BBe

Members
  • Content Count

    103
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by BBe

  1. BBe

    Achat suisse

    J'aimais bien moi le Tiger de la patrouille de suisse et son bruit de réacteur si caractéristique (et si différent du grondement bestial du F/A18).
  2. BBe

    Achat suisse

    En Suisse il existe depuis 10 ans un mécanisme qui s'appelle le frein à l’endettement (règle d'or en Allemagne) qui oblige à équilibrer le budget fédéral. Un achat qui n'est pas financé par une recette extraordinaire doit donc être pris sur le budget ordinaire ce qui conduit automatiquement à équilibrer cette nouvelle dépense par des économies dans d'autres départements !!!
  3. BBe

    Achat suisse

    Vivant en suisse et ayant la double nationalité (suisse et française), je vous invite à suivre le journal de la TSR de ce soir (entre 1min30 et 7min30, analyse intéressante entre 5min30 et 7min30) (j'espère que le lien marche depuis la France!!!). Le dossier est ici beaucoup plus complexe que juste la sélection technique de l'avion. Cela fait des années que le département de la défense essaie de justifier cet achat et fait face à une réticence assez active d'une partie importante de la population. Cette décision est donc très tactique et devra affronter à la fois une certaine réticence des gens partisans de l'achat d'un nouvel avion (pourquoi ne pas avoir choisi le mieux noté !) et également une votation populaire quasi certaine déclenchée par le opposants! Ce n'est donc que le début ! http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/3619684-19-30-le-journal.html
  4. Et même sur le Charles de Gaulle (4 juin): Video: http://www.defense.gouv.fr/layout/set/ligthboxvideo/base-de-medias/multimedia/ema-operations/operations-ponctuelles/libye-un-aeronef-americain-apponte-sur-le-charles-de-gaulle Lien: http://www.defense.gouv.fr/operations/autres-operations/operation-harmattan-libye/actualites/libye-un-aeronef-americain-apponte-sur-le-charles-de-gaulle
  5. BBe

    Crash Rafale

    Il s'agit des M22 et M25 récemment convertis en F3.
  6. N'oublions pas que le sauvetage du programme A400M (programme souvent cité comme l'une des priorités du moment) risque de coûter très très cher et pas conséquent de péjorer la viabilité des programmes qui doivent suivre !!!
  7. RIO DE JANEIRO (Reuters) - La France a signé avec le Brésil des accords portant notamment sur la fourniture de 50 hélicoptères de transport militaires et quatre sous-marins conventionnels. Les chantiers navals DCNS, filiale de Thales, construiront également pour le Brésil la partie conventionnelle d'un futur sous-marin nucléaire. Les contrats, pour lesquels aucun montant n'a été précisé, ont été signés au deuxième jour de la visite de Nicolas Sarkozy au Brésil. Ils comprennent également un accord sur la construction d'une base de sous-marins. Eurocopter fournira 50 hélicoptères qui seront construits avec l'aide d'industriels locaux.
  8. Le module sylver A35 et juste le modèle le plus court de la gamme (optimisé pour le VL Mica et le VT1 (en quad pack: 4 missiles par cellule)) et equipé de juste 4 cellules. Le VL Mica ainsi que le VL Crotale VT1 (quad pack) sont aussi montable sur A43! http://www.dcnsgroup.com/files/pdf/Sylver.pdf
  9. Lien vers le projet de budget de la défense 2009: http://www.defense.gouv.fr/defense/content/download/129788/1135476/file/PLF%202009%20-%20Budget%20MINDEF.pdf
  10. Avant de penser au futur il serait déjà bon de bien gérer le présent. Lorsque l'on voit que les crédit de paiements votés ne sont exécutés qu'à même pas 78% !!! (31 % pour le NH90, 29% pour SyracuseIII, 0.1% pour le MICA,...) il ne faut pas s'étonner qu'il y ait aujourd'hui une différence de 12.4 milliard d'euros entre les engagements depuis 2002 et les paiements (ce qui hypothèque de facto l'avenir!!!). De plus en 2007 (et contrairement à 2006) les OPEX ont été en partie financées par des annulations de credits d'équipements (à hauteur de 272.5 millions). Rapport de gestion sur l'exercice 2007: http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/rapports/r0988.pdf
  11. En ce qui concerne la FOST je rappelle qu'à la fin de l'année 2007, la marine a transféré la frégate La Motte Piquet de Toulon à Brest afin de prêter main forte aux frégates Tourville, De Grasse, Primauguet et Latouche Tréville (+ avisos) ces moyens étant jugés "un peu justes" compte tenu de la disponibilité (et du problème de sonar du De Grasse) des unités anciennes. Ce qui fait quand même 5 frégates ASM. Avec des bâtiments plus récents un total de 4 devrait être suffisant compte tenu des indisponibilités pour entretien plus réduites. Il n'empêche qu'avec un total de 9 FREMM (+ 2 FREDA) je vois mal survivre un concept de FREMM AVT pour 1 à 3 navires!!! J'imagine plus un concept modulaire de MdCN installé sur les FREMM ASM opérant dans la Force d'Action Navale depuis Toulon. En ce qui concerne les avisos, il est clair qu'il faut une solution de remplacement, les remplacer par des FREMM était peut-être un concept très ambitieux compte tenu du contexte économique actuel! @Fusilier: Dans mon post précédent je n'oublie pas les Suffren car ils sont pour moi remplacés nombre pour nombre par les Horizons (que je ne cite pas dans les 11)!!!
  12. Je vous rappelle que la situation actuelle est de: 7x Georges Leygues (6 en réalité vu le rôle du GL), 2 x Tourville (dont une avec un demi sonar !!!!) et deux Cassard (avec des SM1!!!!). Ce qui fait 11 !!!!! Le rêve (un peu utopique, rappelons nous le plan bleu de 1970 avec plus de 20 GL) de voir les avisos de 1200t remplacé par des FREMM de 6000t s'envole mais ce n'est pas non plus une réduction dramatique de capacité mais plutôt une stabilité numérique alors que l'on s'était installé dans le doux espoir d'un accroissement spectaculaire de capacité.
  13. Cela se fera peut-être en deux temps au niveau des quantités de SCALP NAVAL: Les efforts de modernisation porteront en priorité sur les capacités de maîtrise du milieu sous-marin (sous-marins nucléaires d’attaque et frégates anti-sous-marin), sur les capacités de frappe de précision dans la profondeur par missile de croisière naval, et sur le renforcement de la capacité de commandement et de projection à partir de la mer. Dans une deuxième phase, de moyen-long terme (2025) , l’accent sera porté sur les opérations maritimes, aériennes et aéromaritimes, avec : – l’accélération du renouvellement de la flotte de surface, notamment des frégates, en vue de renforcer la capacité de présence sur l’ensemble des théâtres ; – l’accélération de la modernisation de l’outil aérien, notamment en volume et en drones, pour conduire le renouvellement de génération en fin de phase ; – la poursuite de la modernisation des forces terrestres ; – le renforcement des capacités de frappe de précision dans la profondeur à grande distance en quantités significatives et sur plusieurs porteurs (aériens, navals, voire terrestres).
  14. Explication du livre blanc sur le report de la décision de lancement du PA2: L’intérêt opérationnel et politique pour la France du porte-avions tient en particulier à la liberté d’action qu’il confère à nos forces armées et aux possibilités qu’il offre au pouvoir politique, notamment dans les cas de conflits « non symétriques » qui caractérisent la période actuelle. La crédibilité de cette capacité repose logiquement sur sa permanence. Or le porte-avions Charles de Gaulle n’est disponible actuellement que 65 % du temps, en raison de périodes d’entretien dont la plus importante l’immobilise dix-huit mois tous les sept ans. Cette immobilisation de longue durée est une des raisons essentielles qui ont conduit à examiner la question de la construction d’un deuxième porte-avions permettant d’atteindre une disponibilité à 100 % de la capacité du groupe aéronaval. Après analyse, la décision sur cette question est reportée pour les principales raisons suivantes : – le déséquilibre qu’induirait aujourd’hui un tel choix par rapport à l’articulation générale des priorités retenues pour la stratégie de sécurité nationale ; la construction d’un second porte-avions risque d’obérer les investissements considérés comme essentiels, notamment pour la protection des forces au combat, le renseignement et la préparation de l’avenir; – le fort risque d’éviction qui affecterait d’autres programmes majeurs ; – les délais de construction, qui rendent d’ores et déjà aléatoire la possibilité de disposer d’un deuxième porte-avions au début de la prochaine période d’entretien majeur du Charles de Gaulle, au milieu de la prochaine décennie ; – les conditions économiques, qui ont changé depuis le choix fait en 2003 de la propulsion classique pour un nouveau porte-avions ; des études complémentaires sont aujourd’hui nécessaires pour apprécier le bilan des options classique et nucléaire. Dans la période à venir, sans préjuger de la décision qui sera prise vers 2011-2012, l’accent sera mis en premier lieu sur l’initiative de coopération aéronavale européenne, à partir de la coopération franco-britannique lancée en 2008 et ouverte à d’autres partenaires. En second lieu, un accent nouveau sera mis sur les moyens de frappe à distance de sécurité par missiles de croisière navals, qui seront développés et acquis. Enfin, l’accord de nos partenaires sera recherché pour que le dispositif français à l’étranger puisse servir de point d’appui pour nos forces aériennes vers et sur les théâtres d’opération potentiels.
  15. Le seul porte-avions nucléaire jamais produit avec plus de 2 réacteurs est l'USS Enterprise (CVN65) avec ses 8 réacteurs Westinghouse A2W (2 par arbre de propulsion) et ses 32 échangeurs de chaleur !!! En ce qui concerne le report du PA2, ceci pourrait permettre de passer à des catapultes électriques (EMALS américaine à la place des C13) ce qui supprimerait le besoin d'une chaudière à vapeur indépendante pour les catapultes sur un bâtiment tout électrique comme le PA2.
  16. Personnellement, j'ai toujours eu quelques petits problèmes de base avec le concept PA2 (malgré le fait qu'il est toujours motivant de voir de tels projets pour la MN): 1) Faire une réplique du CdeG dans la foulée du premier (comme prévu au début du programme en 1980!!!du reste) aurait eu au moins la logique de la communauté entre les deux navires avec possibilité de passer d'un bateau à l'autre facilement pour les équipages. Avec le PA2 construit pour entrer en service à mi-vie du CdeG (et le remplacer pendant ses indisponibilités) quid du passage de témoin d'un bateau à l'autre compte tenu des différences fondamentales de conception (propulsion, génération vapeur, installations aéro, disposition générale du bâtiment,...) impliquant forcément des spécialistes différents. La seule solution efficace serait un équipage dédié mais ce n'est pas visiblement au programme! 2) Sans équipage dédié et groupe aérien la majeure partie du temps, je crains que le PA2 ne soit utilisé comme le Clémenceau lors de la première guerre du Golfe, c'est à dire comme une vaste plateforme porte camions et hélicoptères de l'ALAT (5eme RHC à l'époque). Nous avon maintenant des Mistrals pour ce genre de tâches: En conclusion, la construction en décalage d'une demi-vie d'un second porte-avion totalement différent du premier sans assumer complètement un équipage et un groupe aérien autonome me semble assez peu efficace!
  17. Hier sur l'USS Harry Truman: HiRes: http://www.navy.mil/management/photodb/photos/080521-N-5283L-122.jpg HiRes: http://www.navy.mil/management/photodb/photos/080521-N-2984R-150.jpg HiRes: http://www.navy.mil/management/photodb/photos/080521-N-2984R-072.jpg
  18. Inquiétudes à Cherbourg concernant le programme Barracuda: « C'est très grave. Le Barracuda, tel qu'acté, nous amenait à un compromis relativement correct par rapport à nos effectifs. » À l'issue de la rencontre avec le ministre de la Défense hier midi, le délégué CGT, Jean-François Lecoffre, ne cachait pas son inquiétude. « Il nous a clairement dit qu'il y aurait des choix difficiles à faire au mois de mars. Il ne cache pas qu'il y a 43 % de trop dans la loi de programmation militaire de l'ancienne ministre de la Défense. » « Tant sur les problèmes de plan de charge que sur ceux de l'emploi, des conditions de travail, le ministre a été loin d'être rassurant », précise le syndicat dans un communiqué. Même impression du côté de la CFDT : « Le ministre explique d'un côté que le programme Barracuda peut servir d'arbitrage, explique Bertrand Brière. Et d'un autre côté qu'il faut mettre un plan de développement à l'export pour DCNS. Les deux combinés montrent qu'on va pousser à l'export en contrepartie d'un programme Barracuda qui va glisser. » La CFDT redoute également les propos d'Hervé Morin sur la mise en place « d'un nouveau plan de formation mobilité, pour donner de la mobilité au personnel à l'intérieur du ministère, mais aussi au-delà dans d'autres administrations. » FO, qui relève « qu'il manquerait 5 milliards d'euros par an pour poursuivre tous les programmes engagés », estime suite à l'entrevue que « le choc de l'après 2007 risque d'être brutal pour les personnels de DCNS Cherbourg et pour le bassin d'emploi ». Quand l'Unsaa trouve « curieux qu'un ministre se déclare dans l'impossibilité manifeste de financer les programmes lancés par un ministre de la même majorité ». Alors que les syndicats rencontraient le ministre, le PDG de DCNS, Jean-Marie Poimbeuf, vantait les qualités du sous-marin de type Scorpène, « qui intéresse d'autre pays ». Il soulignait que « la seule manière de rester dans les premiers à l'export est de fabriquer de très bons produits à un coût compétitif ». Ouest-France
  19. En l'état actuel des choses (dixit le responsable du développement Barracuda chez DCNS), le Barracuda emportera 20 armes.
  20. Extrait de l'audition de M. Hervé Morin, ministre de la défense, sur le projet de loi de finances pour 2008 (mercredi 3 octobre, commission de la défense nationale): Le ministre: Certains programmes subiront des coupes, d’autres seront lancés en fonction des besoins opérationnels et des conclusions du Livre blanc, mais, à ce stade de l’exercice, il est impossible de le savoir avec précision. En tout état de cause, les allégations récemment publiées sur un arbitrage définitif concernant le nombre de FREMM sont absolument dénuées de tout fondement. Mme Françoise Olivier-Coupeau s’est interrogée sur l’annonce par le journal Ouest France du 1er septembre de l’abandon de la deuxième tranche de FREMM. Le ministre a répété que cette information, tirée d’un blog, est erronée. http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr-cdef/07-08/c0708001.asp#P5_236
  21. Le Mica VL utilise à la base le lanceur du VL Sea Wolf (dixit MBDA). DCNS indique qu'il est également compatible avec le lanceur Sylver. Le Crotale VL (missile VT1) est prévu en QuadPack (façon ESSM) dans un lancer Sylver.
  22. La centrale inertielle du Rafale (Sigma RL90 de Sagem) fonctionne en hybridation des capteurs (Gyrolaser, GPS) par filtrage statistique (type Kalman). C'est-à-dire que les informations issues des deux systèmes sont comparées statistiquement sur une longue durée (de l’ordre de la centaine de seconde) afin de repérer et de corriger d’éventuelles dérives ou erreurs. En ce qui concerne son alignement à la mer, le F1 (qui n'avait pas le recalage autonome GPS) se base uniquement sur un signal infrarouge (émit par le système TELEMIR (Sagem) présent sur le pont du CdeG) constamment actualisé de tous les paramètres dynamiques du navire qui sont nécessaires pour l'initialisation de leur centrale de navigation. Ce signal est reçu par un capteur au dessus de la dérive. La nouveauté du F2 et que Sagem à développé un mode d'alignement autonome basé uniquement sur le signal GPS, ce qui ne l'empêche pas de recevoir le signal TELEMIR quand il opère sur le CdeG. Pour rappel, les deux centrales inertielles Minicin du CdeG sont elles mêmes hybridées GPS.
  23. En fait le Rafale F2 est équipé d'une centrale Inertielle à Gyrolaser hybridée GPS ce qui lui permet de se recaler tout seul comme un grand sur le pont du PA (le F1 est équipé d'une centrale inertielle à GyroLaser sans hybridation GPS qui nécessite une liaison avec le navire pour entrer les coordonnées initiales lors de la mise en route).
  24. Projet de budget de la défense 2008: http://www.defense.gouv.fr/defense/content/download/90918/809529/file/plf%20mindef%201-65.pdf
  25. Lorsque Thomson CSF (maintenant Thales) décida en 1986 de développer le Crotale NG sur fonds propres il mit en concurrence Matra (fournisseur du missile crotale), Aérospatiale et LTV (USA) pour la production du missile hypervéloce associé. LTV remporta en 1987 l'appel d'offre et produisit les missiles VT1. Pour info, Thomson CSF tenta en 1992 (avec le fons d'investissement Carlyle) d'acheter LTV mais se heurta à un bouclier anti-français savamment orchestré par Martin Marietta et Lockheed (maintenant réunis dand Lockheed-Martin) qui avaient perdu l'appel d'offre initial.