Captain Pif

Members
  • Content Count

    554
  • Joined

  • Last visited

Community Reputation

1 Neutral

About Captain Pif

  • Rank
    Connaisseur

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Je tombe sur ce vieux fil. Quelques questions: - comment aménagez vous une soute à bombes conséquentes sur un avion civil où passent énormément de canalisations et faisceaux électriques sous le plancher cabine? C'est sans doute jouable, mais à quel coût! - ne fantasmez pas trop sur le largage d'armements à Mach 2: vous peinerez à concevoir des portes de soute assez résistantes! Et si vous mettez des missiles en externe, vous augmentez la trainée et perdez en vitesse (sur le MIVA, l'AN11 était en partie incrustée dans le fuselage, qui avait été conçu pour celà) - le Concorde en basse altitude, faut voir, mais çà pose quand même des problèmes majeurs de résistance structurelle et de stabilité/manoeuvrabilité - la signature équivalente radar ne doit pas être terrible... - le ratio nombre d'heures de mécanique / nombre d'heures de vol était pas terrible... - last but not least: un coût gigantesque qui aurait privé l'Armée de l'air d'un nombre conséquent d'avions plus petits mais beaucoup plus polyvalents Bon, je sors!
  2. Bonjour à tous, pas eu l'occasion/le temps de poster depuyis longtemps. Intéressant sujet... D'ici à ce que les 50 Atlas soient livrés (s'ils le sont... j'ai comme un doute...) la flotte C-130H sera pbbt arrivée à bout de potentiel. Et bien sûr les C160. Les Casa sont bien pour l'outre-mer et les liaisons en métropole, mais leurs capacités stratégiques sont très modestes. Les bateaux seront toujours mis à contribution pour le lourd: c'est moins rapide mais inxcomparablement moins cher. Les MRTT: on est déjà passé de 14 à 12, au train où vont les choses çà pourrait bien être encore réduit, ne révons pas trop. Pour les kits ravito des Atlas: j'en étais resté à 5 ou 6 appareils équipés, êtes vous sûr que ce sera 10? Bizen sûr l'idéal serait d'avoir tte la flotte équipée, mais quand ils servent comme tankers ils ne font pase transport,, ou marginalement. Donc çà donne de la souplesse dans le type de mission, mais il faut quand même faire un choix à un moment donné. Last but not least: quid de l'Atlas pour le Poitou? Assez rustique? Assez endurant (posers d'assaut sur la latérite)? Pas trop cher? A mon (très miodeste) avis il y aura un gap entre les casa et les Atlas, et peut-être un besoin pour des C-130H d'occasavec potentiel ou si les finances le perlmettent (à hauteur de 3-4 avions) des C-130J ?
  3. On s'emballe peut-être un peu vite, ou on oublie de nuancer les propos... Ce que rapporte Foreign Policy, c'est que les USA ont fourni à l'Irak des images satellitaires montrant de fortes concentrations de troupes iraniennes se préparant à attaquer dans la région de Bassorah (extrême sud-est de l'Irak), alors assez mal défendue. La réponse irakienne - emploi de gaz contre les troupes iraniennes - n'a pas été décidé à Washington - en tous cas rien ne permet de l'affirmer.
  4. S'il n'y a que 20 avions à acheter il est illusoire (1) de penser en développer un nouveau; (2) de relancer la chaîne d'Alphajets en modernisant l'avionique: le coût serait infiniment plus élevé dans les deux cas. Si j'ai bien compris l'idée de l'AdA, c'est de garder les TB-30 de cognaq et les Ajets modernisés de Cazaux, mais d'acheter un petit nombre de PC-21 ou équivalent pour combler la marche Epsilon-Ajet et pour mettre à dispo de certains pilotes de Rafale une plate-forme avec une avionique moderne pour accomplir une partie de leurs heures de vol. Bon, c'est sûr que c'est pas tout à fait la même chose en terme d'enveloppe de vol, de vitesse, de missions longue durée, d'entrainement au refuelling... Comme d'hab, le CEMAA a dû mangé sa casquette et trouvé une idée pour garder des pilotes en dépensant moins...
  5. Ce sont les émiratis qui fiancent la base (càd l'implantation française sur leur propre base). Et la géostratégie implique une vision à plus long terme ...
  6. En juin 67 Israël avait commandé 50 Mirage 5J, version dérivée du MIII et adaptée à ses propres besoins. Elle avait aussi demandé à Dassault,quelques années plus tôt, le développement d'un chasseur-bombardier à ailes en flèches pour l'attaque à basse altitude. Ce fut le prototype du Mirage F2, qui n'eut pas de suite comme tel mais dont fût dérivé le Mirage F1, version monoplace destiné à l’interception - défense aérienne (du moins dans sa 1ère version). L'embargo initial avait stoppé les livraisons des M5J, jusqu'à aggravation de l'embargo en 1968 après le raid de Tsahal sur l'aéroport de Beyrouth. En 1967, Israël avait déjà commandé des A4 Skyhawk aux USA (après avoir en vain essayé d'obtenir des A-6 Intruder quelques années plus tôt). L'avionique des jets américains était plus avancée que celles des jets français (ce sont des pilotes israéliens qui disaient à l'époque que le Cyrano II du MIIIJ servait uniquement à lester le nez de l'avion), c'est vrai, mais a contrario on peut penser que les israéliens auraient aider à développer des systèmes d'armes d'avantage up-to-date. Après, il est clair que pendant la guerre du Kippour, la capacité offensive d'un F-4E était sans commune mesure avec celle des jets made in France, et surtout, surtout, que les USA ont livré massivement armes et munitions pendant la durée du conflit (+, et c'est un secret de polichinelle, quelques pilotes prêtés à Israël) là où, très probablement, le gouvernement français aurait décrété un embargo... Cf. p.ex. l'embargo sur les pièces des MIIIO de la RAAF quand l'Australie soutenait trop à "nos" yeux la politique américaine au Vietnam. déjà à cette époque, une vente d'arme était un accord stratégique de plus grande portée. Pompidou se flattait d'avoir vendu des Mirage 5 à Khadafi. Tout est affaire de choix... Sur le seul plan de la qualité des matériels, le Mirage 2000-5 (ou -9) ou le Rafale auraient peut-être (sans doute?) les qualités requises pour Israël (pas le 2000 D avec un bon système d'arme mais une charge offensive beaucoup trop réduite et non polyvalent). Mais nous avons manqué d'ambition politique (à mes yeux, y compris de Gaulle qui n'a pas compris que les rapports de force entre nations changeaient et qu'il ne suffisait plus de bluffer pour clamer la grandeur de la France).
  7. Il y a eu 20 Transall C160 NG produits (et non 29). Et seulement 10 transformés pour la mission secondaire de ravitaillement. Pour les A-400M je croyais qu'il n'y avait que 5 kits de ravitaillement prévus?
  8. Ses posts sur AD m'ont manqué. Comme la rareté récente de ses apparitions sur d'autres blogs comme celui de JD Merchet. Il avait sans doute cette forme de brio intellectuel qui ne comprend pas ce qu'il prend pour de la médiocrité, ce qui pouvait le rendre un peu caustique. Mais il avait une analyse brillante, originale, extrêmement bien documentée. J'ai beaucoup appris en le lisant. C'est drôle: il était un pseudo (ou plusieurs) au fil des forums, une rencontre d'intelligence par clavier interposé... ... et sa mort aujourd'hui me touche. RIP.
  9. L'ASMP (et l'ASMP-A) ne sont pas destinés à pénétrer profondément pour faire de la frappe contre bunker enterré. dans ces conditions, la précision déca métrique est TRÈS largement suffisante... La différence stratégique/ préstratégique (cf. post initial) tient surtout au concept d'emploi: - les SNLE pour le stratégique (même si une ogive ne fait "que" 50 kT, le SNLE vaut pas sa discrétion. Le tir d'un missile révélant sa localisation, il ressort plutôt d'une logique de salve (les 16 missiles dans la foulée) donc d'une frappe stratégique. - le couple M200N ASMP (ou aujourd'hui les couples M2000N et Rafale - ASMP-A) peuvent relever d'un emploi "pré stratégique" car n'exposant pas à la même difficulté: du coup un tir unique peut servir "d'ultime avertissement" (selon la doctrine française), éventuellement au dessus d'une zone désertique ou peu habitée, ou au dessus de la mer, ou en très haute altitude).
  10. On en a vendu (?) quelques uns en Mauritanie.
  11. Captain Pif

    [Rafale]

    Bonsoir! Juste une question (et un doute...) sur l'achat par la Libye de tout ou partie des dash-9 émiratis: cette information est-elle sérieuse? En effet (1) la Libye à court & moyen terme a probablement d'autres priorités que la mise sur pied d'une force aérienne moderne; (2) certes, c'est un état pétrolier, mais avant la révolution, avec un état assez organisé pour quelques fonctions régaliennes, et malgré la fin de l'embargo depuis déjà quelques années, il n'y avait pas eu de modernisation comparable des forces; (3) les pilotes et mécanos libyens ont + l'habitude du matériel russe, réputé - sophistiqué mais efficace, et dont les prix peuvent être intéressants; (4) à la grande époque du Tchad, il était de notoriété publique que les F1 libyens étaient pilotés par des mercenaires sud'af ou ... français... Former les x pilotes nécessaires ne se fait pas en un jour. Bref, je ne la sens pas, la reprise par la Libye.
  12. Captain Pif

    Achat suisse

    Les Suisses sont souverains. On perd un marché, c'est tout. C'est bien sûr dommage pour le Rafale, et çà aurait pu amorcer d'autres succès export. Quand à imaginer des sanctions... désolé, mais avec ce genre d'esprit franchouillard, il ne faut pas s'étonner de l'image déplorable que nous avons dans certains pays. A tort ou à raison.
  13. Décrépitude? Pour la 1ère fois, l'armée de l'air et l'aviation navale sont capables de tenir le 1er rôle (depuis le retrait des américains des frappes) dans une opération en coalition. La capacité de erco apportée par le pod NG est sans commune mesure avec les anciens systèmes. Les rafales montrent leur polyvalence, avec une charge emportée sans commune mesure avec le 2000 D (bel avion, mais qui emporte une charge offensive à celle d'un reaper). Pour la 1èer fois, on a réalisé des opérations offensives sans prépositionnement, avec une remarquable réactivité à partir de saint Dizier ou Nancy et, initialement, en autonomie. Le seul PA sur zone est français. Pour la 1ère fois, nous avons tiré des missiles de croisière en opération (ce que seuls les US et les anglais aveint fait jusque là). certes, les avions sont trop peu nombreux. Certes, les tankers sont insuffisants en nombre. certes, nous n'avons pas de moyens dédiés SEAD. A l'époque où nous avions 600 avions de combat et 2 PA, nous aurions été incapables de conduire une opération de ce type... En 1991 nous étions la seule nation occidentale à n'intervenir que le jour au dessus du Koweit et de l'Irak. Il y a eu depuis beaucoup de progrès! Et en restant en Afstan et en renforçant en CI... Dans la répartition Terre Air Mer: ne pas oublier que les moyens terrestres coutent beaucoup, beaucoup moins chers que les avions et les bateaux! Bref, bravo aux militaires engagés dans ces opérations!
  14. Le format Livre blanc, c'est 270 avions de combat en ligne, sur un total d'environ 300. Comme le volant d'attrition est compté un peu juste, et qu'il n'est pas évident que les budgets suivent, il n'est même pas sûr que l'on arrive à ces 270 avions.