Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

lol94

Members
  • Posts

    1,986
  • Joined

  • Last visited

    Never

Everything posted by lol94

  1. - on va corser un peu le quizz . 8)
  2. Chapeau bas , Moffat . ;) Basé sur le Mosin-Nagant ,chambré en 7.62x53 mm R .
  3. Connais bien son sujet , bon point Kiriyama !! ;)
  4. Voici un état de l'armée georgienne avant les évenements : The Georgian Armed ForcesThe mission and functions of the Georgian Armed Forces (GAF) are based on the Constitution of Georgia, Georgia’s Law on Defense and National Military Strategy, and international agreements to which Georgia is signatory. They are performed under the guidance and authority of the Ministry of Defense. The current authorized strength of the GAF structures is 28,666 personnel. The current Defence Minister is Davit Kezerashvili, and Chief of Joint Staff is Colonel Zaza Gogava. Land Forces The strength of Land Forces is 21,739 from which 2,215 are officers, 19,508 NCOs (contracting) and 16 civilians Land Forces constitute the bulk of the GAF. Land Forces of Georgia consists of the following units: 1st Infantry Brigade, located in Gori 2nd Infantry Brigade, located in Senaki 3rd Infantry Brigade, located in Kutaisi 4th Infantry Brigade, located in Vaziani 5th Infantry Brigade, located in Khelvachauri (temporary distribution place) and Khoni Artillery Brigade, located in Gori and Khoni Military Engineering Brigade, located in Gori Separate Light Infantry Battalion, located in Adlia Separate Tank Battalion, located in Gori Separate Air Defense Battalion, located in Kutaisi Communication Battalion, located in Saguramo Technical Reconnaissance Battalion, located in Kobuleti Military Police Battalion, located in Tbilisi Medical Battalion, located in Saguramo Main battle tanks T-72B1 - 59 units T-72M - 75 units T-72AB - 71 units T-55AM - 40 units AIFVs/APCs BMP-1 - 80 units BMP-2 - 120 units BTR-80 - 75 units MT-LB - 64 units BRDM-2 - 17 units Otokar Cobra - 100 units Towed artillery 2A36 Giatsint-B - 12 units 2A65 Msta-B - 18 units 2A18 (D-30) - 120 units Self-propelled artillery 2S7 Pion - 12 units 2S19 Msta-S - 3 units 2S3 Akatsiya - 26 units VZ 77 Dana - 47 units Multiple Launch Rocket Systems M-87 Orkan - 4 units RM-70 - 48 units BM-21 Grad - 120 units LAR-160- 15 units M-63 Plamen – 12 units Mortars 2B11 120 mm - 240 units M-38/43 120 mm - 365 units M75 120 mm – 250 units Georgian Air Force The Georgian Air Force consists of the air force and the air defense. The main missions of the air forces are: to control and defend air space of Georgia; conduct air intelligence and surveillance; provide support to the Armed Forces other Services; conduct air evacuation and search and rescue operations; air movement of personnel and military cargo transportation. The strength of Air Forces is 1,813 military and civilian personnel. Aircraft 22 Su-25KM 13 Su-25UB 12 MiG-25 4 Su-24 18 MiG-21 11 L-39 2 L-29 Helicopters 1 Mi-35 19 Mi-24P 21 Mi-24V 18 Mi-14 16 Mi-8 6 Bell 212 40 UH-1H 2 Mi-2 Air Defence 15 SA-11 38 SA-3 18 SA-8 35 ZSU-23-4 15 S-60 40 MT-LB with towed ZU-23-2 Georgian Navy Georgia Navy is responsible for maintenance of the sovereignty of the country and for protection of internal territorial waters and economic zones. Georgian Navy is responsible to participate in collective protection of region of the Black Sea under multilateral agreements and commitments. The primary functions of Navy: - Watch over the interests of Georgia in the Black Sea region, maintenance of the sovereignty of the country, security of the navigation and operations controlling in the Georgia’s Responsibility Zone (GEOREP). The primary goals of Navy Demonstration of the national Flag in sea waters. - Provide of daily activities for combat readiness and preparation of the Naval Forces. - Protection of territorial integrity from an attack and other threats together with other Authority Bodies. - Achieve progress in the harmonization process with NATO and International requirements and standards in coordination with other government bodies. - Protection of national and international economical activities in the Georgia’s Responsibility Zone. - Interactions, cooperation and coordination with other ministries in environmental measures as well as in elimination of poaching, drug transit, trafficking and other illegal actions. - Planning and carrying out trainings, exercises and other preparation measures together with other types of the armed Forces. - Implementation of rescuing and searching operations, in the case of natural disasters aiding domestic population independently or in close cooperation with other authority bodies or neighbor countries relative structures. - Providing fire support during joint operations. - Ensure shipping transactions. - Lead counter-terrorism measures independently or with partner countries. - Providing special operations against objects located in enemy’s zone. - Fulfillment of international commitments. The strength of Navy is 892 from which 178 are Officers, 405 NCOs, 119 Conscripts and 42 Civilians. Navy Headquarter and Main Naval Base are located in Poti. Mail Logistic Support base is located in Poti. Naval base is located in Batumi. Naval Squadron is located in Poti. La Combattante II armed with 2 OTO-Melara 76 mm/L62 guns, modified anti-aircraft guns, and Exocet missiles - 7 in use, bought from the French Navy. P 269 Lindos armed with 2 C802 anti-ship missile batteries and AK-630M defensive guns - 11 in use, another 2 ordered from Ukraine. Georgian National Guard Georgian National Guard was established on December 20, 1990 and was manned by volunteers. It represents the first Georgian armed formation, which became the base of the foundation for modern Georgian Armed Forces. The Guard actively participated in the conflicts existed on the Georgian territory (Samachablo, Abkhazia). The National Guard consists of 20 554 personnel; the main missions of National Guard are: Support civil government in crisis situations (natural, technological, ecological); Register mobilization recourses, study and deliver; Convene, select and man of citizens on the basis of the agreement, for the units, subunits and bases of the Armed Forces; Provide ceremony activities.
  5. - Collection "Bling-Bling" d'armes . - Lien de l'artiste : http://www.petergronquist.com/
  6. D'accord , Tallmike . Pour le CIS 40 agl , il est fait par Singapore Technologies Engeneering . Pays utilsateurs : Singapour , Uruguay .
  7. - L'espagne acquiert la HK MG4E . The Oberndorfer based Heckler & Koch Group has won the international tender of the Spanish Army for the introduction of a new, light machine gun with the MG4 E in calibre 5.56 mm x 45. In accordance with the tender the Spanish Army states a requirement of a minimum of 1800 light machine guns, distributed in a period of four years. Decisive for the decision for introducing the MG4 E, was the fulfilment of the high requirements of the Spanish MoD which included intensive test and appraisal procedures. With the MG4 E Heckler & Koch has set off itself more than clearly from its competitors. This success for Heckler & Koch is anther proof for its consistent product philosophy – to supply only the best products to accommodate highest requirements in terms of performance, quality and safety standards. http://www.heckler-koch.de/HKWebNews/byItemID///22/3/3/15
  8. - Petite série sur le Tupolev TU-95 :
  9. Question pectos , la danoise se défend pas mal !! :lol:
  10. L'armée Georgienne est équipée de Otokar Kobra , véhicule turque .
  11. Guinée-Bissau : Politique, drogue et grosses cylindrées . Déjà confrontée à une instabilité politique chronique depuis les années 90, la Guinée-Bissau est devenue la plaque tournante d’un important trafic de drogue, préjudiciable à tous les processus de réforme de ce pays également englué dans une situation économique précaire. Les saisies de cocaïne se multiplient, notamment dans l'archipel des Bijagos En ce début du mois de mars, Bissau, la capitale de cette excolonie portugaise coincée entre le Sénégal, la Guinée Conakry et la minuscule Gambie, suffoque sous la moiteur. L’air est rare, le soleil accablant et l’humidité, qui suinte de partout, imprègne fortement l’atmosphère. La nuit venue, c’est le calvaire. Les rues de la ville aux vieilles bâtisses coloniales sont plongées dans l’obscurité, faute d’éclairage public. Seuls quelques privilégiés et les rares hôtels, disposant de groupes électrogènes, peuvent soutenir la féroce bataille que leur livre, la nuit tombée, la nuée de moustiques hargneux qui prend possession de la capitale. Mais Bissau, oubliée du ciel et de la communauté internationale depuis des années, cultive un surprenant paradoxe: alors que tout semble manquer, que la misère se lit sur les visages des enfants, on y trouve pourtant le plus grand nombre de grosses cylindrées au mètre carré dans la sousrégion. Un tour en ville suffit pour assister à un spectacle quasi surréaliste de Hummer, Cayenne, X5 et autres Mercedes 4x4 roulant sur des routes complètement défoncées. Des voitures de luxe dont les moins chères ne coûtent pas moins d’une trentaine de millions de francs CFA, souvent pilotées par de charmantes jeunes femmes et se livrant à un véritable rodéo. «Ne cherchez pas, c’est l’argent de la drogue que vous avez sous les yeux», nous confie Joao, la trentaine bien entamée et grand amateur de la bière Cristal qui coule à flots quotidiennement dans un pays où le salaire moyen d’un fonctionnaire ne dépasse guère 30 000 francs CFA. De quoi se payer à peine deux sacs de riz. «Le trafic de drogue risque de déstabiliser le nouveau processus de démocratie de la Guinée-Bissau et de saper le principe de l’État de droit.» L’argent de la drogue est également visible dans les constructions somptueuses qui commencent à pousser dans certains quartiers, au-dessus d’un univers de tôles rouillées, couvrant des demeures délabrées sans électricité et sans eau potable où s’entassent des dizaines de gens démunis de tout. Aux dires de Joao, l’amiral José Amerido Bubo Na Tchuto est en train de se faire bâtir un véritable palace de près de 500 millions de francs CFA. Le nom de ce haut dignitaire du régime et commandant de la marine est constamment cité par la rumeur publique. Cet officier supérieur, dont les proches roulent en 4x4, semble n’en faire qu’à sa tête. «Il se fiche royalement du chef d’état-major général des forces armées, le général Batista Tagm Na Wai, qui n’a d’ailleurs aucune autorité sur lui», affirme Joao. Il faut dire que le nom du commandant de la marine a défrayé la chronique il y a quelques mois, à la suite des menaces qu’il avait proférées contre Albert Dabo, correspondant de la BBC et de l’Agence panafricaine de presse. Le journaliste avait même été obligé d’abandonner sa maison et de se fondre dans la clandestinité. Notre confrère Alain Yoro Ballo, correspondant de l’Agence France-Presse (AFP) et de Radio France internationale (RFI), a été confronté aux mêmes menaces physiques. Il avait réalisé une série de reportages sur le trafic de drogue en révélant notamment qu’une partie des quelque 670 kilos de cocaïne, saisis par la police sur deux Colombiens dans l’archipel des Bijagos, avait mystérieusement disparu. Son domicile a reçu la visite, en son absence, d’hommes en uniformes fortement armés qui ont emporté tout son équipement professionnel, sa caméra, des cassettes, deux clés USB, ses téléphones mobiles, son ordinateur portable et de l’argent. Par mesure de sécurité, il s’est mis à l’abri le même jour avant de s’exiler en France. Tout comme Mario Sa Gomez, un membre réputé de la société civile. Ce militant d’une organisation de défense des droits de l’homme avait fait l’objet de menaces de mort et avait dû se réfugier durant plusieurs semaines au Bureau d’appui des Nations unies pour la consolidation de la paix. C’est un truisme que d’affirmer aujourd’hui que les forces de défense et de sécurité bissau-guinéennes sont fortement impliquées dans le trafic de drogue dans ce pays devenu une plaque tournante en Afrique de l’Ouest. Explication d’un opérateur économique sénégalais, installé en Guinée-Bissau depuis une dizaine d’années: «Les militaires sont pauvres et mal payés. D’ailleurs, seuls les officiers reçoivent régulièrement leurs maigres soldes. Les soldats du rang se débrouillent comme ils peuvent. Enfin, toute la hiérarchie militaire est plus ou moins dans ce business-là.» Dans le rapport qu’il a présenté le 20 septembre dernier au Conseil de sécurité, le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon prévenait : «Le trafic de drogue risque de déstabiliser le nouveau processus de démocratie de la Guinée-Bissau, d’encourager le crime organisé et de saper le principe de l’État de droit.» Le nouveau Premier ministre bissauguinéen, Martinho Dafa Cabi, en poste depuis seulement un an, est parfaitement conscient du danger. Le 20 février dernier, il a soumis à la deuxième session de la Commission de consolidation de la paix en Guinée- Bissau, qui se tenait à New York, un plan de lutte contre le trafic de drogue qui, selon lui, «compromet gravement les efforts du pays ». Le pays a besoin d’une assistance financière évaluée à 19 millions de dollars pour exécuter ce plan de lutte contre la drogue, sur une période de trois ans. Pour l’heure, il ne dispose que d’un seul et unique bateau chargé de patrouiller autour de la centaine d’îlots que compte la Guinée-Bissau, et de quatre cars dont deux sont… en panne. Une véritable gageure. Soucieux du fait que «l’armée constitue un fardeau national», le gouvernement a mis au point un document stratégique pour la restructuration et la modernisation du secteur de la sécurité et de la défense. Il envisage de transformer les forces de défense et de sécurité en agents de stabilité interne et de sécurité externe, et d’en réduire de moitié les effectifs jugés pléthoriques et vieillissants (certains vétérans de la guerre de libération nationale sont encore en activité). «Il faut offrir une retraite digne aux militaires afin d’éviter qu’ils ne deviennent des rebelles», a notamment préconisé le chef d’état-major, le général Tagm Na Wai. Quand l’on sait que les militaires bissau-guinéens sont intervenus à deux reprises sur la scène politique pour prendre le pouvoir en 1999 et en 2003, on ne peut que prendre très au sérieux cette déclaration qui a valeur d’avertissement. Déjà en marsavril 2007, lorsqu’a éclaté la grave crise politique qui a emporté le gouvernement de l’ex-Premier ministre Aristides Gomez, qui vient de créer son propre parti politique, ils avaient donné de la voix. Dans un pays où le spectre de l’explosion est toujours présent, les réformes engagées par le gouvernement du Premier ministre Martinho Dafa Cabi risquent de susciter de nouvelles tensions. Des réformes impossibles ? En mai 2007, le gouvernement a courageusement lancé deux plans d’urgence, respectivement contre la corruption et le trafic de drogue. Il a réuni, à cet effet, la Conférence internationale de Lisbonne, au Portugal, sur le trafic de drogue en Guinée-Bissau, visant à mobiliser des ressources. Il n’a pu récolter que trois millions de dollars américains, offerts par le pays hôte. Un an après, les résultats sont plutôt maigres. Les contributions n’ont guère suivi. Les principaux bailleurs de fonds n’ont malheureusement pas respecté leurs engagements. Le Nigérian Shola Omoregie, qui vient de céder à l’Algérien Saïd Djinnit son poste de chef du Bureau d’appui des Nations unies pour la consolidation de la paix, ne cache pas son amertume: «Nous faisons face à une crise complexe dont le règlement demeure malheureusement sous-financé.» Comment concilier la réforme du secteur de la sécurité et de la défense avec la lutte contre le trafic de drogue ? Surtout à l’heure de la réforme de la justice et de la consolidation de l’État de droit dans un pays ne disposant pas de ressources propres? Tel est aujourd’hui le terrible dilemme auquel est confronté le chef du gouvernement. Mais pour l’heure, Dafa Cabi a bien d’autres soucis à se faire. Lâché par sa propre famille politique, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et des îles du Cap-Vert (PAIGC), dont la direction lui a infligé un blâme pour «indiscipline caractérisée», il fait désormais l’objet d’une virulente contestation de la part de l’opposition. Ce pays qui peine à retrouver la stabilité depuis plus d’une décennie se dirige-t-il vers une nouvelle grave crise politique ? B. G. http://www.continentalmag.com/archives/articles/71_guinee_bissau
  12. La Russie confirme la perte de deux avions ( 1 SU-25 et 1 Tu-22 ) : 2 Russian Planes Shot Down Over Georgia: Russia MOSCOW (AFP)--Russia's defense ministry confirmed on Saturday the loss of two of its planes in fighting over Georgia, the first time Moscow has confirmed Georgian claims to have downed Russian military planes. "Up to today, the Russian side has lost two planes," defense ministry spokesman Anatoly Nogovitsyn said at a televised briefing, without giving details. Earlier Russian news agency reports, citing Russian peacekeepers, said the downed planes were a Tu-22 bomber and an Su-25 fighter jet. Click here to go to Dow Jones NewsPlus, a web front page of today's most important business and market news, analysis and commentary: http:// www.djnewsplus.com/al?rnd=yEGio%2FYXQwHnO0lGwg2yyA%3D%3D. You can use this link on the day this article is published and the following day.
  13. --- Légionnaire + FAMAS : --- Autrichien + STEYR SSG-69 : --- Singapouriens + Kinetics SAR-21 : --- Barret M82 : --- Portugais + HK G3 + LG HK79 :
  14. Les Georgiens n'ont-ils pas une partie de leurs soldats déployés à ce jour en Irak ? Si oui , elles doivent leur manquer cruellement !
  15. Pas chinois , mais dans la région . ;)
×
×
  • Create New...