Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Paschi

Members
  • Posts

    586
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Posts posted by Paschi

  1. Rassurez-vous, je n'ai pas l'intention d'ouvrir un nième débat style "faut à nouveau des 406 mm au cas ou on voudrait refaire Tarawa ou le D-Day":wink: J'ai juste trouvé un article qui parle d'appui feu naval, de missiles & canons. N'ayant pas trouvé de sujet adapté, je crée celui-ci en espérant que cela puisse intéresser certains

    https://euro-sd.com/2021/10/articles/exclusive/24118/naval-fire-support-evolves/

    L'appui-feu naval évolue

    Le feu naval à l'appui des opérations littorales et des opérations terrestres plus profondes connaît une évolution significative vers des systèmes d'armes à plus longue portée et plus rapides dans les principales marines.

    Face aux scénarios opérationnels d'anti-accès/déni de zone (A2/AD) et de systèmes de défense aérienne avancés, les grandes forces navales travaillent sur des systèmes d'armes anti-navires et de frappe en profondeur plus rapides, ainsi que sur des plates-formes sans pilote et des systèmes d'armes autonomes ou semi-autonomes. Il n'en reste pas moins que des solutions plus conventionnelles, telles que des munitions et des missiles guidés, ainsi que des systèmes de munitions rôdeuses abordables, sont toujours nécessaires pour faire face à un large éventail de missions, notamment dans des scénarios plus permissifs et des situations de crise, et pour les forces navales qui ne disposent pas de budgets importants.

    European Naval GLR

    Selon Leonardo, la famille VULCANO de munitions guidées à longue portée (GLR) en calibres 127 mm et bientôt 76 mm pour les applications navales est la seule munition qualifiée et disponible de ce type sur le marché aujourd'hui. Développée et basée sur un besoin conjoint de l'armée italienne et de la marine pour les calibres 155 mm et 127 mm, et qualifiée dans les deux calibres en 2019 dans le cadre d'un protocole d'accord conjoint italien et allemand, la VULCANO 127 GLR a été développée conformément au STANAG 4667,et est basée sur la conception commune (avec différents calibres) de la cellule sous-calibrée stabilisée par des ailerons. Il est doté d'un contrôle de canard pour une portée étendue sans avoir besoin d'un moteur de fusée ou de modifications du système de canon, en plus d'une ogive préfragmentée à haute létalité, ainsi que d'interfaces mécaniques identiques à celles des munitions standard, permettant de ne pas modifier la cadence de tir du canon. Le guidage terminal est assuré par une unité IMU/GPS, une fusée multifonctionnelle programmable (impact, impact retardé, hauteur d'éclatement et temps) et, en option, des autodirecteurs infrarouges (IR) ou SAL (Semi Active Laser) interchangeables et prêts à l'emploi développés et fournis par la société allemande Diehl Defence. Le premier autodirecteur est utilisé pour engager des cibles de surface mobiles en mer, tandis que le SAL est utilisé pour engager des cibles fixes/mobiles avec désignation laser par un tiers. La campagne de validation opérationnelle menée par la marine italienne a consisté en des tirs réels en mer des canons Leonardo 127/54C et 127/64 LW (LightWeight) en 2017-2018, faisant de ces deux canons les seuls en service qualifiés pour tirer des munitions GLR à partir du système de gestion du commandement (CMS) des navires avec un système de manipulation des munitions entièrement automatisé. La marine italienne a également qualifié la munition balistique à portée étendue (BER) VULCANO (sans kit de guidage) capable d'atteindre 60 km avec le Leonardo 127/64 LW et potentiellement avec le canon BAE Systems Mk45, car aucune intégration n'a été réalisée jusqu'à présent avec le système américain. La munition VULCANO dans une variante spécifique de 155 mm a également été testée avec succès sur terre avec le système de canon avancé (AGS) de BAE Systems installé sur les destroyers de la classe ZUMWALT de la marine américaine. Le VULCANO 127 GLR peut atteindre jusqu'à 90 km avec le canon 127/64 LW, offrant une capacité d'attaque de précision par tous les temps (<5 m CEP).

    Progrès du Vulcano

    Selon le dernier document pluriannuel de planification de la défense (2021-2023), le ministère de la Défense italien dispose d'un programme d'approvisionnement et de soutien à la production en série de VULCANO 127 GLR en cours dont le financement débute en 2021. Dans l'intervalle, le groupe italien développe et teste la munition VULCANO GLR pour le système de canon 76/62 mm SUPER RAPIDO dans le cadre d'un contrat attribué par la marine italienne au titre du programme de développement et de qualification de l'affût du canon 76/62 SINGLE DECK. La VULCANO 76 GLR, d'une portée de 40 km, devrait être disponible à la production au cours de la période 2023-2024, renforçant ainsi les capacités d'appui-feu du canon SR sur le marché international, la munition VULCANO 76 BER étant déjà qualifiée et en service chez au moins un client d'Asie du Sud. Outre les marines italienne et allemande, le VULCANO 127/64 LW a également été acquis par l'Algérie, les Pays-Bas, l'Espagne et le Canada, ce qui en fait des candidats potentiels pour l'acquisition du 127 GLR. L'Égypte, qui a déjà reçu deux frégates FREMM équipées du VULCANO 127/64 LW et qui est le premier client international pour la munition VULCANO 127 BER selon la documentation d'exportation italienne, pourrait potentiellement acquérir prochainement le VULCANO 127 GLR. Différents opérateurs de 76/62 SR montrent un vif intérêt pour la VULCANO 76 GLR, car les deux canons Leonardo 76/127 mm sont livrés équipés de la munition GLR.

    Développements GLR et HVP de la marine américaine

    Comme prévu, le développement et l'entrée en service ces dernières années de nouvelles menaces à longue portée représentées par les systèmes d'armes hypersoniques et la nécessité de développer de nouvelles capacités défensives et offensives ont poussé l'US Navy à recapitaliser ses ressources sur des systèmes d'armes à plus longue portée et plus rapides. En 2016, le service a décidé d'annuler le projectile d'attaque terrestre à longue portée (LRLAP) de 155 mm destiné à équiper l'AGS de BAE Systems installé sur les destroyers de la classe ZUMWALT de l'US Navy, qui a été annulé en 2016 en raison du coût des munitions et du programme d'enregistrement qui l'a réduit à trois navires, ce qui l'a empêché de bénéficier d'économies d'échelle. Les efforts visant à trouver une alternative au LRLAP, ont été interrompus lorsque l'US Navy a réévalué les missions des plateformes de la classe ZUMWALT et a modifié la mission principale du navire, passant du soutien des forces terrestres proches des littoraux aux eaux bleues, capables de frapper d'autres navires de surface.

    En avril 2021, le chef des opérations navales de l'US Navy a annoncé que les destroyers de la classe ZUMWALT seraient les premières plateformes en mer équipées de missiles hypersoniques. Dans l'intervalle, l'industrie a développé des technologies et des solutions pour répondre aux exigences de l'US Navy en matière d'appui-feu naval de surface avec des canons de 5 pouces (127 mm). Raytheon, en collaboration avec BAE Systems BOFORS, a proposé la munition d'artillerie guidée EXCALIBUR de 155 mm déjà disponible en production et en service auprès des forces armées américaines et des forces d'artillerie internationales et a développé une version spécifique connue sous le nom d'EXCALIBUR N5 pour les applications navales. Conçu pour être tiré par les canons de 127 mm (5 pouces) de la Marine, "l'EXCALIBUR N5 double la portée des gros canons de la Marine et offre la même précision que la version terrestre", selon Raytheon. En collaboration avec la Marine, le groupe américain a mené une série de campagnes de tirs terrestres pour démontrer les capacités du N5, qui réutilise les composants de guidage et de fusion de l'EXCALIBUR Block 1B. Lockheed Martin et Orbital ATK (aujourd'hui Northrop Grumman Innovation Systems) ont également proposé des solutions, cette dernière étant centrée sur le PGK (Precision Guidance Kit), tandis que BAE Systems a proposé le VULCANO GLR sur la base d'un partenariat avec Leonardo.

    L'abandon de ces activités signifie que la seule solution potentielle est le projectile à hyper vélocité (HVP), plus connu sous le nom de projectile guidé tiré par canon (GLGP), développé par BAE Systems pour les forces armées américaines et ses alliés. Il est décrit comme un projectile guidé de nouvelle génération, commun, à faible traînée, capable d'exécuter de multiples missions telles que le tir de surface naval, la défense contre les missiles de croisière et balistiques, la guerre antisurface et d'autres missions futures pour un certain nombre de systèmes de canon, notamment le 5 pouces (127 mm) de la marine, les systèmes de 155 mm de la marine, du corps des Marines et de l'armée de terre, ainsi que le futur canon électromagnétique à rail (EMRG). Il est également capable d'atteindre des vitesses de Mach 3 lorsqu'il est tiré depuis le 127 mm et le 155 mm et accrédité par BAE Systems avec une portée de plus de 93, 130 et 80 km respectivement depuis les systèmes de canon d'artillerie Mk 45 Mod 4, AGS et 155 mm. Vingt HVP ont été tirés à l'été 2018 depuis le DEWEY, un destroyer de la classe ARLEIGH BURKE, dans le cadre d'une série de tests menés par la Marine et le Bureau du secrétaire à la Défense (OSD)/Strategic Capabilities Office (SCO) en tant qu'arme à faible coût contre les systèmes d'armes de missiles et les véhicules aériens sans pilote.

    À la fin de l'été 2020, un HVP a été tiré à partir d'un tube AGS monté sur un châssis d'artillerie automotrice M110 de 8 pouces lors du Advanced Battle Management Systems (ABMS) Onramp 2  la rampe 2 des systèmes avancés de gestion du combat (ABMS) à White Sands Missile Range pour abattre avec succès une cible de substitution de missile de croisière. Toutefois, dans sa proposition de budget pour l'exercice 2022, "le DON (Department of the Navy) a mis fin à la R&D du GLGP. Le réinvestissement potentiel dans le programme sera réévalué après l'achèvement d'un effort de démonstration en cours du Strategic Capabilities Office dans l'analyse de la défense terminale." Entre-temps, en mars dernier, l'OSD/SCO, avec le soutien de l'armée américaine, a attribué à BAE Systems un contrat de 16 millions de dollars US pour la maturation et la démonstration de la létalité du HVP contre des cibles terrestres à des distances extrêmement longues. La société travaillera avec l'OSD/SCO et l'US Army pour ajouter des capacités, améliorer le système HVP existant et tester la capacité améliorée à partir de cette année et jusqu'en 2022. "Ce prix permettra de poursuivre les avancées technologiques tout en soutenant les efforts visant à réduire davantage les coûts de développement, de production et de propriété totale", a déclaré la société.

    Missiles et systèmes d'armes d'attaque à longue portée

    Les systèmes de frappe profonde et de missiles antinavires représentent le bras long des marines de la génération actuelle contre des cibles fixes et mobiles de grande valeur, lorsque la composante navire n'est pas soutenue par l'aviation navale avec un porte-avions, des avions à voilure fixe et/ou à décollage court et atterrissage vertical, qui sont également capables d'emporter des systèmes d'armes air-sol de nouvelle génération tels que le SPEAR 3 de MBDA. Une série de systèmes de missiles antinavires occidentaux d'ancienne génération, tels que les familles Boeing HARPOON, MBDA EXOCET et OTOMAT/TESEO, ainsi que le RBS 15 de Saab, ont été améliorés au cours de leur cycle de vie par l'ajout d'une suite de navigation comprenant un GPS afin d'offrir une capacité d'attaque terrestre sur des cibles fixes, ainsi que par des réservoirs de carburant plus performants et une propulsion efficace afin d'étendre leur portée. Une capacité d'attaque terrestre accrue contre des cibles fixes et mobiles dans des environnements hautement contestés résulte d'une rénovation plus profonde ou d'une conception plus récente avec une liaison de données et des systèmes de navigation et d'autodirecteur plus avancés. Bien qu'il soit limité en termes de portée et d'acquisition, le programme britannique d'armement guidé intérimaire surface-surface (I-SSGW) constitue un exemple de capacités spécifiques d'attaque terrestre. Il s'agit d'une "capacité antinavire de précision au-delà de l'horizon tirée par un navire et d'une capacité d'attaque terrestre maritime de précision avec suivi de terrain" qui remplace provisoirement le HARPOON, en attendant le nouveau système conjoint franco-britannique FC/ASW (Future Cruise/Anti-Ship Weapon) qui, selon le ministère britannique de la défense, équipera les frégates de type 26 à partir de 2028.

    Options I-SSGW

    Parmi les candidats potentiels figurent les derniers missiles antinavires occidentaux, notamment le Naval Strike Missile (NSM), le RBS15 GUNGNIR Mk4, le GABRIEL V/SEA SERPENT et le Long Range Anti-Ship Missile (LRASM) de Lockheed Martin. En juillet dernier, les organismes d'approvisionnement norvégien et allemand ont attribué un contrat à Kongsberg Defence & Aerospace pour le réapprovisionnement et la mise à jour du stock de NSM pour le ministère norvégien de la défense. Avec l'acquisition de ces mêmes missiles, la marine allemande devient le sixième client à choisir le NSM, après la Norvège, la Malaisie, la Pologne, la Roumanie et les États-Unis. Ce missile composite à faible visibilité, capable d'opérer dans les eaux bleues et les environnements littoraux, est équipé - contrairement à la plupart des concurrents - d'un système de guidage passif avancé qui combine une navigation assistée par GPS avec altimètre laser et un autodirecteur à double bande avec reconnaissance autonome de la cible et point de visée sélectionnable pour le guidage terminal. Selon le ministère allemand de la défense, l'Allemagne et la Norvège prévoient de développer conjointement un futur NSM.

    Le RBS15 Mk4 est la dernière génération du missile antinavire Saab, qui s'est vu attribuer le contrat de développement et d'approvisionnement par le ministère de la Défense suédois en 2017 pour équiper les chasseurs multirôles GRIPEN E et les corvettes de classe VISBY. Caractérisé par une cellule composite plus légère, le développement réarchitecturé de la version Mk3 actuelle sera équipé d'un système de navigation et de guidage avancé capable de fonctionner à la fois sur mer et sur terre et d'un autodirecteur RF avec un traitement amélioré et des capacités tout temps. La version Mk3 actuelle est livrée ou en service en Suède, en Allemagne, en Pologne et en Algérie.

    En avril dernier, Israel Aerospace Industries (IAI) a annoncé une proposition conjointe avec Thales UK du missile SEA SERPENT pour le programme britannique I-SSGW. Le SEA SERPENT, dont les détails sont peu nombreux, est basé sur la dernière variante du GABRIEL V, également connu sous le nom de missile d'attaque naval avancé (ANAM), qui est en service dans la marine israélienne et a été acheté par le ministère de la défense finlandais.

    Lockheed Martin a développé et testé une version embarquée de son AGM-158C LRASM, qui a été sélectionné par le ministère américain de la défense pour le programme OASuW (Offensive Anti-Surface Weapon) Increment 1, destiné à équiper les F/A-18 E/F et les B-1 de l'USAF. Lancé à partir de VLS MK41 et de lanceurs angulaires montés sur le pont, il est armé d'un pénétrateur de 453 kg et d'une ogive à fragmentation. Le LRASM utilise également une liaison de données d'armement, un GPS anti-brouillage et un autodirecteur passif multimode avec reconnaissance autonome de la cible.

    Solutions mises à jour

    MBDA travaille sur le système d'arme TESEO Mk2/E, qui a obtenu un contrat de développement, de qualification et d'industrialisation en novembre 2020 par le ministère italien de la Défense. MBDA Italia a conçu un tout nouveau système d'armes de missiles à longue portée pour la marine italienne. Celui-ci est centré sur une cellule transsonique (moins de 5 m de long et 700 kg de poids, sans compter le booster et le tube de lancement pour les opérations à partir de navires) avec une section transversale radar considérablement réduite et un ensemble de propulsion efficace offrant une portée effective supérieure à 350 km au niveau de la mer. En plus d'une ogive évolutive de pointe et de systèmes avancés de planification de mission en 4D, ainsi que d'une suite INS/GPS intégrée entièrement autonome soutenue par un altimètre radar adaptatif et une liaison de données satellite bidirectionnelle, le TESEO Mk2/E sera équipé d'un nouvel autodirecteur RF cohérent et d'un canal laser semi-actif (SAL) pour un engagement très précis avec le soutien d'un tiers. Le contrat comprend également une étude de faisabilité en cours visant à introduire un autodirecteur alternatif de nouvelle génération basé sur un réseau actif à balayage électronique, si les fonds le permettent, ce qui représente une capacité de changement de la donne offerte par MBDA en collaboration avec Leonardo.

    Le missile de croisière Raytheon TOMAHAWK à frappe profonde fait l'objet d'un programme de recertification afin de garantir une durée de vie de 30 ans pour les stocks américains et britanniques. Le premier lot a été livré en mars dernier. Les activités de mise à niveau permettront au système de fonctionner avec une plus grande impunité dans un environnement de brouillage ou d'anti-accès/déni de zone (A2/AD), connu collectivement sous le nom de bloc V. Elles comprennent la modernisation de la navigation et des communications, un nouveau GPS anti-brouillage (M-CODE), une nouvelle tête militaire combinant une nouvelle pénétration avec les capacités actuelles d'explosion et de fragmentation (Joint Multiple Effects Warhead System) et l'introduction d'un nouvel autodirecteur RF multimode (Maritime Strike TOMAHAWK) pour les opérations anti-surface sur un nombre non divulgué de missiles. Centrée sur une radio avancée ISBS (Integrated Single Box Solution) avec deux nouvelles antennes satellites (couvrant les bandes UHF et autres), la mise à niveau des communications permet le lancement de missiles grâce à une solution d'alignement fin et la navigation à l'aide de TERCOM/DSMAC/Vertical Update Point dans un environnement où le GPS est refusé ou dégradé, selon la documentation de l'US Navy, la mise en service de la flotte étant prévue pour 2021.

    Lancé pour la première fois en octobre 2020 à partir du sous-marin nucléaire d'attaque de classe SUFFREN pour doter la Marine nationale d'une capacité de frappe sous-marine dans la profondeur avec un missile de croisière de fabrication européenne, en plus d'équiper les plates-formes de surface, le Missile de Croisière Naval (MdCN) partage le système de guidage avec le missile de croisière à distance de sécurité à lanceur aérien SCALP-EG/STORM SHADOW. Ce dernier combine l'INS, le GPS et l'adaptation au profil du terrain avec un autodirecteur infrarouge (IR) doté de capacités de reconnaissance automatique de cible (ATR), pour atteindre des précisions métriques en phase terminale.

    Au début du mois de septembre dernier, l'OSD/SCO et l'US Navy ont révélé une vidéo d'essai de tir réel d'un système d'arme Raytheon SM-6 (RIM-174) doté de capacités antiaériennes/antisurfaces à partir d'un lanceur modulaire embarqué sur un navire de surface sans pilote (USV) expérimental du programme Ghost Fleet Overlord. Il s'agit du dernier tir réel connu du SM-6, qui a été lancé avec succès en avril dernier depuis un destroyer de la classe ARLEIGH BURKE contre un petit bateau-drone avec une chaîne d'élimination complexe utilisant des capteurs passifs. Le SM-6 est un missile actif à portée étendue conçu pour les opérations en réseau utilisant le ciblage par des tiers. Le missile peut être utilisé dans des rôles de défense anti-aérienne, de défense terminale en mer et de défense anti-surface. Il a également été sélectionné par l'armée américaine pour satisfaire sa capacité terrestre à moyenne portée (MRC) dans le cadre de l'initiative plus vaste des tirs de précision à longue portée.

    Nouvelles solutions

    L'industrie et les marines travaillent sur des solutions innovantes pour offrir une capacité abordable de frappe, en plus de fournir des renseignements contre les cibles littorales et terrestres plus profondes. Rafael Advanced Defense Systems a récemment dévoilé les essais du SEA BREAKER, "un système d'armement de cinquième génération tiré de la mer et de la terre, capable d'atteindre des distances allant jusqu'à 300 km pour des frappes précises avec un point d'impact précis sur une grande variété de cibles maritimes et terrestres de grande valeur", selon la société.

    Avec une cellule de quatre mètres de long aux ailes repliables et une propulsion par turboréacteur pesant moins de 400 kg sans booster, la nouvelle munition est lancée par de multiples canisters qui peuvent être montés sur des bateaux de missiles d'attaque rapides de 100 tonnes. Le SEA BREAKER, selon Rafael, est équipé d'un autodirecteur IIR (Imaging Infra-Red) avancé avec acquisition automatique de cible (ATA) et ATR, qui, grâce à l'intelligence artificielle, lui permet d'effectuer un apprentissage profond et une correspondance de scène basée sur des données massives, fournissant une mission et un engagement de cible entièrement autonomes. Le missile est équipé d'une liaison de données qui prend en charge la prise de décision en temps réel et les mises à jour tactiques, ainsi que d'un système avancé de planification et de contrôle de la mission.

    Nouveaux systèmes

    Le ministère américain de la marine, outre le GLGP, a également mis fin, dans sa demande de budget pour l'exercice 2022, aux activités de l'EMRG (Electromagnetic Rail Gun), mettant ainsi un terme à une activité de R&D lancée en 2005 pour fournir un appui-feu naval aux troupes à terre. En Europe, en avril dernier, l'Agence européenne de défense (AED) a confié à l'Institut franco-allemand de recherches de Saint Louis le rôle de chef de file du programme de 24 mois "Projectile for Increased Long-range Effects Using Electromagnetic Railgun" (PILUM). Ce dernier est une étude de faisabilité sur l'utilisation du canon électromagnétique à rail (EMRG) comme système d'artillerie à longue portée. Le projet examinera en outre la possibilité d'intégrer l'EMRG dans des plateformes terrestres et navales.

    Les systèmes de missiles dérivés des programmes d'application terrestre, tels que le Rafael NAVAL SPIKE NLOS (Non-Line-of-Sight) d'une portée de 32 km, sont déjà opérationnels dans les forces navales du monde entier. Toutefois, l'utilisation intensive de systèmes d'armes rôdeuses pendant le conflit du Haut-Karabakh entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie en 2020 a considérablement influencé les plans futurs non seulement des forces d'opérations terrestres, mais aussi des marines et des forces amphibies du monde entier. En janvier dernier, l'USMC System Command a attribué à la société américaine Mistral un contrat portant sur la conception, le développement, la construction et le test du système de munitions OPF-M (Organic Precision Fires - Mounted) et son intégration dans les véhicules tactiques terrestres LAV-M et JLTV ainsi que dans le futur LRUSV (Long-Range Unmanned Surface Vehicle). L'entreprise américaine s'est associée à l'entreprise israélienne UVision pour fournir à l'USMC une munition de frappe à distance basée sur le HERO 120 d'UVision. Pesant 12,5 kg et lancé par conteneur, il transporte une ogive de 4,5 kg et dispose d'une endurance de vol de 60 minutes pour fournir à la fois des services ISR (Intelligence, Surveillance et Reconnaissance). Il dispose de capacités de frappe par tir indirect de haute précision, mais la société propose également le HERO-400EC pour les applications navales, qui pèse 40 kg, est équipé d'une ogive de 10 kg, a une portée de 150 km (LOS) et une endurance de vol de 120 minutes.

    Traduit avec deepl.com (version gratuite)

     

    • Thanks 1
  2. Article dans European Security & Defence sur les awacs et leur remplacement

    https://euro-sd.com/2022/01/articles/exclusive/24464/awacs-succession-slep-and-afsc/

    Succession des AWACS : SLEP et AFSC

    Lors du sommet de Varsovie de 2016, les membres de l'OTAN ont officiellement lancé l'Alliance Future Surveillance and Control (AFSC), un projet visant à définir la prochaine génération de capacités AWACS. Dans l'intervalle, l'Alliance a lancé la phase finale du programme d'extension de la durée de vie finale, afin de prolonger la durée de vie opérationnelle de la flotte actuelle jusqu'en 2035.

    L'OTAN a acquis ses propres capacités de détection lointaine aéroportée (AEW) dans les années 1970, en réponse à la nécessité de mieux détecter les petits avions rapides à longue portée. Selon le besoin opérationnel, l'Alliance recherchait un système souple et mobile pour fournir des capacités de commandement et de contrôle (C2) aux commandants aériens, terrestres et maritimes, l'accent étant mis sur la détection des cibles maritimes de surface. Le Comité des plans de défense de l'OTAN a approuvé l'achat de 18 Boeing E-3A, ou systèmes aéroportés de détection et de contrôle de l'OTAN (AWACS), en décembre 1978. Au cours de la décennie suivante, l'Alliance a établi une base d'opérations principale à Geilenkirchen, en Allemagne, et a modernisé les 40 NATO Air Defence Ground Environment (NADGE).

    Rôle des AWACS

    Depuis lors, la force aéroportée de détection lointaine et de contrôle de l'OTAN (force NAEW&C), la plus grande entreprise de collaboration de l'Alliance, tire parti de l'AWACS, qui fait partie des rares moyens détenus et exploités par l'Alliance, pour un large éventail de missions. En temps de paix, l'avion peut être utilisé pour :

    la police du ciel
    les opérations d'évacuation de non-combattants
    embargo
    entrée initiale
    réponse aux crises
    sécurité de l'espace aérien lors d'événements internationaux importants

    Ils participent à des mesures d'assurance pour la Turquie depuis 2015 et pour les Alliés d'Europe centrale et orientale depuis 2014, avec un redéploiement sur le territoire et autour du territoire des Alliés de l'OTAN en réponse aux actions agressives de la Russie en Ukraine. Les AWACS exploités par l'OTAN ont fourni une connaissance pertinente de la situation lors de nombreuses opérations, notamment en Libye et en Afghanistan, et, plus récemment, ils ont soutenu les travaux de la Coalition mondiale pour vaincre ISIS et l'opération antiterroriste Active Endeavour en Méditerranée.

    NAPMO

    Seize pays participent à l'Organisation de gestion du programme NAEW&C (NAPMO) :

    la Belgique
    la République tchèque
    le Danemark
    l'Allemagne
    la Grèce
    Hongrie
    Italie
    Luxembourg
    les Pays-Bas
    Norvège
    Pologne
    Portugal
    Roumanie
    Espagne
    Turquie
    les États-Unis

    Le Royaume-Uni a également une participation limitée. La France, qui a un rôle d'observateur, participe souvent aux opérations coordonnées et assure l'interopérabilité entre ses avions E-3F et les autres flottes d'E-3.

    Le E-3A

    L'E-3A est une version modifiée du Boeing 707 équipée de radars à longue portée et de capteurs passifs, capables de détecter, de suivre, d'identifier et de signaler les aéronefs potentiellement hostiles opérant à basse altitude, et d'assurer le contrôle des aéronefs alliés. Chaque avion peut voler pendant environ huit heures et demie dans un rayon maximal de 9 250 km à un plafond de service de 30 000 pieds. Il est donc capable de couvrir une zone de surveillance de plus de 120 000 miles carrés, mais les capacités de ravitaillement en vol permettent d'étendre l'endurance sur le théâtre des opérations. Les capteurs de surveillance active sont placés dans le "rotodôme" distinctif monté sur le fuselage. Cette structure, d'un diamètre de 9,1 mètres, assure une couverture radar à 360° sur plus de 400 km grâce à son cycle de rotation toutes les dix secondes. Un équipage de vol de trois personnes et un équipage de mission de 12 personnes assurent le fonctionnement de l'appareil.

    Le future

    Au cours des trente dernières années d'opérations, les AWACS de l'OTAN ont évolué en fonction de l'évolution de l'environnement géopolitique. Pour conserver son rôle clé dans la gestion des batailles aériennes, la flotte a nécessité des dépenses ou un engagement d'environ 13 milliards de dollars américains. Le programme de modernisation de suivi (FUP) a permis de renforcer le soutien à la "situational awareness" pour les unités coopérantes et de remplacer les cockpits analogiques par des technologies numériques. Une mise à jour achevée en 2018 a permis d'adapter le système de communication aux exigences actuelles et prévues en matière de gestion du trafic aérien, y compris le développement continu de systèmes de communication utilisant le protocole Internet (IP).
    La flotte fait actuellement l'objet de son dernier programme de modernisation d'un montant de 1 milliard de dollars US, destiné à prolonger la durée de vie opérationnelle du système jusqu'en 2035. Le programme, attribué à Boeing en tant que maître d'œuvre, porte sur la mise à niveau des liaisons de données et des capacités de communication vocale du NE-3A, ainsi que sur l'amélioration de la capacité de mise en réseau aéroportée à large bande au-delà de la visibilité directe.

    L'initiative AFSC

    La flotte d'E-3 devant prendre sa retraite peu après 2035, les membres de l'OTAN ont dû repenser leurs capacités AWACS, qui sont devenues un outil indispensable dans un large éventail d'opérations en temps de paix et de guerre. L'initiative Final Lifetime Extension and the Alliance Future Surveillance and Control (AFSC), lancée en 2016 avec la participation des 30 membres de l'OTAN vise à définir les meilleures options pour la période post-2035 en fonction des exigences militaires de haut niveau.

    En 2017, le Conseil de l'Atlantique Nord (CAN) a confié à l'Agence OTAN de soutien et d'acquisition (NSPA), basée à Luxembourg, la responsabilité de la R&D correspondante. Le bureau de projet AFSC, créé au sein de la NSPA, a été doté d'un budget de 118,2 M€ pour gérer les phases de développement et assurer la liaison avec les parties prenantes concernées au sein de l'Alliance. Les études visent à soutenir l'Alliance et les pays membres, individuellement ou en groupe, dans leurs choix d'acquisition concernant les systèmes de nouvelle génération. La première phase de la "Concept Stage" a été lancée la même année pour évaluer les nouvelles technologies, et déclarée achevée, dans les délais et le budget, en 2018. Elle a donné lieu à quatre "petites études de cas" (SCS) qui ont contribué à définir l'architecture et les exigences de base.

    Concepts industriels

    Après le lancement rapide d'une deuxième phase, six propositions de concepts de haut niveau élaborées par autant de consortiums ont été présentées en 2020 :

    1. Airbus Defence and Space
    2. Boeing, avec Indra, Inmarsat, Leonardo et Thales (également connu sous le nom d'ABILITI)
    3. General Atomics
    4. L3Harris avec 3SDL, Deloitte Consulting, Hensoldt Sensors, IBM, Musketeer Solutions, Synergeticon et Videns
    5. Lockheed Martin
    6. MDA Systems, avec General Dynamics Mission System

    Alors que l'OTAN évalue et affine les concepts présentés, trois approches conceptuelles de haut niveau ont été retenues pour une analyse plus approfondie dans le cadre d'études de faisabilité et de réduction des risques (RRFS) distinctes, lancées à la mi-2021. Les évaluations des concepts présélectionnés devraient commencer en 2023, afin d'identifier les nouveaux développements éventuellement nécessaires en fonction des capacités déjà disponibles. Il en résultera un concept technique, qui sera traduit dans l'établissement du programme, lequel marquera la phase finale de la phase de conception.

    SCAF et TEMPEST

    L'Alliance n'a pas encore exprimé d'exigence opérationnelle détaillée, mais il est déjà possible d'identifier certaines caractéristiques probables. La plate-forme de prochaine génération sera probablement un effecteur complètement différent de l'actuel E-3A SENTRY pour au moins deux raisons.

    Premièrement, le nombre d'effecteurs sera réduit par rapport à l'actuel f14. Deuxièmement, les nouvelles plates-formes destinées à assurer les missions AWACS devront être interopérables avec les systèmes existants, mais aussi avec les futurs systèmes, destinés à opérer dans des missions de haute intensité, principalement contre des ennemis pairs/proches. Compte tenu de ces considérations, l'adoption d'une approche de système de systèmes est probable.

    Assurer la compatibilité

    Conformément aux exigences des programmes de chasseurs de nouvelle génération SCAF et TEMPEST, l'AFSC sera probablement constitué d'un véhicule principal capable de coordonner une série de moyens (aériens, numériques, navals, spatiaux et terrestres) consacrés à la collecte de renseignements. Ses principales missions seront :

    - la collecte, l'analyse et la diffusion d'informations pertinentes sur les menaces potentielles afin de permettre leur identification, leur localisation et leur suivi
    - la création d'une connaissance de la situation dans l'espace de combat, sous la forme d'une image opérationnelle commune, précise, intégrée et constamment mise à jour
    - le contrôle, la coordination, le suivi et l'évaluation de ses propres moyens et ressources afin de s'attaquer aux activités de l'ennemi dans la zone d'action      concernée.

    Pour atteindre ces objectifs, l'avion doit être capable d'effectuer des missions de surveillance et de contrôle multi-domaines dans tous les scénarios opérationnels (autorisés, contestés, refusés). Les systèmes de communication à large bande (satellites, VHF, liaison de données, etc.) et de stockage de données les plus modernes devront fournir aux centres C2 alliés la connaissance de la situation tactique la plus adéquate. Pour être plus efficace, la plate-forme doit disposer d'une capacité de survie élevée (partiellement assurée par l'architecture du système distribué) et de fonctions d'autoprotection, ainsi que d'un haut niveau de modularité.

    La NSPA mène des recherches approfondies dans de nombreux domaines, tels que les architectures de systèmes, les capteurs, l'IA et l'automatisation, le partage d'informations et la cybersécurité, et explore les structures et combinaisons possibles pour le système de systèmes.

    Perspectives d'avenir pour les AWACS

    La décision finale sur ses caractéristiques étant attendue dans deux ans, il est peu probable qu'un futur AWACS de l'OTAN basé sur une toute nouvelle technologie soit prêt à temps pour le retrait progressif de l'E-3A SENTRY. Il existe certaines options qui permettront d'éviter un vide capacitaire qui aurait un impact important sur l'OTAN. L'Alliance pourrait finalement décider d'attribuer à Boeing un nouveau contrat coûteux, afin de prolonger encore la durée de vie opérationnelle de la flotte existante, ou d'acheter des Boeing E-7A WEDGETAILS comme l'ont déjà fait le Royaume-Uni et la Turquie. Si l'OTAN décide de poursuivre l'approche actuelle et d'acquérir des technologies disruptives dans les délais prévus, la meilleure solution serait d'acheter une architecture ouverte permettant de rajouter de nouvelles technologies.

    Une telle option permettra à l'OTAN d'attendre une technologie plus mature tout en examinant l'évolution des programmes TEMPEST et FCAS, essentiels pour l'interopérabilité. Ces deux programmes sont encore en cours de développement, et l'absence d'un accord politique complet entre les partenaires sur certaines caractéristiques pourrait encore compromettre leur calendrier initial. L'utilisation de drones existants comme plate-forme pourrait être une possibilité. Cependant, là encore, la réticence de certains membres, cette fois sur le spectre de leurs missions, pourrait compliquer un accord. La décision de l'Allemagne d'abandonner l'achat du Northrop Grumman RQ-4 GLOBAL HAWK en raison de risques éventuels pour la sécurité et de perturbations du trafic aérien civil est un exemple intéressant.

    Moderniser la flotte d'AWACS

    La modernisation de la flotte AWACS après 2035 sera cruciale non seulement pour l'OTAN, mais aussi pour la défense de l'Europe au sens large. La France et le Royaume-Uni sont également aux prises avec la rénovation de leurs flottes vieillissantes. Paris devra remplacer ses quatre AWACS E3-F d'ici 2035.

    Or, la loi de programmation militaire pour 2019-2025 mentionne le lancement d'études pour leur remplacement d'ici là, ce qui laisse penser que le pays sera probablement confronté à un déficit capacitaire. Londres a récemment annoncé qu'elle prévoyait un déficit capacitaire de deux ans entre le retrait progressif de ses E-3D SENTRY, prévu cette année, et l'entrée en service des trois Boeing E-7A WEDGETAILS qui doivent être reçus en 2023. Par le passé, le Royaume-Uni avait l'habitude de mettre ses actifs à la disposition de la force AEW&C de l'OTAN en cas de besoin. Toutefois, au cours des deux prochaines années, la Royal Air Force devra compter sur les avions de l'OTAN en cas de besoin.

    Perspectives

    Le maintien d'un calendrier politique très rythmé sera donc crucial pour achever le programme dans les délais, mais des événements récents tels que le retrait précipité des troupes d'Afghanistan exacerbent les tensions politiques entre alliés et relancent (à nouveau) les appels à une plus grande autonomie stratégique européenne. Les membres européens de l'OTAN s'attendaient à ce que l'administration Biden marque un changement radical par rapport à la présidence Trump concernant l'engagement des États-Unis à l'étranger. Cependant, l'annulation de l'accord d'achat de sous-marins français par l'Australie pour finalement acheter américain, et la création d'AUKUS, la nouvelle alliance entre Canberra, Washington et Londres pour faire face à la menace croissante posée par les politiques de Pékin en mer de Chine méridionale et dans une région plus large, ont relancé les tensions avec Paris, et plus généralement suscité l'inquiétude des alliés européens.

    En outre, le président Biden a récemment réaffirmé que les futurs engagements militaires des États-Unis à l'étranger se limiteront à ce qui est strictement nécessaire. Déjà en 2019, lorsqu'il a défini l'OTAN comme étant "en état de mort cérébrale", le président français Macron a tenté de convaincre les Alliés que l'établissement d'une véritable autonomie stratégique européenne était le meilleur moyen de protéger et de promouvoir les intérêts de l'UE à l'étranger. Trois ans plus tard, une défense européenne autonome est loin d'être réalisée et les investissements de l'UE dans le secteur de la défense n'ont pas fonctionné comme un moteur ascendant pour une politique de défense européenne plus intégrée.

    L'avenir

    L'incertitude politique qui a suivi les récentes élections allemandes et les prochaines élections en France pourrait également perturber l'agenda politique de l'UE et même les efforts de défense européenne commune. La présidence tournante française de l'UE au cours du premier semestre de 2022 pourrait représenter la dernière chance d'accélérer la collaboration en matière de défense. Pour en revenir aux AWACS, ces capacités ne sont ni incluses dans les programmes déjà approuvés dans le cadre du PESCO, ni financées par le Fonds européen de défense. L'absence de solutions propriétaires en Europe rend peu probable le lancement d'un projet dirigé par l'Europe dans ce domaine. En ce qui concerne ces considérations, l'issue des tensions politiques actuelles entre certains membres de l'OTAN sera un élément crucial pour la réalisation de la future initiative AFCS.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

    • Thanks 1
  3. https://soldat-und-technik.de/2022/01/aus-der-truppe/29792/task-force-takuba-daenisches-spezialkraeftekontingent-in-mali-angekommen/

    Task Force Takuba - le contingent danois des forces spéciales est arrivé au Mali

    Malgré la situation actuellement confuse au Mali, le contingent de troupes danoises de la Task Force Takuba est arrivé dans le pays africain, comme l'a annoncé aujourd'hui le ministère danois de la Défense dans un communiqué. Le Danemark avait déjà annoncé en avril 2021 l'envoi de jusqu'à 105 soldats. À l'époque, il avait été dit que la troupe serait composée d'environ 60 soldats de commandement du Jaegerkorpset (corps de chasseurs), de personnel sanitaire ainsi que d'officiers d'état-major pour la conduite de la mission.

    Selon le communiqué, le contingent danois actuel se compose de 90 soldats - des forces spéciales, du personnel médical et un élément de soutien logistique. Le Parlement danois avait approuvé le déploiement fin mai 2021. La mission est mandatée pour douze mois et devrait ensuite être prolongée. L'unité a pour mission de conseiller, d'assister et d'accompagner les forces armées et les autorités de sécurité maliennes dans des opérations afin de leur permettre d'agir de manière autonome contre les groupes terroristes dans la région du Sahel.

    Selon les forces armées danoises, les soldats des forces spéciales ont une longue expérience dans la formation et l'entraînement de forces d'autres nations et ont déjà été déployés pour des tâches similaires en Afghanistan et en Irak ainsi que pour des périodes plus courtes dans d'autres parties de l'Afrique. Les forces sanitaires danoises - composées de chirurgiens urgentistes - seront responsables du traitement sanitaire d'urgence des soldats des forces spéciales danoises et des partenaires internationaux dans le cadre de la Task Force Takuba. Selon le communiqué, les soldats danois constituent le seul personnel médical de chirurgie d'urgence de l'ensemble de la Task Force.

    Au sein de la Task Force Takuba, huit pays européens (Belgique, Danemark, Estonie, France, Pays-Bas, Portugal, Suède et République tchèque) conseillent et soutiennent actuellement les forces armées maliennes dans leur lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. Depuis la mi-2020, Takuba soutient en outre l'opération française Barkhane, qui poursuit des objectifs similaires depuis 2014. Les opérations sont coordonnées avec les acteurs internationaux sur le terrain, y compris la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

    L'avenir de la mission est toutefois incertain, car suite à un coup d'État militaire au Mali, des tensions sont apparues entre le Mali et l'ONU, la Communauté des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et les États européens engagés au Mali. L'escalade est telle que le Mali a actuellement fermé son espace aérien à tout mouvement aérien (à l'exception des vols médicaux d'urgence) pour les acteurs internationaux. Le contingent de la Bundeswehr est également concerné par cette interdiction de vol.

    Le Jaegerkorpset

    Les forces spéciales de l'armée danoise, le Jaegerkorpset, est une unité d'environ 300 soldats qui dépend du commandement des forces spéciales danoises SOKOM. Ce dernier dirige également le Fromandskorpset (nageurs de combat) en tant que forces spéciales maritimes ainsi que les Siriuspatruljen, qui opèrent en traîneaux à chiens dans le nord-est du Groenland, en tant que forces spéciales arctiques.

    Le Jaegerkorpset remplit quatre missions essentielles :

    Reconnaissance spéciale (Special Reconnaissance)
    élimination d'objectifs stratégiques de grande valeur (action directe)
    Assistance militaire (Military Assistance)
    Soutien aux missions de police (notamment dans la lutte contre le terrorisme)

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

    Task-Force-Takuba-%E2%80%93-daenisches-S

    • Thanks 2
  4. Et ça cela augure mal pour la suite. Après un tel déploiement de force et face au refus US de faire des propositions écrites ou des concessions Poutine ne pourra pas rester là à rien faire. Il perdrait la face et passerait pour une c** molle qui a tout dans la gueule. Et c'est les Ukrainiens malheureusement qui vont en faire les frais et par ricochet la population russe face aux sanctions qui vont être extrêmement lourdes. Il serait intéressant, dans un tel cas, de voir la réaction allemande par rapport à NS2.

    Reste à voir, si effectivement la Russie procédera à un action militaire directement contre l'Ukraine ou si l'on en resterait à une déclaration d'indépendance du Donbass avec accord militaire avec la Russie. Ce serait le moindre mal. 

    il y a 2 minutes, vince24 a dit :

    Est ce qu’on imagine un scénario à l’afghane?

    Jemenfoutisme généralisé de la scène internationale => attentisme et capitulation tacite des élites politicaro-militaires ukrainiennes au 1er jour de l’invasion => évanouissement de  cette armée décommandée au contact avec meutes de T90 => Kiev ville ouverte en quelques jours.

    J'en doute, les forces armées ukrainiennes, qui comptent de nombreuses unités de volontaires destinées à défendre leurs régions, est bien plus motivée que l'armée afghane. 

  5. il y a 19 minutes, gustave a dit :

    Le dernier terme n'a aucun sens: le principe de la diplomatie en lui-même consiste à exercer une influence...

    Tout à fait, mais quand la partie adverce vient avec des exigences irréalistes il vaut mieux signaler sa volonté de discuter, en posant en contre-partie des exigences, quittes à ce que certaines n'aient aucun sens ou soient irréalistes, que d'opposer immédiatement un "no". Cela peut ouvrir la voie à des négociations. Ainsi, cela empêche dans un sens Putin de pouvoir reprocher à l'occident de se mettre dans une posture de fin de non recevoir, d'être la cause de l'escalade. Il faut aussi trouver un moyen de rassurer l'Ukraine en l'incluant des les négociations.

  6. La Russie a posé des exigences envers les USA et l'OTAN dans le but de diminuer drastiquement leur influence dans son voisinage. Actuellement, ces exigences ont été rejetées en bloc car jugées inacceptables. Mais, pourquoi ne pas tenter de prendre Putin à son propre jeu (si tant cela est possible) en signalant est prêt à accepter tout ou partie de ces exigences à con'dition que la Russie accepte de se plier à un certain nombre d'exigences de l'OTAN. Exigences destinées à rassurer certains de ses membres et non membres? Ils pourraient par exemple exiger de la Russie de 

    - mettre fin à ses exercices de grande envergure aux portes de l'Europe de l'Ouest et de l'Ukraine (Zapad entre autre)

    - s'engager retirer tous SRBM/MRBM/missiles de croisières/ LR de longue portée de l'enclave de Kaliningrad et à renoncer à tout futur déploiement

    - s'engager à supprimer tout soutient militaire aux séparatistes du Dombass

    - s'engager à renoncer à toute future annexion du Dombass et de rejeter toute demande d'adhésion de leur part à la Fédération de Russie

    - s'engager à renoncer dans le futur à toute tentative d'exercer une quelconque influence sur la politique et la vie sociale en Ukraine (se             mettre  une fois pour toute  dans la tête que l'Ukraine est un pays indépendant qui ne veut plus est soumis à l'influence Russe)

     

     

     

    • Upvote 1
  7. https://www.thedrive.com/the-war-zone/43852/russias-first-new-production-tu-160-blackjack-in-decades-makes-its-maiden-flight

    Le premier Tu-160 Blackjack russe de nouvelle production depuis des décennies effectue son vol inaugural. Achevé selon les dernières normes de modernisation, le Tu-160M de nouvelle construction est destiné à renforcer la force aérienne à long rayon d'action de la Russie. 

    La Russie a fait voler un premier exemplaire du bombardier stratégique Tu-160M Blackjack issu du nouveau lot de production. La fabrication à grande échelle du bombardier à géométrie variable et porteur de missiles, qui a été développé vers la fin de la guerre froide, avait cessé en 1995. Après cela, seule une poignée d'autres ont été achevés à l'aide de composants existants, avant que Moscou ne décide en 2015 de relancer la production sous la forme modernisée du Tu-160M, principalement comme mesure provisoire en raison des retards pris par le programme de bombardier de nouvelle génération PAK DA.

    Le premier Tu-160M nouvellement fabriqué a pris l'air aujourd'hui, 12 janvier, sur l'aérodrome de l'usine de l'aviation de Kazan, qui appartient à Tupolev, le bureau d'études de l'avion. Ces deux entités font désormais partie de la United Aircraft Corporation, UAC, qui fait partie de l'entité publique Rostec.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

    • Like 1
  8. http://www.opex360.com/2022/01/14/la-russie-nexclut-pas-lenvoi-de-troupes-en-amerique-du-sud-si-lotan-ne-limite-pas-ses-activites-a-ses-portes/

    Alors que, justement, les discussions avec l’Otan et les États-Unis au sujet des garanties « juridiques » de sécurité qu’elle réclame n’ont rien donné, comme on pouvait s’y attendre, la Russie n’exclut pas d’envoyer des troupes en Amérique latine, c’est à dire dans l’arrière-cour des États-Unis.

    ...

    « Nous sommes constamment confrontés à une pression militaire provocatrice destinée à tester notre force », a fait valoir M. Riabkov, en évoquant l’activité de l’Otan. « Comment les Américains réagiraient si nos bombardiers volaient à moins de 15 kilomètres de certaines de leurs bases situées sur la côte est ou la côte ouest? », a-t-il demandé.

    Une petite escadrille de Tu-160M (ça tombe bien, le 1er exemplaire nouvellement construit vient de faire son 1er vol d'essai) basée à Cuba ça aurait de la gueule. 

  9. Mali : Les soldats français partis, les « instructeurs militaires » russes sont arrivés à Tombouctou

    http://www.opex360.com/2022/01/07/mali-les-soldats-francais-partis-les-instructeurs-militaires-russes-sont-arrives-a-tombouctou/

    Quoi qu’il en soit, la présence de ces « instructeurs militaires » russe au Mali est de plus en plus visible. Pour autant, on ignore s’il s’agit de mercenaires du groupe paramilitaire Wagner [proche du Kremlin] comme le soupçonnent la France et les États-Unis, ou si ce sont des militaires « réguliers », c’est à dire relevant du ministère russe de la Défense, comme le prétend Bamako.

    Sollicité par l’AFP, un responsable militaire malien a évalué à environ 400 le nombre de ces « instructeurs » russes actuellement présents au Mali. « Vous parlez de mercenaires, C’est votre affaire. Pour nous, se sont des instructeurs russes », a-t-il. Un autre a assuré que ceux-ci sont déployés dans « plusieurs parties » du pays.

  10. Le tir d'un missile air-air à partir d'un avion de chasse est normalement un spectacle assez impressionnant, surtout lorsque nous avons la chance d'observer depuis le cockpit l'arme qui se détache de son pylône et fonce vers sa cible. Un vol de deux chasseurs tirant chacun un missile peut être encore plus spectaculaire, mais les forces aérospatiales russes ont fait monter les choses d'un cran avec le tir très rare de huit missiles presque simultanément depuis quatre chasseurs multirôles Flanker.

    La vidéo a été publiée sur le site de messagerie russe Telegram par un utilisateur nommé Fighterbomber, dont nous avons également examiné certains éléments par le passé. La vidéo, dont le lien figure ici, a été prise depuis le cockpit d'un autre avion de la série Flanker, mais nous ne savons pas exactement où ni quand. Elle montre une formation de quatre avions biplaces Su-30SM Flanker des Forces aérospatiales russes. Chacun d'eux tire une paire de missiles air-air, qui semblent être des armes de la série R-73 (AA-11 Archer) ou R-74 à portée infrarouge. Une arme du même type est visible sur une station sous l'aile dans le rétroviseur du pilote du Flanker équipé d'une caméra.

    https://www.thedrive.com/the-war-zone/43729/watch-these-russian-su-30-fighter-jets-fire-eight-air-to-air-missiles-simultaneously

     

    • Thanks 3
  11. Call Sign Falcon 17 | Life of a Fighter Jet Pilot 

    Fönsi, le pilote de démonstration du Swiss Hornet Display Team, nous emmène à son premier meeting aérien à l'étranger ! (en allemand mais avec sous titre français, à l'entre parler ça doit être un romand, bilingue mais romand) avec une bonne présentation du F/A-18

     

    • Thanks 2
  12. Polaris 21 : sur le Charles-de-Gaulle, des exercices aéromaritimes de haute intensité

    Face au mépris croissant du droit international sur les océans, la France se prépare à toute éventualité de conflit aéronaval direct. Avant son départ en mission en février, le Charles-de-Gaulle, le seul porte-avions à propulsion nucléaire de l'UE, affûte ses capacités de riposte. Polaris 21, c'est le scénario de combat simulé de haute intensité en Méditerranée imaginé par la France pour prévenir tout déclassement militaire et rester dans le wagon de tête de la préparation opérationnelle.

     

    • Like 2
  13. Il y a 17 heures, alfabravo a dit :

    Peu d'armement sous les ailes pour engager semble-t-il ? à moins que les 2 formes profilées en obus sans ailettes à l'extérieur peut être ? Ou une mission reco.

    Les Tornados Allemands n'ont fait que de la Reco en Afghanistan. Quand aux deux formes profilées, ce sont des BOZ-107 contenant des chaff/flare

    spacer.png

     

  14. Les rebelles Houtis mettent la main sur un cargo chargé de matériel militaire saoudien

    Les rebelles houthis soutenus par l'Iran montrent des armes saoudiennes capturées après la prise d'un cargo.
    Si les rebelles houthis au Yémen ont lancé de nombreuses attaques contre des navires au fil des ans, il est beaucoup plus rare que le groupe s'en empare.

    Les rebelles houthis soutenus par l'Iran au Yémen ont publié des photos et des vidéos montrant des armes, des véhicules, des petits bateaux et d'autres cargaisons militaires à bord du Rwabee, un cargo de type péniche de débarquement, que le groupe a saisi en mer Rouge dans la nuit. Selon des responsables saoudiens, ce navire, qui bat pavillon des Émirats arabes unis, ramenait du matériel d'un hôpital militaire désaffecté de l'île de Socotra, dans la mer d'Arabie.

    Les images diffusées par les Houthis montrent une douzaine de camions militaires de différents types, dont au moins une variante du HEMTT (Heavy Expanded Mobility Tactical Truck) de fabrication américaine et un Humvee équipé d'une grande antenne parabolique généralement associée à des terminaux terrestres de communication par satellite. Il y a également une paire de bateaux gonflables à coque rigide (RHIB) et des conteneurs et des caisses contenant d'autres articles, tels que des fusils de type AK et des chargeurs pour ces armes, des gilets pare-balles et des casques.

    Ce que l'on voit semble correspondre, du moins dans les grandes lignes, aux équipements qui, selon un représentant de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre les Houthis, se trouvaient à bord du Rwabee. "La cargaison comprenait des ambulances, des équipements médicaux, des dispositifs de communication, des tentes, une cuisine de campagne, des unités de blanchisserie de campagne et des équipements de soutien technique et de sécurité", selon le journal Saudi Gazette, citant une déclaration du général de brigade saoudien Turki Al-Malki, principal porte-parole de la coalition.

    "Le navire effectuait une mission maritime entre l'île de Socotra et le port de Jazan [également écrit Jizan] lorsqu'il a été pris pour cible", selon ce même rapport. "Il transportait des équipements hospitaliers qui étaient utilisés pour faire fonctionner l'hôpital de campagne saoudien à Socotra".

    La suite : https://www.thedrive.com/the-war-zone/43713/iranian-backed-houthi-rebels-show-off-captured-saudi-weapons-after-seizing-cargo-ship

     

    • Upvote 2
  15. https://soldat-und-technik.de/2022/01/fuehrung-kommunikation/29669/ausschliesslich-threema-schweizer-armee-verbietet-whatsapp-telegram-und-co/

    En Suisse aussi, on a des soucis de sécurité suite à l'utilisation du smartphone pour communiquer

    Exclusivement Threema : l'armée suisse interdit WhatsApp, Telegram & Co.

    En service, les militaires en Suisse devront à l'avenir utiliser exclusivement l'application de messagerie suisse Threema. En revanche, tous les autres services de messages courts ne sont plus autorisés - pour des raisons de sécurité. Ainsi, les photos, les textes et les messages vocaux concernant le service ne pourront plus être envoyés par les militaires via WhatsApp, Telegram ou Signal.

    La nouvelle prescription est en vigueur depuis le début de l'année 2022. Fin décembre déjà, l'état-major de l'armée avait ordonné à tous les commandants et chefs d'état-major d'utiliser dorénavant l'application de messagerie Threema pour la communication de service avec les smartphones de service et privés. La lettre indiquait que tous les autres services n'étaient plus autorisés.

    Threema est une application suisse qui garantit une communication cryptée de bout en bout, utilise exclusivement des serveurs en Suisse et ne collecte aucune donnée utilisateur. Du développement du logiciel à l'assistance, tout se fait en Suisse. Selon Threema GmbH, le service est entièrement conforme au RGPD. Le RGPD est le règlement général sur la protection des données de l'Union européenne. Threema se définit lui-même comme numérique, sûr et sans publicité. L'utilisateur ne laisse donc aucune trace numérique. En effet, contrairement au service américain WhatsApp, Threema ne possède pas d'informations personnelles comme les numéros de téléphone ou les noms. Et avec une solution suisse, il n'y a pas de risque de devoir divulguer des données à un gouvernement étranger.

    Threema est une application open source, son code est donc également connu. De plus, les utilisateurs peuvent chatter de manière anonyme, car aucun numéro de téléphone portable n'est requis. Chaque utilisateur génère un identifiant Threema aléatoire lors de la configuration de l'application. Le lien avec un numéro de téléphone portable ou une adresse e-mail est facultatif. Le fournisseur d'applications est financé par un paiement unique de 3,99 euros actuellement. Le service est ainsi financé à vie et l'utilisateur ne reçoit aucune publicité. (NB : selon les articles de presse, le coût est de CHF 4.00 par année et sera pris en charge par l'armée)

    L'avantage de cette solution : dans l'armée de milice en particulier, les soldats en service et hors service restent connectés en termes de communication via l'application et peuvent échanger rapidement des informations. Et comme il s'agit d'une application civile, le cercle des utilisateurs n'est pas limité aux soldats actifs. Ainsi, l'armée peut également utiliser les connaissances civiles de ses membres.

    Une réglementation similaire s'appliquait déjà aux employés fédéraux suisses depuis 2019. Pour les contenus confidentiels, seule la messagerie suisse pouvait être utilisée.

    WhatsApp également interdit dans l'armée allemande

    En mai 2020, le commissaire fédéral à la protection des données et à la liberté d'information (BfDI) avait déjà strictement interdit l'utilisation de la messagerie WhatsApp à des fins professionnelles pour toutes les autorités fédérales. Il y a un risque que les métadonnées soient directement transmises à Facebook, avait-il expliqué. L'interdiction s'applique à toutes les formes et à tous les destinataires de la communication, en interne comme en externe.

    Pour le ministère fédéral de la Défense et la Bundeswehr, cela signifie que la communication professionnelle avec les citoyens, les collaborateurs d'autres autorités, organisations et entreprises ainsi que les membres de la Bundeswehr entre eux via WhatsApp n'est pas autorisée. L'application ne doit donc être installée sur aucun smartphone professionnel ou doit être immédiatement supprimée.

    Les soldats allemands doivent utiliser BwMessenger comme alternative. Celle-ci peut être installée sur les smartphones de service et privés. Cette solution est basée sur le protocole open source Matrix et a été spécialement conçue dans l'optique d'une sécurité maximale. La communication est cryptée de bout en bout et les données sont exclusivement stockées sur des serveurs sécurisés de la Bundeswehr.

    Actuellement, tous ceux qui ont un numéro personnel actif dans le système informatique de la Bundeswehr peuvent utiliser BwMessenger. Il s'agit toutefois uniquement de soldats actifs et de membres de la Bundeswehr ainsi que de réservistes qui se trouvent actuellement en exercice militaire. En revanche, l'application civile Threema peut également être utilisée par les civils.

    • Like 2
  16. https://soldat-und-technik.de/2022/01/bewaffnung/29673/ultraleichte-maschinengewehre-franzoesische-spezialkraefte-erhalten-fn-evolys/

    Les FS françaises premier client du FN Evolys ou simple test ?

    Mitrailleuses ultra-légères : les forces spéciales françaises reçoivent des FN EVOLYS

    Les forces spéciales de l'armée française pourraient être les premiers utilisateurs de la mitrailleuse légère FN EVOLYS, récemment présentée par le fabricant belge FN Herstal. C'est ce qui ressort d'un post sur les médias sociaux publié hier par le partenaire de distribution français de FN Herstal.

    Le directeur de TR Equipment y a annoncé la première livraison de mitrailleuses FN EVOLYS aux forces spéciales françaises. Des mitrailleuses FN EVOLYS de calibre 7,62 mm x 51 et 5,56 mm x 45 y étaient représentées. S&T a pu vérifier l'information grâce à une autre source. Il n'est toutefois pas clair si la livraison concerne des systèmes destinés à être testés ou si les armes seront intégrées en plus grand nombre dans l'arsenal des forces armées françaises.

    L'arme automatique ultralégère FN EVOLYS n'a été présentée pour la première fois que le 6 mai 2021, S&T a rapporté. FN Herstal propose actuellement la mitrailleuse en deux versions avec les calibres 7,62 mm x 51 et 5,56 mm x 45. Selon le fabricant, FN EVOLYS réunit les capacités d'une mitrailleuse dans la taille et le type d'un fusil d'assaut.

    Le FN EVOLYS fonctionne par emprunt de gaz avec un approvisionnement par bande, à course courte et à culasse à tête rotative. L'arme dispose d'un boîtier monolithique de construction légère qui permet le montage d'optiques et d'accessoires via des rails Mil-Std 1913/STANAG 4694. L'utilisation de silencieux est prévue dès le départ dans le concept de l'arme. Les armes pèsent entre 5,5 et 6,2 kg selon le modèle.

    L'arme a été présentée pour la première fois à un public plus large lors du salon DSEI 2021 à Londres. Lors de ce salon, on a appris que l'armée britannique avait déjà commandé des armes à des fins de test. Certains experts y voient la preuve que les forces armées britanniques ont reconnu leur erreur d'avoir déphasé la mitrailleuse légère de type FN Herstal MINIMI et qu'elles ont désormais un besoin urgent de compensation. Le directeur des ventes britannique de FN Herstal a confirmé lors du salon que FN Herstal prévoit fermement de proposer le FN EVOLYS dans le cadre d'un appel d'offres attendu pour l'"arme individuelle" destinée au nouveau régiment britannique de rangers.

     

    spacer.pngspacer.png

  17. il y a 4 minutes, Bechar06 a dit :

     General Dynamics European Landsystems    GDELS ... Dommage de ne pas acheter Européen !  Même si fabriqué en Espagne 

    Même si c'est marketé sous le nom de GDELS, le Piranha est une produit MOWAG, firme Suisse, qui appartient à GDELS depuis 2004

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Mowag

  18. https://soldat-und-technik.de/2022/01/ausruestung-bekleidung/29637/tschechien-beschafft-fn-minimi/

    La République tchèque fait l'acquisition de FN MINIMI

    Fin décembre 2021, le ministère tchèque de la Défense a signé un contrat avec un importateur local pour la livraison d'un total de 949 mitrailleuses MINIMI du fabricant belge Fabrique Nationale Herstal. C'est ce qu'a annoncé le ministère de la Défense de la République tchèque. Cette acquisition doit permettre de renforcer l'interopérabilité des forces armées tchèques avec l'OTAN.

    Le contrat-cadre conclu entre le représentant de l'importateur tchèque FN Hertsal CB SERVIS CENTRUM et le vice-ministre de l'armement et des achats, Lubor Koudelka, d'une valeur maximale de 45 millions d'euros, prévoit une livraison des armes jusqu'en 2025. La durée totale, y compris l'approvisionnement prévu en pièces de rechange, est toutefois fixée à dix ans. Selon le ministère de la Défense, le projet d'acquisition comprend des armes de calibre 5,56 mm x 45 et 7,62 mm x 51, sans que la clé de répartition ne soit précisée. Dans son communiqué, le ministère de la Défense a souligné que les armes fabriquées par FN remplaceront les mitrailleuses vieillissantes de la série PKM ou le vz. 59 de fabrication nationale dans les formations d'infanterie. Outre les mitrailleuses, le paquet comprend également, selon le communiqué, la livraison d'appareils de visée optroniques non spécifiés, de conteneurs de transport ainsi que d'un soutien à l'instruction et à la maintenance.

    Les forces armées tchèques ne sont pas les premiers membres de l'ancien Pacte de Varsovie à avoir opté pour le système MINIMI éprouvé. En Pologne et en Hongrie, les forces spéciales utilisent déjà depuis des années la mitrailleuse de fabrication belge. Les forces spéciales tchèques ont également reçu environ 200 unités et les utilisent également dans le cadre d'opérations internationales. Introduite en 1982 dans les forces armées américaines sous le nom de M249, cette arme est aujourd'hui encore utilisée dans plus de 40 nations et n'a été commandée que l'automne dernier par les forces armées norvégiennes dans sa version Mk3 la plus récente.

    spacer.png

  19. https://soldat-und-technik.de/2021/12/fuehrung-kommunikation/29609/ngsr-entwicklung-einer-europaeischen-taktischen-drohne-bis-2027/

    NGSR : développement d'un drone tactique européen d'ici 2027

    Le développement du prototype d'un drone tactique européen de nouvelle génération devrait être achevé d'ici 2027, a appris S&T de sources bien informées au sein de l'UE. Le projet, baptisé "Next Generation Small RPAS" (NGSR), où RPAS signifie Remotely Piloted Aircraft System, a été adopté en novembre dernier par le Conseil de l'Union européenne comme l'un des 14 nouveaux projets PESCO. Le projet, dirigé par l'Espagne, comprend également l'Allemagne, le Portugal, la Roumanie et la Slovénie. (l'article étant payant, le reste n'est pas lisible)

  20. https://soldat-und-technik.de/2021/12/mobilitaet/29619/8x8-in-spanien-dragon-geht-in-serie/

    8×8 en Espagne : Dragón passe à la production

    La production en série du char à roues 8×8 Dragón pour l'armée espagnole a débuté à l'usine de Trubia (Asturies) de GDELS-Santa Bárbara Sistemas avec la découpe de la première plaque de char devant un public de haut niveau, a annoncé GDELS. General Dynamics European Landsystems (GDELS) fait partie du consortium TESS Defense, auquel participent également les entreprises Indra Sistemas, Escribano Mechanical & Engineering et Sapa Placencia. TESS a été chargé en 2020 de produire 348 Dragon pour un montant de 1,7 milliard d'euros.

    Le Dragon 8×8 est dérivé du GDELS-Piranha V hautement protégé et offre un compartiment d'équipage spacieux et une capacité de charge utile considérable. Les caractéristiques techniques sont, entre autres, toutes les roues directrices et la suspension hydropneumatique. Indra fournit l'électronique et les logiciels, Saga la propulsion et Escribano la tourelle.

    Le véhicule pèse plus de 33 tonnes, selon l'équipement. Avec une longueur de 8,00 m, une largeur de 2,99 m et une hauteur de 2,34 m, il peut transporter jusqu'à huit soldats dans sa cabine protégée, en plus des trois membres de l'équipage de base.

    Le premier lot comprend l'acquisition de 348 Piranha 5 dans 13 configurations différentes, y compris les composants respectifs des systèmes de mission (armement, éléments de protection, capteurs, systèmes de communication et de commandement) ainsi que des produits pour le soutien logistique. Les premiers véhicules devraient être livrés à la troupe dès 2022.

    Le programme Dragón est prévu pour un total de 1 000 véhicules. Le premier lot de 348 véhicules sera suivi d'un deuxième lot de 365 et d'un troisième lot de 287 véhicules. Alors que le deuxième lot devrait être commandé dans un avenir proche, le troisième lot n'a pas encore de date de livraison.

    spacer.png

    • Like 1
    • Upvote 1
  21. https://soldat-und-technik.de/2021/12/bewaffnung/29543/finnland-beschafft-neues-praezisionsgewehrsystem/

    La Finlande acquiert un nouveau fusil de précision

    Les forces armées finlandaises vont recevoir un nouveau fusil de précision à chargement automatique en deux versions différentes. Selon un communiqué des forces armées finlandaises, le ministre de la Défense Antti Kaikkonen a autorisé l'acquisition d'un nouveau système de fusil de précision en deux versions ainsi que des munitions correspondantes. Parallèlement, la mise en œuvre de l'accord technique conclu en septembre avec la Suède pour l'acquisition commune d'armes de poing et d'autres composants du système Soldat a été décidée.

    Malgré de nombreux efforts de modernisation, les forces armées finlandaises sont confrontées à de graves obsolescences en ce qui concerne l'équipement en armes de précision. Les tireurs d'élite utilisent le fusil TKIV 85, qui date des années 1980, tandis que le fusil désigné de l'infanterie est encore aujourd'hui le Dragunov SWD, de fabrication soviétique. Le nouveau système vise à remédier à cette situation.

    L'entreprise finlandaise de tradition Sako, qui appartient depuis 2000 à la holding Beretta, a été le contractant du côté de l'industrie. Le spécialiste des fusils, qui existe depuis 100 ans, a développé le système d'arme de poing en étroite collaboration avec les forces armées finlandaises sur la base de l'AR-10 en calibre 7,62 mm x 51. Appelé fusil 23, il doit être introduit en deux versions différentes et être équipé d'accessoires tels que l'optronique de vision nocturne et le réducteur de signature.

    L'inspecteur de l'infanterie finlandaise, le colonel Rainer Peltoniemi, a également souligné la fabrication locale de la famille d'armes et la sécurité d'approvisionnement accrue qui en découle, ainsi que le maintien de la capacité de fabrication d'armes portatives dans le pays.

    Selon des sources bien informées, l'arme, appelée fusil de précision à chargement automatique 23, sera équipée d'une optique M7Xi 2,9 à 20 x 50 de Steiner Optik GmbH. Associé à un type de munitions optimisé, ce système remplacera le fusil TKIV 85 des tireurs d'élite, également fourni par Sako, et assurera à l'avenir le combat contre des cibles jusqu'à une distance de 800 mètres. Le Designated Marksman Rifle (DMR) 23, basé sur le même système, disposera d'une autre optique, non spécifiée pour l'instant, et assurera le combat par feu ciblé jusqu'à 600 mètres. Cette dernière arme devrait remplacer le Dragunow dans les unités d'infanterie et augmenter considérablement la puissance de feu au niveau du groupe.

    Le système de fusil 23 pourrait également représenter une option future pour les forces armées suédoises. Celles-ci cherchent toutefois en priorité un successeur au fusil d'assaut AK5, qui a pris de l'âge et est basé sur le FN FNC. Dans le cadre de la communication sur ce thème, il a été annoncé il y a quelques semaines que les forces armées suédoises ne cherchaient pas un nouveau fusil de calibre 5,56 mm x 45, mais qu'elles souhaitaient passer au 7,62 mm x 51*. L'annonce de la mise en œuvre du projet commun de développement et d'acquisition suédo-finlandais dans le domaine du système Soldat, qui coïncide avec l'acquisition de fusils de précision, pourrait donner une nouvelle impulsion au développement du côté suédois. En automne, il a également été annoncé qu'en plus du fusil d'assaut et de l'acquisition de DMR, des mitrailleuses et un Personal Defense Weapon (DMR) étaient en projet à long terme. La date à laquelle ces étapes seront atteintes n'est toutefois pas claire du tout. Actuellement, la valeur de la part finlandaise se limite à dix millions d'euros et est plafonnée à 525 millions d'euros. Aucune information n'est encore disponible sur la part suédoise.

    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

    *les Suédois passeraient du 5.56 x 45 au 7.62 x 51 pour leur nouveau fusil d'assaut ? Etonnant non ?

    spacer.png

    • Like 3
  22. Le 30/12/2021 à 14:30, Wallaby a dit :

    https://www.defense.gouv.fr/operations/points-de-situation/point-de-situation-des-operations-du-vendredi-17-au-jeudi-23-decembre-2021

    Du 7 au 19 décembre 2021, le Groupement tactique désert (GTD) 3 Salamandre a mené une opération dans le Liptako nigérien, avec les forces armées nigériennes (FAN). Cette opération, qui a permis de neutraliser un terroriste de l’État islamique grand Sahara (EIGS), le 12 décembre, au nord d’In Atès, a contraint la liberté d’action de son groupe dans un de ses sanctuaires, en maîtrisant ses axes de mobilité et en contrôlant le terrain.

    Conçue et conduite en partenariat avec les FAN, l’opération s’est appuyée sur la bonne connaissance nigérienne de la zone et de l’ennemi. Les forces se sont déployées en particulier dans les localités d’In Atès et de Tin Gara, à proximité de la frontière malienne.

    Le bilan de cette opération est la saisie de plusieurs plots logistiques et du matériel de combat, et elle a aussi permis aux forces armées nigériennes de reprendre du terrain dans cette zone.

    Le 20 décembre 2021, au Niger, les forces françaises de l’opération BARKHANE ont réalisé une opération de surveillance qui a conduit à la neutralisation d’un chef de groupe de l’État islamique au grand Sahara (EIGS), Soumana Boura.

    Cette opération a été menée en étroite coordination avec les autorités nigériennes, dans une zone sanctuaire de l’EIGS au nord de la ville de Tillabéri.

    Soumana Boura dirigeait un groupe de plusieurs dizaines de combattants actifs de l’EIGS dans la zone de Gober Gourou et de Firo, dans l’ouest du Niger. Il faisait partie du commando qui, sur ordre d’Abou Walid Sahraoui, neutralisé par la Force Barkhane en août 2021, avait exécuté 8 personnes, 6 Français et leurs 2 accompagnateurs nigériens, dans le parc de Kouré, au sud-est de Niamey, le 9 août 2020.

    Je me demande si ces victoires/succès sont aussi rapportés dans les médias maliens et nigériens ? Cela contribuerait à "propagande" pro Barkahne.

    • Upvote 2
  23. Le 27/12/2021 à 12:52, Wallaby a dit :

    https://www.rtl.de/cms/bundeslandwirtschaftsminister-cem-oezdemir-deutschland-ist-zu-dick-lebensmittelpreise-sollen-steigen-4890002.html (27 décembre 2021)

    Le nouveau ministre fédéral de l'Agriculture, Cem Özdemir, déplore dans une interview que trop de personnes en Allemagne se nourrissent mal et sont par conséquent trop grosses. Il veut changer cela, notamment en augmentant le prix des denrées alimentaires.

     "Il ne doit plus y avoir de prix cassés pour les denrées alimentaires, ils mènent les exploitations agricoles à la ruine, empêchent un meilleur bien-être des animaux, favorisent l'extinction des espèces et nuisent au climat. Je veux changer cela", a déclaré le politicien des Verts.

    De ce que j'ai vu dans un reportage au "Tagesschau" sur ZDF, je crois, il voudrait augmenter la TVA sur la viande et diminuer voir supprimer toute TVA sur les fruits et légumes.

    • Confused 1
    • Upvote 1
×
×
  • Create New...