Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    4,483
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Everything posted by mehari

  1. Je mentionne le CV90 juste pour l'exemple et parce qu'on pourrait repasser sur du chenillés après TITAN et MGCS. C'est juste indicatif. Les ERI posent un problème assez unique à la France je pense. Les autres pays n'auront pas d'unités aussi mixées et j'essaie de penser à la fois en terme français et en termes généraux (n'étant pas français moi-même). Dans beaucoup de pays, les chars et un échelon de reconnaissance léger seraient séparés (ou l'échelon de reconnaissance serait plus lourd). La reconnaissance blindée aux US se fait au Bradley, en Suède c'est au CV90, en Italie, c'est un mix Lince-Centauro (ou bientôt Lince-Freccia), l'Allemagne travaille avec le Fennec mais ils sont séparés des blindés. Cependant, il serait moins cher de développer un système unique sur VBAE plutôt que de travailler sur deux ou trois plateformes différentes. En contrepartie, le système AA VBCI serait moins cher humainement parlant que le système VBAE. Bref, tout serait nettement plus simple si la France travaillait avec des brigades plus homogènes. Un bataillon suédois par exemple se repose sur un total de 4 plateformes (Leo 2, CV90, Bv206, camions). Un GTIA blindé français en compterait 7 (VBL, VAB, Leclerc, VBCI, Masstech T4, camions et AMX-30D).
  2. Un truc qui me fait dire que les Suédois ont raisons de mettre leur ravitaillement (dans une partie de leurs bataillons du moins) et MEDEVAC de compagnie sur Bv206. Ça permet de s'affranchir des routes ou des rivières et d'éviter ce genre de chose.
  3. Bonne chance pour caser un 30×113 et des missiles là dessus. Les panneaux risquent d'interférer avec la tourelle, surtout dans le cas d'un très long Mistral. Note que c'est le placement utilisé sur les M-SHORAD mais ils utilisent une base Stryker donc ils ont plus de place. C'est une option mais on perd le laser. Quoiqu'il arrive, je pense que pour une solution 4×4, il faudra deux véhicules (note que d'ici quelques années (peut-être une décennie) on pourrait avoir un porteur dronisé pour l'un des deux éléments, asservi à l'autre élément qui serait alors porteur de l'équipe AA). On aurait alors un truc comme ceci (remplace juste le pod Coyote par un pod Martlet ou Mistral). Couplé à quelque chose comme ça Ou même simplement Ou d'autres permutations. Deux porteurs permettent une plus grande variété d'effecteurs et de senseurs (on pourrait ajouter un senseur passif par exemple) et potentiellement plus de réserve (de la place libre dans le second véhicule peut être utilisée pour emporter des missiles ou obus en plus pour le premier par exemple. On pourrait alors créer un peloton de 3 à 4 systèmes (1 paire de véhicules) avec un équipage cumulé de 4 à 6 personnes, soit 12 à 24 personnes.
  4. Une plateforme un peu plus lourde pourrait être plus indiquée pour les formations blindées, surtout qu'elle permettrait de placer plus de systèmes. Pour se donner une idée, BAE avait fait un démonstrateur de son ACV équipé d'une tourelle de 30mm. Sur l'arrière, ils ont ajouté un pylône avec un ensemble de radar MHR en bande S et un laser CLWS par Boeing. Si on remplace la tourelle par une 40mmCT à haute élévation avec des pods pour Mistral ou Martlet on pourrait avoir quelque chose d'assez décent pour la défense AA contre une variété de menaces. Les châssis utilisés pourraient être celui du VBCI ou un chassis chenillé (CV90 par exemple). Le Jaguar aussi si ça tient (la génération de puissance et une réserve de missile pourraient être difficiles à faire rentrer (plus la question de savoir si on peut faire rentrer tout l'équipage)). Ça satisferait les demandes AA des brigades lourdes et peut-être médianes. À côté, il faudrait alors avoir un élément pour les unités légères et peut-être médianes. Ici, on pourrait avoir un canon de 30×113mm avec un pod de missiles mais ça pose la question de la détection. Si on met ça sur VBAE, on pourrait avoir un véhicule trop encombré pour y ajouter un radar en prime. Alternativement, on pourrait utiliser le VLTP-P (en supposant que le programme n'est pas mort) plus long1 et un rien plus lourd permettant d'y faire rentrer les senseurs (un kit de 4 MHR par exemple) mais il sera probablement compliqué d'aussi inclure un laser. Le CLWS peut parfaitement rentrer sur un 4×4 mais je doute qu'avec tout ce qu'on mettrait déjà sur ce 4×4 AA on puisse combiner le tout. Un second véhicule serait alors peut-être nécessaire. Et il serait bien d'avoir des équipes MANPADS pour les cas où les véhicules ne sont pas disponibles (principalement chez les unités légères). Un double entraînement/double dotation pourrait s'indiquer mais il faudrait aussi des MANPADS qui soient réellement portables (ergo pas un Mistral). 1 Alternativement, on pourrait imaginer une variante allongée du VBAE
  5. L'Union a un projet pour 80km depuis L52 et roquettes à 200km. Les demandes sont notées ici, codes EDIDP-NGPSC-LRIF-2020 et EDIDP-NGPSC-PGA-2020 Next Generation Precision Strike Capabilities couvrait l'évolution des capacités d'artillerie avec un financement maximal autorisé de 7M€. Le volet Long Range Indirect Fires comprend le développement de systèmes capables d'atteindre 60km pour les canons et 200km pour les roquettes, via l'upgrade de systèmes existant ou le développement de nouveaux. Le volet Precision Guided Ammunition comprend le développement de munition guidées à portée accrue utilisant les canons L52 existants. L'objectif est fixé à 80km mais le résultat doit atteindre au moins 60km. EDIPD-NGSC-LRIF-2020 a été attribué à e-COLORSS (je sais pas si c'est un nom d'équipe ou de programme) avec un montant de 3.5M€ sur une durée de 24 mois. L'équipe est dirigée par l'espagnol Everis (coordinateur sur lequel je trouve singulièrement peu d'informations) et comprend entre autres Airbus D&S, Escribano, Leonardo, Patria, Tatra et Nexter. Plus d'infos: https://ec.europa.eu/defence-industry-space/system/files/2021-06/EDIDP2020_factsheet_NGPSC_LRIF_e-COLORSS.pdf EDIPD-NGSC-PGA-2020 a été attribué à FIRES avec 3.5M€ sur 24 mois. L'équipe est dirigée par Nexter et comprend plusieurs institut de recherche européens (bulgarie, belgique et Saint-Louis), Bittium, Instalaza, MBDA France, Roxel, Everis, MSM (slovaque), Romarm et autres. Plus d'infos: https://ec.europa.eu/defence-industry-space/system/files/2021-06/EDIDP2020_factsheet_NGPSC_PGA_FIRES.pdf
  6. Je pense que guidé veut juste dire que la trajectoire est corrigée/la munition est guidée mais sans réellement donner d'information sur le type de guidage tandis que boucle fermée signifie que la munition corrige sa trajectoire d'elle-même. En gros tir guidé peut vouloir dire tout et n'importe quoi y compris simplement décider de la trajectoire à la main tandis que closed loop voudrait dire quelque chose du type GPS, IR, radar ou similaire, avec peu ou pas d'intervention humaine. En ingénierie des systèmes, un système à boucle fermée est un système capable de récupérer la valeur du signal et de la comparer à la valeur demandée pour changer les commandes appliquées aux différents systèmes. Un système à boucle ouverte en revanche ignore la valeur de l'output et donc tout erreur n'est pas corrigée. Pour prendre une analogie simple, prenons une voiture tout ce qu'il y a de plus classique. On pourrait se contenter d'appuyer sur la pédale des gaz et se dire que si on appuie un peu, on avancera un peu, si on appuie beaucoup, on avancera beaucoup. On pourrait même imaginer une relation pression sur pédale → vitesse pour quantifier tout ça. Cependant, si on change la masse de la voiture ou l'inclinaison de la pente, tout d'un coup la relation précédemment établie ne marche plus créant une erreur. Dans le cas d'une voiture essence à l'ancienne, cette erreur n'est pas rectifiée et il faut que l'utilisateur change manuellement l'input (pression sur l'accélérateur) pour s'adapter. On est alors face à un jeu de devinette pour essayer de refaire tourner la voiture à la bonne vitesse, jeu limité par la résolution de notre pied. On parle alors de "boucle ouverte" (open loop). Cependant, on peut aussi récupérer la vitesse des roues et la donner à la voiture plutôt qu'au conducteur. Dans ce cas, le conducteur au lieu de mettre des gaz à la voiture (et de créer un couple) va demander une certaine vitesse. La voiture va comparer cette vitesse demandée à sa vitesse et va activer les gaz en fonction des lois de contrôle préprogrammées (probablement un contrôle proportionnel-intégral (contrôleur PI) proportionnel-intégral-dérivatif si les concepteurs voulaient vraiment s'amuser). C'est le rôle d'un cruise control. J'aurais probablement pu trouver un meilleur exemple (je viens de penser à régler le chauffage à la main contre laisser un thermostat intelligent le réguler pour obtenir la bonne température) mais c'est l'idée. À noter qu'il faut aussi prendre en compte les erreurs de capteurs et des recalibration ponctuelles (raisons pour laquelle on ne peut pas utiliser que de l'INS pour le guidage d'un obus ou à l'odométrie pour le pilotage d'un robot). Ce genre de raisonnement peut s'appliquer à tout et n'importe quoi, dont la vitesse d'un véhicule, sa position, des transformateurs électriques, etc. Très utile en mécanique, électronique et robotique (entre autres choses).
  7. Avec en contre exemple les Pays-Bas qui ont adopté deux camouflages distincts pour les environnements désertiques et forestiers avec un camouflage "multi-environnement" limité uniquement au matériel (sacs, gilets, etc.). Exemple en forêt (pantalon en DPM): Les espagnols de leur côté ont adopté la forme du Multicam, avec des couleurs distinctes par environnement. L'Autriche a aussi l'air de suivre la voie traditionnelle et son nouveau camouflage possède une variante tempérée et une variante aride.
  8. Pas entièrement correct. Les escouades d'infanterie légère et d'infanterie Stryker comptent un designated marksman, si un membre de l'escouade montre les aptitudes suffisantes et reçoit l'entraînement nécessaire, qui n'est pas conséquent pas systématique. Dans ce cas, le DM reçoit un des suivants Mk14 EBR M110 SASS M110A1 CSASS M4A1 avec une lunette Bref, ils pourraient généraliser l'usage du marksman dans leurs escouades mais je suppose que changer entièrement la logistique de l'armée et rendre les armes incompatibles avec les stocks et la logistique alliée est plus simple. Pas exactement non plus. Ils ont plutôt des escouades symétriques par opposition au schéma appui-manœuvre utilisé en France. Chez eux, chaque escouade est dotée d'un chef d'escouade et de deux équipes (fireteam) structurées comme suit Chef d'équipe (M4A1) Grenadier (M4A1 + M320) Mitrailleur (M249) Fusilier (M4A1 + AT4) Ce genre de schéma symétrique peut se retrouver ailleurs comme au Canada, en Australie ou en Suisse. Avant sa réforme, la British Army avait aussi un truc du genre.
  9. On peut aussi se demander si les Type 31 sont prévues pour le combat naval. Missile CAMM de portée très modeste, pas de missiles anti-navires, pas de sonar, pas de torpilles. Son seul armement est son hélicoptère.
  10. Qui ne couvre que l'Afghanistan et qui ne montre pas que la précision l'emporte absolument sur le volume de feu. Simplement que le volume de feu doit parfois être fourni au delà des 300m habituellement considérés. Ici, ils échangent persistence contre portée alors que ce n'était absolument pas nécessaire. Si ils laissaient tomber leurs demandes de percer des gilets IV à 600m (ce qui est soit insuffisant parce que l'ennemi a mieux soit inutile parce que l'ennemi n'a pas aussi bien et que les AP actuelles font l'affaire), ils pourraient augmenter la précision du feu sans toucher au volume disponible. Je me répète peut-être mais en adaptant les designs polymères à certaines cartouches sorties récemment pour AR-15, ils auraient pu drastiquement augmenter la précision et la portée de leurs armes en augmentant pas la masse, à emport constant, et à un coût beaucoup moins important car il faudrait, au plus, changer le canon, la culasse et peut-être les chargeurs des M4 si nécessaire.
  11. Leur doctrine a désormais l'air d'être "On va percer des protections Lvl IV à 600m en un seul coup". J'ai franchement un doute sur la nécessité et la faisabilité. On sait qu'il existe désormais des protections capables de résister à du M993 tiré à moins de 10 mètres ce qui met déjà en doute l'intérêt de chercher à percer le Lvl IV et par conséquent élimine entièrement le besoin en munitions aussi lourdes (vu que la partie 600m peut être obtenue autrement). Par ailleurs, cette doctrine prend tout ce qui a été établi en terme de combat d'infanterie au cours des 50 dernières années et le jette par la fenêtre pour retourner à la doctrine US post seconde guerre mondiale qui mettait l'emphase sur la précision individuelle du soldat par rapport au volume de feu de l'escouade (ce qui a poussé à l'abandon des projet .270 et .280 British). Ça marchait très bien pendant la seconde guerre mondiale, mais seulement parce que les US avaient le volume de feu supérieur sur le front occidental grâce à leur Garand (les Sturmgewehr ont surtout été vus à l'est) mais ça s'est vite cassé la gueule au Vietnam et on a eu la 5.56 en résultat.
  12. D'ailleurs, on peut désormais quantifier les changements en terme de masse grâce à une annonce de l'US Army. Masse XM5: 8.38lbs (3.8kg) Masse XM5 + silencieux: 9.84lbs (4.46kg) Masse XM250: 13lbs (5.9kg) Masse XM250 + silencieux: 14.5lbs (6.58kg) Personnellement, je me souvenais que la mitrailleuse devait faire <12lbs (5.45kg) mais bon... Après, c'était à l'époque du NGSAR. Par ailleurs, les armes étant supposément prévues pour être utilisées avec silencieux, c'est ça qu'il faudra prendre en compte. À titre de comparaison, les armes en service sont les suivantes Masse M4A1: 6.43lbs (2.92kg) Masse M249: 17lbs (7.7kg) Le fusilier se prend 1.5kg en plus tandis que le mitrailleur s'allège de 1.12kg. Si on néglige les silencieux, on passe à 900g en plus pour le fusilier et 1.8 en moins pour le mitrailleur. Maintenant discutons de la quantité de munition. On pouvait s'y attendre mais elle va diminuer. Auparavant, le soldat US portait soit 7 chargeurs de 30×5.56 ou 3 poche de 200×5.56. Avec l'arrivée des NGSW, on passe à 7 chargeurs de 20×6.8 ou 4 poches de 100×6.8, ce qui donne une diminution de ~33% dans les deux cas. Mais les choses ne s'arrêtent pas là. Voici les masses: 7 chargeurs de 30 5.56: 7.4lbs (3.35kg) 7 chargeurs de 20 6.8: 9.8lbs (4.45kg) 3 poches de 200 5.56: 20.8lbs (9.43kg) 4 poches de 100 6.8: 27.1lbs (12.29kg) Donc si on fait les totaux, la masse emportée par les soldiers sous l'ancien système était de Fusilier M4A1: 6.27kg Mitrailleur M249: 17.14kg Tandis que sous le nouveau, on passe à Fusilier XM5: 8.91kg Mitrailleur XM250: 18.87kg La masse des munitions élimine tout gain fait sur l'arme dans le cas du mitrailleur qui voit sa charge augmentée de 1.73kg tandis que le fusilier voit sa charge monter 2.64kg, sans comptabiliser les viseurs (mais ça demande de déduire les différents types d'optiques (ACOG et RDS) et tous autres types d'équipements qui pourraient être remplacés (il y avait pas un laser dans le truc?) donc plus complexe. Ceci dit, on peut probablement ajouter un kilo... Source: https://www.thefirearmblog.com/blog/2022/05/16/us-army-shares-details-next-generation-squad-weapons/ On notera que ça nous donne aussi une idée de la masse de quelques autres choses. Un chargeur de 6.8 pèse donc 636g plein tandis que la poche de 100 de 6.8 pèse 3.07kg (plus ou moins la même chose qu'une poche de 200 de 5.56 (3.14kg)). Il a été mentionné plusieurs fois que les chargeurs étaient des Lancer pour AR-10. Il s'agit probablement du même type que ceux pour 7.62 (les munitions ont la même douille) donc on a une masse à vide de 0.4lbs soit 181g. En mettant ça dans l'équation, on se retrouve avec une cartouche de 6.8 NGSW ayant une masse de 22.75g. À titre de comparaison, une cartouche de 7.62 pèse 25.5g et une cartouche de 5.56 (SS109) pèse 12.3g ce qui signifie que la 6.8NGSW pèse 89% et 185% respectivement de la masse de ses deux prédécesseurs. Par ailleurs, si la dotation du mitrailleur est réduite de 30%, on peut évidemment s'attendre à ce que les autres membres de son équipe porte des munitions en plus, une pratique qui il me semble à déjà lieu. Étant donné que les poches ont ± la même masse, ça ne ferait pas trop de différence. Sauf que chaque fusilier fait face à une augmentation de 1.73kg (±une demi poche) de sa dotation et que chaque poche qu'il emporte ne contient que la moitié des munitions de l'ancienne, ce qui veut dire que la dotation en munition de l'escouade diminue encore plus. Bref, quoi qu'on dise sur les avantages de la munition, je doute que ça en vaille la peine. Ping @Patrick que ça va très probablement intéresser.
  13. À noter que le 76mm d'Oto Melara dispose d'obus anti-aériens guidés (DART) ce qui aide à la précision. II y a potentiellement besoin de moins de plomb en l'air... Côté 57mm, il n'y a à ma connaissance pas d'alternative en service. Le MAD-FIRES en développement aux US pourrait être intéressant mais on verra quand/si il sortira.
  14. Pas entièrement sûr de ça. Si on regarde la carte de Jomini, on a 7 brigades ukrainiennes sur ce secteur, dont une de réserve (60) et une de défense territoriale (124). Difficile de dire à quoi ça correspond après des mois de conflits mais ça reste conséquent. En face, sur la rive droite du Dnipro, on a une brigade d'infanterie navale (126), 2 brigades de fusiliers motorisés (34 et 205Brig, 22 Corps), 1 régiment d'assaut aérien (56Rgt, 7Div des Gardes) et 2 brigades de reconnaissance. Dans Kherson même, on pourrait avoir le reste du 22e Corps et de la 7e Div des Gardes mais difficile de savoir ce que ça veut dire exactement (QG ou est-ce qu'il y a vraiment des éléments de combat? Combien?). Sur la rive gauche, on a encore deux régiments motorisés (33 et 255, 20Div des Gardes) tandis que le QG (et peut-être le reste) de la 20Div est noté à la frontière Criméenne. Ça représenterait une sacré force si tout ces éléments n'était pas notés comme ne disposant que d'un unique BTG ce qui veut dire qu'on a essentiellement beaucoup d'artillerie mais pas beaucoup d'infanterie ou de blindés pour aller de paire... À mon sens, on a peut-être 8-9 BTG sur la rive droite et une paire de BTG sur la rive gauche. Avec un renfort additionnel d'artillerie qui traîne. L'artillerie est un problème mais sinon, ce n'est pas forcément inabordable pour une force de 7 brigades côté ukrainien. EDIT: la 35e Brigade d'Infanterie Navale était marquée comme "en formation" au début de la guerre. Ça réduit un peu les forces disponibles côté ukrainien. Alexandre le Grand n'avait pas envahi la Sarmatie, si?
  15. Et les américains sont très certainement entrain de tirer des leçons du conflit. Comme tout le monde en fait.
  16. Ils peuvent surtout récupérer les trois seuls ponts (2 routiers, 1 ferroviaire) sur le Dnipro sous contrôle russe. Une fois que c'est fait ils peuvent soit pousser leur avantage ou attendre et utiliser le Dnipro comme une barrière naturelle (le fleuve est vachement large à cet endroit) leur permettant de redéployer des forces à l'Est. Il y a des arguments pour et contre les deux. Notamment, pousser leur avantage permettrait de reprendre le contrôle du Canal de Crimée Septentrionale et sécuriser les deux côtés de la centrale hydroélectrique de Nova Kakhovka. D'un autre côté, dans ce secteur (d'après Jomini), les Ukrainiens ont 2 brigades mécanisées (14 et 28), 1 mécanisée de réserve (60), 1 DShV d'assaut aérien (80, en pratique motorisée depuis le début du conflit) et 2 brigades d'infanterie navale (5 et 35). Si ils s'arrêtent au fleuve, ils pourraient facilement redéployer 2 ou 3 de ces brigades (je dirais la 14 et la 80) vers l'Est. Toujours est-il que c'est la première fois que je vois des rapports de frappes ukrainiennes massives sur Kherson. Sinon, toujours sur liveuamap, incusions russes au Nord, repoussées par les gardes frontières (district de Shotska, oblast de Sumy).
  17. D'où la remorque? Un obus de 81mm n'est pas exactement le truc le plus massif qui soit. Une équipe de drone c'est un groupe de personne chargé d'opérer un drone. Qu'il soit indépendant ou partie d'un autre élément, ça reste une équipe. Ils peuvent certes se trouver dans le même véhicule que les équipes MMP, si ils font partie du groupe MMP. Mais sinon? On les colle quand même au même endroit et par conséquent on les fixe au groupe MMP ou au groupe commandement ou peu importe ou est-ce qu'on leur donne leur propre véhicule pour leur permettre d'aller à l'endroit où ils sont nécessaires? La question devient alors pourquoi est-ce que les véhicules des officiers étaient justement facilement identifiables? En régiment VBCI, je veux bien (le VBCI PC est assez différent du VBCI VCI) mais dans un régiment VAB en revanche, les postes de commandement devraient être des VAB non? Et pour les autres armes, je ne pense pas que ce soit le cas en France mais les officiers disposent en général de véhicules du même type que celui des pelotons (tank pour les blindés, VCI ou APC pour l'infanterie, etc.). Cependant, et c'est inévitable, il faut un véhicule PC qui sera très différent à côté des MBT et autres EBRC/AMX10RCR/etc. Je ne sais pas si c'est autant une exception qu'on le pense. Le Starstreak a l'air épaulable mais pour autant que je sache les britanniques l'utilisent surtout sur une espèce de lanceur triple fixe. Sinon, il y a aussi le RBS-70. Mais il est vrai que la plupart des concurrents (Stinger, Igla, PIORUN, Type 91, KP-SAM et la myriade de systèmes chinois) sont épaulables. Pour autant que je sache, les US commencent à disperser des équipes Stinger. Les compagnies blindées devraient maintenant se voir attachée un binôme Stinger avec un HMMWV et à l'avenir ça devrait devenir organique. En Suède, ils ont plutôt des pelotons SPAAG au niveau de la compagnie d'appui. Une section AA dans la compagnie d'appui régimentaire pourrait être une idée. Entre les capteurs passifs et les petits radars, la solution existe cependant, du moins contre une partie de la menace. Il faut juste l'acheter. On sait entre autre que des Stinger et Martlet ont été utilisés pour abattre des drones Orlan 10. La propulsion est ici thermique cependant, ce qui facilite les choses en IR. Elle s'est déjà posée. Il y a eu audition je ne sais plus quand où un général français s'était plaint qu'il était impossible de fournir une couverture AA à même de suivre les formations blindées parce que toute la défense sol-air française reposait sur des MANPADS sur pick-up. Il y a bientôt deux ans, le CEMAT reconnaissait également devant l'assemblée une "fragilité" dans la défense sol-air et un trou capacitaire dans la défense anti-drone.
  18. Difficile d'accepter comme raisonnement quand on sait que l'armée française n'a jamais eu de problème avec ce genre de considérations par le passé. De nos jour un SGTIA blindé tel que ceux déployés pour eFP ressemble à ça Je compte 3 types de VAB, 2 ou 3 VBL, les Leclercs, les VBCI et l'EBG, des SUV et des camions. Et si dans une compagnie d'infanterie motorisée, tout le monde sera sur VBMR, dans une compagnie Jaguar, les éléments de commandement resterons très reconnaissables Alors bien sûr, ici, l'utilisation d'un VBMR pour les équipes mortiers se justifie par la présence d'un équipage de 5 mais si le mortier demandait moins de servants, ce VBMR deviendrait plus dur à justifier alors qu'un 4×4 pourrait faire l'affaire.
  19. JCD CPWS donc -10 à +60°. Peut aussi être remplacé par un 20 ou 30×113mm.
  20. Après, tout le monde ne doit pas nécessairement se trouver dans un VBCI ou VBMR. Pour autant que je sache, les Italiens portent leurs mortiers sur LMV avec une remorque mais ils on un équipage de 3 personnes par mortier. C'est plus pour l'armée française je pense. D'ailleurs, comment se divisent les 42 personnes? J'imagine 10 personnes pour les 2 mortiers, plus un NCO, 3 (4?) par MMP, 3 par MAG et un NCO pour chacun des deux groupes? Ça fait jamais qu'une demi-cinquentaine de personnes. Les opérateurs opérateurs Parrot sont peut-être 2 mais pas plus, surtout qu'ils sont probablement un sous-élément du groupe MMP. Pour ce qui est du nombre de véhicules nécessaire, on a au moins un véhicule par mortier, un pour le groupe MAG, un par équipe MMP. Si l'équipe Parrot fait partie du groupe MMP, ele rentre dans leurs véhicules. On est déjà à 5 véhicules nécessaire, chacun avec leur paire conducteur-tireur soit 10 personnes de plus. Le petit QG peut probablement rentrer dans un 4×4 (VBAE ou VLTP-P) avec 3 personnes. Sinon, la compagnie Freccia italienne se composerait comme suit: Source: https://ukarmedforcescommentary.blogspot.com/2011/07/medium-weight-brigade-and-8x8-italian.html
  21. Mais non, tu n'as pas entendu. Ils ont décidé de mettre des petits triangles pour éviter un procès de Crye Precision caractéristiques du nouveau camouflage des véhicules.
  22. C'est un peu le problème que j'ai avec cette proposition. Il faut éviter d'empiler les institutions sans fin avec des frontières toujours plus floues et des rôles plus flous encore. Un truc que j'ai noté quand on crée ces nouveaux éléments adjacents à l'UE c'est qu'ils finissent souvent par ne pas faire grand chose et ont une supervision démocratique assez faible. Or, si on veut créer un système qui fasse des choses concrètes, il faut pouvoir financer ces actions et il faut une supervision législative. Au sein de l'UE, c'est facile à faire: suffit de demander au Parlement Européen et de faire rentrer le tout dans le budget européen. En dehors on fait quoi? Délégations de députés nationaux qui jonglent entre ça et leurs jobs nationaux? On crée un second Parlement européen pour cette Communauté? Et comment est-ce qu'on choisi l'exécutif? Sinon, quelqu'un se souvient de l'EI2?
  23. On notera qu'en pratique, c'est déjà ce qui se passe. Aux US par exemple, les CAB (Armour) disposent de deux compagnies de chars et d'une compagnie d'infanterie blindée. Au combat, celles-ci forment des company teams en échangeant des pelotons pour former une compagnie de deux pelotons de char et un peloton d'infanterie. Suivant la situation, les pelotons peuvent alors également échanger des éléments pour créer des pelotons interarmes de façon dynamique. C'est pareil pour les suédois. À mon sens, quand on arrive au niveau de la compagnie, ça devient trop situationnel pour considérer une approche standard. La structure exacte de la compagnie dépendra avant tout du problème qu'elle rencontre.
  24. Majorité spéciale veut dire un type de majorité hors des classiques majorités simples et absolue. On peut aussi parler de majorité qualifiée. Elle est à définir par les règles de procédure et change de chambre en chambre. La majorité spéciale belge ne marcherait probablement pas vu qu'elle serait juste impossible à sortir. Une solution plus simple serait le vote aux deux tiers ou quelque chose entre les deux (deux tiers des membres (pas simplement des membres présents) avec majorité dans un certain nombre de délégations)).
×
×
  • Create New...