max

Moderateur
  • Content Count

    1,438
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

502 Excellent

About max

  • Rank
    Vétéran

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    France

Recent Profile Visitors

2,575 profile views
  1. Pour le camarade amiral, je ne suis ni ambassadeur, ni relais de ces propos, je cite simplement son intervention devant la commission nationale de défense. Dont acte. La question de Kaliko était de savoir pourquoi après avoir ressorti les VLRA, "on les a arrêté". Je me plais à penser que si le boss du Cos explique en 2017 que continuer à utiliser ce type de matériel roulant équivaut à une rupture capacitaire, cela explique quelque part qu'il ne soit plus mis en avant dans les dotations. Cela me parait d'autant réaliste que dans le petit monde des FS et autres forces "pas comme les autres", les tendances et axes de progressions clairement définies par un acteur comme le COS se répercutent un peu partout (et mème vite et loin). Pour le "retour" Rangers et la piste de Marc Chassilian, encore une fois il s'agit d'une proposition...
  2. Je plussoie. La grosse teneur sur l'artillerie de ce hors série "opérations terrestres" est très intéressante et nourrie. Est enfin illustré une modification significative de l'approche selon laquelle les feux de l'artillerie sont en train de se positionner "à coté" de ce qui vient du ciel, enfin. De là à dire que l'artillerie d'assaut redeviendrait l'objet de préoccupations ...
  3. « Enfin voilà, si demain on ressort le VLRA pour compléter l'action des GCM/GCP , ça ne sera pas idiot comme concept tactique en mode hors pistes ni plus dangereux que se que les GCM/GCP font en mode pick up décapotable a l'arrière. Encore une fois : on les a sorti. On a arrêté. Pourquoi ? » Dès décembre 2017, l’amiral Laurent Isnard (précédent ComCos, et actuellement Prémar CECMED à Toulon) disait ceci devant la commission de la défense Nationale et des forces armées ; « J’ai besoin des VLFS. Le VLRA (véhicule de liaison de reconnaissance et d’appui) est en service au début des années 1960 et réactualisé en 1996. Ces modèles de véhicules commandos ont donc été créés avant la création du COS… La demande n’est donc pas un caprice de notre part, nous sommes véritablement en rupture capacitaire ». La messe est dite. D’autre part, il poursuit ses propos comme tel ; « S’agissant de la mobilité terrestre, j’ai cité trois milieux – permissif, semi‑permissif et non-permissif –, qui correspondent à trois types de combat. En milieu permissif, un peu comme au Sahel, globalement, on n’est pas réellement menacé tant que l’on est en déplacement. Évidemment, il faut aller vite, et pouvoir frapper précisément et fort. Pour la fulgurance, nous privilégions des véhicules légers, faiblement protégés qui permettent d’aller très vite. En milieu semi-permissif il est nécessaire d’avoir une supériorité locale avec nos appuis feu car il faut se prémunir d’une mauvaise rencontre. VLFS et PLFS sont dès lors des standards. Mais pour des questions de discrétion, nous avons également besoin de quelques véhicules civils blindés. On constate aussi le renforcement de la confrontation des États-puissances. On revient alors sur des scénarios de type guerre avec de gros effectifs que l’on a connus avant la chute du Mur, avec des combats issus des forces conventionnelles et, en guerre hybride, des forces spéciales qui travaillent contre d’autres forces spéciales ou des rebelles, contre la désinformation et en soutien de groupes partenaires locaux. Là il est nécessaire de disposer d’un minimum de blindage pour vous protéger notamment en zone urbaine. Au Levant, nous avons sauvé des commandos grâce à des véhicules blindés. C’est pour cela que nous disons que nous avons besoin de véhicules, pas d’un très grand nombre, mais de différents modèles et c’est urgent. » Selon moi la proposition de Marc Chassilian est raisonnée et pertinente dans sa logique. Elle a le mérite de développer une piste. Je me plais à croire que ce monsieur possède qq éléments et connaissances lui permettant de travailler finement cette idée. Il faut peut-être juste intégrer le fait selon lequel la proposition d'un acteur industriel sur l'expression d'un besoin reste ... une proposition.
  4. Yes sir, je l'avais oublié. Le "Mog" possède aussi de belles chaussettes. Peut-être que c'est son moteur essence qui ne m'aura pas laissé de grands souvenirs, notamment avec ses consommations gloutonnes de bougies d'allumage. Mais en revanche sur une piste bien grasse ... bel outil, qui plus est avec un centre de gravité assez bas et une masse totale rikiki .
  5. Et toi Teenytoon je vais me permettre de te cracher vite fait aussi quelque chose si tu persistes à être aussi ... virulent (pour rester poli). Tu règles tes comptes en MP. Très très très vite.
  6. Je plussoie... encore et encore. Si tu savais comment on a pleuré pour ne serait-ce qu'en posséder un ou deux par unités dans les années 80 et 90... Je considère ce 4x4 comme un engin vraiment bien né. Dès sa genèse. Une mobilité terrestre à l'époque inégalé par tout ce qui se trouvait en 4x4, voir 6x6. La dune, le bourbier, la piste à char, tout y passait. Certes une motorisation (donc un rapport poids/puissance) pas des plus costauds, une timonerie parfois revêche... Mais alors une capacité de franchissement hors du commun, sans commune mesure avec le vulgus d'alors. Imaginées la petite révolution de cette période post-Néolithique, un réservoir d'eau potable est intégré entre les poutres du châssis. Et une idée de conception selon laquelle d'emblée la notion de surdimensionnement des pneumatiques était de mise. Je reste persuadé que malgré la marée (inhumaine) des arguments de valeurs ajoutées avancées ici ou là de tel ou tel matériel roulant, nous, gaulois avons une irritation innée avec la taille des montes pneumatiques en dotation. Je reste pondéré sur ce que j'observe actuellement avec le parc de notre ménagerie (Serval Griffons et pouet pouet) en devenir dans nos forces. Il me semble que depuis très très très longtemps chez Youri et Igor on adopte une autre approche qui, elle, produit des matériels relevant de la mobilité terrestre tout en intégrant des capacités autrement dimensionnées... Mais ce n'est que mon humble avis, bien entendu. Signé; une personne d'un autre age.
  7. max

    [EBRC/Jaguar]

    Je crois reconnaitre une parcelle coupe-feu au CEL de Biscarrosse, non ?
  8. max

    Navy quiz

    Yep, en dehors d’être modérateur, et de l'observation de tous, Pascal a développer sur ce registre particulier une grosse pathologie avec un versant addictif. Et ce sans troubles associés... Il parait mème qu'il produit des écrits, mais chuttt...
  9. Et Paf, encore une nouvelle idylle entre deux membres. On sent tout l'amour avec plein de sentiments qui vont déborder. Mais en MP. Pas ici ou la chasteté et le renoncement sont de mise. Donc vite vous restez entre vous, en toute intimité. Très vite mème.
  10. La vieillesse est différentielle avant tout, le coronavirus ne fait qu'en préciser certains contours. Non ?
  11. Mouerf aussi ... Y'a beaucoup trop de jus de cerveau. Pour exemple le CAESAR est (et franchement je n'est jamais caché ma pondération à son endroit, notamment eu égard à feu notre artillerie d'assaut)) plutôt un compromis circonstanciel rationnel de pas mal de variables, mais sauf qu'il faut finalement pas trop l'employer. On gère (?) encore et pour pas mal de temps l’appropriation de l'usure des tubes sur la DTO à venir du parc d'artillerie. Les bouches à feu sont TRES compté. Ce n'est qu'une illustration, certes. Demain la ménagerie (Serval, Griffon, hippocampe etc ...) opérationnelle fera automatiquement générer elle aussi une maintenance curative haussière, qui va ré-questionner la DTO. Et vraisemblablement obliger des choix. Ah sainte besace, quand tu es vide.....
  12. « La grande spécialité de l'armée de terre passer de 2500 M d'altitude dans la neige à moins 20 degrés Puis après avoir respirer le kérosène tu te retrouves à plus 40 degrés en pleine jungle ou dans le désert. Dans la marine on a pas droit à ces conneries ». @Scarabé, je n’ai qu’un seul mot à dire, tant mieux ! (Zut, il y en a deux). Je ne suis pas sûr que l’ADT recherche et possède cette « grande spécialité ». Je doute aussi que ce puisse être qualifié de « spécialité », donc faisant l’objet d’une formation individuelle, voire d’un stage en collectif. D’ailleurs et de mémoire, les différences de saisonnalité et leur emprunte environnementale locale, les conditions météo, l’hydrométrie et la nourriture/faune ambiante toussa toussa sont plutôt inscrits au registre des éléments devant OBLIGATOIREMENT être pris en compte au départ de la mission. Pour tous et par tous. Imaginons que la cuve (le CPCO à Paris, qui d’ailleurs ne relève pas des seuls Biffins) doive prendre en compte à chaque fois le delta (ou la fracture) des différences environnementales pour essayer de prévenir un trop grand décalage aux détachements. Ubuesque. Le biffin a de ceci dans l’attendu de ses compétences d’être capable de posséder une certaine rusticité pour laquelle décoller d’une BA sous la neige va l’amener forcément dans un endroit (lacunaire ou urbanisé) sur un autre continent ou la saison sèche est en cours. En incluant une transition de plusieurs heures en intégrant un ratio de CO et CO2 avec Oxyde de carbone comme seul des engins volants (et j’y inclus le C5 Galaxy) peuvent en générer. C’est tellement vrai qu’à cette capacité de ‘rusticité » demandé, le commandement par l’intermédiaire du SSA va la favoriser en injectant gratuitement à chacun des participants une petite potion de Gammaglobuline. Histoire de booster les petits corps contre la nature l’hostile. Je me plais à croire que chez les fusiliers marins et autres Fusco, l’acclimatation brusque et non programmé fait aussi parti des compétences attendues. L’ami Fusilier confirmera. Ou pas.
  13. max

    L'artillerie de demain

    J'y suis allé en 3eme année lorsque j'étais à Issoire (1982, stage de 3 mois "corps de troupe"). D'ailleurs aujourd’hui Dinan possède une superbe stèle du 11, à l'entrée de la ville. Je me rappel aussi à l'époque avoir effectué une visite médicale au QG des TDM, à St Malo, au sein de l'actuelle école de police/sous préfecture. Oups, je viens de prendre encore un cheveux blanc là ...
  14. max

    L'artillerie de demain

    Petite question Gibbs, par le passé le 11 n'a pas été en garnison à Dinan des fois ?
  15. Oups, genèse d'une idylle ? Merci de mettre de l'eau dans son vin. Continuez-donc en MP, en toute intimité. Rien que vous deux. Verstehen Sie ?