Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

reinel

Members
  • Posts

    188
  • Joined

  • Last visited

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

1,681 profile views

reinel's Achievements

Newbie

Newbie (1/14)

188

Reputation

  1. Salut, Merci pour ta synthèse de la compo regimentaire "au contact" ; je dois dire que j'ai du mal à suivre. Pas autant que le confinement non confiné réglementé avec des exceptions, mais pas loin. Je réagis sur ton avis sur la distribution des LG40 ds les groupes de combat : pour moi c'est pas la bonne approche. Si ce sont uniquement les "chefs" qui en sont dotés, autant leur mettre 1 pancarte au dessus de la tête pour les snipers ENI. C'est un équipement trop "silhouetté". Je dirais : il y a xxx LG40 par GdC dont sont équipés les chefs... ou pas. A chaque chef de décider à qui est attribuée la dotation en fonction des compétences par ex.
  2. Je ne le connaissais pas en rose. L'Izula est assez souvent choisi pour faire partie d'un EDC (every days carry). Ca permet d'avoir toujours une lame solide à portée de main. C'est léger, costaud, ça coupe bien et ça prend pas de place. Certains l'utilisent aussi en couteau de cou.
  3. @Kiriyama @13RDP Merci pour le lien. Mon BMF c'était exactement ça. Je pense que c'est plus un pb de conception de l'étui que de qualité du couteau. Contrairement à la majorité des étuis cordura actuels, celui du BMF n'avait pas d'insert plastique à l'intérieur (faut dire que Gerber était un des 1ers dans les années 80 à proposer un étui tissu) => le cordura était en contact direct avec la lame ; en plus l'intérieur de l'étui était super ajusté autour du métal pour permettre une rétention correcte. J'ai stocké mon couteau dans un placard de chambre tout contre un mur où il y avait un gros pont thermique (qui donc charrie beaucoup d'air humide). L'étui s'est gorgé d'humidité et le métal a commencé à rouiller. Quand j'ai repris le couteau quelques mois plus tard, j'ai trouvé l'étui dans le même état que sur les photos. Après un ponçage / décapage ça donne ce que vous voyez sur les photos. Mais bon, du moment que l'oxydation est stoppée (plus de trace de rouille depuis, c'était il y a qcqs années maintenant) ce ne sont pas des marques d'une profondeur de qcqs fractions de millimètres qui vont fragiliser un couteau dont l'épaisseur de lame est de 6,3 mm. Il a encore bien servi depuis.
  4. Ce sont les marques d'oxydation (stoppée maintenant) qui restent après que la lame ait rouillé dans son étui (au passage ça m'a permis d'identifier un pont thermique chez moi là où était rangé le couteau, c'est à cause de ça qu'il a rouillé) En fait, ce sont des micro cratères là où la rouille a bouffé le métal. Ca lui donne un côté vieilli sans pour autant le fragiliser... mais j'aurais préféré qu'il n'en ait pas.
  5. Pas forcément, c'est même pas souhaitable en fait. La principale différence entre couteau de combat et bushcraft c'est... l'utilisation première. Couteau de combat : tu dois pouvoir planter en poussant sur la lame ; bushcraft : toutes les coupes se font en tirant (ou en frappant mais c'est autre chose) En bushcraft en revanche, ce qui est rédhibitoire, c'est la garde. Tu dois pouvoir appuyer ac le pouce sur le dos de la lame pour mieux contrôler sur les travaux fins => une 1/2 garde est acceptable mais pas une garde complète. Au contraire, au combat, une garde complète protège la main en lui évitant de glisser sur la lame. Maintenant, sur tes couteaux, 3 n'ont qu'une 1/2 garde mais la forme de leurs lames est plus orientée combat quand même. Celui qui serait à mon sens le plus adapté au bushcraft, c'est celui présenté à "1 heure". Mais je dis ça à l'oeil, d'autres paramètres rentrent en compte.
  6. Voilà le bestiaux. Ceux qui surnoment l'esee 5 de barre à mine n'ont sûrement jamais tenu de BMF dans les mains Je ne l'ai pas affûté dernièrement mais il arrive encore à faire ça
  7. @Kiriyama Trop ! Une erreur de jeunesse. C'était l'époque des Rambos => plus c'était gros et long (je parle de la lame bien sûr), mieux c'était. Au final, si je l'ai beaucoup utilisé (j'ai pas encore trouvé mieux comme "camp knife"), je ne l'ai porté qu'une fois sur moi : la première Depuis 30 ans, quand je le sors, c'est accroché au sac (ou plus souvent dans le sac pour n'effrayer personne). Je ferai une photo du mien (c'est la version avec les dents dessus, une autre erreur de Rambo like). Vous verrez, il a vécu, rouillé (là, j'en suis pas fier), a été décapé ; maintenant il a une tête "revenu de tout". Le pb que j'ai => il a rouillé dans son étuis cordura ; l'étui est foutu / jeté ; faudrait que je m'en fasse faire un autre en cuir chez un artisan.
  8. @Kiriyama Jolie collection. J'en ai quelques uns chez moi mais pas des mili, plutôt dans l'utilitaire / bushcraft : Gerber BMF, esee 4, Jääkäripuukko, des Mora
  9. Salut, C'est justement le truc qui me chiffonne un peu avec le Griffon : il a le look d'un MRAP sans en avoir la protection. Et pour un APC son architecture "bus" n'est pas la plus adaptée (je sais bien la volonté doctrinale de l'équiper d'un pare-brise + rétros => ça conditionne le reste ; ceux qui ont décidé en ont plus dans la tronche que moi, y'a pas de raison que ce soit un mauvais choix) Pour moi, c'est un bon véhicule de projection et bien adapté au théâtre africain... tel que nous le connaissons aujourd'hui. Maintenant, dans un scénario haute intensité tel qu'ils reviennent à la mode, je ne vois pas trop où est sa place. Parce que l'époque du VAB -taxi blindé qui dépose les GV pour les fameux "300 derniers mètres"- est révolue. Avec les moyens de détection / destruction actuels, un véhicule qui reste planqué derrière la dernière ligne de crête sera très vite engagé dans la haute intensité. @+
  10. Salut C'était pas le projet Sphinx que Panhard imaginait avec le 40 CTA ?
  11. Bonjour, Je vois que les italiens partent sur du semi-auto, pas sur du pompe (ou "système coulissant de réarmement manuel" comme le disait un des mes adjudants ) Qu'il soit semi-auto ou pompe, je ne vois pas trop l'utilité des calibres 12 sur les drones. Qu'ils servent pour l'observation ou la désignation d'objectif, je vois mal les pilotes les faire voler à portée pratique de ce type de fusil (qui ne doit pas dépasser les 50 m dans la meilleure des situations) Reste le cas des drones suicides. Mais comme ils sont le plus souvent envoyés en essaim, les possibilités de destruction risquent d'être vite saturées. @+
  12. Je vois que ça effectivement. Ce qui interpelle (autre que les photos et l'explosion du PA) c'est qu'une balle qui se coince dans le canon, ça se sent bien au niveau du recul. Quand tu ressens une réaction inhabituelle de l'arme au départ du coup, tu retires le chargeur, tu poses l'arme et tu essaies de comprendre ; tu doubles pas le coup. Quoique...
  13. La version barbecue m'a donné envie de brochettes !
  14. Bonjour Il faut aussi se souvenir que la création de la Bundeswehr en 1955 ne s'est pas fait sur un consensus national, loin de là. Il y a eu une sorte d'accord tacite pour que cette force armée, remise sur pied 10 ans après la défaite de 1945, soit cantonnée à l'auto-défense du territoire sans engagement extérieur ; il ne fallait surtout pas risquer de donner un début de commencement d'image d'un quelconque expansionnisme. Cette philosophie a par ailleurs été validée par les alliés de 45 qui la voyaient d'un bon œil. Depuis, les choses ont évolué, avec l'engagement au Kosovo en 1999 pour la 1ère fois hors territoire national mais cela reste encore assez ancré. @+
  15. Le dessin du projet me donne une idée, même si ce n'est pas forcément ça sur ce projet Quand on cherche à intégrer des missiles sur une tourelle légère, en plus d'un canon, on se heurte souvent à un pb d'équilibre de masses, de vibrations, de largeur max de la tourelle... Et si on imaginait un design avec des missiles placés en nuque, à 90 ° ? Quand on veut les utiliser, on pivote la tourelle de 90 ° (avec un viseur dédié ou le viseur principal qui pivote lui aussi) @+
×
×
  • Create New...