y être stockées, dont les porteurs étaient censés être des roquettes 8K11 et 3R10. La construction des entrepôts a commencé en 1967 et s'est achevée en janvier 1970. Ensuite, les entrepôts ont été remis au Groupe nord des forces soviétiques, qui devait s'occuper de la cargaison jusqu'à son transfert à l'armée polonaise, qui devait avoir lieu après le déclenchement du conflit armé OTAN-Pacte de Varsovie. Chacun des entrepôts occupait près de 300 hectares et avait un service de 120 soldats et 30 officiers. Les dépôts pouvaient contenir de 192 à 288 cargaisons nucléaires. Selon les données divulguées, 14 ogives d'une puissance de 500 kT, 83 ogives d'une puissance de 10 kT, deux bombes de 200 kT, 24 bombes de 15 kT et 10 bombes de 0,5 kT y étaient stockées au milieu des années 80.” https://pl.wikipedia.org/wiki/Broń_masowego_rażenia_w_Polsce
  14. Les combats dans les zones urbanisées n'étaient pas prévus. En général, toutes les villes entre le Rhin et Bug devaient être détruites lors d'attaques nucléaires Le gouvernement polonaise en 2005 a publié simulation militaire développée en 1979 par le pacte de Varsovie- “Sept jours jusqu'au Rhin”. https://fr.wikipedia.org/wiki/Sept_jours_jusqu'au_Rhin Les forces terrestres du PRL (La république populaire de Pologne) étaient divisées en trois districts militaires: Poméranie, Silésie et Varsovie. Sur la base de chacun d'eux, une armée mixtea été créée, qui devait participer à la future guerre avec les pays de l'OTAN. Ces armées (ainsi que la 3e Armée de l'Air) devaient rejoindre le Front polonais. L'armée populaire polonaise dépendait de l'URSS et faisait partie de la machine militaire de l'empire communiste. Les forces terrestres avaient quinze divisions: neuf mécanisées, cinq blindées et une aéroportée. Ils étaient basés sur des unités d'infanterie mécanisées. Ils avaient à leur disposition des véhicules SKOT ou BMP-1. En plus de huit divisions mécanisées "classiques", il y avait aussi la 7e division de débarquement de Lusace (également connue sous le nom de "défense côtière"), qui avait un objectif spécifique. Il a été préparé pour le débarquement en mer (Danemark), il a donc été équipé de transporteurs amphibie TOPAS et de chars amphibie PT-76. Dans chaque division de ce type, il y avait trois régiments mécanisés. Un régiment mécanisé faisait également partie de la division blindée. Cependant, les divisions blindées avaient trois régiments de chars (T-54/55 et T-72) La 6e division aéroportée était une unité d'élite de parachutistes. Prévu pour l'atterrissage à l'arrière des troupes ennemies, soutenant l'impact principal des forces terrestres. La cible de l'attaque polonaise devait être le Danemark, l'Allemagne et les Pays-Bas. Le front fait 200 km de large, la vitesse d'attaque moyenne de 50 à 65 km par jour, sans armes nucléaires de 32 à 40 km. Le temps offensif de 10 à 13 jours (sans utiliser d'armes nucléaires de 15 à 18 jours). La Pologne disposait de quatre escadrons d'artillerie de roquettes (portée de 300 km). En cas de conflit armé, ils devaient être armés d'ogives nucléaires tactiques (provenant des entrepôts de l'armée soviétique), qui devaient "ouvrir" la voie aux unités mécanisées et blindées. L'aviation avait également plusieurs avions MiG-21 capables de transporter des bombes nucléaires. Au Danemark, dans le nord de l'Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique, 57 cibles ont été fixées pour la destruction par des armes nucléaires. La force totale de ces impacts était de 3200 kilotonnes. Ce sont principalement des villes: Hanovre, Copenhague, Amsterdam, Rotterdam, Bruxelles. Il était également prévu d'attaquer la centrale nucléaire de Lingen.
  15. Ce serait une proposition très intéressante. Mais il faudrait commencer par des européens systèmes communs d’observation, anti-aériens et de stock de munitions. À mon avis plus d'évolution que de révolution.
  16. “Légion Européenne” est pas réelle pour moi. Idée intéressante, mais impossible à réaliser. Les Euro-Bases en Europe de l’Est sont plus intéressantes. À long terme, cela permetrait à créer une force d’intervention européenne. “The East-South geostrategic dilemma is a notorious source of tension in Europe, undermining defence cooperation within both NATO and the EU. This paper offers a proposal, seeking to address this dilemma through a new Permanent Structured Cooperation (PESCO) project. The Euro-Bases project would involve permanent arrangements and a sustained scheme to regularly rotate forces to shared military infrastructures located in the eastern and the southern neighbourhoods of Europe. Its primary aims would include signalling political solidarity in both directions, solidifying a 360-degree approach to threats and helping alleviate fears of abandonment among European partners. In the long term, through joint training in the field, the Euro-Bases project could contribute to the formation of a shared European strategic culture. Besides, by politically linking NATO’s territorial defence to the EU’s crisis management, it could contribute to EU-NATO convergence. The project could be prepared in 2020 by the three Weimar Triangle states – Poland, Germany and France – and remain open to all other interested states participating in PESCO. It could be launched with the fourth round of PESCO projects.” https://www.irsem.fr/institut/actualites/joint-policy-paper-25-novembre-2019-euro-bases-and-beyond-tackling-europe-s-east-south-dilemma.html
  17. Pour Morawiecki président Macron est un adversaire politique, qui représente tout ce que les populistes polonais veulent critiquer. En outre, il s’agit d’une interview pour la télévision publique qui soutient le gouvernement. C'est donc un message adressé à propre électorat. La politique de défense du gouvernement de Donald Tusk était plus rationnelle. Le plus important était de maintenir la crédibilité de l'OTAN. C’etait, du point de vue de la Pologne, garantir la sécurité des pays baltes et un contingent en Afghanistan. Cependant, les missions de l'UE étaient également importantes (EUFOR Tchad 2008/2009). Au lieu de nouveaux projets, la Pologne a préféré la réforme des battlegroups européens existants. En 2013, Pologne souhaitait envoyer le Weimar Battlegroup au Mali, mais les restrictions allemandes en matière d'opérations de combat étaient si sévères donc l’idee été abandonné (bien que les Allemands aient seulement fourni la logistique). La coopération avec les Espagnols en Irak en 2004 était également problématique: chaque décision devait être consultée avec des politiciens, ce qui paralysait les actions du contingent pendant le soulèvement chiite. Le changement de Battlegroup en un outil d’intervention efficace plutôt que la nouvelle armée européenne. Il y avait aussi des idées plus radicales: “Le député européen Radoslaw Sikorski propose de créer une "légion européenne de volontaires". “Au lieu de compter sur les battlegroups combinés des soldats des États membres, il est nécessaire de créer une unité militaire européenne au sein de laquelle les citoyens des États membres et des pays associés à l'UE peuvent servir. Une brigade serait un bon début. Au départ, je l’appelle la légion européenne, qui pourrait bien être associée à une unité française (légion étrangère), qui pourrait nous entraîner cette légion. Mais il devrait être financé sur les fonds de l'UE et faire rapport au Conseil Européen. Il serait composé de volontaires, car alors - je pense - il y aurait une approbation politique à utiliser une tel unite.” https://wiadomosci.onet.pl/kraj/radoslaw-sikorski-stworzmy-europejski-legion-ochotnikow/evjyb37?fbclid=IwAR3aIdZUtBSVzk6ROJFfzlwZzIFTg76LJ3wnwQrZiagEKuQLcPRrwskchSQ Peut-être que les 30 dernières années seront suffisantes. La Pologne souhaitait entretenir de bonnes relations avec l'OTAN dès le début de son indépendance. Par exemple, l'évacuation des agents occidentaux d'Irak en 1990 (Opération Simoun). En fait, la décision d'essayer de devenir membre de l'OTAN est celle de 1991. C'est à ce moment-là que le putsch de Janjew a mis fin au changement démocratique en Russie. L'Occident a également senti la faiblesse stratégique de la Russie de Boris Eltsine et déclaré qu'il pourrait saisir cette opportunité. Mais jusqu'en 1993, les troupes russes étaient stationnées en Pologne, les efforts officiels ont donc commencé à partir de 1994. Dès le début pour les Européens de l'Est, l'OTAN était un pacte de protection contre l'impérialisme russe.
  18. Garde-côtes ukrainiens recevra 20 navires de patrouille de la société française OSEA, pour 136,5 millions d'euros. https://mil.in.ua/uk/news/morska-ohorona-otrymaye-20-korabliv-za-136-5-mln-yevro/?fbclid=IwAR1qwDRAcvEk78vQdRCMunz00DcJKHiHb3QvQuB8BYkwZJxWtm6QhXp6ix4
  19. C’est une interview pour la chaîne de télévision indépendante biélorusse Belsat situé en Pologne, donc elle parle principalement de Biélorussie. En général, les pays qui n’ont pas rejoint la famille des pays occidentaux lorsque la Russie était faible se trouvent maintenant dans une situation difficile.
  20. Selon Wasylisa Trofymowycz l'ex attaché de presse des bataillons du Dniepr-1 et Donbas 80% des étrangers dans les bataillons de volontaires étaient russophones et motivés par la situation politique dans la region: - De nombreux étrangers ont-ils servi et servi dans des formations de volontaires? - Très nombreux Il y avait des Biélorusses, des Russes, des Polonais, des Géorgiens, des Tchétchènes, des Français, des Suédois ... Certains ne comprenaient même pas l'ukrainien ou le russe - ils venaient de se battre contre la Russie. - Est-ce que tout le monde avait la même motivation? - Géorgiens, Polonais, Tchétchènes oui. Et les Tchétchènes avaient l'expérience de la guerre, de grands spécialistes. Ils vivent à l'étranger depuis longtemps et beaucoup ont perdu tous leurs parents pendant la guerre en Tchétchénie. Les Biélorusses avaient une motivation légèrement différente. Ils se battent principalement pour la Biélorussie. Ils comprennent que tôt ou tard le pouvoir de Loukachenko s'effondrera et que la Biélorussie deviendra la prochaine cible de l'intervention russe. C'est pourquoi la Russie doit être arrêtée maintenant. - Selon vos estimations, combien de volontaires biélorusses ont participé à une opération de lutte contre le terrorisme de 2014 à 2018? - Plus précisément, les citoyens de la République de Biélorussie - Je pense que 400 à 500 personnes vont se rassembler. - Les Biélorusses sont le groupe le plus nombreux dans les bataillons de volontaires? - Au moins un des plus nombreux. Les Biélorusses, les Géorgiens, les Tchétchènes et les Russes - la plupart d'entre eux. https://belsat.eu/pl/news/ukraine-uratowaly-bataliony-ochotnicze-wywiad-z-autorka-ksiazki-dobrobaty/ Mais le bataillon Azov a fait référence à la tradition des unités collaborant avec l'Allemagne et surement était attrayant pour les néo-nazis d'Europe occidentale. Un journaliste polonais visite un bataillon sur le front à Mariupol: https://fakty.interia.pl/tylko-u-nas/news-chlopcy-z-azowa-bronia-mariupola-ukrainy-europy-i-bialej-ras,nId,1848612
  21. Nexter P20 a été acheté par l’unité des forces spéciales GROM. Un contrat de 4,19 millions de zlotys. https://www.defence24.pl/grom-kupil-dzialko-automatyczne-20-mm
  22. Et plus précisément, quels modèles sont proposés?
  23. La pénétration des munitions 30mm est de 20 à 30% supérieur à celui des munitions similaires 25mm. La même armure est pénétrée par 30mm de 2000 mètres et par 25mm de 1000 mètres. Munition HE (high explosive) 25mm peut efficacement détruire des cibles au distance jusqu'à 1800m, 30mm à 2000 m, 40mm à 3000 m et 50mm plus que 3500 m. 40mm c'est trop cher pour tous les véhicules. Le canon 30mm et deux missiles antichars sont actuellement la solution la plus populaire et la plus économique pour les unités mécanisées ou motorisées.