Jump to content
AIR-DEFENSE.NET

Hilariovespasio

Members
  • Posts

    3,418
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    11

Posts posted by Hilariovespasio

  1. Le 28/02/2023 à 02:28, Patrick a dit :

    Et la posture américaine en Afrique de l'ouest, tu en penses quoi?

    Ils ont une approche différente de la notre. D'une sorte de paternalisme on passe à un business. Quand les américains auront remplis leurs objectifs où n'auront plus rien à prendre les africains seront laissés à eux-même, chose que nous ne faisons pas. Ce que je pense c'est que le Mali doit être laissé à son propre sort, quoi qu'il arrive. Et si le pouvoir décide de s'y rengager ce devra être donnant-donnant.

    • Thanks 1
  2. il y a une heure, bibouz a dit :

    Incroyable cette histoire de radar! Mais tant mieux si on s'autorise de vraies surprises dans ce genre d'exercice: ça permettra peut être d'anticiper certaines choses!

    Si tu voyais comme certaines unités prennent au sérieux le fait de monter la garde...  le dispositif aurait pu être posé sans rencontrer de difficulté que je ne serais même pas étonné venant de l'armée de l'air.

    • Haha 2
  3. il y a 19 minutes, herciv a dit :

    Economie de guerre c'est pas pour demain :

    Zonebourse

     

    L'"économie de guerre", un chantier de longue haleine

    21/01/2023 | 15:39

    PARIS (awp/afp) - Le passage à une "économie de guerre" annoncé au printemps par Emmanuel Macron doit permettre à l'industrie de défense de monter rapidement en puissance face au spectre d'un conflit majeur, mais ce chantier peine à se matérialiser.

    En contrepartie de l'augmentation de plus d'un tiers du budget de la future loi de programmation militaire (LPM) --400 milliards d'euros entre 2024 et 2030-- annoncée vendredi, le président de la République a appelé les armées et industriels à "faire beaucoup plus vite, beaucoup mieux, parfois à moindre coût" dans la fourniture d'équipements militaires.

    Le conflit en Ukraine a mis en lumière des faiblesses de la France, qui se veut avoir un "modèle d'armée complet" mais calculé au plus juste, particulièrement en ce qui concerne les stocks de munitions ou la défense sol-air.

    L'industrie d'armement dont la capacité de production est taillée pour les besoins limités des 30 dernières années malgré ses 200.000 salariés, doit, selon le président, "faire autrement, raccourcir drastiquement les cycles de production, ne pas céder à la sur-sophistication".

    "La consommation des munitions et l'attrition du matériel au combat impose de produire et de livrer vite", souligne-t-on au ministère des Armées, où les réunions avec les industriels s'enchaînent pour identifier les leviers.

    L'objectif est par exemple de ramener le délai de production d'un canon Caesar, tel que ceux fournis à l'armée ukrainienne, de 24 à 12 mois et celui des obus qu'il tire de 9 à 3 mois.

    Pour les armées, il s'agit notamment de réduire de 20% la paperasse demandée dans les programmes d'armement, qui doivent être davantage standardisés pour limiter les coûts. L'Etat envisage également un mécanisme donnant la priorité aux commandes de défense par rapport à celles du monde civil.

    Les industriels doivent pouvoir de leur côté rapidement faire monter en cadence leur production. Problème, pour cela "il faut un certain temps", selon Eric Béranger, PDG du fabricant de missiles MBDA.

    "La meilleure solution serait de stocker des missiles pour être capable d'attendre le moment où l'on atteint la bonne cadence. C'est cher. L'alternative, c'est de faire des stocks de matières premières, de composants pour fabriquer plus rapidement", expliquait-il cet automne lors d'une conférence de l'IFRI.

    Marges "relativement limitées"

    "Qui paye" ces stocks? s'interroge un autre industriel.

    "Pour pouvoir accélérer la cadence, les industriels ont besoin de commandes, or on ne leur a pas parlé de budgets, de financement de stocks stratégiques", regrette Cédric Perrin, vice-président LR de la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat, qui dénonce un "coup de com'".

    Avant d'engager des investissements, les industriels réclament de la visibilité. Pour y répondre, le gouvernement envisage de créer un dispositif de précommandes, garantissant à l'industriel une commande future pour lui permettre d'être plus réactif.

    Il faut également identifier les potentiels "goulets d'étranglement" qui ralentiraient la production. Selon le ministère des Armées, environ 200 entreprises, souvent des PME, sur les 4.000 de l'industrie de défense française, "ne seraient pas en mesure d'augmenter leur cadence".

    "On doit savoir si c'est à cause d'un manque de machines, de ressources humaines limitées, de stocks insuffisants", confie-t-on au ministère.

    Une piste pour augmenter les effectifs si nécessaire, alors que de nombreux industriels font état de difficultés à embaucher, serait de faire revenir dans l'entreprise les gens l'ayant quittée récemment ou d'instituer une réserve de personnels aux compétences précieuses à l'industrie de défense.

    Pour accélérer les cadences, "des marges de manoeuvre ont été identifiées à court terme mais il faut reconnaître qu'elles sont relativement limitées", convient Guillaume Faury, président du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) et d'Airbus, mais "il y a beaucoup de possibilités à plus long terme".

    L'expression même d'économie de guerre est excessive, jugent aussi certains, comme le consultant international Marc Chassillan.

    "Sur le plan industriel, si aujourd'hui on est au niveau 1 de l'échelle, le niveau 2 serait une base industrielle capable de satisfaire les besoins déployés dans les années 1960-70, le niveau 3 serait le plan de réarmement de 1936 et le niveau 4 la véritable économie de guerre, celle de 1915-1918", analyse-t-il.

    "Avec la LPM qui se prépare, on va se situer bien au-dessous du niveau 2", selon lui.

    Pour avoir une idée des délais que ça va prendre on pourrait se calquer sur les grandes décisions "stratégiques" prises lors de la crise du Covid et faire le point de ce qu'il est advenu de toute ces décisions...

  4. il y a 7 minutes, Coriace a dit :

    C'est pourtant cousu de fil blanc. Ça signifie "on vous voit" et "on vous rendra a vos femmes aussi".

    Ce qui surprenant c'est que l'état Russe ne leur mette pas une taloche.

    D'après ce que je comprends c'est des anciens légionnaires qui sont chez Wagner auraient voulu faire la chose, il y en a qui ont été recrutés car francophones, c'est plus commode pour la RCA, le Mali...

    • Upvote 3
  5. Le 17/01/2023 à 18:46, Métal_Hurlant a dit :

    Un membre de la Légion étrangère française aurait trouvé la mort dans l’est de l’Ukraine

     

    Un membre de la Légion étrangère française est mort dans la région ukrainienne de Donetsk, annonce lundi sur Telegram le service de presse de la société Concord, fondée par Evgueni Prigojine. L’homme d’affaires russe est à la tête du Groupe Wagner, dont les mercenaires sont impliqués dans les batailles de Bakhmout et de Soledar, actuels points chauds du conflit, situés dans la même région orientale. « La Légion étrangère française s’est tournée vers nous pour nous demander de retrouver Yevheniï Koulyk. Nous avons le regret de vous annoncer qu’un combattant de la Légion étrangère française a été retrouvé mort sur le territoire de la RPD », écrit le service de presse de Concord, évoquant la « république populaire de Donetsk », proclamée unilatéralement par les séparatistes prorusses en 2014. L’annonce est accompagnée de la photo de ce qui semble être des documents d’identité militaire français au nom de Yevheniï Koulyk.

     

    Déserteur depuis le mois d'aout 2022, rayé des contrôles en septembre. En revanche, je suis très circonspect sur le fait que la légion "demande de retrouver" un mec qui a déserté à quiconque en Russie.Insérer une image depuis une URL

    • Like 1
    • Thanks 2
    • Upvote 1
  6. Contre la présence française... il y avait quelques centaines de pékins, il suffit de sortir de Niamey pour se rendre compte que personne n'est contre la présence militaire française. Comment le pourraient il d'ailleurs, les "partenaires" nigériens que nous appuyons au Niger ont toujours des problèmes: nourriture, carburant, ordres, paie, logistique... en gros ils n'ont pas les moyens d'agir.

    Niamey c'est comme Bamako, personne ne perçoit la menace et quand cette dernière sera présente là les français seront accueillis en héros

    • Like 1
    • Thanks 1
    • Confused 1
    • Upvote 1
  7. Il y a 8 heures, pascal a dit :

    Certes mais sauf à les soutenir en sous-main Russes et Chinois vont devoir se coltiner les "djihadistes" et la junte de Bamako risque fort de ne pas peser lourd face à un rezzou bien déterminé. Ce qu'il y a de bien avec l'internationale radicale islamiste c'est qu'elle balaye très large, de là à retrouver des ouïghours au Sahel les Chinois risquent de ne pas apprécier ...

    Je me demande si Chinois et Russes auront jaugé à sa juste valeur la complexité du "merdier" que nous quittons la paille au cul certes mais que nous quittons enfin.

    J'espère une chose c'est qu'on n'y revienne pas en dernier recours comme les gentils couillons pour raisons "humanitaires".

    J'aimerais tant que cet épisode soit l'ultime opus de la "françafrique" !

    Que le pouvoir malien aille au diable, au cas où on était prêts pas loin pour leur mettre une toise s'ils faisaient les malins lors de notre départ. Le peu de raison qu'ils ont les ont préservés de cette folie...

    • Like 1
    • Thanks 1
    • Upvote 2
  8. Une petite vidéo techniquequi je le pense pourra en intéresser certains, il s'agirait du démontage d'un drône russe Orlan-10, mon russe est un peu rouillé mais d'après ce que j'ai compris ça relativise beaucoup la technologie russe même si je suis tenté de dire que ça dénote aussi leur approche pragmatique de la chose. Appréciez, rigolez et soyez gentils avec les fanboys.

    • Haha 2
    • Confused 1
    • Upvote 1
  9. il y a 13 minutes, j0hannj a dit :

    Sans aucun doute, les plus russophiles ici comment à avoir du mal à démontrer que les russes ne sont pas cons...

    Non, il faut resituer qui est qui: Pour les ukrainiens les russes sont des "orcs pédophiles" et pour les russes les ukrainiens sont des "nazis non-humains" tout ce qui est pro-ukrainien est un "non-humain". C'est particulièrement imagé.

    • Haha 1
×
×
  • Create New...