Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Alzoc

Members
  • Posts

    186
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Alzoc

  1. A mon sens le problème de l'influence des sondages est pris dans le mauvais sens. Je part du principe que toute information est bonne à prendre et que ce qui compte c'est uniquement ce qu'on en fait. Pour moi c'est plus un problème d'éducation qu'autre chose. Il faut rappeler qu'au 1er tour on choisit notre candidat "de cœur" et qu'au second on fait un choix de raison en votant pour celui qui nous parais le moins éloigné de nos convictions. Les sondages ne doivent rester qu'un outil d'information dont chacun fait ce qu'il veut avec.
  2. L'inconvénient majeur du 30mm c'est qu'un IFV moderne est probablement protégé contre ce calibre (au moins dans l'arc frontal). Pour le 40mm par contre, il n'y pratiquement aucune chance qu'un IFV soit protégé contre ce calibre (du moins une enveloppe de poids raisonnable). Et si rencontrer des APC reste largement plus probable que de rencontrer des IFV, ces derniers ne sont pas particulièrement rare pour autant. Edit : Cela étant dit, ça n'enlève rien à l'argument que le 30 mm standard reste moins cher et sera plus disponible. Si on veut vraiment du 30mm disponible sur plein de plateformes, je pense qu'il vaudrait mieux réfléchir à en mettre sur nos Griffons que sur du Jaguar ou du VBCI.
  3. Dans ce cas là pourquoi détruire le pont à l'avance? Si l'objectif est de soulager la pression à l'est il aurait été préférable de d'abord attirer les troupes Ukrainienne dans la région puis de les y piéger en coupant le pont. Je suppose que sur le long terme ça permettrai aux Russe de menacer Odessa, mais il faudrait au préalable conquérir la région, puis reconstruire le pont tout ça en devant se ravitailler par la mer dans une zone où aucune côte n'a l'air d'être aménagée. En regardant sur google maps, ça à l'air d'être des plages sablonneuses qui permettraient un débarquement, mais se ravitailler sans infrastructure portuaire existante sera une autre paire de manches.
  4. C'est une tendance mondiale, les zones rurales qui subissent souvent un déclassement économique tendent à voter pour des conservateurs et les zones urbaines plutôt riches et mondialisées votent plutôt pour des libéraux. En Turquie avec le vote pro-Erdogan pour les présidentielle de 2014 et pour son référendum sur une modification de la constitution en 2017 : Aux États-Unis avec le vote Trump en 2016 et en 2020 : Ou encore en Autriche en 2016 et en Allemagne en 2017 : Bien entendu, les modes de scrutins ne sont pas les même, les enjeux et le ressorts de ces votes non plus mais la tendance reste la même à peut prêt partout.
  5. Petit bémol, si c'est du Pu issu du nucléaire civil il est relativement inutilisable pour une bombe. Dans un réacteur civil tu veut laisser ton combustible dans le réacteur le plus longtemps possible, ce qui implique formation de 239Pu mais surtout de 240Pu de 241Pu , 242Pu, etc. Si les isotopes impaires (239, 241) sont bien sympa les pairs t'emmerdent car ils ont tendance à absorber des neutrons (donc à empoisonner la réaction en chaine) et en plus ils ont une probabilité faible (mais non nulle) de fission spontanée (AKA ta bombe te pète entre les pattes ce qui complique les calculs de criticité). Donc du Pu civil qui est resté longtemps en réacteur on n'en veut surtout pas dans une bombe, et la séparation isotopique du plutonium c'est compliqué (ont sait techniquement le faire mais c'est cher et ça pose des problèmes de prolifération).
  6. L'équivalence entre plusieurs PA légers et un PA lourds est peut être valable quand il s'agit simplement d'action vers la terre où tu peut plus ou moins mettre ton GAN à distance de sécurité et où les PA légers peuvent travailler de concert. Ce n'est pas le cas pour la mission première d'un PA qui reste la suprématie navale et le combat contre un GAN ennemi. Les PA STOBAR seront probablement limités à une utilisation défensive car leurs avions seront trop courts sur pattes et ça revient à laisser l'initiative à l'ennemi. La capacité de submerger l'ennemi en envoyant des raids consécutifs ou d'être capable d'envoyer des raids réguliers pendant plus longtemps va avoir tendance à favoriser les gros PA. Même si tu prends un GAN ou tu aurais 2 CATOBAR légers type CdG (un en défense, un attaque ou un mix des deux), si le PA lourd se concentre sur un des deux et planifie bien ses raids consécutifs il va finir par arriver à passer et à réaliser une défaite en détails. Vraiment le concept de PA léger je n'y crois pas (pour la lutte anti-navire du moins), il y a vraiment des seuils de capacité (certes théoriques et limité par le facteur humain dans la réalité) qui dépendent de la taille de ton PA, passer de 2 à 3 catapultes, un ascenseur supplémentaire etc. Le CdG est un PA léger non pas par doctrine mais simplement parce qu'on ne pouvait pas faire autrement.
  7. De mémoire c'est basé sur un rapport du Sénat (qui commence à dater un peu mais reste tout de même très intéressant): https://www.senat.fr/rap/r99-358/r99-3583.html 24h / 4 ça fait 6 lancement par jour fois 20 avions à chaque fois ça fait 120 sorties par jour au grand maximum en théorie. Dans la pratique c'est effectivement plutôt 100/j (mea culpa) Et en nombre de sorties dans la durée (toujours selon le même rapport) : L'argument principal reste qu'un seul PA lourd écrase sans aucuns problèmes plusieurs PA légers dans la plupart des cas.
  8. Il y a un point qui n'a pas été évoqué dans les dernières pages qui est que les PA légers (type CdG) sont inefficients en terme de projection de force. https://blog.usni.org/posts/2009/08/27/the-monster-myths-of-the-cvl-concept La taille du pont influe beaucoup sur le nombre de missions pouvant être réalisée par jour. Ça se comprends facilement quand on se souvient que sur un gros PA américain ils peuvent lancer et récupérer des avions en simultanés alors que c'est impossible sur le CdG. https://sturgeonshouse.ipbhost.com/topic/1487-the-aircraft-carrier-shitstorm-thread/#comment-97093 Grosso modo le nombre maximum de sortie maximum par jour qu'on peut atteindre avec le CdG sur une courte durée (42 500t) n'est que de 120/jours ce qui est exactement autant qu'un Nimitz (97 500t) peut générer quotidennement sur une longue période de temps. Il faudrait deux CdG pour être en équivalence à un seul classe Nimitz et les classes Fords qui arrivent seront encore plus gros (112 000t) et devraient être capables de générer encore plus de sorties/jours. Il y a une raison pour laquelle le PANG est projeté à 75 000 tonnes. C'est tout simplement plus économique et plus intéressant de construire un très gros PA que plusieurs petits. Les gros PA sont également capable de vaincres plusieurs petits à la fois simplement par le fait qu'ils peuvent mettre plus d'avions dans les airs à un instant donné, que ce soit en génération de sorties max ou dans la durée. Et c'est sans compter sur le fait que, comme certains l'ont déjà dit, si on va vers une route à plusieurs petits PA, ça veut dire soit risquer de diluer les contres mesures et défenses du GAN pour couvrir deux PA à la fois, soit avoir suffisament d'unité d'escorte pour avoir deux GAN séparés (ce qui coute également horriblement cher). Il y a une économie d'échelle à construire de très gros PA et de concentrer un réseau de défense le plus dense possible autour d'eux. Le seul désavantage des gros PA c'est qu'ils ne peuvent pas êtres partout à la fois.
  9. D'après un membre Russe sur SH, c'est une des craintes du pouvoir Russe. Les Russes auraient continué à utiliser la rhétorique de dénazification plutôt qu'une rhétorique de protection des russophones dans le Donbass, car ils craignent que la guerre ne donne des idées d'indépendance aux nationalistes et aux différentes ethnies présentes au sein de la fédération de Russie et in fine à sa dislocation.
  10. Plutôt oui pour la dernière question. Depuis la fin de la guerre froide, la position française est grosso modo que des armes tactiques ne feront qu'augmenter le risque d'escalade. Complètement à l'opposé de la posture Russe. Il n'y a plus de nucléaire tactique en France depuis le retrait du service des missiles Pluton (et des AN-52). Grosso modo, le missile avait juste assez de portée (120 km) pour frapper les troupes soviétiques en Allemagne si elles s'approchaient de la frontière française. Les B61 sont de vrais armes tactiques qui étaient faites pour annihiler des colonnes de chars soviétiques qui nous auraient autrement submergé numériquement. Mais on n'est plus au cœur de la guerre froide et les hordes soviétiques n'existent plus, l'intérêt tactique de la B61 a donc fortement diminué (même sans parler du fait qu'une simple bombe à gravité n'a pas grandes chances d'arriver jusqu'à sa cible). La B61 n'est pas, et n'a jamais été, une arme de dissuasion. Simplement un bouton panique pour éliminer une grosse concentration de troupes ennemies. L'ASMP-A est techniquement une arme pré-stratégique, qui peut effectivement servir à détruire une concentration de troupes ennemie qui serait sur le point de nous envahir ou une cible militaire dans la profondeur du dispositif ennemi. Mais son rôle premier est d'être le dernier avertissement avant une frappe massive via les M51. Cet avertissement pourrait par exemple prendre la forme d'une détonation déclenchée à haute altitude au dessus de la capitale ennemie afin de générer une EMP. Ça fout le bordel, ça va faire quelques morts par accidents suite à la chute du réseau électrique, mais surtout c'est un avertissement visible à la population du pays visé qui leur montre que leurs dirigeants sont sur le point de les conduire à la ruine. Le fait de ne pas commencer directement par une frappe "létale" sur un centre de population permettrai également de montre une certaine retenue de la part de la France et laisse théoriquement une porte ouverte à la désescalade : "On ne fait que se défendre, et ceci est le dernier avertissement avant que nous ne devenions sérieux. Vous avez encore le choix de rebrousser chemin". Est ce que la position française sur les armes nucléaires tactiques est toujours valable quand des adversaires potentiels ne s'interdisent pas leurs utilisation? C'est une vrai question et peut être que l'ASN4G emportera une tête à puissance variable et pourra potentiellement servir d'arme tactique.
  11. Je fais une dernière réponse là dessus et après je m'arrête sur les comparaisons de systèmes AA. D'accord sur le fait que le nombre de billes est assez proche, mais en terme de volume interne de la munition on gagne quand même pas loin de 30% (à longueur égale) quand on passe du 35 à du 40 mm. Sachant que l'électronique prendra la même place dans les deux cas, je ne suis pas sur que ce soit négligeable sur la taille du cône de létalité. Après est-ce que ça compense la plus faible cadence de tir du 40 mm effectivement c'est la question. Ce que je reproche surtout au système Millenium de Rhm (puisque c'est de lui qu'on parle au final) c'est précisément sa cadence de tir trop élevée. En mode AA il doit passer à 1000 cps/min pour avoir une chance de toucher. Ça reste un gain énorme par rapport aux anciens systèmes sans munitions airburst (Le Goalkeeper on est visiblement autour de 4000 cps/min) mais ça reste un gaspi non négligeable de munitions. Pour une utilisation navale pas de problèmes, il y a de la place sur un bateau. Pour une utilisation sur un système terrestre où l'emport en munition est réduit ça nécessite par contre de recharger très souvent, voir de se retrouver complètement à sec.
  12. Logistiquement je suis d'accord. Par contre le problème c'est que les charges airburst des 35 mm sont vraiment anémiques (le 30 mm n'en parlons pas), donc ça veut dire un plus grand volume de munitions à tirer pour une efficacité équivalente. Les systèmes AA type Phalanx, Goalkeeper ou AK-630 qui tirent des munitions standard à une cadence délirante pour espérer toucher la cible sont plutôt en train de se diriger vers la porte de sortie. Pour les missiles si c'est juste pour coller deux manpads sur le côté de la tourelle, que ce soit des mistrals ou des stinger ça ne change pas grand chose en terme d'intégration. Par contre si on part si un missile qui aurait un peu plus de portée (10-15 km) ça pourrait valoir le coup de mutualiser.
  13. Peut être le CTAS 40 sur camion couplé avec des mistrals. Ça ne couvrira que la couche la plus rapprochée, mais ça peut toujours servir contre des très petits drones et hélicoptères à très courte portée. Plus le canon peut servir pour faire de l'auto-défense contre de l’infanterie et éventuellement un blindé léger qui passerait par là (même si il y a problème en amont si on se retrouve dans ce cas là). Solution (quasiment) sur étagère, probablement pas trop chère et ayant une mobilité comparable aux Caesars. Le SAMP-T peux couvrir la couche longue/moyenne portée moyenne/haute altitude mais le nombre de batterie et de missiles dispo n'est pas suffisant pour tirer sur le moindre drone MALE qui passerais dans le coin. La où il manque vraiment quelque chose c'est sur le moyenne portée / moyenne altitude pour soulager les batteries d'ASTER. En dernier recours, il y a la chasse mais en haute intensité il est probable qu'elle soit parfois indisponible.
  14. Ce n'est pas parce que tu as une identité existante que c'est impossible d'en construire une autre sans détruire l'existante. Soit en modifiant ce qu'il y a déjà sur les bords, soit en construisant quelque chose de plus grand autour. Je ne pense pas que quiconque ne nie qu'en France on s'est américanisé/occidentalisé, on n'a pas cessé d'être Français pour autant. Ce que je vais dire est une analogie grossière, mais ce n'est pas parce que quelqu'un se sent Parisien, Lyonnais, Normand ou Savoyard qu'il est impossible que cette personne ne se sente Française également. Toujours dans la même analogie il y aura parfois des séparatismes régionalismes qui s'accrochent à l'existant et rejettent le global ou la modification (Nationalisme Corse, Breton, Basque ou que je sais-je encore) donc ce n'est pas garanti de fonctionner donc, oui il y a des limites à ce qu'une population donnée vas accepter. Mais si personne n'essaye de créer cette identité commune, c'est certain qu'elle n'existera jamais. C'est à mon sens un des principaux problèmes de l'UE actuellement. Il n'existe pas encore d'identité européenne, les échanges universitaires et culturels y participent mais on n'y est pas encore. Un peu HS sur la fin désolé.
  15. Honnêtement je n'ai aucune idée du climat de l'époque, j'étais encore trop jeune (je suis de 93). Je pense simplement qu'avec du recul ça aurait probablement été bénéfique pour tout le monde : L'Europe aurait accès à de nouveaux marchés et aux matières première Russes La Russie bénéficierait des investissement venus de l'ouest, voir d'un plan d'aide économique. Ça s'est fait en partie, mais probablement pas poussé assez loin. En soit ce n'aurait pas été très différent de ce qui c'est passé lors de l'intégration des pays de l'Est dans l'UE, avec probablement le lien politique en moins. Ça n'aurait probablement pas été une relation équitable (plus en faveur de l'Ouest que le contraire) mais les Russe y auraient trouvé leur compte également et ne se retrouverait pas avec une Russie dépendante/alliée à la Chine actuellement. Après, c'est effectivement facile de dire ça avec le bénéfice du recul. Je n'ai aucune certitude sur comment ça aurait été accueilli par les populations (Probablement de la grogne dans les ex-républiques soviétiques et un possible sentiment de déclassement en Russie).
  16. Non, effectivement entre 1991 et les années le début des années 2000 on a notre part de responsabilité et comme je disais plus haut on aurais probablement en faire plus pour intégrer la Russie en Europe (quoi précisément je ne sais pas, je n'étais même pas né en 91). Mais ce n'est pas comme si on n'avait fait aucun effort non plus. Des mains tendues il y en eu, en particulier depuis la France. Que ça ait été sous Chirac, Sarkozy, Hollande ou Macron il y a toujours eu maintient d'un dialogue constant avec la Russie post-sovétique. Donc oui on est parti du mauvais pied avec Poutine, mais c'est lui qui a continué à creuser son trou.
  17. La dépêche cite le village de Klimovo qui est à peine à 10 km de la frontière au point le plus proche. https://www.google.com/maps/place/Klimovo,+Oblast+de+Briansk,+Russie/@52.3465028,32.1087929,10.25z/data=!4m5!3m4!1s0x46d4a0d137ad6257:0x7ea4add83a2b92ac!8m2!3d52.3763189!4d32.2005574 Effectivement reste la question du pourquoi, c'est une ville d'à peine plus de 10 000 habitants. A moins qu'il y avait une unité de l'armée Russe dans le coin, aucun intérêt de frapper la zone. L'alternative serait une "vengeance" des Ukrainiens pour Bucha, ce qui n'augurerait rien de bon pour la suite du conflit. Edit : Une autre raison à laquelle je pourrais penser serait de forcer l'implication des civils Russes dans le conflit pour leur montrer que l'opération spéciale est un conflit de bien plus grande envergure que ce qui leur avait été vendu. Ça a le potentiel de fragiliser Poutine en interne en le faisant paraître faible, mais ça peux tout aussi bien souder la population Russe derrière lui.
  18. Il ne faut pas non plus inverser la situation. Si on aurait pu faire plus pour intégrer la Russie dans l'Europe après la chute de l'URSS, il ne faut pas oublier que Poutine est au pouvoir ou proche du pouvoir en Russie depuis 1999. Il porte une très lourde part de la responsabilité. Si les pays de l'Est sont toujours convaincus que la Russie peut les envahir à n'importe quel moment, c'est en partie que Poutine n'a rien fait pour les convaincre du contraire depuis plus de 20 ans. Si la Suède ou la Finlande sont en train de reconsidérer une possible adhésion à l'OTAN, c'est bien parce que la Russie à envahi un état souverain en utilisant des prétextes qui sont disons ... minces (pour être gentil). Si des pays frontaliers de la Russie cherchent à tout prix à rejoindre l'OTAN c'est bien avant tout parce qu’ils se sentent menacés, peur que Poutine à validée en envahissant l'Ukraine tout en agitant la menace nucléaire pour faire le forcing. Edit : Bien entendu, l'invasion de l'Irak en 2003 celle l'Afghanistan en 2001 ou encore l'intervention à partir de 2011 en Syrie et en Libye par des pays membres de l'OTAN est également critiquable. Ça ne donne pas pour autant le droit à la Russie de faire de même.
  19. Ce qui me choque surtout dans cette élection c'est que presque 60% de nos concitoyens votent aux extrêmes ou pour des partis/personnalités qui sont soit très à gauche ou très à droite. Je précise bien que chacun aura sa propre définition sur ce que veut dire extrêmes (au final chacun votera ce qu'il veut, c'est le jeu) et que la classification ci-dessous n'engage que moi. A gauche si on additionne Roussel, Poutou, Arthaud et Mélenchon on arrive à 25,56% A droite en additionnant Dupont-Aignan, Zemmour et Le Pen on arrive à 32,28%
  20. Plus le fait que tant que le blindage principal tient, l'équipage est protégé et le char pourra être récupéré après la fin des combats et reprendre (relativement) rapidement du service après réparation/remplacement des équipements externes.
  21. A mon avis, c'est une mauvaise idée. En particulier car le CV90 reste à la base un transport de troupe. Ça veut dire un volume protégé plus élevé et donc de la masse gaspillée. A masse identique un véhicule plus volumineux sera moins bien protégé qu'un véhicule plus petit. Utiliser un châssis dédié (développé spécialement pour ce rôle) pour y mettre un canon de gros calibre, pourquoi pas mais ça coûte cher en développement pour une plus value minimale (que ce soit en terme de masse ou de cout) comparée à un MBT classique. Partir d'un châssis d'APC/VCI transport de troupe c'est inefficient en terme de masse (et donc de protection) et n'apporte des gains de coûts que si le pays utilisateur possède déjà la plateforme en grand nombre. Pour moi d'un point de vue logistique tu est soit dans la classe des VCI classiques (grosso modo 20-30 tonnes) soit dans la classe des MBT lourds (50-60+ tonnes). Entre les deux tu a un peu le cul entre deux chaises. Trop lourds pour être facilement aérotransportable (L'A400M c'est 30 tonnes max, après on passe sur du C-17 et Antonov qui sont bien moins disponibles) donc ça veut dire train et porteurs spéciaux et trop lourd pour de nombreux ponts (même en Europe, alors dans le reste du monde). Des logisticiens me corrigeront peut être, mais pour moi tout ce que tu gagne à être dans la gamme des 40-50 tonnes c'est une consommation de carburant réduite. C'est utile, mais ça ne compensent pas ce que tu perds au niveau de la mobilité stratégique si tu dépasse les ~30 tonnes. Une fois que tu dépasse les 30 tonnes, autant aller sur du lourd et donc utiliser un vrai MBT. Ça rejoint un peu ce que j'avais dit sur le fil des VCI : Pour ce qui est des système de protection active (dans lequel un système de camouflage actif pourrait rentrer) on peut tout aussi bien les monter sur un véhicule de 30t que sur un véhicule de 40t ou 60t. Ce qui pèche en général c'est plutôt la puissance électrique disponible dans le véhicule pour alimenter ces système.
  22. Sans compter qu'on a déjà essayé sans succès dans les années 80 avec les AMX-32 et AMX-40 (Idem pour les britanniques avec leur Vickers Mk 4). Quasiment personne n'a acheté ces MBT de génération 2,5. Tout le monde est resté soit sur du génération 2 modernisé (T-62 ; AMX-30 ; Leopard 1 ; M60 ; Chieftain voir Centurion ; etc) ou a acheté de la génération 3 directement (M1 ; Leopard 2 ; Leclerc ; T-72/T-80/T-90 ; Challenger 1/2 ; etc). Qu'on essaye de limiter la masse totale de la prochaine génération de char est une bonne chose (du point de vue logistique et de la concentration de la protection autour de l'équipage). Mais essayer de développer des MBT light/moyen (la plupart du temps sur châssis de VCI) est généralement un non sens en terme de capacités. Puissance de feu : Il faut qu'il aient une puissance de feu équivalente à celle de vrais MBT (sinon autant prendre un VCI avec auto-canon) pour pouvoir détruire ces derniers. Mobilité : Là tu peux essayer de rogner en les sous-motorisant, mais tu limite les endroits où tu peux les déployer et tu ne vas pas gagner grand chose en terme de masse. Blindage : C'est là que tu peux rogner le plus, soit en réduisant le blindage de partout, soit en le concentrant complètement à l'avant (et en laissant les flancs vulnérables à tout ce qui est plus gros que du 7,62). Résultat des courses, tu vas te retrouver avec un truc qui fait presque la masse d'un MBT (40-50 tonnes), qui a un canon de MBT mais un blindage qui se fera détruire par le premier VCI venu. Moralité, autant acheter un vrai MBT d'occasion (Leopard 2A4, M1A1, T-72, etc), quitte à le moderniser un peu. Le MBT d'occase sera au même prix (voir moins cher) et sera bien plus capable qu'un MBT light. Si on veux absolument avoir du neuf, alors autant prendre un VCI avec auto-canon de gros calibre (40mm , 50 mm , 57 mm). Ça ne résistera que à des VCI d'ancienne génération (25-30 mm), ça percera tout les VCI existants et futurs mis à part ceux basés sur châssis de MBT (Namer, T-15) et ça ne pourra rien contre des MBT ennemis à moins d'utiliser des ATGMs. Dans aucun cas il ne faut mettre une tourelle de gros calibre (105-120 mm) sur un châssis de VCI (avec compartiment de troupe je précise), c'est la pire combinaison possible.
  23. Légèrement HS, mais on a besoin d'un partenaire qui se tienne dans le pacifique vu que l'Australie nous a fait faux bond. On travaille déjà avec l'Inde mais ils ne sont pas (encore) capable de contrer la Chine au niveau naval. Renforcer notre partenariat avec le Japon (voir la Corée du Sud) en travaillant sur un avion de patrouille maritime commun serait intéressant. L'inconvénient, c'est que c'est encore plus chasse gardée Américaine que l'Australie ne l'était. L'avantage c'est que le Japon (et la Corée du Sud) ont une industrie de défense solide (contrairement à l'Australie) avec laquelle on pourrait nouer des partenariats intéressants.
  24. Non mais "vendre" le fait qu'ils ont fait reculer la Russie par rapport à ses prétentions initiale permettra peut être de faire passer la pilule plus facilement auprès de la population Ukrainienne. Ils seront toujours perdants, mais ils auront au moins sauvé les meubles (leur indépendance). Bah c'est un peu ça sauf que ma carte d'identité et ma CB étaient dans ma poche de pantalon. Ça me fait chier de m'être fait tirer mon portefeuille mais au moins je n'aurais pas à refaire mes papiers, faire opposition sur ma carte bleue et ne pas exister en attendant que les deux soit remplacées. Pour l'anecdote j'ai presque vécu cette situation (sans l'agression). Portefeuille volé dans le métro et j'ai du vivre sans pièce d'identité ni moyen de payement pendant un peu moins de deux semaines. Je n'avais que le liquide que j’étais allé retiré à la banque pour tenir (et ça a été le parcours du combattant pour retirer un peu plus de 200€ en liquide au guichet sans ID). Je peux te dire qu'après ça j'ai vite fait pris un passeport pour avoir une pièce d'identité (officielle) de secours, parce que avoir la sensation de ne pas exister et d'être complètement invisible pour la société pendant deux semaines était une expérience franchement désagréable .
  25. C'est peut être aussi tout simplement une solution pour aller vers une sortie de crise tout en sauvant la face pour les deux camps. Les Russes retirent les troupes qu'ils ont à Kiev (front sur lequel ils ne sont peut être plus capable d'avancer) et concentrent tous leurs efforts (et leurs troupes) sur les territoires séparatistes (nettoyage des unités Ukrainiennes encore présentes dans la région). Sur le plan de la politique interne, Poutine pourra dire qu'il a accompli ses objectifs : Neutralité de l'Ukraine et protection des séparatistes pro-russes (La dénazification est un terme tellement vague qu'il pourra dire ce qu'il veut la dessus). L'Ukraine pourra se féliciter d'avoir fait reculer les Russes tout en conservant leur indépendance (et la majeure partie de leur territoire). Pour ce qui est du statut des républiques du Donbass et de la Crimée, les négociations sont remises à une date future, on revient au statu-quo ante bellum. C'est mon opinion. Un membre Russe d'un autre forum en a une légèrement différente : https://sturgeonshouse.ipbhost.com/topic/641-ukrainian-civil-war-thread-all-quiet-on-the-sturgeon-front/?do=findComment&comment=180356 En gros pour lui le retrait des troupes est déjà acté et des mouvement de troupes ont effectivement été constatés venant du nord et du sud de l'Ukraine et convergeant vers le Donbass où il y aurait encore 50-70 000 membres des forces Ukrainiennes qu'ils ne peuvent pas laisser dans leur dos. Il n'a pas particulièrement confiance dans la parole du gouvernement Ukrainien quand à leur déclaration (future) de neutralité étant donné qu'ils n'ont pas vraiment appliqué les accords de Minsk. Quand aux statuts des territoires séparatistes et de la Crimée, il dit que rien n'a changé et que rien ne changera tant que le gouvernement Ukrainien restera au pouvoir et que le seul moyen de faire évoluer la situation est de les y forcer (ou de remplacer le gouvernement actuel de force, pas sur de la traduction sur ce coup ci). Pour lui la guerre durera encore plusieurs mois suivi d'une période encore plus longue d'opérations de nettoyage/anti-guérilla des territoires occupés (Donbass et peut être Marioupol?). Il ne voit pas de solution diplomatique dans l'immédiat. Par contre de ce qu'il a vu de son côté, l'annonce du retrait/redéploiement des forces Russes attaquant Kiev a été accueillie avec colère dans les milieux militaires Russes au vu des vidéos d'exécutions de prisonniers de guerre Russes par des Ukrainiens, tandis que d'autres attendent de voir comment les choses vont se développer. Il cite également l'exemple de la Syrie où la Russie à déclaré son désengagement en 2016 mais à continué ses opérations pendant encore plusieurs année (à un niveau certes plus limité) et ils y sont toujours.
×
×
  • Create New...