Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Jésus

Members
  • Posts

    827
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Posts posted by Jésus

  1. Il y a 10 heures, Soho a dit :

    Pour Tombouctou, les échos que j'ai eu mentionnaient bien une occupation (même temporaire) de notre ancienne base. Concernant le matériel militaire, évidemment que rien de sensible ne va être laissé, cependant je doute qu'on se fasse ch*er à rapatrier tous les bungalows servant aux logements des militaires, même avec une bonne route. Et surtout, les 4 à 6 mois du PR me semblent bien optimistes vu la quantité de matériel. Ce qui me faire dire qu'on va en laisser un paquet derrière nous.

    Non, on a transférer symboliquement le lieu à l'armée malienne, mais pensez bien que pour les mercenaires de Wagner qui ne doivent pas "exister", il serait totalement stupide qu'ils s'installent à côté de l'aéroport et en plein milieu de la base onusienne. C'est comme en RCA, ces mercenaires cherchent à s'excentrer de la vue directe, ils ont fait de l'ancien palais de "l'empereur" leur lieu principal. Alors peut-être des articles de presse ont titrés que les russes remplacent les français à Tombouctou, mais ils ne prennent pas place dans notre précédent lieu d'installation. Faut pas croire qu'on y a construit des bases de fous, au mieux quelques abris, mais ils restent souvent très sommaires. Si votre préoccupation ce sont des bungalows, alors ça va.

    Encore que je suis même presque convaincu qu'on va même les ramener pour la plupart afin de consolider Niamey avec car la route le permet et que la ressource en chauffeurs civil bien plus disponibles que pour le "hors route" (comme Kidal etc...). Mais c'est sûre qu'ils ne rentreront pas en France, pour ce que c'est, c'est presque plus coûteux à faire revenir qu'à en commander en neuf. On en prélèvera peut-être les climatiseurs (et encore). C'est con mais il y a des choses comme les bungalows, qui par leur taille, deviennent du consommable, même si on y trouve encore une utilité sur place. Ces choses n'ont pas de valeur militaire et l'équation financière pour un retour à la maison se pose. Donc Niamey c'est à environ 400km, c'est un endroit ou on pourrait leur trouver une seconde vie afin de démonter quelques tentes. C'est pareil pour des containers vides, on ne va pas retourner cela en France, on ne va pas payer du vide et de la place sur un bateau quand on en a un neuf pour le prix du transport.

    Ok ce sont des choses visibles, mais il ne faut pas les considérer comme importantes. Donc il faut bien faire la distinction entre le matériels qui revêt du domaine strictement militaire et le matériel qu'on peut déclaré comme de "l'infrastructure" civil qui n'a pas une utilité autre que celle qu'il occupait sur place et ou encore l'intérêt de le déplacer sera d'ordre financière. Ainsi si un ensemble d'abris modulaire est estimé à 30k€, que son coût pour un retour en France est estimé également à 30k€, il restera sur place car on ne voudra pas s'emmerder logistiquement avec, ni vouloir le remettre en état à son retour puis le stocker. Par contre pour un équipement militaire, il peut valoir 30k€ et coûter plus à rapatrier, il rentrera. Il ne faut pas se focaliser sur ce genre de choses (bungalows etc), d'autant plus qu'à côté, on fait pâle figure par rapport à la MINUSMA.

    Personnellement je trouve que 6 mois n'est pas exagéré pour déménager dès lors qu'on prend en compte l'étape "Niamey". Si ça avait été de déménager tout Barkhane directement en France, oui ce serait trop court et compliqué, mais juste sortir du Mali pour un regroupement à Niamey afin de coordonner ensuite un retour en France par voie maritime. Faut arrêter de se mettre la pression, tout comme il faut dès aujourd'hui ne pas se dire que si dans 6 mois, on n'est pas encore totalement en dehors du Mali, qu'on va devoir tout abandonner sur place ou qu'on va se faire submerger par l'ennemi, on n'est pas dans cette situation.

    il y a 39 minutes, hadriel a dit :

    D'après le président du Niger Takuba va basculer sur des bases dans son pays mais le long de la frontière:

     

    Je pense que le COS va monter des opérations discrètes au Nord Mali...

    Moi je pense au contraire, qu'on va justement se concentrer sur des opérations en dehors du Mali et laisser ce dernier devenir une zone de repli afin de débarrasser le voisinage de cette "expansion" du terrorisme qui en réalité n'était qu'une fuite des zones de nos opérations.

    Le Mali va devenir un pot de pu, qu'on cherchera à contenir sur place et ou on attendra que cette situation contraint Bamako à changer de discours, de politique. Ce sera peut-être un peu comme une vengeance, mais surtout un juste retour du bâton.

    Quand ce retournement se fera, soyez en certain qu'ils appelleront à l'aide. C'est à ce moment qu'on se lancera dans un soutien indirect avec nos drones et autres. Mais en attendant, on doit laisser ce pouvoir malien se prendre les pieds dans le tapis, ils vont devoir prouver qu'ils arrivent à faire ce qu'ils prétendent aujourd'hui pouvoir faire mieux que nous, à prétendre que les mercenaires russes suffiront. Le ressentiment anti-français cultivé par ces différents acteurs, doit être combattu par notre inaction, sinon ils continueront à toujours nous accuser. On doit consolider le Niger et le Burkina aux frontières du Mali. C'est con pour tous les efforts qu'on a mis au Mali, mais cette politique anti-française, cet aveuglement Bamakois l'impose désormais.

    • Like 2
    • Upvote 2
  2. il y a 58 minutes, Kelkin a dit :

    Pas plus tard que demain ou après-demain ils "annonceront" avoir neutralisé les responsables des ces pertes par une attaque dévastatrice et de vengeance des FAMAs. Je dirai une quinzaine de tués...

     

  3. il y a 7 minutes, Wallaby a dit :

    Il est beaucoup plus puissant que cela. Cf son intervention pour détricoter le nouveau code de la famille trop libéral à son goût.

    Mais justement, sa "puissance" en fait l'idiot utile des islamistes, mais c'est uniquement sur l'échiquier d'opposant à Bamako et à la politique qui était menée par la France (on ne négocie pas avec les terroristes). Mais dans la lutte de pouvoir au profit des GAT et d'autres, ce type est une gêne et il ne faut pas être surpris que d'un jour à l'autre (je ne dis pas que c'est imminent car il est encore utile) on le retrouve assassiné ou enlevé.

    Actuellement tout le monde au Mali attend le départ de la France, tant nos (ex) alliés que nos actuels ennemis. Les GAT ne vont pas vouloir bousculer les idiots utiles de Bamako qui vont leur enlever l'épine française du pied.

     

    • Upvote 1
  4. il y a 34 minutes, Boule75 a dit :

    Sinon, du côté des soutiens de la junte, il n'y a même plus de tentative d'apparaître comme un peu raisonnable :

    L'ont-ils seulement été?

    Comme je le dis juste avant, ils sont dans leur bulle et veulent vivre de "leur" vérité. Peu importe tout ce qu'on pourra dire et démentir, il faudra attendre qu'ils se prennent un coup sur la tête pour comprendre, c'est con mais c'est ainsi.

    à l’instant, Wallaby a dit :

    En tout cas l'Imam Dicko a beaucoup méprisé la France :

    Ce type est typiquement le genre d'individu prêt à pactiser avec les terroristes pour avoir du pouvoir. Mais en réalité, il joue avec le feu, car ceux d'en face se débarrasseront de lui dès qu'ils en ont l'occasion. C'est ce qu'on appelle dans le jargon "un idiot utile" au même titre que la junte actuelle qui joue pour ses intérêts mais qui finira là ou elle finira et personnellement, je serai là pour dire "ohh mais comme c'est étonnant".

    • Like 1
    • Upvote 1
  5. Sinon pour rigoler

    Révélation

    Ces derniers temps, les Forces Armées Maliennes(FAMa) mènent une lutte implacable contre les groupes jihadistes et terroristes, jusque dans leurs derniers retranchements. Elles multiplient des exploits au grand bonheur des populations locales, mais aussi pour soigner la réputation du pays en cette période exceptionnelle de son histoire. Des bases terroristes détruites, des terroristes tués et des équipements récupérés. Ce, à telle enseigne, qu’il n’est pas exagéré d’affirmer que les groupes djihadistes ont depuis fort longtemps capitulé. Comme l’affirmait le Premier ministre Choguel.K.Maïga : «  la peur a changé de camp ».

     

    Humblement, méthodiquement mais très efficacement le Mali est en train d’arriver à bout de la menace terroriste. Une situation d’insécurité qui avait affecté plusieurs régions du pays et suscité la psychose chez les populations locales, qui n’avaient d’autres solutions qu’à se réfugier loin de leurs cadres de vie. Ce renversement de situation salutaire est à mettre à l’actif de la nouvelle dynamique des FAMa.

    Cette évidence est reconnue à juste titre par le Président de la Transition lui-même, le Colonel Assimi Goita. Qui a affirmé lors de la célébration de la fête de l’armée que force est de le reconnaître : « nos populations se sentent mieux en sécurité ces derniers temps grâce aux traques que nos Famas mènent contre les forces du mal c’est-à-dire les terroristes qui perturbaient leur quotidien ». Que cela est bien l’un des objectifs clés des autorités de la transition, c’est-à-dire amener la sécurité dans le pays en luttant efficacement contre les terroristes. Une condition sine-qua-none en vue de pouvoir tenir des élections.

    Pour lutter contre les groupes terroristes, il faut des équipements et les autorités de la Transition y ont pensé. C’est pourquoi, elles se sont investies dans l’acquisition des moyens efficaces, tels des hélicoptères et des véhicules de combat pour les Famas. Ce faisant, chaque jour et on assiste à la montée fulgurante des Famas contre les forces du mal.

    Des exploits des FAMAS qui donnent à espérer

    Sans tambour ni trompette, les FAMa ces derniers temps ont convaincu sur leur détermination à lutter contre le phénomène du terrorisme. De quoi rendre les Maliens  encore plus fiers de leur armée.

    En effet, au-delà de toute communication de guerre ou de propagande pour extrapoler un moindre fait, la réalité en est que l’armée malienne cumule des victoires sur les terroristes. En témoignent les derniers exploits des Famas qui sont 20 terroristes tués, 3 interpellés, 9 motos détruites et 2 récupérées ; 17 pistolets mitrailleurs AK 47 dont 7 détruits, 2 véhicules à essence dont 1 équipé de mitrailleuse 14,5 mm avec 832 cartouches sur maillons récupérés. De même, un véhicule contenant du matériel de fabrication d’engins explosifs improvisés (EEI) détruit ; 483 cartouches de 7,62 mm semi-long détruites. Ces résultats concernent seulement l’Opération Maliko dans le Théâtre Est à Indelimane.

    Dans la région de Mopti, une reconnaissance offensive des Famas sur l’axe Djenné, Marébougou et Kouakourou a permis de neutraliser 3 terroristes  et récupérer 1 PKM et 1 moto concrétisant ainsi l’ouverture dudit axe au bénéfice des populations. Aussi, faut-il le rappeler, le village de Marébougou qui était sous occupation des djihadistes a été libéré par les Famas durant la semaine dernière. Et l’exploitation  des renseignements dans le secteur de Koro a permis la neutralisation du Chef terroriste Saguad Ag Aballa alias Skill Ag Agathe, activement recherché pour les raisons de poses d’EEI  et d’exactions sur les populations.

    Dans la dynamique de réconforter le moral des troupes, le Chef-d’ Etat-major général des Armées, le Général Oumar Diarra a entrepris depuis un moment des visites sur les différents théâtres d’Operation à l’intérieur du Mali. Des théâtres d’Opération qui connaissent une nouvelle réalité favorable depuis l’arrivée du Colonel Assimi Goita et ses hommes.

    Dans la région de Tombouctou, le bilan des actions des FAMA se résume à un suspect interpellé, un véhicule récupéré et 3 mines détruites. La recherche du renseignement a permis d’observer des mouvements suspects sur le long de la frontière  et une jonction des groupes armés non identifiés dans le secteur du puits de Hassi Barka. Cette jonction avait pour but de transférer de matériels logistiques par 2 Pick ups en direction d’Intachaouente situé à 60 KM au Nord de Lemeb via le puits d’Al Achime. On enregistre aussi des résultats dans les zones de Segou, Sikasso et Nara. Par exemple la récupération des bétails, des vivres et des véhicules.

    Désormais, le moral des Famas est au top et rien ne les arrête. Les tactiques et les techniques ont changé depuis un certain temps, les Famas passent toujours à l’offensive. La volonté du Président de la Transition et son Premier ministre se traduit sur le terrain. Et dans les jours à venir, nous assisterons surement à la libération totale de nos villages. Cela pour la simple raison que la puissance de feu des FAMAs a fait errer des groupes terroristes dans la nature. Ils ont capitulé.

     

    Et rappelons les grandes déclarations d'un officiel de la junte ou peu leur importe la vérité, pourvu qu'ils ont la sécurité...

     

    Je vais répéter ce que je dis souvent ici, à Bamako on vit dans une bulle idéologique complètement déconnectée de la réalité, une bulle ou il suffit de croire et faire croire pour réussir.

    • Upvote 2
  6. il y a 20 minutes, Ciders a dit :

    Des Patriot. D'occasion. Ou donnés. Là je ne te suis absolument pas. Parce que contrairement aux Roumains, aux Suisses ou à tous les récentes acheteurs autre que pays du Golfe, l'Ukraine a une ligne de front. Et que pour le prix de trois batteries Patriot, il y a de quoi rééquiper de neuf plusieurs formations blindées et mécanisées.

    L'Ukraine dans sa confrontation avec la Russie est aidée, si les américains veulent lui donner les moyens de se défendre, ils peuvent très bien faire ce qu'ils font déjà avec d'autres pays, des dons matériels comme des dons financiers servant à acquérir de l'armement américain. En lissant le budget sur plusieurs années, ça se fait. Il n'y a rien de fou là-dedans.

    L'Ukraine a besoin et aura de plus en plus besoin d'armes défensives de "valeurs", si elle veut dissuader la Russie de s'en prendre à elle.

  7. il y a 19 minutes, Ciders a dit :

    Pas pour l'instant. Leurs missiles sont vieillissants et pas modernisés. Les livraisons actuelles se concentrent sur les MANPADS, et on parle de dotations OTAN en urgence, pas d'équipements dernier cri.

    L'industrie ukrainienne aurait pu se charger des mises à jour voire de développer des versions locales des SA-10 ou des SA-11... mais elle aussi a été abandonnée après 1991 et ce qui reste paraît insuffisant, sans parler du problème de moyens financiers.

    Un truc qui pourrait être intéressant à l'avenir niveau naval serait une combinaison de batteries côtières longue portée (on parle du Neptun, on pourrait évoquer aussi le nouveau système israélo-singapourien sur base Gabriel que viennent d'acheter les Estoniens) avec des unités navales rapides et bien armées façon Corée du Sud de la Guerre Froide (pour contrer les essaims nord-coréens).

    Oui à l'heure d'aujourd'hui ils sont bien entendu très loin du compte. Bien que pouvant compter sur quelques vieux systèmes de l'ère soviétique plus ou moins fonctionnel, c'est trop peu et sans doute d'une piètre qualité (car on ne conserve pas des missiles pendant 30 ans, pas propre à l'Ukraine). L'urgence de la situation fait qu'ils reçoivent des manpads qui ont un intérêt local perturbant, en particulier pour des aéronefs à voilure tournante. Ces manpads sont une contrainte et peuvent faire du dégât au point de restreindre et contraindre l'usage des aéronefs pour la Russie, surtout pour l'appui aux troupes au sol, moins pour les frappes "stratégiques". Ces manpads ne nécessitant pas de grandes compétences pour la mise en oeuvre contrairement à des systèmes plus évolués qui ont besoin de compétences pouvant prendre des mois.

    Après si rien ne se passe, il n'est pas impossible que les ukrainiens voient directement l'achat de système Patriot, voir qu'ils se les font donner par les aides américaines, qu'ils en achètent d'occasion à d'autres pays. Je vois aussi Kiev développer de plus en plus son partenariat avec les turcs. En tout cas les ukrainiens chercheront bien plus à développer une défense sol-air qu'une défense air-air (avec des avions) car c'est bien moins onéreux.

  8. il y a 32 minutes, DAR a dit :

    Les Ukrainiens développent aussi de nouveaux missiles sol-mer. J'ignore s'ils en possèdent déjà d'opérationnels mais, si c'est le cas, cela rendrait une opération maritime russe bien plus compliquée et aléatoire. (Pendant longtemps, cela a été la stratégie russe de se doter de puissants missiles sol-mer pour contrer la supériorité navale occidentale ; la situation se verrait ici renversée.)

    Oui ils en développent mais au jour d'aujourd'hui je doute qu'ils aient ce qu'il faut.

    Le Neptune est effectivement un nouveau missile de défense côtière avec 280km de portée max.

    Je l'avais expliqué dans un autre commentaire, le réarmement ukrainien sur plusieurs aspects va représenter des contraintes et des risques de plus en plus important pour les russes sur le rapport de force "local". Aujourd'hui en mer noire , les russes sont confrontés à des petits patrouilleurs ukrainiens et environ un aéronef de l'Otan par jour, de temps en temps un navire de l'Otan sur lequel on croirait vivre à chaque fois le spectre d'une invasion tant les russes en font une grande menace. Demain vous allez avoir des bandes côtières ukrainiennes de près de 300km (la distance Odessa-Sebastopol) couvertes de missiles, vous allez avoir de plus en plus de drones dans le ciel, vous allez avoir une marine ukrainienne d'un autre niveau avec des navires plus armés et plus conséquents qui nécessitera de la part de la Russie d'engager autre chose que des patrouilleurs de sa garde côte. C'est aussi sans compter le développement de missiles frappant dans la profondeur, d'ailleurs le Neptune va être modifié pour frapper des cibles à terre, donc on peut très bien imaginer le risque et une certaine vulnérabilité russe autour de la Crimée. Le truc n'est pas de savoir si l'armée ukrainienne sera supérieure à celle de la Russie, non elle ne le sera pas, mais c'est de comprendre qu'il y aura une contestation de ce qui est actuellement une hégémonie russe dans cette zone et que les russes devront y aller avec des pincettes car en face ils ne seront pas sans moyens. Et on ne peut pas nier que les ukrainiens cherchent et chercheront à développer la défense sol-air.

    • Upvote 1
  9. il y a 17 minutes, gustave a dit :

    Sans exclure une source très bien placée, ni une "incarnation" de la synthèse des déductions des observations effectuées par les moyens US, je ne sous-estimerais pas la capacité de la CIA ou d'autres services US à avoir la capacité d’écouter un certain nombre de réseaux radios et/ou internets voire téléphoniques... Rappelons-nous de l'ampleur des écoutes US démasquées en Europe ces dernières années.

    Tout a fait, les américains ont les plus importants moyens de renseignements du monde, peu importe que certains voudront toujours ressortir l'affaire irakienne de 2003 pour en faire d'éternels menteurs.

    Les américains n'ont déjà aucune pitié pour surveiller secrètement leurs alliés, on ne peut imaginer de ce qu'il en est de leurs ennemis. Il ne faut pas se leurrer également ils ont leurs contacts qui sont aussi très bien infiltrés. S'il est souvent assez facile pour un état de chercher dans les ressortissants (ambassade, consulats etc..) des agents du renseignement, il est cependant bien plus compliqué de trouver les taupes dans ses services. Tous les hommes ont un prix...

    il y a 3 minutes, Am39Exocet a dit :

    Aux dernières nouvelles il y aurait des unités de la garde nationale ukrainienne , qui ferai mouvement vers Odessa , mais je demande s'ils feraient le poids face a l'infanterie de marine russe ... On a noté des mouvements d’hélicos russes en nombre a 60 km de Karkhiv mais en territoire russe . Les sources sont russes donc a prendre avec des pincettes sur l'endroit.

    Perso je reste comme info relevante , l’évacuation des israéliens qui en général sont des bons joueurs de cartes ...

    Le problème d'un débarquement c'est de le réussir et être en mesure de tenir le temps qu'il faut. Les russes n'ont pas de gros moyens de débarquement, ils pourront également utiliser des aéronefs en compléments. Mais il suffit que sur zone les ukrainiens aient quelques moyens sol-air pour remettre en cause un soutien héliporté voir d'aéronefs à voilure fixe, il suffit de quelques moyens anti-chars, de tenir un peu, les munitions côté russe peuvent partir plus vite que ne viendront les renforts. Il y a aussi les aléas de la planification, les imprévus...

    • Upvote 2
  10. il y a 3 minutes, hadriel a dit :

    NOn le problème est qu'ils ont obtenu plein de truc (accords sur le non déploiement des missiles intermédiaires, inspection des sites ABM en europe de l'est, non déploiement de troupes en ukraine) et qu'ils ont aussitôt répondu que ça ne les intéressait pas. Ce qui fait penser qu'en fait leurs exigences c'est du vent, il veulent juste une justification pour envahir l'Ukraine en disant "on est obligé d'envahir parce que les occidentaux n'ont pas plié à toutes nos demandes".

     

    Le problème c'est que les russes sont venus avec une très grosse demande "stratégique" pour faire clairement reculer l'Otan de positions qu'elle tient, pour empêcher toute nouvelle intégration en se rapportant à une "promesse" faîte dans le passé.

    En retour les américains et l'Otan sont restés sur une ligne simple ou chaque pays est souverain de choisir son orientation stratégique et non la promesse du passé ne vaut rien (encore faut-il pouvoir la démontrer) et nous n'allons pas reculer sur des positions d'avant 1994. On leur a donc proposé des choses qui n'intéressent pas les russes, car comme je le dis souvent, le problème des russes n'est pas la peur de missiles américains ou d'un bouclier anti-missile, ce sont des zones d'influences dans lesquelles ils peuvent "agir" sans qu'il n'y ait un obstacle américain. L'adhésion d'un pays à l'Otan c'est une impossibilité d'agir dans ce pays pour les russes. La mise en place de troupes dans ces pays, c'est une réassurance qui conforte ce blocage pour Moscou, ce n'est pas non plus la fausse peur entretenue que ces troupes sont une menace pour elle. La Russie ne cherche pas non plus un zone "neutre" entre elle et l'Otan, car si demain on lui proposerait d'annexer l'Ukraine, les Pays Baltes et la Pologne (j'invente) ça ne lui dérangerait pas d'être à la frontière avec l'Allemagne. Si elle veut des pays non membre de l'Otan à sa frontière ce n'est pas pour la paix, mais pour pouvoir agir chez eux et les influencer.

    On lui a proposé de ne pas envoyer de troupes en Ukraine, mais en lui disant également que son adhésion à l'Otan reste ouverte, donc pas de troupes pour le moment.

    Du point de vue russe, effectivement, il n'ont rien obtenu car ce qu'on leur a proposé ne les intéresse pas. Ce qu'ils veulent ce sont des pays sur lesquels elle peut exercer une influence, sur lesquels elle est libre d'exercer des pressions, libre d'agir pour presque en faire des vassaux à la manière de la Biélorussie.

     

    Toujours pour les russes et je l'ai déjà écrit ici plusieurs fois, cette situation ne joue pas pour elle, le temps joue contre son influence en Europe de l'Est et dans ces pays qui ne sont pas encore membre de l'Otan. Ils n'ont que 3 solutions devant eux, soit ils observent sans rien faire, soit ils cherchent à figer la situation pour préserver encore la situation actuelle, soit ils se disent qu'ils ne peuvent rien faire et quitte à perdre, autant prendre ce qu'on peut du "gâteau". On peut dire qu'en ce moment on est dans une tentative de figer la situation avec la prétention de même la faire reculer, mais que sa non réussite peut amener très vite à considérer la 3e solution comme la dernière qui permet d'obtenir des "gains". D'autant plus qu'on risque même de voir dans quelques années l'Ukraine en situation militaire de reprendre le Donbass avec des capacités qui pourraient contraindre les russes à se mesurer.

    Mais justifier envahir l'Ukraine sous prétexte de ne pas avoir obtenu gain de cause de leurs demandes auprès des occidentaux n'est pas légitime. De la même façon que si un type dans la rue n'obtient pas une cigarette d'un monsieur, aller frapper un inconnu pour protester contre cela n'est aucunement justifiable.

    Donc est-ce que la Russie est dans la perspective ou elle chercherait à prendre de force une partie du gâteau, je pense que oui. Poutine sait parfaitement que l'Ukraine ne va pas se retourner et devenir pro-russe, le processus est lancé, son adhésion à l'Otan se fera, donc l'Ukraine deviendra un pays "intouchable" ou l'influence russe se fera de moins en moins sentir et ou l'option militaire impossible. Ce ne sera pas un danger pour la Russie, ni un risque sécuritaire, ni même "l'Otan se rapprochant de ses frontières" (car elle y est déjà) telle une armée d'invasion qui avancerait vers elle pour l'envahir, mais bien un pays verrouillé contre lequel elle ne peut plus grand chose.

    • Like 1
    • Upvote 2
  11. Il y a 23 heures, Bastion a dit :

    Une analyse de la situation selon un aviateur , mais je trouve que la dernière solution est trop risqué , couler la flotte russe de crimée , et déclencher peut être une troisiéme guerre mondiale ? Je n'y crois pas 

    Elle est surtout totalement impossible. Les pays occidentaux ne s'en prendront jamais directement à la Russie et l'inverse est tout aussi vrai.

    Il y a une réalité nucléaire qui fait qu'au delà d'un accrochage presque accidentel ou symbolique, on en reste à des mesures de dissuasions, de blocage des actions adverses et par un soutien des pays qui sont en mesure d'user de la force militaire.

    C'est ce qui est déjà fait actuellement, l'Otan ne fera pas la guerre à la Russie, mais elle entretiendra l'effort de guerre de l'Ukraine pour infliger le plus de pertes aux russes, de rendre une éventuelle occupation très dure (cellule de résistances, conflit larvé).

    Au début je pensais que dans la vidéo on évoquait un raid ukrainien sur la Crimée, là ça aurait un certain sens. Car même si dans la situation d'aujourd'hui on peut se dire que les ukrainiens n'ont pas les moyens de couler la flotte russe, cette situation peut évoluer assez rapidement dans les années à venir. C'est pour ces raisons que je dis que les russes ont des raisons de s'inquiéter de la tournure ukrainienne, au-delà de l'intégration dans l'Otan. Car ce qui est aujourd'hui une Ukraine avec peu de moyens "problématiques" pour la Russie, le sera de moins en moins, que ce soit dans le rapport de force au niveau du Donbass dans un premier temps, mais même de la Russie elle même avec la Crimée en ligne de mire. Je ne dis pas que l'Ukraine serai en capacité de détruire l'armée russe, que certains se rassurent.

    Pour le rapport de force au Donbass, on arrive déjà à une situation ou l'Ukraine va se retrouver en capacité d'avoir un rapport de force. Les livraisons d'armes AC actuel en vue d'une offensive russe accélère cette réalité, les drones c'est pareil. Il ne faut pas chercher à minimiser cela pour continuer à se dire que ce n'est rien afin de se rassurer sur les capacités russes, si ces drones sont dès à présent un problème pour le rapport de force du Donbass et si Poutine en personne s'en plaint, ce n'est pas pour dire que ça n'a aucune incidence, je pense qu'il sait parfaitement l'impact et l'intérêt de ce genre d'engins. On a beau dire qu'aujourd'hui il n'y en a qu'une douzaine, on sait tous que les ukrainiens ont projet déjà d'en acquérir une cinquantaine et que la semaine dernière Erdogan est venu officialiser une ligne de production en Ukraine et l'élaboration d'un nouveau drone furtif commun

    Le partenariat avec la Turquie est très important avec l'Ukraine, ces deux pays ont des compétences particulières qui sont complémentaires. Il y a le secteur du drone, mais pas que, dans le naval les ukrainiens ont déjà commandés 3 corvettes qu'ils équiperont localement. La Turquie a beaucoup de moyens qu'elle peut vendre aux ukrainiens, avec beaucoup moins de scrupule que les occidentaux.

    Ainsi, si aujourd'hui l'Ukraine n'a pas vraiment de moyens de frappe en profondeur, tout peut vite évoluer. Les américains pourraient demain livrer des ATACMS, même si un tel geste aurait un impact stratégique et diplomatique sérieux avec la Russie, mais c'est surtout encore une fois du côté des turcs que pourrait venir la solution. On a par exemple le missile Bora qui pourrait servir d'alternative. Un partenariat binationale pourrait bien se faire sur un segment "missile" d'autant plus que les ukrainiens ont des compétences et ont aussi des projets en cours comme le missile Neptune pour l'anti-navire côtier, le Hrim2 largement financé par les saoudiens et qui est un missile balistique tactique pouvant aller jusqu'à 500km car produit localement (limité à 300km pour l'export) ou encore le Sapsan, là aussi allant jusqu'à 500km (un peu la version ukrainienne de l'Iskander). Ce sont des projets qui sont déjà lancés parfois depuis déjà quelques années et ou la mise en service opérationnel a déjà été annoncé symboliquement pour certains même si en terme de volume ça se fera dans les années à venir.

    On ne peut nier l'amélioration militaire ukrainienne qui se fait petit à petit, mais qui prend de plus en plus une dimension contraignante sur un rapport de force local. Une dimension qui va devoir pousser les russes à déployer beaucoup plus de moyens qu'actuellement ou la "menace" est assez faible, ou le problème c'est de venir intercepter de temps à autre un avion ou un navire de reco de l'Otan de temps à autre, ou le problème ukrainien c'est quelques petits patrouilleurs à la portée d'une garde côte. Un problème car plus le temps passe, plus l'effet d'une Russie menant un combat en Ukraine risque de devenir un conflit dans lequel le territoire russe pourra être concerné, en premier lieu la Crimée. Une Ukraine contre laquelle il y a beaucoup à perdre de s'engager militairement. D'où la logique de tuer dans l'oeuf cette perspective. Le temps ne joue pas pour la Russie et si aujourd'hui on a une certaine prévisibilité et stabilité avec Poutine, on ne peut prévoir ce qu'il en sera si disons dans 3 ou 4 ans pour une raison ou une autre il viendrait à s'effacer du pouvoir. Il n'est pas immortel, il va fêter ses 70 ans cette année et la Russie n'est pas sans problèmes. L'Ukraine qui elle aussi à ses problèmes connait cependant une tendance nationaliste qui pousse à consolider une certaine hostilité vis à vis des russes et ou les questions Donbass/Crimée ne sont pas digérées.

    De même est-ce que l'armée russe sera plus conséquente dans 10 ans qu'elle ne l'est aujourd'hui? Oui elle recevra de nouveaux équipements, oui il y aura de la modernisation, mais sa "masse" qui reste encore largement constituée d'un héritage de l'URSS, ben ça vieillit et il y a des choses qui ne peuvent plus se maintenir. La perte capacitaire en terme de volume est constante, même s'ils n'en parlent pas, qu'ils jouent habilement sur un manque de transparence. Il y a exactement 10 ans, le plan de l'armée pour 2020 prévoyait un renouvellement presque total (75% je crois) de l'armée de terre, des principaux blindés. Tout devait y passer avec une arrivée massive de T-14, T-15, Kurganets, Bumrang mais nous sommes déjà en 2022 et il n'y a rien de tout cela, les russes ont fait durer l'ancien, relancé des productions de modèles anciens. Pourtant en 2012 on était dans des conditions financières pour le budget de la défense bien meilleures qu'actuellement. Cette obsolescence doit être prise en compte, en particulier au niveau des aéronefs ou dans la vidéo, les chiffres sont effectivement bien trop wikipédien. Dans les faits, c'est quoi la disponibilité et le potentiel restant du parc de Mig-29, de Su-27, de Su-24, Su-25 ?

    Bref sans rentrer dans les détails, je ne dis pas que l'armée russe n'est pas importante, qu'elle n'a pas de gros moyens, qu'elle ne connait pas de renouvellements. Je dis juste qu'il y a une logique financière, une logique d'obsolescence du matériel, voir même une logique démographique, qui va conduire inévitablement la Russie à revoir son format actuel en terme de volumes. Il ne faut pas nous leurrer, comme dans la vidéo du pilote, la comparaison des PIB n'a rien à voir avec les volumes actuels de l'armée russe car l'essentiel est un héritage soviétique. Si on prend uniquement ce que la Russie à acquit depuis 30 ans (disons 20 ans car on peut considérer qu'il y avait un trou de 10 ans), on relativise pas mal de choses et on se dit qu'en fait, les volumes ne sont pas le fruit du budget actuel, que la Russie cherche à maintenir ces volumes en entretenant le plus longtemps possible cette "base" soviétique (en changeant/rajoutant des éléments) mais qu'on a énormément de matériels qui deviennent de plus en plus inadaptés, contraignants, indisponibles et qu'on ne peut tout simplement plus repousser.

    Dans 10 ans la Russie pourrait bien être moins en confiance militaire pour faire la guerre à l'Ukraine qu'elle ne l'est aujourd'hui et ce ne sont pas les armes "invincibles" de Poutine qui changeront la chose. On a d'un côté une Ukraine qui se dote de moyens nouveaux qu'elle ne possède pas ou très peu aujourd'hui, de l'autre une armée russe qui a une masse qui est sur une pente décroissante, peu importe qu'il y ait de nouvelles choses, ces dernières ne se rajoutent pas, elles remplacent l'ancien, mais que partiellement.

     

     

    • Thanks 1
    • Upvote 2
  12. il y a 1 minute, Rochambeau a dit :

    Ce n'est pas un problème, une majeur partie de la population préfère vivre avec les codes dit d'un autre âge, preuve en est qu'une fois en France beaucoup de migrant de ces pays continuent d'appliquer ces valeurs.(voir même se renforce par pure rejet des valeurs du pays hôte) D'ailleurs de nombreux pays vivent très bien ce qu'on appelle le Moyen-Age, la seule chose qui fait réellement défaut dans ces pays ces l'extrême pauvreté et la famine.

    La majeure partie de la population aspire à vivre dans la tranquillité peu importe le système. Ensuite tout est un rapport entre forces et avantages.

    La force de ceux qui imposeront des règles et qui offriront des avantages à certains. Dans l'islam de cet autre âge, on a un système patriarcal ou l'homme a tout un pouvoir sur la femme, il en tire avantage. Il pourra épouser une gamine à 40 ans dès lors qu'il a un peu d'argent pour la "dote", le pauvre qui "vendra" sa fille contre cet argent trouvera intérêt également, il suffira de faire des enfants pour s'enrichir. Vous trouverez naturellement beaucoup d'hommes qui ne voudront pas que ça change, d'autres qui aimeraient cela. Ils font tout pour que la femme reste cet "objet" de faiblesse, surtout ne pas l'instruire, surtout ne pas lui donner trop de libertés, ne pas la rendre désirable, elles deviennent des ombres d'une société qui tourne autour de l'homme.

    On a donc un système qui offre des avantages aux hommes, un certain degré de "pouvoir" qui est au fond, un désir très humain. On veut tous du pouvoir, pouvoir faire ce qu'on veut, pouvoir convaincre, pouvoir de consommation, pouvoir de séduction, pouvoir de force, pouvoir d'influence, etc...

    Il y a dans chaque pouvoir des choses qu'on peut révulser ou envier. Le riche sera toujours détesté par le pauvre alors même que le désir de ce dernier est de pouvoir être comme lui, de pouvoir faire ce qu'il fait. Le moche jalousera toujours le beau qui aura la séduction facile. C'est une chose commune à tous et pour tout.

    Notre problème en occident (mais je pense pas qu'ailleurs c'est différent), c'est que nous ne voulons plus agir en dehors de la sphère militaire. On s'imagine que le problème c'est une bande armée qui cherche à instaurer son pouvoir et qu'en détruisant cette bande armée, on règlera le problème. Non, le problème est un combat idéologique de différents systèmes et on ne tue pas une idée avec des bombes. J'ai toujours indiqué que nous devons être très actif pour lutter contre toutes les voix qui cherchent à nous combattre, même celles qui ne portent pas d'armes et qu'à côté il faut savoir présenter un système et proposer des avantages.

    On ne peut pas débarquer dans un système islamique ou l'homme a pleins d'intérêts à ce que rien ne change en lui disant qu'on va lui retirer le pouvoir qu'il a sur les femmes, il n'a rien à y gagner et ce ne sont pas les femmes invisibles et forcées au silence qui vont se rebeller pour instaurer ce nouveau système. Ce n'est pas une question de démocratie, ce n'est pas qu'une question économique, c'est avant tout une question culturelle et de moeurs. L'islam est un vrai problème, partout dans le monde car il a ses "avantages" qu'il défend et que défendent ses partisans.

    Certains vont parler de guerre civilisationnelle, ils ont presque raison. Pour faire cette guerre on doit être extrêmement actif pour ne pas dire envahissant dans la sphère "propagande" pour vanter les avantages d'un autre système. Nous devons définir les avantages/pouvoirs qu'on donnera à un système mais aussi à sa population. Il faut le marteler, il faut l'afficher, il faut le répéter, il faut faire des exemples qui vont inspirer les voisins. On ne doit pas avoir peur de tout remettre à plat, de tout reprendre en main, mais toujours en faisant attention à ceux qui ont déjà du pouvoir. Ceux qui ont du pouvoir, il faut leur donner des avantages supplémentaires afin qu'on établisse notre système. Ceux qui par idéologie sont totalement contre nous, qui portent l'étendard d'un combat envers nous, il faut être très ferme contre eux, il faut user de la force pour s'imposer.

    L'erreur à ne pas faire, c'est un peu comme les américains en Irak, faire un dégagisme massif du pouvoir pour le redonner à d'autres qui n'en ont pas. Il faut toujours avoir une base avec du pouvoir qu'on peut retourner en notre faveur. C'est bête à dire, mais on ne remplace pas une élite par une autre, on doit la corrompre (avantages) et le temps finira par faire une élite aux idées qu'on souhaite amener, sinon on se fait des ennemis. Vous ne pouvez pas en Afghanistan aller voir un chef de village pour lui demander ou se trouve les talibans quand ces derniers sont venus la veille en lui disant d'être muet contre une tombe en échange d'un sac d'argent qu'il recevra tous les mois et s'il ne respecte rien, il se fera tué. Cet homme de pouvoir et d'influence sera alors acquis et concernera tout un village. Pour le soutirer à l'emprise des talibans, vous êtes obligé de lui amener plus d'argent qu'eux et de lui apporter la sécurité. Cet argent n'a même pas besoin d'être distribué à tout le village, ce chef le fera tout seul pour bien se faire voir et continuer à être ou il est.

    C'est pour ces raisons que je ne suis pas d'accord avec la politique qu'on mène. Autant que je défendrai pleinement l'action militaire en tant que telle, autant c'est bien la stratégie qui est mauvaise. Ici certains me prendront de haut, car ils en resteront à des attitudes "analyse de faits" en mode spectateur ou la moindre action un peu plus poussée, un peu plus radicale pour bousculer cela rimera avec "danger" donc qu'il serait folie de vouloir l'entreprendre. Ces attitudes sont typiquement celles qui nous conduisent dans ces échecs, dans ce recul, dans cette manière d'être traité. On doit tout subir sans rien dire, on doit prendre le moins de risques possible, surtout ne rien entreprendre qui puisse s'apparenter à du colonialisme.=, rester à l'écart du politique, de l'habitant et de ses habitudes.

    J'ai déjà ici il y a un petit moment, établit ma façon de voir les choses dans le Nord du Mali (en terme sécuritaire). C'était celle ou l'on devait constituer des villes fortifiées (à la manière d'un camp militaire et n'hésitons pas à recruter local pour creuser) ou tous les accès seraient contrôlés, la construction de routes reliant ces villes, des routes qui seraient bordées de fossés afin d'en faire des "obstacles" infranchissables ( en hors pistes). Ces routes seraient très vite des points de passages obligatoires mais aussi des points de blocages.Mettre aux carrefours de ces routes des postes militaires en liaison avec les différentes villes et mettre en place un réseau de surveillance de ces axes avec des drones et des patrouilles. Il faudra ensuite entreprendre de vider les différents petits villages disséminés ici ou là, qui comporte souvent peu d'habitants. C'est là qu'on devrait porter nos aides financières, en proposant à ces gens une nouvelle maison (dans de nouveaux quartiers) qui soit légèrement supérieure à la leur. Ensuite on développe ces quelques villes fortifiées avec des actions civilo-militaire, des ONG, des dons etc. Tout cela se faisant avec la MINUSMA, les forces maliennes, nous ne ferons pas tout.

    Car il y a bien trop d'habitants isolés et vulnérables, des habitants qui deviennent très vite de bons points d'appuis aux différents terroristes pour se ravitailler, pour se cacher, pour recruter, pour voler, etc...

    Ensuite je ne vais pas encore détailler ce que j'ai déjà répété ici, mais il est nécessaire de mener activement un combat contre les mouvements anti-français, de jouer sur une propagande "marteau thérapie" et de ne pas se voir imposer une politique qui nous est hostile.

    Bon faut que je m'arrête, car je pourrai en faire tout un livre

     

    • Upvote 1
  13. il y a 8 minutes, Scarabé a dit :

    Bon ça se précises la fin de Barkhane 

    L'Elysée a clairement laissé entendre cet après-midi ce qu'on sait en fait déjà : la fermeture pure et simple des deux dernières FOB (Gossi et Menaka) est sur la table, ainsi que celle de la PFOD de Gao. Plus de 3000 postes seraient ainsi épargnés d'un coup.

    Le coeur du réacteur du post-Barkhane, pour autant que le prochain président élu s'y intéresse, pourrait alors parfaitement être constitué de Niamey, avec une empreinte le cas échéant encore plus légère qu'aujourd'hui pour la partie 3D.

    https://lemamouth.blogspot.com/2022/02/barkhane-lelysee-sur-une-mince-ligne-de.html#more

     

    Il nous faudra au moins 1 an pour tout évacuer le matos. Les Regiment du Train et du Génie vont encore se retrouver en premiere ligne. 

    Il va falloir affreter des Cargos . 

     

    Gossi et Ménaka c'est prévu de toute façon une fois que Takuba serait plus conséquent , ce sera juste une accélération du calendrier.

    La vraie question c'est Gao, qu'on devait maintenir avec un GTIA et un module axé autour de l'aérocombat avec les GCP/GCM.

    Dans tous les cas la réduction au Mali est en cours depuis des mois et il était prévu une forte diminution, ne mettons pas tout sous le prisme de la crise actuelle.

    On prendra le temps qu'il faut pour évacuer ce qu'il faut, cela prendrait peut-être 1 an, peut-être 2, mais de toute façon on restera ailleurs, ce n'est pas tout Barkhane qu'on déménage, c'est essentiellement la base de Gao. Après ne négligeons pas le rôle essentiel dans le transport qui est l'oeuvre de transporteurs civils, cela permet de largement retiré une charge aux militaires, même s'il y a de l'escorte.

  14. il y a 3 minutes, rendbo a dit :

    ça dépend si elle s'oppose toujours... :dry:

    C'est exactement ce que je voulais dire, pointer un comportement d'opposition alors qu'ils ne le sont plus. La fameuse "irresponsabilité".

    On a l'impression que l'actuelle classe dominante est là pour régler des comptes.

    C'est aussi pour rappeler que la junte, si elle fuit une élection (dans laquelle l'actuel chef pourrait bien se présenter en échange de sa fin de vie militaire) , c'est qu'il y a bien une opposition.

    Donc je continue bien de voir une opposition qui tient un pouvoir au détriment d'un système qui reste passif et silencieux par intérêt ou par crainte.

     

×
×
  • Create New...