Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Kiriyama

Members
  • Posts

    40,099
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

Everything posted by Kiriyama

  1. Disons qu'avec un lance-flamme "conventionel" tu sais plus ou moins diriger le jet de flamme dans une direction plus ou moins précise, tandis que la boule de feu du Shmel se propage partout où elle peu. Au fait, est ce que le lance-flamme est encore autorisé par les différentes conventons internationales?
  2. Tu sous-entendrait par là que tout les hélicoptères Mil se ressemblent? :D
  3. J'ai entendu dire que les Forces spéciales russes, notament l'unité Alpha, avaient achetés des pistolets-mitrailleurs Heckler & Koch MP5 et des pistolets SiG. J'aimerais savoir si c'est vraiment vrai.
  4. Une arme qui a l'air assez effrayante a été développée par Tula KBP, le lance-flamme à roquettes Shmel. La Chine en a déjà acheté la license de fabrication. Voici un article trouvé sur cette arme: Le lance-flammes à roquette Shmel donne à l'infanterie la puissance de feu d'un obusier 20 novembre 1998 L'industrie d'armement russe a récemment dévoilé le dernier développement de son lance-flammes à roquettes: conçu par la société KBP (Instrument Design Bureau), le Shmel délivre une puissance de feu comparable à celle d'obus d'artillerie pour un poids total de 12 kg. Une arme qui a fait ses preuves dans un contexte particulièrement délicat: en Tchétchénie. Succès en Tchétchénie Voici presque 4 ans, le 11 décembre 1994, les troupes de l'ex-Armée rouge entrent dans la république sécessionniste sur ordre du président Eltsine. L'assaut de la capitale rebelle, Grozny, est confiée à une brigade mécanisée; la résistance des insurgés surprend complètement les Russes: les infantristes juchés sur les chars sont fauchés par des mitrailleuses et les chars sont engagés par des tube-roquettes RPG-7. Le désastre est complet; au terme de l'offensive, la brigade a quelque 500 hommes tués ou hors de combat, alors que 20 chars de combat sur 26 et 100 chars de grenadiers sur 120 sont détruits. En cause: une planification inconsciente, une coordination chars/infanterie insuffisante, mais aussi un manque de puissance de feu en milieu urbain. Le lance-flammes à roquette Shmel, dans sa version initiale, sera engagé à foison dans ce conflit. Il permettra de déloger des petits groupes de rebelles embusqués, ce que ni les lance-grenades et mitrailleuses (pas assez puissants), ni le feu d'appui indirect ou aérien (trop peu précis), ni les chars de combat (difficultés d'accès) ne parvenaient à faire. Avec pour résultat une diminution drastique des pertes humaines. Capable de remplacer l'artillerie Le Shmel, il est vrai, a été conçu dans cette perspective. L'objectif était de concevoir une arme parfaitement adaptée aux exigences d'un combat à courte distance en milieu urbain, mais également capable de remplacer l'artillerie dans des endroits difficiles à atteindre, que ce soit en montagne, en localité ou lorsque la visibilité est réduite. Ce qui impliquait la définition de quatre conditions: haute précision, taille et poids réduits, usage polyvalent et efficacité destructrice d'un obus d'artillerie. La solution a pris la forme d'une arme de type tube-roquettes, réutilisable, sans recul, peu coûteuse et simple à manipuler comme à engager; nommé lance-flammes d'infanterie à roquette par son fabricant, le Shmel se distingue peu, de prime abord, d'une arme anti-char de type RPG. Sa conception et plus encore sa munition en font toutefois une arme bien plus redoutable. Une portée standard de 600 m Les caractéristiques de l'engin parlent d'elles-mêmes: pour un poids de 12 kg, l'arme longue de 920 mm propulse des obus au calibre de 93 mm. Au départ du coup, chaque obus se sépare de sa charge propulsive, ce qui permet de réduire son poids et de supprimer le recul. Du coup, la portée de l'arme atteint 1000 m, même si la distance de tir maximale conseillée est de 600 m; 20 m est la distance minimale. Au vu de la munition utilisée, on ne saurait en douter! Trois types d'obus sont en effet disponibles pour la version actuelle du Shmel: le RPO-A, thermobare, le RPO-Z, incendiaire, et l'obus fumigène RPO-D. Si leur poids est inconnu, le viseur unique du Shmel semble indiquer une trajectoire semblable; le fabricant est en revanche plus prolixe sur leur effet destructif. Thermobare: Fuel Air Explosive La munition thermobare RPO-A est du type Fuel Air Explosive et fonctionne selon le même principe que les bombes CBU-72 FAE, engagées avec force dégâts par les Forces armées américaines durant la guerre du Golfe. L'obus contient une "mixture thermobare" qui, durant sa transformation/détonation, embrase tout l'oxygène de la zone d'impact; ce qui a pour conséquence, non seulement d'élever instantanément la température à plus de 800 °C, mais également de d'exercer une puissance destructrice supérieure à celle d'un explosif classique. La surpression entraînée par le RPO-A oscille entre 0,4 et 0,8 kgf/cm2, en terrain découvert, à 5 m du point d'impact; dans un local, elle est dix fois plus élevée. Que ce soit en terme de surpression ou d'effet destructeur, selon le fabricant, cette munition est équivalente à des obus d'artillerie explosifs à fragmentation (HEF) de 152 mm. La munition incendiaire RPO-Z met à feu tous les matériaux combustibles (bois, tissus, plastiques, etc.), dans un local d'environ 100 m3, pour une durée de 5 à 7 secondes; à l'air libre, le RPO-Z allume plus de vingt foyers primaires sur une surface de 300 m2. Enfin, la munition nébulogène RPO-D déploie un écran de fumée long de 55 à 90 m pendant 80 à 120 secondes, équivalent à un obus fumigène d'artillerie. Pour soldat ou terroriste? Rustique et efficace, cette arme unique en son genre n'exige pas une technologie de pointe pour être produite en grand nombre; elle a déjà fait l'objet de plusieurs exportations, et la Chine populaire, par exemple, a signé avec KBP un contrat de production sous licence portant sur 10'000 exemplaires. Redoutable pour le "nettoyage" en localité ou en terrain difficile, le Shmel se situe cependant à l'opposé des armes capables de frappes chirurgicales: son effet destructeur suppose en effet un grand risque de dégâts collatéraux. En revanche, mise entre les mains de forces rebelles ou de terroristes fanatiques, cette arme autorise des raids ou des attentats particulièrement meurtriers. Et la paix étant infiniment plus facile à briser qu'à restaurer... http://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Materiel/Mat0011-ShmelFlamethrower.html
  5. La forme du fuselage me fait quand même penser à celle du vieux Mi-8. C'est surtout flagrant au niveau du train d'attérissage.
  6. Merci Sard. :D Il y'a aussi le Bullava, un dérivé du TOPOL. C'est sa version navalisée.
  7. J'aimerais savoir si la Russie qui est quelque peu à court de liquidités ces deniers temps pourrait (oserait) proposer des versions d'exportations (portée réduite, système de guidage moins performant,...) de ses missiles TOPOL? Au fait , le missile est lançable depuis le camion ou ce dernier sert juste au transport?
  8. Exact :D Oui, mais un train d'attérissage fixe à ses défauts: une trainée aérodynamique supérieure. Mais bon, pour un hélicoptère civil ce n'est pas vraiment grave.
  9. J'ai remarqué que personne n'avait voté pour le Soldat russe. Moi d'ailleurs j'ai voté pour l'asiatique. Mais bon, difficile chez les russes de comparer un soldat conscrit qui se fait tabasser, voler, violer, exploiter,... avec un Spetsnaz, russe lui aussi! Ce sondage bien qu'intéressant reste assez subjectif.
  10. L'hélicoptériste russe Mil va lancer un nouvel appareil civil: le Mi-38. Il était prévu au salon du Bourget mais il n'a pas pu venir à cause d'un problème de surchauffe de la boîte de transmission. Les russes ne sont pas très présent dans le domaine de l'hélicoptère civil mais ce Mi-38 a l'air intéressant. Bizarement le train d'attérissage n'est pas rétractable. Plutôt curieux pour un hélicoptère moderne :?:
  11. Hellas, cela veut bien dire Gréce non? Aucune idée :( Le site sur lesquel j'ai trouvé ça était en anglais, pas en grec. Dans le domaine des missiles la grèce dispose de SA8/10/12 et TOR M1 A propos de missiles sol-air, j'ai lu sur ce forum que la Turquie était prête à acheter des hélicoptères Kamov si la Russie annulait la vente de missiles S-300 à la République grecque de Chypre. Ils s'arrangent pas ses deux là :rolleyes: Lançe-missiles S-300. Impressionant :shock:
  12. Il n'empêche que le micro-hélicoptère peut être très utile pour des pompiers ou des organisme de sauvetage, notament pour des missions où il faut accéder à des endroits difficile ou un humain ne pourrait passer: décombres, cavernes,etc... Peut être que cette sympathique machine sauvera des vies :D
  13. Ok, merci :D Ca m'étonne pas que la Chine s'y intéresse, vu qu'ils renforcent constament leur marine.
  14. Oui, je connaissais cette particularité. De plus ce point laser peut être infrarouge, c'est à dire visible uniquement depuis la lunette de l'utilisateur du SAR-21. C'est sûrement un de mes fusils d'assaut préférés. dommage qu'il ne se vende pas à l'export.
  15. Ok, merci des infos :D Une bien belle arme quand même 8)
  16. Si du veux des infos sur le bizutage dans l'Armée russe tu as l'excellent livre La russie selon Poutine Quelques articles sur le Net http://www.amnestyinternational.be/doc/article1358.html http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3214,36-662439@51-662461,0.html
  17. Est ce que quelqu'uns connaîtrait un utilisateur des aéroglisseurs géants "Zubr" autre que la Russie? Capacité d'emport: -140 hommes -130 tonnes de fret -3 chars T-80 -10 blindés légers BTR Armement: -Missiles Strella -Canons AK-630 de 30mm allimenté par 6000 obus -Roquettes non-guidées :shock: Il est vraiment génial cet engin.
  18. Le Tu-160 est pour moi netement supérieur au B1 américain. Il a une vitesse de pointe quasiment double, ce qui le rend très difficile à intercepter.
  19. J'aimerais savoir si quelqu'un possède des infos sur le fusil d'assaut SAR 21 singapourien. Un ami m'a dis qu'il avait des problèmes de fiabilité. toutefois je trouve que c'est une arme assez intéressante. Merci d'avance. :D
×
×
  • Create New...