Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

loki

Members
  • Posts

    9,451
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    7

Everything posted by loki

  1. Je ne savais pas qu'il y avait eu un film Dans un film le capitaine coule toujours avec le navire comme dans titanic
  2. Pas à bord, langsdorff s'est suicidé de retour à terre
  3. Problème d'écriture automatique corrigé depuis : douma = douane pour mon portable
  4. J'aime le commentaire "nous avons le droit de déployer nos forces sur votre territoire " ils fument quoi à la douma ?
  5. @wallaby (désolé pas de quote possible) L'ouvrage de Krumeich est superficiel au possible et ne présente un intérêt que pour la position allemande ( par exemple les guerres balkaniques sont évoquées sur 6 lignes ......) Il développe l'idée du test géo-politique lancé à la Russie mais échoue à démontrer que le gouvernement allemand a pris la moindre mesure avant la mobilisation russe et surtout doit admettre que Guillaume 2 a rejeté toute mesure militaire quand il a pris la décision du chèque en blanc : il est difficile de croire que l'Allemagne a instrumentalisé la crise serbo-autrichienne pour développer éventuellement une guerre tout en tenant aucun conseil de guerre, ni pris la moindre mesure préparatoire et a laissé l'ensemble du commandement politico-militaire partir en vacances Seen McMeekin fait une interprétation plus récente et plus fouillée des événements de juillet 1914 (le livre de Krumeich ne traite pas de la période antérieure à Juillet, j'ai préféré Seen McMeekin) : A Chronicle of a Countdown The year 2014, being the centennial year of the outbreak of the First World War, has given rise to a large number of books describing and analyzing the origins of what is considered by many to be the seminal catastrophe of the twentieth century. Sean McMeekin has contributed two books to the growing number of publications that address war guilt and take issue with Fritz Fischer’s thesis that lays war guilt squarely at the feet of imperial Germany. In his first book, The Russian Origins of the First World War (2011), McMeekin drew attention to how Russian strategy and its focus on the Ottoman Empire and the Straits determined the Russian role in the outbreak of the First World War. Although the author’s archival research and the provocative nature of his thesis were applauded, several reviewers pointed out that his conclusions were stronger than the provided evidence warranted.[1] His second book, July 1914: Countdown to War, is a detailed look at the July Crisis. It describes the series of events that took place between June 28, the day of the Austro-Hungarian heir’s assassination, and August 4, the day that the entry of the United Kingdom transformed the war into a global conflict. The narrative’s 405 pages are divided into a prologue that describes the Sarajevo assassination, an epilogue that provides the author’s analysis of the responsibility for the outbreak of the war, and twenty-five chapters divided in two parts. Part 1 (four chapters) describes the mood and preoccupations of the political elites in the capitals of Europe on the day of the assassination, while part 2 describes the development of the July Crisis in twenty-one chronological chapters. An advantage of the chronological approach is that it brings out clearly what certain individuals knew at any specific point in time. The author points out crucial details; for example, he notes that the amount of time elapsed between sending a message and it being received was significantly prolonged by the need to code and decode such messages. It appears that Sir Edward Grey (foreign minister of Great Britain), René Viviani (prime minister of France), and Kaiser Wilhelm II were two days behind in interpreting the dispatches on July 27. The intended recipients were also not always immediately available. For example, in Berlin, three days elapsed between the receipt of the Serbian response to the Austro-Hungarian ultimatum and the moment Kaiser Wilhelm II read it. As a result the kaiser’s subsequent attempts to mediate between Vienna and Belgrade were too late. Another advantage of the chronological presentation is that it brings the paucity of primary sources about critical periods to the forefront. In descriptions of several important events, like the mission of the Austro-Hungarian diplomat Alexander Hoyos to Berlin (July 5-6) and the visit of the French president Raymond Poincaré to St. Petersburg (July 20-23), the author is forced to rely on secondary sources. These sources are sometimes of a questionable value (for example, memoirs written by some of the main actors). In his discussion of the Hoyos mission, when describing the process leading to the “blank cheque,” the author has to rely to a large extent on the messages of the Habsburg ambassador in Berlin rather than on documents of German origin. In the description of the proceedings of President Poincaré’s visit to St. Petersburg, the memoirs of Poincaré and the French ambassador Maurice Paléologue feature prominently. In the epilogue, McMeekin addresses the responsibility for the outbreak of the war. He argues clearly that all the involved countries share a part of the responsibility. As in his earlier book, McMeekin sees Russia as one of the states carrying a high level of responsibility due to its early and (initially) secret mobilization on July 24. This secret (partial) mobilization had been ordered even before formal receipt of the Austro-Hungarian ultimatum to Serbia, and was only to be announced in case of an Austrian declaration of war or the outbreak of military operations. This order for partial mobilization was confirmed by the Russian council of ministers on July 25, where also (and more important) the “Period Preparatory to War” was (again secretly) announced in all of European Russia. It is only during the “Willy-Nicky” correspondence on July 30 that Czar Nicholas inadvertently admitted that “the military measures which have now come into force were decided five days ago” (p. 283). This admission makes Kaiser Wilhelm’s reaction that “the Czar has secretly mobilized behind my back” and his support for German mobilization definitely understandable. Still, only when this information was confirmed by the actual Russian mobilization placards was the German chancellor Bethmann Hollweg convinced. Mobilization was initiated with the proclamation of the “Kriegsgefahrzustand” on July 31 followed by the German mobilization on August 1. Germany’s responsibility for the outbreak of the war in the author’s view lies in providing Austria-Hungary with its unconditional support for action against Serbia; its failure to ensure that Austria-Hungary acted rapidly after the assassinations; its inability to restrain its ally after Austrian delays and hesitation made a rapid reaction impossible; and its foolish invasion of Belgium, which ensured Great Britain’s participation in the war on the side of the Entente. Like its predecessor, July 1914: Countdown to War is a provocative book that forces readers rethink the origins of World War I. It is eminently readable despite the great number of main actors, who are all well introduced. Everyone who is interested in the First World War should have it on their reading list. Si on fait une comparaison (qui n'est pas raison bien sur) avec la crise ukrainienne actuelle, on constate que : - il existait une situation de blocs antagonistes qui existe actuellement (donc c'est pas bon) - le recours à la guerre était alors bien plus admis qu'actuellement (ouf) - la situation équivalente aurait vu Biden-NicholasII répondre à Poutine-Guillaume II (suite à son ultimatum) qu'il avait donné l'ordre de déployer l'OTAN dans les pays baltes et l'Ukraine y compris avec des nukes..... bon là on serait déjà en guerre depuis une semaine Mais Biden a déjà annoncé qu'il n'y aura aucune mesure militaire si la Russie se lance dans une aventure militaire donc que Poutine ne franchira pas de vraie ligne rouge (alors que Guillaume II avait annoncé à Nicholas II que la mobilisation était une vraie ligne rouge avant celle-ci) si il attaque donc pas de guerre possible à propos de l'Ukraine Par contre si Vladimir se lance sur les pays baltes ou la Finlande, on passe en mode Il est fort possible que la première grosse crise de la ,présidence française (de l'UE) soit diplomatique (quelqu'un a conservé le 06 d'Angela ?)
  6. En 1914 l'Allemagne envoie un ultimatum à la Russie quand elle apprend que celle ci a engagé sa mobilisation contre elle en sachant très bien que l'armée russe va automatiquement envahir la Prusse vu ses plans de guerre. La situation n'est pas similaire avec la situation actuelle où une éventuelle guerre russo ukrainienne restera limitée Pas d'invasion entre directes entre grandes puissances obligeant à la guerre. La situation est plus proche du conflit austro-serbe avant l'implication des autres puissances.
  7. Je pense que la loi est passée après coup et que l'association s'est trouvée de facto dans une situation illégale suite à un changement de législation...
  8. Tu peux y ajouter des attaques contre les historiens remettant en cause le roman national de la Russie et de l'URSS : l'historien Nicolas werth rappelait dans un article récent les pressions (emprisonnement etc) subies par l'association mémorial notamment pour ses recherches sur les crimes du stalinisme.
  9. J'ai la version ukrainienne de GMT : ça s'appelle barbarossa army group Southwest 1941. Il faut juste modifier les t34 et pz 4 en T90, T72 et léopards 2 sur les pions...
  10. Il ne va plus y avoir un médecin ou une association proposant des avortements avec ce genre de lois ....
  11. Je ne connais pas suffisamment le droit allemand pour te répondre. C'est une information tirée d'une dépêche AFP. J'espère que ça sera pour le restant de sa vie vue l'horreur du crime ...
  12. Le mari de la dame a été condamné à la perpétuité pour participation à un génocide aujourd'hui. C'est la première condamnation pour le génocide yazidi.
  13. Etais t'il en fonction à ce moment-là ?
  14. Selon l'AFP, le sous-marin endommagé le mois dernier a heurté une montagne sous-marine non répertoriée sur les cartes
  15. Après recherches, le procès n'est pas terminé : il risque la perpétuité
  16. Autant pour moi : le pourri a survécu mais a été jugé l'année dernière en Allemagne. Je n'ai pas réussi à trouver le résultat du procès....
  17. Skw a donné l'info et le lien sur le post Daesh : elle a été condamnée pour complicité de meutre car elle n'a rien tenté pour la sauver mais effectivement ça reste léger... J'espère que le mari (qui lui a tué) est en enfer après avoir croisé un drone. Le génocide yezidi (appelons un chat un chat) reste trop peu poursuivi : les auteurs sont ils morts au combat ?
  18. Le livre de Bruno chaix : en mai 1940, fallait il entrer en Belgique ? A la réputation d'être incontournable sur le sujet mais hélas je n'ai pas encore eu le temps de le lire
  19. Ca fait 30 ans qu'il essaye de prouver ses thèses sans jamais avancer la moindre base documentaire sérieuse. Il s'est même fait chopper à falsifier des sources pour qu'elles collent mieux à ses thèses.
  20. C'était un simplet instrumentalisé peut être même par ceux qui l'ont condamné. Pour mémoire Louis XV aurait voulu le pardonner mais la cour de justice a refusé toute clémence peut être parce que parmi les juges se trouvaient les commanditaires.
  21. Oui mais pour attendre la montée en puissance de l'armée britannique et les premiers effets du blocus. Il était prévu d'attaquer en 1942 une fois l'aviation et l'armée reequipee et surtout une fois la mobilisation britannique effectuée. Attaquer avant c'est du suicide.
  22. Il y a des incertitudes sur ce point : artamatov a toujours nié avoir eu connaissance. apis a indiqué qu'il avait pris des garanties auprès des russes mais sans préciser ce qu'il avait vraiment dit et en indiquant ne pas avoir révélé la cible ( et en obtenant un financement via artamatov ) un adjoint de artamatov ou apis a indiqué par contre que artamatov avait eu connaissance de la totalité de l'attentat et qu'il avait contacté certains responsables en Russie avant de donner le feu vert à l'attentat. il faut rappeler qu'en 1914, c'est le parti de la guerre qui mène le jeu en Russie et qu'une première tentative de créer un conflit avec l'Allemagne n'a été évité de justesse début 1914 à l'occasion de la crise liman von sanders ce qui a entraîné le renvoi du chancelier russe trop pacifique par le tsar et les bellicistes du conseil... bref c'est un domaine historique encore incertain (sur ce qui a vraiment été dit et surtout à qui en Russie) mais qui sera creusé si les archives russes reouvrent ....
  23. Un article sur les aveux de l'organisateur de l'attentat de Sarajevo qui ont été retrouvés en 1953 mais peu exploités jusqu'à maintenant. Outre le fait (déjà connu) que l'attentat a été organisé et exécuté par l'armée serbe, il reconnait surtout que l'attentat a été financé par la Russie et que l'attaché militaire russe a garanti la protection de la Russie en cas de réaction austro-hongroise même si il n'est pas sur (c'est discuté par d'autres sources) qu'il avait connaissance de la cible exacte. En gras les aveux Le texte original : Zusammenfassung In dem Artikel wird die Aufmerksamkeit auf ein Dokument gelenkt, in dem Hinweise auf einen möglichen russischen Hintergrund der Ermordung des österreichischen Thronfolgers Erzherzog Franz Ferdinand und dessen Ehefrau am 28. Juni 1914 in Sarajevo enthalten sind. Das fragliche Dokument stammt aus der Feder des Hauptorganisators dieses verhängnisvollen Mordanschlags, des Chefs des serbischen militärischen Geheimdiensts, Oberst Dragutin Dimitrijević-Apis. Geschrieben wurde es im Frühjahr 1917, als Dimitrijević-Apis angeklagt war, einen weiteren Mordanschlag organisiert zu haben, diesmal auf den serbischen Regenten Aleksandar. Dimitrijević-Apis legt dar, er habe die endgültige Entscheidung zur Ermordung von Erzherzog Franz Ferdinand erst gefasst, als ihm der russische Militärattaché in Belgrad, Oberst Viktor Artamanov (in anderen Quellen Artamonov), versichert hatte, Russland werde Serbien im Falle eines österreichischen Angriffs nicht im Stich, d.h. nicht ohne militärische Unterstützung lassen. Schlüsselwörte Beginn des 1. Weltkriegs, Ermordung von Erzherzog Franz Ferdinand in Sarajevo 1914, Dragutin Dimitrijević-Apis als Hauptorganisator der Attentatsverschwörung, mögliche russische Komplizenschaft an der Verschwörung Резюме Основная цель настоящей заметки — обратить внимание исследователей на документ, в котором содержится намёк на возможное тайное участие России в убийстве наследника австрийского престола эрцгерцога Франца Фердинанда и его супруги 28 июня 1914 г. в Сараеве. Этот документ был написан в 1917 г. основным организатором фатального убийства — главой сербской военной тайной разведывательной службы полковником Драгутином Димитриевичем (Аписом) в то время, когда он был обвинен в организации очередного подобного покушения на сербского принца-регента Александра. Димитриевич-Апис пишет, что он принял окончательное решение об убийстве эрцгерцога Франца Фердинанда только после того, как был заверен российским военным атташе в Белграде полковником Виктором Артамановым (известным также как Артамонов) в том, что Россия не оставит Сербию без военной поддержки в случае австрийского нападения. Ключевые слова начало Первой Мировой войны, убийство эрцгерцога Франца Фердинанда в Сараеве в 1914 г., Драгутин Димитриевич (Апис) как основной организатор покушения, возможное участие России в покушении Das Attentat von Sarajevo, dem am späten Vormittag des 28. Juni 1914 der österreichisch-ungarische Thronfolger Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este und dessen Gemahlin Herzogin Sophie von Hohenberg zum Opfer fielen, gilt in der historiographischen Literatur zur Vorgeschichte des 1. Weltkriegs unbestritten als dasjenige Ereignis, durch das eine Kette von politischen, diplomatischen und schließlich auch militärischen Aktionen in Gang gesetzt wurde, die schließlich Ende Juli/Anfang August in den Ausbruch des Krieges münden sollten. Selbstverständlich nahmen die österreichischen Behörden sogleich nach der Verhaftung des erfolglosen Bombenwerfers Nedeljko Čabrinović, des Todesschützen Gavrilo Princip und deren vier Mitverschwörer, die entlang der geplanten Fahrstrecke des erzherzoglichen Autokonvois postiert gewesen waren, Ermittlungen auf, um Aufschluss über mögliche Hintermänner und (Mit)Organisatoren des Attentats zu gewinnen. Die Ergebnisse, zu denen sie in den nicht ganz vier Wochen zwischen dem Anschlag und der Übergabe der auf 48 Stunden befristeten diplomatischen Begehrnote des Wiener Außenministeriums an die serbische Regierung am 23. Juli gelangt waren, fanden ihren Niederschlag in den in dem „Ultimatum“ vorgebrachten Forderungen. Insbesondere wurde dort unter Punkt 7 verlangt, „mit aller Be- Ein russischer Schatten auf dem Attentat von Sarajevo Slověne 2016 №1 220 | schleunigung die Verhaftung des Majors Voija Tankosić und eines gewissen Milan Ciganović, serbischen Staatsbeamten, vorzunehmen, welche durch die Ergebnisse der Untersuchung kompromittiert sind“ [Gooß 1930: 230 f.]. Milan Ciganović war ein Kontaktmann zwischen Nedeljko Čabrinović und Gavrilo Princip einerseits und dem Major Vojislav Tankosić gewesen, der dafür gesorgt hatte, dass Čabrinović und Princip in Belgrad im Bombenwerfen und Pistolenschießen geübt worden waren. Durch die Hände von Tankosić waren auch die Waffen – vier Pistolen belgischer Provenienz und sechs Bomben aus dem serbischen Armeearsenal in Kragujevac [Albertini 1952: 58] – gegangen, die mit Hilfe serbischer Grenzbeamter nach Bosnien geschmuggelt worden waren. Bis zur Formulierung und Übergabe des „Ultimatums“ an die Belgrader Regierung war es den österreichischen Ermittlungsbeamten allerdings nicht gelungen, die zentrale serbische Figur namhaft zu machen, in deren Auftrag Tankosić und Ciganović gehandelt hatten, den Oberst (пуковник) Dragutin Dimitrijević, genannt Apis, den Chef des militärischen Geheimdienstes (обавештајно одељење) des serbischen Generalstabs, dessen „right hand man“ Tankosić gewesen war [Albertini 1952: 55]. Dimitrijević-Apis war Mitgründer und Mitglied der Obersten Zentralleitung der Geheimorganisation „Уједињење или смрт“ („Vereinigung oder Tod“), der berüchtigten „Црна рука“ („Schwarze Hand“). Er war schon 1903 führend an der Vorbereitung und Durchführung der Ermordung des serbischen Königs Aleksandar Obrenović und dessen Gemahlin beteiligt gewesen, bereits damals zusammen mit Tankosić [ibid.]. Wäre die Rolle, die Dimitrijević-Apis bei der Vorbereitung des Attentats von Sarajevo gespielt hatte, den österreichischen Ermittlern im Juli 1914 bekannt geworden, so hätte dieser Umstand mit Sicherheit in dem „Ultimatum“ seinen Niederschlag gefunden, wären dessen Forderungen noch entschiedener und umfassender ausgefallen. Zumindest wäre die Verhaftung und Aburteilung des Obersten gefordert worden. Noch wichtiger aber erscheint folgende Überlegung: Wäre das Wiener Außenministerium im Juli 1914 in der Lage gewesen, die europäischen Regierungen, insbesondere die der Großmächte, und die europäische Öffentlichkeit glaubhaft wissen zu lassen, dass eine zentrale Figur des serbischen Militärapparats führend an der Vorbereitung der Ermordung des Thronfolgers einer benachbarten Großmacht beteiligt gewesen war, dann erscheint es zumindest als zweifelhaft, ob es v.a. der russischen, aber auch der französischen Regierung in der Julikrise möglich gewesen wäre, die Auffassung zu vertreten, das offizielle Serbien habe mit dem Attentat nichts zu tun gehabt, und der serbischen Regierung bei ihrer Ablehnung der zentralen Forderungen des „Ultimatums“ den Rücken zu stärken. „Tatsächlich hätte eine objektive Untersuchung die Zusammenhänge zwischen den Attentätern und königlich-serbischen Of- Werner Lehfeldt 2016 №1 Slověne | 221 fizieren ans Licht gebracht und den internationalen Kredit der Serben vollends zerstört“ [Rose 2011: 109]. „Hinter dem Beharren auf der eigenen Souveränität stand vor allem die Befürchtung, dass die Hintergründe des Attentats in Serbien und das Ausmaß der Verwicklung staatlicher Akteure und Institutionen international bekannt werden könnten“ [Leonhard 2014: 100]. Dass ein Bekanntwerden der Rolle Dimitrijević-Apis’ auch nach dem 1. Weltkrieg die Position Serbiens in der Diskussion um die Ursachen dieses weltumspannenden militärischen Konflikts außerordentlich geschwächt hätte, zeigt allein schon die Tatsache, dass die amtlichen Stellen Jugoslawiens nach Kräften bemüht waren, alle Hinweise auf diese Rolle nach Möglichkeit geheimzuhalten und zu unterdrücken. Insbesondere wurde das entscheidende Dokument, das diese Rolle in aller Deutlichkeit erkennen lässt, unter Verschluss gehalten. Um was für ein Dokument handelt es sich hierbei? – Nach dem Rückzug der serbischen Armee nach Griechenland im Jahr 1915 wurde DimitrijevićApis Ende 1916 zusammen mit einer Anzahl weiterer Offiziere und mit Rade Malobabić, einem seiner Mitarbeiter seit 1913, verhaftet und 1917 in Saloniki vor ein Militärgericht gestellt, wo gegen sie vom 20. März bis zum 23. Mai a.St. verhandelt wurde. Angeblich hatte er sich im Rahmen der Geheimorganisation „Уједињење или смрт“ an „umstürzlerischen Tätigkeiten“ beteiligt sowie Rade Malobabić und Muhamed Mehmedbašić, den einzigen der sechs Verschwörer von Sarajevo, dem die Flucht gelungen war, gedeckt, die beide beschuldigt wurden, im August 1916 ein Attentat auf den Prinzregenten Aleksandar versucht zu haben. Dimitrijević-Apis, acht weitere angeklagte Offiziere und Rade Malobabić wurden am 23. Mai 1917 a.St. wegen Hochverrats zum Tode verurteilt. Die meisten Verurteilten wurden allerdings begnadigt und nach Verbüßung kurzer Haftstrafen in Freiheit gesetzt. Nicht begnadigt wurden Dimitrijević-Apis, der Major Velimir Vuletić und Rade Malobabić. Am 12. Juni 1917 a.St. wurden diese drei Verurteilten auf einem Feld in der Nähe von Saloniki durch Erschießen hingerichtet. 1953 wurde in Belgrad in einer Monographie zur „Wahrheit über den Prozess von Saloniki“ („Истина о Солунском процесу“) von Borivoje Nešković ein vier Seiten langer Text veröffentlicht, den Dimitrijević-Apis am 28. März 1917 a.St. dem gegen ihn und andere Angeklagte verhandelnden Offiziersgericht vorgelegt hatte und in dem er sich ohne Umschweife dazu bekennt, das Attentat gegen Erzherzog Franz-Ferdinand geplant zu haben (vgl. ein vollständiges Facsimile dieses Textes samt Transliteration bei Nešković [1953: 276–281]). Bereits während des 2. Weltkriegs war nach der Besetzung Belgrads durch deutsche Truppen im serbischen Außenministerium ein Konzept dieses Bekenntnisses gefunden und in Deutschland veröffentlicht worden [Uebersberger 1943; Nešković 1953: 276].1 1 Zur Rolle von Dimitrijević-Apis bei der Planung und Organisation des Attentats Ein russischer Schatten auf dem Attentat von Sarajevo Slověne 2016 №1 222 | In seinem Bekenntnis schreibt Dimitrijević-Apis: . . . ја сам осећајући да се Аустрија спрема за рат са нама мислио, да ће нeстанком престолонаследника аустриског војничка странка и струја, којој је он на челу био, изгубити своју јачину и да ће на тај начин ратна опасност од Србије бити отклоњена или ће бар за нешто бити одложена, те сам због тога ангажовао Малобабића, да приликом заказаног доласка Фердинандовог у Сарајево организује атентат на њега. [. . .] Малобабић је извршио мој налог, организовао је и извршио атентат [Nešković 1953: 277 f.]. In deutscher Übersetzung: . . . habe ich, weil ich spürte, dass sich Österreich auf einen Krieg mit uns vorbereitete, geglaubt, dass durch das Verschwinden des österreichischen Thronfolgers die Kriegspartei und die Strömung, an deren Spitze er stand, ihre Stärke einbüßen und dass auf diese Weise die Kriegsgefahr von Serbien abgewendet oder wenigstens etwas hinausgeschoben würde, Malobabić damit beauftragt, bei der Gelegenheit des angekündigten Besuchs Ferdinands in Sarajevo ein Attentat auf ihn zu organisieren. [. . .] Malobabić führte meinen Auftrag aus, organisierte das Attentat und führte es aus. Wichtig ist nun noch folgendes Détail aus dem Apisschen Bekenntnistext. An der im vorangehenden Zitat durch Punkte markierten Stelle heißt es unmittelbar weiter: На ово сам се решио дефинитивно, тек онда кад ми је Артаманов дао уверење, да нас Русија неће оставити без заштите ако нас Аустрија нападне [Nešković 1953: 277]. In deutscher Übersetzung: Dazu habe ich mich definitiv erst dann entschlossen, als mir Artamanov versicherte, Russland würde uns nicht im Stich [wörtlich: ohne Verteidigung] lassen, sollte uns Österreich angreifen. Von seinen Attentatsabsichten, so Dimitrijević-Apis weiter, habe er allerdings seinem Gesprächspartner bei dieser Gelegenheit nichts mitgeteilt. Oberst Viktor Artamanov (in anderen Quellen Artamonov), der russische Militärattaché in Belgrad, hatte schon vorher die Propagandatätigkeit der „Schwarzen Hand“ aktiv unterstützt [Albertini 1952: 83 f.]. Nach dem 1. Weltkriеg hat Artamanov offen seine einstigen engen Beziehungen zu Dimitrijević-Apis zugegeben. Еbenfalls nach dem Krieg hat Hauptmann Aleksandr Večkovskij, 1914 ein Mitarbeiter Artamanovs, seinem ehemaligen Chef und dessen serbischem Partner widersprechend, ausgesagt, Dimitrijević-Apis von Sarajevo vgl. in dem grundlegenden Werk von Albertini [1952: 68–82]. Albertini konnte allerdings noch nicht das ja erst 1953 veröffentlichte Bekenntnis des Geheimdienstmajors kennen, wusste nur etwas von Gerüchten über die Existenz dieses Dokuments. Werner Lehfeldt 2016 №1 Slověne | 223 habe Artamanov durchaus von dem geplanten Anschlag unterrichtet und dieser habe in St. Petersburg bei ungenannten offiziellen Stellen Erkundigungen nach den möglichen Folgen einer solchen Tat eingeholt [ibid.: 86, Fußnote 1; King, Woolmans 2013: 181 f.].2 Von Artamanоv stammten nach dem Geständnis von DimitrijevićApis auch die finanziellen Mittel für ein „мали хонорар“, das die „главни учесници његови“, d.h. die Hauptbeteiligten des Attentats, durch Vermittlung von Radе Malobabić erhalten hätten [Nešković 1953: 278]. Es ist bemerkenswert, dass die Veröffentlichung von Dimitrijević-Apis’ Geständnis durch Borivoje Nešković aus dem Jahre 1953 zwar nicht vollständig unbemerkt geblieben ist (vgl. etwa [Gavrilović 1955]), bis heute aber nicht die ihr gebührende Beachtung gefunden hat. In zahllosen Darstellungen der Vorgeschichte des 1. Weltkriegs aus jüngerer Zeit fehlt jeglicher Hinweis auf diesen Text. Als besonders bemerkenswertes Beispiel für diese Lücke sei das vieldiskutierte Buch „The Sleepwalkers. How Europe Went to War in 1914“ von Christopher Clark genannt, in dem es sogar ausdrücklich heißt, dass Dimitrijević-Apis „left no straightforward account of his motives“ [Clark 2012: 48] – eine Aussage, die eindeutig nicht zutrifft. Der vorliegende Beitrag dient daher in erster Linie der Absicht, darauf hinzuwirken, dass das von dem Hauptorganisator des verhängnisvollen Anschlags vom 28. Juni 1914 im Jahre 1917 aufgesetzte Bekenntnisschreiben bei Untersuchungen und Darstellungen des Weges, der in die Urkatastrophe des 20. Jahrhunderts führen sollte, gebührend beachtet und berücksichtigt wird. Bibliographie Albertini 1952 Albertini L., The Origins of the War of 1914, 2: The Crisis of July 1914. From the Sarajevo Outrage to the Austro-Hungarian General Mobilization, London, 1952. Bühler 1960 Bühler J., Vom Bismarck-Reich zum geteilten Deutschland, Berlin, 1960. Cafferky 2013 Cafferky J. P., Lord Milner’s Second War. The Rhodes-Milner Secret Society; the Origin of World War I; Аnd the Start of The New World Order, S.l., 2013. 2 Zur Frage nach der Mitwisserschaft Artamanovs hinsichtlich der Planung des Attentats vgl. bei Albertini [1952: 82–86] – den Abschnitt „The Artamanov Question“ und: [Sosnosky 1929: 188; Uebersberger 1943: 432 f.; Kiszling 1953: 286; Uebersberger 1958: 289 f., 297–300; Bühler 1960: 370; Dedijer 1978: 211–233; Lieven 1983: 139 f.; MacKenzie 1989: 129–131; Williamson 1991: 196 f.; Williamson, May 2007: 351; McMeekin 2011: 47]; besonders ausführlich: [Cafferky 2013: 181–211; Docherty, Macgregor 2013: 242 ff.; Friedrich 2014: 27, 450 f.]. Ein russischer Schatten auf dem Attentat von Sarajevo Slověne 2016 №1 224 | Clark 2012 Clark Chr., The Sleepwalkers. How Europe Went to War in 1914, London, 2012. Dedijer 1978 Dedijer V., Sarajevo 1914, 2, Izd. 2. dop., Beograd, 1978. Docherty , Macgregor 2013 Docherty G., Macgregor J., Hidden History. The Secret Origins of the First World War, Edinburgh, London, 2013. Friedrich 2014 Friedrich J., 14/18. Der Weg nach Versailles, Berlin, 2014. Gavrilović 1955 Gavrilović St., “New Evidence on the Sarajevo Assassination,” The Journal of Modern History, 27, 1955, 410–414. Gooß 1930 Gooß R., “Gutachten des Sachverständigen Vortragenden Legationsrats Dr. Roderich Gooß. Das österreichisch-serbische Problem bis zur Kriegserklärung Österreich-Ungarns an Serbien, 28. Juli 1914,” in: E. Fischer, C. Bohm-Schuch, Hrsg., Die Vorgeschichte des Weltkrieges. Im Auftrage des Ersten Unterausschusses . . . , 10, Berlin, 1930, 1–302. King, Woolmans 2013 King G., Woolmans S., The Assassination of the Archduke. Sarajevo 1914 and the Murder that Changed the World, London, 2013. Kiszling 1953 Kiszling R., Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este. Leben, Pläne und Wirken am Schicksalsweg der Donaumonarchie, Graz, Köln, 1953. Leonhard 2014 Leonhard J., Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs, München, 2014. Lieven 1983 Lieven D. C. B., Russia and the Origins of the First World War, London, Basingstoke, 1983. MacKenzie 1989 MacKenzie D., Apis: The Congenial Conspirator. The Life of Colonel Dragutin T. Dimitrijević, New York, 1989. McMeekin 2011 McMeekin S., The Russian Origins of the First World War, Cambridge (MA), London, 2011. Nešković 1953 Nešković B., Istina o Solunskom procesu, Beograd, 1953. Rose 2011 Rose A., Zwischen Empire und Kontinent. Britische Außenpolitik vor dem Ersten Weltkrieg, München, 2011. Uebersberger 1943 Uebersberger H., “Das entscheidende Aktenstück zur Kriegsschuldfrage 1914,” Auswärtige Politik. Monatshefte des Deutschen Instituts für Außenpolitische Forschung, 10/7, 1943, 429–438. ———1958 Uebersberger H., Österreich zwischen Russland und Serbien. Zur Südslawischen Frage und der Entstehung des Ersten Weltkrieges, Köln, Graz, 1958. Sosnosky 1929 Sosnosky Th., von, Franz Ferdinand. Der Erzherzog=Thronfolger. Ein Lebensbild, München, Berlin, 1929. Werner Lehfeldt 2016 №1 Slověne | 225 Williamson 1991 Williamson S. R., Jr., Austria-Hungary and the Origins of the First World War, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, London, 1991. Williamson, May 2007 Williamson S. R., Jr., May E. R., “An Identity of Opinions: Historians and July 1914,” The Journal of Modern History, 79, 2007, 335–387. Werner Lehfeldt Georg-August University of Göttingen А Russian Shadow over the Assassination in Sarajevo Abstract The main purpose of the present note is to draw attention to a document that contains hints of a possible Russian background to the assassination of the successor to the Austrian throne, Archduke Franz Ferdinand, and his wife on 28 June 1914 in Sarajevo. This document was written by the main organizer of this disastrous murder, the chief of the Serbian military secret service, Colonel Dragutin Dimitrijević-Apis, in 1917, when Dimitrijević-Apis was accused of having organized another such attempt on the Serbian regent Aleksandar. Dimitrijević-Apis writes that he made the final decision to organize the murder of Archduke Franz Ferdinand only after he had been assured by the Russian military attaché in Belgrade, Colonel Viktor Artamanov, that Russia would not leave Serbia without military support in case of an Austrian attack. Keywords beginning of World War I, assassination of Archduke Franz Ferdinand in Sarajevo 1914, Dragutin Dimitrijević-Apis as the main organizer of the assassination plot, possible Russian complicity in the plot Prof. em. Dr. Dr. h.c. Dr. h.c. Werner Lehfeldt Seminar für Slavische Philologie Georg-August-Universität Göttingen Ma traduction : L'article attire l'attention sur un document dans lequel des indications d'une éventuelle origine russe de l'assassinat de l'héritier autrichien du trône l'archiduc François-Ferdinand et de son épouse à Sarajevo le 28 juin 1914. Le document en question provient de l'organisateur en chef de cette tentative d'assassinat, le patron des services secrets militaires serbes, le colonel Dragutin Dimitrijević-Apis. Il a été écrit au printemps 1917, lorsque Dimitrijević-Apis a été accusé d’avoir organisé une autre tentative d'assassinat, cette fois sur le prince régent serbe Régent Alexandre. Dimitrijević-Apis déclare qu'il n'a pris la décision finale d'assassiner l'archiduc François-Ferdinand qu’après avoir pris contact avec l'attaché militaire russe à Belgrade, le colonel Viktor Artamanov (selon d'autres Sources Artamonov), qui l’a assuré que la Russie soutiendrait la Serbie en cas d'une attaque autrichienne, c'est-à-dire qu’il n’est pas parti sans soutien militaire. Abstract : Le but principal de cette note est d’attirer l'attention des chercheurs sur un document qui contient un soupçon d'implication secrète possible de la Russie dans l'assassinat de l'héritier du trône d'Autriche, l'archiduc François Ferdinand et sa femme le 28 juin 1914 à Sarajevo Ce document a été écrit en 1917 par le principal organisateur du meurtre fatal, qui dirigeait à l’époque les services secrets militaires serbes, le colonel Dragutin Dimitrievich (Apis), à l'époque où il était accusé d'avoir organisé un autre attentat contre la vie du prince régent serbe Alexandre. Dimitrievich-Apis écrit qu'il a pris la décision finale sur l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand seulement après avoir reçu l’assurance par l'attaché militaire russe à Belgrade, le colonel Viktor Artamanov (également connu sous le nom d'Artamonov), que la Russie n'avait pas l’intention de laisser la Serbie sans soutien militaire en cas d'attaque autrichienne. La tentative d'assassinat à Sarajevo qui a eu lieu en fin de matinée du 28 juin 1914 contre l'héritier austro-hongrois du trône, l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche-Este, et son épouse, la duchesse Sophie von Hohenberg, est incontestement l'événement qui a déclenché une chaîne d'actions politiques, diplomatiques et, finalement, militaires qui a finalement éclaté fin juillet/début août pour se terminer par la guerre. Bien entendu, les autorités autrichiennes ont immédiatement fait suivre l'arrestation du lanceur de bombes infructueux Nedeljko Čabrinović, du tireur mortel Gavrilo Princip et de leurs quatre co-conspirateurs qui avaient été positionnés sur le trajet prévu du convoi de voitures archiducales, par des enquêtes pour faire la lumière sur d'éventuels commanditaires et identifier les organisateurs de l'attentat. Les résultats, auxquels ils sont parvenus en moins de quatre semaines entre l'attentat et la remise de la note diplomatique de Vienne, limitée à 48 heures par le ministère des Affaires étrangères, a été remise au gouvernement serbe le 23 juillet, se sont reflétés dans les demandes formulées dans l'« ultimatum » avec l'arrestation du major Voija Tankosić et d'une certaine personne connue comme Milan Ciganović, fonctionnaire de l'État serbe]. Mi lan Ciganović était un contact entre Nedeljko Čabrinović et Gav rilo Princip d'une part et le major Vojislav Tankosić qui était le responsable et qui avait veillé à ce que Čabrinović et Princip s’entrainent à Belgradeau jet de bombes et au tir au pistolet avait été pratiqué. C’st aussi à travers Tankosić que les armes - quatre pistolets d'origine belge et six bombes de l'arsenal de l'armée serbe à Kragujevac [Albertini 1952 : 58] - qui avait été introduit clandestinement en Bosnie avec l'aide des gardes-frontières serbes, nt été remises aux assassins. Jusqu'à la formulation et la remise de l'« ultimatum » aux Belgradois, le gouvernement et les enquêteurs autrichiens n’avaient pas réussi à connaître le nom de la figure centrale serbe du complot. Tankosić et Ciganović avaient agi sur ordre du colonel (пуковник) Dragu tin Dimitrijević, appelé Apis, le chef du renseignement militaire, (обавештајно одељење) de l'état-major général serbe, dont « le bras droit avait été Tankosić [Albertini 1952 : 55]. Dimitrijević-Apis était aussi Co-fondateur et membre de la Direction centrale suprême de l'organisation secrète "Уједињење или смрт" ("Association ou mort"), la célèbre"Црна рука" ("Main Noire"). En 1903, il avait été était un chef de file dans la préparation et l'exécution de l'assassinat du roi serbe Aleksandar Obrenović et sa femme, toujours avec Tankosić [ibid.]. Si le rôle que Dimitrijević-Apis a joué dans la préparation de la tentative d'assassinat à Sarajevo avait été connu des enquêteurs autrichiens en juillet 1914, cette circonstance aurait certainement été précisé dans l' « ultimatum », avec des exigences encore plus décisives. Au minimum l'arrestation et le procès du colonel auraient été nécessaires. Mais la considération suivante semble encore plus importante : le ministère des Affaires étrangères de Vienne en juillet 1914 aurait pu fournir aux gouvernements européens, en particulier ceux des grandes puissances, et aux opinions publiques européennes une thèse crédible à savoir qu'une figure centrale de l'appareil militaire serbe a organisé la préparation de l'assassinat de l'héritier du trône. Si la puissance voisine avait été impliquée, alors au moins il semble douteux qu'il eût été possible, surtout, pour le gouvernement russe, mais aussi pour le gouvernement français dans la crise de juillet, de considérer que la Serbie officielle n'avait rien à voir avec la tentative d'assassinat et ainsi de soutenir le gouvernement serbe dans son rejet des exigences centrales de l'« ultima tum ». « En effet, cela aurait été une enquête objective les liens entre les assassins et le royal serbe »]. « La principale raison pour laquelle on insistait sur le respect de la souveraineté serbe était la crainte que l'arrière-plan de l'attaque puisse être découverte et que la Serbie, les acteurs et les institutions étatiques impliquées puissent devenir connus au niveau international » [Leonhard 2014 : 100]. Il montre que si le rôle de Dimitrijević-Apis avait été connu, même après la Première Guerre mondiale, la position de la Serbie dans la discussion sur les causes de ce passionnant conflit militaire mondial aurait été considérablement affaiblie. Le seul fait que les autorités yougoslaves ont fait de leur mieux pour essayer de garder secrètes toutes les références à ce rôle autant que possible et de supprimer toute preuve. En particulier, pour ce document crucial, le rôle de ?? peut être clairement vu et a été gardé sous clé De quel type de document s'agit-il ? Après la retraite de l'armée serbe en Grèce en 1915, Dimitrijević Apis a été arrêté à la fin de 1916 avec un certain nombre d'autres officiers et avec Rade Malobabić, un de ses collaborateurs depuis 1913, puis jugé en 1917 à Salonique devant un tribunal militaire, du 20 mars au 23 mai. Il aurait participé à des « activités subversives » dans le cadre de l'organisation secrète « Уједињење или смрт » ainsi que Rade Malobabić et Muhamed Mehmedbašić, le seul des six Conspirateurs de Sarajevo qui avait réussi à s'échapper, qui ont été accusés d'une tentative d'assassinat contre le prince régent en août 1916. Avoir jugé Aleksandar. Dimitrijević-Apis, huit autres officiers et Rade Malobabić ont été arrêtés et inculpés le 23 mai 1917 pour trahison et condamnés à mort. La plupart des condamnés, cependant, ont été graciés et libérés après avoir purgé de courtes peines. Seuls Dimitrijević-Apis, le major Velimir Vuletić et Rade Malobabić n’ont pas été graciés. Le 12 juin 1917 ces trois condamnés ont été exécutés dans un champ à proximité de Salonique. En 1953, à Belgrade, une monographie sur la « Vérité sur le procès de Salonique » (« Истина о Солунском процесу ») de Borivoje Nešković, a publié un texte de quatre pages : Dimitrijević-Apis le 28 mars 1917 a été amené devant un tribunal d'officiers au cours de l'audience contre lui et d'autres prévenus et il a librement admis avoir planifié la tentative d'assassinat contre l'archiduc François-Ferdinand (cf. un fac-similé complet de ce texte incluant la translittération dans Nešković [1953 : 276-281]). Pendant la Seconde Guerre mondiale, après l'occupation de Belgrade par les troupes allemandes, un exemplaire de ce texte a été trouvé au ministère serbe des Affaires étrangères et publié en Allemagne [Uebersberger 1943; Nešković 1953 : 276] .1 Dans ses aveux, Dimitrijević-Apis écrit : « Je l'ai fait parce que je sentais que l'Autriche se préparait à une guerre avec nous, je croyais qu'en raison de la disparition de l'héritier autrichien du trône, le parti de la guerre et le courant dont il était à la tête, perdraient de leur force et qu'ainsi le danger de guerre serait écarté pour la Serbie, ou du moins qu’il serait reporté. J’ai commandé à Malobabić à l'occasion de la visite annoncée de Ferdinand à Sarajevo d’organiser une tentative d'assassinat contre lui. [. . .] Malobabić a exécuté mon ordre, a organisé l'attaque et l'a exécutée. » Le détail suivant du texte confessionnel d'Apis est maintenant important. Sur Le passage marqué par des points dans la citation précédente se poursuit immédiatement : « Je n'ai décidé de le faire que lorsque Artamanov (l’attaché militaire russe à Belgrade) m'a assuré que la Russie ne nous laisserait pas tomber [littéralement : sans défense] si nous étions attaqué par l'Autriche (à la suite de l’attentat). » Dimitrijević-Apis a toutefois poursuivi qu’il n'a rien communiqué à son interlocuteur à cette occasion de ses intentions d'assassinat. Le colonel Viktor Artamanov (Artamonov dans d'autres sources), l'attaché militaire russe à Belgrade, avait déjà fait de la propagande et soutenu activement la « Main Noire » [Albertini 1952 : 83 sq.]. Après la 1ère guerre mondiale Artamanov a ouvertement admis ses étroites relations avec Dimitrijević-Apis admis. Après la guerre également, le capitaine Alek sandr Večkovskij, employé d'Artamanov en 1914, a contredit son ancien patron et son partenaire serbe en témoignant que Dimitrijević-Apis avait informé Artamanov de l'attaque prévue et qu’ il (Artamanov) avait fait des recherches auprès d'organismes officiels non identifiés à Saint-Pétersbourg sur les conséquences possibles d'un tel acte [ibid. : 86, note 1 ;King, Woolmans 2013 : 181 sq.]. Selon les aveux de Dimitrijević Apis, Artamanov a également fourni les moyens financiers d'un « мали хонорар », que le « главниучесници његови », c'est-à-dire les principaux participants à l'attentat, par l'intermédiaire de Radе Malobabić [Nešković 1953 : 278]. Il est à noter que la publication des aveux de Dimitrijević-Apis par Borivoje Nešković de 1953 ne sont pas passés complètement inaperçus (cf. par exemple [Gavrilović 1955]), mais ils n’ont pas encore reçu aujourd’hui l'attention qu'il mérite. Dans les innombrables présentations récentes de la préhistoire de la Première Guerre mondiale, aucune ne fait référence à ce texte y compris le livre très commenté discuté « Les somnambules. Comment l'Europe…… » par Christopher Clark, dans lequel il est même expressément précisé que Dimitrijević-Apis « n'a laissé aucun compte rendu direct de ses motivations » [Clark 2012 : 48] - une déclaration qui ne s'applique clairement pas. La contribution a donc principalement pour but que les aveux du principal organisateur de l'attentat fatidique du 28 juin 1914 soient pris en compte. Bibliographie Albertini 1952 Albertini L., The Origins of the War of 1914, 2: The Crisis of July 1914. From the Sarajevo Outrage to the Austro-Hungarian General Mobilization, London, 1952. Bühler 1960 Bühler J., Vom Bismarck-Reich zum geteilten Deutschland, Berlin, 1960. Cafferky 2013 Cafferky J. P., Lord Milner’s Second War. The Rhodes-Milner Secret Society; the Origin of World War I; Аnd the Start of The New World Order, S.l., 2013 Clark 2012 Clark Chr., The Sleepwalkers. How Europe Went to War in 1914, London, 2012. Dedijer 1978 Dedijer V., Sarajevo 1914, 2, Izd. 2. dop., Beograd, 1978. Docherty , Macgregor 2013 Docherty G., Macgregor J., Hidden History. The Secret Origins of the First World War, Edinburgh, London, 2013. Friedrich 2014 Friedrich J., 14/18. Der Weg nach Versailles, Berlin, 2014. Gavrilović 1955 Gavrilović St., “New Evidence on the Sarajevo Assassination,” The Journal of Modern History, 27, 1955, 410–414. Gooß 1930 Gooß R., “Gutachten des Sachverständigen Vortragenden Legationsrats Dr. Roderich Gooß. Das österreichisch-serbische Problem bis zur Kriegserklärung Österreich-Ungarns an Serbien, 28. Juli 1914,” in: E. Fischer, C. Bohm-Schuch, Hrsg., Die Vorgeschichte des Weltkrieges. Im Auftrage des Ersten Unterausschusses . . . , 10, Berlin, 1930, 1–302. King, Woolmans 2013 King G., Woolmans S., The Assassination of the Archduke. Sarajevo 1914 and the Murder that Changed the World, London, 2013. Kiszling 1953 Kiszling R., Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este. Leben, Pläne und Wirken am Schicksalsweg der Donaumonarchie, Graz, Köln, 1953. Leonhard 2014 Leonhard J., Die Büchse der Pandora. Geschichte des Ersten Weltkriegs, München, 2014. Lieven 1983 Lieven D. C. B., Russia and the Origins of the First World War, London, Basingstoke, 1983. MacKenzie 1989 MacKenzie D., Apis: The Congenial Conspirator. The Life of Colonel Dragutin T. Dimitrijević, New York, 1989. McMeekin 2011 McMeekin S., The Russian Origins of the First World War, Cambridge (MA), London, 2011. Nešković 1953 Nešković B., Istina o Solunskom procesu, Beograd, 1953. Rose 2011 Rose A., Zwischen Empire und Kontinent. Britische Außenpolitik vor dem Ersten Weltkrieg, München, 2011. Uebersberger 1943 Uebersberger H., “Das entscheidende Aktenstück zur Kriegsschuldfrage 1914,” Auswärtige Politik. Monatshefte des Deutschen Instituts für Außenpolitische Forschung, 10/7, 1943, 429–438. ———1958 Uebersberger H., Österreich zwischen Russland und Serbien. Zur Südslawischen Frage und der Entstehung des Ersten Weltkrieges, Köln, Graz, 1958. Sosnosky 1929 Sosnosky Th., von, Franz Ferdinand. Der Erzherzog=Thronfolger. Ein Lebensbild, München, Berlin, 1929 Williamson 1991 Williamson S. R., Jr., Austria-Hungary and the Origins of the First World War, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, London, 1991. Williamson, May 2007 Williamson S. R., Jr., May E. R., “An Identity of Opinions: Historians and July 1914,” The Journal of Modern History, 79, 2007, 335–387.
  24. Un médecin d'une ONG indiquait que le pays est très touché par le covid et que l'arrivée des Talibans allait aggraver la situation ( dimanche ou lundi sur une chaîne d'information)
×
×
  • Create New...