mohamed

Members
  • Content Count

    1,890
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by mohamed

  1. Pour se doter de l'arme nucléaire, l'uranium 235 nécessaire à la confection de la bombe. Il faut 21 kg d'uranium 235 enrichi à 80 % pour faire une bombe. Mais si le pays en question possède déjà des centrales nucléaires dites civiles, ou des réacteurs de recherche, l'autre possibilité consiste tout simplement à se doter d'un atelier de retraitement. Cet équipement modeste permet d'extraire des déchets de la centrale le plutonium 239 indispensable à la confection d'une bombe. Dans ce cas, 5 kg de plutonium 239 enrichi à 80 % suffisent
  2. L'Iran possède 22 kilos d'uranium hautement enrichi, selon l'AIEA
  3. Iran: Ahmadinejad met en doute la version des attentats du 11 septembre 2001
  4. Dépêches Attaquer l'Iran conduirait à la destruction d'Israël, selon Mahmoud Ahmadinejad] Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a averti dimanche que toute attaque contre son pays conduirait à la "destruction" d'Israël, dans une déclaration à Doha, où il se trouvait pour une courte visite. "Tout acte contre l'Iran conduirait à la destruction de l'entité sioniste" (Israël, ndlr), a dit aux journalistes le président iranien lors d'une conférence de presse avec l'émir du Qatar cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani. "L'entité sioniste et le gouvernement américain frapperont tout pays dans la région quand ils le veulent et ils n'attendront pas d'avoir la permission (...), mais pour le moment ils ne sont pas en mesure de le faire", a encore déclaré M. Ahmadinejad dont les propos en persan étaient traduits en arabe. "L'Iran a la capacité de répondre durement", a-t-il poursuivi. Le régime iranien, ennemi juré d'Israël dont il prédit régulièrement la disparition, soutient le mouvement islamiste Hamas qui contrôle la bande de Gaza et s'oppose à tout compromis avec l'Etat hébreu. Israël n'a par ailleurs jamais écarté l'option militaire dans le dossier du nucléaire iranien. Téhéran, malgré ses dénégations, est soupçonné par les pays occidentaux et l'Etat hébreu de chercher à se doter de l'arme nucléaire sous couvert de programme civil. Mahmoud Ahmadinejad a par ailleurs estimé que les déclarations évoquant des éventuelles attaques contre son pays étaient destinées à "mettre l'Iran sous pression". "Il n'y aura pas de guerre contre l'Iran", a t-il avancé. Lors de cette visite, d'après l'ambassadeur d'Iran au Qatar, Abdollah Sohrabi, les entretiens du président iranien avec l'émir devaient porter sur "le renforcement des relations bilatérales, les questions régionales, la question palestinienne et les inondations au Pakistan". Le Qatar est le pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui entretient les meilleures relations avec l'Iran, contrairement à d'autres de ses voisins. Les deux pays ont signé en mars un accord de sécurité, bien que le Qatar soit l'un des principaux alliés régionaux des Etats-Unis et qu'il abrite la plus grande base américaine de la région. AFP et franchement je le croit O0
  5. http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5142433
  6. Attentat kamikaze à Zemmouri (Boumerdes) : 2 morts et 9 neufs blessés http://www.elwatan.com/actualite/attentat-kamikaze-a-zemmouri-boumerdes-2-morts-et-9-neufs-blesses-01-09-2010-88478_109.php [move]LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME S’INTENSIFIE Le nouveau mode opératoire de l’ANP [/move] http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-09-01/80165.html http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=141854&titre=L’“émir” Soheïb abattu après 17 ans de cavale
  7. voici une video commentaire sur la zone 51: http://www.mystere-tv.com/david-adair-et-la-zone-51-v557.html désolé si déjà difusée :-X Le reportage ci-dessus évoque la brève expérience dans la zone 51 de David Adair, expert en fusées et extrêmement réputé dans le milieu de l'ingénierie aérospatiale. David Adair est notamment l'inventeur du système mécanique permettant de changer les moteurs de turbine de jets en 1973, et toujours d'actualité aujourd'hui. Il semblerait qu'Adair fasse figure d'électron libre au sein du personnel ayant eu accès à la zone 51, puisqu'il est bien décidé à divulguer la vérité à ce sujet, comme sur tous les faits concernant les OVNIS, l'intelligence extraterrestre et également des systèmes de propulsion et de production énergie classifiés et novateurs. A cet effet, Adair participe depuis 1997 au programme de révélation du CSETI. (Center for the Study of Extraterrestrial Intelligence). Ce que dit ici Adair est particulièrement intéressant, à double titre. Premièrement, quand il évoque son parcours dans la zone 51 en 1971, il parle des innombrables installations souterraines, ce qui expliquerait qu'aucun personnel du site n'est visible vu du ciel. Deuxièmement, il semble que la réaction d'Adair à la vue de cette « découverte » a été mal perçue par son entourage immédiat... (craignaient-ils qu'il parle aux médias ?) . La zone 51 nourrit toujours une multitude de légendes plus ou moins farfelues, et il est très difficile d'obtenir des renseignements fiables à son sujet, le secteur étant classé "secret défense". Toutefois, quelques chiffres faramineux circulent sur la dimension cette portion du territoire située à 160 kms au Nord Ouest de Las Vegas : les chiffres les plus réalistes tournent aux alentours de 155 kms2, et les plus pharaoniques la compare à la taille de la Suisse. Ce qui est sûr, c'est que son accès est strictement interdit et des panneaux placés à ses limites stipulent « que l'utilisation de la force armée est autorisée à l'encontre des intrus ». Avis aux amateurs, donc... Rédacteur : aigle6202
  8. vrai mais tout les moyens sont bon pour éradiquer le fléau du terrorisme dans un sens les écoutes téléphoniques =D En alimentant les caisses d'Al Qaîda au Maghreb islamique, l'Espagne, et avant elle, la France, le Canada, la Suisse, l'Autriche et l'Allemagne, a fait monter les enchères dans «le commerce des Blancs» au Sahel. Responsables locaux, terroristes, contrebandiers et narcotrafiquants se partagent la manne et isolent la région. A la tête d'une phalange puissamment armée et composée d’au moins de 150 éléments, Mokhtar Belmokhtar et son rival Abou Zeid, qui dirige autant d'hommes, sont désormais les «deux émirs» les plus riches dans la région du Sahel, mais également les plus entendus par les Occidentaux, et les plus côtoyés par les dirigeants des Etats où ils activent. Grâce aux bons offices de ces derniers, ils viennent d'obtenir la somme de 7 millions d'euros, le prix de la libération des deux otages espagnols, qu'ils maintenaient en captivité depuis près de neuf mois. La situation est très inquiétante, d'autant que la Mauritanie, qui semblait plus intransigeante que son voisin le Mali à l'égard des hordes du GSPC, a fini par céder aux menaces de ces derniers en libérant un de leurs acolytes, qui a organisé l'enlèvement des trois humanitaires espagnols en Mauritanie. Une grave situation qui isole les populations et accentue leur détresse. Privées de l'aide humanitaire, celles-ci n'ont d'autre alternative que celle de rejoindre les rangs des terroristes, des contrebandiers ou ceux des trafiquants de cocaïne, devenus maîtres des lieux. Inquiétant constat qui ne semble pas être pris en compte par les pays de la région, notamment le Mali, où se concentre la présence d'Al Qaîda et des narcotrafiquants, du fait des connivences qui existent entre ces derniers et certains hauts responsables de l'Etat. Le drame des 11 gardes-frontières algériens Ces mêmes connivences qui ont fait que les auteurs de l'attaque meurtrière qui a ciblé, au mois de juin dernier, 11 gardes-frontières algériens, du poste de Tinzawatine, se soient repliés sur la ville de Tinzawatine malienne, sans être inquiétés par les militaires qui étaient à quelques dizaines de kilomètres de leur campement. Sous prétexte de manque de moyens, le Mali a fini par abandonner une partie de son territoire (du nord) aux terroristes du GSPC, avec lesquels le deal est de ne jamais approcher Bamako. Pour la population locale, c'est l'isolement total avec les départs massifs des ONG et des activistes humanitaires. C'est ce qui ressort de la déclaration de Hama Ag Sid Ahmed, porte-parole de l'ancien mouvement de la rébellion touareg du nord du Mali. «En occupant progressivement l'espace targui, en kidnappant des Occidentaux, en assassinant des Touareg, dont le seul préjudice est qu'ils sont chez eux et en menant des opérations depuis le territoire malien aux Etats limitrophes ( en particulier l’Algérie, la Mauritanie...), les groupes d'Al Qaîda et affiliés jouent finalement le jeu de l'Etat malien qui consiste de faire en sorte qu'il n’y ait plus aucune présence dans cette zone des partenaires financiers extérieurs, qui sont d'ailleurs les principaux bailleurs de fonds de ces régions. Les autorités maliennes cèdent une partie du territoire national aux groupes d'Al Qaîda pour créer une pauvreté encore plus extrême dans la région. Les éleveurs de cette zone découvrent avec stupéfaction depuis plus d'une année ces groupes Aqmi qui viennent occuper leurs espaces de pâturage ; la seule contrepartie qu'ils apportent à cette région, c'est la culture de la terreur et de l'intolérance, une contradiction de la culture targuie», a affirmé Ag Sid Ahmed. Pour lui, «le refus répété de dialogue dans l'esprit des engagements pris avec les Touareg qui sont pourtant la seule menace sérieuse contre les groupes Aqmi et la nouvelle alliance autorité politique malienne/Aqmi, trop présente sur le terrain ont amené une profonde rupture entre les Touareg, les chefs des tribus touareg (chefs traditionnels) et le pouvoir de Bamako et ne pourraient que rendre caduc l'Accord de paix signé en juillet 2006 entre Touareg et le pouvoir malien». Il a expliqué que «les émirs d'Al Qaîda qui activent dans la région du Sahel et leurs relais, dont les barons de la drogue, qui ont la main sur une partie de l'administration malienne au niveau de la présidence malienne et au niveau de l'état-major, laissent croire qu'un contrat existe entre ces derniers et les autorités centrales dans le but évident de contenir les revendications politiques touareg, d'affaiblir ces derniers et de remettre en cause toutes les actions de développement dans les régions du nord du Mali». Pendant ce temps, a-t-il ajouté, les groupes terroristes «profitent de ces accords tacites pour asseoir leur autorité de terreur, propager leur idéologie, installer leurs antennes d'investissement et de renseignement au niveau des trois régions du Nord et dans la capitale malienne», a souligné le responsable. Des sous-traitants identifiés par les services de sécurité Un accord que ne cache plus le président malien, puisqu’au mois de juillet dernier, il avait reçu les chefs des tribus arabes de Gao et Tombouctou (Brébiches), parmi eux, ceux-là mêmes qui se sont spécialisés dans les négociations avec les terroristes et dont les noms ont été cités dans le trafic de drogue. Lors de cette réception (dont l'objectif était d'exprimer leur soutien au Président), des sources bien informées ont indiqué que le premier magistrat du Mali a reçu un émissaire de Mokhtar Belmokhtar, dont les troupes, qui activent dans la région comprise entre Tombouctou et la frontière avec la Mauritanie, détenaient les deux otages espagnols, qu'ils avaient rachetés auprès d'un des mercenaires de l'AQMI. D'autres rencontres ont été tenues avec Mustapha Ould Limam Chaffagui, un Brébiche conseiller du président burkinabé, connu comme étant très proche du GSPC et qui se sont terminées par un accord de libération des otages en contrepartie non seulement du paiement d'une rançon, mais également de l'élargissement d'un des auteurs de l'enlèvement des otages. Le kidnapping d'Occidentaux par des sous-traitants identifiés par les services de sécurité, les moyens dont dispose l'Aqmi pour les maintenir en captivité en territoire malien en toute quiétude et la facilité avec laquelle les canaux de négociations sont vite trouvés démontrent une flagrante complicité de certains cadres dirigeants de l'Etat malien pour lesquels le commerce de la drogue et celui des enlèvements d'Occidentaux sont une activité très rentable. Chacun trouve son intérêt au détriment de toutes les populations de la région, sommées désormais de mourir dans l'anonymat et à petit feu. Salima Tlemçani, http://www.elwatan.com/actualite/les-prises-d-otages-privent-la-region-de-l-aide-humanitaire-31-08-2010-88307_109.php
  9. Il planifiait des attentats le 11 septembre et le 17e jour du ramadhan Le cerveau des attentats du GSPC abattu http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=141703&titre=Le cerveau des attentats du GSPC abattu
  10. Terrorisme Sept terroristes éliminés à Béni-Yenni (Tizi Ouzou) http://www.elwatan.com/une/sept-terroristes-elimines-a-beni-yenni-tizi-ouzou-28-08-2010-88005_108.php http://www.elkhabar.com/quotidienFrEn/lire.php?ida=220387&idc=103
  11. c'est vrai qu'il y a contradiction de la part de sarko? Trois terroristes ont été abattus, jeudi 26 août, à Tadmaït, 20 km à l’ouest de la ville de Tizi Ouzou, a appri TSA de sources sécuritaires. Les trois islamistes armés étaient à bord d’un véhicule et s’apprêtaient à partir en direction de Dellys, lorsque les militaires, qui étaient embusqués, interviennent pour les neutraliser vers midi, près d’un arrêt de bus. Les acolytes de Droukdel n’ont pas eu le temps de riposter, d’autant plus qu’ils étaient filés depuis la matinée par les services de sécurité qui ont agi au moment opportun, ajoutent les mêmes sources. Selon ces dernières, trois armes de types kalachnikov ont été récupérées, tandis que les corps des trois terroristes ont été acheminés vers la morgue du CHU Nedir-Mohamed de Tizi Ouzou. Les groupes terroristes ont subi des pertes importantes ces derniers mois, depuis notamment le maillage par les forces antiterroristes de la zone infestée par les islamistes armés de l’ex-Gspc à Sidi Ali Bounab au sud de Tadmaït. http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-08-28/80001.html
  12. idem pour moi tres heureux de voir un rapprochement entre la France et l' Algérie contre les terroristes mais il ne faut pas que cela s'arrête l'Algérie a besion de la France tout comme la France a besoin de l'Algérie, et non slider69 je ne connaissaient pas ce site et te remercie pour la source ;)effectivement tres intérressant Coup de filet des services de sécurité à Boumerdès / Un terroriste éliminé, un autre s’est livré La périphérie immédiate de Boumerdès demeure, elle, aussi sous les feux de l’actualité sécuritaire. On signale, ces jours-ci, la neutralisation d’un terroriste aux alentours de Zemmouri, parallèlement à la reddition d’un autre élément de l’ex-GSPC, dans la circonscription de Boudouaou. Le sanguinaire, pratiquement mis hors d’état de nuire, au niveau de la première commune citée, répond au nom de G. Kamel. Agé d’une trentaine d’années, il faisait partie, de la phalange islamiste d’El Arkam dont le rayon d’action s’étend particulièrement de Si-Mustapha à Aïn-Taya. Simultanément, un autre élément de cette organisation terroriste M. Mourad, s’est rendu avec armes et bagages aux autorités de Boudouaou. Cinq jours auparavant, il y eut la repentance du sanguinaire de la ville voisine de Thénia, après plus de 17 ans au maquis. Depuis janvier dernier, et ce sous la forte pression des détachements locaux de l’ANP en zone montagneuse, pas moins d’une dizaine de terroristes ont, ainsi, rompu ce pacte de sang qui les liait à l’ex-GSPC. Ces repentis, qui ont accentué les dissidences au sein de cette nébuleuse sanguinaire, collaborent déjà, tangiblement, avec les services locaux de sécurité dans l’optique de ramener la paix totale ici et là. Salim Haddou message personnel je crois que l'Algérie a droit a tout le respect du monde entier car c'est un pays qui lutte et continura a le faire contre le terrorisme quel qu'ils soit l'Algérie a largement payer en vie humaine et argent pour avoir au moins ce respect, largement mérité l'Agérie ne baissera jamais les bras vous pouvez en être sûre, et l'Algérie reste prête a aidé les pays qui le souhaite sur l'expérience Algérienne face au terrorisme sanguinaire, sauf pour les pays qui se contente de payer des rançons sans réfléchire du lendemain et cela reste bien triste le terrorisme si on ne le tue pas a la racine il va se propager dans le monde entier l'Algérie a prévenu du risque =( et puis on a commençé a crois l'Algérie bizarrement depuis L'attentat contre le World Trade Center du 11 septembre 2001 il a fallut cela pour que le monde réagise plus ou moins président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’Homme (CNCPPDH), a annoncé que 9,94 milliards de dinars ont été dépensés par l’Etat pour la prise en charge des victimes de la tragédie nationale et ont concerné 12 311 dossiers de familles ayant perdu un des leurs du fait du terrorisme et 11 104 dossiers de personnes ayant perdu leur emploi pour implication dans des actes terroristes. A cet effet, Me Ksentini a estimé qu’il était impératif de reconnaître «les efforts considérables déployés par l’Etat pour la prise en charge de toutes les catégories touchées par le terrorisme dans les années 90».
  13. http://www.elkhabar.com/quotidienFrEn/lire.php?ida=220293&idc=103
  14. l' Iran aura sa bombe bien avant les deux ou trois ans comme certains semble le dire, dans les 12 mois a venir l'Iran sera une puissance nucléaire çà c'est sur O0
  15. cela existe en France mais juste pour les poids lourds, Quatre appareils en France Il existe quatre appareils de ce type en France. C’est un grand portique monté sur un camion, qui permet de passer aux rayons X un semi-re­morque pour en visualiser le chargement, un peu comme on observe le contenu de votre bagage à main à l’aéroport. Le dispositif peut être installé en une demi-heure A la une Terrorisme Trois terroristes abattus à Tadmait (Tizi-Ouzou) le 26.08.10 | 14h53 Réagissez Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager Trois terroristes ont été abattus, jeudi 26 août, vers 13h30, par les forces de l’ANP prés de la ville de Tadmait, à 17 km à l’ouest du chef lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, selon des sources bien informés. Les terroristes ont été interceptés et neutralisés au niveau du barrage permanent installé par les militaires, sur la RN 12, reliant Alger à Tizi Ouzou. Agissant sur information, les forces antiterroristes ont pris en filature les terroristes depuis la capitale, Alger, ajoute nos sources. Trois armes de type Kalachnikov ont été récupéré par les forces combinées. Tous les termes de la coopération antiterroriste avec les six pays de la région seront revus de fond en comble.» Toutes les démarches entamées, depuis deux ans, tous les efforts des six pays du Sahel pour combattre Al Qaîda viennent d’être réduits à néant. A cause de leurs démarches unilatérales, la France et l’Espagne ont torpillé le Front du Sahel laissant l’Algérie seule face à Al Qaîda. Qu’à cela ne tienne. Des sources sécuritaires en charge du dossier du Sahel ont affirmé hier à L’Expression que «l’Algérie reste sur sa position et refuse de participer à l’alimentation des réseaux d’Al Qaîda par le paiement des rançons» car, estiment les mêmes sources, «cet argent va servir à l’achat d’armes et de munitions qui seront dans quelque temps utilisées contre les pays mêmes qui ont versé de l’argent dans les caisses d’Al Qaîda». «Concernant ses engagements envers d’autres pays, elle aura tout à revoir», ont estimé nos sources. Ce qui est désormais sûr est que même l’Europe n’est pas prête à faire face au terrorisme international. Aucun pays n’a jugé nécessaire de respecter la décision de l’ONU concernant justement la criminalisation des versements de rançon aux terroristes La libération des deux Espagnols lundi dernier contre une rançon de 8 millions d’euros et l’extradition de Omar le Sahraoui le cerveau de l’opération de l’enlèvement, qui a eu lieu en novembre dernier en Mauritanie, vers le Mali, vont à coup sûr encourager Al Qaîda au Maghreb islamique à perpétrer plus d’attentats et à opérer plus de kidnappings, notamment contre les ressortissants européens. Et c’est une certitude pour les services de sécurité algériens, qui confient avoir suivi avec beaucoup d’attention le déroulement des derniers événements. Soit depuis le raid franco-mauritanien lancé après l’échec des négociations entre la France et Al Qaîda et la libération des deux otages espagnols contre une rançon de 8 millions d’euros. Ces mêmes services se disent outrés par la façon avec laquelle les Européens prétendent combattre le terrorisme. On a accordé trop d’importance à cette organisation criminelle. A présent, elle revient au- devant de la scène pour donner des leçons à la France. Tout le monde rappelle le rôle de la France dans ce scénario d’otages au Sahel. Elle a exercé une pression sur le Mali pour qu’il se soumette aux exigences d’Al Qaîda. De ce fait, quatre terroristes ont retrouvé le chemin de la liberté dont deux Algériens revendiqués par les services de sécurité. Le tout en échange de Pierre Camatte, un otage français. Madrid a-t-elle aussi exercé une pression sur la Mauritanie pour qu’elle fasse extrader Omar le Sahraoui vers le Mali? Pour nos services de sécurité, ce qui se passe dans cette zone est vraiment confus. Le Mali semble avoir trouvé de bonnes affaires grâce à Al Qaîda et en aucun cas il ne raterait cette occasion, ces propos ne sont pas exagérés, ni démesurés, puisque on sait pertinemment que de hauts cadres de la société malienne et responsables ont mis à la disposition des terroristes un important lot d’armes entre 2007 et 2010, et on sait aussi que c’est Mokhtar Ben Mokhtar qui tire toutes les ficelles, sachant que celui là même a bien réussi à s’imposer dans cette région en tissant des liens de parenté avec les plus importantes tribus touarègues. En tout cas pour nos services de sécurité, la coopération antiterroriste dans la région du Sahel ne sera plus fructueuse dans ces conditions. Le premier pays menacé est la France, accusé par Al Qaîda d’avoir fait capoter les négociations et d’avoir été à l’origine de la neutralisation de six des siens. Al Qaîda menace la France de représailles et se vante d’avoir donné une leçon aux services secrets de cet Etat après l’échec du raid franco-mauritanien et qui a conduit à la mort de l’otage français Michel Germaneau. La France a refusé de commenter les propos d’Al Qaîda rapportés par la presse. Dans ce contexte, Bernard Valero, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a souligné qu’il ne commente pas les déclarations de terroristes. Et de poursuivre: «Nous avons appris avec soulagement la libération des deux otages espagnols. Nous nous associons à la joie de leurs familles et des autorités espagnoles.» S’alignant ainsi avec l’Espagne pour partager la joie des familles des otages libérés, la France affirme par contre, qu’il n’y a jamais eu de négociations avec Al Qaîda pour la libération de Michel Germaneau. «Jamais, nous n’avons eu la possibilité d’entrer en contact avec Al Qaîda pour la libération de Michel Germaneau», a déclaré récemment Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée et principal collaborateur du président Nicolas Sarkozy. «Lorsque la vie d’un Français est en jeu, la France est toujours prête à négocier, c’est ce qui s’est passé avec un précédent otage, Pierre Camatte», a assuré Claude Guéant, en précisant que les deux hommes n’étaient pas détenus par le même groupe au sein d’Al Qaîda. Après ce qui vient de se passer, l’Algérie va certainement adopter un comportement de méfiance vis-à-vis des pays voisins quant à la lutte antiterroriste car, a priori, cette lutte ne semble pas avoir le même sens. Ikram GHIOUA SVP AIDER L' Agerie A COMBATTRE LE MAL
  16. Démantèlement d’un réseau de soutien aux groupes armés à Mostaganem Comment l’argent est parvenu aux ravisseurs Les espagnols et des négociateurs maliens confirment le versement de 8 millions d’euros Quand Madrid renfloue les caisses d’Al-Qaïda Hier, le quotidien espagnol El Mundo a donné les détails de la procédure suivie par le gouvernement espagnol pour payer la rançon. Selon ce quotidien, une première somme de 3,8 millions d’euros avait été payée en janvier mais une bonne partie de l’argent avait été prélevée par des intermédiaires et finalement seul 1,5 million était parvenu aux ravisseurs qui, eux, exigeaient 3,8 millions d’euros. Une nouvelle somme d’environ 3 millions d’euros (2,3 millions pour les ravisseurs et 770 000 pour les intermédiaires) a été payée entre avril et mai pour que les ravisseurs disposent de la somme exigée de 3,8 millions et acceptent de libérer Roque Pascual et Albert Vilalta, assure encore El Mundo. Selon des médiateurs maliens, la somme est de 8 millions d’euros. “Oui, on peut dire que c’est le gouvernement espagnol qui a payé la somme. Même si ce n’est pas lui qui a tout payé, il va d’une manière ou d’une autre rembourser la dette aux pays et aux personnes qui ont engagé des frais dans l’affaire”, a ajouté la même source. “8 millions d’euros, c’est aussi mon chiffre. C’est ce que l’opération a coûté au gouvernement espagnol qui n’a pas fait comme les Britanniques qui ne voulaient pas payer. L’Espagne a payé”, a affirmé de son côté à l’AFP un élu du nord Mali. http://www.liberte-algerie.com/edit.php?id=141473&titre=Quand Madrid renfloue les caisses d’Al-Qaïda
  17. L'option militaire contre l'Iran toujours d'actualité Le Pentagone a fait savoir mercredi qu'une opération militaire américaine contre l'Iran restait toujours d'actualité pour les Etats-Unis. "Nous n'excluons aucune option alors même que nous continuons à exercer des pressions", a déclaré un porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell. "Le président (Barack Obama) dispose toujours d'une gamme complète d'options, y compris le recours à la force militaire (...) Ce n'est assurément pas l'initiative qui a notre préférence, mais il n'est et il n'a jamais été question de ne pas l'envisager", a-t-il insisté Une page se tourne en Irak. Les dernières troupes de combat américaines ont quitté le pays mercredi soir, direction le Koweït une question il y a t'il un lien avec le départ des US et l'opération militaire toujours d'actualité contre l'Iran???
  18. et voilà 7 millions d'euros pour les deux otages espagnol, les terroristes vont pouvoir se réarmée correctement il vont en faire des choses avec tout cette argent et je ne crois pas quel cela servent a construire des écoles ou autres a crois qu'ils ne veulent pas que le terrorismes s'arrete?? l’argent versé permettra aux groupes terroristes d’alimenter les maquis et de relancer les attentas au moment où l’ANP mène d’importantes opérations contre les groupuscules du GSPC. Dans ce jeu trouble où il est question de millions, l’Algérie ne cesse de mettre en garde contre cette manière d’agir adoptée par certains pays occidentaux. Encouragés par cette facilité déconcertante de payer, les terroristes d’Al Qaïda ont multiplié les enlèvements depuis plus de sept ans. Le versement des rançons et la libération des leurs ne peuvent que les encourager davantage. C’est ce que veut éviter l’Algérie en appelant l’ensemble des pays de la région à une plus grande concertation face a ce phénomène L’ANP en action au sud-est et à l’est de Boumerdès / Objectif : démantèlement des réseaux islamistes et éradiquer le terrorisme http://www.depechedekabylie.com/evenement/85854-lanp-action-sud-est-lest-boumerdes-objectif-demantelement-des-reseaux-islamistes-eradiquer-terrorisme.html
  19. L'Iran montre ses muscles 1)Chronologie de la crise du nucléaire (2003-2010) 2)Les sanctions votées peuvent-elles faire plier l'Iran? 3)Dix questions explosives sur le nucléaire iranien 4)Faut-il avoir peur du nucléaire iranien? 5)L'arme atomique aux mains de l'Iran dès 2010? 6)La Chine joue double-jeu avec l'Iran L'iran s'équipe militairement 7)L'Iran dévoile un drone à long rayon d'action 8)L'Iran pourrait-il bloquer le détroit d'Ormuz? 9)Téhéran met en orbite le premier satellite "made in Iran" 10)Téhéran tire ses missiles en pleine crise sur le nucléaire 11)Téhéran truque une photo de ses missiles 12)L'Iran veut montrer qu'il est prêt en cas de confrontation militaire" 13)L'Iran souhaite devenir la puissance dominante de la région" 14)Les Etats-Unis demandent des comptes à l'Iran sur le nucléaire 15)Le legs délicat du dossier iranien de Bush à Obama
  20. il y a anguille sous roche :O pas normal tout çà =(
  21. Le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, devrait présenter d'ici peu un projet de loi pour faire rembourser, dans certains cas, les frais engagés par la France pour faire libérer certains otages. "Sans motif légitime" Ce texte se propose de faire payer certains otages "tout ou partie", non pas d'éventuelles rançons, mais des frais logistiques engagés pour les faire libérer. Le but de ce texte: décourager les Français de se rendre dans des zones à risques sans motif légitime….. Le problème est que les textes ne précisent en aucune sorte quelles seraient ces "motif légitimes"… ni qui serait concerné. (source: BFM TV) Un amendement socialiste pour exclure certaines catégories de personne? C'est le député socialiste Hervé Feron qui devrait présenter un amendement à se texte afin d'éviter à certaines catégories socioprofessionnelles de voir ce texte s'appliquer. Il souhaite en effet exclure de cette loi : les intervenants humanitaires, les chercheurs, les universitaires et les journalistes. La liberté de la presse menacée? Le cas récent des deux journalistes de France 3 enlevés en Afghanistan, Hervé Ghesquière et Stéphane Taponnier (ainsi que leurs 3 accompagnateurs Afghans, ne les oublions pas), est ainsi significatif. Un certain nombre de personnalités, dont le chef d'état-major de l'armée, avaient souligné les 10 millions d'euros déjà engagés pour leur recherche. Si cette mesure était appliquée aux journalistes : quelle rédaction pourrait se permettre de se payer de tels frais? Et quid, donc, de la liberté de la presse? (Sources: BFM TV, Reporters Sans Frontières) http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/08/23/article.php?sid=104970&cid=2 UN IMPORTANT GROUPE ARMÉ CIRCULE http://www.lesoirdalgerie.com/articles/2010/08/23/article.php?sid=104969&cid=2
  22. lire la suite: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/pourquoi-l-iran-multiplie-les-annonces-belliqueuses_914085.html#xtor=AL-447
  23. l'iran a commencé la contruction en serie de vedette rapide :O source:BFMtv
  24. [move]Les médias israéliens tirent sur Alger [/move] QUELQUES JOURS APRÈS LE DÉPART DU BATEAU ALGÉRIEN VERS GHAZA Israël continue à faire le gendarme de la vaste région arabo-musulmane et à surveiller les pays du monde arabe et moyen-oriental dénonçant toute velléité d’assurer leur défense. En quoi la modernisation de la défense d’un pays tel que l’Algérie puisse-t-elle, a priori, déranger l’Etat hébreu pour aller jusqu’à fouiller dans les poubelles pour tenter de quoi lui permettre de pousser des cris d’orfraie? La chaîne de télévision israélienne, Channel 10, a diffusé jeudi dernier, un documentaire intitulé Le Programme d’armement algérien, ou ont été passés au crible les contrats d’armes conclus par l’Algérie avec ses partenaires étrangers dont la Russie, dans le cadre de la modernisation de ses structures militaires. Ce documentaire ne semble pas fortuit. Il intervient au moment où un bateau algérien chargé d’aide humanitaire au profit de la population de Ghaza, victime de l’inhumain embargo imposé par Israël, a largué les amarres jeudi dernier à destination du port d’El Arich en Egypte. Cette opération a été initiée par l’association des Oulémas algériens et des personnalités nationales avec le concours de citoyens de différentes wilayas du pays, des hommes d’affaires et des associations de la société civile dans le cadre de la solidarité avec le peuple palestinien, a affirmé un des organisateurs. 60 conteneurs chargés de produits alimentaires de base, d’articles scolaires, de matériel médical dont une clinique pluridisciplinaire, des appareils d’hémodialyse et des scanners seront acheminés vers Ghaza. Cela explique-t-il ce soudain retour au premier plan de l’Algérie dans les médias israéliens qui agitent à dessein le spectre (?) de l’armement algérien? Cela ne prend pas et ce n’est certes pas Israël qui va interdire ou contrôler l’Algérie quant à ses besoins militaires. En fait, ce n’est pas la première fois que l’Algérie fait face à de pareilles attaques médiatiques. L’on se rappelle l’offensive menée par Israël contre le programme nucléaire civil de l’Algérie, programme réalisé dans la transparence et sous la supervision et le contrôle de l’Aiea (Agence internationale de l’énergie atomique). Ce n’est pas le cas de l’Etat sioniste, seul détenteur, à ce jour, de l’arme atomique dans cette région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Et bien sûr, la même rengaine, l’armement de l’Algérie «constituerait un danger pour la paix» mondiale. Cette antienne a déjà été entendue et ne peut être prise au sérieux ni par les «nigauds» ou ceux qui veulent bien entrer dans son jeu et être complaisants envers l’Etat hébreu. Ainsi, Israël qui ne cesse de clamer le «danger» que constituerait, selon lui, le nucléaire iranien et les velléités de l’Iran de vouloir fabriquer la bombe atomique, veut détourner l’attention et faire oublier le fait qu’il détient 300 bombes nucléaires hors du contrôle des institutions internationales adéquates pour ce faire. En fait, Israël prétend rien moins que de désarmer les pays arabes, allant jusqu’à ambitionner de leur interdire le renouvellement ou la modernisation de leurs matériels de défense. Nous en avons l’exemple type avec les négociations que les sionistes mènent avec les Palestiniens, lorsque Israël conditionne la création d’un Etat palestinien par son désarmement militaire et policier (Tel-Aviv ne veut que des policiers palestiniens munis de bâtons) et le déploiement de l’armée israélienne entre cet Etat et la Jordanie, de contrôler ses espaces maritime et aérien. Ce qu’Israël revendique pour accepter un Etat palestinien à ses côtés, elle veut l’étendre à l’ensemble de l’espace arabo-musulman, et particulièrement arabe, qu’elle veut sans défense et sous sa botte. Voilà une chose qui a peu de chance de se réaliser. En tout état de cause pas avec le peuple et l’Etat algériens qui ne sont ni l’Egypte, ni l’Arabie Saoudite avec tout le respect que nous devons à leurs peuples. Ce qu’il faut savoir est que, malgré tous les efforts qu’Alger fait pour moderniser sa défense, l’Algérie reste loin, très très loin même, des sommes fabuleuses qu’Israël dépense, par le biais de l’énorme aide militaire et financière américaine, pour son armée qui fait d’Israël le seul Etat militariste du Moyen-Orient. Nabil BELBEY http://www.lexpressiondz.com/article/2/2010-08-23/79843.html
  25. Le drone en question, appelé Karrar (assaillant en persan), est capable d’emporter différents types de bombes, a rapporté la télévision d’Etat. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a assisté à la cérémonie qui a été retransmise en direct par la télévision d’Etat. «Avant d’être un messager de la mort pour les ennemis, Karrar est porteur d’un message de la grandeur pour l’humanité», a déclaré M. Ahmadinejad lors de la cérémonie. «L’Iran n’a jamais eu l’intention d’attaquer un autre pays», a-t-il indiqué en ajoutant toutefois que l’Iran devait «renforcer sa capacité de défense pour dissuader les ennemis de toute tentative d’agression». La télévision iranienne a également montré un test de Karrar qui s’est déroulé dans une région semi-désertique. Cet appareil est présenté comme le premier «avion sans pilote porteur de bombes […] capable de parcourir de longues distances à une vitesse rapide». Il est considéré comme le «symbole du progrès de l’industrie de défense de l’Iran», a déclaré le ministre de la Défense, le général Ahmad Vahidi, cité par le site de la télévision. M. Vahidi a ajouté que Karrar a une portée de 1 000 kilomètres. «Karrar peut atteindre une vitesse de 900 km/h et frapper une cible à 1 000 km», a rapporté la télévision d’Etat. Il peut porter quatre missiles échappant aux radars et deux bombes de plus de 110 kg, toujours selon la même source. «En plus du drone bombardier qui a été dévoilé par le président aujourd’hui, la République islamique d’Iran possède d’autres drones qui ont également une portée de 1 000 kilomètres», a ajouté M. Vahidi, cité par l’agence Fars. Karrar a été dévoilé deux jours après le test réussi du missile sol-sol Qiam, qui a des «aspects techniques nouveaux et une capacité tactique unique». Téhéran est toujours sous le coup de sanctions diplomatiques et économiques internationales à cause de son programme nucléaire controversé. Les puissances occidentales accusent l’Iran de cacher des visées militaires et devaient reprendre les négociations sur cette question d’ici un mois. Mais Mahmoud Ahmadinejad ne veut pas céder à la pression, en rappelant régulièrement le «droit de l’Iran à disposer du nucléaire» à des fins civiles http://www.latribune-online.com/monde/38863.html