charli

Members
  • Content Count

    462
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

19 Good

About charli

  • Rank
    Connaisseur

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Pays
    Galicia

Recent Profile Visitors

959 profile views
  1. En lien une plaquette ancienne qui semble avoir été édité par le régiment, qui explique le rôle de chaque compagnie de combat. Tous n'est pas à jour mais c'est assez explicite. https://www.legion-etrangere.com/mdl_media/doc/16/dossier-accueil-2rep.pdf Pour les capacités d'action je pensais à la spécialisation de chaque compagnie par domaine d'emploi particulier . Ce qui ne se fait pas dans les autres régiments d'infanterie classique. Cette spécialisation des compagnies aurait commencé la fin des années 60 selon wikipédia.
  2. Ce n'est pas la peine d'être aussi cassant, on est là pour discuter et en échangeant apprendre. L'achat de ce matériel a été validé au plus haut niveau, donc il y a eu une réflexion avant validation. Mais mon hypothèse n'est peut-être pas la bonne ou est très incomplète. Pour les commandos, je n'ai pas écrit qu'ils agiraient en même temps mais associés. Dans mon esprit le COS ou peut-être le service action préparant l'opération. Pour le PIA amphibie, je pense que cette publication aborde des opérations plus lourdes que celle envisagée pour le 2°REP. Pour la permanence Guépard comme cela a été à Kolwezi, le 2°REP pourrait être préféré pour ses capacités d'action particulières, l'un n'empêchant pas l'autre.
  3. Je pense que le 2° rep a pour vocation d'être le régiment d'urgence de l'armée française, comme cela a été pour Kolwezi. Ses personnels, il me semble, sont les meilleurs issus de la formation initiale de légionnaire. C'est à dire que dans un laps de temps très court, là où il y a besoin de la puissance de feu d'un régiment d'infanterie, il doit pouvoir agir. D'où la nécessité, d'avoir des experts dans le régiments,qui soient capable d'apporter la meilleure réponse dans des milieux spécifiques comme le milieu urbain, désertique, nautique, montagne, forêt. Le régiment peut être amené à faire un assaut depuis la mer, sans avoir le soutien des brigades amphibies, combiné ou pas avec une opération aéroportée ou héliportée. Je pense par contre que les commandos marines seraient associés à cette opération.
  4. charli

    Mirage 2000 D

    Les tornado de la RAF peuvent le faire depuis de nombreuses années en pouvant tirer des GBU ou des Brimstones dans une même mission.
  5. charli

    Le successeur du CdG

    Le PA est remis en cause par certains généraux, Desportes par exemples qui l'a dit clairement sur les médias, des généraux de l'armée de l'air aussi. Ils dénoncent souvent son manque de puissance par rapport à son coût. Je trouve qu'ils sont souvent de mauvaise fois et prêchent pour leur paroisse, mais ce n'est que mon avis. Ce qui est vrai c'est qu'on ne fait pas la guerre avec une moyenne ou forte intensité avec 20 chasseurs-bombardiers et 3 avions de guet-aériens, mais non plus avec des avions situés à plus de milles kilomètres de leurs cibles sur une période assez longue, mais ça tout le monde le sait. La France ne peut agir sans l'aide des USA. Que ce soit l'aéronavale ou l'armée de l'air, du fait de leur volumes et de leurs capacités, elles ont besoin d'agir en coalition dès la moyenne intensité. Le PA n'est donc pas essentiel, mais il amène un plus en capacité de frappe sur un temps de réaction court et une protection importante aux autres navires. Comparé les Hôpitaux et la construction n'a pas de sens on n'es pas au même niveau, d'un côté quelque chose vital pour notre pays, de l'autre un plus limité pour la sécurité de nos militaires en mer et sur terre.
  6. Pour le remplacement des étendards, si la coopération franco anglaise n'avait porté que sur le moteur. En construisant un appareil plus léger, plus maniable, limité en vitesse maximale. Nous aurions pu avoir un avion ayant une capacité en distance franchissable plus importante, plus facile à piloter. Qui aurait pu jouer aussi le rôle de l'alphajet. Il aurait pu opérer sur porte-avions. Le système d'arme aurait pu être en grand partie commun entre la version pour l'armée de l'air et l'aéronavale. Une centrale à inertie, un pilote automatique moderne, aurait pu être mise sur toutes les versions. Le coût financier aurait pu être mieux gérer que le programme jaguar. Qu'en pensez-vous ?
  7. Pour le jaguar la volonté britannique d'avoir un avion supersonique a conduit à une augmentation du poids de l'avion par rapport aux projets subsoniques antérieurs. La sous-motorisation entraînée par ce surpoids a donné une autonomie a peu prêt égale au super-étendard, car le jaguar avait besoin pour décoller de sa post-combustion ce qui engendrait des consommations importantes de carburant, je l'ai lu dans un témoignage sur air fana. Le super-étendard et le jaguar ont eu des missions identiques tout au long de leur carrière et la capacité supersonique du jaguar ne lui a pas apporté grand chose. Sur un rapport qui a été mis il y a quelques années en pièce jointe sur le forum, il était dit que le crusader avait des capacités inégalées en montée ascensionnelle même pas battues par le F18, c'est ce qui aurait entraîné son non remplacement à la fin des années 70, plus bien sûr les coûts supplémentaires pour se doter d'un remplaçant crédible. Je me souviens d'un vieux reportage sur youtube où un pilote de crusader se vantait avec ses coéquipiers d'avoir anéanti un raid de tornado qu'ils avaient surpris en haute altitude, lors d'un entrainement. Le crusader avait des capacités de vol exceptionnelles mais il était handicapé au fils des ans par son radar. Bien guidé, il était sans doute encore redoutable dans les années 80. Un étendard transformé en intercepteur supersonique aurait demandé peut-être des recherches pas si évidentes pour un besoin d'une vingtaine d'appareils et en étant limité à une charge maximale de 15 tonnnes. La version défense ne pouvant pas assurer celle d'attaque car trop limitée en capacité d'emport et en autonomie.
  8. Une question que je me pose depuis un moment, quel était la capacité en combat tournoyant du SUE par rapport à ses contemporains, jaguar, mirage F1, A4 et suivant l'altitude ? Pour le mirage F1 je crois qu'il n'était pas très à l'aise dès que l'on arrivait à certaines altitude, du fait de sa voilure, ce qui peut expliquer que le F1M n'est pas fait l'affaire et pour l'attaque quel aurait été sa capacité d'emport quand on voit que le SUE ne pouvait emporter qu'un peu plus de 2 tonnes en décollant de nos PA.
  9. Nous somme le pays où les ménages ont le plus d'épargne, c'est peut-être dû à notre système de redistribution, à nos services publics qui coûtent moins cher que s'ils étaient faits par des entreprises privés. En Europe c'est chez nous où les actionnaires reçoivent le plus de dividende peut-être notre système n'est pas aussi mauvais qu'on nous le dit.
  10. Il y a plein de métiers dans le civil où on travaille en 3x8 et j'en fait parti, je ne peux pas toucher une pension au bout de 17 ans. Chacun fait ses choix de carrière avec ses avantages et inconvénients.
  11. Pour le 30 mm, c'est un article de journal, il y a peut-être eu une coquille, ça fait parti des connaissances de base. Sur le fond le syndicaliste met la pression pour que la production soit faite dans son entreprise et non à l'étranger ce qui est sont boulot. Pour les nuits au niveau des conditions de travail la vigilance est extrêmement diminuée après minuit avec tous les risques d'accident du travail que cela implique, c'est son boulot aussi d'éviter les risques d'accident et de négocier que ça se passe le mieux possible avec la meilleure rémunération.
  12. Je ne remets pas en question ton argumentation, on verra si les mentalités ont changé, puisque le mode DA/SA avait été préféré dans l'appel d'offre.
  13. Le fonctionnement particulier du glock ne risque-t-il pas le l'exclure du marché des forces conventionnelles, pour des raisons de sécurité, comme cela avait été le cas il me semble, pour l'achat du pistolet pour la police, la gendarmerie, les douanes ?
  14. Le gros avantage de la sécu c'est qu'elle est universelle, c'est facile de payer quand tu as 25 ans que tu fais un travail sans risque, que tu ne fumes pas, à 70 ans si tu es un homme que tes parents ont eu des antécédents cardiaques ou cancéreux, le tarif ne sera pas le même et ne pèsera pas pareil surtout si tu as une retraite faible due à une décote importante.
  15. Pour les soignant d'après mon expérience ce sont des métiers où le travail de manutention reste encore usant, malgré certaines améliorations depuis quelques années, quand on a un dos en vrac c'est difficile de travailler, dans beaucoup de services, les horaires décalés sont aussi des facteurs favorisants pour certaines maladies. Le budget depuis une dizaine d'année de chaque Hôpital a été baissé ou a stagné ne suivant pas l'évolutions des prix, par conséquence les directeurs ont diminué les effectifs dans les service, ont baissé les effectifs des personnels de remplacement. Le résultat est que dès qu'il y arrive une maladie chez un personnel de longue durée type par exemple cancer, pour faire continuer à faire fonctionner le service, le personnel à tour de rôle supprime ses jours de repos ou ne prend pas ses congés. Ce qui conduit ces personnels à une augmentation de la fatigue, qui amène à favoriser l'apparition de maladies, accident du travail, on rentre dans un cercle vicieux. La fermeture de lits a eu pour conséquence la concentration des malades les plus lourds, les autres sortant plus rapidement chez eux qu'auparavant, et c'est encore un facteur favorisant dans l'usure des personnels. Le numérus clausus a permis à certaines spécialités type chirurgiens, anesthésistes, urgentistes, de monnayer à prix d'or leur travail dans les Hôpitaux, du fait de la pénurie dans le recrutement, c'est un coût non négligeable. Paradoxalement les grands gagnants de cette politique de diminution des budgets sont les banques, car quand les Hôpitaux en fin d'années ont utilisés tous leurs budgets, comme on ne peut pas fermer des services vitaux pour la population, ils empruntent à des taux assez importants aux banques. Le coût de fonctionnement de la sécu est de 4%, il est de 17% pour les mutuelles. On voit bien que mathématiquement leur développement par rapport à la sécu ne va pas être une économie pour l'ensemble de la population.