Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

starpom

Members
  • Posts

    675
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by starpom

  1. La page photographiée est complètement illisible, tu peux la recopier stp ?? ça a l'air très intéressant :)
  2. Kismayo ? Qu'est-ce que c'est ? On peut avoir quelques détails ? :)
  3. Vous avez pas fini avec votre hors-sujet ?? Créez un nouveau topic si vous voulez vraiment parler de Napoléon ! Voici les célèbres lois de Murphy pour le combat : * Friendly fire - isn't. * Recoilless rifles - aren't. * Suppressive fires - won't. * You are not Superman; Marines and fighter pilots take note. * A sucking chest wound is Nature's way of telling you to slow down. * If it's stupid but it works, it isn't stupid. * Try to look unimportant; the enemy may be low on ammo and not want to waste a bullet on you. * If at first you don't succeed, call in an air strike. * If you are forward of your position, your artillery will fall short. * Never share a foxhole with anyone braver than yourself. * Never go to bed with anyone crazier than yourself. * Never forget that your weapon was made by the lowest bidder. * If your attack is going really well, it's an ambush. * The enemy diversion you're ignoring is their main attack. * The enemy invariably attacks on two occasions: when they're ready. when you're not. * No OPLAN ever survives initial contact. * There is no such thing as a perfect plan. * Five second fuses always burn three seconds. * There is no such thing as an atheist in a foxhole. * A retreating enemy is probably just falling back and regrouping. The Ol' Ranger's addendum: Or else they're trying to suck you into a serious ambush! * The important things are always simple; the simple are always hard. * The easy way is always mined. * Teamwork is essential; it gives the enemy other people to shoot at. * Don't look conspicuous; it draws fire. For this reason, it is not at all uncommon for aircraft carriers to be known as bomb magnets. * Never draw fire; it irritates everyone around you. * If you are short of everything but the enemy, you are in the combat zone. * When you have secured the area, make sure the enemy knows it too. * Incoming fire has the right of way. * No combat ready unit has ever passed inspection. * No inspection ready unit has ever passed combat. * If the enemy is within range, so are you. * The only thing more accurate than incoming enemy fire is incoming friendly fire. * Things which must be shipped together as a set, aren't. * Things that must work together, can't be carried to the field that way. * Radios will fail as soon as you need fire support. * Radar tends to fail at night and in bad weather, and especially during both.) * Anything you do can get you killed, including nothing. * Make it too tough for the enemy to get in, and you won't be able to get out. * Tracers work both ways. * If you take more than your fair share of objectives, you will get more than your fair share of objectives to take. * When both sides are convinced they're about to lose, they're both right. * Professional soldiers are predictable; the world is full of dangerous amateurs. * Military Intelligence is a contradiction. * Fortify your front; you'll get your rear shot up. * Weather ain't neutral. * If you can't remember, the Claymore is pointed toward you. * Air defense motto: shoot 'em down; sort 'em out on the ground. * 'Flies high, it dies; low and slow, it'll go. * The Cavalry doesn't always come to the rescue. * Napalm is an area support weapon. * Mines are equal opportunity weapons. * B-52s are the ultimate close support weapon. * Sniper's motto: reach out and touch someone. * Killing for peace is like screwing for virginity. * The one item you need is always in short supply. * Interchangeable parts aren't. * It's not the one with your name on it; it's the one addressed "to whom it may concern" you've got to think about. * When in doubt, empty your magazine. * The side with the simplest uniforms wins. * Combat will occur on the ground between two adjoining maps. * If the Platoon Sergeant can see you, so can the enemy. * Never stand when you can sit, never sit when you can lie down, never stay awake when you can sleep. * The most dangerous thing in the world is a Second Lieutenant with a map and a compass. * Exceptions prove the rule, and destroy the battle plan. * Everything always works in your HQ, everything always fails in the Colonel's HQ. * The enemy never watches until you make a mistake. * One enemy soldier is never enough, but two is entirely too many. * A clean (and dry) set of BDU's is a magnet for mud and rain. * The worse the weather, the more you are required to be out in it. * Whenever you have plenty of ammo, you never miss. Whenever you are low on ammo, you can't hit the broad side of a barn. * The more a weapon costs, the farther you will have to send it away to be repaired. * The complexity of a weapon is inversely proportional to the IQ of the weapon's operator. * Field experience is something you don't get until just after you need it. * No matter which way you have to march, its always uphill. * If enough data is collected, a board of inquiry can prove anything. * For every action, there is an equal and opposite criticism. (in boot camp) * Air strikes always overshoot the target, artillery always falls short. * When reviewing the radio frequencies that you just wrote down, the most important ones are always illegible. * Those who hesitate under fire usually do not end up KIA or WIA. * The tough part about being an officer is that the troops don't know what they want, but they know for certain what they don't want. * To steal information from a person is called plagiarism. To steal information from the enemy is called gathering intelligence. * The weapon that usually jams when you need it the most is the M60. * The perfect officer for the job will transfer in the day after that billet is filled by someone else. * When you have sufficient supplies & ammo, the enemy takes 2 weeks to attack. When you are low on supplies & ammo the enemy decides to attack that night. * The newest and least experienced soldier will usually win the Medal of Honor. * A Purple Heart just proves that were you smart enough to think of a plan, stupid enough to try it, and lucky enough to survive. * Murphy was a grunt. * Beer Math: 2 beers times 37 men equals 49 cases. * Body count Math: 3 guerrillas plus 1 probable plus 2 pigs equals 37 enemies killed in action. * The bursting radius of a hand grenade is always one foot greater than your jumping range. * All-weather close air support doesn't work in bad weather. * The combat worth of a unit is inversely proportional to the smartness of its outfit and appearance. * The crucial round is a dud. * Every command which can be misunderstood, will be. * There is no such place as a convenient foxhole. * Don't ever be the first, don't ever be the last and don't ever volunteer to do anything. * If your positions are firmly set and you are prepared to take the enemy assault on, he will bypass you. * If your ambush is properly set, the enemy won't walk into it. * If your flank march is going well, the enemy expects you to outflank him. * Density of fire increases proportionally to the curiousness of the target. * Odd objects attract fire - never lurk behind one. * The more stupid the leader is, the more important missions he is ordered to carry out. * The self-importance of a superior is inversely proportional to his position in the hierarchy (as is his deviousness and mischievousness). * There is always a way, and it usually doesn't work. * Success occurs when no one is looking, failure occurs when the General is watching. * The enemy never monitors your radio frequency until you broadcast on an unsecured channel. * Whenever you drop your equipment in a fire-fight, your ammo and grenades always fall the farthest away, and your canteen always lands at your feet. * As soon as you are served hot chow in the field, it rains. * Never tell the Platoon Sergeant you have nothing to do. * The seriousness of a wound (in a fire-fight) is inversely proportional to the distance to any form of cover. * Walking point = sniper bait. * Your bivouac for the night is the spot where you got tired of marching that day. * If only one solution can be found for a field problem, then it is usually a stupid solution. * No battle plan ever survives contact with the enemy. * The most dangerous thing in the combat zone is an officer with a map. * The problem with taking the easy way out is that the enemy has already mined it. * The buddy system is essential to your survival; it gives the enemy somebody else to shoot at. * If your advance is going well, you are walking into an ambush. * The quartermaster has only two sizes, too large and too small. * If you really need an officer in a hurry, take a nap. * The only time suppressive fire works is when it is used on abandoned positions. * There is nothing more satisfying that having someone take a shot at you, and miss. * Don't be conspicuous. In the combat zone, it draws fire. Out of the combat zone, it draws sergeants. * If see you, so can the enemy. * All or any of the above combined. * Avoid loud noises, there are few silent killers in a combat zone. * Never screw over a buddy; you'll never know when he could save your life. * Never expect any rations; the only rations that will be on time and won't be short is the ration ofshit. * Respect all religions in a combat zone, take no chances on where you may go if killed. * A half filled canteens a beacon for a full loaded enemy weapon. * When in a fire fight, kill as many as you can, the one you miss may not miss tomorrow. * Ammo is cheap; your life isn't. * The best tank killer is another tank. Therefore tanks are always fighting each other... and have no time to help the infantry. * The law of the bayonet says the man with the bullet wins.
  4. Le fichier audio du discours de la scène d'introduction du film "Patton", de 1970, joué par George C. Scott, qui rassemble des éléments de plusieurs discours du général Patton (en anglais) : http://www.americanrhetoric.com/mp3clips/newmoviespeeches/moviespeechpatton.mp3 Il y a aussi la transcription en texte de ce même discours, ça aide si on ne comprend pas parfaitement l'anglais parlé : http://www.americanrhetoric.com/MovieSpeeches/moviespeechpatton3rdarmyaddress.html Il y a aussi un fichier vidéo de cette scène, sur cette même page, mais c'est un peu plus loin à télécharger, et en plus l'image est très allongée verticalement, ça gâche un peu... En revanche la performance de George C. Scott est bluffante. Plusieurs citations attribuées au Général George S. Patton, vous en reconnaitrez sûrement certaines qui sont dans le fichier mp3 ci-dessus. "No bastard ever won a war by dying for his country. He won it by making the other poor dumb bastard die for his country." - Attributed to General George Patton Jr (from "A Genius for War" by Carlo d'Este) "An army is a team. It lives, eats, sleeps, fights as a team. This individuality stuff is a bunch of bullshit." - General George Patton Jr "Prisoner of War guard companies, or an equivalent organization, should be as far forward as possible in action to take over prisoners of war, because troops heated with battle are not safe custodians. Any attempt to rob or loot prisoners of war by escorts must be dealt strictly with." - General George S. Patton. ("War as I knew it" 1947) “It is absurd to believe that soldiers who cannot be made to wear the proper uniform can be induced to move forward in battle. Officers who fail to perform their duty by correcting small violations and in enforcing proper conduct are incapable of leading.” - General George S. Patton Jr., April 1943 “You cannot be disciplined in great things and indiscipline in small things. Brave undisciplined men have no chance against the discipline and valour of other men. Have you ever seen a few policemen handle a crowd?” - General George S. Patton Jr, May 1941, in an address to officers and men of the Second Armored Division. "War is an art and as such is not susceptible of explanation by fixed formula" - General George Patton Jr "If a man does his best, what else is there?" - General George Patton Jr "If everyone is thinking alike, someone isn't thinking." - General George Patton Jr "Infantry must move forward to close with the enemy. It must shoot in order to move…. To halt under fire is folly. To halt under fire and not fire back is suicide. Officers must set the example" - General George Patton Jr "War as I knew it" 1947 "Few men are killed by the bayonet, many are scared by it. Bayonets should be fixed when the fire fight starts" - General George Patton Jr, "War as I knew it" 1947 "All men are timid on entering any fight. Whether it is the first or the last fight, all of us are timid. Cowards are those who let their timidity get the better of their manhood." - General George Patton Jr, "War as I knew it" 1947 Accept the challenges so that you can feel the exhilaration of victory. - General George Patton Jr Success is how high you bounce when you hit bottom. - General George Patton Jr Lead me, follow me, or get out of my way. - General George Patton Jr Courage is fear holding on a minute longer. - General George Patton Jr Pressure makes diamonds. - General George Patton Jr May God have mercy upon my enemies, because I won't. - General George Patton Jr If you can't get them to salute when they should salute and wear the clothes you tell them to wear, how are you going to get them to die for their country? - General George Patton Jr Never tell people how to do things. Tell them what to do and they will surprise you with their ingenuity. - General George Patton Jr Watch what people are cynical about, and one can often discover what they lack. - General George Patton Jr Do your damnedest in an ostentatious manner all the time. - General George Patton Jr Wars may be fought with weapons, but they are won by men. - General George Patton Jr I am a soldier, I fight where I am told, and I win where I fight. - General George Patton Jr "We want to get the hell over there. The quicker we clean up this Goddamned mess, the quicker we can take a little jaunt against the purple pissing Japs and clean out their nest, too. Before the Goddamned Marines get all of the credit." - General George S. Patton, Jr (addressing to his troops before Operation Overlord, June 5, 1944) "Sure, we want to go home. We want this war over with. The quickest way to get it over with is to go get the bastards who started it. The quicker they are whipped, the quicker we can go home. The shortest way home is through Berlin and Tokyo. And when we get to Berlin, I am personally going to shoot that paper hanging son-of-a-bitch Hitler. Just like I'd shoot a snake!" - General George S. Patton, Jr (addressing his troops before Operation Overlord, June 5, 1944) "Make your plans to fit the circumstances." - General George S. Patton, Jr "Moral courage is the most valuable and usually the most absent characteristic in men." - General George S. Patton, Jr "Take calculated risks." - General George S. Patton, Jr "There's a great deal of talk about loyalty from the bottom to the top. Loyalty from the top down is even more necessary and is much less prevalent. One of the most frequently noted characteristics of great men who have remained great is loyalty to their subordinates." - General George S. Patton, Jr "You're never beaten until you admit it." - General George S. Patton, Jr "It is only by doing things others have not that one can advance." - General George S. Patton, Jr "A pint of sweat will save a gallon of blood." - General George S. Patton, Jr "All glory is fleeting." - General George S. Patton, Jr "A leader is a man who can adapt principles to circumstances." - General George S. Patton, Jr "Success demands a high level of logistical and organizational competence." - General George S. Patton, Jr "Perpetual peace is a futile dream." - General George S. Patton, Jr "It is foolish and wrong to mourn the men who died. Rather we should thank God that such men lived." - General George S. Patton, Jr "The test of success is not what you do when your on top. Success is how high you bounce when you hit bottom." - General George S. Patton, Jr "If I win I can't be stopped! If I lose I shall be dead." - General George S. Patton, Jr "Never tell people how to do things. Tell them what to do and they will surprise you with their ingenuity." - General George S. Patton, Jr "Audacity, audacity, always audacity." (English translation of the French Proverb) - General George Patton Jr's Favorite Saying "Magnificent! Compared to war all other forms of human endeavor shrink to insignificance. God help me, I do love it so!" - General George Patton Jr "A good plan executed today is better than a perfect plan executed at some indefinite point in the future." - General George Patton Jr There is only one tactical principle which is not subject to change. It is to use the means at hand to inflict the maximum amount of wound, death, and destruction on the enemy in the minimum amount of time." - General George Patton Jr "Go forward until the last round is fired and the last drop of gas is expended...then go forward on foot!" - General George Patton Jr "It is the unconquerable nature of man and not the nature of the weapon he uses that ensures victory." - General George Patton Jr "Fixed fortifications are monuments to the stupidity of man." - General George Patton Jr "If you are going to win any battle, you have to do one thing. You have to make the mind run the body. Never let the body tell the mind what to do... the body is never tired if the mind is not tired." -General George S. Patton "I dont give a damn about the color of your skin, just kill as many sons of bitches wearing green as you can." - Attributed to Patton "Just drive down that road, until you get blown up" - General George Patton, about reconnaissance troops "You must do your damdest and win." -General George S. Patton
  5. starpom

    EBR ??

    Tiens, en tapant "EBR" dans google image je suis tombé sur ça : Ça ne me dit absolument rien... Qu'est-ce que c'est que ce truc ??? y'a d'autres photo sur la même page ( http://www.users.globalnet.co.uk/~dheb/2300/Equipment/EG/EBR97/EBR97.htm ) ... C'est censé être un projet de véhicule français, mais je n'en ai jamais entendu parler !!
  6. Le discours original prononcé par le général George S. Patton avant le débarquement de Normandie Dans l'histoire militaire, les officiers généraux immensément populaires au sein de leurs grandes unités restent une espèce rarissime ; la Seconde Guerre mondiale en a pourtant produit quelques-uns : Montgomery, Leclerc, Patton, MacArthur ou encore Rommel. Cette emprise si particulière, qui fait d'un individu particulier le point de mire de milliers d'hommes, ne peut s'expliquer par des critères uniformes, applicables à l'ensemble. Tout au plus peut-on distinguer ça et là quelques traits précis : le regard d'aigle de MacArthur et son prophétique "Je reviendrai !", le Fingerspitzengefühl de Rommel et son omniprésence au plus fort des combats, par exemple. Dans le cas du lieutenant-général George S. Patton, le propos cru, direct et imagé constitue un trait caractéristique de sa méthode pour le moins énergique de commandement. Cet aspect apparaît de manière particulièrement évidente dans le texte ci-dessous, prononcé devant plusieurs centaines de soldats de la Troisième Armée, peu avant le débarquement en Normandie. Ce texte, qui a été repris avec quelques omissions dans le film consacré au général Patton, et dont il fait d'ailleurs office d'ouverture, est disponible dans plusieurs versions ; seuls toutefois quelques détails diffèrent. Quelque part en Angleterre, juin 1944. « Prenez place. Messieurs, ces bruits qui courent à propos d'une Amérique voulant sortir de la guerre, refusant le combat, ne sont que des tas de conneries. Les Américains aiment se battre, par tradition. Tous les vrais Américains aiment l'éclat et le fracas de la bataille. Vous êtes ici aujourd'hui pour trois raisons. Premièrement, vous êtes ici pour défendre vos foyers et ceux que vous aimez. Deuxièmement, vous êtes ici pour votre propre respect, parce que vous ne voudriez être nulle part ailleurs. Troisièmement, vous êtes ici parce que vous êtes des vrais mecs et que les vrais mecs aiment combattre. Lorsque vous ici, chacun d'entre vous, étiez enfants, vous admiriez tous le champion au jeu de billes, le coureur le plus rapide, le boxeur le plus dur, les joueurs de base-ball de la grande ligue et les joueurs de football du All-American. Les Américains aiment un vainqueur. Les Américains ne tolèrent pas un perdant. Les Américains méprisent les couards. Et ils jouent toujours pour gagner. Je ne pousserais même pas une huée pour un homme qui perd et rit. C'est pourquoi les Américains n'ont jamais perdu ni ne perdront jamais une guerre ; parce que la simple idée de perdre est odieuse à un Américain. Vous n'allez pas tous mourir. Seuls deux pour-cent d'entre vous, ici aujourd'hui, vont mourir dans une bataille majeure. La mort ne doit pas être crainte. La mort, avec le temps, vient à tous les hommes. Oui, chaque homme est effrayé par sa première bataille. S'il dit qu'il ne l'est pas, c'est un menteur. Certains hommes sont des couards mais combattent de la même manière que des hommes braves, ou ils sentent l'enfer sortir d'eux en voyant combattre des hommes aussi effrayés qu'ils le sont. Le vrai héros est l'homme qui combat même s'il a peur. Certains hommes surmontent leur peur après une minute sous le feu. Pour d'autres, cela prend une heure. Pour certains, cela prend des jours. Mais un homme véritable ne laissera jamais sa peur de la mort prendre le pas sur son honneur, sur son sens du devoir à son pays, et sur son courage naturel. La bataille est la plus magnifique compétition à laquelle un être humain puisse s'adonner. Elle révèle ce qu'il y a de meilleur et efface ce qu'il y a de vil. Souvenez-vous que l'ennemi est aussi effrayé que vous l'êtes, et probablement davantage. Ce ne sont pas des supermen. A travers vos carrières dans l'armée, vous avez tous râlé contre ce que vous appelez le "putain d'entraînement à la peur." Cela, comme n'importe quoi d'autre dans l'armée, a un objectif défini. Cet objectif est la vigilance. La vigilance doit être développée en chaque soldat. Je ne donne pas une bille pour un type qui n'est pas toujours sur ses gardes. Vous êtes tous des vétérans ou vous ne seriez pas ici. Vous êtes prêts pour ce qui est à venir. Un homme doit être vigilant à chaque instant s'il s'attend à rester en vie. Si vous n'êtes pas vigilant, un beau jour, un fils de connasse de pute allemand va se faufiler derrière vous et vous frapper à mort avec un paquet de merde! Il y a quatre-cent tombes alignées avec ordre quelque part en Sicile, toutes parce qu'un homme s'est laissé aller à dormir durant le boulot. Mais ce sont des tombes allemandes, parce que nous avons attrapé le salaud avant qu'ils ne le fassent. Une armée est une équipe. Elle vit, dort, mange et combat comme une équipe. Ces histoires d'héroïsme individuel ne sont que de la merde de cheval. Les petits bâtards qui écrivent ce genre de foutaises pour le Saturday Evening Post n'en savent pas beaucoup plus sur combattre sous le feu que sur tirer un coup ! Nous avons la meilleure nourriture, le meilleur matériel, le meilleur moral et les meilleurs hommes du monde. C'est pourquoi, par Dieu, en fait j'ai pitié des pauvres fils de pute que l'on va affronter. Par Dieu, j'en ai pitié. Mes hommes ne se rendent pas, et je ne veux pas entendre parler d'un soldat sous mon commandement capturé, à moins qu'il n'ait été touché. Et même si vous êtes touché, vous pouvez toujours répliquer. Ce ne sont pas des conneries. Le type d'homme que je veux commander est celui de ce lieutenant qui, en Libye, avec un Lüger sur la poitrine, a arraché son casque, écarté le pistolet d'une main et envoyé le Boche en enfer avec son casque. Puis il a sauté sur le flingue, est sorti et a tué un autre Allemand avant qu'ils ne sachent ce qui leur tombait dessus. Et pendant tout ce temps cet homme avait une balle dans un poumon. Voilà un vrai mec ! Tous les vrais héros ne sont pas des combattants tirés des livres d'histoire. Chaque individu dans cette armée joue un rôle vital. Ne vous laissez jamais aller. Ne pensez jamais que votre boulot est sans importance. Chacun a un boulot à faire et il doit le faire. Chacun est un maillon vital dans la grande chaîne. Que se passerait-il si chaque chauffeur de camion décidait soudain de ne pas aimer le miaulement des balles au-dessus, de se retourner et de sauter la tête la première dans le caniveau ? Le salaud de poltron pourrait dire, 'Putain, ils vont pas me rater, juste un homme parmi des milliers.' Mais si chaque homme pensait ainsi ? Où diable serait-on aujourd'hui ? A quoi ressembleraient notre pays, nos familles, nos foyers et même le monde ? Nom de Dieu, les Américains ne pensent pas ainsi. Chacun fait son boulot. Chacun sert l'ensemble. Chaque département, chaque unité est importante dans le vaste système de cette guerre. Les hommes de la logistique sont requis pour approvisionner les canons et la machine de guerre pour nous permettre de continuer à avancer. Le quartier-maître est requis pour apporter de la nourriture et des habits, parce que là où nous allons, il n'y en a pas des masses à voler. Chaque dernier homme sur l'organigramme a un boulot à faire, même celui qui réchauffe notre flotte pour nous éviter la diarrhée du soldat. Chaque homme ne doit pas seulement penser à lui-même, mais aussi au pote qui combat à ses côtés. Nous ne voulons pas de couards à foie jaune dans cette armée. Ils devraient être exterminés comme des rats. Sinon, ils rentreront chez eux après cette guerre et produiront d'autres couards. Les hommes braves produiront d'autres hommes braves. Eliminez ces putains de couards et nous aurons une nation d'hommes braves. L'un des types les plus braves que j'aie vu était un gars au sommet d'un poteau de télégraphe au beau milieu d'un furieux combat en Tunisie. Je me suis arrêté et lui ai demandé ce qu'il pouvait bien foutre là-haut à un instant pareil. Il a répondu, 'Je fixe le câble, Monsieur.' Je lui ai demandé, 'N'est-ce un peu malsain juste maintenant ?' Il a répondu, 'Oui, Monsieur, mais ce satané câble doit être fixé.' Je lui ai alors demandé, 'Est-ce que ces avions qui mitraillent la route ne vous inquiètent pas ?' Et il a répondu, 'Non, Monsieur, mais vous sûrement !' Voilà un vrai mec. Un vrai soldat. C'était un homme qui a consacré tout ce qu'il avait à son devoir, quel que puisse apparaître insignifiant son devoir à l'instant, quelles que soient ses chances. Et vous auriez dû voir ces camions durant notre chevauchée en Tunisie. Ces chauffeurs étaient magnifiques. Durant toute la journée et toute la nuit ils roulaient sur ces putains de routes, sans jamais s'arrêter, sans jamais hésiter quant à l'itinéraire, avec des obus explosant tout autour en permanence. Nous sommes passés grâce au bon vieux cran américain. Beaucoup de ces hommes ont conduit pendant plus de 40 heures consécutives. Ce n'étaient pas des combattants, mais des soldats avec un job à faire. Ils l'ont fait, et sacrément bien fait. Ils faisaient partie de l'équipe. Sans effort d'équipe, sans eux, le combat aurait été perdu. Quand tous les maillons de la chaîne sont ensemble, celle-ci devient incassable. N'oubliez pas, vous ignorez tous que je suis là. Aucune mention de ce fait ne doit apparaître dans aucune lettre. Le monde n'est pas censé savoir ce qui diable a pu m'arriver. Je ne suis pas censé commander cette armée. Je ne suis même pas censé être ici, en Angleterre. Laissons ces maudits Allemands être les premiers salauds à le découvrir. Je veux les voir un beau jour se dresser sur leurs pattes arrières pleines de pisse et hurler, 'Jésus-Christ, c'est de nouveau cette satanée Troisième Armée et ce fils de pute de Patton.' Nous voulons leur amener l'enfer. Plus vite nous nettoierons ce foutu merdier, plus vite nous pourrons faire une petite balade contre ces pisse-violets de Japs et aussi nettoyer leur repaire. Avant que ces damnés Marines n'aient tous les honneurs. Bien sûr, nous voulons rentrer chez nous. Nous voulons en finir avec cette guerre. Le moyen le plus rapide d'en finir est d'aller attraper les bâtards qui l'ont commencée. Plus vite ils seront balayés, plus vite nous pourrons rentrer. Le plus court chemin pour la maison passe par Berlin et Tokyo. Et quand nous atteindrons Berlin, je vais personnellement abattre ce gibier de potence de fils de pute de Hitler. Juste comme j'abattrais un serpent ! Lorsqu'un homme est couché dans un trou d'obus, s'il reste juste là toute la journée, un Allemand finira par l'avoir. Au diable une telle idée. Mes hommes ne creusent pas de trous de tirailleurs. Je ne veux pas qu'ils le fassent. Les trous de tirailleurs ne font que ralentir une offensive. Continuez à avancer. Et ne donnez pas non plus à l'ennemi le temps d'en creuser. Nous gagnerons cette guerre, mais nous la gagnerons seulement en nous battant et en montrant aux Allemands que nous avons plus de cran qu'ils n'en ont ; ou qu'ils n'en auront jamais. Nous n'allons pas juste abattre ces fils de pute, nous allons leur arracher leurs maudites tripes et les utiliser pour graisser les bandes de roulement de nos chars. Nous allons assassiner ces pouilleux de suceurs de queues de Huns à la pelle! La guerre est une chose sanglante et meurtrière. Vous devez faire couler leur sang, ou ils feront couler le vôtre. Arrachez-leur le nombril. Tirez-leur dans les tripes. Lorsque les balles s'écraseront tout autour de vous, que vous essuierez la boue de votre visage, et que vous réaliserez qu'au lieu de boue il s'agit du sang et des tripes de ce qui était votre meilleur ami, vous saurez quoi faire ! Je ne veux pas recevoir de message disant, 'Je tiens ma position.' Nous ne tenons pas le moindre foutu truc. Laissons les Allemands le faire. Nous avançons constamment et nous ne sommes pas intéressés à tenir quoi que ce soit, à part les couilles de l'ennemi. Nous allons lui tordre les couilles et lui botter les fesses en permanence. Notre plan d'opérations de base consiste à avancer et à continuer d'avancer, sans se soucier de devoir passer sur, sous ou à travers l'ennemi. Nous allons le traverser comme la fiente dans une oie ; comme de la merde dans un klaxon ! De temps en temps, il y aura quelques plaintes que nous poussons trop durement nos gens. Je me fous complètement de telles plaintes. Je crois en la vieille et saine règle qu'une once de sueur épargnera un gallon de sang. Plus fort nous pousserons, plus d'Allemands nous tuerons. Et plus nous tuerons d'Allemands, moins de nos hommes seront tués. Pousser signifie moins de pertes. Je veux que vous vous souveniez tous de cela. Il y a une grande chose que vous serez capable de dire, quand cette guerre sera terminée et que vous serez de nouveau chez vous. Vous serez peut-être reconnaissants, lorsque dans vingt ans vous serez assis près de la cheminée avec votre petit-fils sur le genou, et qu'il vous demandera ce que vous avez fait durant la grande Deuxième Guerre mondiale, vous n'aurez pas à tousser, le poser sur l'autre genou et lui dire, 'Eh bien, ton grand-père a pelleté de la merde en Louisiane.' Non, Monsieur, vous pourrez le regarder droit dans les yeux et lui dire, 'Fils, ton grand-père a chevauché avec la grande Troisième Armée et un satané fils de pute nommé Georgie Patton !' C'est tout. »
  7. Les entrées d'air sont aussi fine pour ne pas exposer la face avant duréacteur, qui ne doit pas être très puissant puisque ce n'est pas vraiment un drône conçu pour l'interception... Et puis elles recouvrent tout l'arrondi du dos de l'appareil, et donc même si ellmes sont fines, avec une telle largeur, le volume d'entrée d'air total ne doit pas être si faible que ça... Dans les années 1980 des rumeurs circulaient dans la presse à propros d'un nouvel avion furtif F-19, et un fabricant de modèles réduits avait commercialisé une maquette d'un F-19 avec des entrées d'air particulièrement bien fondues dans le fuselage : Dans les années 50 il y avait déjà eu un appareil, le XF-93, concurrent malheureux du F-86, dont les ouïes d'entrée d'air des réacteurs étaient très fines, même si le XF-93 était destiné à être un avion de chasse :
  8. Il est tout moisi votre article sur le TLP 2006, on ne sait même pas de quoi ça parle, si c'est un exercice, une convention, un salon, des conférences, une nouvelle organisation... C'est po clair du tout, faudrait penser à mettre au moins une phrase d'introduction pour expliquer de quoi il est question, avant de partir tout de suite dans tout plein de détails :rolleyes:
  9. Excellente idée de faire un article sur une opération plutôt que sur des matériels, ça change ! Quand on arrive à la fin de l'article on regrette qu'il ne soit pas plus long... 8)
  10. starpom

    AILE VOLANTE

    Le modèle civile dont cette aile s'inspire, le Skyray de freesky : Il y a d'autres informations, et des photos/vidéo ici : www.freesky.de/movpics.html http://www.freesky.de/SKYRAY.html Et le Gryphon (merci lol94^^) : Et une fois qu'ils ont atterri, ils en font quoi les forces spéciales de ce gros machin ? Ils l'abandonnent ?? C'est dommage, surtout s'ils prévoient d'y installer un système de propulsion, qui en fera un appareil un peu plus cher...
  11. Bon, en fait c'était le Stingray 2, mais on va dire que c'est bon^^ : « Le Stringray 2 est une évolution du Stingray 1 dans les trois fonctions de base, mobilité, feu, protection. Comme son aîné, il a été développé sur fonds propres par Textron pour les besoins exports, bien qu'à ce jour aucun contrat n'ait été enregistré (le Stingray 1 a été commandé par la Thaïlande à hauteur de 106 exemplaires). La silhouette du Stingray 2 est quasiment identique à celle de la version 1, à l'exception de blocs de blindage assurant une protection contre les RPG dans l'arc frontal, qui font passer la masse totale à 26,3 tonnes. » Tiens jeanmi : [edit] AGS M8 de United Defense ta photo, moi aussi j'ai le hors-série Raids sur les genoux^^
  12. Presque ! Une variante du Stingray !! Purée pourtant j'avais cherché un truc quasi inconnu, jamais vendu à qui que ce soit et tout et tout :shock: :shock:
  13. Héééééé nan banane c'était un piège, j'avais renommé la photo avec un faux nom !!!
  14. Un spitfire du Sqn 140 avec un camouflage, conçu pour les vol de reconnaissance à haute altitude, plutôt spécial...
  15. Le jeu se joue sur une gigantesque carte, où se trouvent plusieurs millieurs de soldars... La vue de loin de la carte est d'ailleurs ce qui m'a fait envie d'essayer le jeu, elle fait croire que c'est un immense champs de bataille remplis de combats furieux et de grandes manoeuvres stratégique, mais en fait, on déchante assez vite^^ Tu diriges une poignée de soldats, et qui peuvent se déplacer et combattre grâce à des points d'action (PA) et des points de mouvement (PM) qui se recharge tous les deux jours. Le problème, c'est qu'on reçoit très peu de points, et que le rythme de rechargement est aberrant... On doit recevoir quelque chose comme 5 PM et 5 PA (je ne me souviens plus bien), et la plupart des actions coûtent plusieurs points... Par exemple si tu dois traverser un terrain difficile, ça arrive que tu ne puisses franchir qu'une seule case pendant ton tour de jeu, ce qui pour deux jours, ne fait pas beaucoup. Tu peux soit attaquer à distance (genre à 2-3 cases), soit au corps-à-corps, donc si t'as la chance d'avoir une cible à porter, et que t'as assez de points d'action, tu peux essayer de l'attaquer (pas sûr que tu la touches), en appuyant juste sur "attaquer la cible", et là t'auras un message qui te dit si ton attaque a réussi ou pas... Vu le nombre de PA, je crois qu'on ne pouvait pas lancer plus de 2 ou 3 attaques... Tu peux aussi équiper ton soldat avec des bottes, gants et tout plein d'accessoires qui te font gagner 0,3% de je ne sais quoi, et là il faudra te plonger dans tout un tas de tableaux chiffrés pour essayer de déterminer avec quel accessoire il faut que t'équipes tes bonhommes... Ah je me souviens de ce système maintenant, particulièrement mesquin :lol: On gagne ses points d'action toutes les 46 heures, ce qu'on va appeler un tour de jeu. Mais le truc, c'est que ton perso ne reçoit ses points d'action que lorsque tu te connectes à au site ! :arrow: ça signifie que si tu te connectes, disons par exemple, au bout de 92 heures, tu ne vas pas recevoir 2 fois tes points d'action, tu vas juste les recevoir une fois, autrement dit ton tour de jeu aura duré 72h !!! (Et c'est à partir de ce moment que le comte à rebours de 48h du prochain tour de jeu débute)... :arrow: ça signifie aussi, que si tu veux jouer de façon optimale, il faut te connecter à chaque fois au bout de 46h pile ! (Pour avoir tes points d'action le plus tôt possible, et sur le long terme, avoir réalisé plus d'action que quelqu'un qui se connecterait régulièrement plusieurs heures après les 46h). Et donc si tu dois te connecter toutes les 46h, comme c'est 2h de moins que 48h, ça signifie que tous les 2 jours, ton heure de connection recule, exemple : jour A, je me connecte à 11h jour A+2, je me connecte à 9h jour A+4, je me connecte à 7h Etc, etc... Et ton heure de login finit forcément par tomber en plein milieu de la nuit, et si tu la rates, tu perds tout le temps que t'auras essayé de gagner par ailleurs... Nan vraiment du foutage de gueule ce système... Sans compter que dans le camp d'entraînement par où tu dois passer au début, il ne se passe à peu près rien, tu dois tuer des tas de serpents, loups et tout ça, sachant qu'il te faut parfois plusieurs semaines pour en tuer un seul tellement le rechargement des points est lent... Argh, quelle horreur, rien que de repenser à ce jeu ça me rend malade
  16. Aaahh mon dieu !! Nord vs Sud ! Un des jeux de stratégie en ligne les plus chiants et les plus mals foutus auquel j'ai jamais joué !! :shock: :shock: Les points sont ULTRA LENTS à se recharger, genre il faut attendre 48h pour avancer de deux cases et faire une attaque, les graphismes sont immondes, le camp d'entraînement est une horreur d'ennui à passer, le système de combat n'est pas super... J'ai l'habitude des jeux de stratégie en temps continu et dans des univers persistants, qui se jouent sur plusieurs mois, dans la durée et tout... Mais là le maître-mot de ce jeu c'est vraiment lenteur... Et son corrolaire, ennui... Franchement, malgré plusieurs mois à m'acharner dessus en me disant que peut-êtreseul le début du jeu qui était pénible, j'ai fini par abandonner en étant totalement dégouté de ce jeu... Je le déconseille fortement celui-là :rolleyes:
  17. starpom

    on a gagné !

    La défaite de l'équipe de France n'attriste pas plus que cela l'extrême droite. Car, pour elle, le onze tricolore ne représente pas vraiment le pays. Et le carton rouge donné à Zidane en finale la réjouirait presque : «Ciao voyou !» titre aujourd'hui l'hebdomadaire Minute, pour qui le capitaine français a conservé des comportements de racaille de banlieue... «Les Romains ont battu des Gaulois qui ne ressemblent pas vraiment à des Gaulois», confie un des responsables du FN. Bruno Gollnisch, numéro 2 du parti d'extrême droite, considère que l'équipe nationale est «peut-être représentative de la France de demain. Elle ne correspond pas à celle d'aujourd'hui.» «J'aurai été favorable à une discrimination positive avec un peu plus de Français d'origine européenne.» Heureux, Romain Marie ­ qui a longtemps conduit la procession des catholiques traditionalistes du FN ­ ne se sent pas touché par un «quelconque patriotisme sportif pour une équipe en trop grande partie mercenaire qui s'appelle les Bleus. Je ne regarde donc pas avec un total accablement la victoire italienne» . Mieux, le chef de file de Chrétienté-Solidarité voit dans la défaite de la France le triomphe d'une certaine forme de «romanité grandiose» : «On va ainsi célébrer le triomphe au cirque Maxime comme aux meilleures époques de l'Empire. Il n'y manquera que Zidane l'Africain, enchaîné comme jadis Vercingétorix le Gaulois.» Le coup d'envoi avait été donné par Le Pen le 26 juin : si la France ne se mobilisait pas derrière son équipe, c'est que «les Français ne se [sentaient] pas complètement représentés par cette équipe» . Au lendemain de la sortie de Le Pen, Minute posait ouvertement la question : «Y a-t-il trop de Noirs dans l'équipe de France ?» En 1996, déjà, Le Pen jugeait «artificiel que l'on fasse venir des joueurs de l'étranger en les baptisant équipe de France». L'extrême droite italienne n'est pas en reste . Roberto Calderoli, vice-président du Sénat italien et dirigeant de la Ligue du Nord, après avoir salué la victoire de «l'identité italienne» sur une équipe de France «qui a sacrifié sa propre identité en alignant des Noirs, des islamistes et des communistes», en a remis une louche hier : «Ce n'est pas ma faute si Barthez chante l'Internationale au lieu de la Marseillaise et si certains préfèrent La Mecque à Bethléem.» http://www.liberation.fr/actualite/politiques/192889.FR.php
  18. Châssis BMD-1 avec affût antiaérien ZU-23 :) Une idée de ce que peut être celui-ci ?^^
  19. Certains travaux de psychologie appliquée mettent en évidence une schizophrénie et une importante prédominance du narcissisme, de la perversion et du fétichisme... ;)
  20. starpom

    F-22

    Peut-être parce qu' habituellement un bombardier n'a pas comme caractéristiques d'être maniable et adapté au combat air-air rapproché! Il ne parle pas du chasseur F-22, mais du projet de bombardier dérivé du F-22 ;)
  21. Une nouvelle version du Lynx, le Future Lynx :D La Grande-Bretagne en a commandés 70 exemplaires pour un coût de un milliard de livres. Le premier vol aura lieu en 2009, les premières livraisons en 2011, et les premiers appareils entreront en service en 2014 dans la British Army et en 2015 dans la Royal Navy. Il aura une masse maximale de 6250 kg, une autonomie de 3h, ou 4h30 avec des réservoires supplémentaires... L'ensemble du texte ici (en anglais) : http://www.shephard.co.uk/Rotorhub/Default.aspx?Action=745115149&ID=56ae51b4-fd32-4f76-af7d-f2fcf627ea7e
×
×
  • Create New...