Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    5,987
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Posts posted by mehari

  1. 24 minutes ago, FoxZz° said:

    Mais même, toutes les missions dont tu parles sont des missions classiques des armes de mélée : la couverture, la flanc-garde, la reconaissance, la surveillance, le controle de zone, etc. Certaines sont particulièrement typée cavalerie comme la flanc garde ou la reco, mais il n'y a pas besoin d'unités spécifiques pour le faire. A titre d'exemple, à l'heure actuelle, l'unité de N6 la plus adaptée pour remplir une mission de flanc garde, c'est un peloton de char Leclerc.

    En supposant une action de brigade, la présence d'un élément dédié pour le rôle de reconnaissance/sécurité permet de conserver les forces de mêlée pour le contact, facilite la concentration de force et permet plus de flexibilité sur leur engagement. Dans l'exemple présenté, l'élément de cavalerie est supposé sévèrement affaiblir l'avancée adverse avant même que les éléments de mêlée n'entrent en jeu, et ce à plusieurs dizaines de kilomètre de la force principale.

    Si tu considères à l'inverse que chaque GTIA est chargé de sa propre reconnaissance et sécurité, tu affaiblis fortement cette possibilité vu que le GTIA est supposé agir beaucoup plus en avant de sa propre force, ce qui n'est pas le cas si ce rôle est laissé à la brigade.

    En opération dispersée cependant, il reste possible de répartir les escadrons de cavalerie au sein de GTIAs pour s'occuper de leur sécurité. Dans l'autre sens, ça veut dire que l'élément de mêlée doit aussi disposer de suffisamment d'éléments en propre pour fonctionner lorsque les élément de brigade sont occupés ailleurs, d'où les mortiers lourds et les pelotons de reconnaissance organiques.

  2. 9 hours ago, hadriel said:

    Le contrat ops de la LPM c'est une division à deux brigades FR pour 20 000 pax au total. Avec une brigade en rab (Belge par exemple), et une div en rab (Brit?) pour former un corps.

    Qu'est-ce qui vous fait penser que vous allez avoir une division britannique en rab pour former un Corps? Tout le monde à l'air de penser que les autres auront des divisions à leur refiler pour son corps mais les britanniques vont remplir en priorité le leur (Allied Rapid Reaction Corps). En y regardant de plus près, la France participe à deux corps différents (CRR-FR et Eurocorps).

    • Upvote 1
  3. 16 hours ago, FoxZz° said:

    Un petit point sur les régiments de cavalerie et la fonction reconnaissance. Comme je l'expliquais dans un précédent poste, je ne vois aucun intérêt à former des régiments de cavalerie de "reconnaissance". Dans l'armée de terre la reconnaissance "tactique" est du ressort de tous avec des pions plus ou moins spécialisés (PRI, TE, pelotons de cavalerie, drones, observateurs d'artillerie, etc) qui viennent ensuite s'insérer dans l'échelon de découverte scorpion. Ces régiments tels qu'on les envisages sont des régiments de mêlée normaux et n'ont donc pas lieux d’être. En revanche, avoir des unités de reconnaissance et de renseignements dans la profondeur au niveau divisionnaire pourquoi pas, mais on serait plus sur quelque chose du style 2eRH. Et au vu du format de notre armée, je pense qu'en effet il vaut mieux garder ce type de régiments dans la brigade rens, quitte à la renforcer avec un 3e RH et un deuxième régiment comme le 54.

    C'est une vision restrictive de la fonction de la cavalerie dans d'autres pays. Son rôle n'est pas simplement la reconnaissance (même si c'est celui qui est le plus marketable). Le rôle est la vision et la sécurité (plus les missions d'économie de force).

    Je vais laisser cet extrait de BattleOrder expliquer les fonctions de la cavalerie US (via l'ACR) vu qu'il rendra ça probablement plus clair que moi.

    Quote

     

    Ceci est à prendre en compte en plus des autres emplois des blindés au sein des CAB par exemple. C'est aussi quelque chose qu'on peut retrouver en France dans la structure de la Division Javelot de la Guerre Froide:

    Quote

    a137e0_2a1e445f16e0440cabff57eab97e6b07~

     

    • Upvote 1
  4. 2 minutes ago, hadriel said:

    D'autre part le 105 n'a pas l'allonge du 155 et n'a pas l'effet terminal

    D'où la suggestion de disposer de 155mm divisionnaires.

    3 minutes ago, hadriel said:

    n'a pas l'effet terminal et la flexibilité du 120 (plus compliqué à héliporter et même à tracter derrière un fardier, plus compliqué à cacher, etc)

    D'où ma suggestion d'obusiers de 120mm (même si le 105mm L118 HE est beaucoup plus proche du 120 que le reste des 105). Note par ailleurs que le 105mm (ou les obusiers en général) ont d'autres usages qui ne sont pas possible sur un Mo-120-RT, dont le tir direct.

    Enfin, je ne suggère pas l'abandon du mortier de 120mm. Dans les exemples donnés, on trouve toujours des 120 (dans les armées italiennes, US et chinoises dans les élément de mêlée par exemple).

  5. 4 minutes ago, hadriel said:

    Ca ferait un système qui n'est pas dans l'active, et un nouveau format d'obus.

    Ce serait pas plus malin de rester sur du 120 ou du 155? Avec une option pas cher qui serait d'avoir des batteries de réserve en 120 tracté, qui est peu complexe et pas mal adapté au réservistes du coup. Ou sinon vu qu'on est capables de produire des Caesar comme des petits pains, se doter de batteries de réserve Caesar. Mais je sais pas si les réservistes arriveraient à garder les compétences dessus. Mais si ils sont rappelés on pourrait faire des pièces mixtes, avec les postes complexes armés pour des gens de l'active et le reste pour des réservistes (pour porter des obus les réservistes ça doit suffire). Ca permettrait de sérieusement augmenter la puissance de feu de la division projetée sans augmenter la masse salariale.

    En théorie du 105 (ou mon hypothétique obusier de 120mm) pourrait aussi servir dans les légers.

    C'est le cas en Italie où les mortiers de 120mm se trouvent dans l'infanterie. L'artillerie des 3 brigades légères y est composée d'obusiers 155mm FH-70 et de 105mm Mod 56 dans l'artillerie alpine et de 105mm Mod 56 et mortiers de 120mm additionnels dans l'artillerie aéroportée.

    En Espagne, l'artillerie médiane est sur 105mm L118 tandis que l'artillerie navale utilise une combinaison de 105mm Mod 56 et M109 (à priori, l'armée disposait de Mod 56 aussi par le passé).

    Et bien sûr, on a la combinaison de 105mm M119 et 155mm M777 dans les IBCT de l'US Army.

     

    Ceci dit, la question du mélange des types de munitions au sein des brigades est valide. Je pense que ce serait bien plus aisé au sein de divisions. Si on est uniquement organisé en brigade, on veut éviter de perdre les capacités du 155mm ce qui conduit à des bataillons d'artillerie mixtes.

    Si on a un niveau divisionnaire cohérent cependant, on peut imaginer (dans les unités légères), l'usage de 105mm (ou autre) dans les brigades, supportées par de l'artillerie divisionnaire en 155mm.

    Les Chinois travaillent comme ça (même si ils n'ont plus de divisions) avec des brigades de combat équipées exclusivement de 122mm et des brigades d'artillerie disposant des 155mm (et des MLRS lourds). Par le passé, les russes faisaient pareil, même si ils semblent vouloir abandonner le 122mm de nos jours.

  6. 4 minutes ago, g4lly said:

    Le L118 n'est pas normalisé OTAN...

    C'est pour ça que ce ne sont pas les mêmes munitions. Ça n'a pas empêché les Espagnols d'en acheter.

    Quoi qu'il en soit, les Britanniques semblent partis pour s'en débarrasser.

  7. 3 minutes ago, Gibbs le Cajun said:

    LG1 Mark II , qui serait parfait pour équiper des unités de réservistes , et même les pros d'active mais bon restons disons raisonnable, si déjà on peut équiper proprement des batteries de 105 mm armée par les batteries de réserve ça serait déjà énorme !

    Le LG1 n'est pas le meilleur 105mm disponible. La portée et la masse des projectiles sont limitées par rapport au L118 (17km avec un projectile de 13.1kg contre plus de 20km avec un projectile de 16.5kg (base bleed dans les deux cas)). Le réel avantage du LG1 est sa masse 300kg plus faible.

    Alternativement, il y a une idée qui me chiffonne depuis quelques semaines.

    Quelles sont les différences structurelles entre les obus d'artillerie et les munitions de mortier raillée de 120mm? Le profil du projectile est plus ou moins le même donc à moins d'avoir une différence interne, les obus de mortier rayé de 120mm sont identiques à ceux des obusiers.

    En partant de ce constat, on pourrait créer un canon acceptant des munitions de mortier de 120 mais aussi ces mêmes munitions, sans la queue mais avec des charges d'artillerie classiques pour une portée accrue.

    On pourrait alors récupérer les obus de 120mm actuel (HE, SMK, ILLUM) avec une portée de ~20km (plus avec les RAP et MGM si on peut les récupérer aussi) et créer des obus base bleed spécifiques pour pousser au delà de la masse et de la portée des obus classiques.

    Je peux voir ça comme ayant son utilité pour les légers.

     

    Les Russes, qui utilisent des mortiers raillés similaires semblent partir vers un remplacement de leurs 122mm par des canons-mortiers de 120mm, même si je pense qu'ils continuent à utiliser des munitions de mortier classiques plutôt que des modifications telles que ce que je propose.

    Quand bien même ils ont le 2B16 Nona-K tracté et le 2S40 Floks:

    Quote

    2B16 Nona-K

    maxresdefault.jpg

    2S40 Floks

    2S40_Flox.jpg

     

  8. 8 minutes ago, Aisym said:

    Les frais de maintenance font partie des coûts inhérents à un missile. Raisonner en prix "sortie d'usine" n'a aucun intérêt pour les utilisateurs, ce qui compte c'est combien ça coûte d'acheter, stocker, tester et qualifier les matériels.

    Ça dépend de ce que tu contractes au fabriquant. Si tu décides que la maintenance est faite par MBDA, c'est dans la facture. Si tu décides que tu fais la maintenance toi-même, ça continue à avoir un coût mais ça n'apparaît pas dans le prix facturé.

  9. 52 minutes ago, hadriel said:

    Oui ça me scie aussi, je comprends pas. Ou alors la R&D du Block 1 NT est inclue.

    Comme d'habitude, on ne sait pas ce qu'il y a dans le contrat. Il pourrait (par exemple) il y avoir les frais de maintenance associés. Si ce n'est pas le cas, c'est effectivement  assez cher.

    • Like 1
  10. 2 hours ago, wagdoox said:

    Le zyrcon est a 60 cm quand tu connais la proportion des russes a faire dans le gros… 
    ca depasse de 7 cm, j’ai aucun doute qu’on fera plus mince. D’autant qu’il fait 9m de long et tu dois avoir un rapport finesse assez eleve sur hypersonique. On reste tres loin des 2,5m de diametre des m51 …

    Les russes ne sont pas plus stupides que les autres, surtout quand ils veulent bien faire. Dans ce cas-ci, ils pouvaient explicitement rendre le missile plus gros mais ont choisi de ne pas le faire, ce qui me laisse penser qu'un réel effort a été fait de ce côté.

    Pour ce qui est d'autres exemples, le Zircon est un des seuls hypersoniques dont on connaît le diamètre. L'autre est le LRHW américain, prévu par l'US Navy, dont le diamètre est estimé à 88cm. Je suppose qu'on a aussi des images du ARRW sur laquelle on pourrait se baser pour extrapoler mais je doute qu'on arrive à un sub-533mm.

    Par ailleurs, il ne faut pas oublier dans cette histoire le diamètre de la capsule si il en faut une.

    Jusqu'à preuve du contraire, je vais considérer que les hypersoniques ne rentreront pas dans les tubes de 533mm.

    2 hours ago, wagdoox said:

    Et si c’est la taille des tubes qui te derange, elle peut etre modifier. 

    On a un exemple de ce genre de chose: la classe Seawolf avec ses tubes de 673mm (avec inserts pour armement de 533mm).

    Ils en ont construit 3 et bizarrement, ils ont opté pour des tubes normaux et des VLS sur la classe Virginia suivante.

  11. 17 minutes ago, Asgard said:

    J'y crois pas du tout

    J'y crois en partie. Il y a des Rafales qui doivent continuer à entrer en service dans les années qui arrivent et serviront donc conjointement avec le SCAF. Ce seront en théorie des Rafales SCAFisés.

    Cependant, il s'agira de mises à jour d'appareils mis en service aux alentours d’aujourd’hui et non de nouveaux appareils. Dans ce contexte, sera-t'il intéressant pour un pays d'acheter un Rafale F6 neuf en sachant que le nombre de mises à jour subséquentes sera limité?

    Le Rafale F6 existera et il sera relativement bon marché. Ça ne veut pas dire qu'il sera intéressant.

     

    Du moins, c'est la théorie par rapport au planning actuel.

  12. 1 hour ago, Patrick said:

    Donc Dassault laisserait le créneau du petit avion pas cher exportable à SAAB et à se garderait celui du gros machin trop cher?

    Je crois pas qu'il y ait écrit "pigeon" sur la tête de Trappier. :laugh:

    En supposant que l'avion suédois soit intégré dans le SCAF, on vent le système, pas l'avion. Donc si quelqu'un achète l'avion suédois au lieu du NGF car il est meilleur marché, il pourrait aussi acheter les autres éléments du système dont un éventuel loyal wingman, ce qui bénéficierait à Dassault, sans compter tous les autres industriels qui gagneraient à un achat de tout appareil SCAFisé.

    • Upvote 1
  13. On 3/22/2024 at 8:26 PM, Kamelot said:

    La prochaine génération NT ne sera que meilleure, sans couvrir tout le spectre des menaces et loin s'en faut. À quand un Aquila pour la Marine Nationale...?

    Est-ce que les flottes recevaient un Aquila? Ça m'a toujours semblé être un truc pour les forces terrestres.

    Quoi qu'il en soit, Roma Invicta!

  14. 3 hours ago, mudrets said:

    Euh, ils ont quel moteur ?

    Ils sous-traitent. Contrairement à d'autres, ils n'ont pas la prétention de tout faire et achèteront volontier des moteurs, radars, pods de désignation, HMD, etc.

    Le développement coûte beaucoup moins cher quand on assemble des composants sur étagère...

    Il serait d'ailleurs possible, en supposant qu'ils créent un avion suffisamment distinct de ce qui est envisagé pour le NGF, de les intégrer dans le SCAF en leur disant qu'ils pouvaient avoir accès aux technologies et systèmes du SCAF intégrés sur leur futur appareil.

    En gros, un JAS 41 Valken mono-moteur utilisant les systèmes du SCAF (radar, électronique, armement, wingman et autres drones et si possible la motorisation) mais distinct du NGF.

    • Like 2
    • Upvote 2
  15. 13 hours ago, hadriel said:

    Par anti véhicule j'entends qu'il est capable de taper un véhicule qui n'émet pas. Le but n'est pas de taper du char avec, mais des radars longue portée qui se seraient étients, comme avec un AARGM-ER, mais je suis pas sur qu'on mette un autodirecteur RF passif dessus. Je pense que ça va être tir sur coordonnées + autodirecteur IR ou radar pour la finale.

    L'Exocet dispose d'un senseur passif pour l'instant je pense. S'en abstenir serait une erreur vu que ça permet d'utiliser les brouilleurs et radar de conduite de tir adverse comme cible.

    Cependant, on peut aussi se dire que les FMAN et FMC vont être des gros machins pesant au moins une tonne. Créer un missile anti-radar plus petit/léger ne serait pas une mauvaise idée.

    Un mini-missile de croisière pourrait également avoir ses usages, même si pour le coup, je pense que MBDA serait ravi de mettre une variante de son projet SmartCruiser en avant.

  16. 2 hours ago, Hirondelle said:

    Je me demande si on ne fait pas référence à une photo (cgi forcément) sortie autour des futures fregates singapouriennes MTCV qui devraient cumulées mica ng et Aster ?

    Ce n'est pas du tout ce que je vois sur l'image. À gauche, tu as un lanceur MICA unitaire tout ce qu'il y a de plus normal.

    À droite, il y a un SYLVER un peu bizarre vu qu'il semble être composé de deux groupes de 2x2 plutôt que de l'habituel 4x2 mais sinon rien d'extraordinaire (est-ce qu'il se sont gourré et ont pris un modèle A35 pour leur maquette?).

  17. 1 hour ago, wagdoox said:

    Une f21 mesure 6m, c'est déjà plus que n'importe quel missile en dotation. 

    Mais fait 533mm. C'est le facteur limitant vu que tout missile tiré par ce tube doit faire moins de 533. Typiquement, je ne connais pas de missile hypersonique faisant moins de ce diamètre.

    Par ailleurs, aucun missile en dotation ne fait plus de 6m? D'après MBDA, le MdCN fait 6.5m de long.

  18. 10 minutes ago, Albatas said:

    Et donc le FMC, lui, serait un autre missile ? J'avais compris que les anglais s'occupaient du FMC et les français du FMAN, du coup l'idée c'est que le FMAN est aussi un MDCN et le FMC est pour les avions ?

    C'est ce que j'avais compris aussi. Surtout que le FMAN est supposé être un missile supersonique, ce qui est assez peu compatible avec la mission de croisière du FMC (même si on peut faire comme les US et mettre un autodirecteur sur le FMC pour ce rôle comme le font les US sur Tomahawk).

    • Thanks 1
    • Upvote 1
  19. 29 minutes ago, hadriel said:

    On n'a pas trop de temps pour retarder le programme. Notre stock de Scalp est bien entamé, et on a besoin d'un missile anti véhicules pour aller chasser de l'IADS. Au contraire on devrait accélérer.

    À quel type de missile fais tu allusion?

     

    D'ailleurs, on pourrait profiter de l'ajout de capital dans le programme pour développer un 3e missile anti-radiation pour rentrer dans le système.

  20. 4 hours ago, Titus K said:

    Je me demande quelle occasion ils attendent un vrai système VLS modulable...à ce rythme les British vont passer sur Mk41 sur leur remplacants Type 45. 

    Et si en conséquence, ils vont continuer à utiliser l'Aster. Ils pourraient simplement bifurquer sur du SM-6 ou essayer de développer un CAMM-LR.

    • Upvote 1
  21. 1 hour ago, Boule75 said:

    Et est-ce que ça permet de lancer des missiles de tailles et formes hétérogènes, ces systèmes-là ?

    Ça dépend du système. Les Mk 13 et Mk 26 lançaient des types de missile différents (RIM-66 Standard, RIM-24 Tartar, Harpoon et RUR-5 ASROC). Ceci dit, tous à l'exception des ASROC font le même diamètre (~34cm, 42 pour l'ASROC). Et à ma connaissance, il n'y avait jamais que deux types de missiles disponible et un seul prêt au tir et dans plusieurs cas, l'utilisation de systèmes séparés fut préférée (par exemple, la classe California disposait d'un Mk13 pour SM-1, d'un lanceur ASROC et de deux lanceurs quadruples pour Harpoons; j'ignore volontairement les pays tiers).

    Le S300F est basé sur des cannister donc en théorie, c'est plus simple mais en pratique, ils n'ont jamais tirés qu'un seul type de missile (une variante du 5V55R pour le S300F et le 48N6 pour le S300FM). Un système au design identique mais plus petit pour la version navale du Tor était présent sur certains Kirov en plus du S300F. Le problème du nombre de missiles disponibles au tir à un instant donné est aussi présent même si il faut moins de temps pour préparer le suivant et la parallélisation est plus importante.

    Dans les deux cas, ces pays sont passé à des VLS style Mk41 pour tous les missiles à l'exception de la défense de point. L'avantages des VLS est massif par rapport aux systèmes précédents: tous les missiles sont disponible au tir à tout moment. Le S300F n'en disposait que de 1/8, 1/12 à 1/32 dans le cas du Mk 26 et 1/40 dans le cas du Mk 13.

    La cadence de tir est aussi à noter: un Mk 13 avait besoin de 8 secondes pour recharger un SM-1, 22 pour un Harpoon tandis qu'un Mk 26 pouvait tirer deux missile toutes les 9 secondes. De l'autre côté, la contrainte imposée à chaque groupe de 8 des systèmes hot launch est le refroidissement de leur système d'évacuations de gaz tandis que la contrainte sur les cold launch est simplement de savoir si le missile précédent est encore au dessus du navire.

     

    1 hour ago, Boule75 said:

    L'idée - bien fragile j'en conviens, car ce serait nettement plus complexe - était de pouvoir panacher plus facilement les types de missiles et, peut-être, d'obtenir un stockage plus dense et accessible sans grue ou autre trucs sur le dessus du pont.

    En supposant que tu y arrives, le gain serait très marginal comparé aux coût en cadence de tir et nombre de types de missiles prêt au tir à chaque moment. Et il n'est pas garanti que tu puisses effectivement ranger 2 ou 4 missiles à la place d'un plus gros comme tu peux le faire dans une VLS.

    • Upvote 1
  22. 33 minutes ago, Asgard said:

    Pitié, non u_u

    Pourquoi? La dernière coopération en terme de missiles entre ces 4 pays n'a pas exactement été un échec.

    Ceci dit, voir l'Allemagne rejoindre en tout cas la partie AShM serait surprenant considérant qu'ils ont démarré le programme 3SM Tyrfing avec les Norvégiens. À moins que le 3SM ne soit pas compatible avec un lancement aérien auquel cas il leur faudrait une autre option mais j'ai des doutes.

    Dans l'autre sens, voir l'Allemagne rejoindre ce programme simplifierait la donne vis-à-vis du SCAF et la division allemande de MBDA dispose de certaines expertises intéressantes, surtout en ramjet.

    Cependant, je pense que les déclarations ministérielles visent plus un système terrestre.

  23. 23 minutes ago, Boule75 said:

    N'irait pas plutôt alors vers un système avec des modules comportant seulement un tube de lancement et une espèce de barillet à missiles duquel serait prélevé le missile qui va bien à un instant T pour cible donnée, avant qu'il ne soit présenté pour le lancement dans le tube ? Une espèce de chargeur automatique de missile, en quelque sorte.

    Pour produire un système fiable et réactif, nulle doute que la mécanique serait complexe à concevoir et à mettre au point, mais on pourrait en espérer une meilleure densité de stockage des missiles en eux-même, peut-être un abaissement du centre de gravité, peut-être aussi plus de facilité pour le "rechargement à la mer".

    Tu es en train de décrire le système de lancement du S-300F/SA-N-6

    s300f.jpg

    naval_sam_s300f_p03.jpg

    Ou d'une manière plus détournée, le système de lancement des SM-1 et Harpoon (lanceur Mk26).

    MK_26_GMLS.jpg

    Bottom line, ce n'est pas moins volumineux et c'est beaucoup moins réactif.

    • Like 1
    • Upvote 2
×
×
  • Create New...