Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Pousse allemand

Members
  • Posts

    107
  • Joined

  • Last visited

Reputation

201 Excellent

Profile Information

  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

373 profile views
  1. Pour Akillheus, Le gros point positif de l'armée allemande d'un corps de sous-officiers et officiers subalterne bien formés est présent avant même l'arrivée au pouvoir d'Hitler par la rotation d'effectif de l'armée des 100 000. Ca permet justement une adaptation rapide face au errements et aux erreurs d'une doctrine déjà en plan depuis 1936. Malgré l'absence des chars tchèques les allemands ont déjà 3 PzD. Ils ont déjà de quoi aligner une armée complètement motorisée dans leur ODB. En France les divisions essence/picotin sont encore la norme et les division motorisée sont de 2 ou 3. On est loin d'avoir la 7ème armée de Giraud ni la première de Blanchard au niveau de leur équipement même à Septembre 39. Pour Cracou : Toutes les analyses "de ce que savaient les alliés en 38" ne pointent pas vers l'évidence que la république tchécoslovaque était plus facile à aider que la Pologne. Les "80 ans d'études historiques" que tu cites, celles avec un état des forces politiques, industriels et militaire en septembre 38 je n'en ai pas vue avec un consensus absolue de "la seconde guerre mondiale n'auraient pas eut lieu" et encore moins avec "Les alliés à Berlin en 39" Les gouvernements français et anglais du moment pensaient que ça pouvait dégénérer en guerre et ont consulté leurs états-majors. Et l'analyse à l'instant de la situation que je résume ci-dessus c'est la perception en 38. Une guerre contre l'Allemagne avec possibilité d'avoir rapidement, les hongrois les italiens et les polonais en face d'une république Tchécoslovaque à l'union assez faible et secouée de tensions orchestrées mais réelles de sa forte minorité allemande. Qu'elle allait être la combattivité de la jeune nation dont l'économie était fortement dépendante des liens avec l'Allemagne? La situation intérieur de la France et la Grande Bretagne est à milles lieux d'être prête à une entrée en guerre. C'est peut être le drame des démocraties mais c'est malheureusement vrai, l'opinion n'est absolument pas prête à la guerre, particulièrement au Royaume-uni et c'est bien Munich qui permet de mettre en place le consensus et de préparer moralement à la guerre surtout suite à la rupture de l'accord en mars 39. Avant tu as encore de très fort mouvement interne d'opposition à la guerre et rien ne garantie la "bonne surprise" de la mobilisation de 1914 en France et de 1916 en Angleterre et tu peux trouver dans les recherche les doutes émis par l'Army au RU sur la capacité à mobiliser. Les analyses d'après-guerre ont l'avantage de la clairvoyance des évènements et des accès aux témoignages des allemands qui laisse envisager un recul de Hitler. Ils ont aussi l'avantage de la démonstration en 40 de la préparation réelle de l'Italie. Ils oublient souvent de mentionner l'état réelle de l'armée française dont on a pourtant vu ce qu'il était en 40 après 2 ans de réarmement intensif. Que peut faire l'armée française de 38 pour aider la Tchécoslovaquie qu'elle n'a pas fait en 39 pour aider la Pologne? Comment la frontière austro-tchèque bien moins fortifiée que la ligne face à l'Allemagne pouvait-elle faire face surtout si Horty laisse un passage ou intervient directement? Quelle serait la taille et le délai d'arrivé d'un BEF version 38? Quel est l'état de l'outil industriel français et anglais de l'armement?... Du point de vue Français et assez logiquement, une guerre avec l'Allemagne ne peut être envisagée seul. Il fallait donc l'appui d'une autre puissance. La seule option qui permettait une intervention en 38 était de chercher l'appui des soviétiques. C'était jouable car Staline avait des accords avec les Tchèques et les officiel français ni étaient pas fermé mais pour les anglais il en était hors de question et c'était sans eux. Donc pour la France le choix était de rester aligner aux anglais ou de faire une croix sur le soutient anglais pour miser sur une entente avec Staline. Pour finir : Mon propos n'est pas de dire que les alliés avaient l'obligation de se coucher en 38. Ni d'ailleurs pour la Rhénanie. C'est que "l'esprit Munichois" qu'on nous vend dans les "80 ans de consensus historique" que tu as trouvé c'est du what-if qui lorsqu'on creuse un peu est loin d'être aussi évident qu'annoncé à longueur de temps par des "Historiens" qui sont plus souvent des éditorialistes, philosophes ou politiciens à la recherche d'un argument massue. Comme tout les "what-if" Munich 1938 c'est un terrain glissant et si les gens de l'époque ont pris les décisions qu'ils ont prises ce n'est pas toujours parce qu'ils étaient des abrutis ou des trouillards défaitistes. Arrêter Hitler c'était peut être possible en 35 à la première tentative d'Anchluss en appuyant Mussolini, c'était peut être possible en 36 pour la Rhénanie ou même en 38 lors de l'Anschluss mais rien ne fait évidence. Si tu veux mon What-if anti seconde guerre mondiale : Continuer la première en 1919 jusqu'à Berlin. C'était une hypothèse sérieuse (Franchey d'Esperey, Foch, Mangin, Kipling...) mais Wilson était contre, de même que Pétain et d'autres. Et chaque camps avait de bonne raisons et rien ne dit que la revanche n'aurait pas eut lieu et n'aurait pas été pire. Et vu que mon arrière grand père était au feu en 1918 je ne serais peut être pas là.
  2. En réponse à Cracou et pour ne pas dévier le sujet de l"Ukraine : "Ce qui est totalement faux, factuellement. En 38 les Allemands n'ont pas les chars Skoda (les Pz 35 et 38), leurs Pz III et IV sont peu produits, la Pologne est en bon état et peut bloquer les livraisons soviétiques, l'aviation est loin loin d'être aussi développée. Bon courage aux Allemands pour attaquer la ligne des Sudètes sans s’empêtrer et sans le pétrole Roumain. En 39 de nombreux états n'auraient pas laissé tomber l'alliance avec la France (au hasard Roumains etc) vu qu'elle aurait conservé sa place. " Les chars Skoda ne sont pas l'alpha et l'oméga de l'armée allemande en 40 même si c'était de bon chars léger. L'organisation et la doctrine allemande sont déjà bien établi. Côté Français par contre en 38 on n'a ni Somua ni B1-bis, les FCM et chard D sont au comptes goutte, les MS406 ne sont pas encore en nombre....Les anglais c'est pareil au niveau de l'équipement et presque pire au niveau de l'opposition à la guerre avec des manifestations assez significative contre le service national. De 38 à mai 40, le réarmement français et britannique surpasse la poursuite de l'effort d'armement allemand. Au niveau matériel sur terre comme dans les air les alliés rattrapent une bonne par du retard quantitatif. L'industrie américaine commence également à ce mettre en branle après Munich et les livraisons à la France et au RU si elle ne changent pas le résultat en mai 40 permettent toutefois de disposer de ressources et matériels critiques qui n'auraient pas été là en 38. Au niveau intérieur les deux démocratie ne sont pas moralement prête à la guerre. Au niveau diplomatique, l'Italie fait plus pression pour qu'on accepte l'accord que sur l'affaire de Dantzig où ils sont plus en retrait, La Pologne et la Hongrie soutiennent l'Allemagne et semblent prête à la guerre pour une part du gâteau. La guerre d'Espagne est toujours en cours avec les franquistes dominateurs et les corps allemands et italiens encore présents. Potentiellement 3 fronts à tenir pour les Français alors que numériquement nous sommes déjà en infériorité flagrante rien que face aux allemand et italiens . Quand aux Tchèques la ligne des Sudètes bien que moderne à moins de profondeur et de puissance de feu que Maginot. Elle ne couvre pas les fronts Hongrois ni Polonais et la Tchécoslovaquie à ses propres tensions internes. C'était un état hétérogène mal conçu et les suites le montreront que ce soit par la collaboration Slovaque ou par le fait que dès la fin du grand frère soviétique le divorce à l'amiable sera prononcé. Enfin concernant la Roumanie. A l'époque très proche des Polonais et dépendant économiquement de l'Allemagne pour ses débouchés (surtout après l'Anchluss), ils avaient encore moins de raison d'intervenir de notre côté que ce qu'ils n'ont fait pour la Pologne. Ils avaient d'ailleurs déjà les revendications bulgares et hongroises sur leurs pays donc l'attentisme était leur meilleurs choix. La situation et donc pire pour sur le cas Tchèque que sur le cas Polonais. La Pologne, il y avait de solide indications qu'elle pouvait tenir un temps (même si au final ce ne fut pas le cas). La république Tchécoslovaques on la voyait s'effondrer comme un château de carte avec ensuite une guerre ouverte contre Allemagne, Italie, Pologne, Hongrie et peut être une participation induite à la guerre d'Espagne. Il est facile de chanter "l'esprit Munichois". Mais l'esprit Munichois sans tenir compte de l'état des lieux en concret en 38 c'est juste un gros mythe. Les réalités de puissance en Europe était très claire et l'équilibre à Munich était nettement défavorable au alliés.
  3. HS : Je suis d'accord avec le message mais si on pouvait arrêter le mythe de "Si la France et le RU étaient intervenu à Munich" la 2ème GM n'aurait pas eu lieu ou se serait mieux passée ce serait pas mal. Rien ne prouve cette assertion clamée après coup et toutes les données sur l'état des armées, des alliances, des politiques intérieures et des productions industrielles sont pires pour les alliés en septembre 38 qu'en septembre 39.
  4. On peut aussi lui dire que si les français et les anglais ont négocié avec Hitler à Munich, les Polonais eux le soutenaient pour mieux dépecer la Tchécoslovaquie... Les points Godwin en diplomatie c'est vraiment pas au niveau.
  5. L'influence des années 90 et du post 2014 sur la natalité Ukrainienne est flagrante. Les deux creux sont typiques de périodes de guerre ou de récession forte. Malgré cela le potentiel humain de lUkraine avec une population prête a accepter la mobilisation reste énorme par rapport aux capacité de n'importe qu'elle armée de professionnels. Même en ne captant que 50% des 18-30 ans ont arrive à >600 000h. S'il arrivent à les organiser et équiper avec l'aide des occidentaux, l'armée de volontaires russe qui à bien morflée et qui était déjà en infériorité numérique au début de la guerre aurait bien du mal à trouver du nombre sans envoyer des conscrits au feu.
  6. La France aurait aussi morflé par ricochet: Réseau électrique européen et aussi le fait que l'Allemagne est un gros partenaire économique.
  7. Les ukrainiens n'étaient pas passé au moins en partie au 5,45x39 (AK74)? Si c'est le cas ça ferait 3 calibres mais bon en paix comme en guerre ça c'est déjà vu et 2 ou 3 calibres ça reste gérable.
  8. Ca fait depuis le début de l'intervention que je ne comprend pas non plus pour le réseau électrique. Je comprend qu'au début ils visaient une décapitation politique de l'Ukraine mais suite à l'échec je ne comprend pas que que les russes ne frappent pas plus les infrastructures de l'ouest du pays. Ils n'en ont peut être pas vraiment les moyens.
  9. HS mais pour la Belgique c'est Napoléon Ier et la première République. Après les provinces Wallones n'ont jamais été de droit partie du Royaume de France mais la Flandre si, alors qu'ils ne sont pas francophones. Les républicains ont préféré faire un prix de groupe et tout avaler.
  10. Pour donner une idée la consommation allemande c'est 90Mds, l'Italie 70Mds mais ils ont déjà une infrastructure en GNL, les Allemands passent par les Pays-Bas.
  11. La première bonne nouvelle c'est que je ne crois pas que le pétrole puisse monter longtemps à 175$ car la récession sera tellement forte que la demande s'effondrera... Pour le pétrole 25% c'est pas une paille et si l'OPEP ne monte pas sa production on ne retrouvera pas les barils russes facilement. Si la Russie réussi a vendre son pétrole ailleurs le simple fait que nous vision la partie non russe du marché augmentera le coût pour l'Europe. A l'heure ou nous voulons ré-industrialiser bon courage Pour le gaz c'est encore pire. Tout peux se trouver sur Gogole. La Norvège et l'Algérie n'ont pas des réserves énormes et même avec le Venezuela, USA, Canada et Moyen-Orient il manquerait à vue de nez 70/80mds de m3 sur les 155Mds de l'approvisionnement russe actuel. S'ils poussent leur production on peut ramener à combien? 20%, 30% de manque? Pour l'Asie centrale je ne suis pas sur qu'elle puisse nous approvisionner même si certains pays le voulaient. Peut être qu'en remettant l'Iran dans le jeu (eux ont un accès à la mer). On est dans une situation très difficile même sans tenir compte des problèmes diplomatiques avec certains des pays cités. Les européens risquent d'avoir froid et le réseau électrique de sauter l'hiver prochain. Comme alternative au gaz le fioul va pas arranger le problème du pétrole même si ça voyage mieux que le gaz. Dans l'électricité l'Europe a les centrales aux charbon. Hors Pologne je ne connais pas de pays Européen autosuffisant et si on racle ce qui nous reste en sous sol (à quel prix) nous épuiserons nos réserves encore plus vite. Jusqu'à aujourd'hui le charbon de l'UE était importé en partie d'Ukraine et Russie. Vu le rendement et la difficulté de la transiter ce n'est pas la peine d'imaginer en faire venir des USA ou d'Inde. Surtout qu'on entrainerait une vague de dépressions sans précédents chez les écologistes de toute l'Europe. Eolienne et solaire ont besoins de complément de pointes donc ils sont inutiles pour remplacer le gaz et sont même en partie responsables de la situation actuelle. Le nucléaire n'est pas déployable à grande échelle avant plusieurs années et prolonger les centrales c'est trop tard pour l'Allemagne ou Fessenheim et ça ne suffira pas pour remplacer l'énergie manquante. La plus grande partie de la population n'a pas idée de notre dépendance aux énergies fossiles mais si nous arrivions à un blocage complet avec les russes l'autre bonne nouvelle du moment c'est qu'au printemps 2023 tous les européens devraient être au claire la dessus.
  12. L'armée ukrainienne est loin d'être petite. Le corps de bataille + la réserve et les milices c'est quoi 600 000h? Quelqu'un à donner le détail sur l'autre fil. A mon avis l'armée de terre a été bien subventionnée depuis 8 ans. Rien que garder des stocks de vielles AK à distribuer par milliers à des miliciens réservistes c'est pas un petit effort. Alors garder en alerte des lignes de défenses a priori bien approvisionnées en moyen AA et anti-chars ils ont du y mettre une bonne partie des 4% du PiB et peut être un peu sacrifié l'armée de l'air et la marine.
  13. Après, comme cité plus haut, il y a des musulmans en Ukraine comme en Russie depuis des siècles. Pareil pour "Allahu Akbar". Nous sommes un pays très agnostique mais pour beaucoup de croyants en appeler à Dieu où à la religion en temps de guerre est normal et ne fait pas forcément d'eux des intégristes.
  14. La masse c'est la base du problème russe. Ils ont attaqués en pensant être à 1 contre 1,5 contre l'armée ukrainienne et en comptant réserve et milice pour rien. Au final ils se retrouvent avec une réserve bien armée, bien organisée et à première vue les ukrainiens doivent être minimum à 3/1 et les russes dégustent. Hors dégarnir le reste du pays et envoyer les conscrits je ne pense pas qu'ils aient tant de masse en réserve. Ils ont ignorer la règle de la région pour l'offensive en début d'hiver ou d'été afin d'éviter de se retrouver rapidement embourber. Du coup en l'absence de masse et de capacité de déborder rapidement la logistique de leurs pointe est fragile. Si la guerre doit durer, je pense que jusqu'à l'été on va vers une guerre de siège comme au bon temps du XVII° avec les villes jouant le rôle des forteresses car je pense que les ukrainiens auront eux aussi du mal à mener des offensives (artillerie russe et raspoutitsa). Je l'ai déjà écrit et il faudra attendre les analyses après guerre pour y voir plus clair mais je pense que les armées professionnelles montrent leurs limites dans les conflits haute intensité comme Napoléon III l'avait apprit en 1870.
  15. Merci je sais, l'exemple israélien permet toutefois de mettre en avant les difficultés face à une milice retranchée et relativement bien équipée même avec domination aérienne. Le niveau de l'armée israélienne de conscrit ne me semble d'ailleurs pas démérité loin de là des armées professionnelles type OTAN et globalement plus élevé que les BTG russes pro envoyés en Ukraine.
×
×
  • Create New...