Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Rescator

Members
  • Posts

    959
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

Posts posted by Rescator

  1. Il y a 14 heures, g4lly a dit :

    Le truc pèse moins lourd qu'une rocket M31 ... mais on ne peut en mettre que deux par pods au lieu de 6 ... en plus la charge militaire doit être très modeste. Tout ça dans un engin presque aussi lent qu'une munition kamikaze électrique... J'ai vraiment du mal à comprendre le plus produit et l'intéret de balancer ca d'une rampe MLRS.

    Balancer ça d'un petit PL "banalisé" serait bien plus utile à mon sens.

    j'ai les mêmes questions sur ce ce concept, archétype de la fausse bonne idée?

    • Thanks 1
    • Upvote 1
  2. Il y a 9 heures, BP2 a dit :

    Ce que j'en sais c'est que les émiratis ont exigé, contrat à l'appui, que toutes les évolutions intégrés sur les matériels français le soit aussi sur les leurs. Sans limitation de temps.  Et c'est ca qui a couté un bras.

    non

     

    Il y a 9 heures, BP2 a dit :

    Et puis on était en retard sur les dates de livraisons : il me semble bien que certains ont été livrées en avion (Antonov il me semble).

    oui

     

    Il y a 9 heures, BP2 a dit :

    GIAT n'était pas encore Nexter. Moins structuré, moins pro

    oui

     

    Il y a 9 heures, BP2 a dit :

    la technique pour la technique

    non

    • Thanks 1
  3. Il y a 8 heures, BPCs a dit :

    Une fois acté que le Char reste incontournable, reste à solutionner la question de l'inflation de la masse avec son triple corollaire de l'augmentation du prix d'achat (et du moindre nombre d'unité), de l'augmentation de la consommation avec l'impact logistique (et donc la vulnérabilité que cela implique) et enfin de la moindre mobilité tactique voire stratégique que cela amène.

    On peut repérer différentes options avec chacune leur défaut assumé :

    L'Armata de 54t avec sa cellule de survie et sa tourelle téléopérée, moins bien protégée, donc vulnérable.

    Le type 10 japonais avec son armure composite, hypercouteux à produire.

    Le Merk4 de 72t avec ses 10t de blindage supplémentaire pour le plancher et la protection du toit, à la mobilité tactique forcément limitée, valable pour Israël qui combat au sortir de son garage.

    Le MGCV du défunt programme FCS qui prévoyait un char de 25t qui combattait au 2/3 en NLOS (avec notamment une flèche pour attaque par le toit) et devait l'emporter en LOS grâce à sa suprématie en vitesse d'acquisition de cible et tir et ses protections actives.

    Le char de 45t de M Chassilian, à la protection limitée au 57mm, le reste étant assumé par les APS... voire étant assumé que le bouclier arrêtera difficilement une flèche moderne, les gains de protection devant se faire ailleurs (camouflage,  leurrage)

    Le KF-51 de "seulement" 59t avec son système actif de protection contre les attaques par le toit et son gabarit "tunnel compatible" afin de faciliter la mobilité stratégique par train.

    L'E-MBT avec sa tourelle semi-intégrée dérivée du XL mais de 61t.

    Le MPF de moins de 38t mais ne pouvant pas engager un MBT moderne.

    Donc choisir c'est se limiter en considérant que certaines capacités sont d'un emploi trop rare pour payer le surcoût qu'elles impliquent.

    C'est dans ce sens que je questionne nouveau char Strv-103

    Dans le sens où :

    - je postule sur la rareté du combat de cavalerie en 2022 et de son duel de chars, à l'origine du MBT multifonction d'aujourd'hui. Surtout vu l'émergence du combat N-LOS.

    - on prévoyait majoritairement des affrontements en face à face (plus ou moins 30°) à la fin de la guerre froide et on peut penser qu'avec le gain informationnel sur le champs de bataille, cela va être encore plus vrai.

    - et (hypothèse perso), on devrait pouvoir stabiliser le canon d'un automoteur pour permettre le tir de face en roulant, si on lui fournit un certain degré de liberté dans les 4 directions (l'ERAC 120 avait env 8 °de battement lateral par exemple).

    Si on avait les bonnes briques de LEGO, on n'aurait pas de choix à faire entre 2 modèles.

    Le MPF c'est une basse d'Ascod/Ajax d'IFV à moteur avant, sur lequel on a greffé une tourelle peu blindée proche de celle de l'Abrams. Une version full blindage l'amènerait à la masse d'un MBT.

    L'AMX-10 M ACRA, c'est un IFV traversé d'un canon.

    Si on partait d'une base d'IFV à moteur avant type CV90, ne pourait-on pas en dériver un un joujou à tourelle pour la cavalerie et un automoteur bien protégé pour l'infanterie ?

    En simplifiant le Strv-103 c'est un ERAC120 à moteur avant :happy:

    L'approche du châssis modulaire était celle envisagée pour le trop léger FCS :

    288f63a7696f4fe407b23c32e4cd6da6.jpg

    Si la DGA avait par hasard l'idée de commander un châssis d'IFV chenillé à Nexter  indépendamment du MGCS juste pour Scorpion 2  - juste pour mieux accompagner les XL- il deviendrait possible d'en dériver un MBT en y greffant la tourelle de L'E-MBT et un canon d'assaut pour l'infanterie.

    Pendant 40 ans, de 1950 à 1990, l'armée de terre a utilisé des chars faiblement protégés voire pas protégés du tout (AMX13, AMX30, M47) et ça ne l'a pas empêché de vivre ni d'adapter ses doctrines et ses manuels tactiques à la menace, en privilégiant le tir et la mobilité. Avec des flèches qui vont pénétrer pas loin du mètre de RHA et des bidules qui dégringolent du ciel avec des charges tandem, même le Merkava IV est détruit. Si on prolonge les courbes, on arrive sans problème à 90 tonnes et 2500 chevaux. C'EST TECHNIQUEMENT FAISABLE. Il y a sur ce forum des nostalgiques du Maus, du T28 et autre Turtoise (char casemate ça fera plaisir à @BPCs) et je pense à eux. Mais ce char ne cochera jamais les cases Prix, MCO, transport stratégique, franchissement d'ouvrages d'art et par moyen du génie. Ceux qui pensent qu'un char très lourd ne serait pas mobile tactiquement se trompent. Avec des chenilles de bonne largeur et 27ch/t il ira très vite et sera très à l'aise en terrain. A l'autre extrémité, le char dit léger (je n'ai pas de religion sur la masse 20t? 30t?35t?) qui peut être armé d'un canon de 105/120 mm donc frapper fort et faire très mal. On peut installer une protection active sur un char léger, pas de souci. Associée à un blindage N4/5 voire 6, c'est une solution très acceptable si on lui donne une très bonne agilité (suspension grand débattement, au moins 27ch/t, faible pression au sol). Avec les critères actuels (concept du MFP) l'AMX30 serait un char léger avec ses 38t. Finalement on se dit intuitivement qu'un char léger bodybuildé pour intégrer un Ascalon serait une base de départ sachant que le concept MGCS prévoit un système à plusieurs plateformes dont certaines seraient chargées des détections et des contremesures, de l'élimination de certaines menaces (drones) et de l'escorte du porteur de gros calibre. Il ne faut pas trop de plateformes différentes sinon c'est le chaos à coordonner. Donc on pourrait démarrer avec deux plateformes, gros canon et escorteur, puis par évolutions successives on améliore le système (plateformes, équipements). Le MGCS sera la plus petite plateforme capable de porter un Ascalon et qui intègre d'emblée un APS. Le développer ne prendra pas quinze ans. Avec les briques E-MBT et quelques autres technos sur étagère, une mise en service avant 2030 est possible.

    • Thanks 1
    • Upvote 1
  4. Il y a 4 heures, Clairon a dit :

    Donc pourquoi les munitions télescopées ne permettraient pas un autre fonctionnement (revolver, électrique, ...) permettant des cadences bien plus élevées. Nexter réussi à atteindre du 1250 cps/mn avec son 30 mm sur Rafale et il existe des solutions de munitions télescopées avec des autres types de culasses qui ont une bien plus grande cadence de tir (Textron LSAT par exemple), on aurait ainsi un canon CTA40 à 500/600 cps/mn voire plus qui serait parfait en AA

    oui. Munitions télescopée ne signifie pas culasse rotative à 90°, ce sont deux paramètres indépendants. La munition télescopée permet de gagner en longueur donc en encombrement général de l'arme. Le culasse rotative à 90° dans l'axe des tourillons (sinon ça n'a aucun intérêt) permet d'avoir un magasin fixe en tourelle quel que soit l'élévation du canon donc fini les couloirs souples et autre chaine à croix de Malte comme sur les vieux projets 35-50 allemands. On peut tirer des munitions télescopées dans une architecture de canon à barillet type defa. On peut aussi augmenter la cadence en faisant tourner la culasse rotative d'un angle inférieur (30° au lieu de 90°) ce qui réduit le temps de chargement/éjection et augmente donc la cadence mais on perd le chargement fixe. 

    • Upvote 2
  5. Il y a 8 heures, Patrick a dit :

    Quelle est ton opinion?

    tout dépendra de deux critères fondamentaux, tourelle téléopérée ou non, et nombre de coups prêts au tir. L'architecture du sergent york à deux canons jumelés avec les coffres à munitions sur l'avant ou l'architecture Guépard avec les canons latéraux. Il faudrait au moins 500 coups prêts au tir avec l'un des canons chargé avec qq coups flèche et l'autre qq coups explo classiques pour l'autodéfense. On peut imaginer de placer les opérateurs en tandem l'un derrière l'autre comme dans les chars à tourelle 3 hommes. Je pense que les options d'architecture sont très ouvertes. En armement complémentaire il faudra placer des missiles ou un laser.

    • Thanks 1
  6. Il y a 6 heures, hadriel a dit :

    merci

    pour le SABC, il y a deux capacités à traiter: celle des unités blindées en mouvement et il faut un "automoteur" (si quelqu'un a un autre nom...) capable d'accompagner les Leclerc et les VBCI sur tout type de terrains donc un châssis plutôt très mobile, et celle des zones arrière agressées par tout un tas de machins volants et là on peut avoir du quasi statique sur camion en architecture éclatée (effecteurs et capteurs éloignés). Pour le premier je verrais bien un couple de châssis VBCI, l'un portant un radar, un gonio et un laser, l'autre 2 canons de 40, un brouilleur et un lanceur quadruple de Mistral. Pour la zone arrière, un camion porteur de silos verticaux avec un "super Mistral"/MICA VL/CAMM (ce qui sera le plus pertinent), un camion Rapidfire 40CTA/brouilleurs, un camion Laser  et un camion PC/radar/veille IR

    • Like 2
    • Thanks 1
    • Upvote 1
  7. il y a 24 minutes, g4lly a dit :

    Un truc intéressant de la guerre en Ukraine c'est la difficulté de mise en œuvre d'un pont flottant... Pour les coupure humide c'est la qu'on se dit qu'un kit de franchissement pourrait être une riche idée sur les engins en question. On peu imaginer des blocs de mousse qui se fixent comme des jupes sur les coté, à l'avant et à l’arrière, et dont on se débarrasse en tirant sur quelques goupilles.

    vrai bon sujet à développer en effet

    il y a une heure, BPCs a dit :

    2) l'exemple de la version chenillée du Boxer qui fait passer la masse totale à 45 t au lieu de 36t (le 38,6t revendiqué n'étant pas clairement démontré) soit 25% en plus :

    Sur un Jaguar de 27t cela ferait monter à 33,75t.

    attention ne pas laisser croire que le passage à la chenille augmente les masses. Je rappelle que c'est l'inverse. Le terme Boxer à chenilles n'est là que pour rappeler le concept de modules, c'est tout. KMW voulait seulement un produit concurrent au Lynx de Rh. Un Jaguar chenillé pèserait environ 2 tonnes de moins que l'actuel 6x6.

    • Thanks 1
    • Upvote 2
  8. Le 04/04/2022 à 19:16, judi a dit :

    Sinon, je m'inscris en faux concernant les moyens de Guerre Electronique de l'avant. On en a. On a même un régiment, le 54e régiment de transmissions avec quatre compagnies de guerre électroniques multirôles, chacune disposant d'une section GE d'appui de zone (avec station LINX), une section GE d'appui contact (avec VAB SAEC et VAB CATIZ) et deux sections légères d'appui électronique (avec PVP GE). En revanche, je suis d'accord sur le fait qu'il y en a trop peu (mais c'est comme la quasi-totalité des moyens de l'Armée de Terre). 

    pardon ma phrase est mal tournée. "drones que nous n'avons pas" Ok + GE que nous avons

  9. il y a une heure, mehari a dit :

    J'ai pris pas mal de retard pour répondre à ça mais j'avais pas vu ce post. Bref...

     

    C'est un concept intéressant mais pour un élément supposément faire de la reconnaissance et de la sécurité, il m'a l'air extrêmement lourd: pas loin de 41 chars par bataillons (je vais appeler les "escadrons" US des bataillons pour éviter la confusion), 123 par ACR. Combiné aux hélicoptères, ça fait penser que cet élément est fait pour l'exploitation immédiate des informations dans un contexte "assaut" plutôt que simplement collecte d'information/sécurité.

    Je m'inquiète aussi un peu de la logistique très variée de cette formation: un escadron d'hélicoptères, un paquet de véhicules chenillés très très lourd, etc. Ça doit pas être joyeux. Il aurait peut-être été plus simple d'attacher certains éléments depuis les autres éléments du corps dont l'artillerie et l'aviation. Le VII US Corps était par exemple doté, outre le 2nd ACR, de 3 brigades d'artillerie comportant 3 bataillons d'howitzer chacune ainsi que d'une brigade d'aviation (hélicoptères). Dans le cas de l'artillerie cependant, c'était peut-être nécessaire, le M109 ne disposant que d'une portée assez restreinte comparée aux 155 modernes (20km avec munition standard et 30 avec RAP contre ~40 avec base bleed et +60 avec RAP pour certains .

    D'un autre côté, la présence des compagnies MI et NBRC sont judicieuses à mon sens. On notera quelques autres choses:

    • La compagnie MI comprenait un élément de support logistique, un élément de communications, un élément support opérationnel équipé HUMINT, CI et analyse, un peloton de surveillance équipé de radars et un peloton de guerre électronique capable d'interception et de brouillage et un élément EW en vol travaillant de concert avec les hélicoptères EH-60 du bataillon d'aviation. Pas de drone cependant.
    • La compagnie du Génie a aussi une fonction de renseignement car elle analyse la qualité de l'infrastructure lors du passage de l'ACR, au profit du Corps.
    • Pas de compagnie de transmissions?

    https://irp.fas.org/doddir/army/fm34-35/Ch2.htm

    Ceci dit, je pense que si les US devaient recréer un élément de reconnaissance et sécurité au niveau du Corps, il le mettraient probablement sur Stryker.

    Autre truc auquel ça me fait penser, la nouvelle Deep Strike Brigade Britannique. Elle se compose de

    • 2 bataillons de reconnaissance Ajax
    • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal
    • 1 bataillon de reconnaissance légère Jackal (réserve)
    • 1 bataillon RSTA
    • 2 bataillons d'artillerie 155mm (assignés aux 12e et 20e Brigades Blindées)
    • 2 bataillons d'artillerie MLRS
    • 1 bataillon d'artillerie MLRS (réserve)
    • 1 bataillon d'artillerie 105mm (réserve)
    • 1 bataillon de maintenance REME

    Le raisonnement est probablement ici que les unités de reconnaissance vont bouger à une vitesse telle que les roquettes guidées sont le meilleur moyen de continuer à les supporter où qu'elles soient. On notera qu'un support AT pourrait être fourni par les MLRS si on avait développé des roquettes BONUS.

    Cependant, je pense que je séparerais les deux en une brigade de reconnaissance et une brigade d'artillerie.

     

    Maintenant, imaginons qu'on veuille rétablir un Corps au sein de l'armée française, avec 2 divisions française et la possibilité d'inclure une ou deux divisions étrangères (disons Ibériques) dans une structure intégrée pour des opérations Article 5 ou similaires. Il serait intéressant pour ce Corps de disposer d'atouts en propre pour appuyer ses divisions. Parmi ces atouts, on pourrait compter une artillerie à longue portée avec capacités STA supplémentaires, aviation légère, génie, logistique, etc. mais aussi un élément de reconnaissance. Celui-ci pourrait être aussi lourd qu'un ACR mais personnellement j'étudierais 2 autres pistes, une médiane et une légère, toutes deux sur le modèle des escadrons US (en mélangeant un peu de structure moderne dans le tas).

    Un peu de nomenclature d'abord. Je vais utiliser le vocable suivant: Groupe - Bataillon - Compagnie - Peloton pour discuter des types d'unités |||, ||, | et ···. Appliquez la nomenclature traditionnelle que vous préférez (que ce soit Régiment - Escadron - Troupe - Peloton ou Brigade - Régiment - Escadron - Peloton ou autre) à ça1. C'est pour éviter les confusions.

    Commençons par établir la structure de base. Comme l'équivalent ACR, le groupe est constitué de

    • 3 Bn Cavalerie
    • 1 Coy Génie
    • 1 Coy Renseignement Militaire
    • 1 Coy CBRN
    • 1 Coy Anti-aérienne (missiles)
    • 1 Bn Logistique

    On notera ici l'absence d'un bataillon d'hélicoptère, groupe de reconnaissance (RG) recevant des éléments de la Brigade d'Aviation Légère du Corps. Par ailleurs, la compagnie MI est désormais composée d'un peloton Analyse, un élément HUMINT, un élément SIGINT (formant ensemble le peloton de collecte d'information), un peloton EW et un peloton UAV. Aux US il s'agit de RQ-7 mais on peut probablement trouver autre chose qui satisfasse. Le bataillon logistique de son côté comprend les éléments de ravitaillement, de maintenance et médicaux.

    Le bataillon est constitué comme suit

    • 1 Compagnie QG et Logistique (éléments transmissions et C2, maintenance, ravitaillement et médicaux)
    • 3 Compagnies de reconnaissance
    • 1 Compagnie de combat (correspondant à la compagnie de chars des escadrons de l'ACR)
    • 1 Compagnie d'appui
      • Peloton Sniper/Reconnaissance à pieds (Scout Sniper)
      • Peloton AA (SPAAG)
      • Peloton Munitions Rôdeuses (fournissant une capacité de reconnaissance et de frappe en avant du bataillon)
      • Peloton Radar de Surveillance?

    Comparé à l'escadron ACR, le bataillon RG perd la batterie d'obusiers qui est remplacée par une combinaison de munitions rôdeuses et d'appui à plus longue portée en provenance du Corps. On voit aussi l'addition d'un peloton AA équipé de SPAAG éventuellement combinés à des missiles légers comme des MANPADS, une addition que je ferais à toutes les unités de contact au moins dans l'armée de terre en général (i.e. infanterie et cavalerie). Le peloton de Sniper/Scout pourrait déjà se trouver dans l'organisation ACR, je ne suis pas sûr. Dans tous les cas, ça me paraît être une bonne idée pour fournir une capacité encore plus légère et une capacité sniper qui sinon manque aux compagnies et au bataillon en général.

    Enfin, le peloton radar de surveillance est normalement localisé au sein de la compagnie de renseignement mais a disparu de celles-ci ces dernières années. Il s'agit cependant d'une capacité ISTAR potentiellement intéressante (attention à l'ELINT adverse cependant). J'hésite cependant entre la mettre au niveau du bataillon ou des compagnies de reconnaissance.

    Enfin, chaque compagnie de reconnaissance est composée comme dans le cas de l'ACR, de deux pelotons de reconnaissance, de deux pelotons de combat, d'une section de mortiers de 120mm, d'une équipe d'observateur d'artillerie, d'une équipe médicale (ambulance) et d'une équipe de ravitaillement. On y trouve aussi un spécialiste équipé d'un UAV type RQ-11 soit colocalisé avec les observateurs d'artillerie ou avec le commandant de compagnie.

    Les pelotons de reconnaissance suivent l'organisation américaine en "6×36". Selon cette organisation, le peloton est divisé en 3 sections plus ou moins identiques de 12 mais dont l'une est contient le CO et XO. Chaque section se divise alors en un élément monté et un élément à pied de 6 personnes chacun. Ça permet alors de créer 3 équipes de reconnaissance montée transportant une équipe de reconnaissance à pied chacune.

    Et c'est ici qu'on commence à différencier entre un scénario moyen et un scénario léger.

    Dans le cas moyen, le bataillon est équipé principalement de véhicules 8×8. Un exemple typique serait le couple Freccia-Centauro. Ainsi le peloton de reconnaissance est doté de 6 Freccia équipés de tourelles de 30mm, de missiles et éventuellement d'un mat télescopique (ce sera apparemment le cas des nouveaux Freccia EVO de reconnaissance) tandis que le peloton de combat est équipé de 4 Centauro 105 ou 120mm. La section de mortiers est dotée de 2 Freccia 2R2M.

    On peut imaginer une configuration alternative avec des Vextra ou VBCI équipés de tourelles 40CT+MMP et de tourelles 105/120mm. La section mortier peut être composée de 2 MEPAC ou de deux 8×8 équipés d'un mortier en tourelle comme l'AMOS ou le NEMO. On considère alors par compagnie, 9 105/120mm, 13-15 8×8 40CT reconnaissance/commandement/observation de tir (les Suédois et US mettent leurs équipes d'observateurs de QG dans les Bradley, M113 ou CV90 donc suivant d'à quel point on suit l'exemple, on peut obtenir jusqu'à 15 véhicules sans compter l'ambulance). L'effectif total de la compagnie s'élève alors à 130-140 personnes réparties comme suit (plus les trucs que j'oublie)

    • 13 personnes dans le QG
    • 72 dans les pelotons de reconnaissance
    • 24 dans les pelotons de combat
    • 4 dans l'équipe d'observation d'artillerie
    • 4 dans l'élément de ravitaillement
    • 4 dans l'équipe médicale
    • 9 dans la section de mortiers
    • 1 spécialiste UAV

    La compagnie de combat est elle dotée de 14 8×8 105/120mm additionnels (et probablement 2 8×8 PC et OA) ce qui monte le total à 41 105/120mm et un paquet de 8×8 divers et variés dont au moins 36 pour la reconnaissance.  La structure du QG de la compagnie de combat est alors similaire à celle de la compagnie de reconnaissance à quelques détails près. Je chiffrerais le total à environ 60 personnes.

    Ainsi le total sans compagnie de commandement et logistique et sans compagnie d'appui est de 405 (supposant une compagnie de reco de 125 personnnes et une compagnie de combat de 60).

    Le peloton AA peut être chiffré à 16 personnes (4 véhicules avec 4 personnes), le peloton Scout Sniper US est à un peu moins de 30 personnes (et un GCP français serait aussi à 20-30 personnes). Difficile de chiffrer les deux autres mais ça donne un bataillon à probablement 600 personnes.

     

    La variante légère est probablement plus proche de ce que la France ferait. La reconnaissance est alors équipée de 9 VBAE portant 4 personnes chacun (3 sections de 3 VBAE). Les pelotons de combat de leur côté sont équipés d'EBRC et le Mortier est un MEPAC. Des Griffons ou Servals assurent alors les fonctions de la compagnie.

     

    Je crois que je prendrais un compromis où les pelotons des compagnies de reconnaissance seraient composés de VBAE et Jaguar avec un Vextra NEMO en mortier, et une compagnie de combat faite de Vextra 120mm canon. Le groupe de reconnaissance comprend alors 81 Jaguars et 42 Vextra 105mm.

     

    Autre question que l'on peut se poser: est-ce qu'on utilise cette structure de bataillon dans les brigades normales?

     

     

    1 Personnellement, pour la cavalerie, je préfère Groupe - Aile - Escadron - Troupe (aile vient du latin Ala désignant une unité d'auxilia de cavalerie de ~500 hommes sous le principat) mais restons simples. L’appellation "Régiment" s'applique alors si le groupe constitue l'ensemble des éléments du régiment et n'en contient pas d'autres.

    @meharimerci pour l'analyse. Une chose fondamentale à comprendre c'est la deep strike brigade britannique et l'ACR US sont destinés à détruire l'ennemi, pas à occuper le terrain car ils n'ont pas d'infanterie. L'un le fait à distance, l'autre en combat rapproché. La question est de savoir si ce type d'unité doit être pérenne ou si elles peuvent être des unités de marche constituées à partir de morceaux d'autres régiments pour une durée donnée et une mission spécifique. Avec des Leclerc, des JAguar, des Mepac et quelques VBCI on saurait faire l'équivalent. Il manquerait des drones d'attaque que nous n'avons pas et des moyens de GE de l'avant. Je suis convaincu qu'il existe un besoin d'une nouvelle forme d'unité entre le GTIA et la brigade. L'ACR me paraissait pas mal, il faudrait le remettre au goût du jour.

  10. Il y a 2 heures, Scarabé a dit :

    IDEM  

    FMHpdIVXsAQPk8n?format=jpg&name=large

    intéressant schéma mais très sélectif car il manque un paquet de fournisseurs : Bertin, Michelin, Arcelor, Lacroix, Péchiney, etc 

  11. Il y a 1 heure, Pakal a dit :

    Autre qualité du Jaguar par rapport à ses prédécesseurs (ERC90 et 10RC ?) mais pas mise en avant: la capacité à tirer en roulant

    youpee !

    Le 13/02/2022 à 17:56, Jésus a dit :

    C'est toujours si facile de mettre le Jaguar face à des chars pour dire qu'il ne fait pas le poids, un peu comme ceux qui mettront un VTT face à un VCI ou une frégate face à un patrouilleur.

    Comprenons bien que le Jaguar n'est pas un tueur de char, il n'est pas là à devoir résister à des obus de char, alors arrêtons de toujours l'imaginer face à des dizaines de chars adverses pour dire qu'il ne pourra pas tous les éliminer avec 2MMP (même si ce n'est pas dit ainsi, l'idée y est).

    Le maillon Jaguar dans notre "chaine" organique ne se place pas devant le Leclerc, ne se place pas à son niveau non plus, il est derrière le char. Je sais et je peux comprendre qu'on se plaigne de manquer de volume de chars, mais il ne faut pas vouloir "compenser" avec le Jaguar dans des scénarios de combats de chars. Oui rappelons le encore une fois, le Jaguar comme tout autre véhicule ne sont jamais des unités qui agissent seul, c'est toujours un ensemble d'éléments qui se complètent. Si on sait qu'en face on a une forte présence de chars, on engagera le Leclerc comme premier maillon. Si on sait qu'en face la menace blindée est faible,  ben le MMP du Jaguar est là pour cela, il est secondaire, il est un missile de l'instant "surprise" lors d'une reconnaissance. Le Jaguar ne va pas être un pot de fleur qui sera en haut d'une colline à observer des défilés de blindés adverses qu'il devra détruire et pour lequel on se dit qu'on n'a pas le temps de sortir pour recharger.

    Non les combats sont rarement ainsi, il y a énormément de temps de pause, de moment ou on se prend le temps de réfléchir, de moments ou l'on prend le temps de bien se cacher. Ce n'est pas un jeux vidéo ou ça va foncer seul et à l'aveugle dans le dispositif ennemi. Aussi grande que peuvent être certaines batailles, chaque soldat n'est confronté qu'à un faible engagement individuel, mais c'est la multitude de ces engagements qui donne cet effet de masse. C'est la multitude de petites victoires ou de petites défaites qui font LA défaite ou LA victoire. On se retrouve plus d'une fois avec des combats qui s'avèrent être des échecs mais qui au final, au milieu de tant d'autres combats victorieux sont oubliés. Vous allez avoir des combattants qui auront participé en première ligne à de grandes batailles sans avoir tiré un seul coup de feu. Ce que je veux dire, c'est que tout est aléatoire et que bien souvent, pour l'équipage d'un seul véhicule blindé, ce qu'il aura véritablement face à lui, ce sera peut-être 2-3 véhicules ennemis et quelques soldats, pas plus.

    Une armée (de nos jours) n'est jamais un bloc, c'est un ensemble de petits blocs qu'on divise sur le champs de bataille, qui a chacun ses positions, ses missions, ses moyens. C'est vrai aujourd'hui, mais c'était aussi vrai dans des affrontements de masses comme à Verdun, ou pour le soldat dans sa tranchée, l'ennemi ce n'était pas des millions d'hommes, mais juste les quelques dizaines/centaines dans la tranchée 100m devant et au nombre de ses camarades à côté de lui, la part d'ennemi qui lui est relative s'avère faible. Cela ne veut pas dire que les combats ne sont pas intenses, violents ou meurtriers.

    Je m'égare un peu du sujet, mais il est important d'arrêter de toujours faire des comparaisons de blindés comme s'ils seraient seul et qu'ils doivent en conséquence être en mesure de détruire des blindés ennemis par paquets de 12 pour être crédible. On se complète les uns aux autres, que ce soit dans une même formation (donc les mêmes véhicules) ou avec d'autres formations (et des véhicules différents).

    je partage totalement

  12. Il y a 4 heures, hadriel a dit :

    probablement au moins 8 MHT

    non

     

    Il y a 4 heures, hadriel a dit :

    les VBAE devraient arriver bientôt

    ah bon ?

     

    Il y a 7 heures, BPCs a dit :

    remplacer l'essieu médian par un essieu de type mattracks

    aucun intérêt si c'est limité à un seul essieu

     

    Il y a 4 heures, hadriel a dit :

    il y avait bien 2 MMP en nuque de tourelle

    non dans le coffre arrière de châssis

     

    Il y a 7 heures, BPCs a dit :

    le niveau de protection est toujours classifié.

    oui et c'est mieux comme ça !

    • Thanks 2
    • Haha 1
×
×
  • Create New...