Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

mehari

Members
  • Posts

    4,144
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Everything posted by mehari

  1. Le CKEM devait faire 6.5 Mach avec une énergie de 10MJ (soit la même que celle annoncée pour l'ASCALON) mais je ne sais pas si il s'agit d'un système LOS ou BLOS. LOSAT, qui a servi de base pour le CKEM était purement LOS. Il ne faut pas oublier que si le trajet est BLOS, la consommation en énergie est plus importante pour pouvoir faire les changements de trajectoire nécessaire.
  2. A mon avis, il faut un véhicule plus léger pour pouvoir supporter les brigades médianes et légères et ce véhicule ne pourra pas être équipé d'un 140mm. Un 105 ou 120mm pourrait être une solution. Un 105 a l'élévation pour pouvoir faire du tir indirect jusqu'à 10km avec des munitions non guidées. Le 120mm est plus restreint de ce point de vue mais peut tirer des munitions guidées jusqu'à probablement 12km. Les US avaient d'ailleurs un projet pour le M1A2 SEPv2 et le FCS appelé XM11111 Mid-Range Munition composé du MRM-KE et du MRM-CE. Le MRM-KE était un missile tiré par canon de 120mm comprenant un dard tel qu'on les trouve dans APFSDS-T. En mode NLOS, le missile était tiré sur un arc balistique pour trouver sa cible. Une fois trouvée, le moteur accélérait le pénétrateur à la vitesse voulue. Le guidage était fait par radar millimétrique et laser semi-actif. Le MRM-CE de son côté suivait le même principe mais avec une charge tandem classique à la place du pénétrateur et ajoutait un guidage IR au combo radar+laser. La portée voulue était de 12km. Sinon, quelqu'un connaît la différence (si il y en a une) entre NLOS et BLOS?
  3. Des détails sur la mission du SFG en Iraq pour la période 2015-2018 et notamment la participation aux batailles de Tall Afar et Mossoul. https://defencebelgium.com/2021/08/16/de-nouveaux-details-sur-la-mission-des-forces-speciales-belges-en-irak-entre-2015-et-2018/ Avec également en lien un article plus détaillé (en néerlandais) en lien à la fin: https://defencebelgium.com/wp-content/uploads/2021/08/rmb-21-art-17.pdf
  4. Donc Mach 8.75 à peu de choses près. Si on est face à quelque chose qui détonne à des centaines de mètres, c'est un projectile difficile à intercepter pour la plupart des APS. C'est tous le problème. Une charge creuse doit détonner à proximité de sa cible pour fonctionner et, jusqu'à détonation, elle est très lente. Par conséquent, c'est une cible facile pour la plupart des APS. Un EFP de l'autre côté détonne largement hors de portée de ces systèmes et fonce sur la cible à plus de 8 fois la vitesse du son, ce qui rend la tâche bien plus compliquée à l'APS.
  5. Les Russes utilisent un capsule de gaz pour expulser le missile (cold launch). Le CAMM utilisent le soft launch via un piston et un générateur de gaz. Si je ne me trompes pas, le cold launch devient nécessaire pour les missiles les plus lourd qui ne peuvent pas utiliser de hot launch (l'énergie nécessaire à leur éjection est trop grande pour que la chaleur générée soit évacuée par une VLS), ce qui est nécessaire pour éjecter des ICBM ou des missiles plus petits mais néanmoins assez lourds tels que l'Onyx de 3 tonnes.
  6. Justement, tu avais mentionné par le passé que des EFP voyagaient à des vitesse largement supérieures à celles des pénétrateurs KE classiques. Est-ce que tu as un ordre d'idée pour ces vitesses? Question subsidiaire: est-ce que des EFPs sont préférables à des charges tandem classiques pour des missiles AT? Je sais que le TOW 2B avait une EFP mais ça a l'air d'être le seul exemple, le reste (Javelin, MMP, Spike, etc.) utilisant apparemment des charges tandem HEAT. Si je ne me trompes pas, les EFP détonnent bien au dessus du véhicule cible rendant la tâche potentiellement compliquée pour des APS qui doivent alors augmenter le volume à fouiller si ils veulent intercepter le missile plutôt que le projectile généré. Des munitions rôdeuses ou missiles transportant des charges de ce type pourraient alors être plus utiles et pratique que de potentiel missile hypersoniques. Je ne sais pas à quel point je suis d'accord avec cette justification. Certes, elle est plausible compte tenu de la forme du véhicule mais un missile tiré depuis VLS a de bonne chance de posséder une portée conséquente. Du coup, est-ce que mettre son porteur en première ligne avec tous les besoins en blindage et donc les coûts et contraintes logistiques que ça engendre est vraiment nécessaire? À mon sens, ça ne l'est que si on envisage de pouvoir utiliser la portée du missile à son maximum, auquel cas les missiles devraient être proche de la première ligne, mais sans réellement savoir si des éléments ennemis avancés sont à proximité, justifiant le blindage. Le seul vrai concept qu'on ait jamais "officiellement" eu pour le remplacement du M1, c'est celui-ci Projet XM1202 MCV, faisant partie du défunt Future Combat Systems Manned Ground Vehicles (annulé en 2014). Il y a supposément un autre projet en développement appelé Optionally Manned Tank mais on a pas d'image pour l'instant. Pour ce qui est de ce que tu as lié, c'est apparemment des concepts créés par des types de l'US Army mais sans être un projet officiel en soi.
  7. Un peu en dehors des specs demandées mais cet article rentre peut-être assez bien dans l'esprit de ce qui est envisagé dans le post d' @LBP: Is the Moskva-class Helicopter Cruiser the Best Naval Design for the Drone Era? https://cimsec.org/is-the-moskva-class-helicopter-cruiser-the-best-naval-design-for-the-drone-era/ Pour faire simple, le but est de ressuciter le design Moskva des années 60 pour en faire un croiseur porte-drone/hélicoptères moderne. Pour rappel, les specs du Moskva, c'était: Pour en revenir à l'article, l'auteur émet l'idée d'un croiseur inspiré par le Moskva équipé d'un canon de 127mm (ou railgun) équipé de High Velocity Projectiles (de chez BAE) offrant une portée et précision accrue1. Selon lui, ce système serait à même de remplacer l'usage de missiles anti-navires généralement utilisés comme l'Exocet, le Harpoon ou le NSM. Le canon serait alors complémenté par un nombre significatif de VLS dont une partie serait occupée par des missiles anti-surface ou de croisière à longue portée. Le reste étant alors occupé par des missiles anti-aériens de divers calibres. Mais l'intérêt d'un helicopter carrier (CGH?), c'est surtout les hélicoptères. Par le passé, les Moskva étaient surtout des éléments ASW chargés de protéger les SSB(N) soviétiques contre les incursions de SSN/K occidentaux. Ici, l'auteur suggère de remplacé la vingtaine d'hélicoptères ASW par une combinaison d'appareils AEW&C et d'UAVs. Il cite en exemple un potentiel appareil AEW&C basé sur une plateforme tilt-rotor (EV-22 par exemple) ou des projets comme le Tern de DARPA, un tailsitter montré sur concept art doté de deux paires de Hellfire. Cependant, l'auteur souligne que, selon la mission, la dotation exacte en appareils pourrait être altérée pour par exemple des raids héliportés, le transport de matériel humanitaire, la lutte anti-sous-marine, etc. Du point de vue de l'usage, l'auteur considère que ce CGH devrait fonctionner comme navire amiral d'un groupe de 3 frégates ASW fournissant des missiles et canons additionnels, leurs propres appareils embarqués ainsi que leurs senseurs ASW. Un tel groupe serait alors chargé de réaliser des opérations de reconnaissance, frappe et déni d'accès utilisant les éléments ISR présents sur les AEW&C et UAV pour soit frapper en utilisant ces derniers ou les missiles longue portée embarqués. L'auteur se défend d'ailleurs de vouloir faire un sea control ship ou un arsenal ship mais ce qu'il appelle un sea denial ship. Il parle également d'un rappel des racines "reconnaissance-frappe" des premiers porte-avions. L'objectif est alors de créer une bulle A2/AD de 500nmi (900km) contre des cibles en surface et 200nmi (360km) contre des cibles aériennes. L'auteur considère également qu'un tel groupe serait le plus utile dans le Sud-Ouest du Pacifique et dans le triangle formé par les mers de Norvège, du Groenland et de Barents. En ce qui me concerne, je dois admettre que, même si je ne vois pas la France se payer un tel système, j'apprécie l'idée. Il faut aussi se dire que les propositions VTOL pouvant convenir viennent de voir l'arrivée du concept HSVTOL de chez Bell qui pourrait permettre de créer une famille d'appareils qui conviendraient parfaitement à un tel CGH. On notera aussi le potentiel du V247 Vigilant, une version dronisée du V280. De tels appareils pourraient emporter des micro-munitions type MAM-C/L ou GBU-69/B Small Glide Munition, des missiles types JAGM/Brimstone pour les plus petits, des SDB, Paveway ou même, pour les plus gros, des missiles anti-navires légers tels que l'ANL, le Matre ER voire même des NSM offrant de décentes capacités de frappe en plus des fonctions ISR. Le CGH fournirait alors le punch additionnel si requis. Le plus petit HSVTOL annoncé par Bell serait à juste 1800kg, soit un peu plus lourd qu'un MQ-1C. Un plus gros appareil, habité de son côté, pourrait pour sa part jouer le rôle d'AEW&C. Dans les drones adaptés à un tel usage, on trouve aussi, outre le Tern déjà mentionné, le V-Bat. Une question en suspens cependant, celle des USV, eux aussi potentiellement intéressants à l'avenir. Bref, c'est une idée comme ça. Tant que j'y suis, quelqu'un s'est déjà demandé si, si on a un hangar suffisamment grand/spacieux, on pouvait stocker des UAV plus petits que des hélicoptères classique en hauteur? Les empiler comme sur une étagère? Un VSR-700 par exemple fait moins de la moitié de la hauteur d'un NH90. Est-ce qu'on pourrait en mettre deux les uns sur les autres et avoir une grue interne au hangar descendre celui du dessus avant utilisation? 1 Sur ce point, il n'a qu'en partie raison. Certes, le HVP pourrait aller jusqu'à 100nmi (180km) depuis un railgun mais seulement 41nmi (76km) depuis un 127mm classique. On pourrait aussi mentionner la munition Vulcano à 80km avec guidage IR et 100km avec guidage GPS/laser. Sinon, il y avait aussi l'obus à ramjet de Nammo à 150km mais c'est en 155mm.
  8. Il n'est pas impossible qu'ils achètent à l'étranger. Après tout, ils n'ont pas développé et mis en service de véhicule de combat chez eux depuis le Bradley en 1981. Tout le reste est dérivé de véhicules étrangers: LAV-25: canadien dérivé d'une base suisse Stryker: canadien dérivé d'une base suisse ACV: italien Et si on regarde les candidats au remplacement du Bradley, on trouve ASCOD: base hispanico-autrichienne Lynx: allemand AS21 Redback: sud-coréen Et les deux autres sont une resucée du Bradley offerte par BAE (qui avait par le passé offert le CV90 suédois) et un nouveau américain de chez Point Blank. Du côté de l'artillerie on trouve des participants français, scandinaves, serbes, israéliens et un américain. Avec tout ça, il est fort possible qu'ils aillent vers l'étranger pour un remplacement du M1. Est-ce qu'ils iront forcément vers l'Allemagne? Difficile à dire. Ils feront probablement un appel d'offre qui inclurait alors probablement aussi les israéliens et les sud-coréens. Cependant, tout dépendra aussi des demandes. Il est fort probable qu'ils demandent un nouveau canon mais aussi un APS ou une tourelle inhabitée ou autres. C'est difficile à dire pour l'instant, surtout que la dernière version de l'Abrams entre en service.
  9. @Patrick Tu as peut-être raison mais Nexter annonce sur sa page que la munition voit une forme de télescopage. On ignore pour l'instant la façon de mettre les HE mais si on a effectivement un télescopage, difficile d'établir quoique ce soit à partir du Terminateur. Cependant, un truc intéressant avec ton calcul: à 156mm, la munition est un rien plus mince que celle de 120 (169mm selon Wiki). Est-ce qu'on aurait alors le même nombre de munitions en nuque de tourelle avec la place prise par les 30cm fournie soit via l'allongement de la nuque, soit via l'utilisation d'une tourelle inhabitée?
  10. Sauf que le 140 ASCALON n'est plus le même que le 140 du Terminateur. On sait si ça s'applique toujours?
  11. C'est le même moteur dans les plans de Bell mais je parlais juste de la simplicité de faire un démonstrateur/proof of concept. Le moteur convertible est probablement la seule technologie à développer dans ce mix. Bell propose une variante cargo d'environ 45t soit plus ou moins la masse d'un C160. Le sujet m'avait donc paru digne de mention ici (tu noteras que le gros du post se trouve dans le fil approprié). Ensuite, Bechar a choisi de critiquer le concept d'appareil hybride ici plutôt que dans l'autre fil, critique à laquelle je répond
  12. Le truc de Bell ne m'a pas l'air très compliqué pour être honnête. La technologie Tilt-rotor est déjà là et ils ont l'expérience du V22 et du 280 pour le faire. Ensuite, il suffit juste d'y caser un ou deux petits turboréacteur et le tour est joué. La seule partie compliquée ici est la transition hélice-réacteur mais c'est plus une question de bien régler la transition que de développer une nouvelle technologie. Honnêtement, en utilisant des briques existantes, ils pourraient faire un démonstrateur sans trop de problème. Ceci dit, ce ne sera pas très optimisé et il voudront probablement réduire le nombre de moteurs à bord et donc d'une façon ou d'une autre combiner le turbo réacteur et le moteur actionnant les hélices. Si j'étais eux, je mettrais un moteur électrique au niveau des hélices utilisant du courant généré au niveau du réacteur. Ce sera mécaniquement plus simple et probablement plus léger que d'avoir 2 moteurs à combustion en plus. La question devient alors de savoir si on peut faire en sorte que le turbo génère du courant mais pas de poussée. Apparemment, des concepts existent pour ça mais je ne suis pas expert. Tout dépend des besoins. À quelle vitesse va un Racer? À quelle distance va-t'il? Quelle est sa charge utile? À quel point peut il être agrandi? Ici, on a un appareil qui pourrait décoller d'un pont plat pour parcourir de très grande distances et emporter une charge décente en le faisant. En ce qui me concerne, je suis très intéressé par le potentiel de l'UAV pour créer un drone capable d'opérer depuis un navire doté d'un pont plat (ou même d'un simple pont hélicoptère) pour faire de la reconnaissance ou de l'attaque par exemple. Un AEW&C embarqué pourrait aussi être intéressant.
  13. L'ASCALON rentre sur des plateformes de moins de 50 tonnes. Si on fait un char de 50 tonnes, ça fait toujours 7.4 tonnes de moins que l'actuel Leclerc...
  14. Un concept potentiellement intéressant pour l'A200M, même si il pourrait contrarier la récupération de beaucoup de composants de l'A400M. Mais ça dépendra évidemment du coût et de la capacité d'emport...
  15. J'ai du mal à croire que ça n'ait pas encore été posté ici mais voici. Bell a annoncé un nouveau concept pour un appareil hybride avion-hélico appelé High Speed Vertical Take-Off and Landing (HSVTOL). Les appareils suivant ce concept sont dotés de deux rotors placés en bout d'ailes mais aussi de turboréacteurs standard. Lors du décollage/atterrissage/vol stationnaire, l'appareil utilise les rotors. Cependant, les réacteurs prennent le relais pour les phases de vol à haute vitesse alors que les hélices des rotors se replient pour limiter la traînée. Bell prétend pouvoir obtenir des vitesses allant jusqu'à 400kn, soit 740 km/h, et envisager un gamme d'appareils allant de 4000lb (1.8 tonnes) à 100 000lb (45 tonnes). Le plus petit des appareils montrés dans les vues d'artistes/rendus est un UAV. Avec sa boule optronique, on trouve ce qui est probablement un appareil ISR à sa droite et enfin, le plus gros est vraisemblablement un cargo. À 45t, ce dernier serait un rien plus léger que le C160. On notera également que la configuration du fuselage est différente à chaque fois (notez les entrées d'air). L'US Air Force Research Laboratory (AFRL) a notifié un contrat d'une valeur de 950k USD (807k EUR, 08/2021) pour des recherches sur un appareil de ce type en mai dernier. L'AFSOC (Air Force Special Operations Command) a également fait part de son intérêt pour un appareil VTOL capable de voler à la vitesse d'un jet. En ce qui me concerne, je suis particulièrement intéressé par l'UAV pouvant potentiellement permettre l'embarquement d'UAV VTOL à longue portée avec capacité d'emport respectable depuis un porte-hélicoptère (dépendant évidemment de l'endurance, capacité d'emport, etc.). On notera aussi le potentiel pour un appareil du calibre de l'A200M régulièrement envisagé dans le fil du même nom (et je vais d'ailleurs poster ce post là bas aussi). https://airrecognition.com/index.php/news/defense-aviation-news/2021/august/7490-bell-unveils-new-high-speed-vtol-design-concepts-for-military-application.html http://www.opex360.com/2021/08/03/lamericain-bell-devoile-un-nouveau-concept-daeronefs-rapides-a-decollage-et-a-atterrissage-verticaux/
  16. Pas vraiment. Officiellement, les A330 appartiennent à une agence de l'OTAN. Cependant, ça ne nous interdit pas de les utiliser en coalition UE. Additionnellement, les A400M sont en pooling avec une agence de l'UE (EATC) et font partie d'une unité binationale, la 20e escadrille, 15e Wing Transport Aérien, même si ceux-là appartiennent effectivement à la Belgique.
  17. En parlant de ça, est-ce que quelqu'un sait quelle technologie est utilisée pour l'Artisan 3D?
  18. 2. 4 C130 zaïrois et 2 Transall français.
  19. C'est prévu pour. L'arrière du lanceur s'ouvre et tu peux insérer des nouveaux missiles.
  20. Tu crois qu'on faisait quoi avec nos C130? En 78, le 2e REP utilise des C130 (zaïrois prêté pour l'occasion) pour sauter sur Kolwezi. Lorsque, malgré les interférences françaises, le Régiment Para-Cdo arrive, ils font un posé d'assaut sur l'aéroport avec, de nouveau, des C130 (belges cette fois). En 89, lorsque le 75th Rangers prend l'aéroport de Rio Hato, ils sautent de nouveau depuis des C130. Idem à Torrijos. Et ils avaient fait pareil à Point Salines en 83. En 2001, c'est de nouveau les Rangers qui sautent sur une piste d’atterrissage au sud de Kandahar depuis des MC130. Chez nous, la conduite d'opérations aéroportées était même la raison originelle de l'achat des Hercules.
  21. Donc section observateur avancés et sections drones (avec Tracker et SpyRanger, je suppose). Pas de radar de contre-batterie?
  22. Il y en avait pas avant? Il y a quoi dans les batteries acquisition et surveillance? Juste des radars et des drones?
  23. Tu as de la chance que je sois encore réveillé Ça couvre les attributions de fonds pour 2020 et 2021
  24. Défilé du 21 juillet 2021: Il a malheureusement été sévèrement réduit cette année à cause des inondations étant donné que beaucoup d'unités tant de l'armée que de la police, de la protection civile et des pompiers étaient déployée pour venir en aide aux sinistrés. Par ailleurs, des célébrations dans le format habituel aurait été de mauvais goût alors même que le 20 était jour de deuil national. Malgré tout, c'était les 75 ans de la Marine et de la Force aérienne et on a eu droit au vol d'un A400M et d'un A330 MRTT. Seul détachement étranger présent, des militaires luxembourgeois (qui sont des habitués de nos défilés) et sud-coréens (une première) ont défilé avec le 3e Para, cette année marquant aussi l'anniversaire de l'entrée en guerre de la Belgique dans le conflit coréen (le conflit a en fait 71 ans mais COVID et notre détachement n'est arrivé sur place qu'en 1951 de toute façon). Il s'est conclu comme à l'accoutumée par les hymnes européen et belge joués par la seule Musique des Guides, de nouveau pour raison sanitaire (ordinairement la Musique des Guides joue les hymnes de concert avec les musiques de la Marine et de la Force Aérienne). Par ailleurs, la Composante Terre a révélé deux nouveaux ARV de chez Soframe mais le cameraman a cru bon de ne pas les montrer donc je mets l'article de Armyrecognition à la place: https://armyrecognition.com/defense_news_july_2021_global_security_army_industry/belgian_army_unveils_new_soframe_8x8_armored_recovery_trucks_during_national_day_parade.html
×
×
  • Create New...